• Chapitre XIV : Ainsi séduit Anatole Lol... ou pas

    Pour rappel, Anatole s'est vu tout récemment transformé en adolescent et a décidé de "conclure" avec la belle Divine, adolescente de son état elle aussi et accessoirement, sa baby sitter, il n'y a pas si longtemps que cela.

    Alors, mon cher Anatole, comment s'est passée cette leçon de séduction?  As-tu réussi à charmer la jolie Divine?

    Et bien, disons que c'est en bonne voie, gamin.

    Je lui ai parlé

    Chapitre XIV :

    Je lui ai encore parlé et encore parlé de tout, de rien, de la vie, de la mort, du bien, du mal...

    Chapitre XIV :

    Chapitre XIV :

    Chapitre XIV :

     Je l'ai regardée aussi avec "mes yeux qui lui promettent monts et merveilles".

    Chapitre XIV :

    Et?

    Je me suis pris un vent, un râteau, un bide...

    Chapitre XIV :

    *rire*

    Tu n'as pas l'air plus dépité que cela, ni même en colère.  Je suis très fier de toi, mon cher Anatole.  Il semblerait qu'avec l'âge vient la sagesse.

    Mais comment peux-tu imaginer que je puisse être dépité ou en colère?  La merveilleuse Divine est mon âme soeur, elle va finir par s'en rendre compte.  Le grand Anatole Lol connaît la patience, il l'a apprivoisée dès son plus jeune âge.  Et l'immense Anatole Lol savait aussi que Divine ne faisait pas partie ces filles faciles qu'un battement cil et un compliment suffisent à faire pâmer à vos genoux.  Divine est d'une autre race.  Crois-tu que le grand Anatole Lol s'intéresserait à une personne sans substance ni personnalité?  Tu es d'une petitesse et d'une fadeur sans nom, gamin.

    Si tu le dis...

    Allez, laisse le grand Anatole, il doit s'occuper de son nouveau look.

    Chapitre XIV :

    Chapitre XIV :

    Et pour se détendre, le grand Anatole a besoin d'une petite explosion.  J'y vais, gars, inutile de me suivre.

    Chapitre XIV :

    Mais où vas-tu nu-pieds et en caleçon, mon cher Anatole?

    Chapitre XIV :

     Je vais prévenir mon père que ma mère est partie accoucher seule pour ne pas changer et le menacer de tous les maux si par malheur ce nouveau mouflet était un fantôme.

    Je crois que tu n'as plus à t'inquiéter à ce sujet.

    Chapitre XIV :

     Ouf!  J'ai eu chaud aux oreilles.  Mais dis-moi, Gamin, tu ne serais pas un peu déçu, toi?  Tu as eu un drôle de ton.

    Disons que j'aurais été plutôt enchanté d'accueillir au sein de ta famille un fantôme.

    Décidément, les membres de la communauté sims ont raison, tu es presque plus perfide et diabolique que moi.

    Oh non... mais que c'est fatigant!

    Chapitre XIV :

    Chapitre XIV :

    Et oui, dirais-je, ma mère aurait dû y penser avant de faire un bébé de plus, c'est compliqué d'élever un bébé seule.  Et ce n'est pas un enfant qui peut rapprocher deux être séparés par la mort.

    Tu es vraiment sans coeur.

    On apprend de ses erreurs, espérons que ma mère ne remette pas un marmot en route.  D'ailleurs, comment s'appelle cette petite fille qui rejoint mon foyer?

    Elle s'appelle Adeline.

    J'aurais préféré Divine comme prénom... Oh mais j'y pense et si je l'invitais pour l'anniversaire de Lina.

    Chapitre XIV :

    Sitôt dit, sitôt fait, à ce que je vois, mon cher Anatole.

    Ouiep... 

    Malheureusement, elle ne peut pas rester, elle est attendue ailleurs.

    Décidément, le sort s'acharne contre toi, mon cher Anatole.

    Mais non, enfin!  C'est une jeune fille occupée qui n'est pas affamée de n'importe qui.

    Le grand Anatole Lol serait n'importe qui?

    Je me demande si tu le fais exprès ou si réellement tu es un imbécile incapable d'écouter et comprendre ce que je te dis.

    Bref, j'ai des devoirs, je te salue, bye.  

    Chapitre XIV :

     Mais arrête de m'espionner, va plutôt voir si Lina par le plus beau des miracles ne serait pas devenue un crapaud ou une limace ou que sais-je... allez, du vent!

    Chapitre XIV :

     Ah non, Anatole, je te rassure.  Lina est devenue une jolie petite cocotte.

    Oh!  C'est vrai?  Une poule... attends je vais voir...

    *rire moqueur*

    Mais non, pas un gallinacé... c'est une façon de parler.  Lina est devenue une jolie petite fille; voilà ce que je voulais dire.

    Et bien, la prochaine fois, contente-toi de dire ce que tu voulais dire et évite de faire de l'esprit, tu n'en as aucun.

    Allez, bonne nuit, Gamin.

    Chapitre XIV :

      Bonne nuit, mon cher Anatole.

    Chapitre XIV :

    Bonne nuit, petite Evaline.

    Chapitre XIV :

    Bonne nuit, petit Manu.

    Chapitre XIV :

    Bonne nuit, jolie Lina.

    Chapitre XIV :

    Et douce nuit, Madame Kyla et mini Adeline.

    Et le matin venu, toute la famille Lol est prête pour partir à l'aventure.

    Wow... Nous allons juste à l'école, Bonhomme.  Inutile de convoquer trompettes et flonflons.

    Chapitre XIV :

     On dirait quand même une mini-armée sur le chemin de la guerre.

    C'est un peu ça, l'école, Bonhomme.  Tu le saurais si tu y étais allé.

    Cette journée passe vraiment trop lentement.  J'ai proposé à Divine de venir après les cours à la maison et elle a dit "oui".  Je suis tellement impatient que j'ai mangé quatre crayons gris et cassé les dents à trois gamins qui passaient dans le couloir.  Bizarrement, tout cela ne m'a pas détendu.

    Heureusement, me voilà - enfin!- seul à seule avec ma Divine, chez moi.

    Chapitre XIV :

    Prends des notes, Gamin.  Tu vas voir comment on emballe un objet aussi précieux que cette fille-là.

    Chapitre XIV :

    Chapitre XIV :

    Chapitre XIV :

    Chapitre XIV :

    Chapitre XIV :

    Chapitre XIV :

    Chapitre XIV :

    Chapitre XIV :

    Chapitre XIV :

    Chapitre XIV :

    Et on conclut:

    Chapitre XIV :

    Chapitre XIV :

     Et voilà: emballée, elle est pesée, ma chérie Divine adorée.  Elle est à moi, rien qu'à moi et c'est officiel.

    J'attends ce moment depuis tellement longtemps.  J'ai l'impression de rêver.

    Mais n'est-il pas mignon, celui-là...

    *roucoule roucoule*

     Allez, une petite petite granita pour fêter ça: c'est moi qui régale!!!

    Chapitre XIV :

    Mmmmh!  J'adore.

    Et pendant que tu te régales, mon ami, ta petite amie rêve déjà à une grande famille.  Cela doit te réjouir.

    *rire moqueur* 

    Chapitre XIV :

      Tu n'as aucune compétence en sarcasme, l'Ami!  Et tu n'as aucune compétence non plus en âme humaine.  Divine, et c'est bien naturel, tente de convaincre ma mère qu'elle est la femme idéale pour son fils.  Ne connais-tu pas la cruauté des belles-mères envers leur bru?  Elle est fine, rusée, intelligente, maligne, ma Divine.  Voilà pourquoi elle s'occupe du bébé de ma mère.

    *soupir*

    Tu as tellement à apprendre, Gamin!

    Et bien, il est tard, Divine est rentrée, il est temps que je fasse comme Lina et aille me mettre au lit.  Bonne nuit, Bonhomme.

    Chapitre XIV :

     Oh mais qu'entends-je? Que vois-je?

    C'est ton papounet, apparemment, mon cher Anatole.

    Chapitre XIV :

    Chapitre XIV :

     Apparemment, il est venu rendre ses hommages à ta maman.

    *rire moqueur*

    Ah!  Tu fais bien de me prévenir.  Vite, il faut que je trouve une diversion avant de me retrouver piégé une nouvelle fois par un autre têtard qu'ils risquent de fabriquer!

    L'alarme... l'alarme... au voleur! 

    Chapitre XIV :

      Et tu fais venir les flics?

    J'ai surtout fait venir mon larbin qui a déclenché l'alarme mais a réussi à s'échapper, évidemment.  Il n'avait pas vraiment l'intention de nous voler mais plutôt de m'obéir.  Demain, il faudra que je pense à le récompenser.

    Chapitre XIV :

     Et l'autre crétine qui raconte à ma mère que la prochaine fois, elle l'arrêtera.  Je suis mort de rire!!!

    Mon plan a fonctionné à merveille.  Mon père est retourné dans sa tombe, je peux retourner me coucher.  Quel soulagement.

    Eh c'est quoi ça?!!!

    Chapitre XIV :

     Ne t'inquiète pas, mon cher Anatole.  Ce n'est pas ce que tu crains.  Ta maman est probablement juste dégoûtée par ton attitude et cela lui donne des nausées.

    Oh félicitation, mon Vieux, tu as réussi pour une fois à me faire sourire avec ton humour défaillant.

    Il est temps que tu ailles te coucher, à présent, mon cher Anatole.  Demain, tu as école.

    J'y vais de ce pas, je fais juste un petit détour par le crapaud.  Il geint, il a faim, je redoute que mon père attiré par les cris ne revienne roder du côté de ma mère.

    Evidemment, ce n'est pas parce que, finalement, tu es un adorable jeune homme que tu t'occupes de la petite Adeline.

    Evidemment que non mais cela sert mes plans démoniaques que tu ne sois pas le seul à le supputer.

    *sourire diabolique*

    Chapitre XIV :

      La nuit fut courte, mon cher Anatole.  Cette journée d'école ne va pas être évidente.

    Cela va être une très belle journée.  Tout à l'heure, il y a encore un anniversaire et devine qui sera invitée?

    La sublime Divine?

    Exactement.  Allez a ciao, l'Ami.  Je file, je cours, je vole jusqu'à mes bancs de classe!

    Chapitre XIV :

     (A suivre...)

    « Chapitre XIII: Ainsi grandit encore Anatole LolLa famille d'Anatole : cinquième »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :