• 4. L'ennui

     

    IV.  L'ennui -  L'ennui est le malheur des gens heureux* et un avertissement qu'on n'écoute jamais trop*

     

                Grisette est passée me voir sur le camp, aujourd'hui.  J'ai d'abord pensé que son vieux lui faisait la misère.

                Puis, non, c'était juste une visite de courtoisie; alors je l'ai jouée courtoise, moi aussi.

     

    4. L'ennui

     

                 De fil en aiguille, les confidences fusant, j'ai fini par lâcher ce qui me faisait du vague du l'âme et du typhon dans les entrailles.

                 "Je m'ennuie quand les petits sont à l'école.  Je leur ai demandé plusieurs fois d'arrêter d'y aller mais ils ne veulent pas.  C'est triste, hein, Gris-gris?  Faites des gosses qu'ils disaient et eux, ils ne pensent qu'à m'abandonner, à quitter le nid."

     

    4. L'ennui

     

               Et Gris-gris de répliquer:

                "Mais non, justement.  Tes enfants savent que s'ils manquent l'école, l'assistance sociale va leur tomber dessus et les renvoyer en foyer.  Ils font ça justement pour ne pas être séparés de toi, Ermila."

                Oh.  

                 "C'est quoi, c'tte histoire?"

                Oh?

                 "Tu crois?" 

                Oh!  

                 "Ça alors!"

                Je me sens bête, là, soudain.

     

    4. L'ennui

     

                Et puis, je ne sais pas me retenir.  Je la prends dans mes bras, Gris-gris, les larmes aux yeux; elle n'était pas obligée de m'expliquer les choses si gentiment.  La gentillesse, moi, je n'y suis pas habituée.

               "T'es vraiment une bonne personne, Gris-gris."

     

    4. L'ennui

     

                 Et elle d'enchaîner:

                "Si tu t'ennuies tant que cela, pourquoi tu ne cherches pas un boulot?  Je sais qu'ils engagent à l'hôpital."

                 "Euh... mais moi, je n'ai jamais bossé... puis, je n'ai pas besoin d'argent, j'ai mes enfants et mon potager. Puis tu sais, dans les hôpitaux, ce n'est pas très sain comme environnement, il parait qu'il y a beaucoup de malades."

     

    4. L'ennui

     

           "Beaucoup de malades, oui: des femmes, des hommes et des enfants aussi. Je me dis qu'avec quelqu'un comme toi dans les couloirs de l'hôpital, les gosses se sentiraient moins abandonnés et toi moins seule.  Qu'en dis-tu?"

            Réflexion... réflexion.

           "Ok, j'en dis que c'est dit.  S'ils veulent de moi, j'irai, mais à une condition: je ne m'occupe que des enfants et je ne soigne personne parce que tu vois, Gris-gris, moi, je n'y connais rien en maladies.  Je suis moins maligne qu'il n'y parait."

     

    4. L'ennui

     

                "On fait comme ça.  Je vais appeler l'un des mes amis à l'hôpital et je te tiens au courant."

                  Et hop, je lui refais un câlin à mon grigri, juste pour le plaisir.

     

    4. L'ennui

     

             La confirmation de mon embauche ne tarde pas et je profite du repas du soir pour l'annoncer à mes enfants (et à un autre gamin avec un bonnet qui n'en a certainement rien à battre de ma "life" mais engloutit mes hamburgers comme s'il n'avait plus mangé depuis trois jours... pauvre petit). 

     

    4. L'ennui

     

               Je ne réplique rien lorsque j'entends miss couette-couette se décharger à l'avance auprès de Grigri de toute responsabilité en cas de morts que je provoquerais à l'hôpital dans le cadre de mes fonctions.

                   - Mon frère, mes sœurs et moi-même, ne voulons en aucun cas être tenus responsables de tout dommage - moral, physique - que maman pourrait causer lors de ses heures de travail à l'hôpital, tout autant au matériel, aux collègues qu'aux patients.  Sachez-le et soyez avertie qu'en cas de décès inopiné, vous ne pourrez vous en prendre qu'à vous-même.

     

    4. L'ennui

     

              Je conclus la journée par une petite histoire à mes enfants (et l'étrange bonhomme à bonnet), comme il est coutume lorsque j'ai été sage, la journée. 

    "Minuit, c'est l'heure où dansent les farfadets sur la lande.  Minuit, c'est l'heure où il ne fait pas bon traîner sur la lande.  Minuit, c'est l'heure où il ne fait pas bon traîner sur la lande parce que dansent les farfadets.  Un cri? Des pleurs troublent la danse des farfadets.  C'est Rouge-caboche... Mais comment ose-t-il troubler la danse des farfadets, ce Rouge-Caboche?  Et qui est-il...?".

     

    4. L'ennui

     

                  Il n'empêche qu'au matin, mon estomac me vrille la poitrine et les mots de miss couette-couette me reviennent.  Pourvu que je ne tue personne, aujourd'hui.  Je n'ai vraiment pas envie de retourner à la case prison, moi.

     

    4. L'ennui

     

                 Mais dans quelle galère me suis-je donc encore fourrée?

     

    (à suivre...)

    [L'ennui est le malheur des gens heureux - Horace Walpode]

    [L'ennui est un avertissement qu'on n'écoute jamais trop - Claude Roy]

    « 3. Le parc5. 0 Killed »
    Pin It

  • Commentaires

    3
    Jeudi 14 Mai 2015 à 12:52
    Nina

    Aaah pas mal du tout! Elle est bien sympatoch Ermila :D et ses enfants hyper cultivé qu'ils parlent trop bien...


    ça va pas être de tout repos! c'est chouette ^^ 

    2
    Pythonroux
    Mercredi 13 Mai 2015 à 18:23

    j'aime beaucoup, vivement la suite et la première journée de travail d'Ermila ^^

    1
    Mercredi 13 Mai 2015 à 13:47

    Je viens d'enfiler les quatre chapitres, et c'est génial. C'est original, drôle et addictif, j'ai hâte de lire la suite!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :