• 15. Tic tac

    A l'ombre du lilas

    15.  Tic tac 

     

    Windenburg - au lieu dit : la dune

     

    26.  Cassie

                   Justine s'est rendue en courant sur le lieu de rendez-vous que lui avait fixé Louis.  Il ne faut jamais négliger aucune occasion de se garder en forme.

                  Elle a allumé un feu parce qu'elle s'ennuyait, vérifié six fois l'heure sur son portable et relu les messages de Louis.  Qu'est-ce qu'il lui voulait, celui-là?

    26.  Cassie

    26.  Cassie

    26.  Cassie

                                 Comme si Justine n'avait pas autre chose à faire de sa vie que de voir un gars, qu'elle avait oublié dix fois, qui allait lui parler d'une bonne femme dont elle se fiche comme de l'an quarante.  En plus, le gars dont question se permet d'être en retard!

                                Justine danse d'un pied sur l'autre puis sourit, bon et bien, il faut trouver à s'occuper.  Et hop un petit message à Ludo:

                              "Tu fais quoi?"

    26.  Cassie

                                  Justine range son portable, elle sait que Ludo ne lui répondra pas de suite.  Pour trouver une réponse à ce genre de question, il lui faut toujours trois plombes.  Ludo est génial, Justine en est folle; mais franchement, parfois, il manque vraiment de spontanéité.

                                 Justine regarde autour d'elle, aucune trace de Louis.  Elle s'ennuie toujours.  Alors, elle sort sa guitare qu'elle emporte partout et se met à jouer.

    26.  Cassie

                                          Le temps passe, presque quinze heures déjà et Louis ne se montre toujours pas.  Lorsque le feu s'éteint, décide Justine, si Louis n'est pas arrivé, elle s'en va.  Voilà.  Presque une heure de retard, c'est abusé quand même!  Ce n'est pas comme si c'était elle qui avait eu envie de le voir et lui avait fixé rendez-vous.  Ce gars se permettait vraiment tout et n'importe quoi.  Quand on fixe une heure de rendez-vous, on s'y tient, bon sang de bon soir!  C'est la B.A-ba de la bienséance quand même. 

    26.  Cassie

                           Le feu est presque éteint et Justine est sur le point de remballer toutes ses petites affaires, lorsque Louis arrive, enfin.

    26.  Cassie

                                           Justine termine son accord, Louis lance avec désinvolture une bûche pour relancer les flammes.

    26.  Cassie

                           Et il se tourne vers Justine, tout sourire. 

                          "Oh Justine, je suis vraiment content que tu m'aies attendu.  Désolé, je suis très en retard mais j'étais à la bibliothèque et j'ai rencontré des fans, tu vois.  Je me dois à mon public...  Bref, tu es vraiment magnifique, encore plus belle que dans mon souvenir.  Tu as l'air d'aller bien."

                          Des fans, c'est ça!  Il dit ça rien que pour l'embêter, n'est-ce pas? Parce qu'il sait que la pauvre Justine, elle, trime comme une damnée dans le monde de la musique et à part quelques pourboires dans des bars de nuits et des "concerts" en plein air dans le parc au tout venant, elle ne perce pas.  Pourtant, ce n'est pas le talent qui lui manque.

    26.  Cassie

                                        Louis se penche pour la prendre dans ses bras mais Justine se cambre, se tétanise.  Elle déteste les contacts physiques qu'elle n'initie pas et dans un mouvement saccadé et un "ho, fais doucement", tente d'échapper avec plus ou moins de réussite à l'étreinte.

    26.  Cassie

                  Louis semble décontenancé.  Il avait pourtant tout fait comme il fallait: une flatterie, un beau sourire...?

                  Justine grimace et sur un ton fort peu amène:

                  "Bonjour, Louis!"

                   Elle claque du pied à terre comme une gamine capricieuse et enchaîne:

                   "On dit toujours bonjour, d'abord.  Et on ne prend pas une femme dans ses bras sans consentement, je te ferais savoir.  Mais bon, j'imagine bien qu'un gars comme toi se croit tout permis."

                  Louis, totalement interloqué, regarde Justine les yeux plissés qui reprend de plus belle.

                   "Maintenant, vas-y, accouche, tu voulais me voir.  Pourquoi?  En vrai, je veux dire."

                   Afin de se donner une contenance, Louis rit doucement:

                   "Hé!  Hé!  Tu m'as l'air bien tendue, Justine."                      

    26.  Cassie

                           "Je ne suis pas tendue, je suis énervée.  Je t'ai attendu plus d'une heure alors que je n'avais pas envie de te voir.  Quand on fixe une heure de rendez-vous, on la respecte.  C'est le minimum minimorum requis en matière de politesse."

                            "Ça se voit que matière de politesse, tu es la reine, toi.  Mais ça me plait, je préfère la franchise."

                            "Oh, écoute, Louis, puisque je peux être franche avec toi, je te le dis, je n'avais pas envie de te voir, mais je suis là quand même.  Alors tu déballes ce que tu as à dire et basta!"

                             Louis grimace:

                             "Décidément, tu ressembles beaucoup à ton cousin, Julien, toi."

                             "Pourquoi tu me parles de Julien?  Tu lui veux quoi à Julien?"

                             "Mais rien, rien du tout.  Je l'ai vu avant-hier juste et je trouve que lui et toi vous ressemblez beaucoup, c'est tout."

                             "T'as vu Julien avant-hier, toi?  C'est bizarre, il ne m'a rien dit."

                              "Je suis allé chez lui, je voulais voir Cassie.  Mais elle n'était pas là."

                              Justine penche la tête sur le côté, finalement intriguée.

                              "Pourquoi tu voulais voir Cassie?  Tu n'as jamais aimé Cassie.  Tu disais que c'était une moins que rien, une saleté d'allumeuse, qu'une fille ne doit jamais se comporter comme elle."

                              Louis sourit, un espoir soudain : il savait qu'elle n'avait rien oublié ni de lui ni du temps d'avant, ni de Julia.

    26.  Cassie

                                   "Je voulais voir Cassie au sujet de Julia."

                                    "Je vois."

                                   Justine se refuse à en dire plus: que Cassie a disparu, que tout le monde se fiche de Julia maintenant, qu'elle voudrait rentrer, qu'elle a besoin de faire pipi...  Justine soupire:

                                  "Ecoute, Louis, on va s'arrêter là.  Je préfère te dire tout de suite que tu ne m'intéresses pas du tout.  Non, mais attends, t'es un beau gars et tout et tout mais je ne suis pas libre, tu vois."

                                 Mais elle me fait quoi, l'autre imbécile?  Elle ne pense quand même pas que je suis en train de la draguer, là?

                                 "Non, mais attends, il y a méprise, Justine...  Je voulais juste qu'on parle de Julia, du temps d'avant, de..."

                                "C'est ça, c'est ça.  Allez, je dois y aller, Louis... Inutile de me supplier, tu vas me gêner..."

                                 La supplier?

                                "Je t'assure, Justine, que je ne suis pas venu pour ça.  Je voulais juste savoir si tu avais des infos sur les derniers moments de Julia.  Tu vois, je ne crois pas du tout à son suicide."

    26.  Cassie

                    Justine frissonne intérieurement, tous ses sens en alerte: ne le laisse pas parler, cours, Justine, cours.

                  "Allez, mon pote, on reste potes comme avant... de loin.  Bisous à ta famille et hop, une petite poignée de mains.  Il faut vraiment que j'y aille sinon je vais faire pipi dans ma culotte.  Ciao!"

    26.  Cassie

            Louis regarde Justine s'éloigner, totalement éberlué.  Elle est complètement folle, cette nana!  Finalement, Louis n'est plus sûr qu'il puisse en tirer quelque chose, ni même qu'il ait envie d'y revenir.  

    26.  Cassie

     

    ♣♣♣♣♣

     

    Windenburg - Chez les Holporth

    24.  Cassie

    24.  Cassie

                       Dès que Walter apparaît dans certaines familles, les mines se ferment.  C'est la cas du père de Cassie lorsqu'il voit l'inspecteur Hol débarquer chez lui.

    24.  Cassie

                         "Monsieur Holporth, bonjour."

                          "Inspecteur, Hol...  Que me vaut l'honneur de votre visite?" 

    24.  Cassie

                    "Est-ce que votre épouse est là, Monsieur Holporth?"

                            "Non, elle est à sa galerie."

                            "Pouvez-vous lui demander de nous rejoindre, s'il vous plaît?"

                             "Oui, bien sûr."

    24.  Cassie

                             "  Mon épouse va arriver.  Mais dites-moi, je ne peux attendre, pourquoi voulez-vous nous voir, tous les deux?"

                              "C'est au sujet de Cassie, Monsieur."

                               "Cassie?"

                                Walter inspire profondément.

                              "Cela fait un peu plus de trente-six heures que Cassie a disparu.  Julien ne vous a pas prévenu, je pense.  Mais il a déclaré sa disparition à la police.  Je dois vous dire, Monsieur, qu'en cas de disparition d'un jeune adulte majeur, la procédure n'est pas la même que pour les mineurs..."

                              L'homme lève la main:

                              "Épargnez-moi votre baratin, inspecteur.  Venez-en au fait, s'il vous plait"

                               Walter inspire encore.

                               "Malgré la déclaration de Julien, la police de San Myshuno n'a pas considéré la disparition de Cassie, dans un premier temps, comme inquiétante."

                              Du regard et du menton, le père de Cassie presse Hol de continuer.

                             "Mais aujourd'hui, en ce milieu d'après-midi, des appels groupés de plusieurs rédactions de quotidiens, depuis San Myshuno en passant par Willow Creek, et Windenburg aussi, aux différents commissariats ont permis d'établir que la disparition de votre fille est plus qu'inquiétante, Monsieur."

                              "Je ne comprends rien à ce que vous me racontez."

    24.  Cassie

                             "Voilà ce qu'ils ont reçu, Monsieur.  Reconnaissez-vous votre fille sur cette photo?"

                              Walter zoome du bout des doigts sur la photo, laissant apparaître le visage d'une jeune fille, allongée sur un lit, dans une pièce très sombre.

     

    24.  Cassie 

    24.  Cassie

                             "Mais qu'est-ce que c'est que ça?"

                               Davis titube.

                                "Rien ne nous dit bien sûr que cette photographie est récente ou n'a pas été montée de toutes pièces ou qu'il ne s'agit pas d'une plaisanterie de mauvais goût. Néanmoins, nous devons partir du principe que celle-ci a été prise récemment et probablement par la personne qui détient Cassie ou qui sait que Cassie est détenue quelque part ou qui veut nous faire croire que..."

                                   Walter s'arrête, empêtré dans ses élucubrations.

                                  "Allons nous asseoir, Monsieur." 

                         "Mais pourquoi, inspecteur, aurait-on enlevé ma petite-fille?" grogne Marguerite, la grand-mère de Cassie.

                                 Hol grimace.

                                 "Je ne sais pas, Madame."

                                 "Et pourquoi cette photo, inspecteur?"

                                  "Je ne sais pas, Madame."

                                "Vous ne savez pas grand'chose, inspecteur."

    24.  Cassie

                          "Voilà, mon épouse... Cassandre..." 

    24.  Cassie

                         En deux, trois mots, Cassandre a compris l'horreur de la situation.

                         "Mon bébé..." se contente-t-elle de murmurer dans un sanglot.

    24.  Cassie 

               "Un mot très court accompagnait la photographie", finit par dire Hol dans le silence pesant.  

                 "Et que dit ce mot?"

                  Walter inspire encore.

                  "Tic tac, Hol"

                  "Hol? pour Holporth?"

    24.  Cassie

                        "Hol pour Hol, Madame, c'est à moi que s'adresse cette personne." 

    24.  Cassie

                                     "Je veux voir ma fille, montrez-moi ma fille.  Si ça se trouve, vous vous trompez, ce n'est pas elle.  Cela ne peut pas être elle."

    24.  Cassie

                              Si c'est elle, évidemment que c'est elle.  C'est Cassie.

                                  "Quel est le rapport entre ma fille et vous, inspecteur?  Qu'avez-vous fait que ma fille doive payer pour vous? Pourquoi ma fille est-elle entre les mains d'un forcené depuis plus de trente-six heures?  Dites-moi, inspecteur, de quoi êtes-vous coupable?  Parce que c'est cela, n'est-ce pas, l'enjeu?  Tic tac, Hol.  Si vous ne retrouvez pas ma fille dans les temps, elle mourra.  C'est cela, n'est-ce pas?"

    24.  Cassie

                                    "C'est ce que je comprends aussi, Madame."

                                     "Alors retrouvez-la, inspecteur.  Sans tarder."

                                     "Oui, Madame."

                                  Walter évite de préciser que sa hiérarchie vient de la mettre à pied.  "Un petit congé, Walter, cela te fera le plus grand bien", comme ils disent sur un air compatissant.  Jamais un inspecteur touché directement dans une affaire, quelle qu'elle soit, n'a l'autorisation d'enquêter lui-même.  Et cela fort à parier que celui ou celle qui a envoyé cette photographie le sait pertinemment.  Hol est hors jeu.

     

     

    « 14. Et le matin fut 16. Un soir parmi d'autres »
    Pin It

  • Commentaires

    3
    Pythonroux
    Lundi 17 Avril à 08:53

    bravo Justine, tu es redoutable contre Louis ^^ tu as pris sur toi pour aller à ce rendez-vous où il a osé arriver en retard et puis tu l'as bien mouché le taré... il a perdu son bouc-émissaire au moins ;)

     

    Marguerite, je vous aime... vous n'avez pas changé d'un iota pendant ces cinq dernières années, vous êtes toujours aussi géniale ^^

     

    Pauvre Walter, ça va être dur d'obéir à un ordre pareil... je suis sûr qu'il va aller faire un tour chez Julien pour ses vacances "forcées"

    2
    Mercredi 5 Avril à 09:44

    Et paf, Louis ! Mouché !^^. Les filles, ce n'est pas des robots et ce n'est pas parce que tu as fait un joli sourire qu'elles vont te manger dans la main.

    Du coup, Justine m'intrigue de plus en plus. J'espère que tu pourras nous en dire un peu plus sur le passé de la jeune fille, car elle est bien plus complexe que je ne le pensais. Après sa réaction qu'elle a envers lui, j'aurai tout à fait la même : j'ai horreur qu'on empiète mon espace vital, surtout quand j'ai rien demandé ou que la personne ne m'est pas spécialement sympathique !

    Pauvres parents de Cassie. Encore une fois, ils doivent subir la disparition de leur fille, sans en savoir beaucoup plus que la dernière fois. C'est atroce.

    Mais du coup, si Walter Hol ne peut pas s'occuper de l'affaire, qui va le faire ? En même temps, Louis a bien goupillé son affaire car il a ainsi neutralisé celui-ci qui pourrait s'approcher au plus près de la vérité (ah si il y avait une Jade Lol cela irait beaucoup plus vite^^).

    Avec cette image, Louis joue le même jeu que le corbeau dans la première saison, non ? Un effet miroir assez ironique en somme !

    Bref, la tension monte, on sent bien que cela ne va pas se terminer gentiment... Mais j'espère que Louis sera puni à la hauteur de ses forfaits.

    Et mention spéciale pour l'image avec Walter et l'hydravion ! Elle est géniale cette capture ♥♥♥.

    Je n'ai plus qu'à attendre patiemment la suite :)

      • Mercredi 5 Avril à 11:00

        Comme tu dis pour Louis :D  mouché!  Ça fait du bien de voir que tout le monde n'est pas aussi réceptif à ses marques d'attention ou à se laisser manipuler par sa "nonchalance amicale".  Louis n'imaginait sans doute pas que Justine n'était plus l'adolescente manipulable repérée par Julia :)  Lui, il est resté un peu bloqué cinq ans en arrière, elle, elle a évolué et appris de ses errements.  Elle était allée très loin, Justine, jusqu'à vouloir mourir et entraîner sa mère et son cousin avec elle.  Elle a dû vivre avec ça et s'est forgée là-dessus aussi.  Je ne sais pas si j'aurais l'occasion d'expliciter en long et en large ce personnage, ce qui l'a amenée à une telle désespérance ado, mais je te l'ai dit, je l'aime beaucoup ♥♥ 

        Pour les parents de Cassie, c'est tellement atroce d'imaginer ce qu'ils doivent endurer :/  

        Pour Walter, je pense que le but de cette photo n'est pas que écarter Walter de l'affaire :/ 

        C'est vrai, on retrouve la mécanique du corbeau dans l'envoi dans cette photographie qui permet de mettre en branle -enfin- les enquêteurs.  Espérons que Louis, cette fois, s'en sorte moins bien que la première fois.

        La suite arrivera la semaine prochaine normalement.  

        Plein de bisous et un grand grand merci pour ton commentaire ♥♥♥♥

         

        Pour l'illustration avec Walter et l'hydravion, j'ai eu trop de chance que Walter tourne la tête à ce moment-là.  Windenburg est vraiment ma ville préférée ♥♥

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :