• 2. La fille

     

     

    Jeanne habite un appartement à San Myshuno dans un immeuble cossu du quartier des arts, dans lequel elle se sent bien, et surtout plus en sécurité et au calme que nulle part ailleurs.

     

    2. La fille

     

    Ce matin, le gardien de l'immeuble, Tom Louf, tout affairé à sa toilette matinale n'a point vu la jeune fille qui passait dans le hall d'entrée et sûre d'elle empruntait l'ascenseur, après avoir déverrouillé le code, jusqu'à l'appartement de Jeanne dans lequel, sans hésitation et sans prévenir, elle a pénétré.

    Le Commandant l'a peut-être reconnue, mais il n'a pas accouru auprès d'elle.   Il a plutôt tenté de réveiller Jeanne, avec tout l'amour et la délicatesse dont il est capable, des trémolos dans les miaulements.

     

    2. La fille

     

    Mais Jeanne a, en outre, pour particularité d'avoir le sommeil lourd et profond.  C'est ainsi que la nature l'a fait, elle n'y peut rien.  Donc, c'est tranquillement que ladite intruse peut entrer dans l'appartement de Jeanne, faire grincer le vieux plancher, siffloter même si l'envie lui prenait sans que cela ne gêne en rien l'heureuse endormie. 

     

    2. La fille

     

     

    2. La fille

     

     

    2. La fille

     

     

    2. La fille

     

    Ce n'est que lorsque le frigo s'ouvre, que les bouteilles en verre s'entrechoquent que Jeanne sursaute.  

     

    2. La fille

     

    Mais oui, mais oui, il y a bien quelqu'un qui s'est introduit dans l'appartement alors que Jeanne dormait. 

     

    2. La fille

     

    Sur la pointe des pieds, Jeanne s'avance jusqu'à avoir vue sur la cuisine.  Courageuse mais pas intrépide, notre Jeanne.

      

    2. La fille

     

     

    2. La fille

     

     Un soupir long précéde le : "Et oui, c'est bien elle", chuchoté de Jeanne à l'adresse du Commandant, qui stressé emmêle ses petites pattes toutes mignonnes et se retrouve en équilibre bien précaire, aux pieds de sa maîtresse.

     

    2. La fille

     

    Soupirant toujours, Jeanne s'avance.

     

    2. La fille

     

    2. La fille

     

    Elle est accueillie par la voix gracile de Leila. 

    "Salut, maman, tu prendras le petit déjeuner avec moi?"
    "Euh non, Leila, je me suis couchée tard et je n'ai pas encore faim, là."

     

     

    2. La fille

     

    "Le petit déjeuner, c'est le repas le plus important de la journée, maman." 

     

    2. La fille


    Jeanne grince moqueuse, en écartant les bras:

    "Et il a fallu que tu quittes la maison pour avoir envie de nous préparer un petit déjeuner et bien dis donc si je m'attendais à ça..."

       

    2. La fille

     

    "Il n'est jamais trop tard pour bien faire!" s'exclame Leila en faisant tournoyer les épices au-dessus de ses œufs. "Regarde ça, comme je suis douée.  On dirait un vrai chef, pas vrai?"
     

     

    2. La fille

     

    Jeanne observe avec attention sa fille.  C'est clair, il y a quelque chose qui ne tourne pas rond chez Leila.

     

    2. La fille


    "Allez, c'est bon, accouche, Leila.  Qu'est-ce qui te prend?  Pourquoi tu débarques à l'aube pour nous préparer des œufs?"

    Et là, Leila, qui n'attendait que cela, implose:

    "Je n'en peux plus des soupes aux potirons, des salades au radis, des tomates fraîchement cueillies et des patates au four!  Je vais craquer, je vais décéder, j'ai besoin de manger, manger vraiment.  Des œufs, de la viande, du fromage, du poulet, des steaks, ..."

     

    2. La fille

     

     

     Jeanne se retient de pouffer.

    "Tu savais qu'Arthur était végétarien non?  Avant d'emménager avec lui?"
    "Végane, maman, végane.  Arthur est végane.  Et évidemment, que je le savais en emménageant; ce que je ne savais pas c'est que moi, je ne suis pas du tout végane.  Tout mon organisme hurle à la mort en voyant toutes ces verdures, en imaginant les petits cakes au beurre que je pourrais dévorer,... même le poisson - pourtant, On m'est témoin que je déteste ça - j'en ai envie.  Je suis au bout de ma vie, maman.  Cela fait trois jours que je vis avec Arthur et je n'en peux plus."
    "Tu as essayé de lui en parler?"

    Dès la question formulée, Leila "bugge".  Elle reste un très long moment, oubliant de respirer, les yeux fixés au plafond.

     

     

    2. La fille

     

    Jeanne déduit de ce manque de réaction que non, Leila n'en a pas parlé à son compagnon.

    "Okay", dit-elle.  "Et puis-je te demander pourquoi tu n'en as pas parlé à Arthur?"
    "Oui, bien sûr, maman, tu peux demander..."  sourit bêtement Leila en serrant ses bras contre elle.
    "C'est ce que je fais, Leila, je te demande pourquoi tu n'en as pas parlé avec Arthur. Quelqu'un comme Arthur, végane, si respectueux de tout ce qui vit doit être l'interlocuteur parfait?  Ton bonheur, ton bien être, ça doit être important pour lui."

    Ces quelques mots griffent au sang l'intérieur des joues de Jeanne, qui ne supporte pas le compagnon de Leila depuis la première seconde où ses yeux se sont posés sur lui.

    "Hé héééé..." se contente de répondre Leila, les bras toujours serrés contre son ventre. 

     

    2. La fille

     

     "Hé héééé quoi, Leila?  Tu dois lui en parler, voyons."
    "Mais maman, je ne peux pas.  C'est lui qui a raison.  Pour la planète, pour ces pauvres bêtes... ce serait comme piétiner ses convictions."

     

     

    2. La fille


    "Offre-lui un verre de vin."
    "Pardon?"
    "Offre-lui un verre de vin."
    "Euh, maman, tout le monde n'est pas comme toi à être prête à vendre père, mère, enfant et violon d’Ingres pour un verre de vinasse."
    "Ce n'est pas faux mais ce que je te suggérais, c'était de créer une ambiance feutrée prompte à accueillir confession."
    "Hein?"
    "Tu crées une ambiance détendue et tu lui expliques que tu as été carnivore toute ta vie et que c'est un peu compliqué pour toi de t'adapter à ce nouveau régime alimentaire.  Tu sais, avec un peu de chance, il pourra partager avec toi quelques trucs.  Lui non plus n'est pas né végane."
    "Bof."
    "Arthur est ton compagnon, Leila.  Il t'a choisie, tu l'as choisi.  Il n'est pas ton ennemi, tu dois lui faire confiance."
    "Bof", répète encore Leila.

     

     

    2. La fille

     

     Jeanne soupire et Leila embraye:

    "Je pensais plutôt venir me préparer un bon petit plat ici quand je craque, quand c'est trop dur, tu vois."
    "Je vois, oui."
    "Avec un peu de chance, je vais m'habituer petit à petit à ce régime alimentaire."
    "D'accord."
    "D'accord?"
    "Bah oui, si tu veux mentir ton compagnon, tu mens à ton compagnon.  Même si je pense que ce n'est pas le meilleur moyen de débuter une vie de couple."
    "Comme si tu étais un modèle en matière de couple."

    Jeanne ricane.

    "Ce n'est pas parce que tu es ma fille que tu es obligée de reproduire toutes les conneries que j'ai pu faire dans ma vie, ma chérie."

     

     

    2. La fille

     

     

    Jeanne frissonne.  Elle devrait penser à monter un peu le chauffage.  Le fond de l'air est souvent cru.  Leila se penche sur son portable et fait la moue.

    "C'est Arthur?"
    "Non, c'est Tatie.  Elle me propose une séance shopping cette après-midi."

    Jeanne sourit.

    "C'est sympa, ça."

    Leila est songeuse.

    "Je ne sais pas.  Je suppose qu'elle veut encore me déguiser.  Mamie nous invite à prendre le thé demain, chez elle."

    Jeanne essaye de sourire mais ça ressemble plus à une grimace.

    "Tu en as de la chance." 

     

     

    2. La fille

     

    "Depuis que je me suis installée avec Arthur, elles n'arrêtent pas de m'appeler.  Elles aiment bien Arthur, je crois."

     

    2. La fille

     


    "Tu m'étonnes, Arthur n'est pas n'importe qui.  Un "de" de  la haute, fraîchement élu à la tête du ô combien convoité mouvement "ensemble", tu imagines à quel point il redore le blason de la famille."
     

    Jeanne se racle la gorge immédiatement, tentant de faire disparaître le sarcasme du ton de sa voix.  Parler de ses parents ou de sa sœur, ça lui fait toujours cet effet-là.

     

    2. La fille

     

    Jeanne se lève afin de s'occuper les mains et pouvoir tout à souhait ronchonner intérieurement sans que cela ne se voie trop.

     

    2. La fille

     

    Il faut dire que le pardon ne fait pas vraiment partie des options dont dispose Jeanne.

     

    2. La fille

     

     On lui avait dit que lorsqu'elle serait mère, elle comprendrait.

     

    2. La fille

     

     

    En fait, non, même en devenant mère, elle n'a pas compris le pourquoi du comment ses parents s'étaient comportés avec elle ainsi.

     

      

    2. La fille

     

    Cela étant dit, Jeanne ne pouvait pas prétendre avoir été une bonne fille.  Clairement, elle se serait même plutôt qualifié de rebelle, insolente, irrespectueuse, bête et émotionnellement instable.
    Oui, elle aurait  dit cela.  Difficile, dès lors, d'être de bons parents, avec une fille comme elle.  Jeanne sourit, amusée.  Les excuses sont là pour s'en servir, non?  

     

     

    2. La fille

     

     

     Jeanne soupire.  Le matin, ce n'est jamais le bon moment pour analyser ses états d'âme et refaire le monde. Elle entend Leila qui s'affaire à décoller ses œufs de sa poêle avec la palette en métal - Jeanne préfère qu'on utilise celle en bois qui risque moins de rayer le téflon - tout en lançant:

    "Bof, je ne sais pas si j'ai vraiment envie de voir Tatie.  Le shopping, de toutes les façons, pour moi, c'est bon deux fois par an, la surconsommation, c'est mal et j'ai tout ce qu'il me faut pour me fringuer."

     

    2. La fille

     

    Jeanne ne répond rien.

    "Tu as des nouvelles de Li?"
    "Les dernières remontent à dix jours, bien avant ton départ, je t'en ai parlé, je crois.  Son unité était sur le départ, je crois, qu'il était question de sécurisation de la jungle à Selvadorada.  Il y a toujours des troubles là-bas.  Enfin, ça, c'est l'info officielle qu'il pouvait me donner."

    Leila acquiesce:

    "Ah oui, tu me l'avais dit, je m'en souviens.  Mmmh... toujours en vadrouille, mon frangin.  Il me tarde qu'il ait une permission.  Cela fait des mois, j'ai l'impression, que je ne l'ai plus vu."

     

     

    2. La fille

     

     

    Jeanne sourit.

    "Et toi, le boulot?"
    "Bof.  Tu sais, Arthur voudrait que je raccroche, que je trouve quelque chose de plus "sérieux" comme boulot, plus sérieux que Simtubeuse ou influenceuse, tu vois."

     

    2. La fille

     

    Leila ajoute précipitamment avant que Jeanne ne réplique:

    "Il n'a pas tort, je ne vais pas faire de vidéos toute ma vie.  A treize ans, c'était mignon, maintenant, c'est un peu bizarre."

    Jeanne se retient de soupirer:

    "C'est dommage tu as un thème tout trouvé pour lancer un nouveau cycle: comment devenir végane ... et pourquoi?   Je suis certaine que cela pourrait toucher un certain public.  C'est intéressant comme cheminement et ça pourrait t'aider.  Les gens te suivent depuis que tu es toute jeune, je suis certaine aussi que ça les intéresserait de savoir comment se passe ta vie de couple."
    "Arthur dit que ce n'est pas sain de se livrer comme ça aux gens."

     

     

    2. La fille

     

     

    Jeanne hausse les épaules, évite de faire remarquer que ça l'arrangeait bien, le Arthur, de profiter de la notoriété de sa compagne au début de sa relation:

    "Si Arthur le dit..."
    "Maman..." râle Leila.  "Il faut admettre que mon boulot, c'est devenu plus de la vidéo réalité qu'aut' chose.  Le gaming est vraiment passé au second plan."

     

     

    2. La fille

     

    A nouveau, Jeanne évite de demander si Arthur, en vrai, ne craindrait pas plutôt que Leila "détériore" son image d'homme parfait, si nécessaire à l'homme politique, en parlant de lui dans ses vidéos.


    "Oui et bien, ça gagne bien."
    "Il n'y a pas que le pognon dans la vie, maman."
    "Certes, mais ça aide quand même."

    Leila fronce les sourcils.

    "Tu as encore signé pour un contrat de pub foireux, c'est ça?"
    "C'est possible."
    "Maman!"

     

    2. La fille


    "Quoi?  Tu sais combien ça m'a coûté ton petit emménagement avec Arthur?  Une sacrée dot, ma fille.  Une sacrée dot."

    Leila rit:

    "Tu as voulu faire ta maline avec Arthur, je ne vais sûrement pas te plaindre.  Qui fait le malin, tombe dans le ravin."

    "Oui et bien, je me suis peut-être un peu emportée mais il m'a vexée quand il m'a prise pour une pauvrette ..."

     

    2. La fille

     

    Leila rit encore:

    "Je sais, je sais, j'étais là.  Bref, j'ai un peu d'argent de côté si tu veux."
    "Surement pas!"
    "Et pourquoi tu n'essayes pas de te remettre à composer?"

    Jeanne sourit, gentiment.

    "J'ai quelque chose sur le feu."
    "Oh arrête, maman, ça fait trois ans que tu me réponds toujours la même chose."
    "Oui et bien, c'est toujours vrai.  Et crois-moi, ça va être une œuvre majeure!  Une œuvre qui ne pourra laisser personne indifférent."
    "Oh maman, c'est bon, tu me l'as déjà faite l'histoire du silence."

    Jeanne glousse comme une petite fille, les lèvres cachées derrière sa main lisse et douce.

     

    2. La fille

     

     

    "Dis, maman, ça ne t'ennuie pas si je profite de ta baignoire après mon petit déjeuner?"
    "Bien sûr que non, ça ne m'ennuie pas, vas-y.  Je suppose que notre Arthur trouve les douches plus écologiques et hygiéniques."

     

     

    2. La fille

     

     

    "Il n'a pas tort."
    "Il a toujours raison, dirais-je", acquiesce Jeanne.
    "Maman!"
    "Quoi?  Qu'est-ce que j'ai dit encore?"
    "Rien, tu n'as rien dit", sourit Leila qui sans plus de façon s'enroule tout autour de sa maman et ajoute:

    "Je t'aime, maman."

     

    2. La fille

     

    Jeanne gesticule.

    "C'est plutôt ma cuisinière et ma baignoire que tu aimes, ma fille", rigole Jeanne.

     

    2. La fille

     

    Leila observe sa maman doucement.

    "On va dire ça."

    Les deux femmes se sourient et Leila s'enfuit dans la salle de bains.  

     

     

    2. La fille

     

     

    2. La fille

     

     

     

    2. La fille

     

     

     

     

    2. La fille

      

     

    2. La fille

     

     

    2. La fille

     

     

    2. La fille

     

     

    "Et bien, Commandant, tu veux un câlin, toi aussi?"

     

    2. La fille

     

    2. La fille

     

     

    2. La fille

     

     

    2. La fille

     

     

    Jeanne se passe une main lasse devant les yeux, décidément, les nuits blanches, ce n'est plus trop son truc. 

    "Ça se passe bien, on dirait, entre Commandant et toi?"
    "Bof, il me déteste, je crois.  A tout moment, il est capable de me rentrer ses griffes ou ses crocs dans la main, dans les mollets... Il faut toujours être en alerte quand il approche."
    "N'importe quoi.  C'est une vraie peluche, le Commandant."
    "Je me demande si je ne préfère pas les chiens quand même, eux au moins, ils grognent avant de mordre."

     

    2. La fille

     

    Leila, s'assoit, caresse son chat doucement puis suspend son geste lorsque Jeanne demande:

    "Je vois Milou tout à l'heure, tu veux que je lui demande si la place d'éducateur est pourvue dans son centre?  Pour ton boulot plus "sérieux" que tu voudrais.  Quand elle m'en a parlé, je ne savais pas que ça pourrait t'intéresser.  Elle t'avait beaucoup appréciée lors de ton stage chez eux."

     

    2. La fille

     

     

    Leila hésite.  Jeanne voit ce moment où sa fille s'interroge sur ce que dirait Arthur à ce sujet, ne devrait-elle pas d'abord le joindre avant de...?  Puis s'agace et lance:

    "D'accord."

     

     

    2. La fille

     

    Le portable de Leila crépite à nouveau:

    "C'est encore ma sœur?" questionne badine Jeanne.
    "Non, c'est Arthur.  Je crois que je vais devoir aller à cette séance shopping, Tatie l'a appelé comme elle n'avait pas encore eu de réponse de moi et Arthur trouve que ça serait une bonne idée."

    Jeanne, à nouveau, ne commente pas.

     

     

    2. La fille

     

     

    2. La fille

     

     "Je sais ce que tu penses, maman."
    "Je ne crois pas non", sourit doucement Jeanne.

     

    2. La fille

     

    Puis balayant l'air de la main et sautant sur ses pieds, Jeanne rigole:

    "Si tu arrives à trainer ta tante dans le magasin sur la quinzième qui fait du commerce équitable, comme tu l'aimes, j'y ai vu, justement, la tenue parfaite pour un thé avec Mamie.  Tu veux la voir?"

    Intriguée, Leila se penche sur la page internet que Jeanne a ouverte sur son smartphone.

    "Alors, t'en penses quoi?" questionne Jeanne, très sérieusement.  Leila est un moment médusée devant l'ensemble que lui montre sa maman.

     

    2. La fille

     

     Puis Leila se met à rire.

    "Mamie va avoir une attaque si je m'amène comme ça à sa petite sauterie."

    Jeanne rigole un peu:

    "C'est un peu le but."
    "T'es dingue."
    "C'est ce qui se raconte, oui."

     

    2. La fille

     

    "Bon, je dois y aller, maman."
    "D'accord."
    "Merci, maman."
    "C'est toujours avec plaisir, ma chérie."

     

    2. La fille

     

    Leila quitte l'appartement de sa mère, un sourire sur les lèvres.  Décidément, sa maman, c'est vraiment quelqu'un.

     

    2. La fille

     

    Le jour s'est levé à San Myshuno, mais c'est à peine si ses habitants peuvent s'en rendre compte.  Le temps est pluvieux et le ciel chargé de nuages.

     

    2. La fille

     

    2. La fille

     

    Après le départ de sa fille, Jeanne est restée un long moment à se regarder dans le miroir.  Le temps passe si vite.

     

    2. La fille

     

    Jeanne pourrait décider de retourner au lit et y terminer sa nuit, au lieu de quoi, elle s'installe sur son tapis de yoga.  Son esprit se met à vagabonder, malgré elle.

    Il parait que lorsque deux personnes tombent en amour l'une de l'autre, l'océan se met à chanter.

     

    2. La fille

     

    Lorsque Leila, pour la première fois, a parlé d'Arthur, à Jeanne, elle est certaine que, oui, l'océan, chantait ce jour-là.

     

    2. La fille

     

    Et le cœur de Jeanne, ce jour-là, s'est serré, priant le temps, meurtrier, de suspendre sa course, que  le sourire dans les yeux de sa fille, que l'amour y avait allumé, y brille toujours, comme un phare dans la nuit.

     

    2. La fille

     

     

     

    (à suivre...) 

     

     

     

     

     

    « 1. L'amant3. L'amie »
    Pin It

  • Commentaires

    14
    Fanfani
    Lundi 4 Mars à 10:27

    Encore une bien jolie page ! 

    C'est fou comme tes mots et tes images parviennent à me "bercer". On commence, on se laisse glisser, on est comme hâpé et puis on arrive au bout sans s'en rendre compte... 

    Effectivement, rien de sensationnel dans cette histoire, juste un récit de vies, de relations compliquées, d'héritages, de choix de vie, de convictions. Les portraits des uns et des autres et les fils qui les relient nous invitent à affiner nos impressions premières, à nous interroger sur chacun des personnages et sa relation aux autres. En général ce genre de récit me saoule assez vite, je suis une femme d'action he , mais quand c'est toi qui t'y colles, va comprendre pourquoi, ça passe crème ! 

    Sur ce, j'ai un 3e chapitre à lire... 

    A plus !

      • Lundi 4 Mars à 10:49

        Fanfani,

        Oh c'est tellement gentil, merci merci ♥♥

         

    13
    GGO
    Samedi 23 Février à 18:36
    Me voilà!

    Bon alors rentrons dans le vif du sujet : je ne vois pas ce qu'il y a de mal à vouloir faire mieux. A faire des efforts. Il n'est nullement dit qu'Arthur contraint Leila. C'est elle qui s'auto censure. Ça s'trouve il va être compréhensif! C'est vrai que les vegans ont du mal avec ceux qui ne respectent pas leurs principes parce que ça leur paraît dément notre tolérance vis à vis de la souffrance animale, que l'on accepte qu'on tue des créatures qui ne peuvent pas se défendre. Qu'on exploite, qu'on traite mal dans beaucoup trop d'élevages. Mais tous ne sont pas extrémistes. Pas plus que les personnes pieuses. Il y en a, qui font parler d'eux, et il y a les autres. Comme dans toute idéologie. Donc Arthur, qu'il soit sensible à ça, à l'écologie, ça me plait. Maintenant j'attends de voir sa réaction quand Leila arrivera à lui parler de ses difficultés à adopter ce mode de vie qui est très contraignant et qui demande un vrai temps d'adaptation. Tout le monde n'a pas l'énergie de le faire, ni l'envie de se passer de produits et sous produits animaux à 100%. Et ça il devrait l'accepter, sinon il serait un extrémiste, ce qui n'est jamais bon.
    De plus, je trouve qu'il a raison pour les vlogs. Je suis de l'école "Vivons heureux vivons cachés"

    Sinon Jeanne c'est pas ma copine. Néanmoins j'aime bien sa relation avec sa fille (parce que cette dernière est lucide et ne se laisse pas embobiner).

    Et Commandant m'a l'air de l'aimer Jeanne. Que c'est triste de voir qu'elle est si malheureuse qu'elle se coupe de tout le monde!

    Un superbe chapitre très très bien écrit, avec de très jolies photos comme d'habitude. J'adore beaucoup!
      • Jeudi 28 Février à 11:45

        GGo,

        Tu as raison, j'ai cette sensation aussi que c'est Leila qui cherche à se conformer à ce qu'elle pense qu'Arthur attend d'elle.  La communication :o  

        Et effectivement, Arthur a très souvent raison et il a tout aussi raison de vivre selon ses convictions.  Maintenant, je suis ok avec ça au niveau de ses principes d'écologie et de respect de toute vie, mais j'ai comme l'impression qu'il se permet avec Leila des attitudes que je trouve personnellement plus paternelles qu'autre chose; mais cela doit être dû à la différence d'âge qui existe entre lui et Leila :o et dont je n'ai pas encore parlé.

        Je me doute que Jeanne ne te plaît pas et je ne suis pas certaine que cela s'arrange no

        Maintenant, si effectivement, Jeanne se coupe du monde, ce n'est peut-être pas parce qu'elle est malheureuse mais peut-être parce que justement, elle pense qu'elle peut être plus heureuse dans la solitude.

        Et merci, je suis très touchée ♥♥ c'est toujours un bonheur de lire tes commentaires ♥♥

    12
    Myo
    Vendredi 22 Février à 20:55

    Eulaline,

    Encore une histoire bien intéressante que tu nous déroule... J'ai trouvé le premier épisode bien énigmatique. Cette relation avec cet homme que Jeanne entretien depuis de nombreuses années, mais tellement "spéciale"... Mais je commence à aimer Jeanne avec ce 2ème épisode. J'aime la relation qu'elle a avec sa fille Leila. Même si Leila m'énerve un peu avec sa façon de se plier à tous les désirs de son compagnon. Mais elle est jeune, et vu ce que j'entrevois dans ce que lui dit Jeanne et le caractère qu'elle a l'air d'avoir, j'imagine que cette attitude/situation ne va pas perdurer bien longtemps... Et je suis curieuse de voir si ce cher Arthur gagne vraiment à être connu, car pour le moment entre l'avis de Jeanne et l'attitude de Leila, il a plutôt l'air d'un vegan intégriste "aux dents qui rayent le parquet" ! he

    Bref, j'aime bien, j'attend la suite pour me faire des idées plus précises des protagonistes de cette histoire si énigmatique que je n'entrevois pas du tout où elle peut nous mener.

    Bisous !

      • Jeudi 28 Février à 11:37

        Myo,

        Je ne sais pas si on peut vraiment apprécier Jeanne; du coup, je suis vraiment contente que que tu y parviennes un tout petit peu; même si je ne suis pas certaine que sur le long terme ça continue en ce sens :o 

        Leila veut plaire à celui qu'elle aime et qu'elle admire.  Affaire à suivre...

        Quant à l'histoire elle-même, c'est juste une petite histoire sans prétention, il ne faut pas s'attendre à du sensationnel :o  Je préfère prévenir :)

        Et merci beaucoup, je suis très touchée par ton message.

    11
    Samedi 16 Février à 17:18

    Finalement, Jeanne à une bonne relation avec Leila! Vu ce qu'elle disait dans le premier épisode! Finalement elle est plutôt chouette :) 

    Elle garde son sang froid avec le petit copain de sa fille, qui paraît être un monsieur -je-sais-tout! 

      • Jeudi 28 Février à 11:33

        Oui, Jeanne se donne des airs détachés mais en vrai, elle adore ses enfants et elle essaye de faire au mieux pour préserver cette relation entre sa fille et elle; même si Leila n'est pas dupe de ce que pense sa mère de son amoureux :o

        Merci, Klohma :)

    10
    Vendredi 15 Février à 06:58

    Hahaha... J'ai l'impression que Jeanne joue les blasées affectives que rien ne peut toucher... he

    Concernant Arthur, j'attends de le voir en vrai, car pour l'instant, de la manière dont il est présenté, ça ne donne pas très envie d'apprendre à le connaître, hein ! wink2
    J'ai l'impression qu'il a un avis sur tout, Arthur, même si certaines de ses réflexions ne me semblent pas dénuées de jugeotte... En tout cas, j'espère que c'est pas le genre de vegan intégriste que l'on a l'habitude de voir à la télé...

    C'était sympa de voir la mère et la fille interagir, leur complicité...

      • Vendredi 15 Février à 09:35

        Parthenia,

        Je ne sais pas si Jeanne joue les blasées affectives ou si tout simplement, elle ne sait/ne veut  pas exprimer ses émotions.

        Arthur n'est pas comme les véganes intégristes que l'on voit à la télé.  Il est comme les vegan que je connais :) et effectivement, il a un avis sur tout et il a très très souvent raison, dans l'absolu.  Cela reste un idéaliste ambitieux, ce qui est somme toute assez paradoxal.

        Et je suis contente que la complicité mère/fille se ressente :)

        Et merci de me suivre et pour tes commentaires ♥♥

    9
    Jeudi 14 Février à 14:09

    Je suis tombée en amour sur le petit chat de Leila, "Commandant". Il a est vraiment trop mignon. Et malgré ce qu'en dis Jeanne, il a quand même l'air de s'être attaché à elle.

    La relation entre Jeanne et sa fille, Leila est bien décrite. Pas trop de sensiblerie mais on sent qu'il y a quand même de l'affection entre elles deux. 

    Par contre, au peu de ce que tu fais voir  d'Arthur, cela ne donne pas envie de le connaître. Et si Leila commence à cacher certaines choses à son compagnon, alors que cela fait à peine quelques jours qu'ils habitent ensemble, c'est quand même pas bon signe. 

    D'ailleurs, la famille de Jeanne a été habillé pour l'hiver aussi ! he J'aime bien, en peu de mots, comment tu dresses le portrait des uns et des autres et l'idée que l'on peut s'en faire. 

    Cette chronique est bien agréable à lire et je trouve que c'est la plus mature de tes histoires. ♥♥♥

    A bientôt Jeanne donc wink2

      • Jeudi 14 Février à 20:54

        Agathe,

        Commandant est adorable, il faut dire :)  J'ai craqué moi aussi :o 

        Je pense que tu as bien cerné la relation mère/fille.  

        C'est sûr qu'Arthur a quelques traits qui hérissent assez vite; malgré tout, il faut rendre à césar ce qui est à césar: cet homme a des convictions, de l'ambition et il a très souvent raison.  
        Oui, aussi pour Leila, elle ne devrait pas mentir à son compagnon; en même temps, c'est compliqué d'épouser un mode de vie qui n'est pas le sien.  Vivre avec une personne, c'est différent de le "fréquenter" :/  Leila ne veut pas décevoir Arthur, on sent que cela reste important pour elle.  Je comprends :/

        La famille de Jeanne mérite d'être habillée pour l'hiver :D  

        Et merci merci ♥♥  je suis toute émue de lire ton comm'.  Je ne sais pas si cette histoire est plus mature, mais disons que, vu que j'ai décidé de ne le partager finalement, dans un cercle plus restreint, uniquement sur mon blog, je ne me mets pas trop de barrières, je me sens plus libre dans cette histoire.  Je sais que j'ai tendance à dérailler très souvent et à trop flirter avec les règles du Pegi 12: ici, je ne m'inquiète pas, même si ça dérape, ce n'est pas grave; je n'ai pas un public très jeune sur mon blog d'après ce que j'ai pu constater.

    8
    Lulu
    Jeudi 14 Février à 13:05

    On ne le connait pas encore, Arthur, mais on n'a pas tellement envie de le connaître !

    En même temps, Leila ne le décrit pas comme un homme que l'on peut apprécier, comme ça, au premier abord... Et Jeanne ne le porte pas vraiment dans son coeur !

    Par contre, je l'aime bien, Leila :) J'aime bien la relation qu'elles ont, entre mère et fille, elles s'entendent bien mais ne sont pas fusionnelles. Et puis on commence à connaitre Jeanne, elle n'a pas peur de dire les choses. Notamment concernant Arthur ;)

      • Jeudi 14 Février à 20:42

        Lulu,

        C'est vrai, on ne connaît pas Arthur; mais forcément, de prime abord ce que l'on en sait ne joue pas en sa faveur :o

        Moi aussi j'aime bien Leila et j'avoue que j'aurais bien aimé que Jeanne lui secoue un peu plus les puces à cette jeune fille; mais ce n'est pas le style de Jeanne ni sa façon de voir.  Elle dit certaines choses mais garde pour elle les attaques trop directes sur la façon qu'a Leila de se laisser guider par son compagnon - même s'il y a du sarcasme dans ses propos ou de l'ironie - ou sur certaines réflexions qui pourraient vraiment blesser sa fille.  D'ailleurs, à demi mot, cette remarque qu'elle fait: non, je ne crois pas que tu saches ce que j'en pense - ce n'est pas une remarque aussi anodine qu'il y parait et ne se rapporte pas à la suite de leur conversation. 

        Et merci de me lire et pour tes commentaires, Lulu, je suis très touchée ♥♥

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :