• 6. Le réveil du guerrier

    A l'ombre du lilas

    6. Le réveil du guerrier

     

    Windenburg - Chez les Van Laer, alors que Julien se rend à la salle de sport sur les traces de Cassie

     

    9. Cassie

    9. Cassie

                          Louis a dormi comme un bébé, mais contrairement au bébé, c'est milieu de matinée qu'il abandonne le sommeil et non à l'aube.

    9. Cassie

                           La maison est silencieuse.  Un brin de toilette pour Louis.  

    9. Cassie

                           Se sentir propre et dispos, c'est toujours un plaisir.  C'est ce qui fait le Bonheur, tous ces petits bonheurs mis bout à bout.  Depuis qu'il a retrouvé la liberté d'aller et venir, toujours Louis ne cesse de s'en émouvoir.

    9. Cassie

                           Dana est partie au boulot.  Diane est au lycée et le père de Louis, Eric, doit être occupé à ne rien faire en attendant qu'une idée lui vienne.

    9. Cassie

                           "Dis, pa', tu es allé chercher mes médocs?"

    9. Cassie

                            "C'est Dana qui s'en est chargé.  Je ne sais pas où elle les a mis."

    9. Cassie

                             Cela contrarie un peu Louis, non qu'il en ait besoin pour lui-même, mais il aime les thésauriser.  Il ne faudrait pas qu'il tombe à court alors que Cassie est là.  Depuis qu'elle est là, qu'elle l'attend, Louis est aux anges.  Il n'a qu'à fermer les yeux et il l'imagine, terrorisée dans son trou et il s'en réjouit et il jouit de cette idée, Louis.  Quel bonheur!  Quelle délivrance de la savoir à sa portée, sans défense.

                              Hier était vraiment une belle journée.  Encore meilleure qu'il ne l'avait espérée.  Quelle délectation avait été la sienne de voir Julien, les minutes passant et lui, Louis, sachant pertinemment que Cassie ne rentrerait pas.  A ce moment-là, la jeune fille, profondément assommée par les médocs et le vilain coup derrière la tête que Louis lui avait asséné dans le vestiaire de la salle de sport, l'attendait, inconsciente, dans la coffre de sa voiture, garée juste en bas de l'immeuble de Julien.  Quel coup du sort!  Que la vie pouvait être taquine.  Quel régal cela avait été!

                              "J'emporte un truc ou deux du frigo, je mangerai en chemin.  Je vais voir Sarah, tu m'accompagnes?"

    9. Cassie

                               Eric hausse un sourcil étonné.

                               "Pourquoi tu emportes à manger?"

                                "Je te l'ai dit.  Je vais voir Sarah.  Tu viens?"

                               Eric doute un moment de ses facultés mentales.  Il ne voit pas du tout le rapport entre "emmener un truc à manger et aller chez Sarah", néanmoins, il n'insiste pas et se contente de hausser les épaules.

                                 "Non, je ne vois pas ce que j'irais faire chez Sarah et sa mère; et d'ailleurs, je te l'ai dit hier, je ne vois pas ce que tu vas y faire non plus, Louis.  Ça m'étonnerait qu'elles soient heureuses de te voir débarquer chez elle après ce que tu leur as fait subir."

    9. Cassie

                                   Louis sourit.

                                    "Un peu comme ici, hein pa'?"

                                     "Ne dis pas n'importe quoi, Louis!  Si je comprends ce que tu fais ici, je ne vois pas ce que tu ferais là-bas.  C'est tout, point barre.  J'ai quand même encore le droit de  te poser une question et attendre de toi une réponse simple, claire et précise."

                                      D'un ton franc, sincère, lumineux, Louis répond à son père:

                                    "Papa, il n'est jamais trop tard - heureusement! - pour dire pardon et merci.  C'est pour ça que je dois aller chez elles.  Je n'ai que trop tarder, j'aurais dû le faire bien plus tôt."

                                     Et avec une belle agilité, Louis virevolte sur lui-même et serre son père dans ses bras.

                                     "D'ailleurs, à ce propos, merci et pardon, mon petit papa."

    9. Cassie

                                     Eric, le cœur battant, voit son fils quitter la maison bien guilleret.  Il grimace, un instant, partagé entre le rire et les larmes, entre le dégoût et l'amour que lui inspire son fils, tour à tour et à la fois.

    9. Cassie

                           En soupirant, Eric se rassoit et se remet à attendre.  Une étrange occupation s'il en est, c'est sûr.

     

    « 5. Et maintenant?7. Le courage croît en osant et la peur en hésitant »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :