• 16. Un soir parmi d'autres

    A l'ombre du lilas

    16. Un soir parmi d'autres

     

    Windenburg - Lieu dit "les falaises"

     

    25.  Cassie

    25.  Cassie

                       Lorsque Louis arrive à la falaise, il est surpris de découvrir Sarah, toute chafouin qui l'attend déjà.  Pourtant, il a pris grand soin d'arriver en avance.  Au moins un quart d'heure, il n'a pas voulu renouveler l'expérience "Justine" comme il a décidé de la nommer.

                       "J'ai cru que tu ne viendrais pas."

                        Louis ne prend pas la peine de commencer à polémiquer sur le fait qu'en plus de ne pas être en retard, il est en avance et que ce serait bien urbain de la part de Sarah de ne pas lui prendre la tête avec des histoires de gonzesses et d'horloge qui leur sont propres.

    25.  Cassie 

                          "Oh je ne risquais pas de ne pas venir.  Viens là..."

                         Et avec une extrême douceur, Louis attire Sarah à elle.  Elle tremble un peu, frissonne.

                         "Qu'est-ce qu'il se passe?  Raconte-moi, Sarah.  Tu m'inquiètes..."

    25.  Cassie

                            Une petite mine éperdue, sur le visage, Sarah dévore des yeux Louis.

                            "J'ai cru que tu ne viendrais pas", répète-t-elle, la gorge serrée.

    25.  Cassie 

                               "Seul un cataclysme aurait pu m'empêcher de venir.  Et encore... J'avais trop envie de te voir."

                                Louis se penche, fait mine de l'embrasser mais déjà, comme un gamin, il s'écarte et, en riant, se met à courir vers le petit étang naturel qui se trouve au centre des ruines.

                                 "J'espère que tu as pris ton maillot!  Viens, Sarah, viens!"

    25.  Cassie

                      Un moment perplexe, les jambes encore tremblotantes, Sarah hésite mais le rire de Louis réchauffe ses joues et elle se met à courir elle aussi

    25.  Cassie

            Sarah sème, comme Louis le fit la précédent, ses vêtements au vent pour se retrouver en maillot.  Un peu embarrassée, elle s'installe à ses côtés et laissent ses pieds glisser dans l'eau un peu tiède; le soleil a bien tapé aujourd'hui.

             "Je suis contente que tu sois là."

              "Moi aussi."

    25.  Cassie                                     Louis sourit, Sarah est vraiment jolie.  Un peu maigrichonne à son goût mais jolie, ça oui.

                                 "Tu viens?", demande-t-il en se laissant glisser dans l'eau.  Il tend la main vers elle mais elle paraît un peu gênée.

    25.  Cassie

                                    "J'ai peur."

                                     "Peur?"

    25.  Cassie

                                     Sarah secoue la tête:

                                     "De l'eau."                            

                                     Louis fait clapoter l'eau et éclabousse un peu Sarah.

    25.  Cassie

                                     "Il ne faut pas avoir peur.  Je te promets que je ferai très attention à toi."

                                       Sarah sourit, semble hésiter un instant.

                                "Lorsque j'étais enfant, j'ai glissé dans la piscine, j'étais toute petite et pourtant, je m'en souviens.  J'ai failli mourir."

                                       "C'est ta mère qui t'a repêchée?"

                                   "Oui.  Heureusement!  Ma mère a un instinct en ce qui me concerne.  Elle sent toujours quand je ne suis pas bien, que je fais des bêtises..."

                                      "Tu fais des bêtises, toi?"

                                       "Ça m'arrive, oui."

    25.  Cassie

                                    Sarah glisse doucement dans l'eau et ses yeux s'accrochent à Louis.

                                   "J'ai terriblement peur de l'eau.  Et pourtant, c'est sans doute l'endroit où je me sens le plus vivante, dans l'eau."

    25.  Cassie

                                     Louis sent les jambes de Sarah s'enrouler autour de sa taille, ses bras se nouer autour de ses épaules.  Il bat des mains et des pieds pour se maintenir à la surface, elle s'accroche à lui comme une moule à son rocher.  

    Ils vont couler à pic s'il ne maintient pas le rythme des mouvements réguliers qui leur permettent de rester à l'air libre.  Avec immensément de lenteur, le corps de Sarah se plaque à celui de Louis.  Louis peut sentir chaque centimètre de peau de la jeune fille se coller à sa peau.  Il a l'impression que chaque pore de sa peau se marque de l'empreinte de Sarah.  

    Ils ne se sont pas très éloignés du bord, Louis, épuisé par l'effort, saisit fermement Sarah par la taille et d'un mouvement souple l'assoit sur le bord.  Ses yeux troubles se noient dans le regard égaré de la jeune femme.  Il veut sentir sa peau, son parfum, Louis écarte les cuisses de Sarah et pose avec délicatesse sa joue tout contre le ventre de Sarah qui manque une inspiration dans un hoquet de surprise et s'ouvre comme une fleur au sommeil.  Ses doigts plongent dans la chevelure drue de Louis, qui, la respiration courte, pose avec force les mains dans le bas des reins de la jeune femme et ce sont ses lèvres, cette fois qui se posent avec délicatesse sur la peau satinée de Sarah.  Sarah gémit, le joue au rouge, une chaleur presque douloureuse éclate depuis son bas ventre jusqu'au creux de sa poitrine.    Toujours aussi doux et attentif à sa compagne, Louis dépose les épaules de Sarah à même le sol, sa main derrière la nuque douce comme un oreiller de plumes.  Elle gémit, se laisse aller à ses baisers, envahir par le plaisir et lorsque des larmes roulent sur son visage, les doigts doux et tendres de Louis les chassent avec tendresse.  

                      "Viens là", dit-il, après une éternité, et Louis attire Sarah contre lui.

    25.  Cassie

                                 "Louis, je..."

                                    "Chuuut..."

                             Louis, d'un baiser, fait taire la jeune femme, la serre contre lui, très fort. Jamais moment n'avait mérité plus de silence.

    25.  Cassie

                                 

     

    ♣♣♣♣

     

                 "Alors que me vaut cette visite, ma chère Justine?"

                  "Waah, vous êtes sapé comme un prince, Monsieur Luigi."

                   "Pourquoi tu me flattes?  Tu as quelque chose à me demander?  C'est ça?"

    25.  Cassie

                        "Oh mais non, enfin!  J'avais juste envie de discuter avec vous.  Mais c'est bon, hein, je me casse si vous êtes trop saoul pour m'écouter."

                           "Je crois que je n'arriverai jamais être trop saoul pour supporter tes babillages."

                            "Na na na..."

                         "Allez, laisse-moi deviner!  T'as parlé à ta mère de la disparition de Cassie, elle t'a passé un savon et t'es venue pleurer dans mon giron?   Oh non, ne me dis pas que tu t'es inquiétée pour Julien et que tu l'as appelé?  Que tu t'inquiètes pour quelqu'un d'autre que toi, ce serait vraiment une nouvelle qui mériterait les gros titres dans les journaux." 

                               Et le vieillard se met à rire, se tenant les côtes.  Justine peste un moment.

                               "M'enfin!..."

    25.  Cassie

                                   "On peut être sérieux deux minutes, monsieur Luigi?  S'il vous plaît."

                                     Au "s'il vous plaît", Monsieur Luigi arrête immédiatement de rire, il sourit même, de façon avenante.  Il l'aime beaucoup, Justine, même s'il ne l'avouera jamais.

                                       "Vas-y, gamine, je t'écoute."

    25.  Cassie

                                    Justine va droit au but.

                                     "J'ai reçu un message de Louis Van Laer, ce matin, il me donnait rendez-vous.  J'y suis allée."

                                     "Le blondinet complètement taré?  Et toi, tu y es allée?  Mais enfin, Justine!  C'est une minuscule noix de cajou que t'as dans la caboche ou quoi?  Et bien sûr, tu y es allée seule?"

                                      "Bah oui, je n'allais pas emmener ma mère, même si franchement, j'ai été tentée... des fois qu'il pète un câble et lui brise le crâne."  

                                        Justine rigole un peu à sa vanne puis redevient sérieuse:

                                        "Je voulais savoir ce qu'il me voulait.  Son message parlait de Julia Foison."

                                        "Julia Foison?  Mais de mieux en mieux..."

    25.  Cassie                                Justine plisse les yeux.

                               "En même temps, de le voir, j'ai paniqué.  Et je me suis débinée sans savoir ce qu'il me voulait exactement."

    Justine serre les mâchoires et son regard s'assombrit.

                                 "Ça ne sent pas bon tout ça, Monsieur Luigi.  Ce n'est jamais bon de remuer le crottin comme ça.  Ça pourrait me porter préjudice, si on venait à savoir que je traînais avec la Foison, ado."

                                  "Evidemment, on en revient à ta petite personne.  Tu aurais dû y penser avant de te mettre en tête de te débarrasser de ta mère."

                                   Justine ne se défend pas.  Le vieil homme a raison.

                                  "Ma mère aurait dû me balancer aux flics.  Cette histoire serait derrière moi et je n'aurais plus besoin de m'en préoccuper." 

    25.  Cassie

                                    "Elle a voulu te protéger."

    25.  Cassie

                               Justine ne répond rien.  A quoi bon?  Elle sourit tristement à Monsieur Luigi qui se retient à grande peine de ne pas se lever et de serrer dans ses bras la jeune femme.  Jamais Justine ne lui a fait aveu du pourquoi elle détestait sa mère à ce point. Et les années passaient et Monsieur Luigi doutait que les choses s'arrangent un jour entre mère et fille.

                          "Vous savez, Monsieur Luigi, je ne peux pas m'empêcher de trouver bizarre que Louis s'intéresse autant à Julia et à ce qu'il s'est passé.  Je trouve bizarre qu'il soit allé trouver Julien le jour où Cassie disparaît, je trouve bizarre qu'il soit venu me trouver...  J'ai une drôle de sensation, vous voyez, quelque chose que je ne peux pas expliquer."

    25.  Cassie

                                   "Tu sais, Justine, ça reste plausible si, comme Julien me l'a expliqué, Louis travaille à un nouveau roman dont le personnage principal est Julia Foison."

                                            Justine réfléchit un moment encore, les yeux baissés.

                                         "Je vois ce que vous voulez dire.  Mais Louis connaissait Julia suffisamment, il n'a pas besoin de moi pour dresser un portrait d'elle.  Encore, qu'il ait eu envie de voir Cassie qui est la dernière personne... soit... Mais moi?  Je suis sûre qu'il y avait autre chose.  J'aurais dû, pour une fois, être moins ... moins... enfin, vous voyez quoi.  Mais je n'ai tellement pas envie de replonger là-dedans.  Je ne m'en sors pas si mal, finalement, n'est-ce pas?"

                                            Monsieur Luigi sourit au visage de poupée qui le regarde si intensément.  Il n'est pas besoin qu'il acquiesce; pourtant, il le fait.

                                               "Tu ne t'en sors pas mal, c'est vrai."                                   

    25.  Cassie

                             "Il faut que je retourne voir Louis..."

                              Monsieur Luigi secoue la tête.

                              "Je ne crois pas que ce soit une bonne idée."

                               "Vous dites toujours que rien n'arrive par hasard, Monsieur Luigi.  Que Louis vienne me parler de Julia, qu'il me dise qu'il pense que Julia n'a pas pu mettre fin à ses jours elle-même, que Cassie disparaisse à nouveau...  Je vous dis que je sens quelque chose.  Je ne peux pas expliquer mais ça n'est pas cohérent. Ce n'est pas cohérent que Julia Foison passionne à ce point Louis alors que si vous lisez le bouquin que Louis a écrit en détention, jamais il ne fait mention de Julia.  Or, il me semble que dans ce qu'il s'est passé, au vu de ce que nous savons de lui, vous et moi, ce n'est pas normal.  Il a tu toute une partie de son expérience dans son bouquin.  Pourquoi?" 

    25.  Cassie

                                   "Parce qu'il ne voulait pas alourdir son bouquin et qu'il préparait déjà le suivant?"

                                    "Ça n'a pas de sens, Monsieur Luigi.  Lorsque Louis se met à écrire son histoire, il ne peut pas imaginer que sa sœur le fera publier.  Je ne connais pas les mots exacts qu'il écrit mais c'est ce qu'il dit et c'est ce qu'il raconte lorsque les journalistes l'interrogent...  Si je tenais un journal intime à rebours, Monsieur Luigi, Julia y apparaîtrait forcément et ma tentative d'assassinat sur ma mère aussi."

                                      Monsieur Luigi sent son ventre se serrer.

                                      "Il ne parle pas des agressions qu'il a commises?"                                 

    25.  Cassie

                          "Juste celle de Sarah.  Je vous le dis, Monsieur Luigi, ça ne colle pas."

                          Monsieur Luigi boit un coup, apprécie la liqueur sirupeuse qui coule dans son gosier et la chaleur qui envahit son esprit et brouille un instant sa vision.  Il claque ses lèvres l'une contre l'autre.  

                            "Pourquoi tu me racontes tout ça, en fait?"

                          Justine frisonne, elle a senti le changement de comportement de Monsieur Luigi qui devient plus agressif.

                        "Des médecins compétents se sont penchés sur le cas de Louis, tu penses vraiment qu'ils l'auraient laissé sortir s'il représentait encore un danger?"

                    "Quand je vous ai dit que j'avais vu Louis, vous aussi, Monsieur Luigi, vous avez jugé cela imprudent.  Je suis sûre que vous aussi, vous sentez qu'il y a quelque chose de pas net dans cette histoire."

                              "Ne pense pas pour moi.  Le sujet est clos.  Tu ne verras plus Louis.  Et s'il t'envoie un message, tu ne lui répondras plus.  A part ta mère et moi, personne ne sait pour l'histoire de Julia et de poison, cela doit rester ainsi.  M'as-tu compris, jeune fille?"

    25.  Cassie

                             Justine ne répond rien.  A quoi bon?

                             "Bien", conclut Monsieur Luigi, "fais-moi écouter les accords que je t'ai donnés à travailler..."

                             Justine se lève sans râler, prend sa guitare et s'exécute.

    25.  Cassie

                                 Monsieur Luigi se laisse un instant entraîner par la musique de Justine.  Cette petite a vraiment beaucoup de talent.  Puis un instant, sa mine redevient grave.  Il va falloir qu'il se procure un exemplaire du bouquin du gamin, là, le blondinet.  Puis il faudra peut-être qu'il se mette un peu plus à trainer du côté de Windenburg; mais sans que Justine le sache.  Qu'elle ait raison ou non, ce n'est pas bon qu'elle fréquente ce Louis Van Laer, la gamine. 

     

    ♣♣♣♣

     

                                      Sarah frissonne.  

                                     "J'ai peur..."

                                  "Encore?  Je vois ça", se contente de dire Louis, en serrant plus fort la main de Sarah et lui souriant tendrement.

    25.  Cassie

                             "C'est normal d'avoir peur de certaines choses, de certaines personnes, de certains événements."

                                              "C'est ce qui me rend humaine?"

                                              "C'est ce qui te rend prudente."

                                               Sarah sourit doucement.

                                               "Il y en a beaucoup qui ne vont pas comprendre que toi et moi... enfin..."

                                               Sarah rougit et se cache derrière sa main.  Louis la trouve vraiment attendrissante.  

                                                Elle reprend doucement:

                                               "Il y a en a beaucoup qui ne vont pas comprendre que toi et moi on soit ensemble, que je sorte avec toi alors que..."

                                                  Louis jouit de l'instant, du souvenir évoqué, des papillons qui voltigent et se cognent à la paroi de son estomac.

                                              "Il y en a beaucoup qui ne vont pas comprendre que toi et moi, on soit ensemble, alors qu'il y a cinq ans tu m'as battue à mort."

                                               "Ça t'ennuie?"

    25.  Cassie

                               "Que tu m'aies battue presque à mort?  Oui, un peu."

                                Sarah, prudente, s'éloigne un peu.

    25.  Cassie

                              Louis soupire intérieurement.  Zut de zut.

                               "Non, non, ce que je veux dire, c'est : est-ce que ça t'ennuie qu'on pense ça de nous?"

                               Vite, Louis reprend la main de Sarah.  Ne pas perdre le contact et il ajoute:

                        "Ma belle-mère, Dana, pense, elle, que ça te ferait une sacrée publicité pour ton exposition à venir."

                                 "Ah oui, elle pense ça, elle?"

                                 "Oui, elle m'a mis en garde contre ta mère et toi."

    25.  Cassie

                                   "Et tu en penses quoi?"

                                 "Je n'en sais rien, c'est à toi me le dire."

                                "C'est sûr que ça attirerait du monde mais les gens penseraient surtout que je suis totalement tarée de sortir avec toi après ce qui s'est passé.  Ils trouveraient ça... comme tu dis déjà?"

                                   "Glauque?"

                                   "Oui, c'est ça, glauque.  Je ne pense pas que ce coup de pub ferait monter ma côte.  Sauf si tu me tues, là, ce serait bingo, voire même une petit tabassage en bonne et due forme les rendrait tout chose.  Ils se diraient qu'effectivement, j'étais bien tarée et ils pourraient disserter autour de mes tableaux, dans leur salons, avec leurs amis bien sous tous rapports."

                                         Louis sourit.

                                          "Alors, ce n'est pas pour faire ta pub que tu ..."

                                         Louis hésite.  Sarah s'émeut.

                                          "... que je veux être avec toi?  que je suis avec toi?  que nous avons fait l'amour ce soir? et que je voudrais recommencer, encore et encore puis m'endormir dans tes bras et sentir tes lèvres dans mon cou et m'éveiller le matin en sentant ton odeur partout dans mes draps?  Et t'embrasser ici... puis ici et encore ici..."

                                         Le désir se fait charnel, la respiration de Louis s'est accélérée, celle de Sarah tout autant. 

    25.  Cassie

     

    ♣♣♣♣

    Windenburg - Chez Walter Hol

    25.  Cassie

                      Après sa visite chez les parents de Cassie Holporth, Walter est retourné au poste de police.  Il y a déposé sa carte, son arme, rangé son bureau, répartit ses dossiers en cours entre les personnes de son équipe, traîner encore un peu, écouter aux portes. Il ne sait pas combien de temps durera sa "mise à pied".  Il a voulu aider ses collègues à ressortir ses derniers dossiers, les personnes que Walter avait fait coffrer ces dernières années et qui devaient être dehors, à présent.  C'était une première piste puisque l'auteur de l'enlèvement de Cassie avait l'air de lui en vouloir personnellement.  Evidemment, avec mille égards, il s'était fait mettre à la porte du Q.G. de crise.

                        Walter avait dû fini par échouer comme un misérable au milieu de son salon vide.

                         "Non, mais qu'est-ce que tu croyais, Hol?  Que ta femme t'attendrait gentiment assise sur le sofa avec un cappuccino dans les mains?  Déjà, ce n'est plus ta femme depuis des années et après, tu n'as même pas pris la peine de lui envoyer un mot, lui donner un petit coup de fil de toute la journée." 

    25.  Cassie

                                 "T'es qu'un ringard, un ringard, Hol!  Et c'est pour ça que tu te retrouves tout seul, que t'as perdu la seule femme que tu puisses aimer parce que... parce que ... TU ES UN RINGARD!  ... Puis franchement, tu serais bien malin, Hol, avec Carine revenue dans ta vie alors qu'un malade est en train de jouer avec toi comme un chat avec une souris.  Et c'est sûr!  Et tu ferais quoi, hein, si ta femme - qui n'est même plus ta femme - avait été là, hein?  Tu l'aurais fichue dehors pour la protéger?..."

    25.  Cassie

                             "Allez, bouge de là, ringard...   C'est tout ce qu'il te reste maintenant."

    25.  Cassie 

                                  Evidemment, si Walter était rentré, disons une demie heure plus tôt, il aurait su que Carine l'avait attendu, très longuement sur son seuil, avant de se désespérer et lever le camp.

    25.  Cassie 

     

    ♣♣♣♣

                               "J'ai faim."

                               Louis saute sur ses pieds et se précipite vers le feu.  

    25.  Cassie

                                    "Viens, on va se faire griller des guimauves...!"

    25.  Cassie

                                     "mmmh, c'est délicieux!  Tu n'en veux pas?"

                                     "Louis, je dois te dire quelque chose, encore."

                                      "Oui, bien sûr, je t'écoute." 

    25.  Cassie 

                                       "Je m'en fiche de ce que les gens pensent de moi.  Ce qui compte, c'est ce que je ressens là, quand je te vois..."

                                            Sarah pose la main sur son cœur.

    25.  Cassie 

                                   Louis regarde Sarah, intensément, et bizarrement, contre toute attente, il comprend ce qu'elle veut dire.

                                           "Oh, Sarah, mais tu frisonnes, vite, mets mon pull.  Je ne voudrais pas que tu attrapes froid."

    25.  Cassie 

                                         "Louis, je voulais te dire..."                                      

    25.  Cassie 

                                       "Je ne sais pas si c'est bien ou si c'est mal.  Je ne sais pas si tout ce que je ressens lorsque tu me touches n'est que passion, braise, n'est que le reliquat du syndrome de Stockholm comme ils disent, n'est que la marque d'une folie latente chez moi... Je ne sais pas... et je sais que toi non plus, tu ne peux pas être sûr de ma sincérité, de la véracité de mes sentiments.  Je voudrais juste te dire que j'étais déjà amoureuse de toi avant, que j'étais prête à larguer Ludo pour toi, que je comprends à quel point tu n'étais pas toi cette nuit-là, que ce n'était pas moi que tu punissais mais toi...  Et... et...j'ai tellement rêvé de toi, de cette nuit de cauchemar, tu sais.  Je devrais t'en vouloir encore, avoir peur de toi encore.  Et oui, j'ai peur aussi mais ... Zut...  Je ne sais pas comment te le dire..."

                                          Les bras de Louis s'enroulent tout autour de la taille de Sarah.  Il sent sa peine et, de façon très étrange, en est ému.  Alors il murmure:

                                                 "... alors ne dis rien."

                                          Et leurs lèvres s'unissent et pour la première fois de toute sa vie, Louis se sent bien, apaisé, entier, sans colère ni haine.

    25.  Cassie

                                  Et il serre ce petit bout de femme vulnérable qui tremble un peu, qu'il pourrait briser d'un coup, d'un seul, mais qu'avec tendresse, il cueille d'un baiser doux.

    ♣♣♣♣

     

                                 Walter s'est défoncé les poumons et les mollets.  S'il n'avait sa dignité, c'est en rampant qu'il repasserait le seuil de sa maison.  Vide... Evidemment.

    25.  Cassie

                                            "Allez, mon gars, une douche glacée, ça devrait te remettre les idées en place."

    25.  Cassie

                               "Le lien, il faut trouver le lien entre Cassie et toi, Hol."

    25.  Cassie

                     Les mots de Cassandre poursuivent Hol comme un écho:

    "Quel est le rapport entre ma fille et vous, inspecteur?  Qu'avez-vous fait que ma fille doive payer pour vous? Pourquoi ma fille est-elle entre les mains d'un forcené depuis plus de trente-six heures?  Dites-moi, inspecteur, de quoi êtes-vous coupable?"

                       "De quoi suis-je coupable?  Quel est le lien?  Y a-t-il lien?  Mis à part, le fait que j'ai enquêté sur la première disparition de Cassie?" grommelle Walter.

    25.  Cassie 

                     Walter s'assoit, sans même goûter ce qu'il met en bouche, sans savoir s'il a vraiment faim, il se met à manger.

                      "Mis à part, le fait que j'ai enquêté sur la première disparition de Cassie", se répètet-t-il dans un murmure.

    25.  Cassie

                             "Cette fois, Cassie, ça va être compliqué de nous faire croire que tu t'es perdue pendant ton jogging."

    25.  Cassie 

    "Quel est le rapport entre ma fille et vous, inspecteur?  Qu'avez-vous fait que ma fille doive payer pour vous? Pourquoi ma fille est-elle entre les mains d'un forcené depuis plus de trente-six heures?  Dites-moi, inspecteur, de quoi êtes-vous coupable?"

                                 En grimaçant, hésitant, Hol se saisit de son portable.  Trois sonneries résonnent.

    On décroche.

                                  "Julien?  C'est Hol."

                                   Mais une voix de femme répond :

                                  "Walter?  Walter Hol?"

                                  "Oui, c'est moi.  A qui ai-je l'honneur de parler?"

                                   Mais la correspondante de Walter ne s'adresse plus à lui:

                                   "Monsieur Clove, nous sommes enregistrés, pouvez-vous confirmer que c'est bien votre portable que j'ai décroché et que c'est Monsieur Hol qui est repris sous "chef" dans votre répertoire qui vous appelle?"

                                   Walter fronce les sourcils.

                                   "Allo?"

                                   "Oui, Walter, un instant, je te reprends tout de suite."

                                    C'est à ce moment que Walter reconnaît la voix.  Sandra, la commissaire de San Myshuno.  Il entend du bruit, imagine sans mal que la femme sort d'une pièce, entre dans une autre, referme une porte.  Walter ne pipe mot.  Il a déjà compris.

                                  "Nous allons placer Julien Clove en garde à vue, Walter."                       

    25.  Cassie

                          Julien en garde à vue?  Walter ne s'attendait pas à cela.  Il écoute sa collègue un moment, toujours en silence.  Les faits, rien que les faits, les présomptions, les sentiments, les pressentiments, les émotions, on laisse tout ça au vestiaire quand on entre dans la police.  Apparemment, l'enquête à San Myshuno a trouvé le lien que cherchait Walter.  Ils sont arrivés à la conclusion que Julien était le lien entre Walter et Cassie.  Cela peut sembler invraisemblable et pourtant...                              

                                   "Sandra...?"

                                   "Non, Walt'.  

                                   "Non?  Mais je ne t'ai encore rien demandé."       

    25.  Cassie

                                   "Walter, si j'étais impliquée directement dans une enquête de disparition, est-ce que tu me laisserais interroger ton suspect?"

                                       Walter plisse les lèvres et secoue la tête.

                                        "Non, évidemment que non."

                                        Le silence répond à sa franchise.

                                     "Je prends ma pause vers 11h15'.  Si par hasard, tu passais par le commissariat demain, tu pourrais passer me chercher, que nous allions déjeuner ensemble?"

                                       Walter sourit.

                                      "Merci, Sandra."

    « 15. Tic tac17. Les ombres du passé »
    Pin It

  • Commentaires

    5
    Pythonroux
    Lundi 17 Avril à 09:23

    Sarah est vraiment aussi tarée voir plus tarée que Louis mais il parait que l'amour rend aveugle.... donc bon.

    Mais j'ai un peu l'impression qu'elle change un tout petit peu Louis sur la fin de leur rendez-vous.

     

    Arf, ça se corse pour Julien et Walter... mais je ne comprends pas ce que les flics ont pu trouver sur Julien pour que celui-ci devienne suspect. vivement la suite... ils considèrent surement que la façon dont il est allé les voir pour les prévenir de la disparition de Cassie est pour se faire un alibi ;)

     

    vite vite vite, la suite ;)

    4
    Mélie Daydreamer
    Vendredi 14 Avril à 14:33

    Bonjour Eulaline, 

    Je suis dans l'ombre votre legacy depuis plus d'un an maintenant, et c'est un peu par hasard que je me suis lancée dans cette histoire. 

    J'ai lu d'une traite la première partie, et viens de "finir" la seconde. Les commentaires ne sont pas vraiment mes amis, je ne sais jamais quoi écrire, mais je fais une exception cet après-midi pour vous dire ô combien vos personnages sont aussi pertinents que merveilleusement bien construits ; et ô combien votre plume est remarquable ! 

    Merci pour ces heures frissonnantes, 

    Au plaisir de vous lire, 

    Mélie. 

      • Samedi 15 Avril à 16:37

        Merci beaucoup à vous surtout, Mélie  Je suis très très touchée par votre commentaire ♥♥ et ravie que ma petite histoire vous plaise.

        La suite arrivera très vite.  

    3
    Mardi 11 Avril à 14:49

    Je crois commencer à comprendre comment fonctionne Sarah, au vu de ce que tu nous dit de son passé (ce n'est que ma vision des choses^^) : le fait qu'elle a failli mourir étant toute jeune, a je pense, jouer dans son comportement futur, et je me demande, si le fait de se "mettre en danger" n'est pas une façon de se sentir plus vivante... Comme de sortir avec Louis qui l'a pratiquement tabassé à mort autrefois. Une masochiste, en quelque sorte. Mais j'avoue que cela ne me la rend pas plus sympathique...

    Quand à Louis, je m'interroge toujours quand au pourquoi de sa relation avec Sarah. Est-il amoureux ? Cela m'étonnerait. Il n'est amoureux que de sa propre personne, celui-là.

    Justine. En voici une qui me surprend agréablement. Elle ne sait pas trop ce qu'il y a, mais elle a l'intuition que quelque chose cloche dans le comportement de Louis. Bon, évidemment, elle pense aussi à protéger ses arrières et elle ne veut pas qu'on se remette à fouiller le passé. Elle est finalement pas aussi fofolle qu'elle en donne l'air. Et puis j'aime beaucoup la relation qu'elle a avec Monsieur Luigi. Il est assez paternaliste avec elle finalement et cherche à la protéger, même s'il ne le reconnaîtra jamais ! Est-ce que tu nous parleras un jour du pourquoi Justine déteste sa mère ou tu laisseras finalement cela dans la touche de mystère ? ^^

    Quand à Walter...ahhh, Walter. Malheureux en amour et sur la touche au travail. Mais qui pense toujours comme un flic. Et c'est peut être pour cela aussi qu'il est si bon. Il n'arrête jamais d'analyser. Et il a déjà apparemment un début de piste. Espérons qu'il puisse en parler d'avantage avec sa collègue Sandra.

    Julien en garde à vue, cela tombe également sous le sens. Le plus proche de Cassie. Qui n'est pas blanc comme la neige. Les policiers font leur boulot en l'interrogeant.

    Maintenant, cette histoire aurait été beaucoup plus simple si Cassie avait parlé dès le début. Mais il n'y aurait pas eu d'histoires et cela aurait été moins drôle intello.

    Tes personnages deviennent de plus en plus complexes, avec des motivations pas très avouables mais humaines. Toujours autant sous le charme. Et je suis toujours en apnée en lisant ton histoire : que va t'il encore se passer et qui finalement arrivera à trouver la solution et à enlever le masque que porte Louis ?

    ♥♥♥

      • Mardi 11 Avril à 16:54

        Agahte,

        Je suis trop contente!  Bien vu pour Sarah!  C'est ce qui la motive, se sentir vivante et pour cela s'approcher du danger, au plus près.  Maintenant, contrairement au masochiste, je ne pense pas que la douleur soit son moteur et source de plaisir; mais je peux me tromper :/  Effectivement, cela ne la rend plus sympathique mais on comprend un peu mieux pourquoi elle est attirée par Louis.

        Le pourquoi de sa relation avec Sarah, pour moi, réside toujours dans le fait des apparences (être le fils parfait, le frère parfait, l'amoureux parfait).  Je suis pratiquement certaine que c'est la seule chose qui le motive.  Pour le moment en tout cas.

        Justine a "trouvé" en Monsieur Luigi une figure paternelle qui lui manque.  D'ailleurs, elle se rebelle très peu contre lui, contrairement aux autres. Et Monsieur Luigi, bizarrement, a accepté le rôle qu'elle lui a donné.  Il y aurait beaucoup à en dire de ce côté-là aussi.  Pour le passé de Justine, si ça se prête, je le raconterai sinon, ce sera peut-être pour une prochaine fois :)

        Walter ne pouvait pas laisser tomber aussi "facilement" l'affaire.  De toute façon, je pense que personne n'aurait pu, surtout que la vie de Cassie semble en jeu.  Walter a senti une similitude entre la première et la seconde disparitions de Cassie.  C'est ce dont il voulait parler à Julien.  C'est ce dont il veut parler avec Julien.  A voir si Sandra le laissera effectivement approcher son suspect comme on le suppose à la fin du chapitre ou ...?

        Oui, forcément, les soupçons se sont portés sur Julien :/  J'imagine qu'il doit être franchement désespéré de constater que lui, dans les bureaux du poste, plus personne ne cherche Cassie :/

        Ah oui, si Cassie avait parlé... :o

        Et merci merci merci merci ♥♥♥♥

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :