• 16 novembre 2015

     

     

    16 novembre 2015

     

     Lundi 16 novembre 2015 - Quelque part en Belgique

     

     De l'importance de parler aux ados des attentats 

     "Anne Bacus. - C’est avec les ados qu’il faut parler le plus car ils vont entendre beaucoup de choses de la part d’autres ados et également via internet. En dehors du cercle familial, ils vont être sous forte influence, en prise directe avec des opinions extrêmes. Il est nécessaire que les adultes prennent la parole assez rapidement, pour sortir les ados de l'état de choc émotionnel. Même s’ils n’ont pas envie d’en parler en famille, il faut ouvrir la discussion, notamment le soir à leur retour du collège ou du lycée." [madame le figaro]

     

                "Alors, dis-moi, les cours se sont bien passés?  Tu as passé une bonne journée?"

                "Ouiep..."

                "Vous avez parlé des attentats?"

     

    16 novembre 2015 

     

                 "Ouiep..."

                "Les profs?"

                 "Quelques uns.  C'était nul.  Ils sont nuls."

                "Ah bon?  Qu'est-ce qu'ils en ont dit?"

                 "Bah, rien de spécial.  Vraiment nuls, je te dis."

     

    16 novembre 2015 

                

                  "Et toi, tu en as parlé avec tes amis?"

                   "Oui, mais on n'est pas toujours d'accord."

                   "C'est-à-dire?"

              "Bah c'est-à-dire que moi, je comprends.  Je comprends que les gars qui se sont fait sauter croyaient à leur cause plus qu'en leur propre vie et qu'ils nous voient comme un ramassis de mécréants dont il est nécessaire de se débarrasser."

                  "..."

     

    16 novembre 2015

     

                 "Bah, je ne dis pas que je suis d'accord avec ça. Je dis juste que je comprends. Je comprends ça et je comprends qu'il ne faut pas se mentir.  Si réellement le meilleur outil pour lutter contre ces terroristes, c'est dire qu'on n'a pas peur et bien on n'est pas rendu, c'est moi, qui te le dis.  Ils sont armés, ces gars-là, ils ne plaisantent pas et ils ne craignent pas de mourir!  Alors?  Alors?  Il nous reste quoi comme option, hein, je te le demande!"

     

    16 novembre 2015

     

               "..."

               "Euh, t'inquiètes, maman, je ne te le demande pas vraiment."

     

    ♠♠♠♠ 

     

                 "Allo, maman  Tu as essayé de me joindre?..."

     

    16 novembre 2015

     

                "Bonjour, ma fille.  Alors dis-moi tu as passé une bonne journée au boulot?  Vous avez parlé des attentats avec tes collègues?"

                  "Maman, tu  n'es pas obligée de m'appeler pour me parler de ça, je n'ai plus quinze ans!  Et crois-moi, c'est une chance pour toi.  Parce que si j'avais encore quinze ans, tu flipperais drôlement à m'écouter en parler."

                  

     

     

     

    (à suivre...)

     

     

    « 15 novembre 201517 novembre 2015 »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :