• Chapitre X : Fiançailles, deuil, créature et mythe.

    Chapitre X :

     

     

    Le lendemain après l'école, je cherchai Babou et la trouvai sur le bord de la route qui attendait Khang.  Il devait lui donner sa dernière leçon de conduite.

    En deux mots, je lui racontai la conversation que j'avais eue avec nos soeurs, la veille.

    Au fameux "tu en penses quoi? " Elle me répondit qu'elle avait eu l'idée de faire des recherches sur Ella Loïs.  Elle n'avait pas trouvé beaucoup plus que cet article.  Le fond restait le même.  Les autorités l'avaient recherchée pendant des années pour l'interroger tantôt en tant que témoin, tantôt en tant que suspect.  Puis doucement, l'affaire s'était tassée et les média n'en avaient plus parlé.

    Si Zabou avait raison, ajouta-t-elle, cela voulait dire que maman aurait dû être morte depuis bien longtemps.  Cela n'avait pas de sens.

    - "A moins qu'il n'y ait une vérité dans le mythe des créatures sans âge, comme certains membres de mon groupe le suggèrent..."

    Mais elle fut interrompue par Khang qui arrivait.  Elle monta dans la voiture pour son cours. 

     

    Chapitre X :

     

     

    Je décidai de filer à la libraire voir si je trouvais un bouquin sur ces fameuses créatures sans âge. 

     

    Chapitre X : 

     

    Je trouvai un livre dans la collection "Mythes et légendes", je rentrai et m'installai confortablement pour le lire. 

     

    Chapitre X :

     

    Je n'y trouvai rien de vraiment intéressant.  Il s'agissait d'un roman à l'eau de rose qui n'avait rien à voir avec le sujet que je cherchais.

    Je tentai de me détendre en faisant un peu de cuisine. 

    Chapitre X :

     

     

     Maman avait faim aussi, apparemment.

    Nous nous installâmes toutes les deux à table. 

     

    Chapitre X :

     

     

    J'aurais pu décider de laisser poser la mayonnaise, bien sûr.  Mais j'étais toujours en colère contre ma mère à cause de mon anniversaire, à cause de sa rupture, à cause de son silence.  Bref, les causes ne manquaient pas.

    - "Maman, qu'est-ce que tu dirais si je te disais que j'ai des nouvelles de papa?"

     

    Chapitre X :

     

     

      Maman manqua s'étouffer.  Elle tenta de ne point succomber, heureusement elle mangeait fruit & Yaourt, il n'y avait pas beaucoup de gros bouts.

    Elle racla sa gorge, ne me jeta pas un oeil et continua à manger.  Je rageais à côté d'elle.

    - "Maman, quand est-ce que tu vas te décider à me parler?!"

    - "Mais je te parle, ma chérie, voyons.  Ce week-end, ça te dirait qu'on aille toutes les deux faire du footing, tu pourrais mettre tes chaussures de sport, tu sais les rouges... Je trouve qu'elles te vont vraiment bien." 

     

    Chapitre X : 

     

     - " Je te parle de papa et toi, tu me parles de godasses?"

    - "Oui, c'est ça.  Sans doute parce que je préfère parler avec toi de godasses, chaussures, pompes, souliers, ballerines, bottes et bottines que de parler de ton père. Ton père ne t'a pas contactée, je le sais.  Donc, si tu me disais que tu avais des nouvelles de lui, je supposerais que tu as parlé à une de tes soeurs et si tel était le cas,  je te dirais que tu dois absolument stopper tout contact avec elle et je liquiderais tous les ordinateurs de la maison parce que je ne te fais pas confiance et que je saurais que j'ai raison et qu'effectivement, tu fouines partout sans aucun respect pour moi."

    Elle croisa les mains devant son assiette et continua plus lentement: 

    -"Ainsi, il me semble certain, effectivement, que toi aussi tu préfères parler avec moi de godasses, chaussures, pompes, souliers, ballerines, bottes et bottines."

    La tirade de ma mère me laissa la bouche ouverte...  Je la regardai bêtement, comme une vache regarde les voitures passer, se lever pour aller ouvrir la porte.

    C'était Khang et Franco qui arrivaient en même temps que Babou. 

     

    Chapitre X :

     

     

    Maman s'installa au bar et se mit à papoter avec Franco tout en préparant des boissons.

     

    Chapitre X :

     

     

     Babou s'occupa de Khang. Il était évident qu'elle tenait immensément  à lui.

     

    Chapitre X :

     

     

      Oh mais que se passait-il?  Moi qui avais tellement râlé la veille, voilà que j'avais oublié qu'aujourd'hui, c'était l'anniversaire de ma soeur! 

     

    Chapitre X : 

    Chapitre X : 

    Chapitre X :

     

     

    La première chose qu'elle fit, évidemment, fut de foncer toutes lèvres devant pour embrasser Khang.  Des jours et des jours qu'elle n'avait plus eu cette possibilité.

    Elle en profita pour enchainer par une: 

     

    Chapitre X :

     

     

     Demande en mariage!!! 

     

    Chapitre X :

     

     

      Une demande qui le surprit mais qu'il accepta de suite. 

     

    Chapitre X : 

     

    Babou était fiancée!!!

    Ma soeur l'entraîna dans sa chambre. 

     

    Chapitre X : 

     

    Et ils parlèrent pendant des heures, refirent probablement le monde comme les amoureux le font ...

    Je cherchai ma mère pour lui annoncer la grande nouvelle. Quelle ne fut pas ma surprise lorsqu'en ouvrant la porte de sa chambre, je trouvai endormi notre ami Franco. 

     

    Chapitre X :

     

     

    Il y avait de la lumière dans la salle de bain, j'y glissai un oeil et j'y vis ma maman.  Elle avait l'air si... triste, mélancolique, nostalgique que je regagnai ma chambre sans lui parler. 

     

    Chapitre X : 

     

    Son regard me poursuivait, m'interpellait.  Etait-ce moi qui avais suscité une telle tristesse dans le coeur de ma mère? Etait-ce mon père qui lui manquait?  A quoi pouvait-elle penser qui générait en elle un tel sentiment de solitude?

    Je décidai que je ferais plus d'effort à l'avenir pour ne pas la contrarier.  J'ai dit "à l'avenir", là, nous étions mercredi, il était presque 18h30, je devais retrouver mes soeurs.

    Je refermai précautionneusement la porte de ma chambre et m'installai à mon ordinateur.

    Comme je l'espérais, Lilou était connectée.

     

    Chapitre X :

     Ma Lou, comment vas-tu?  Comment s'est passée ta journée?  Quoi de neuf?  Chez nous, c'est un peu triste.  Raymundo a eu un terrible accident.  C'est arrivé pendant qu'il réparait le lave-vaisselle. 

     

    Chapitre X : 

     

     Chapitre X :La mort et papa sont arrivés en même temps dans la cuisine.

    Papa a défié la mort au jeu d'échec pour sauver Raymundo.

    Papa a un bon niveau de logique... L'espoir était permis.

     

     Chapitre X :

     

     

    Chapitre X :Malheureusement, papa a perdu et Raymundo nous a définitivement quittés.  Je suis très triste parce que je l'aimais vraiment beaucoup.  La vie est vraiment trop injuste.  D'autant plus que moi, pendant ce temps-là, je prenais du bon temps avec Philippe .  Après l'école, nous sommes allés à la plage. 

     

    Chapitre X :

     

     

    Chapitre X :Nous nous sommes même baignés.  C'est drôle, tu sais, lorsque ses cheveux sont mouillés, il est tout à fait différent.  On dirait presque un autre.  Je le trouve très séduisant comme ça .  Tu en penses quoi?  

     

    Chapitre X :

     

     

     

    Chapitre X :Ouiep... c'est bizarre, mais je le préfère presque comme ça, moi. 

    Babou a fêté son anniversaire aujourd'hui et elle s'est fiancée.  Elle est avec Khang  pour l'instant.  Je pense qu'elle ne nous rejoindra pas.  Et Zabou, comment va-t-elle?

     

    Chapitre X :

    Zabou va bien mais elle ne viendra pas nous rejoindre non plus.  Elle a demandé à papa un petit établis d'inventeur.  Papa le lui offert en lui faisant promettre de faire très attention.  Il l'a installée dans le garage.

     

    Chapitre X :

     

    Chapitre X :

     

     

    Chapitre X : Depuis, elle ne le quitte plus.  Elle veut inventer une machine à remonter le temps.  Elle m'a dit qu'ainsi, nous pourrions remonter dans notre passé et peut-être même empêcher tout ce gâchis. Je ne sais pas s'il y avait vraiment moyen d'éviter tout ça.

    Chapitre X :

     

     Je doute aussi que l'on ait pu éviter tout ça mais ce serait dommage de ne pas essayer.  Je trouve que Zabou a eu une bonne idée; même si je me dis qu'il faudra sûrement toute une vie pour qu'elle y arrive. Et comment va Méline?

     

    Chapitre X :

     

     Elle va très bien, elle est toute mignonnette.

    Et papa a l'air en forme aussi, même s'il est désolé d'avoir perdu contre la mort.  

     

     Chapitre X :Tu sais, je pense que maman sait que je te parle.  Elle m'a dit que si elle savait que je le faisais, elle me l'interdirait.  C'est bizarre, non?

    Babou m'a parlé des créatures sans âge, elle se demande si maman n'en ferait partie.  Tu as déjà entendu parlé de cela?

     

    Chapitre X :

     Oui, je crois que j'ai déjà lu quelque chose sur les créatures sans âge.  L'idée était de mettre au point un élixir qui permettrait aux personnes méritantes, aux grands scientifiques, chercheurs, cerveaux de ne pas vieillir afin de permettre qu'ils ne meurent pas et qu'ils continuent à mettre leurs qualités intellectuelles au service de la communauté.  

     

    Chapitre X :

    Je ne voudrais pas manquer de respect à maman, mais je ne vois pas en quoi ses qualités intellectuelles pourraient servir la collectivité.  Elle n'a rien d'un savant.

    Pourtant, c'est vrai que depuis notre naissance, elle n'a pas fêté un seul de ses anniversaires.  Ce n'est pas normal.

     

    Chapitre X :

    Note que nous parlons sans cesse de maman, mais papa non plus n'a pas fêté d'anniversaire depuis notre naissance.  Nous serions issues toutes les deux de ce genre de créature.

    Cela pourrait être sympa que ce genre d'anomalie soit héréditaire, du coup, nous serions toutes les deux jeunes et belles éternellement.

     

     

    Chapitre X :

      

    Je ne dis pas à ma soeur que je trouvais ça plutôt flippant cette idée de ne pas vieillir, de voir les personnes que l'on aime autour de soi mourir.  Puis une idée surgit: Dans le roman à l'eau de rose que j'avais lu, la créature sans âge "contaminait" son amoureux.  La théorie voulait que si un amour pur et sincère était partagé par deux personnes dont l'une était sans âge, l'autre en était infecté tant que le lien durait.

    Soudain, je réalisai que même si je n'avais pas de certitude, je ne devais pas être loin d'avoir trouvé réponse à mes questions.  Enfin, si j'admettais que le mythe de la créature sans âge était une réalité.

    J'en parlai rapidement à ma soeur qui admit pareillement que c'était complètement dingue mais possible.

    Nous nous quittâmes difficilement, à regret en nous promettant de nous retrouver très vite.

     

    Cette nuit-là, je dormis d'un sommeil sans rêve et cela me ravit.

     

     

     

    (à suivre)

    « Chapitre IX : Pyjama-découverte.Chapitre XI : Trahison, marmaille et fleur bleue »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :