• Chapitre X : Jour J - 13

     

    Les orphelins de l'Apocalypse

     

    Chapitre X : Jour J -

     

    Chapitre X : Jour J - 13

     

     

    Chapitre X : Jour J -

     

           Hidden Springs avait, aux premiers jours de l'été, ouvert ses portes aux cinq enfants présumés rescapés d'un naufrage: le naufrage d'un bateau nommé l'Apocalypse.  On les avait appelés "Evy, Bertrand, Sophie, Cyril et Carl". 

     

    Chapitre X : Jour J -

     

               L'automne, à présent, en douceur étendait ses brumes à travers les vertes vallées.

     

    Chapitre X : Jour J -  

     

             Les rescapés avaient atteint l'âge fatidique de l'adolescence.  Il y eut, tout d'abord, Bertrand, Evy et Cyril qui passèrent sans encombre ce cap.

     

    Chapitre X : Jour J -  

     

          Tel qu'il était écrit, les adolescents avaient senti et apprécié dès les premiers instants de ce nouvel âge, la magie ancestrale s'écouler en eux et au travers, crépitante, encore malhabile certes, mais bien présente.

     

    Chapitre X : Jour J -

     

             Si Carl avait été effrayé d'assister à l'inéluctable, Sophie, elle, avait accueilli ces événements avec joie.

     

    Chapitre X : Jour J -  

     

            Sophie était sereine.  Elle attendait avec sérieux l'instant où le destin s'accomplirait pour elle aussi, l'instant où elle sentirait l'onde douce et chaude de la magie s'écouler en elle comme un torrent se libère du gel.

     

    Chapitre X : Jour J -

     

              Sophie, malgré les désillusions et la déchéance dont elle avait été victime de la part de ses compagnons au lendemain de l'incendie, n'avait pas failli à sa mission.  Jamais elle n'avait tenté de s'y soustraire ou d'oublier pourquoi elle était là.  En brave petit soldat, elle avait observé et recensé consciencieusement chaque situation du quotidien, assimilé la part d'humanité qu'on lui avait assignée à connaître et étudié aussi ses compagnons qui deviendraient, c'était écrit, ses adversaires.

             A force donc de travail et d'étude, elle avait cru mettre le doigt sur ce qui  manquait à son analyse:  le pourquoi, le but de la vie de tous ces gens: ... 

     

    Chapitre X : Jour J -

     

        ...l'amour, disaient-ils, c'était ainsi qu'ils le nommaient et le revendiquaient.  Cette découverte l'avait dans un premier temps ravie, trouvant ici similitude avec son monde.

        L'amour d'un père ou une mère pour son enfant.

     

    Chapitre X : Jour J -

     

        L'amour au sein d'une fratrie.

     

    Chapitre X : Jour J -  

     

        L'amour des amants.

     

    Chapitre X : Jour J -  

     

        L'amour des amis.

     

    Chapitre X : Jour J -  

           

         Sophie était très touchée par le pouvoir de l'amour, celui d'aimer et de vouloir être aimé.  Penser que  chaque mortel d'ici ressentait l'Amour l'emplissait de joie.  Tel était le sens de la vie pour eux, disaient-ils, la raison qui les faisait perdurer générations après générations.  

           Cependant, très vite, Sophie découvrit que dans ce monde, l'amour se déclinait à toutes les sauces.  Parfois et même souvent, il se parait de douleurs, de grincements de dents et de haine tant il pouvait recouvrer mille formes, tant on se sentait en droit de le déformer et le détourner.  En cela, l'amour lui-même pouvait être détestable.

            Lorsque la route de Sophie avait croisé la route de Raphaël, Sophie en fut bouleversée.  Ce jeune homme avait tant souffert de l'amour qu'il allait sur les chemins, écorché vif, boule de douleurs et de chagrin.

     

    Chapitre X : Jour J -

         

               Maltraité et violenté par son père, sous les yeux indolents de sa mère, Raphaël avait fui très tôt sa famille, traînant dans les rues sous l’œil indifférent des habitants d'Hidden Springs.  Ni une, ni deux mais dix fois, on le renvoya dans son foyer où les coups et la violence redoublèrent à l'encontre de ce beau jeune homme que personne n'écoutait,  à qui il manquait tant de doux amour que son âme s'éteignait.

              "Mon père m'aimait", dit-il à Sophie.  "Il m'aimait, mais mal.  Et moi, je l'aime, mon père, parce que je sais que lui aussi a été battu par ses parents. Ce n'était pas de sa faute, c'était sa façon de me montrer qu'il m'aimait."

     

    Chapitre X : Jour J -

     

             Et Sophie étouffait sa rage au récit de Raphaël.  Si elle avait été prêtresse de la magie à cet instant, tout le quartier aurait été ravagé par sa colère. L'amour ne valait pas toute cette douleur qu'elle lisait sur le visage de ce beau jeune homme qui au désespoir se fourvoyait de quête et d'explication à sa douleur.  Les gens d'ici salissaient tout, même ce fol sentiment d'amour qui n'aurait jamais dû revêtir ce costume noir et sang.

             Décidément, rien n'était beau dans ce monde-ci; contrairement à ce qu'on avait voulu lui faire croire.  Tout était sali, malodorant et pestilentiel!  N'y avait-il donc aucune once de grâce qui méritât d'être sauvée?

              Si le jour du combat avait dû arriver à ce moment-là, nulle incertitude ne traînait en son cœur, elle ne se serait pas battue pour ce monde-là mais contre lui, le condamnant à disparaître et pour cela, elle était prête à y perdre sa propre vie, comme il était écrit.

     

    Chapitre X : Jour J -

     

           Qu'en était-il des autres de ces compagnons?  Sophie, si elle avait été déchue de son rôle de meneuse du groupe après l'incendie, n'avait en rien perdu de sa vigilance et de sa prescience, pensait-elle.

             Il est vrai que Sophie avait compris la lutte que menait Carl, cette échappée sauvage auquel il aspirait: échapper à son destin, se battre pour lui et non pour ou contre les autres.  Elle savait qu'il avait violé les règles: il avait mis le feu au manoir.

     

    Chapitre X : Jour J -

           

          Il avait parlé à demi-mots à Harrold, le mettant en garde et sous-entendant le caractère dangereux des enfants et de leur mission.

     

    Chapitre X : Jour J -

     

           Il était à deux doigts de se confier à son amie, Holiday.

     

    Chapitre X : Jour J -

    Chapitre X : Jour J -

     

            Si Sophie avait encore été en charge du groupe, elle aurait parlé aux autres et à Carl de ce regard que la jeune enfant posait sur le petit garçon.  Elle aurait imposé le vote et Carl aurait été obligé de rompre tout contact avec Holiday.  La limite était franchie.  Aucune relation entre eux et les autres ne pouvait être permise ainsi que le laissait deviner ce doux regard posé sur la nuque de Carl.

     

    Chapitre X : Jour J -

     

        Sophie, cependant, n'était plus maître à bord et se contentait de se réjouir de la situation  Un compagnon affaibli, peu importait le camp qu'il avait choisi, lui garantissait un avantage non négligeable qui la mènerait peut-être à la victoire.  

         Quand Sophie pensait à Bertrand et Evy, ses traits se durcissaient et elle se mordait nerveusement les lèvres. 

     

    Chapitre X : Jour J -

     

                    Ces deux-là, Bertrand et Evy, partageaient bien plus qu'une grande complicité.  Il y avait un secret qui les liait l'un à l'autre.  C'était clair, comme de l'eau de roche.

     

    Chapitre X : Jour J -

     

                Sophie se faisait confiance, elle savait qu'elle découvrirait quel était ce secret.  Elle finirait par surprendre un mot puis deux et le puzzle se reconstituerait de lui-même.  C'était sûr.

             En même temps, Sophie ne voyait pas d'urgence à résoudre cette énigme.  Que Bertrand soit tant attaché à Evy lui donnait un avantage certain à nouveau. Il se pourrait même, et Sophie l'envisageait sérieusement, que Bertrand soit récusé pour cette raison au jour dernier et pourquoi pas Evy aussi?  Dès lors, peu importerait le camp qui serait le leur.

                 Sophie se réjouissait de la disparition d'Amarice.  Si celui-ci avait été présent, cela aurait été plus compliqué, se disait-elle, de placer Bertrand hors jeu.  En effet, l'attraction qu'Amarice exerçait sur Evy était connue de tous et aurait maintenu Bertrand à distance d'Evy.  

               Très clairement, Sophie était à mille lieues d'avoir compris qu'Amarice et Eunice, ses deux compagnons originels, avaient déserté et brisé eux aussi les codes jusque là admis, rejoignant l'ombre... par facilité?... par peur?... ou par stratégie?... 

     

    Chapitre X : Jour J -

     

               De même Sophie, comme ses autres compagnons, sous-estimait Cyril et la puissance de son intellect, autant que sa magie.  Ils le considéraient comme part négligeable au combat.  Suiveur et toujours guilleret, Cyril ne faisait peur à personne et se coulait mieux que quiconque dans la masse.

     

    Chapitre X : Jour J -  

     

     A peine était-on surpris de constater qu'il était pourtant toujours là et sa présence faisait naître un sourire d'affection,...

     

    Chapitre X : Jour J -  

     

                ...là où l'affliction aurait sans doute eu mieux sa place.  

                En effet, Cyril était un combattant, un vrai, pour lui rien ne coulait de source et il avait dû gagner, à force de courage et de ténacité, sa place parmi les sept.  Il n'était ni faible, ni suiveur, il était un vrai soldat et il aurait été plus subtil de le considérer comme tel et de le craindre à sa juste mesure.

     

    Chapitre X : Jour J -  

     

               Mais déjà, il était l'heure.  Sophie lança avec un "Hiiiii-Haaaa" tonitruant un dernier galet dans l'eau.

     

    Chapitre X : Jour J -

    Chapitre X : Jour J -  

     

                Et elle courut, volant presque vers son destin.  

     

    Chapitre X : Jour J -  

     

        Il était l'heure et bientôt son corps vibrerait de la même sorcellerie que ses compagnons de combat.  Il était l'heure, il était temps et l'urgence arracha une grimace à Sophie.  Il faudrait que tout se passe bien.  Elle respira profondément.

     

    Chapitre X : Jour J -  

     

         Le regard de Carl ne la quitta pas un instant... 

     

    Chapitre X : Jour J -  

     

         Et enfin, son tour vint.

     

    Chapitre X : Jour J -

     

              Comme les trois autres, Sophie et Carl bénéficièrent du même éveil à la magie. 

     

    Chapitre X : Jour J -

    Chapitre X : Jour J -

     

           Ailleurs, la métamorphose eut lieu aussi, bien sûr.

     

    Chapitre X : Jour J -

    Chapitre X : Jour J -

     

     L'endroit valut à Amarice et Eunice une plus belle et grande source de magie qui les ravit.

     

    Chapitre X : Jour J -

    Chapitre X : Jour J -

    Chapitre X : Jour J -

    Chapitre X : Jour J -

     

        Tout ce déferlement de magie, intra et extra-muros causa probablement - qui le sait? - les premières migraines dont se mit à souffrir atrocement Harrold.

     

    Chapitre X : Jour J -  

     

              Ah si seulement, ces douleurs avaient pu écarter Harrold du manoir!...  

     

     

    (à suivre...)

    « 5. SamuelAlors? On danse! »
    Pin It

  • Commentaires

    5
    Dimanche 8 Mars 2015 à 14:37

    J'ai lu tous les chapitres de l'histoire. L'atmosphère devient stressante... 

    J'adore le suspense ! :)

    Vivement la suite !

    4
    Lundi 12 Janvier 2015 à 22:20

    Je viens de lire tous les chapitres de l'apocalypse et ton histoire tient vraiment en haleine et est bien écrite. J'ai passé un bon moment à lire leurs aventures et j'avoue que leur mission m'intrigue. Que va-t-il se passer? Harold va-t-il mourir? Les enfants sont-ils déjà des adultes dans des corps d'enfants? Vivement la suite (m'en vais chercher la newsletters pour m'inscrire!)

    3
    Mercredi 15 Octobre 2014 à 21:54

    Ah enfin quelques éléments de réponses concernant ce fameux jour J. Mais encore plein de mystère concernant le but de leur mission.

    Le point de vue de Sophie concernant l'Amour n'est pas très encourageant. Peut être qu'avec Raphaël, ils trouveront tous les deux un autre sens à ce mot là, parce que pour le moment cela présage vraiment rien de bon.

    Et puis cette histoire de côté obscure de la force (désolé, je suis obligée de la placer celle là, vu ton histoire) avec Amarice et Eunice devient de plus en plus intrigant.

    Hâte de voir le J-12 !

     

    PS : J'aime beaucoup le fait que tu es utilisé de belles images de tes autres histoires pour décrire l'amour, c'est un très beau clin d'oeil.

    2
    Mardi 14 Octobre 2014 à 13:53

    L'atmosphère devient pesante, voire oppressante au manoir. Non content de détruire la ville et/ou les humains, les enfants, ou plutôt les adolescents, vont finir par s'affronter mutuellement...
    Voilà qui ne présage rien de bon.
    Vite la suite !

    1
    Mardi 14 Octobre 2014 à 13:09

    l'heure d'accomplir leur destinée est arriver :/ je ne sais pas pourquoi mais je le sens mal :(

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :