• 5. Samuel

     

     

    5.

     

    5.

     

      Lorsque l'homme a entendu ma mère, Amaya, rentrer, il s'est précipité.

     

    5.

     

     Je suis presque certaine qu'avant même de l'entendre, il avait eu le pressentiment qu'elle arrivait.  C'était mignon tout plein: depuis la porte d'entrée jusqu'à la chaise où j'étais tranquillement assise, je les observais.  A l'infini me semblait-il, à chaque pas, il s'arrêtait pour serrer ma mère dans ses bras.  

     

    5. 

     

           Et ma mère répondait à son étreinte avec une fougue inimaginable.  Il me semblait qu'elle voulait se couler en lui.  J'étais intriguée par ce mystérieux ballet de corps emmêlés l'un à l'autre, par la voix enrouée de l'homme qui ne cessait de répéter "Mais où étais-tu? où étais-tu, Amaya?  Pourquoi es-tu partie? Pourquoi es-tu partie?  Ne pars plus jamais... Plus jamais, Amaya..."

         Le prénom de ma mère roulait et vibrait, devenait une mélodie et valsait à mes oreilles telle une mélopée un soir de pleine lune. J'étais charmée par ce spectacle et le silence passionné de ma mère, Amaya.  

        On apprend beaucoup en observant les adultes. C'est très instructif d'être spectateur des autres, de leurs comportements et de leurs émotions.

     

    5.

     

       Peu après le retour de ma mère, un étrange individu fit son apparition à la maison.  De suite, je le détestai du plus profond de mon cœur d'enfant.  Oh, ce n'était pas tant qu'il fut laid qui me déplut, non, c'étaient son attitude, sa petite mine de fouine, son intelligence et son manque d'intégrité qui me vrillèrent l'humeur.

     

    5. 

     

         Il paradait dans son bel uniforme de l'armée, il roulait des mécaniques et se voulait spécialiste du monde et de son histoire.

          Il s'appelait Samuel et était un ami proche, très proche de la femme.  Cet impudent allait même jusqu'à lui offrir des fleurs et rouler des yeux comme un enfant devant un pot de chocolat à tartiner si convoité.

     

    5. 

     

          Et elle de s'extasier et de s'enthousiasmer, surprise, sans doute, qu'un individu s'intéressât à sa petite personne.  Il n'est rien de plus décadent et ridicule qu'une femme qui ignore qu'elle est belle.

     

    5.

     

           Il lui offrait, à la femme, fleurs et roucoulades alors que ce fieffé individu avait déjà épouse et enfants.  

     

    5. 

     

          Ma mère, pour qui l'âme humaine n'avait aucun secret et pouvait repérer un homme marié à dix kilomètres à la ronde,...

     

    5.

     

       ...en avertit sans coup férir le frère, précisant s'il était besoin que sa sœur était en danger, en pareilles griffes de séducteur patenté.  

        L'homme ne perdit pas une seconde et mit en garde le vil individu.  Pis qu'un père, l'homme veillait sur sa tribu comme une louve sur sa portée.  Samuel fut donc prévenu: qu'il pose une seule patte malveillante sur sa sœur et il lui couperait les quatre.  

     

    5.

     

        Ainsi que, dès le départ je l'avais prévu, Samuel comprit immédiatement qui était l'auteur du racontar.  Personne n'aime les raccuspotes et Samuel n'échappait pas à la règle.  Il prit ma mère à part et elle passa un mauvais quart d'heure.

     

    5.

    5.

    5.

     

       Il était évident que Samuel ne se laisserait pas impressionner, qu'il ne laisserait personne s'opposer à lui et que s'il voulait obtenir la femme, il l'obtiendrait peu lui importait la manière, les dégâts ainsi causés et le frère de ladite dame qu'il exploserait si l'envie lui prenait.  A moins que...  Une idée germa dans l'esprit malade de ma mère, résolue à sauver cette pauvrette qui nous avait accueillies.

        Ma mère régla l'affaire à sa façon.

     

    5.

     

         La vie des autres est si instructive!  Elle se limite à un jeu de construction, on empile les bons éléments au bon endroit et on peut en toute quiétude manipuler les gens et les événements.

     

    5. 

     

     J'apprenais finalement beaucoup au contact de ma mère, son retour n'avait pas été aussi inutile que je l'avais d'abord imaginé.

          Au lendemain de cette nuit sans amour que Samuel avait passée avec ma mère, puisque tel avait été le deal, il baratina à la femme une histoire de long- très-long voyage qui le tiendrait éloigné d'elle.  Qu'elle ne l'attende pas, il avait compris qu'il n'était pas assez bien pour elle, qu'il ne la méritait pas...Oooh!  Le problème ne venait pas d'elle mais de lui...  Bref, il lui servit le baratin habituel d'un homme qui ne veut plus d'une femme.

     

    5.

     

           Ma mère compléta son plan de sauvetage de la sœur orpheline en lui offrant discrètement...

     

    5.

     

                l'un de ces animaux ridicules que l'on nomme "dragon".

     

    5. 

     

     Elle espérait ainsi que la femme soit en sécurité.  Quel âme pure et naïve, ma mère, quand même.

     

    5.

     

          Une âme pure, certes, mais dans un esprit dérangé par des démons qu'elle ne pouvait nommer sans y perdre totalement la raison.

           Et de raison garder, l'homme s'évertuait à s'y conformer mais y parvenait très mal.  Il regardait ma mère et ne la comprenait pas.

     

    5.  Samuel 

     

     Il brûlait d'amour et de passion pour elle mais toujours, elle le gardait à distance, dans un silence opaque et étouffant,...

     

    5.  Samuel 

     

    entourant ses marques d'amitié d'une retenue qui le rendait fou et l'épuisait.

     

    5.  Samuel 

     

           Il n'était pas dupe, l'homme, il avait compris que l'infâme Samuel avait posé les mains sur le corps de ma mère, qu'elle s'était donnée à cet ignoble individu.  Mais à lui, qui  l'aimait de tout son être, elle se refusait.  

     

    5.  Samuel 

     

    Les fées, gobelins et elfes ne lui étaient d'aucune utilité dans ce combat.  C'était évident! Pauvre homme, il se battait contre des moulins à vent, n'était pas suffisamment subtile pour comprendre que si ma mère se refusait à lui c'était parce qu'elle tenait à lui justement.

     

    5.  Samuel 

     

     Il est des femmes brisées, des femmes brisées qui brisent, des femmes brisées que même l'amour ne peut réparer, des femmes brisées que même l'amour ne peut sauver.  Ma mère était de celles-là.  Et je l'étais peut-être aussi.  Quelle importance?  Survivre au jour le jour n'est pas une si vilaine façon d'apprendre à mourir.

     

    5.  Samuel 

     

     Je n'imaginais pas encore, à cet instant, en m'endormant sous la garde vigilante et bienveillante de ma bonne Clac-clac, à quel point cette pensée serait juste.

     

    5.  Samuel

     

     

     Quelques jours plus tard, un événement qui aurait dû être joyeux et me procurer un bonheur intense se transforma pour moi en calvaire.  Je crus mourir de désespérance mais de cela, je n'aime pas me souvenir.  

     

    (à suivre...)

     

     

     

    « Une autre que moiChapitre X : Jour J - 13 »
    Pin It

  • Commentaires

    5
    Dimanche 11 Janvier 2015 à 11:16

    Dis donc ce Samuel il est un peu fou o: !

     

    4
    Lundi 29 Septembre 2014 à 17:34

    Alors, retard rattrapé de ce côté, mais mon impatience ne fait que croître...

    3
    Mercredi 17 Septembre 2014 à 21:14

    Amaya est de plus en plus ambigu dans son comportement. J'ai du mal à voir où elle veut en venir et où elle en est vis à vis de sa fille.

    Par contre j'aime toujours les descriptions que fait la petite qui sont tellement bien vu pour un observateur extérieur (comme elle le dit, c'est la meilleure place).

    Je suis curieuse de connaître l'événement chaotique que va connaître tout ce beau monde lors de .... l'anniversaire de la petite peut être ?

    2
    Mardi 16 Septembre 2014 à 19:27

    "Je crus mourir de désespérance" Je ne connaissais pas ce mot^^'

    Encore un superbe chapitre. Ca m'étonne que c'est été "si" simple avec Samuel.. 

    1
    Mardi 16 Septembre 2014 à 16:35

    Ah ben mince, décidément je vais de surprises en surprise, le Samuel moi aussi je l'ai détesté au premier regard et je vois qu'il oubli vite sa victime pour une autre... En tous cas j'espère que l'évènement n'est qu'un simple bébé... Belle suite comme toujours bravo <3

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :