• Chapitre VII: Ainsi se venge Anatole... ou pas

     Lorsqu'arrive le petit frère Manu, les parents d'Anatole doivent se rendre à l'évidence.  Leur maison est un peu petite pour eux six.

    Dis plutôt que s'ils décident de ne pas arrêter de procréer, notre barraque ne sera jamais assez grande pour accueillir toute leur marmaille. 

    Chapitre VII: .. 

    On peut pousser les meubles comme on veut, dans la chambre, il n'y a pas de place pour un cinquième berceau. 

    Chapitre VII: ..

    Et c'est cela qui pousse ma mère à prendre son téléphone et à dépenser les sous offerts par le génie, mon bienfaiteur, pour nous faire déménager dans le quartier. Magnifique initiative que j'applaudis des deux mains, est-il nécessaire de le préciser?  J'exècre cette maison depuis toujours.

    Chapitre VII: ..

    Tu es sûr que cela n'a rien à voir avec le fait que ton père t'as retrouvé sur le seuil de ta maison, épuisé, ce fameux jour, juste avant le déménagement. 

    Chapitre VII: ..

    Mon père ne m'a pas retrouvé sur le seuil de la maison.  C'est lui qui m'y a déposé!  Quelle infamie!!!  Il a voulu se débarrasser de moi. Il pensait sans doute que les employés de la voirie me prendraient pour une poubelle!!!  Quel homme horrible!!!  Il ne paye rien pour attendre, le grand Anatole Lol aura sa revanche.  Pauvre crétin.  Il a eu beau avoir raconté à ma mère qu'il cherchait mon lit dehors, je n'y crois pas un instant.

    Te voilà devenu revanchard après joyeux, mon cher Anatole.

    Blablabla... tu me fatigues, gamin.  Laisse-moi présenter ma nouvelle demeure.  Elle est lugubre à souhait, je l'adore. 

    Chapitre VII: ..

    Chapitre VII: .. 

    106 000 $ous, elle nous a coûtés.  C'est merveilleux. 

    Bon évidemment, ma mère ne peut pas s'empêcher de la décorer à sa mode.  De lugubre, la voici devenue chaude et accueillante.  C'est à vomir à quel point mes parents sont "bien sous tous rapports" et sans originalité. 

    Chapitre VII: ..

    Chapitre VII: ..

    Chapitre VII: ..

    Chapitre VII: .. 

    Regarde ce que je veux dire, gamin.  Avant, un lieu mythique qui fleure le mal, le renfermé, le diable, la maladie et la haine: 

    Chapitre VII: ..

     Après, un lieu sain, propre, enjoué où ne demandent qu'à s'épanouir les rires d'enfants.  Je déteste! 

    Chapitre VII: .. 

     *soupir*

    Tu seras très bien, ici, mon cher Anatole.

    Je ne serai jamais bien tant que je serai entouré de pareils abrutis.  Sans compter qu'il y en a de plus en plus.  Il est temps d'agir, que je trouve n'importe quoi mais il faut que ça s'arrête. 

    Chapitre VII: .. 

    Anatole!!!!  Que fais-tu? 

    Chapitre VII: ..

     Je tente de tuer mon père, pourquoi?  C'est lui qui a commencé...!  Je te rappelle qu'il m'a jeté à la porte de chez nous il y a quelques heures à peine, me laissant sans défense sur le seuil de la maison!  Heureusement que ce n'était pas l'hiver, j'aurais pu mourir gelé!  Moi, le grand Anatole Lol, avant même d'avoir pu accomplir mon formidable destin.  Je le hais, cet homme-là.

    Chapitre VII: ..

     Mais Anatole, tu n'as aucune preuve de ce méfait...  Anatole, pense à ta mère!!!

    Chapitre VII: ..

     A ma mère?  Et bien, justement, j'y pense à ma mère.  Il est temps qu'elle soit veuve et s'attèle plutôt à me faire une éducation digne de ce nom plutôt que de fabriquer des mômes à longueur de journée. 

    Chapitre VII: .. 

    Zut, l'alarme incendie fonctionne.  Ma mère, évidemment, n'a pas oublié d'en poser une.  Elle est vraiment fatigante avec ses airs du "on ne me le fera pas, je prends toutes les précautions pour protéger ma famille".  Berg, j'ai la nausée.  Pourquoi, bon sang, suis-je tombé dans cette famille?

    Les pompiers n'arriveront peut-être pas à temps?

    *sourire en coin*

    Il se mumure dans la communauté Sims que tu serais bien plus pernicieux et cruel qu'il n'y paraît, gamin.  Je me demande s'ils n'ont pas raison.  Et il se dit même que ce serait la raison pour laquelle tu m'es associé: parce que tu serais mon apôtre du mal, mon disciple préféré, celui qui siégera à ma droite.  Brave, petit. 

    Chapitre VII: ..

     Ah et bien voilà, les pompiers... 

    J'admire le sang-froid du pompier qui explique à ton père que son lave-vaisselle qui est la proie des flammes est cassé.

    Il veut encore me donner une chance de réussir mon méfait; des fois que mon père se lancerait à nouveau dans les flammes pour tenter de sauver son engin.  Mais ça, c'est oublier à quel point, il est poule mouillée.   

    Chapitre VII: ..

    Un dernier espoir?

    Et non:

    Chapitre VII: ..

      Mon père est tout cramé mais il va bien.  Que ma vie est nulle.  Le grand Anatole Lol se lamente. 

    Chapitre VII: .. 

     Oui, le grand Anatole Lol se lamente mais ne perd pas espoir.  Un jour viendra où le brasier du mal détruira tout sur son passage.

    Le brasier du mal détruira tout sur son passage et pas seulement les cuisinières.. C'est cela sans doute que tu veux dire, mon cher Anatole.

    *mi-rire diabolique mi-rire-dépité*

    Et la vie après ce joyeux intermède et cet espoir persistant reprend son petit bonhomme de chemin.

    Ma mère s'occupe tendrement de ses bébé et bambins.

    Chapitre VII: ..

    Chapitre VII: ..

    Mon père est toujours aussi obsédé par son sujet préféré: 

    Chapitre VII: ..

    Chapitre VII: ..

    Il lui propose même un petit rendez-vous à son fameux sujet d'inspiration.  Tant de sentimentalité me donne la nausée.  C'est vraiment rude à supporter, crois-moi, Bonhomme, je me retiens de déclencher une nouvelle catastrophe mais c'est dur.

    Je suis fier de toi, mon cher Anatole.  Tu as une sacrée force de caractère.

    Je trouve aussi...

    Bref,  voilà mes parents partis pour le festival d'automne, dans leur voiture pourrie qui est à l'image de leur vie. 

    Chapitre VII: ..

    Chapitre VII: ..

    Comme ils sont mignons.  Je les trouve vraiment adorables, ils sont touchants.

    Ne te sens pas obligé, Bonhomme, de me faire part de tes états d'âme et ressentis.  Je m'en barbouille le popotin avec le plumeau de l'indifférence de ce que tu ressens ou penses.

    Oh zut, il se met à pleuvoir, juste au moment où tes parents se décident à faire un petit concours de croque-la-pomme.

    Chouette, tu veux dire: il se met à pleuvoir, ils vont être tout mouillés, leur rencard sera miteux, ils vont se disputer, se séparer et je vais me retrouver seigneur en ma maison.  C'est grandiose, j'adore ce plan.

    Tu es pathétique, mon cher Anatole, et pas loin d'être barbant.  Tu ressasses toujours la même chose. 

    Que t'ai-je dit au sujet de tes ressentis, avis et cetera?  Je m'en barbouille le popotin avec le plumeau de l'indifférence!!!  Et je pourrais mieux dire, Bonhomme, en me paraphrasant: "Habitue-toi ou tue-toi"; cela me comblerait de joie que tu disparaisses.

    Ah tiens, intéressant... je me demande si ta mère ne soupçonne pas quelque chose au sujet de l'incendie de la cuisinière. 

    Chapitre VII: ..

     Meuh non, elle n'a pas les capacités de penser, ma mère, alors imagine...

    Allez trois quatre cinq six... il est temps de débuter l'épreuve.   

    Chapitre VII: ..

    Chapitre VII: ..

    Chapitre VII: ..

    Chapitre VII: ..

    Chapitre VII: ..

    Kyla, ta mère, a gagné!

    Comme elle  frime!!... c'est n'importe quoi.  Il est temps de rentrer s'occuper de ses mômes, les gars.

    Oh mais que vois-je?

    Chapitre VII: .. 

    J'ai raté l'instant où ma mère apprend qu'elle est enceinte de son cinquième enfant. Ca, c'est vraiment ballot.

    Tu dis ça parce qu'elle porte des vêtements ringards?

    Ben oui, ça ne ressemble pas du tout à son style.  Ce serait plutôt des fringues de femme enceinte, non?

    Anatole, tu es irrésistible.  Ta mère a juste trouvé ces fringues-là dans son inventaire dans le rayon "vêtements d'extérieur".

    *rit de bon coeur*

    Tu te destines à une carrière de styliste ou quoi???  

    Arrête de rire, on ne se moque pas du fabuleux Anatole.  Je suis tellement habitué à voir ma mère enceinte que ça me fait bizarre quand elle passe deux jours sans bébé dans le bide.

    Je comprends...

    *pleure de rire*

    Un jour viendra où tu riras moins, Gamin, lorsque je t'aurai arraché les entrailles avec les dents, par exemple.

    Ah...Oh ...  Regarde, j'ai eu une prémonition: 

    Chapitre VII: .. 

    Alors qui avait raison?  Je pense que tu es obligé de me présenter des excuses.

    Si tu le dis...

    Il va falloir que tu travailles les excuses, Bonhomme. 

    Cela attendra.  Ton frère, Manu, fête son anniversaire, comme tu l'as sans doute deviné en voyant arriver les invités.

    Ouiep... et je constate que les invités sont aussi lassés des fêtes d'anniversaire chez moi que personne n'assiste au souffler des bougies.

    C'est dommage, pour une fois que ce n'est pas mon père qui va souffler la bougie. 

    Chapitre VII: ..

    Chapitre VII: ..

    Et bien bravo, je vois que ma mère adopte la même technique que mon père: "je t'étouffe sous mon aisselle, mon bébé, et je souffle..."  Et elle a l'air fière d'elle, en plus, après. 

    Chapitre VII: .. 

    Voyons ce que va devenir Manu: un dinosaure? une girafe?  Oh, ce c'est trop fun!

    *rigole*

    Chapitre VII: ..

    Chapitre VII: ..

    Un ermite, il sera ermite comme son père.  Cela lui va bien...

    *pouffe*

    Chapitre VII: .. 

    Oh, Anatole, regarde...  Evaline...  Elle a l'air si triste, là, toute seule, dehors. 

    Chapitre VII: ..

     Elle n'est pas toute seule, elle est avec son ami imaginaire.  Elle est un peu triste, c'est vrai. Mais ne t'inquiète pas pour elle, je m'en occupe.  

    Je ne sais pas si ça me rassure de savoir que tu t'en occupes.  Je devrais peut-être intervenir.

    Laisse-la, elle a besoin d'un peu de solitude, tu ne peux pas savoir comme c'est difficile de vivre dans cette petite famille "parfaite".  Elle doit se ressourcer un peu.  Tu peux comprendre ça, quand même.  Fiche-lui la paix.

     Chapitre VII: ..

      La voilà qui revient... Tu vois, je te l'avais dit qu'elle avait juste besoin d'être un peu loin de tout ça. 

    Chapitre VII: ..

     En fait, mon cher Anatole, tu es un vrai gentil, attentionné et attentif aux autres.  J'en aurais presque la larme à l'oeil.

    Là est ma force, en cela réside ma puissance, Bonhomme.  Je suis un grand connaisseur de l'âme sims, je me faufile tel un rat dans le coeur des autres pour mieux frapper.  Ne te l'ai-je déjà dit?

    Oh que vois-je?

    Chapitre VII: ..

     

    La neige étend sa froidure blème sur ma maison, mon quartier, le monde.   Ma saison préférée est arrivée: l'hiver.  Le temps passe, le grand Anatole ne tardera plus à se révéler dans toute sa splendeur morbide.  Tremblez, mon souffle peu à peu s'étend, ma puissance croît...

    (à suivre)

    « chapitre VI : Ainsi s'assagit Anatole Lol ... ou pasLa famille d'Anatole Lol au fil du temps »
    Pin It

  • Commentaires

    1
    Jeudi 13 Mars 2014 à 11:52

    J'adore la façon que tu raconte happy

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :