• Chapitre III : Jour J -24

    Les orphelins de l'Apocalypse 

     

     

     

    Chapitre III : Jour J-24

     

        Ce matin-là, Evy, Sophie, Carl, Cyril et Bertrand se levèrent rapidement, sans prendre le temps de s'inquiéter.  Il leur fallait accélérer la cadence s''ils voulaient être plus efficaces.

        Installé à la table du petit déjeuner, Bertrand lut à haute voix quelques passages du livre apporté par Elizabeth Lol, la veille.

     

    Chapitre III

     

      Dans ce livre étaient faits mention de quelques légendes et mythes concernant Hidden Springs, ses rivières, ses bois, ses habitants.  Un passage très court l'intéressa plus que nul autre:

     - Hidden Springs est connue pour les vertus curatives de ses sources.  Il n'est pas de données scientifiques qui satisfassent à comprendre pourquoi les habitants de cette contrée vivent plus vieux que d'autres, pourquoi certains bénéficient de ses bienfaits et d'autres pas.  Une légende tente d'expliquer le phénomène: 

    "Au crépuscule d'un hiver sans fin, à l'heure où la lumière rejoint l'obscurité pour s'y confondre, les Sept entamèrent leur combat.  Leurs larmes et leur sang se mêlèrent à l'eau des rivières, à la brume et à la bruine.  Leurs douleurs, leur détresse, leurs cris se répandirent dans la vallée, semant effroi et terreur parmi les vivants. Mais bientôt le silence se fit, le combat du bien contre le mal était terminé. L'eau devint source de jeunesse. Le bien avait-il triomphé du mal ou était-ce l'inverse?"

       Un instant, les enfants restèrent sans réaction.  Sophie fixa un long moment Bertrand, attendant de voir s'il allait ou non analyser le texte qu'il avait précipitamment fait disparaître.  Evy et Cyril restèrent sagement le nez fixé sur leur assiette, tandis que Carl glissait un regard inquiet à Evy.

     

    Chapitre III

     

     Finalement, les enfants chosirent de ricaner à l'évocation de cette légende mais leur poitrine s'enserrèrent d'une terrible angoisse que chacun voulut cacher aux autres.

       Evy se réfugia derrière une toile.

     

    Chapitre III  

     

       Bertrand évacua sa tension nerveuse en suant.

     

    Chapitre III

     

       Sophie s'empara d'un ouvrage.

     

    Chapitre III

     

      Cyril proposa une partie de ballon à Carl.  Ces deux-là avaient l'air encore plus tendus que les trois autres.

     

    Chapitre III  

     

        Heureusement, le klaxon du car scolaire les ramena à la réalité et, en courant, ils y montèrent, tour à tour, espérant y trouver un abri, tentant de fuir l'ombre qu'ils sentaient planer au-dessus d'eux.

     

    Chapitre III

    Chapitre III

    Chapitre III

    Chapitre III

    Chapitre III

     

       Cependant, puisqu'il était écrit que pour ces enfants-là rien ne serait jamais simple, la journée d'école, qu'ils avaient désirée plus bénéfique que la précédente, alors qu'ils s'étaient motivés à la vivre suivant le conseil d'Elizabeth Lol en tentant de s'intégrer aux autres, ce fut au mausolée qu'ils la passèrent.

     

    Chapitre III

    Chapitre III

     

       Les traits tirés, la douleur au ventre, ils en sortirent à seize heures.  L'idée des spectres hantant les lieux, l'écho du chagrin de ceux qui avaient perdu leurs proches battaient à leurs tempes comme autant de coups de tambours martiaux. A quoi bon vivre, à quoi bon espérer si tout corps retourne à la terre, si la vie est si fragile, si la douleur du manque et de la perte d'un être cher est si intense?

     

    Chapitre III

     

      Le trajet du retour vers le manoir se déroula dans un silence choqué et douloureux, chacun se souvenant de leurs camarades emportés ailleurs, engloutis par cette mer froide et gourmande, à Eunice et à Amarice qui n'avaient pu résister, qui avaient disparu dans cet ailleurs froid et sombre.  Leur absence et leur manque d'eux étaient encore plus intolérables à cet instant!

      Les enfants descendirent du bus devant le manoir, la mine renfrognée, l'air un peu hagard.

     

    Chapitre III

     

      Sans soulagement, cette fois, ils passèrent la grille du manoir et s'engouffrèrent à l'intérieur.  De toute façon, ils n'avaient nulle part d'autre où aller.

     

    Chapitre III

     

    La journée d'Elizabeth, elle, s'était déroulée dans la douce quiétude du train-train quotidien.

    La veille au soir, elle n'avait pas trouvé Harrold à la maison.  Elle s'était couchée sans même l'entendre rentrer.  Probablement était-il encore affairé à une très longue partie pêche, dans un des coins perdus d'Hidden Springs.  Au petit déjeuner, il n'avait point paru non plus.

    Après les cours, elle se mit à sa recherche.

    Elizabeth, au soleil couchant, finit par le trouver.  Elle s'avança rapidement vers lui.  L'urgence de lui parler continuait à lui vriller les entrailles.  Dès qu'il l'aperçut son visage s'illumina d'un sourire si doux qu'elle ne résista pas à se glisser contre lui, elle-même resplendissant de la joie de le retrouver.

     

    Chapitre III

     

    Elizabeth aimait tellement Harrold; et lui, lui disait sans cesse qu'elle était la fille qu'il aurait aimé avoir. Elizabeth lui répondait par un rire chaud et doux qu'Harrold adorait.  

    Mais ce soir-là, Elizabeth était nerveuse et Harrold sentit immédiatement que la jeune fille voulait lui parler plus "sérieusement".

    Il l'encouragea doucement, d'un regard et sourire attentifs.

    Elizabeth hésita encore un instant. 

    Elle se passa une main nerveuse dans les cheveux, ne sachant par quel bout prendre le serpent qui couvait au creux de sa poitrine.

     

    Chapitre III

     

     Elle respira profondément, tenta de se rassurer. S'il y avait une personne sur la terre en qui elle avait confiance, c'était bien Harrold.  Lui seul était capable de la comprendre sans la juger; de cela, elle était sûre et certaine.

    -  Harrold, j'ai rencontré les enfants, les rescapés, hier, comme tu me l'as demandé.  Je leur ai déposé le livre que tu leur réservais.

    Elle prit une profonde inspiration.

    -  Ses enfants m'ont rappelée la gamine que j'étais à leur âge mais il y a autre chose, en eux, autour d'eux, je ne sais pas, que je ne parviens pas à expliquer... 

     

    Chapitre III  

     

    Les sourcils d'Elizabeth se froncèrent et le cœur d'Harrold s’emballa.  Il devint soucieux.  

    -  Je ne sais pas comment dire ... En sortant de la maison, c'est ridicule, je sais mais j'ai ressenti comme un souffle chaud qui m'enveloppait et soudain, j'ai senti que j'avais peur, Harrold.  Cette peur n'avait pas de raison d'être. J'en suis consciente, ce ne sont que des enfants, perdus, loin de chez eux...

    Elizabeth secoua la tête puis semblant changer de sujet.

    -  Depuis quelque temps, je fais toujours le même rêve.  Je rêve que je dors.

     

    Chapitre III

     

     - Un bruit soudain m'éveille, je me lève et je me retrouve dans un grand couloir, au bout duquel, il y a un miroir.  Je me sens obligée de m'approcher, alors je m'approche.  Je m'observe ainsi un très long moment.  

     

    Chapitre III

     

    -  Ensuite mon image disparaît.  

     

    Chapitre III

     

     -  Je me penche alors vers le miroir, je plisse les yeux, j'essaye de comprendre pourquoi mon reflet a disparu.  C'est alors que je vois apparaître un enfant, un étrange enfant qui me regarde derrière ses grandes lunettes rondes.  Il a l'air d'être d'un autre temps, d'un autre monde, de vouloir me parler...  ou pas, je ne sais pas...

     

    Chapitre III

     

     -  Harrold, en sortant de cette maison, hier soir, j'ai senti cet enfant.  C'est cela qui m'a effrayée.  Il me poussait à revenir voir les orphelins, il me poussait à venir te parler...  Son image ne me quitte plus et cette nuit, il est encore revenu. Silencieux, il se contente de me regarder, recroquevillé sur lui-même.

    Elizabeth écarta les bras en geste d'impuissance.

     

    Chapitre III  

     

       Elizabeth sentait ses joues rosir, ses jambes trembler, elle se sentait libérée d'avoir pu parler à son ami de ce rêve et de ce qu'elle ressentait, même si son angoisse était toujours aussi vive.  Elle ne réfléchit pas plus longuement et posa enfin la question qui la turlupinait sans cesse depuis ce rêve.

    -  Harrold,  est-ce que tu penses que je deviens folle?  

     

    Chapitre III

     

      Le ton de sa voix était glacé et Harrold comprit que cette question n'était pas un simple effet de style mais la révélation d'une vraie peur qu'avait Elizabeth depuis son enfance.

      Il secoua la tête.

    - Bien sûr que non, Elizabeth.  C'est normal que ton subconscient et ton inconscient jouent un peu avec tes rêves.  

      Il lui sourit doucement et gentiment.  

      Il n'aurait été ni judicieux de sa part, ni réconfortant qu'il lui révèle que lui aussi faisait le même rêve chaque nuit, que lui aussi voyait le même enfant qui semblait venir d'un autre temps, qui était assis sur son lit, qui le regardait derrière ses grandes lunettes rondes...  La seule différence, c'est que lui, Harrold, connaissait son prénom : Amarice.

     

    (à suivre)

     

     

     

     

     

    « Chapitre II : Jour J-25Chapitre IV : Jour J - 23 »
    Pin It

  • Commentaires

    10
    Dimanche 27 Juillet 2014 à 17:15

    oh que de mystere, donc l'enfant serait Amarice? qu'essaie t'il de leur dire a travers leur rêve? le mystere s'épaissi de plus en plus.. je suis quand même pressée d'en savoir un peu plus ^^  trop bien ♥

    9
    Mercredi 14 Mai 2014 à 08:06

    Oh le mystère s'épaissis, voilà qu' Harold et Elizabeth font le même rêve du petit garçon et on apprend que c'est Amarice. Ah là là j'adore.

    8
    Samedi 10 Mai 2014 à 11:04

    Merci, Crystal, je suis très touchée de ton passage et de tes com'; moi qui adore ta saga "Edénique, les survivants". :)

    7
    Vendredi 9 Mai 2014 à 20:41

    C'est donc ça, ce livre contient des légendes...
    J'aime beaucoup ce passage du livre, un petit particulier même si il est court.
    Les enfants ricanent mais ils ont quand même des craintes...
    Chacun s'occupe au mieux...
    "A quoi bon vivre, à quoi bon espérer si tout corps retourne à la terre, si la vie est si fragile, si la douleur du manque et de la perte d'un être cher est si intense?"
    J'aime ce passage !
    Oh zut elle n'a pas trouvé Harrold à la maison la veille finalement... En tout cas elle a l'air de lui faire confiance. Etrange ce rêve qu'Elisabeth fait depuis quelques temps ! sans reflet dans le miroir oh, c'est inquiétant... Voilà d'autres intrigues qui s'installent cool

    6
    Mercredi 30 Avril 2014 à 15:55

    Merci à toutes, je suis très touchée par vos commentaires au point que je ne sais que répondre... alors, je vais me lancer dans l'écriture du prochain chapitre... :D

    5
    Mercredi 30 Avril 2014 à 15:22

     J'adore!! J'aime la personnalité de chacun des enfants, et le fait qu'on ne s'attend jamais à ce qui va arriver. Pauvre Elisabeth hantée par son rêve je me doutait que ça devait-être le petit Amarice. Harold sait des choses, mais il faut se méfier le petit me fait peur.... Superbe Chapitre bravo ! Bisous

    4
    Mercredi 30 Avril 2014 à 14:12

    Oh! Ca se précipite^^ Donc Harold est au courant de certaines choses à propos des enfants^^

    J'ai hâte de  connaître le dénouement parce que là je pêche niveau suggestion^^"

    J'adore toujours autant^^

    3
    Mercredi 30 Avril 2014 à 13:49

    Juste passionnant, fascinant, étrange et intrigant... Les sept sont ils ces orphelins, auxquels doivent s'ajouter les deux qui n'ont pas survécu à la mer ? Sont ils vraiment disparus, ces deux là ? Qui les envoient, et pourquoi ? C'est vrai qu'ils sont inquiétants, et je tremble pour Harrold et Elisabeth... Quels projets ont ils lancé ? Et ce projet - est ce une menace ?

    2
    Mercredi 30 Avril 2014 à 13:45

    Oh que tu m'agaces ! Chaque fois que je vois un nouveau chapitre apparaître, je me dis à h peut-être quelques révélations en perspective ?
    Et bien au contraire le mystère est de plus en plus profond et l'intrigue encore plus difficile à cerner. Conclusion j'attends de nouveau le prochain chapitre, pleine d'espoir.

    Tes images sont de plus en plus belles.

    Bon, c'est pas tout ça ! J'espère que tu t'es déjà attaquée à la suite !

     

    1
    Mercredi 30 Avril 2014 à 13:25
    Sylvania

    J'aime !
    J'aime... Le décompte qui commence les chapitres, intrigant à souhait. L'atmosphère mystérieuse qui plane autour de ces "orphelins" qui n'en sont pas tout en l'étant. Les émotions et les sentiments, tout ce que l'on ignore. Le rêve qui s'impose avec ce nom qui surprend sans surprendre. Les liens inattendus entre les personnages.
    J'aime tout !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :