• Chapitre VII: Mousseux, rires et larmes.

    Le matin, j'étais en retard.  

    Je me mis à courir dans les couloirs, l'estomac dans les talons.  Ma semaine commençait bien! 

     

    Screenshot-7.jpg 

     

    J'eus l'immense surprise de découvrir une nouvelle Babou.  Gothique, ma nouvelle Babou.

    Elle grogna: 

    - "Je porte le deuil de ma famille." 

     

    Screenshot-3 (3).jpg

     

     

     Elle exagérait, là, quand même.  Mais bon, Babou est excessive et elle aime geindre sur la vie même quand il ne se passe rien de spécial... alors, là, évidemment, il y avait de quoi...

    Elle était bien loin, la petite princesse qui cherchait son royaume et imaginait que son petit monde la protégeait.  Pauvre Babou. 

    La journée fila à la vitesse grand v.  

    De retour à la maison, je m'occupai de mes devoirs, sagement, comme la petite fille sérieuse que j'étais.

    Je signai Babou qui n'était toujours pas de meilleur poil et qui avait le pyjama assorti à ses états d'âme. 

    - "Ohh yeaaah, ma soeur, tu déchires", lui dis-je et je filai.

     

    Screenshot-7 (3).jpg 

     

    Maman était en pleine symphonie.  C'était parfait. 

     

    Screenshot.jpg 

     

    L'heure était venue d'ouvrir le message de Lilou.

    Je respirai profondément lorsque je vis son image apparaître. 

     

    chat1.jpg      Ma Chère Lou,

    Je te prie de m'excuser pour le temps que j'ai pris à te répondre.  J'ai essayé de venir te parler plus tôt mais les événements ici se sont enchaînés et je n'ai pas trouvé une minute pour m'installer tranquillement à mon ordinateur. 

    Je te rassure d'abord: tout le monde va bien.

    D'abord, Zabou est en pleine forme.

    Elle n'en croyait ni ses yeux, ni ses oreilles lorsque je lui ai dit qu'en fait, elle avait en plus de moi deux autres soeurs.  Je lui ai raconté l'histoire de notre Babou qui est une princesse et de toi, ma belle Lou, qui deviendra un grand chef, dans un grand restaurant.  C'est sûr. 

     

    Screenshot-6 (4).jpg 

     

    En parlant cuisine, je dois t'avouer que je n'arrive toujours pas à cuisiner correctement mes cookies.  Ils sont toujours de qualité épouvantable.  

     

    Screenshot-40 (2).jpg 

     

    Mes plats terminent inévitablement à la poubelle. 

     

    Screenshot-41 (2).jpg 

     

    Heureusement que moi, c'est peintre que je veux devenir.  

    Je n'ai pas eu beaucoup de temps pour peindre.  Mais j'ai relu avec Zabou "Empreintes de mains de maître".  Je lui lirai le petit livre de cuisine dès que papa sera allé l'acheter.  

     

    Screenshot-123.jpg 

     

    Et bien sûr, je n'oublie pas de lui faire des gros câlins: 

     

    Screenshot-5 (4).jpg


    Et papa aussi, il lui parle beaucoup.  Je l'ai même entendu qu'il lui dire qu'elle avait des yeux aussi beaux que ceux de maman.   

     

    Screenshot-17 (4).jpg


    Et il lui apprend aussi le piano.  Je me souviens que le piano, c'était l'instrument de musique préféré de maman.  Tu pourras lui dire que Zabou se débrouille vraiment bien au piano, elle serait fière d'elle.  

     

    Screenshot-13 (4).jpg

     

     

    Ensuite Anna-Lola va bien aussi, même si elle est semble frustrée par le fait qu'elle ne puisse accéder au bureau de papa.  Il en a restreint l'entrée.  Il est le seul à pouvoir y entrer. 

     

    Screenshot-191.jpg 

     

    Elle en a parlé à mon brave Raymundo qui lui a répondu:

    "Qui veut briller veut briller, Mademoiselle, peu lui importe les coins d'ombre, viendra le jour où l'obscurité aura totalement disparu.  Il serait dommage que vous ne soyez qu'une étoile filante dans cette demeure, Mademoiselle." 

     

    Screenshot-193.jpg 

     

    Je pense qu'Anna-Lola suit le conseil de mon brave Raymundo et qu'elle se concentre à briller.

    Cela fonctionne assez bien: 

     

    Screenshot-20 (3).jpg

    Screenshot-21 (3).jpg

    Screenshot-23 (3).jpg

     

    Et oui, papa l'a demandée en mariage.

    Pour fêter ses fiançailles, Anna-Lola nous a tous invités à la plage.

    C'était trop chouette de faire mes devoirs sur les plages!

     

    Screenshot-26 (2).jpg 

     

    Et j'ai fait un joli château de sable aussi. 

     

    Screenshot-27 (2).jpg

     

     

     Puis le lendemain, en rentrant de l'école, il se passait une bizarre cérémonie à la maison.

     

    Screenshot-51.jpg 

     

    Il y avait de pompiers en caleçon, Anna-Lola se faisait asperger de mousseux ou elle aspergeait les autres de mousseux.

    Et bien, j'ai dansé aussi; c'était vraiment fou comme fête.  Je n'avais jamais vu ça.

     

    Screenshot-81.jpg


    Et j'en ai profité pour demander à Philippe qui rentrait de l'école avec moi s'il voulait rester dormir.  Nous étions vendredi.

    Il a accepté.  J'étais trop contente!

     

    Screenshot-44 (3).jpg

     

     

    Nous avons passé la soirée à jouer, à rire.  C'était trop gai. 

     

    Screenshot-43 (3).jpg 

     

    Philippe m'a raconté aussi qu'il avait entendu dire à Anna-Lola dans la cuisine qu'il n'était pas très heureux qu'elle ait organisé cette fête d'enterrement de vie de jeune fille, qu'il n'aimait pas qu'on se fasse remarquer, qu'on fasse des vagues.  Sans compter, ajouta-t-il, que même s'il l'avait demandée en mariage, il n'était pas pressé d'officialiser leur union. 

     

    Screenshot-57.jpg 

     

    Mais bon, pas de panique, ils se sont réconciliés. 

     

    Screenshot-60.jpg 

     

    Même si, comme me le disait Philippe, ce baiser de réconciliation avait l'air d'un baiser de réconfort d'un homme qui avait le coeur brisé.

    Je n'étais pas tellement étonnée par ce que me raconta Philippe.  Medhi - un copain de ma classe- m'a dit qu'il avait vu papa récemment jouer de la guitare pour la mort.  Tu avoueras que ce n'est pas l'attitude d'un homme qui rayonne de bonheur.

     

    Screenshot-54 (2).jpg 

     

    Bref, le lendemain, la fête avait été bien arrosée et c'est sûrement pour ça qu'Anna-Lola fut un peu malade. 

     

    Screenshot-51 (2).jpg

     

     

     Papa qui ne voulait pas se marier tout de suite a dû être un peu surpris de se retrouver sous l'arche à peine le lendemain de cette fameuse déclaration.

    D'ailleurs, il n'avait même pas une tenue de cérémonie à se mettre.  Il s'est marié en jeans, dis donc, tandis qu'Anna-Lola continuait à briller, elle, dans une robe fabuleuse. 

     

    Screenshot-84 (2).jpg 

     

    Quand papa a glissé l'anneau au doigt d'Anna-Lola, je ne sais pas me l'expliquer mais j'ai senti mon petit coeur se briser et m'est revenue à l'esprit l'histoire de Cendrillon-sim.  Je m'inquiétai aussitôt.  Pourquoi avais-je ce sentiment alors qu'Anna-Lola était si gentille avec moi? 

     

    Screenshot-87 (2).jpg 

     

    C'était trop tard de toute façon, ils étaient mariés et quelque part, je me sentais coupable.  J'avais une petite part de responsabilité dans ce mariage, je devais le reconnaître.  Je n'avais pas le droit de me sentir si triste.

    Et puis, contrairement à la marâtre de Cendrillon-Sim, Anna-Lola n'avait pas d'enfant.

    Enfin, c'est ce que je croyais à ce moment-là parce que un peu plus tard, la nouvelle tomba.  Anna-Lola quitta précipitamment la découpe de la pièce montée. 

     

    Screenshot-101.jpg 

     

    Et oui, elle attendait un bébé de papa. 

     

    Screenshot-107.jpg 

     

    Je sentis l'étau se resserrer autour de ma gorge.  Et si mon intuition était vraie?

    Et si ce qui m'attendait était de nettoyer l'âtre et de ne plus dialoguer qu'avec des oiseaux et des souris?

    Je ne pus vraiment tenir ma langue et je profitai de me retrouver seule avec papa pour éclaircir un ou deux points qui me tracassaient: 

     

    Screenshot-130.jpg 

     

    Je lui demandai d'abord comment il se faisait qu'il se soit marié avec Anna-Lola alors qu'il l'était toujours avec maman.  Je ne l'avais pas vu aller chez le juge et discuter de la garde des enfants, par exemple.

    Il me répondit que maman et lui ne s'étaient jamais mariés.  Je tombai des nues.

    Il m'expliqua que maman n'aimait pas les fêtes, se faire remarquer et qu'elle n'avait jamais voulu l'épouser.

    Cela ne m'étonnait pas de la part de maman; mais ils auraient pu organiser un mariage intime.  Il sourit doucement.

    - "Peu importe les cérémonies et les mariages, ta maman et moi sommes unis.  C'est ma femme."

    Il se reprit dans un grimace.

    - "Nous étions unis, c'était ma femme."

    Je me dis que le moment était venu de lui parler de toi et de lui demander quand tu pourrais venir mais il ajouta.

    - "Lilou, il ne faut pas parler de tout ça quand il y a du monde.  Il faudra un jour que nous discutions ensemble, mais pas ici, pas maintenant.  Et tu dois me promettre de ne parler de maman à personne."

    J'ai promis.

    Il est sorti.

    J'en profitai pour filer voir Anna-Lola qui s'occupait de Zabou.

    Je devais la féliciter pour son mariage et sa grossesse. 

     

    Screenshot-115.jpg 

     

    Elle rit doucement et me remercia.

    J'ai ajouté:

    - "J'ai peur que tu ne m'aimes plus quand le bébé sera là.  Après tout, je ne suis pas ta fille."

    Anna-Lola a secoué ses beaux cheveux blonds.

    - "Je t'aime, Lilou, même si je ne suis pas ta maman.  Nous deux, c'est spécial, tout comme c'est spécial entre Zabou et moi; et ça le restera.  Je ne vois pas pourquoi ça changerait.  Je ferai tout pour te rassurer, je te le promets."

    Ses mots m'ont fait du bien mais je continuais quand même à être un peu inquiète.

    Je m'installai à mon chevalet.  

    Maman pour se déstresser se met au piano, moi, je me mets à la peinture. 

     

    Screenshot-135.jpg 

     

    Papa clôtura la soirée en offrant un bouquet de roses blanches à Anna-Lola. 

     

    Screenshot-124.jpg 

     

    C'était très romantique et j'aurais pu croire que papa était vraiment heureux d'avoir épousé Anna-Lola et d'attendre un cinquième enfant mais un peu plus tard dans la soirée, lorsqu'il revint du concert qu'il devait donner, je l'ai vu avant d'entrer dans la maison, par la fenêtre : 

     

    Screenshot-58 (2).jpg 

     

    Il pleurait. 

    Voilà, ma chère Lou, le récit de mes dernières aventures.  Je voudrais savoir comment Babou et toi vous allez.

    Ce qui serait vraiment chouette c'est de pouvoir te parler en direct aussi.

    Pourrais-tu me dire quand tu peux te connecter pour discuter dans la salle chat de ce jeu?  Ou alors encore mieux, on pourrait s'organiser une conférence vidéo avec nos ordinateurs?  Et peut-être que maman pourrait y participer?  D'ailleurs, pourquoi est-ce que Babou et maman ne m'envoient pas de message?  Tu ne leur as pas dit que tu m'avais trouvée?

    Je me réjouis d'avoir de tes nouvelles.

    Je t'aime infiniment, ma chère Lou, et c'est ainsi que je t'embrasse.

    Ta Lilou"

     

     

     

     

    (à suivre)

     

     

    « Chapitre VI : Un dimanche pas comme les autres.Chapitre VIII : Anniversaires, fichier et piraterie. »

  • Commentaires

    3
    Lundi 7 Juillet 2014 à 00:49

    Wouahouu ! J'ai dévoré les VII premiers chapitres ! yes Quelle gestion du suspense, quelle écriture, quelle... Wouahouu ! J'ai hâte d'être demain pour lire la suite ! he

    2
    Mercredi 12 Mars 2014 à 11:17

    Merci beaucoup, Nanou.  Je suis heureuse que cette histoire te plaise.  C'est la toute première que j'ai écrite.  En revoyant les images, je regrette vraiment d'avoir commencé par elle, Lilou et sa famille méritaient de bien meilleures illustrations.

    1
    Mardi 11 Mars 2014 à 22:09

    Alors là chapeau, tu écris vraiment très bien, j'adore la manière dont tu raconte ton récit.

    La correspondance des petites filles est trop trop mignonnes, on sent tout l'amour qu'elles

    ressentent, hum j'adore.

    bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :