• Chapitre IX : Ainsi fait Anatole Lol feu de tout bois

    Chapitre IX :

    Hééé...  Bonhomme, que se passe-t-il, en pleine nuit?  Nos parents ont décidé d'aller nous perdre dans la forêt ou quoi?  Je n'ai pas eu le temps de faire le plein de cailloux, moi!

    Ne panique pas, mon cher Anatole.  Tes parents se sont juste lassés de devoir attendre les bambins sur le seuil de la maison dès qu'ils décidaient d'interagir avec vous. Toute la famille déménage donc.

    Ma foi, c'est une bonne nouvelle.  Je n'aimais pas cette barraque non plus.

    Que penses-tu de celle-ci? 

    Chapitre IX :  

     Je ne vois rien...  Tu aurais pu me proposer une vue encore plus lointaine et plus sombre.  Tu me testes ou quoi?  Tu veux savoir si je vois correctement? si je vois dans le noir?  Je ne suis pas un chat, je te signale.

    Tu me vois bien marri d'avoir surestimé tes capacités et t'avoir par là-même confronté à tes limites.

    Je ne comprends rien à ton charabia, gamin.

    Afin d'obtenir ton pardon, mon cher Anatole, je t'offre cette autre vue de ta maison. 

    Chapitre IX :

    Tu appelles ça une maison, toi?  Moi, j'appelle ça une niche à dragon.  Je suis dégouté...  Tu verras quand j'aurai ma maison... les crapauds et autres mécréants de la ville vont baver. 

    Et voici ta nouvelle chambre, mon cher Anatole.

     Chapitre IX :  

    C'est une chambre à la mesure et à l'image de mes parents.  Je ne peux en dire plus. Néanmoins, je m'interroge...  Pourquoi parquer toute sa marmaille dans la même pièce???   J'aurais tellement apprécié vivre ma jeunesse dans une chambre, seul, sans tous ces bébés et bambins à mes côtés.

    Oh, en parlant enfant,  j'ai l'impression que tes parents ont oublié quelqu'un dans leur ancienne maison.  Ils sont en train de s'interroger l'un l'autre. 

    Chapitre IX :

     Chouette, c'est Lolita qui manque à l'appel.  J'aurais pu espérer que mes parents ne se rendent compte de rien, un enfant de plus ou de moins, je ne vois pas pourquoi ça les préoccuperait.  Au pire, ils en font encore un et l'affaire est pliée.

    Tu dis vraiment n'importe quoi, Anatole.  

    Détrompe-toi, Bonhomme, le grand Anatole ne dit jamais n'importe quoi!

     *soupir* 

    Chapitre IX :  

    Et voilà la brebis égarée qui rentre au bercail.  On pourrait presque en avoir la larme à l'oeil.

    Pour son retour la maison, ma mère a convoqué le grand bleu, on dirait.   Etre plus riche, effectivement ne peut que me plaire.   

    Chapitre IX :

    J'adore quand ma mère s'illumine et qu'elle se tord dans les airs toute électrisée.  Je me réjouis de voir ce coup de génie qui me donnera un peu de la richesse que je mérite tant.

    Mais que fait-elle, encore?

    Chapitre IX :  

    Pourquoi, mais pourquoi se sent-elle obligée de lier une relation d'amitié avec ce grand bleu?  Tu le sais, toi, gamin?

    Oui, je le sais.

    Peu me chaut, là, je braille et j'attire son attention.  Je suis mort de faim, moi.

    Chapitre IX :

     Oh là... c'est vraiment parce que j'ai faim que je vais manger cette bouillie infâme.  Ma mère a beau être un chef au Bistrot, ici c'est plutôt une crève misère de la cuisine.

     Chapitre IX :  

     M'enfin, il n'y en a que pour le grand bleu, c'est hallicinant quand même.  Les filles, il faut leur mettre des biceps et des pantoufles à boucle et paf!  c'est parti pour le grand show du "je te séduis, et séduis-moi".  C'est pathétique.  

    Chapitre IX :

    Chapitre IX :  

    Je n'en peux plus, il faut que je me débarrasse une bonne fois pour toutes de ces boulets qui encombrent ma vie.

    Anatole!!!  Non!!!

    Chuuuuuuuuuuuuut, gamin.  Observe.

    Chapitre IX :

    Chapitre IX :

     Voici comment faire feu de tout bois et d'une pierre trois coups.

    *sourire satisfait*

    Chapitre IX :

     Oh paniiique... paniquuue... J'adore!  

    Chapitre IX :

    Chapitre IX :

     Oooh ça, je ne l'avais pas prévu...  Ne voilà-t-il pas le père froussard qui se décide à saisir l'extincteur???  Gamin!!!  C'est toi qui l'as aidé... Avoue!!!  Trahison... tu m'as trahi. 

    Chapitre IX :

    Chapitre IX :

    Je te hais, sache-le...  Je n'oublierai jamais cette trahison dont tu t'es rendu coupable, gamin. Le grand Anatole Lol est déçu, très déçu.

    *tousse tousse et gouttes de sueur*

    Chapitre IX :

    Chapitre IX :  

    Ouf... Vous l'avez échappée belle.

    Ne fais pas l'innocent, ce n'est pas moi que tu voulais sauver.  Tu es un moins que rien, un microbe, une larve... Et un jour, oui, un jour, tu me le payeras très cher!!!

    Tu t'emballes, mon cher Anatole.  La colère te fait perdre la raison.  Tu ne pouvais pas te débarrasser ainsi de ta famille, voyons.  Sans compter que tu aurais pu y passer aussi, en même temps que ta maison.  Réfléchis et tu verras que j'ai eu raison.

    *s'étouffe*

    J'entends bien??? Tu avoues ton infamie et reconnais m'avoir trahi?  Tout ça pour quoi???  Pour me rendre à cette vie sans miel et monotone des couches, biberons, sermons, sourire, accolades???  C'est tout ce que je déteste.  Cette famille est la représentation exacte de tout ce que je hais dans ce bas monde.  

    Tu es vraiment excessif, mon cher Anatole.  Il y a de bons moments que tu partages avec eux et ils t'aiment vraiment beaucoup, tu sais.

    C'est toi qui as la quête de l'amour dans le sang, pauvre cloche.  Moi, je n'ai pas besoin que l'on m'aime.  

    Bon, que fait ma mère?  J'ose espérer qu'elle mette cette Lolita en pension.  Cela me fera des vacances.  

    Chapitre IX :

      Tes parents ne sont pas du style à mettre leurs enfants en pension, mon cher Anatole, tu le sais.  Moi, je parierais plutôt sur une fête d'anniversaire.

    Encore????  Oh, la poisse.  Je suppose qu'on va encore avoir les mêmes têtes de ringards qu'à chaque fois.   

    Chapitre IX :  

     Ah non, tiens, une nouvelle tête.  On dirait une secrétaire ou une institutrice.  

    Tout me laisse penser en tout cas que ce n'est pas mon anniversaire que nous fêtons.  Je ne vois nulle part de machine à granita.  Je me réjouis tellement de manger une petite granita... *soupir* 

    Chapitre IX :

      Attention, ma mère se concentre pour tenter d'étouffer son enfant et de lui voler le souffler de la bougie.  Quelle mère indigne, je ne cesse de m'indigner.

    *crissement de dents*

    Chapitre IX :  

    Et devant, vos yeux éblouis, braves spectateurs, voici la métamorphose du ver de terre en....

    Chapitre IX :  

    Gamin!!!!  Lina est un garçon ou quoi??? On m'aurait trompé avec sa coquille rose????

    Chapitre IX :

     Oh, je suis mort de rire, c'est trop drôle: même ma mère se détourne dégoutée...  Il y a juste la bonne pour se réjouir avec sa bouille de béni de la crêche.  Elle m'a l'air d'être tombée d'une autre planète, celle-là.  Elle ne me plait pas beaucoup.

     Ah parce qu'il y a des gens qui te plaisent, mon cher Anatole.  C'est une première et grande nouvelle, dis-moi.

    Le sarcasme ne te sied pas au teint, gamin.  Garde tes états d'âme pour toi, c'est un conseil que je t'ai déjà délivré, plus d'une fois.

    En parlant de sarcasme, tu avoueras que Lina n'a pas grand'chose d'un garçon malgré tes sous-entendus bien mal venus.

    Chapitre IX :

    Chapitre IX :

      Bah, toutes les filles de la famille se ressemblent: aucune particularité évidente, aucune personnalité... juste des petits coller-copier d'elles-mêmes.  Tout cela est d'un morne, comme ma vie en général, en fait.

    Et bon appétit, les gars, hein?!  Bande de pique-assiettes qu'on ne voit qu'aux fêtes.

    *grimace de dégoût* 

    Chapitre IX :

    Que fais-tu, Anatole?

    Chapitre IX :

     J'explique à ma sœur, Evaline, que si elle m'embête, ce sera par la feu qu'elle périra.

    Tu es vraiment complètement timbré, mon cher Anatole.  On ne dit pas ce genre de chose.

    Ecoute, chacun fait comme il veut, je ne voudrais pas me mêler de la vie des autres mais je préfère que les choses soient dites et pas qu'on me reproche plus tard de ne pas avoir prévenu le monde entier de ce qui l'attendait.  Chacun sa philosophie, moi, je prône l'honnêteté. 

     Je pense que ta sœur ne t'appellera pas frère honnête mais plutôt ordure, à l'avenir. 

    Chapitre IX :  

     Ordure???  Attends, je vais lui montrer, moi, ce que sont des ordures. 

    Chapitre IX :

    *rire*

     Ah voilà, ma mère a convoqué le génie à nouveau et a l'air de vouloir formuler son dernier voeu.  A moi, la fortune et la richesse... Vive moi!

     

    Chapitre IX :

    Chapitre IX :

    Oh et bien ça alors...  Cela ne fait pas comme d'habitude, dis donc.  Qu'est-ce que ma mère a demandé, Bonhomme?

    Patience, mon cher Anatole.  Tu le sauras très bientôt.  Observe...

    J'observe...  Le génie entre dans sa lampe, ma mère place la lampe dans le réfrigérateur?! 

    Chapitre IX :

    Puis dans le four?!!!  Mais que fait-elle, bon sang?  Elle veut annihiler toute chance que nous soyons riches, une fois de plus?

    Chapitre IX :

    Mais où court-elle?

    Chapitre IX :

    Au cimetière?!  Elle fait bien, c'est là qu'elle va finir et peut-être et sans doute plus vite qu'elle ne l'espère. 

    Chapitre IX :

     Elle entre dans le mausolée...  C'est intrigant...

    Chapitre IX :

     

    Dis-moi ce qu'elle prépare, Bonhomme.  Elle est partie chercher une tombe?  Elle est à la recherche d'une pierre précieuse, d'un trésor?

    Patience, tu vas comprendre, mon cher Anatole.  Regarde, la voilà qui revient.

     

    Chapitre IX :

     

    Je n'y suis pour rien, cette fois-ci!!!  Ce n'est pas moi qui ai voulu faire feu de tout bois et brûler ma mère vive.  Cette fois, non, non, malheureusement, on ne peut pas m'attribuer ce méfait.  Ô honte et désespoir...  cette idée farfelue de faire décéder ma génitrice au cimetière n'a même pas affleuré à mon esprit démoniaque.  Je me ramollis, bonhomme... 

    Chapitre IX :

     

    Elle convoque le grand bleu?  Mais que trafique-t-elle, bon sang ne saurait mentir...

    Chapitre IX :

     

    Mais que se passe-t-il?  Ma mère a le don de génie?  Elle offre la fortune au grand bleu?

    Non, mon cher Anatole.  Elle libère le génie et le laisse intégrer ton foyer, tout simplement.  Et c'est vraiment une très bonne nouvelle.

    Chapitre IX :

     

    Pour qui est-ce une bonne nouvelle, Bonhomme?  C'est une catastrophe, tu veux dire.  Mais pourquoi??? pourquoi suis-je né de cette bonne femme au grand coeur qui se sent obligée de renoncer à la fortune pour libérer un grand bleu aux drôles de chaussures.  J'ai la nausée, je déteste ma vie, je déteste cette famille...  Je promets, et tremblez tous, que ma vengeance sera terrible et résonnera longtemps dans les mémoires, faisant crisser les dents et geindre les plus forts d'entre nous.  Le grand Anatole Lol est très très contrarié! 

     

     

    (à suivre)

    « La famille d'Anatole : deuxièmeFamille d'Anatole : troisième »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :