• 10. De charybde en scylla

    X.  De charybde en scylla - Le pire dans le pire, c'est l'attente du pire. *

     

                       Oooh Dragounet, au secours!

     

    10. De charybde en scylla

     

            Les images tournent et tournent et encore et encore dans ma tête.

            Miss Tintin reporter de mes deux a frappé fort!  Mais bon sang, que lui ai-je fait?  

            C'est ma copine en blouse blanche qui m'a avertie.

                "Hé!  Je ne savais pas que t'avais encore tes parents."

    Panique à bord.

                 "Mes parents?  Ils sont là?  Oooh, vite, cache-moi."

     

    10. De charybde en scylla 

     

                  "Euh non, Ermila, ils ne sont pas ici."

                  "Mais pourquoi tu me parles d'eux, alors?  Ça fait presque dix ans que je ne les ai pas vus, j'étais enceinte de mes aînées."

     

    10. De charybde en scylla

     

     

                  "Apparemment,  Camille Lamuette, là, la journaliste, elle les a retrouvés...  D'après ce que j'ai compris, ils veulent voir leurs petits-enfants."

                  "Arrête, ce n'est pas gentil de me faire des blagues.  Dix ans qu'ils m'ont invitée à les oublier et m'ont priée de ne plus jamais remettre les pieds chez eux.  Pourquoi tu plaisantes avec ça?  Ce n'est pas sympa-sympa, copine."

     

    10. De charybde en scylla 

     

                  "Tu devrais passer par la salle d'attente, il y a un magazine qui pourrait t'intéresser si tu ne me crois pas."

                   Et ba-bam!

     

     

    10. De charybde en scylla

     

     

                     Cet article sent le cochon pendu roussi, si vous voulez mon avis.  Ça démarre tranquille, je n'y apprends rien de nouveau : j'étais un bébé braillard, en retard pour marcher, parler, me nourrir, aller sur le pot.  J'étais une enfant colérique, incapable de gérer mes émotions, une élève médiocre, une adolescente hors contrôle, ne rêvant que de tester l'interdit, une traînée - aussi, accessoirement - qui s'est enfuie avec le dixième ou le quinzième venu - et a laissé, en fille indigne, que je suis ses pauvres parents dépérir de la perte et la déchéance de leur fille - tant aimée mais dont ils ont toujours eu si peur.  Et ça se termine en apocalypse: mes vieux veulent rencontrer mes jeunes.                 

                      Au moins, en ouvrant ma boîte aux lettres, je ne suis même pas surprise de ce qui m'attend: un courrier du président du tribunal de grande instance des affaires familiales, saisi en référé, commandant une enquête psycho-sociale en vue de "(r)établir les liens entre les grands-parents et vos quatre enfants".  Traduction: nonobstant mes envies, je vais devoir affronter la machine judiciaire une fois de plus.  L'enjeu n'est plus ma liberté mais mes enfants.  Et connaissant mes vieux, il m'étonnerait qu'ils se contentent d'une après-midi par semaine.  Ils vont réclamer leur garde exclusive, je vais me retrouver déchue de mes droits parentaux, j'en fais le pari.  

                            J'aurais vraiment tout perdu alors.

                           Mais que je suis fatiguée... pas d'histoire ce soir. A quoi bon honorer les farfadets puisqu'il est clair, cette fois, qu'ils nous ont abandonnés, mes rouges-caboches et moi. 

     

    10. De charybde en scylla

     

     

      (à suivre...)

     

     *Le pire dans le pire, c'est l'attente du pire [Daniel Pennac - La petite marchande de prose]

    « 9. La mauvaise réputation11. L'escalier »
    Pin It

  • Commentaires

    3
    Lundi 15 Juin 2015 à 19:56

    OUi elle craint le pire parce qu'elle ne se pense pas à la hauteur pour élever ses 4 rouges caboches et pourtant qui leur lit des histoires le soir, qui les instruit qui les suit elle et toute seule alors ou est l'enfant colérique? l'ado perturbante?, la fille insoumise? que cette journaliste soit un peu mieux renseignée qu'elle fasse son travail comme il se doit avant de balancer ♥ allez courage je suis sûre que tout va s'arranger! 

    2
    Samedi 13 Juin 2015 à 15:45

    Ah non! C'est hors de question, on ne sépare pas Ermila de ses rouges-caboches!

    1
    Pythonroux
    Samedi 13 Juin 2015 à 15:44

    Outch, mais c'est trop triste et qu'est-ce qu'elle a à embêter notre chère Ermila cette blonde dégénérée de reporter...

    Ermila lui a rien fait pourtant... Elle devrait avoir honte et puis je suis pas sûr que ces investigations soient très déontologique...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :