• 12. Celui qui veut y croire

    A l'ombre du lilas

    12.  Celui qui veut y croire

     Windenburg - Chez Walter Hol

    15.  Cassie

    15.  Cassie

                       Walter Hol n'était pas rentré si tard du travail cette après-midi-là.  Le soleil n'était pas encore couché. 

    15.  Cassie

                              Comme il en avais pris l'habitude, il avait enfilé rapidement sa tenue de sport et s'en était allé faire son jogging. 

    15.  Cassie

                                           Se vider la tête, respirer, se fatiguer, se débarrasser de toute l'énergie négative accumulée au cours de la journée.  Tel était l'objectif premier de ces petites séances de footing.  Mais lorsque ce jour-là, Walter revint à son point de départ, son cœur s'emballa, sa bouche s’assécha, sa vue se troubla...  Assise sur le banc, devant chez lui, une femme l'attendait.

    15.  Cassie

                          Ce n'était pas là une femme ordinaire que rien ne distinguait des autres.  Bien au contraire, cette jolie jeune femme, assise sur le banc, devant la maison de Walter n'était autre que Carine, son ex femme.                             

    L'entendant arriver, Carine se leva.  Avec précaution, hésitant presque, Walter s'approcha.

    15.  Cassie

                                   Tous deux s'observèrent pendant ce qui aurait pu sembler une éternité.

    15.  Cassie

    15.  Cassie

                                Walter s'approcha encore, craintif.  Carine.  Oui, c''était bien Carine, plus belle encore que dans son souvenir. Walt n'osait pas cligner des yeux, avait peur de la voir disparaître sur un simple battement de cil.  

    15.  Cassie

                                          "Carine..."

                                           C'était tout ce que Walter parvint à dire.  Carine sourit doucement.

                                           "Oui, c'est moi."

                                            Et le silence parfait, comme celui qu'ils partageaient ensemble avant, revint et s'installa...

    15.  Cassie

                                         ... que Carine brisa d'une question inespérée et pourtant tant attendue:

                                         "Est-ce que nous restons sur le seuil ou est-ce que tu me fais entrer?"

    15.  Cassie

                       Un frisson long et savoureux parcourut Walter de la tête aux pieds, qui d'une voix éraillée répondit confusément:

                       "Ah oui, oui, oui....  Viens, entre.  Tu aurais pu m'attendre à l'intérieur d'ailleurs, je n'ai pas changé les serrures.  Je crois que tu as encore une clé.  Euh, Carine tu es la bienvenue, bien sûr.  Entre.  Bonjour."

                  Carine rit doucement, se pencha en avant, posa la main sur le bras de son ex-mari et ses lèvres sur sa joue.

                   "Bonjour, Walt."

    15.  Cassie

                                       Walter sentit ses genoux se dérober, sa peau se gorger de chaleur, sa gorge se contracter...  De la sentir si près de lui, Walter aurait voulu la serrer dans ses bras, fort, très fort, fermer les yeux, oublier toute sa vie qui venait de défiler en un instant derrière ses paupières closes.  Le manque, l'absence, les regrets semblaient s'évaporer en volutes éphémères, juste tendre les bras, enlacer ce corps qui lui a tant manqué... juste une seconde... encore une seconde... mais Carine reculait doucement en riant, évitant l'étreinte.

    15.  Cassie

                                     "Je crois que tu as besoin d'une bonne douche, Walt.  Tu sens aussi mauvais qu'un putois."

                                      Ce n'était pas faux, un peu confus, Walter se recula, quelque peu embarrassé.

                                       "Pardon", dit-il.

    15.  Cassie

                              Il ouvrit la porte, laissa passer Carine, s'arrêta un long moment sur le seuil, respira profondément, tenta de reprendre ses esprits et enfin, il passa à son tour la porte.  Il ne pouvait y croire, Carine était là, chez lui.  Il jeta un œil, dubitatif, inquiet.  Oui, oui, Carine était bien là, chez lui, il n'y avait aucun doute.

    15.  Cassie

                                  Walter fila sous la douche.  Carine.  Il se souvient de la nuit de leur rupture.  De ces derniers mots:

    "Je vais prendre une chambre d'hôtel.  Je laisserai mon portable allumé.  Si tu décides que j'ai tort.  Si tu penses vraiment que j'ai tort, appelle-moi, je répondrai."

     

    41.  Le ver est dans le fruit

                    Walter n'avait pas appelé cette nuit-là.  Il n'avait pas appelé parce que quelqu'un qui a décidé de partir doit partir.  C'est comme ça que va la vie.  Et quelque part, c'était vrai aussi, sur le moment cela arrangeait Walter.  Quelle horreur lorsqu'il y pensait.  Quel enfer cela avait été!  Le divorce, l'absence, le manque, la solitude, la remise en question.  La croiser dans la rue, ne pas oser la rattraper, prendre son téléphone cent fois, vouloir juste entendre sa voix...

    15.  Cassie

                                Mais là, aujourd'hui, ce soir, Walter, c'était sa chance.  Le moment de lui montrer qu'il avait changé, que peut-être une seconde chance leur serait accordée.  Parce que oui, Walter a changé, profondément, il en est convaincu.

                      "C'est ta chance, mon gars.  Carine.  Carine est là, chez toi.  Elle est venue pour toi.  Elle est là, chez toi.  Carine."

    15.  Cassie

    15.  Cassie

                                Ragaillardi et tout sourire, Walter s'en alla rejoindre Carine.

    15.  Cassie

                                  "Je nous ai servi un verre."

    15.  Cassie               

                 "Oh merci..."

                  Ils s'assirent côte à côte.  Cette fois, le malaise était palpable.  

                   Mais parle, dis quelque chose, Walter.

    15.  Cassie

                                Ce fut Carine, la première, qui tenta un:

                                 "Tu as fait de sacrés changements à la maison.  La déco est magnifique.  J'ai même vu un petit potager sur le côté.  C'est toi qui t'en occupes?"

    15.  Cassie

                                   "Oui."

                                   Voilà tout ce que Walter arriva à répondre.                                 

                                   "Walt, je te mets mal à l'aise.  Tu préfères que je m'en aille?"

    15.  Cassie

                                      "Non, non, pas du tout.  Je suis heureux que tu sois là."

                                        Peut-être trop heureux.  Pauvre Walter.  Carine déglutit difficilement.

                                       "Je voulais te parler, Walt, de ... "

                                        "Oui, oui.  Bien sûr... Oh!  Mais j'ai faim!  Tiens, si je nous commandais un pizza.  Tu as faim?"

                                        "Une pizza?  euh oui, d'accord."

    15.  Cassie

                             Et donc, Walt commanda une pizza.

    15.  Cassie

                    Alors que Walter allait ranger son portable, celui-ci se mit à sonner.

                   "Il y a des choses qui ne changent pas, hein Walter.", se moqua gentiment Carine.

    15.  Cassie

            Une taquinerie, rien de plus, mais qui embarrassa Walter.  Bien sûr que si les choses changent, évidemment qu'elles changent et lui aussi a changé.

         "Non, non, ce n'est pas le travail. C'est Julien...  Pardon, il ne m'appelle jamais.  Julien Clove, tu te souviens?"

         "Oui, Walter, je me souviens.  Je me souviens de tout."

    15.  Cassie

                    A nouveau, aucune lassitude, aucun reproche dans la voix de Carine, mais Walter sentit prestement sa poitrine se refermer sur elle-même.  Sentiment de culpabilité quand tu nous tiens.

                    "Je dois décrocher."

                     "Et bien décroche, voyons", rit encore Carine en s'éloignant.

    15.  Cassie                                     

                "Oui... bonjour, Julien."

               Julien n'y alla pas quatre chemins, entrant directement dans le vif du sujet.

               "Cassie a disparu, chef..."

            Et Walter écouta Julien lui parler de la disparition de Cassie, des flics de San Myshuno qui ne lui prêtaient pas attention, il parlait vite, trop vite.  

           Walter, vraiment, se concentrait un maximum sur ce que lui racontait le jeune homme, clairement angoissé voire paniqué, mais malgré lui, son regard filait vers Carine, à l'autre bout de la pièce.  

           "Ne t'inquiète pas, Julien.  Je vais appeler San Myshuno.  Je connais la commissaire principale, on était à l'école de police ensemble.  Je vais prendre des nouvelles et je te rappelle dès que possible... Promis, oui, s'il le faut, je les presse un peu.  Je comprends... appelle-moi toi aussi si tu as des nouvelles de Cassie entre temps.  De rien, je t'en prie."

    15.  Cassie

             Walter raccrocha, chercha dans son répertoire, après un "Désolé", en direction de Carine, il appela le commissariat de San Myshuno.  Evidemment, à cette heure-ci, la commissaire n'était plus là, alors Walter reprit son répertoire et appela directement Sandra sur portable.  Quelques amabilités d'usage puis Walter parla de Julien, de la disparition de Cassie.  Sandra n'était pas au courant.  Demain, à la première heure, elle allait se renseigner et elle appellerait son vieil ami, promis.  Au commissariat de Windenburg, oui, c'est cela ou sur son portable.  Bien sûr, toujours joignable, Walter.  Puis, un jour, oui, si Walt est de passage, ils iront boire un verre ensemble.  Quelle bonne idée!

    15.  Cassie

                              C'était sans doute abuser mais dans la foulée, Walter rappela Julien.

                              "Ecoute,  j'ai eu la commissaire.  Elle se renseigne demain matin.  Je voudrais que tu te reposes un peu, ok? que tu te détendes?  T'es tout seul, là?  Non?  Avec Ludo, un ami de Cassie..., tant mieux!  Ah oui, il a déjeuné avec Cassie hier midi, ok, je vois.   Elle avait l'air normale, oui, ok... J'ai tout bien noté, tu sais.  Ecoute, Julien, suis mon conseil, ok?  Sortez, allez vous aérer, ne reste pas à tourner en rond, ok?  Allez, je te rappelle demain."

    15.  Cassie

                              Walter raccrocha enfin, se dandina d'une fesse sur l'autre... rit un peu nerveusement puis sauvé par le gong:

                                   "Ah!  ça doit être le livreur de pizza." 

    15.  Cassie

                                Walter sauta de son tabouret tel un cabri et courut jusque la porte.

                               "Oui, c'est bien le livreur de pizza", cria-t-il depuis la porte, avant de remercier le jeune homme, régler la facture et rentrer, la pizza dans les mains.                     

    15.  Cassie

     

     

     

    « 11. Ceux qui cherchent13.Braise de nuit, cendre du matin »
    Pin It

  • Commentaires

    4
    Pythonroux
    Vendredi 14 Avril à 10:55

    Pauvre Walter... il a enfin la possibilité de refaire connaissance ou de reprendre le contact avec Carine et puis voilà tipa que Cassie décide de se faire de nouveau enlever à ce moment là... et donc Julien qui l'appelle. pfffff, il a pas vraiment une bonne étoile au dessus de la tête notre petit Walt ;)

    Carine est vraiment sublime, elle s'est très bien remise de son accident.

      • Samedi 15 Avril à 11:14

        Problème de timing, c'est clair :D  

        Je trouve aussi que Carine est bien jolie ainsi :)

        Et merci encore ♥♥

    3
    Vendredi 24 Mars à 15:22

    C'est toujours aussi agréable de voir la campagne de Windenburg, c'est d'un reposant.

    Bon Walter. Eh bien, mon bonhomme, à part quelques rides, je n'ai pas l'impression que tu ais changé tant que ça. Tu a l'air de tourner encore avec les mêmes schémas. Est-ce une erreur ? Eulaline nous le dira bientôt^^.

    Quand à Carine, je la trouve encore plus belle qu'avant. Cette coupe lui va à merveille. Et toujours aussi calme et sereine, c'est un bonheur de la voir cette Dame. Mais que fait-elle donc de sa vie, maintenant qu'elle n'est plus avec Walter ? Est-ce justement à cause de son travail qu'elle est venue le voir ? Suspens, suspens...

    Je peux me tromper, mais dans cette histoire il n'y a pas de bonheur total : derrière la saveur sucrée pointe toujours un goût d'amertume. Il n'y a qu'à voir la relation entre Ludo et Justine, on ne peut pas dire qu'ils soient sereins tous les deux. Donc, du coup je me méfie pour Walter et Carine et j'attends de voir avant de me réjouir.

    Mais c'est quand même bien agréable de les revoir malgré tout (même si j'attends Miranda, moi intello) et qu'ils viennent se rattacher à l'intrigue principale . A voir si Walter est toujours aussi bon et si il ne va pas trouver la disparition de Cassie bizarre. Même si pour l'instant, il est obnibulé par Carine ♥.

    Rien à redire quant à la maison de Walter, c'est vraiment très joli. Il gagne bien sa vie pour se payer d'aussi jolies choses. lol.

      • Vendredi 24 Mars à 17:14

        Euh non, en fait, Walter n'a pas tant changé que cela... mais chuuut, lui, il croit que si :D

        Je suis contente que tu aies pris du plaisir à les revoir, tous les deux.  Promis les réponses très vite.  Et oui, Walter a bien progressé dans sa carrière, il est au sommet (dans mon jeu), je dirais et vu qu'il était tout seul à la maison, ma foi, il avait pas mal de simflouzes pour tout aménager; ce qu'il a fait:)

        Encore merci merci pour tes commentaires ♥♥ toujours un tel bonheur de te lire et découvrir tes réactions.  Merci merci ♥

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :