• 14. Et le matin fut

     A l'ombre du Lila

    14. Et le matin fut

     

    Windenburg - Chez Walter

    21.  Cassie

                             En faisant le moins de bruit possible, Walter s'est levé aux aurores, comme toujours.  Il aime arriver au poste très tôt, prendre connaissance des incidents qui ont eu lieu la nuit.

    21.  Cassie

                    Il est allé à la salle de bains, s'est douché puis tranquillement,...

    21.  Cassie

                  ... se forçant à ne pas siffloter, il a sorti du frigo son petit déjeuner, céréales et jus d'orange.  

    21.  Cassie

    Un sourire tranquille flotte sur son visage.  Carine est là.  Carine est là, profondément endormie dans son lit, son lit à lui.

                "Yes, Walter, yes!"

     En s'endormant, tard hier soir, il l'a gardée serrée contre lui, le parfum de ses cheveux dans ses narines, la douceur de sa peau sous sa main, ses jambes empêtrées dans les siennes, tellement-tellement heureux, le Walter!

    21.  Cassie

                             Cela dit, Walter n'a plus l'âge de croire qu'une nuit d'amour suffise à faire ronronner une vie entière.  Il sait que rien n'est réglé que ce n'est pas une passionnée étreinte qui va effacer cinq ans de souffrance, d'attente, de silence.

                              Il aurait voulu comme au temps d'avant que Carine se lève, vienne poser ses bras autour de sa nuque et coller ses lèvres contre son oreille.  En même temps, il ne sait pas trop ce qu'il lui dirait, ce matin.  Oserait-il lui parler d'amour?  

                            Il lui demanderait, plus sûrement, pour quelle heure elle doit être au travail.  D'ailleurs, à quelle heure doit-elle être au travail?  

                           Walter avait toujours préféré que Carine ne travaille pas lorsqu'ils vivaient ensemble.   Il faut avouer que Walter l'aurait cloîtrée chez eux s'il l' avait pu.  Jalousie quand tu nous tiens...!

                              "T'es bien avancé, mon pauvre vieux, si tu réfléchis deux minutes.  Ce n'est pas à cause d'un autre qu'elle est partie, ta femme.  Non, si elle est partie, c'est à cause à de toi, juste, rien qu'à cause de toi."

    21.  Cassie

                              "Et si tu pousses la réflexion plus avant, tu te rends compte que c'est à cause d'un autre, finalement, qu'elle est revenue, qu'elle dort dans ton lit."

                                Walter grogne: ce petit imbécile de directeur de lycée.  Comment Carine peut-elle être attirée par un tel homme?

                               Walter renifle, s'agace et soudain, il ne comprend plus cette nuit d'amour qu'ils viennent de passer.  Que signifie une étreinte sans un mot, sans promesse?

                               "Rien, nada, que dalle...  T'es un looser, Walter!"

    21.  Cassie

                                Walter se lève, il n'a plus faim.  Il jette les restes de son repas, range l'assiette et le verre dans le lave-vaisselle.

    21.  Cassie

    21.  Cassie

                  Le jour se lève, il doit partir au travail.

    21.  Cassie

                        Il hésite encore un instant.

    21.  Cassie

                  Laisser un mot?  "A tout à l'heure"?  Présomptueux. "Appelle-moi"?  Autoritaire. "Je t'aime"?  Précipité. "Merci pour ce moment"?  Goujat.

    21.  Cassie

                                Finalement, Walter renonce, sort de la maison et d'un pas pressé s'enfuit vers le commissariat.  On verra, plus tard, oui, plus tard. 

    21.  Cassie

     

     ♣♣♣♣

                                Windenburg - Chez Olga et Sarah

     

    22. Cassie

                        "Alors?  C'était comment ton cocktail, maman?"

                            Olga a soupiré.

                            "Triste à mourir.  Il n'y avait que des vieux comme moi.  Et toi?  Ta soirée?"

    22. Cassie

                             Sarah sourit.

                             "Ma soirée?  Magique.  Cela fait longtemps que je ne m'étais autant amusée."                         

                               Olga sourit.

                               "Je suis contente!  Vous êtes allés au restaurant?  Vous avez eu une belle table?"

    22. Cassie

                                Sarah sourit de plus belle.

                                "Oui, c'était superbe.  Merci pour la réservation, ma petite maman.  Louis était ravi et moi aussi."

    22. Cassie

                                  "Avec plaisir.  Et le service s'est bien passé?"

                                   "Oui, très bien.  J'ai laissé commander Louis pour moi.  Il a beaucoup aimé."  

    22. Cassie

                              Olga rit doucement.

                               "C'est bien les hommes, ça, ils commandent un repas pour toi et ils ont l'impression de tenir ton destin entre leurs mains.  C'était bon, je suppose.  Ce restaurant est l'un de mes préférés."

                           Sarah acquiesce, préférant passer sous silence que jamais leurs plats ne leur parvinrent et que perdant patience, Sarah avait finalement décidé d'aller dérober une assiette à une autre table.  

    22. Cassie

                                Louis avait hésité avant de l'imiter.  C'était un grand moment!  Et le plat volé avait eu un goût vraiment exquis.

    22. Cassie

                           Louis s'était écrié, avec des étoiles dans les yeux:

                               "Tu es incroyable!"

    22. Cassie

                                       Sarah avait adoré ça.  

                                        Comme elle avait adoré que Louis lui offre une rose, un hommage à sa beauté, avait-il dit.                                 

    22. Cassie

                                  Tout comme Sarah avait adoré que Louis l'emmène à la falaise.  Ils s'étaient retrouvés seuls.  Seuls au monde.  Que c'était romantique!  

    22. Cassie

                                    Un endroit parfait pour un premier baiser.

    22. Cassie

                                         Puis un autre.

    22. Cassie

                                                    Pour se dire des mots que nul autre ne pourrait entendre.

                                                     "J'ai si souvent rêvé de toi, Louis, ces dernières années."

    22. Cassie

                                                "Ah oui?  C'est vrai? Raconte-moi."

    22. Cassie

                                      Un endroit parfait pour des promesses.

                                    "Plus tard.  Promis.  Je te raconterai plus tard."

    22. Cassie

                                            "Et tu es rentrée à quelle heure?  Tu étais déjà là lorsque je suis rentrée."

    22. Cassie

                                              "Tard, quand même.  Mais Louis m'a raccompagnée.  Une vrai gentleman, ce garçon, je t'assure." 

    22. Cassie

                          "Bon et bien te voilà chez toi.  Merci beaucoup, Sarah, pour cette merveilleuse soirée."

    22. Cassie

                                 "Merci à toi, Louis.  C'était féerique.  J'espère que nous pourrons remettre cela très vite."

    22. Cassie

     

                                 "Avec plaisir, je t'envoie un petit mot dès que je m'éveille."

    22. Cassie           

                          "Aaah... Je suis contente!  Je t'avoue que j'avais quand même comme une petite appréhension; malgré tout."

                          "Mais non, ne t'inquiète pas.  Tout s'est bien passé.  Louis est merveilleux."

                           "Merveilleux?  Tant que ça!"

                           La vieille dame froisse les yeux.

                           "Et inoffensif?"

                           "Tout à fait.  Vraiment, j'en suis sûre, maman." 

    22. Cassie

                            Peut-être pas si inoffensif que ça, le Louis, mais Sarah s'en fiche parce que depuis des années, jamais plus son cœur n'avait battu aussi fort tout contre la poitrine d'un homme.  Jouer avec le feu, savoir qu'on peut s'y brûler, s'y être déjà brûlée, c'est aussi se sentir vivante et maîtresse de sa destinée.  

     

     ♣♣♣♣

     

       Windenburg - chez les Van Laer

     

    23.  Cassie

                           Louis a bien dormi, une nuit aussi parfaite que la précédente, peut-être encore meilleure.  Sur le bord du lit, Louis contemple le corps alangui dans le sommeil de Cassie.  Il soupire d'aise.  Il va falloir pourtant l'effacer, cette photo.  Quel dommage!

    23.  Cassie

    Puis, du coq à l'âne, il envoie un petit message à Sarah.

    "Bien dormi?  Est-ce que ça te dit qu'on se voie cette après-midi?  Vers 17h/17h30?  Bisous."

    23.  Cassie

    Dans la foulée, Louis envoie un autre message.  A Justine, cette fois.  A Justine parce que Louis ne perd pas son objectif de vue, parce qu'il sait qu'un complice potentiel peut surtout devenir, le cas échéant, le bouc émissaire parfait. Un plan a besoin de sang froid, d'objectivité et un rien de malice, aussi, évidemment.  Il faut savoir s'amurer dans la vie.  Le jeu, c'est sa passion à Louis.  Et ciel, qu'est-ce qu'il s'amuse, le Louis!

    "Bonjour, Justine.  On peut se voir cette après-midi, vers les 14h à la dune?"

     Louis n'a pas à patienter longtemps, Justine, connectée sur messenger, lui répond immédiatement.

    "Pourquoi tu veux me voir?"

    23.  Cassie

     

    Louis sourit.

    "Je veux juste savoir comment tu vas, prendre de tes nouvelles.  Julia m'a tellement parlé de toi à l'époque.  Elle t'aimait beaucoup."

    23.  Cassie

    Justine frappe du pied le sol, agacée et inquiète aussi.

    "Qu'est-ce que tu me veux, Van Laer?"

    "Je te l'ai dit, juste prendre de tes nouvelles." 

    "Je vais bien."

    "S'il te plait, Justine.  Allez, juste une petite demie heure."

     Justine inspire profondément.  On ne peut échapper éternellement à son passé, n'est-ce pas?  C'est ce que dit Monsieur Luigi qui pourtant a l'air d'y être parvenu, lui.  Justine respire profondément et capitule:

    "Ok.  14h à la dune."

    23.  Cassie

    Et bien voilà, ce n'était pas si compliqué, Louis est ravi d'autant plus qu'il reçoit une réponse dans la foulée de Sarah.

    "J'ai rêvé de toi, cette nuit."

    23.  Cassie

    "Tu me raconteras?"

    "Oui, si tu es sage."

    "Je suis toujours sage, sage comme une image."

    "Je n'en doute pas."

      "Et toi?"

    "Autant que toi..."

    Les trois petits points intriguent Louis qui sourit, aux anges.

    "A dix sept heures?"

    "Super, au bar de narval?"

    "J'aimerais mieux un endroit plus calme, juste toi et moi, Louis."

    "On se rejoint aux falaises?"

    "D'accord... il me tarde, Louis."

    23.  Cassie

    23.  Cassie

    "A moi aussi."

     Louis termine son message, imagine Sarah soupirer d'aise mais surpris par un bruit auquel il ne s'attendait pas, il sursaute:

    "Hey!  Pa'... je ne t'ai pas entendu frapper."

    23.  Cassie

    "Normal, je n'ai pas frappé.  Je n'étais pas sûr que tu étais éveillé."

    Louis tente de ne pas s'énerver.  C'est une si belle journée qui s'annonce.

     "Je t'amène tes médocs."

    "C'est gentil, pose-les là."

    Eric hésite un instant.

    "Il y a quoi là-dedans?"

    23.  Cassie

    "Des antidépresseurs pour la majorité.  Pose-les, je te dis."

    "Dana m'a dit que tu devais les prendre à heure fixe.  Il faudrait fixer les heures."

    Louis penche la tête sur le côté:

    "Papa, je vois ce que tu essaies de faire et c'est tout à fait charmant.  Tout à fait charmant mais inutile.  Ce n'est pas grave que tu ne te sois pas occupé pendant mes cinq ans d'isolement, je comprends tout à fait.  Mais ne va pas en faire des caisses.  Je me gère très bien tout seul.  Pose les médocs, là, je les prendrai après le petit déjeuner.  A jeun, je ne les supporte pas.  Mais ça, évidemment, tu ne peux pas le savoir."

    23.  Cassie

    Eric déglutit.  Il voudrait insister; d'ailleurs, il va insister.

    "Ok, je suis en bas, je t'attends, je les dépose près de ton assiette petit déj'.  J'ai un petit creux moi aussi."

    23.  Cassie

    "Je prends ma douche et je te rejoins."

    Il faudrait vraiment que Louis trouve le moyen de tenir son père à distance, sans quoi son existence risque de devenir vraiment compliquée.

    23.  Cassie

     Et l'idée de génie lui vient à Louis.  Il n'a pas besoin de forcer pour être génial, Louis, il l'est par nature.  Le psy qu'il consulte pourra sûrement l'aider.  Sans se presser ni prendre en compte son père qui l'attend à la salle à manger, Louis s'installe à son ordinateur et tape "dépression - symptômes - nécessitant hospitalisation" dans la barre google.

                                         

     ♣♣♣♣

           

    Windenburg - Chez Walter

     

    24.  Cassie

                          

    24.  Cassie

                                  Carine a ouvert les yeux, a roulé sur elle-même et enfoncer son visage dans l'oreiller de Walter.

                         Carine avait entendu Walter se lever, ce matin, aux aurores.  Décidément, il y a des choses qui ne changent pas.  Elle avait hésité mais finalement décidé de ne pas bouger.  Était-ce la pudeur qui l'avait empêchée de relever les paupières; à moins que ce ne soit la honte ou une saleté de sentiment de culpabilité?

                                Pourtant, se morigène-t-elle, elle savait très bien hier soir en venant jusqu'ici ce qu'il risquait d'arriver.  D'ailleurs, ne l'avait-elle pas très clairement cherché et initié? 

    24.  Cassie

      Walter.  Elle pense à lui, sa délicatesse, et aussi à cette colère qu'il peine à contenir, à ce lien, entre eux, qui persiste, cette envie pressante d'être toujours proches l'un de l'autre, de se sentir, de se toucher, de s'embrasser.  

      Walter, qui lui manque.  Qui lui manque tant .  Et plus encore depuis qu'il y a Alain.  Alain, doux, tendre, rieur qui la rassure.  Rassurant, réconfortant, drôle... tout l'inverse de Walter finalement.

    24.  Cassie

                            Mais que venait-elle faire ici, Carine?  A part remuer des cendres?  Que cherchait-elle à part cette étreinte?  Se convaincre que tout était fini, qu'elle ne ressentait plus rien?  Fadaises!

    24.  Cassie

                             Carine claque sa langue contre son palais.  La table de la cuisine est vide à l'exception de ce cappuccino qu'elle s'est préparée plus par habitude que par envie.  Elle pensait y trouver un petit mot de la main de Walter.  Un petit quelque chose qui l'aurait réchauffée, qui lui aurait donné une étincelle d'espoir.  Mais non, rien.  Carine réfléchit un instant.  Qu'espérait-elle vraiment?  Que Walter oublie de se lever?  Que, insouciant, il se saisisse de son téléphone, se fasse porter pâle au travail?  Pour passer la journée avec elle?  Franchement, Carine...  

    Elle ne peut s'empêcher de sourire, à l'idée de Walter, déambulant ce matin, ne sachant s'il devait la réveiller, ce qu'il pourrait lui dire, hésitant aussi à lui laisser un mot.  Ce mot que Carine espérait mais que Walter aurait été incapable de lui écrire, elle le sait.  

    Carine soupire.  Elle n'a rien à faire ici.  Rien n'a changé, ici.  Elle n'aurait sans doute jamais dû venir. Il est trop tard pour regretter, certes.  Et c'est vrai qu'un instant, elle a souhaité qu'une autre femme ait pris sa place.  Elle se serait sans doute sentie moins coupable.

    Une dernière hésitation, un dernier regard en arrière.  Carine voudrait poser les clés de la maison sur le bar et sortir.  Oui, elle devrait poser les clés sur le bar et sortir.  Mais elle frissonne, n'a qu'une envie, se ruer sous la couette, s'y lover, s'y endormir dans l'odeur de Walter et s'éveiller avec ses lèvres à lui sur sa joue à elle.

    24.  Cassie 

     Mais Walter est parti.   Alors Carine en fait de même.  Sans un mot, elle aussi, le cœur inexplicablement lourd, elle sort de la maison.  Elle verrait plus tard... Peut-être l’appellerait-il?  Peut-être l’appellera-t-elle?  Plus tard, oui, plus tard, elle y verra plus clair.

    24.  Cassie

     

     

     

    « 13.Braise de nuit, cendre du matin15. Tic tac »
    Pin It

  • Commentaires

    6
    Samedi 2 Septembre à 11:21

    Tu m'as tuée avec ton : "Merci pour ce moment"?  Goujat."

    Sinon, je ne comprends pas du tout Sarah... Pauvre petite fille riche qui ne sait pas comment pimenter sa vie lisse et sans surprise... no

    J'espère que Justine ne tombera pas dans ses anciens errements !

      • Dimanche 3 Septembre à 18:40

        Parthenia,

        "Merci pour ce moment"... j'ai bien ri en l'écrivant, contente de ne pas être seule à rire de mes bêtises :D

        Raahh Justine, c'est un de mes personnages préférés :) 

    5
    Pythonroux
    Vendredi 14 Avril à 18:57
    dur dur le matin et pour un peu tout le monde en fait, sauf Sarah qui est encore plus naïve que Diane....
      • Samedi 15 Avril à 11:17

        Oui, Sarah, ce n'est pas la plus maligne du groupe :D

        Merci, Pythonroux ♥♥

    4
    Lundi 3 Avril à 17:07

    Un matin bien difficile quand même....

    Walter et Carine. J'y ai cru la veille et ce matin, je n'y crois plus. Malgré tout, il y a des mauvaises habitudes qui sont toujours là et qui pollueront toujours leur relation. Et puis, Carine a évolué avec le temps (et pas que la coupe de cheveux^^). Est-ce qu'elle voudrait vraiment retourner dans son rôle "en attente" de femme de policier ? Elle a maintenant un travail et un compagnon qui sait la faire rire et être là quand elle en a besoin. Je n'ai pas l'impression que cela soit la folle passion, mais on peut aussi aimer un amour tranquille qui se développe tout doucement et qui peut être aussi puissant qu'une passion dévorante. Bien sûr, il y a encore leur attirance mutuelle et je crois que ça, ils ne pourront jamais l'enlever, mais cela n'est plus assez. Moi, je crois bien qu'en fait, Carine est venue dire adieu à Walter. Adieu à un quelconque espoir d'un renouveau, adieu à leur couple. Elle clôt un chapitre pour en commencer un autre. (mais je peux aussi me tromper sur toute la ligne...).

    Sarah. Alors, là... Cette jeune femme me met à l'aise et je n'arrive pas vraiment à définir pourquoi. Il y a un petit quelque chose dans son attitude avec Louis qui est malsaine. Je me demande si elle ne serait pas un peu masochiste sur les bords. Et puis la façon dont elle parle de Louis, c'est tout sauf de l'amour. Affaire à suivre.

    Louis. J'avais oublié combien il pouvait être intelligent et retors. Il a vraiment tout prévu le bonhomme. Justine ? Ben oui, cela pourrait être la coupable idéale si cela commençait à être chaud pour ses fesses : c'est la cousine de Julien, qui est avec Cassie. Et on dit souvent que les crimes viennent des proches.... Son père ? Il commence à le surveiller de trop près ? Ce n'est pas grave, il sera interné pour dépression... Bon sang, j'espère quand même qu'à trop de confiance en soi, il va faire un faux pas...

    Bref, j'ai beaucoup aimé ce chapitre. Toujours des questions en attente évidemment, mais on verra si on trouve des réponses par la suite.

    Un chapitre bien amer avec un arrière-goût douceâtre. Assez dérangeant aussi. Mais toujours aussi addictif ♥♥♥

      • Lundi 3 Avril à 18:06

        Un matin difficile pour Carine qui a eu ce qu'elle a voulu, même si ce n'était pas ce qu'elle voulait :/  Espérait-elle vraiment que Walter allait changer alors qu'il n'avait pas de raison de changer puisqu'elle était partie?  Pensait-il qu'il ne l'aimait plus?  Voulait-elle comme elle le suggère vérifier si ses sentiments étaient encore présents pour Walter avant de se lancer vraiment dans une histoire avec Alain?  :/  Toutes les réponses bientôt.  

        Pour Sarah, je suis particulièrement contente de ce que tu m'écris :p  Voilà, c'est ce que je voulais, qu'on sente le malaise qu'elle inspire.  J'adore, mille merci ♥♥

        Ah oui, mon Louis, c'est quelqu'un :D  Mais à chaque malin, un plus malin que soi.  Fort à parier qu'il va finir par tomber sur un os, le génie.  Espérons juste que ce soit à temps parce que Cassie, là, elle déguste en ce moment :/

        Et merci merci merci ♥♥♥♥♥

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :