• 3. Intra muros

    3.  Intra muros 

     

     

    3.  Intra muros

     

                 Je m'habituai très vite à être le centre de leur monde.  C'était une place bien confortable que j'appréciai à sa juste valeur, croyez-moi. 

     

    3.  Intra muros

     

          Dès mon arrivée, ils semèrent pour moi de multiples attentions au quatre coin de leur vaste demeure.

     

    3.  Intra muros 

     

     C'était très agréable de se sentir adoptée par ces gens.  Ils n'étaient pas de mauvais bougres, c'était sûr, ils ne me voulaient pas de mal. Ils mettaient tous deux beaucoup d'ardeur et d'enthousiasme à tenter de m'inculquer les bases indispensables à mon apprentissage.

     

    3.  Intra muros

    3.  Intra muros

    3.  Intra muros 

     

               Et ils ne manquaient pas de tendresse à offrir, ces deux-là.  J'étais devenue leur réceptacle préféré à câlins et affection.

             Lorsque la femme me prenait dans ses bras, elle prenait toujours bien garde à respecter mon espace vital.  Je lui en étais reconnaissante.

      

    3.  Intra muros 

     

                Lorsque l'homme me serrait contre lui, je me sentais en sécurité.

     

    3.  Intra muros

     

                  Il était, d'ailleurs, plutôt baraqué, le gars.

     

    3.  Intra muros 

     

     En plus, il travaillait dans la police; ce n'était pas un gage d'honnêteté et de rigueur, les brebis galeuses courent nos rues, c'est sûr, mais quand même, celui-là me semblait correct et ne sentait ni la brebis, ni le bouc.

      La femme était aimable et j'aimais bien sa nouvelle coiffure.  Elle travaillait dans un restaurant de la ville et malheureusement, elle se sentait obligée de faire la cuisine à la maison.

     

    3.  Intra muros

     

     Elle n'avait aucun don et ses plats étaient atroces.  Il fallait vraiment être affamée pour en manger.

     

    3.  Intra muros

     

      Je les mangeais donc puisque je me retrouvais souvent affamée et poliment, faisais en sorte qu'elle ne se rende pas compte de l'atrocité de ses mets : J'avais de bonnes manières et l'hypocrisie fait partie de mes dons naturels, j'en usai et en abusai dès mon plus jeune âge.

        "Ma petite sorcière, m'avait dit ma mère, tu ne te fais pas remarquer chez ces gens et tu fais en sorte de te comporter comme une petite fille normale, compris?"

     

    3.  Intra muros

     

         Elle m'avait serrée contre elle, encore à m'étouffer.

     

    3.  Intra muros

     

         "Si tu ne te comportes pas bien, ils vont faire de toi ce qu'ils ont fait d'elle!"

     

    3.  Intra muros

     

         La voix de ma mère avait versé dans le sanglot, elle avait déjà pleuré devant son cercueil lorsqu'elle l'avait découvert .  

     

    3.  Intra muros

     

        "Une âme damnée... une âme damnée...  Voici ce qu'ils peuvent faire de toi, si tu ne te comportes pas comme une petite fille normale, comme eux..." 

        Normale?  Je supposai que je devais éviter de faire disparaître les choses et m'appliquai, donc, à jouer comme j'imaginais que les enfants normaux jouent: avec motivation et concentration, les deux mamelles de la réussite.

     

    3.  Intra muros

    3.  Intra muros

     

        Parfois, je l'avoue, je craquais.  Je vérifiais que j'étais seule et paf!  "Au revoir, requin.  Bonjour, requin."  Entre deux disparitions, mon cœur manquait un battement, un frisson me parcourait l'échine dorsale, l'inquiétude de rater mon coup, d'avoir envoyé mon jouet définitivement en "chimérie" me nouait l'estomac.

     

    3.  Intra muros

     

        A chaque fois, pourtant, parce que ma volonté était la plus forte, il réapparaissait.  Mon cœur, alors, battait joyeusement, l'excitation colorait mes joues d'un grand sourire de vainqueur.  Victorieuse, oui, je l'étais toujours!

     

    3.  Intra muros 

    3.  Intra muros

     

         Je dois dire également que je ne craignais pas vraiment l'étrange créature toute en os qui déambulait dans la maison.

     

    3.  Intra muros

     

     Je ne trouvais pas sa destinée particulièrement triste: Clac-clac, c'était ainsi que je l'appelais, agissait comme bon lui semblait, allait et venait en liberté, n'avait pas l'air malheureuse et ne se plaignait jamais de son sort.  De quelle autre preuve ma mère avait-elle besoin pour se rassurer?

      Si ma mère n'avait pas été ma mère, j'aurais pu croire qu'elle avait imaginé de toutes pièces cette histoire de sanction qui me pendait au nez en cas de mauvaise conduite tant cela ne me semblait pas crédible de redouter tel destin.

     

    3.  Intra muros 

     

     Franchement, devenir une âme damnée n'était pas si catastrophique que ça!... A moins qu'il n'existe quelque part un pays, une ville, un village, un endroit où on extermine les âmes damnées telles les sorcières de chez nous.  

        Pour une âme damnée, c'est bien plus compliqué de cacher ce qu'elles sont que nous, sorcières, qui avons l'apparence de gens normaux : nous ressemblons aux autres, nous avons la forme des autres, nous avons le corps des autres, nous sentons comme les autres, nous goûtons comme les autres mais nous ne sommes pas comme les autres!  Clac-clac, elle, même si elle mettait un pantalon et un masque, rien qu'à l'entendre se déplacer, on aurait compris qu'elle était une âme damnée, point besoin de lui imprimer l'insigne de sa race à même sa peau ses os pour la reconnaître au premier coup d’œil ou d'oreille.

     

    3.  Intra muros

     

      Clac-clac était l'image de ce qu'elle était, aucun camouflage ne pouvait masquer sa nature.  En cela, oui, elle était à plaindre.

        Maman faisait bien des efforts pour améliorer le quotidien de chacun.  C'était apparemment la stratégie qu'elle avait mis au point pour les prochains mois à venir.

     

    3.  Intra muros 

     

          Elle préparait des petits plats qu'elle congelait, histoire de prévenir une faim qui serait subite et/ou trop urgente.

     

    3.  Intra muros 

     

         Elle prenait garde de ne point laisser de factures, elle s'était probablement assignée la charge des comptes de la maisonnée.  Cela lui ressemblait.  Un sou était un sou, il n'était pas question de gaspillage, aussi riches que soient ces gens. 

     

    3.  Intra muros

     

        Elle avait également planté quelques graines, mettant en place un potager qui donnerait de meilleurs fruits et légumes dont le foyer tout en entier pourrait bénéficier. 

     

    3.  Intra muros

     

       Elle ne ménageait pas sa douceur et ses tendresses à l'encontre de l'homme.  Je la soupçonnais de se prendre réellement d'affection pour lui, pour autant qu'elle s'y autorisa.  

     

    3.  Intra muros

     

       La femme était plus difficile à cerner ou à approcher.

     

    3.  Intra muros

     

     

     Elle semblait plus méfiante.  Oui, elle se méfiait de ma mère et je trouvais ça normal.  J'attendais le moment où elle interrogerait ma mère sur son tatouage et poserait la question embarrassante:  "Quel étrange tatouage!  A-t-il une signification particulière?".

      Je redoutais ce jour mais surtout l'explication que ma mère ne manquerait pas de lui donner.  

     

    3.  Intra muros

     

     

     

    (à suivre...)

     

     

     

     

    « Chapitre VIII : Jour J - 154. Gobelins, fées et elfes »
    Pin It

  • Commentaires

    9
    Jeudi 22 Décembre 2016 à 09:34

    J'adore c'est bien raconté 

      • Jeudi 22 Décembre 2016 à 09:49

        Merci beaucoup, Lilie.  J'aime beaucoup ma petite sorcière mais cette histoire est en pause en attendant de récupérer un ordinateur qui puisse à la fois accueillir les sims 3 et les sims 4 ou en attendant un extension "magie" dans les sims 4 :/

    8
    Dimanche 11 Janvier 2015 à 11:11

    J'aime trop cette petite héroïne XD 

    Le coup de clap-clap c'est fort !

    7
    Samedi 6 Septembre 2014 à 03:24

    j'avais oublié de lire cette suite là.. je comprends mieux maintenant :)

    toujours aussi bien, a petite comprends beaucoup de choses pour son jeune age :)

    6
    Lundi 1er Septembre 2014 à 12:09

    J'adore clap clap lol la petite va finir par se faire prendre j'en ai peur :(

    5
    Jeudi 21 Août 2014 à 13:22

    La petite est bien lucide vis à vis de sa situation dis donc. Bon par contre c'était pas très gentil pour le requin de le faire disparaître comme ça ... le pauvre :P

    Mais j'aime beaucoup ses reflexions sur Clac-clac (j'adore ce surnom :D ) et sur sa mère. D'ailleurs mère et fille jouent un jeu dangereux dans cette maison l'une avec la magie et l'autre avec "l'homme" surtout devant "la femme". Hâte de voir comme tout cela va tourner et comment la petite va grandir dans cet univers.

    4
    Jeudi 21 Août 2014 à 00:18

    Elle fait squelettique la maman^^ 

    La petite joue un jeu dangereux en s'entrainant ainsi à la magie^^ Je n'étais même pas au courant que les bambins sorcière avait ce genre de comportement de jeu alors que j'ai eu trois générations de sorcières^^' 

    3
    Mardi 19 Août 2014 à 22:25

    Et voilà ! Je viens de tout dévorer en quelques minutes ! :D

    Bon alors déjà, ça ne peut que partir plus que bien : ça se passe dans mon monde préféré et avec ma créature préférée ^^ J'adore d'ailleurs les petits sorciers qui font disparaître leurs jouets, je trouve trop mignon ! ^^

    Mais je m'égare. Voilà une belle entrée en matière, un contexte bien posé, un angle comme toujours original, des images que tu sais faire parler à merveille... J'attends déjà la suite avec impatience ! :D

    2
    Mardi 19 Août 2014 à 22:25

    Une fois de plus je n'ai qu'une hâte découvrir la suite !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :