• 17. Les ombres du passé

    A l'ombre du lilas

    17. Les ombres du passé

     San Myshuno - commissariat central

    17.

                      "Walter, je suis contente de te revoir.  Tu as l'air en forme, dis-moi." 

                       Walter sourit.

                       "Merci, Sandra.  Toi aussi, tu as l'air en forme."

    17.

                        "On va déjeuner?"

    17.

                        Et sans attendre la réponse de Walter, Sandra se lève.  Walter, un peu dépité - il s'était imaginé qu'il pourrait voir Julien et que l'histoire du déjeuner était un subterfuge - tente de cacher sa déception, ne renonce pas pour autant à son projet et suit Sandra.

    17.

                         La journée est belle.  Sandra emmène Walter sur la petite place à deux rues du commissariat.  Elle commande, il commande.

    17.

                           Et ils s'installent, l'un à côté de l'autre.

    17.

                         "Alors, raconte, comment va la vie, mon cher Walter?"

                          Walter avale la bouchée qu'il vient de porter à sa bouche et sourit courtoisement:

                           "La vie va bien, merci.  Et toi, Sandra?"

                           "Divorcée, deux enfants, neuf et treize ans que je ne vois pour ainsi dire jamais.    Toi, Carine? Des enfants?"

                           "Divorcé, sans enfant."

                            Sandra pose un regard attentif sur Walter, tentant sans doute de déceler sur les traits de son ami une désillusion, un regret; comme ceux qu'elle porte elle-même.

                            "Bah, la vie est faite de choix et pas seulement les nôtres, n'est-ce pas, Walter?"

    17.

                             Walter ne répond rien.  Le silence s'installe.

                              "Tu sais, il y en a qui parviennent à tout allier.  Vie de famille, boulot.  On doit juste ne pas être tombé sur la bonne personne, toi et moi."

                                Walter soupire.  Quand vont-ils entrer dans le vif du sujet?  Ce n'est pas qu'il n'a pas envie de parler de sa vie personnelle avec Sandra, mais bon, il n'est pas venu pour ça!  Sandra, semblant lire dans les pensées de Walter, sourit:  

                                "Mais tu n'es pas là pour discuter de tout ça.  Bien, allons-y.  Je t'en parle mais c'est en tout confidentialité et en souvenir de nos jeunes années, Walter, et de la réputation qui est la tienne."

                                  Walter acquiesce, se penche pour mieux suivre Sandra qui est partie sans attendre dans la fameuse énonciation des faits:

    17.

                                   "Rappel des faits: Julien Clove reçoit fin d'après-midi un appel d'une collègue de Cassie lui signalant que sa compagne n'est pas revenue de son déjeuner et souhaite savoir si celle-ci saura arriver plus tôt le lendemain.

    Julien ne dit pas à cette collègue que Cassie n'est pas chez eux et ne semble pas particulièrement troublé par cette nouvelle, dixit la collègue.  Il paraît juste agacé par l'appel.

    En revanche, Julien Clove signale le lundi soir, deux heures environ après cet appel, que sa compagne, Cassie Holporth n'est pas rentrée du boulot.  Tu connais la procédure, mon agent la suit, le délai n'est pas écoulé, la personne a beaucoup de chance de rentrer dans les temps.  Elle est majeure, a peut-être eu un rendez-vous surprise.  Bref, rien d'alarmant.  La conversation est enregistrée.  

    Nous avons vérifié les appels de Julien Clove.  Avant d'appeler la police, effectivement, il a contacté l'hôpital de San Myshuno pour voir si une personne du nom de Cassie Holporth y avait été admise.  C'est le seul coup de fil qu'il passera ce soir-là.  Aucun ami, aucun parent, pour vérifier que Cassie est chez eux.  Il ne rappelle pas non plus la fameuse collègue.

    Le lendemain, vers les sept heures du matin, il déboule à l'appartement de Monsieur Ludovic Vernan avec qui Cassie a effectivement déjeuné le jour de sa disparition.

    17. L'irréversible

     "Messieurs Clove et Vernan ne sont pas vraiment amis.  Apparemment, il y aurait une histoire de jalousie entre eux, au sujet de Cassie, justement.  La conversation tourne autour de ce déjeuner, Julien Clove veut savoir si Cassie aurait dit à son sujet quelque chose d'inhabituel.  Ludovic Vernan affirme qu'il n'en est rien, autant à Julien qu'à nos inspecteurs." 

     

    17.

                       "Cassie, après son déjeuner, comme souvent, environ cinq ou six fois par semaine, se rend à la salle de sport.  Tout le monde semble savoir que c'est une routine pour Cassie de faire un peu de sport avant de retourner au travail.

    C'est là que se rend Julien Clove après avoir quitté l'appartement de Ludovic Vernan.  Là-bas, il interroge longuement le gérant pour savoir s'il a vu quelqu'un avec Cassie puis se rend, dit-il, voir ce que renferme le casier de Cassie.  C'est là, dira-t-il, à nos agents qu'il a trouvé les vêtements que portait Cassie la veille, ainsi que son sac à main, son portable, ses clés.   Julien  montre à notre agent, ces effets personnels au poste lorsqu'il vient faire enregistrer sa déclaration de disparition.  Sans doute, et c'est un point négatif, notre agent aurait dû recueillir ces effets à titre de pièces à conviction mais l'enquête, à cet instant, n'est pas encore ouverte.  Le délai n'est toujours pas écoulé.

    D'ailleurs, à ce sujet, le gérant de la salle de sport ne l'a pas vu ressortir avec ces fameux effets personnels, Julien Clove serait sorti par les ascenseurs menant directement au parking.  Nous n'avons donc pas la preuve formelle que, effectivement, ces vêtements et autres objets personnels se trouvaient dans le casier de Cassie Holporth.

    Du commissariat, Julien Clove rentre directement à son appartement.  Toujours aucun coup de fil à personne.  Ludovic Vernan se présente à son domicile.  Julien est occupé à faire du sport.

    Ils passeront l'après-midi à fouiller les ordinateurs etc

    17. L'irréversible

    C'est ce soir-là que Julien t'appelle.  Enfin, un coup de fil!  Enfin! ai-je envie de souligner, un coup de téléphone!  Mais pourquoi à toi?  C'est une question intéressante.  Officiellement pour obtenir de l'aide, mais n'est-ce pas déjà pour t'inclure, Walter?"

    Walter gesticule.

                   "Là, tu n'es plus dans les faits, Sandra."

    17.

                     La commissaire sourit.

                    "L'après-midi, les rédactions reçoivent la photographie de Cassie.  Lorsque celle-ci est transmise à San Myshuno, le lien est immédiatement établi et la disparition de Cassie Holporth est déclarée sérieuse et devient prioritaire.  Ta hiérarchie est contactée puisque tu es cité directement."

                      Walter dodeline du chef et soupire doucement:

                    "Tu en conclus donc que Julien a enlevé Cassie, la séquestre quelque part et qu'il me met au défi de la retrouver.  Ses mobiles: passionnel pour Cassie, vengeance pour moi.  C'est ça?"

                      "C'est toi qui l'as arrêté lorsqu'il était ado et tu l'as suivi pendant des années après, si mes informations sont bonnes.  Il en a sans doute quelque rancune.  Et Julien Clove est connu pour ses coups de sang.  Une jalousie mal contrôlée peut mener à des actes extrêmes, la passion est souvent le mobile des meurtres les plus atroces entre conjoints."

                        Sandra serre ses mains l'une contre l'autre.

                        "Walter, je pense que Cassie est déjà morte.  Que Julien a monté toute cette histoire pour nous mener sur une mauvaise piste.  Sur la photo, Cassie semble endormie, mais en fait, on ne peut pas en être certain."                     

    17.

                         Sandra ferme un instant les yeux.

                        "De ce que j'ai vu, Julien Clove est intelligent.  Et il l'a démontré déjà dans le passé qu'il peut se jouer à volonté de la police."

                           Walter serre les lèvres,  ajoute:

                            "Il a reçu de la visite cette après-midi-là."

                             Le regard de Sandra s'égare:

                            "Louis Van Laer, oui.  J'ai demandé à ton équipe de passer le voir ce matin.  Il doit être en train de donner son témoignage à cette heure-ci.  Mais Julien avait le temps avant la visite de Monsieur Van Laer pour tuer Cassie, tu sais."

                               "Tant que tu n'as pas de corps, Sandra, tu ne peux pas conclure à cet assassinat.  La priorité est, et reste de retrouver Cassie, vivante ou non."

    17.

                                 "C'est pourquoi Julien Clove est en garde à vue, Walter.  Il va finir par tout balancer, j'en suis sûre."

                                   "Sauf si ce n'est pas lui."

                                   "Walter..."

                                   Walter secoue la main.

                                   "Loin de moi l'idée de remettre en cause les conclusions de ton équipe, Sandra.  Mais c'est une éventualité que toi, tu ne peux pas repousser.  Je comprends que les faits et le comportement de Julien laissent à penser à tes hommes que Julien est coupable.  Néanmoins, si je puis me permettre, ils se sont plus intéressés à Julien qu'à Cassie.  Or, toi, tu sais que la victimologie est souvent bien plus éclairante."

                                     Walter prend bien soin de ne pas mettre en cause Sandra directement.  Celle-ci n'est pas dupe du manège mais ne le relève pas.

    17.

                  "Je sais que tu es spécialisé dans les recherches d'individus disparus, surtout les adolescents.  C'est forcément plus ta méthode.  Alors, vas-y parle-moi de  la victime, de Cassie.  Qu'en sais-tu, Walter?"

                   Walter pince encore les lèvres, fait semblant de réfléchir un instant, Sandra soupire, Walter se lance:

                    "Si ton équipe avait fait des recherches sur Cassie Holporth, ils n'auraient sur ces dernières années rien trouvé.  Mais moi, j'ai connu Cassie à Windenburg.  Cassie Holporth se retrouve aux premières loges lorsqu'on découvre l'oeuvre de Julia Foison, l'empoisonneuse.  Cassie devait être sa prochaine victime, mais elle a réussi à s'enfuir.  C'est alors que Julia Foison s'est donnée la mort."

                     Sandra réfléchit un instant.

                      "Je ne vois pas le rapport, Walter, sans vouloir moi non plus te manquer de respect."

    17.

                       C'est vrai que ce n'est pas limpide.

                        "Ce que je veux te dire, Sandra, c'est qu'à rester bornée sur une théorie, peut-être que ton équipe se fourvoie.  J'ai été impliqué dans l'histoire de Julia Foison, directement et indirectement.  Le lien entre Cassie et moi n'est peut-être pas uniquement Julien, tu vois?  Peut-être que Cassie est vivante, peut-..."

                         Sandra lève la main.

                          "Ok, ok, Walter."

                          Sandra frotte ses paupières lourdes de fatigue.  Elle n'a pas beaucoup dormi cette nuit.  Les affaires qui se suivent les unes après les autres, la responsabilité de sa charge pèse sur les épaules de la jeune commissaire, certains jours plus que d'autres.

                            "D'accord, je vais demander qu'on se penche aussi de ce côté-là mais mes ressources humaines ne sont pas extensibles à l'infini."

                             Walter regarde avec tendresse son amie des temps anciens.  

                              "Sandra, je..."

    17.

                                  Sandra sourit, indulgente.

                                 "Quoi?  Tu veux quoi encore?"

                                 "Est-ce que tu me laisserais, juste cinq minutes avec Julien?  S'il te plaît, Sandra."

                                 "Tu l'aimes bien, ce Julien, hein?  Je comprends."

    17.

                                    Walter ne nie pas.

                                    "C'est un bon gars, je t'assure, Sandra.  Puis, tu sais, c'est faux, ce n'est pas moi qui l'ai arrêté à l'époque, c'est lui qui a fait en sorte qu'on l'arrête à l'époque lorsque son arnaque a mis à jour un système de blanchiment d'argent sale."

                                    "Bon..."

                                     Sandra respire un grand coup. 

    17. 

                          "C'est d'accord, Walter, je te laisse cinq minutes avec lui mais j'assiste à votre entretien."

                                   "Evidemment.  Merci, Sandra.  Je t'assure que je te revaudrai ça."

                                    "Un dîner?"

                                     "D'accord, un dîner, avec plaisir."

                                      "Un dîner où on ne parle pas de boulot, ok?"

                                      "OK  Un dîner où je ne parlerai boulot que si tu en parles."                                  

    17.

                    Et tous deux éclatent de rire. Ça fait du bien, c'est doux, c'est agréable.

     

     ♣♣♣♣ 

    Ailleurs - six pieds sous terre

     

    "J'ai vu les flics, aujourd'hui, Cassie.  Tu vas être contente, ils te cherchent."

    Cassie frissonne.

    "Laisse-moi sortir, laisse-moi partir, Louis.  Je te promets que je ne dirai rien.  Tu sais que je peux ne rien dire.  Je n'ai rien dit la première fois."

    18.

    "Non, Cassie."

    "Quoi, non?  Je t'assure, je ne dirai rien, j'inventerai n'importe quoi.  Je t'assure, je ne dirai rien."

    "Non, Cassie", répète Louis et il ajoute:

    "Tu ne sortiras jamais d'ici, Cassie.  Tu vas crever ici, Cassie."

    Cassie déglutit et méprisante lance entre les barreaux de sa prison:

    "Les flics vont finir par te tomber dessus, Louis.  Et cette fois, c'est en prison que tu vas aller.  Pour le restant de tes jours."

    Louis s'égaye derrière la grille:

    "Oh yeah!!! C'est tout à fait ça, Cassie.  Bravo, Cassie!  Tu as gagné le gros lot, tu as tout deviné.  Evidemment, il n'a jamais été prévu que je m'en sorte, Cassie!  Evidemment qu'ils vont me prendre et je veux voir ça au moment où ils comprendront qu'ils n'auraient jamais dû s'en prendre à moi."

    18.

     "Toi, Cassie, tu l'as déjà compris, je le sais.  Tu le regrettes infiniment.  J'attends tes excuses d'ailleurs."

    Louis ménage, une pause, fait semblant d'attendre les excuses de Cassie puis avec emphase:

    "Et oui, ils vont s'en mordre les doigts.  Hol d'abord.  Hol portera sur sa conscience ta mort, il n'aurait pas dû m'arrêter.  Diane portera ta mort sur la conscience, elle n'aurait jamais dû me balancer à Dana qui ne s'en sortira pas mieux, portera ma mort aussi sur sa conscience.  Et Sarah..."

    Louis réfléchit un instant, les yeux scotchés au plafond.

    "Sarah, je ne sais pas encore.  Finalement, je suis assez content d'elle.  Elle a compris à quel point j'étais un être d'exception.  Elle est folle de moi, je la comprends."

    Le silence répond à Louis.  Cassie met du temps à comprendre ce que lui raconte le jeune homme.  La nausée au bord des lèvres, les paupières lourdes, les jambes qui fléchissent.

    "Oh, Cassie!  J'ai oublié de t'annoncer la sublime nouvelle.  J'étais trop surpris lorsque je l'ai appris...  C'est dingue comme la vie peut nous réserver de belles surprises!"

    18.

    "Julien, ton petit ami, il est en garde à vue à l'heure où je te parle, Cassie.  Tu te rends compte?  Les flics le soupçonnent de s'être débarrassé de toi, ma chère Cassie."

    Cassie vacille.

    "Si tu pensais qu'il viendrait te sauver, c'est foutu, ma pauvre petite Cassie."

    18.

    Louis inspire à plein poumons.

    "C'est vraiment super, tout se met en place.  Naturellement.  Il est temps, je crois, déjà, que tu te confesses.  Raconte-moi comment tu as tué Julia, Cassie."

    "Je n'ai pas tué Julia, Louis.  Je me suis sauvée avant..."

    "Arrête!  Arrête de mentir, Cassie.  Raconte-moi comment ça s'est passé!"

    Cassie, un instant, revoit le visage de la jeune fille qui est entrée ce jour-là et lui a permis de s'enfuir.  Cette jeune fille qu'elle soupçonne d'avoir assassiné Julia.  Cette jeune fille dont on lui demandera explicitement de ne pas parler.  Cette jeune fille qu'elle sait par Julien se prénommer Miranda.  Ombre parmi les ombres, paraît-il.  Sa sauveuse, elle en est sûre.

    18.

                   Les années passent mais Cassie se souvient encore de cette jeune fille, de l'instant, du moment avec une précision sans faille.

    18.

     Mais Cassie n'en racontera rien à Louis.  Jamais.  Elle crache alors comme un serpent.

    "Les derniers moments de Julia?  Tu veux le savoir, Louis?  Elle a gémi comme un gosse effrayé et elle a a appelé à l'aide sa mère... Elle gémissait, pathétique "maman, maman..." je l'entends encore.  Quel merveilleux souvenir... Et toi, mon pauvre Louis, au jugement dernier, qui imploreras-tu?  Ta garce de mère?  Toi aussi, tu appelleras à l'aide ta môman en mouillant ton froc comme le lâche que tu es?  Viens ici, si t'es un homme.  T'as la trouille, hein, t'as la trouille de moi, Louis!  Poule mouillée!  cot cot cot...  Il a la trouille d'une gonzesse, le Louis..."

    18.

    Cassie a à peine le temps de relever les paupières.  Louis a surgi comme un diable de sa boîte et le violent coup de tête que Louis donne à Cassie la propulse vers l'arrière, la laissant chancelante, manquant s'étaler de tout son long.

    18.

    Louis éructe et crache:

    "J'ai peur de toi?  J'ai peur de toi?  J'ai peur de toi, Cassie?!  Pauvre imbécile!"

    18.

                      Cette fois, Louis cogne avec violence l'estomac de Cassie qui se plie en deux, il la relève brusquement.  Cassie étouffe, n'a le temps ni de parer les coups ni de les rendre.  Seule la voix de Cassie arrive encore, à peine à percer le vacarmes des poings de Louis qui s'abattent sur elle.

    "T'es qu'une saleté de gonzesse, Louis!  Tu t'en prends à une fille que t'as droguée, enfermée, malmenée... T'as rien dans le froc, Louis.  T'es qu'une saleté d'impuissant.  Vas-y frappe... frappe..."

    "Rien dans le froc?  Impuissant?  C'est ça que tu dis, Cassie?"

    Les coups redoublent et là, Cassie sent le point de non retour arriver.

    18.

    18. 

    "Je vais te montrer si je n'ai rien dans le froc, Cassie!"

    17. L'irréversible

    Et d'un geste large et lourd, Louis fait tomber Cassie, déjà groggy de coups à même le sol.  Ivre de colère, de haine, au comble de l'excitation, il va lui montrer à Cassie de quelle impuissance il souffre!

    Et dans un grognement, alors que, à la hâte, il se déculotte, Louis gémit au comble de l'excitation lorsque sans façon, avec violence, il s'approprie, la déchirant avec hargne, la pauvre Cassie qui ne parvient pas à hurler tant la douleur la terrasse.

    "Tu es à moi, rien qu'à moi, Cassie!  Et je fais de toi ce que je veux!" 

    18.

     

     Louis : 2  Cassie : 0

    ♣♣♣♣♣

     

     San Myshuno - commissariat central 

     

    19.

    Julien, après des heures d'attente, avoir si peu dormi et rien avalé, voit enfin une figure amie entrer dans son champ de vision.

    "Oh chef!"

    Le visage de Julien s'est éclairé. Walter a suivi des yeux Sandra, l'a vue se diriger directement vers son subalterne et débuter conférence avec lui.  Walter s'assoit donc, détendu, face à Julien.  

    "Comment vas-tu mon garçon?"  

    "Bien, tellement mieux, maintenant que vous êtes là, Chef!  Vous avez vu la photo de Cassie?  Elle est en vie.  Je suis tellement-tellement rassuré."

       Walter hésite un long moment.  Doit-il dire à Julien qu'on n'est loin d'en être sûr?

     "On n'est pas sûr, Julien."

     Julien secoue la tête.  Il ne veut pas entendre ça.

      "Alors vous en êtes où, Chef?" 

    19.

    "Je suis désolé, Julien, je ne suis pas sur l'affaire."

    "Mais pourquoi?  Vous ne voulez pas m'aider?  Il faut retrouver Cassie!  C'est une priorité, enfin!"

    Walter glisse un regard vers Sandra qui semble bien affairée, en grande discussion avec le jeune homme qui surveillait Julien.

    19.

    Walter hésite un instant, son ventre se serre; mais sa décision est prise et il révèle alors un élément de l'enquête à Julien qu'il aurait dû tenir secret.  Il lui parle du message qui accompagnait la photographie.

    "Automatiquement, lorsqu'un agent est pris à partie dans une enquête, celui-ci est écarté, c'est mon cas.  Je n'ai que quelques minutes, Julien..."

    "Si vous êtes mis en cause, Chef, c'est un bon point.  Le gars vous lance un défi.  Un défi n'est lancé que s'il peut être relevé.  Ouf... j'ai eu tellement peur que Cassie soit tombée sur un fichu pervers.  Je n'arrivais pas à savoir s'il y avait d'autres jeunes femmes qui avaient disparu comme Cassie.  On progresse.  Il y a un moyen de trouver Cassie.  J'en suis sûr, je suis sûr qu'elle est vivante... Cette photo en est la preuve!"

    Le ton de la voix de Julien jure avec ses paroles , cette certitude qu'il énonce pourtant, mais Walter ne relève pas.

    Julien penche la tête sur le côté.  

    "Chef, j'ai eu beaucoup de temps pour réfléchir depuis la disparition de Cassie.  Je me demande si tout ça n'a pas un rapport avec Louis Van Laer et Julia Foison, voyez." 

    19.

                          Walter fronce les sourcils.  Le "tic tac" du message ressemble tellement au choix de paroles de Lola, l'adepte de l'empoisonneuse, que cette idée sans cesse revient à l'esprit de Walter qui hoche la tête.

    19.

    "Peut-être, c'est une possibilité, Julien.  Est-ce que Louis recherchait quelqu'un d'autre que Cassie pour lui parler de Julia Foison?  Est-ce qu'il a parlé de cette histoire de roman à quelqu'un d'autre que toi?  Est-ce que cette personne a pu se sentir menacée par l'enquête de Louis Van Laer?  Il faut savoir si Louis a parlé de cette histoire à quelqu'un d'autre que toi, Julien."

    "Je n'en sais rien, chef", avoue Julien.  "Mais il faudrait aussi que cette personne ait un passif avec vous...  En même temps, ça ne doit pas manquer les gens qui vous en veulent... sans vous manquer de respect, chef..."

    19.

    Walter ne sourit pas, il se penche un peu en avant, sa voix devient presque un murmure.

                             "Est-ce que tu penses que Miranda Lol aurait pu...?"

    Walter ne finit pas sa question.  Julien fronce les sourcils, le ton de Walter ne lui plaît pas.

    19.

    "Non.  Jamais Miranda ne ferait ça."

    Walter grimace, il n'en est pas aussi sûr que Julien.  Qui sait ce que peut produire un esprit aussi perverti que celui de Miranda?  Miranda qui a une notion toute particulière et personnelle de la justice et de la vengeance.

    Au moment où Walter veut argumenter, mettre en garde Julien, Sandra s'est approchée:

                                      "Alors?  Tu es rassuré sur l'état de ton petit protégé?"

                                       "Me laisserais-tu encore quelques minutes, Sandra?"

                                        Sandra sourit mais secoue la tête de droite à gauche.

                                       "J'ai déjà fait pour toi plus que tu n'en aurais fait pour moi, Walter."

    19.

                                      Walter acquiesce et se lève.

    19.

                                       "Ne vous inquiétez pas pour moi, Chef.  Je serai vite dehors."

    19.                    "A très vite, Julien.", lance Walter avec un dernier regard vers le jeune homme qui ne tardera pas à être remis sous pression par l'officier qui s'est rassis face à lui.  Parfois, le système auquel appartient Walter peut être si décevant.     

    19.

    "Merci beaucoup, Sandra."

    19.

     "Je t'en prie, Walter.  Ce fut un vrai plaisir de te revoir."

    19.

     

     

    ♣♣♣♣♣

     

    Ailleurs - six pieds sous terre

     Chaque seconde, chaque minute, Cassie revit, revoit la scène, fauve famélique massacré au centre de l'arène, sous les vivats des ombres sacrifiées avant elle, sous les coups de butoir d'un gladiateur fou.  Louis lui a tout pris, Louis l'a avilie, mortifiée, blessée, coupée en deux, en trois, en mille morceaux.  La honte, la souffrance ne sont rien pourtant.

    20. Ludo

                               Les fantômes de Cassie et les ombres de son passé marchent à ses côtés.  Lola, Emilie, Yann, Julia, sentinelles de ses souffrances l'accompagnent en murmurant et leurs crissements de dents et leurs ongles fourchus déchirent plus sûrement le corps défaillant de Cassie que tous les coups reçus quelques heures plus tôt.

                                 Droit dans la lumière, tout s'effrite, tout se dissout.  L'enfer et l'obscurité se referment sur Cassie.  Tout se paye.

    20. Ludo

                   Oui, tout se paye.  Louis avait raison.  Dans l'ombre de sa geôle, Cassie demande pardon aux fantômes et ombres de son passé.  Lola, Emilie, Yann et Julia.  Des vies qu'elle a aidé à faucher, des âmes qui s'en sont allées dans la souffrance et la terreur.  Ce bonheur que Cassie s'est permis de vivre malgré eux, malgré tout, malgré ses crimes.

    20. Ludo 

                            Cassie ne se console pas, ne renonce pas mais les ombres de son passé, les fantômes de ceux qu'elle a maudits l'entourent, se dispersent dans l'air, la frôlent et l'accompagnent en enfer.  Tout se paye.  Cassie le sait, à présent.  Et ce n'est que justice pour les âmes de ceux qu'elle aidât à faucher sans hésitation ni regret, juste avec haine et colère, sans compassion.  

     

    ♣♣♣♣

     San Myshuno - commissariat central

    "Alors, Charlie, on se la regarde, cette fameuse bande?  Voyons ce qu'ils se sont racontés."

    "Oui, chef."

    Charlie branche le moniteur installé face à eux et Sandra et lui regardent et écoutent avec attention ce que ces deux-là, Julien et Walter, se sont dits.  En silence. 

    Lorsque Charlie éteint le moniteur, le silence ne dure qu'un instant.  Sandra est rassurée par ce qu'elle vient de voir.

    "D'accord, Charlie.  Je veux une équipe devant chez Hol vingt-quatre heures sur vingt-quatre.  Une équipe à nous, pas de Windenburg."

    "Vous voulez surveiller l'inspecteur Hol, Madame?  Vous pensez toujours qu'il peut être de mèche avec le Clove?"

    Sandra lève les yeux au ciel en soupirant :

    "Non, Charlie. Mais tu vois comme moi qu'un inspecteur comme lui ne se laisse pas mettre sur la touche. Je ne veux pas qu'il lui arrive quoi que ce soit.  Pigé?"

    "Compris, Madame."

    Et d'une voix sans appel:

    "Trouve-moi en urgence absolue ce dossier Foison, l'empoisonneuse.  Il lui reste peut-être des adeptes quelque part..."

    Sandra tapote ses lèvres humides. 

    "Je veux aussi voir le témoignage de Louis Van Laer concernant son entretien avec Clove, sur mon bureau, dans la demie heure et organise-moi une audio conférence avec les agents qui l'ont interrogé, ce matin."  

    "Et Julien Clove?"

    Sandra hésite, elle n'a pas encore arrêté son opinion au sujet du jeune homme.

    "Apporte-lui quelque chose à manger, à boire, laisse-le se reposer un peu.  De toute façon, coupable ou non, il est mieux chez nous, moins encombrant."

    "Bien, Madame."

    Charlie est sur le point de sortir de la pièce mais Sandra le rappelle:

    "Et trouve-moi, cette Miranda Lol dont ils parlent, Charlie." 

     

     

     

     

    « 16. Un soir parmi d'autres18. Visites inattendues »
    Pin It

  • Commentaires

    15
    Myomao
    Mercredi 19 Avril à 18:08

    Bon je découvre aujourd'hui que dorénavant la suite sera ici...  C'est pas plus mal.

    Je ne vais pas redire ce que les autres on parfaitement décrit avant moi. Mais concernant Cassie, je doute qu'elle se laisse abattre par ce qu'il vient de se passer. Comme tu l'as dit, et je l'avais déjà compris comme ça en lisant, elle considère que c'est un peu le prix à payer pour ce qu'elle a contribué à faire à l'époque. Mais justement, maintenant qu'elle a "payé", les démons de la culpabilité vont pouvoir l'oublier un peu et elle va repartir, différemment, mais toujours aussi déterminée je pense... Enfin j'espère...

    Et moi Sandra commence à me plaire... Je me dis que ce serait pas mal qu'elle et Hol fassent un petit bout de chemin ensemble : histoire qu'il se rende compte de ce qu'il a fait vivre à Carine pendant toutes ces années. Bref une relation de transition, qui se termine d'un commun accord quoi... (Oui bon, je sais, j'abuse un peu en faisant l'histoire à ta place là wink2 )

     

    Bref, comme d'habitude j'attend la suite !

      • Mercredi 19 Avril à 19:14

        Myomao,

        Merci beaucoup ♥

        Bon, j'avoue que j'aime tout ce que tu me proposes là :) Pour Cassie, pour Walter... j'aime beaucoup!  Affaire à suivre oui :p

    14
    Mercredi 19 Avril à 15:06

    Coucou, du coup je te suivrais ici plutôt que sur le fofo. J'ai hâte de découvrir la suite. 

      • Mercredi 19 Avril à 16:09

        Oh merci beaucoup beaucoup LyzaSimsAudin... ♥♥  Je suis vraiment touchée.  Merci merci ♥♥

    13
    nicolasB
    Mardi 18 Avril à 20:17

    Bon ben, comme il semble que la suite ne sera plus que là, je revient te voir ici, j'ai même découvert un paragraphe beaucoup moins imagé.

    J'aime toujours autant l'histoire, et je viendrais donc ici pour voir la fin, c'est que je veux savoir moi si Walter et Carine se remettent ensemble ou pas ! perso Cassie et Julien ... :D

    Nan je rigole, je veux savoir comment va finir tous ses personnages si attachant

      • nicolasB
        Mardi 18 Avril à 23:18

        faut pas, ton histoire est tout aussi attachante sur ton blog qu'ailleurs ;-)

        après perso je trouve l'imagé plus dans ton ton que le réalisme, peut être par habitude sur le forum, je trouve le soin que tu apportes aux mots sur l'imagé intéressant et cela donne à ton histoire une drôle d'innocence qui contraste justement avec le côté dur de sa réalité.

         En me relisant je trouve ma phrase bien compliquée :) il est tard et le repas a été bien trop long, en tout cas, je vais reprendre ma phrase favorite et mon vieil adage :

        Vivement la suite !!

      • Mardi 18 Avril à 20:20

        Oh merci merci, NicolasB. C'est vraiment adorable ♥♥

        Euh oui, le passage Louis et Cassie n'a pas été censuré ici ... :D

        La suite va arriver, je suis en train de la jouer.  Encore vraiment merci.  Je suis très touchée ♥♥♥

    12
    larbreenboule
    Mardi 18 Avril à 19:46

    Je viens de lire le petit "communiqué" que tu as publié sur le forum concernant l'arrêt du "Lilas" : je comprends que les modos soient vigilants dans l'intérêt des très jeunes lecteurs et je m'attendais à une réaction de leur part après la lecture du dernier chapitre.

    Maintenant, j'espère que tu vas quand même continuer à publier la suite de l'histoire sur ton blog et je le mets de suite dans mes favoris !

    Bises

      • Mardi 18 Avril à 20:10

        Ton message me touche énormément, Larbreenboule, tu ne peux pas savoir ♥

        Je savais que mon histoire était très limite et la décision des modérateurs est juste.  Ils auraient déjà dû modérer ma première partie :) J'ai eu beaucoup de chance pendant des mois et des mois :)

        Et bien sûr, il y a aura une suite, ici.  Merci merci beaucoup ♥♥

         

    11
    Mardi 18 Avril à 10:14

    Quel chapitre noir tu nous a écrit là !

    Le passage entre Louis et Cassie est absolument atroce, mais en même temps, on s'en doutait bien que cette confrontation allait arriver... Et, je me demande si du fait d'avoir appris que Julien était emprisonné à cause de sa disparition, Cassie ne lâche pas prise sur son espoir de s'en sortir. J'ai l'impression également, au vu de ce que tu nous laisses entendre, que Cassie estime que tout ce qu'elle subit de la part de Louis, c'est un juste retour des choses face aux victimes qu'elle a "aidé" à mourir il y a quelques années. Donc, elle cherche à précipiter sa fin... C'est d'une tristesse...

    Et quand à Louis.... Il est complètement barré.. Mais bon, cela on le savait déjà ^^. Donc, une fois la mort de Cassie assurée, il la revendiquera au yeux de tout le monde, afin de faire voir à tous qu'il était bien plus bien intelligent qu'eux et qu'il les a tous entubés ? C'est bien cela ? Ah ça, il va en faire des victimes autour...

    Sandra a l'air fait du même bois que Walter : le boulot avant tout. Je l'aime bien cette dame. Pas au point de la voir avec Walter^^, mais je l'apprécie. Tu as le don de nous faire en quelques lignes des personnages qui ont une vraie profondeur.

    Tout cela ne s'annonce pas très bon pour Julien. A sa manière de vouloir tout faire seul, cela le dessert beaucoup sur la disparition de Cassie. Espérons quand même que les flics s'avèrent un peu plus malin...ou que Louis lâche quelque chose par mégarde ou soit trop arrogant..

    Bref, tout se précipite. A la mort de Cassie, quel personnage en sortira indemne ? 

    Ah, et sinon, le flic Charlie est absolument délicieux :)

    PS : et sinon, pour Miranda, si tu n'as pas le temps d'inclure son histoire dans cette saison, peut être pourrais-tu en faire un hors-série du Lilas . Tu nous a fait trop de mystère sur elle intello et j'ai envie de savoir !!!

    J'ai beaucoup, beaucoup aimé ce chapitre. ♥♥♥

      • Mardi 18 Avril à 11:02

        Agathe,

        Ça ne se remarque pas et pourtant j'ai tenté de lisser le fameux passage entre Louis et Cassie :/  En même temps, l'horreur reste l'horreur, c'est compliqué de la dénaturer jusqu'à lui donner une teinte plus pastel :/

        "Tout se paye", c'est effectivement le sentiment à ce moment-là de Cassie qui est abrutie, souffrante et balancée dans son passé douloureux.  Pour l'instant, elle ne capitule pas encore mais décide que c'était le prix à payer, l'accepte et peut-être cela lui permettra de se redresser.  Elle n'a pas encore dit son dernier mot, Cassie :)

        Quant au plan de Louis, oui, c'est ce qu'il dit à Cassie.  Bon, en même temps, peut-on se fier à ce jeune homme?  Je ne sais pas.  Il est tellement barré, qu'effectivement, on a tendance à vouloir le croire.

        Moi aussi, j'aime bien Sandra :)  Je suis contente d'avoir réussi à te la montrer sous le jour que je voulais :)  Il ne faut pas la sous-estimer, elle a beaucoup de talents :)

        Julien est vraiment dans la pire des positions.  Qu'est-e qu'il doit se sentir impuissant!  Mais bon, ça va aller :)

        Que Cassie meurt ou non, je pense qu'il n'y aura pas beaucoup de personnages à s'en sortir sans dommage.  Hélas :/

        Moi aussi, je le trouve charmant, Charlie.  Une jolie découverte, je me demande si je ne vais pas en faire quelque chose, de ce jeune homme :D

        Ne t'inquiète pas, on verra Miranda mais bon, ce n'est pas pour autant qu'on en saura forcément plus sur elle :D

        Et merci merci merci pour tout, le temps que tu prends à me lire, à commenter ♥♥  C'est toujours un vrai régal, merci merci ♥♥

    10
    Pythonroux
    Lundi 17 Avril à 16:40

    bon, ben c'est pas gagné cette histoire... Pour Miranda, j'espère que vous êtes calés en informatique les jeunes parce que vous risquez d'y passer des heures à essayer de trouver une microscopique trace d'elle ^^

    chuis même pas sûr que Lol soit son réel nom de famille ;)

     

    Cassie a joué, elle a perdu et encore plus que ce qu'elle pensait pouvoir perdre :( les ombres sont de plus en plus sombres de son coté.

    Louis s'amuse comme un petit fou. Dans un sens, j'ai envie qu'il fasse une erreur et dans un autre, j'ai envie qu'il gagne... quel dilemne ;)

     

    vivement la suite de toutes façons ^^

      • Mardi 18 Avril à 10:51

        Pythonroux, 

        C'est sûr que si Miranda ne veut pas qu'on la retrouve, il m'étonnerait qu'ils y arrivent, même avec un pro en informatique :D

        Pour Cassie, c'est désolant mais c'était écrit que cela devait arriver :/  Louis s'amuse, Louis croit être le maître du jeu... mais qui sait?  On verra :/

         

        Un grand grand grand merci encore à toi.  Tes messages me motivent, tu ne peux pas savoir.  Merci merci ♥♥

    9
    Lundi 17 Avril à 15:27

    Je ne sais pas quoi dire ! C'est tellement bien écrit et en même temps, c'est tellement poignant. Surtout avec le passage entre Cassie et Louis. J'avoue être très sensible avec ce genre de choses. Qui ne le serais pas en même temps. J'ai vraiment hâte que Hol et Julien fasse "équipe" pour retrouver Cassie. Quand je dis "équipe", ça peut-être de milles façons différente !

    Et j'espère aussi que Sandra sera un très bon atout pour Hol et pas qu'elle lui mette des bâtons dans les roues. Et que si Miranda refait surface, qu'elle n'en veuille pas à Julien d'avoir parlé d'elle à Hol. Oulà... En espérant que tu aies pu me comprendre !

    J'aime toujours ta façon d'écrire, ta façon de faire passer des émotions sans parler crûment. Merci Eulaline, encore une fois, pour tous ces bons moments ♥

    A très bientôt pour la suite et prends courage, nous sommes nombreux à te lire, et de plus en plus à ce que j'ai cru comprendre !

    Pleins de bisous ♥♥♥

      • Mardi 18 Avril à 10:48

        Merci beaucoup, Kilinäe.  Ton message me touche beaucoup ♥♥

        Cassie et Louis, c'était écrit que cela ne pouvait que dégénérer :/  C'était inévitable. 

        Le temps presse pour Cassie.  L'enquête est lancée, un mauvais départ certes, une erreur d'appréciation du coupable présumé mais tout reste encore possible.

        Je ne pense pas que Miranda soit capable d'en vouloir à Julien, quoi que puisse faire ou dire le jeune homme.  Enfin, il faut voir, cinq ans plus tard, elle a peut-être complètement changé, tu as raison.  Miranda d'aujourd'hui n'est peut-être plus celle d'hier.

        Et merci merci merci encore ♥♥♥

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :