• Chapitre XIV : La révérence

     

     

    Chapitre XIV : La fin

     

     

    C'était le lendemain de mon mariage, c'était aussi le jour de la remise de mon diplôme et celui d'Ivan.

    C'était un jour comme les autres, peut-être mieux que les autres.  A cela, je croyais.

    Le coeur léger, je me rendis avec ma famille à la remise des prix. 

     

    Chapitre XIV : La fin

     

     

    Chacun vaqua ensuite à ses activités, prenant du bon temps.  C'était un jour magnifique.  A cela, je croyais.

    Babou alla à la plage, avec Khang, y fit bronzette, sereine, heureuse. 

     

    Chapitre XIV : La fin 

     

    Ivan fit ce qu'il aimait.  Il se réjouissait, me disait-il, de serrer notre fille, contre lui.  Il était impatient d'être papa.  Je l'étais aussi. 

     

    Chapitre XIV : La fin

     

     

    Je fis ce que j'aimais aussi.  C'était, je l'ai déjà écrit, une belle et douce journée. 

     

    Chapitre XIV : La fin

    Chapitre XIV : La fin

     

     

    Le temps s'écoula tout en miel.

    Babou revint de la plage, discuta avec Ivan qu'elle appréciait vraiment.  On ne signe pas n'importe qui dans la famille.

     

    Chapitre XIV : La fin

     

     

    Elle se laissa bercer par son instinct maternel.

     

    Chapitre XIV : La fin

     

     

    Le soir était tombé et je constatai avec surprise que le potager avait été laissé sans soin.

    Je me mis à l'ouvrage.

     

    Chapitre XIV : La fin 

     

    Lorsque je rentrai, Babou mettait ses filles au lit. 

     

    Chapitre XIV : La fin

    Chapitre XIV : La fin

     

     

     Enfin, il fut l'heure.  L'heure de retrouver mon père après tant de temps.  Mon coeur explosait de joie.  C'était un jour merveilleux, j'en étais de plus en plus persuadée.

    Sur le chemin de ma chambre, je fus prise de nausées.  

     

    Chapitre XIV : La fin

     

     

    L'enfant viendrait peut-être plus vite que je ne le pensais.  Quel jour merveilleux, vraiment.

    Je m'installai devant mon ordinateur.

     

    Chapitre XIV : La fin

     

     

    Babou s'installa devant son ordinateur. 

     

    Chapitre XIV : La fin

     

     

    Lilou s'installa derrière son ordinateur.

     

    Chapitre XIV : La fin

     

     

    Zabou s'installa derrière son ordinateur. 

     

    Chapitre XIV : La fin

     

     

    Marc s'installa devant son ordinateur.

     

    Chapitre XIV : La révérence

     

    Je sentis l'émotion m'envahir, puissance 100, tel un ouragan.  Nous étions réunis -enfin- peut-être derrière un écran mais nos coeurs battaient la chamade.  Le silence était lourd de notre bonheur.  Nous nous voyions tous, nous étions à quelques pas, les uns des autres.  Le temps était  comme suspendu. 

    Puis, il y eut un clap, un click, un bing... que sais-je...  Mes yeux embrumés de larmes virent apparaître le visage de ma mère.  Les cinq personnes derrière leur écran restèrent tétanisés, leurs âmes se percutèrent dans l'incompréhension de ce coup de maître. 

    Chapitre XIV : La révérence

     

    Il fallut un temps infini avant que les mots n'atteignent nos consciences.

    "Mes filles, mes amours,

    Mon amour,

    Le temps est venu, je n'ai plus la force, je ne trouve plus le courage.

    Je m'appelais Ella Loïs, j'étais une orpheline à une autre époque, dans un autre monde, finalement.  Il y a tellement longtemps.  

    Je m'appelais Ella Loïs et je fus désignée volontaire pour une expérience scientifique visant à rendre les grands de notre monde immortels.  Je fus une immortelle avant d'être une anomalie.

    Le gourvernement stoppa ses recherches sur l'immortalité lorsqu'il se rendit compte que celle-ci menaçait plus encore la simsanité  que la mort de ses savants.  Il fallait éliminer les cobayes.  Il fallut éliminer Ella Loïs.  J'étais Ella Loïs.

    Le respect de la vie, oui, Babou, dans toutes ses formes, selon chacune de ses spécificités... mais dis-moi, lorsque c'est ta vie elle-même qui menace la Vie... que faire?  Oh mon amour, je t'aime tellement.  Je vous aime tellement.

    Je m'appelais Ella Loïs, j'échappai de justesse au carnage dont fut victime mon foyer.  On m'attribua le meurtre de mes amis immortels.  Il y en avait d'autres, des immortels, des créatures sans âge.  Une unité spéciale se mit à les traquer.  Ils en attrapèrent beaucoup, pas tous.  Pas Ella Loïs.

    L'unité spéciale ne se limitait pas à assassiner les créatures sans âge, elle massacrait aussi leur famille car celle-ci - hélas- très souvent était contaminée par le lien.

    Je ne pouvais plus m'appeler Ella Loïs, je devais disparaître et la solitude fut mon exil.  Pendant un temps infini, je ne fus personne jusqu'au jour où je te rencontrai, Marc.  Ella devint Elisa.  Elisa fut heureuse, amoureuse, voulut oublier Ella.  Elisa voulut croire en la vie, donna la vie...  J'étais si heureuse, tu m'as rendue si heureuse, vous m'avez rendue si heureuse.  

    Mais Ella rattrapa Elisa.

    Vous n'avez plus besoin de moi, aujourd'hui; il est temps que je vous libère de ma malédiction, de mon secret et que vous puissiez mener une vie normale.

    Il est temps que je vous laisse, il est temps que je parte, il est temps que je disparaisse pour de bon, pour de vrai.

    En restant, je vous mets en danger, en disparaissant, je vous condamne.  J'en ai conscience et je vous demande de me pardonner pour cela aussi.

    Je vous aime bien au-delà de moi.

    Il est temps que j'ai le courage de disparaître, oui.  Mon chemin à vos côtés, tout contre votre coeur me fut doux et léger.  Encore merci.

    A vous, pour toujours,

    Maman,

    Ella,

    Elisa."

    Je fermai les yeux, mes mains serrèrent mon visage à m'en défigurer, mon corps se brisait en mille morceaux, se déchirait sous le coup de vagues charriant un million de maux.

    Maman était partie loin de moi pour mourir.  Je n'aurais plus le temps de la serrer contre moi, je n'aurais plus le temps de lui dire tous ces mots que je lui destinais, je n'aurais plus le temps de la remercier, de lui murmurer combien je l'aimais.  Infiniment.

    Mes doigts s'écartèrent.  Le visage de mon père m'apparut et je sus:

     

    Chapitre XIV : La révérence

     

    Le lien était brisé.

    Il était vieux, maman était morte.

    Je le sus mais ne voulus pas y croire, je me précipitai dans sa chambre, j'allais la trouver allongée sur lit.  Bien sûr...

     

    Chapitre XIV : La révérence

     

    Mais la pièce était vide.  L'ordinateur était allumé.  Pour moi, j'en étais sûre.

    Je m'assis, tremblante, de la tête aux pieds. 

     

    Chapitre XIV : La révérence 

    Chapitre XIV : La révérence

     

    Et là, en ce jour que je croyais rayonnant et splendide, en regardant la vidéo que maman avait montée à mon intention, je compris ce que voulait dire être seule au monde. Mes larmes coulèrent et je sus qu'elles ne s'arrêteraient jamais.  

     


    Le secret des Lol

     

    Fin

    « Chapitre XIII : Le départ »
    Pin It

  • Commentaires

    14
    Lundi 7 Juillet 2014 à 22:54

    oh

    Cette fin, mais cette fin... Et cette vidéo, cette vidéo... J'ai dé-vo-ré ton histoire, et je l'ai A-DO-REE ! Son thème, sa construction, ses personnages... Tout était super ! ça change totalement de ce que j'ai pu lire jusqu'ici, beaucoup plus profond et réfléchi, je suis sous le charme et épaté ! yes Prochaine étape : la lecture de ton legacy ! he

    13
    Vendredi 20 Juin 2014 à 10:12

    Merci, Lovethesims, je suis très touchée par ton commentaire et heureuse que l'histoire t'ait plu.

    12
    Jeudi 19 Juin 2014 à 22:43

    cette histoire m'a vraiment touchée et donc je dit bravo pour cette très belle histoire qui à sûrement toucher beaucoup de lecteurs, bref super j'adore 

    11
    Samedi 14 Juin 2014 à 08:35

    Merci, PrincesseSey.

    Je suis très touchée par ton commentaire.  :)

    10
    Samedi 14 Juin 2014 à 01:36

    Cette histoire est géniale, je me suis tellement attachée aux personnages qu'à la fin j'ai failli pleurer...

     

    9
    Mercredi 12 Mars 2014 à 11:13

    Merci, Angele.  Je suis très touchée. :)

    8
    Mercredi 12 Mars 2014 à 11:08

    Je viens de lire le secret des Lol, bravo à toi, tu débrouilles pas mal; je vais lire les suites happy

    7
    Dimanche 5 Janvier 2014 à 10:44

    Merci, Kaon.  Je suis si contente que cette histoire plaise; elle me tient très à coeur; j'ai beaucoup aimé jouer avec tout ce petit monde.

    Il n'y a pas de lien parenté entre ceux-ci et Anatole.  Tous mes foyers, depuis que je suis tombée dans les Sims, portent le nom de "Lol"...  

    6
    Dimanche 5 Janvier 2014 à 01:52

    Franchement, j'ai adoré! En plus, le final est génial.. Bref, c'est parfait (Pas d'autres mots^^")

    (Ils ont un lien de parenté avec Anatole?)

     

    5
    Mardi 17 Décembre 2013 à 20:56

    Merci encore, Hellotis.  Je suis très touchée.  

    4
    Mardi 17 Décembre 2013 à 19:17

    Oh, que ton histoire est triste, et belle...

    Rien à voir avec Anatole, mais tes textes et tes scénarios sont vraiment magnifiques.

    3
    Dimanche 10 Novembre 2013 à 11:18

    Merci ^^

    2
    Dimanche 10 Novembre 2013 à 00:10

    Merci, Tigreremix.  Mes familles sims ont tendance, c'est vrai à être nombreuses.  Mes histoires sont donc richement pourvues en personnages.  Moi qui "vis" avec eux de nombreuses heures de jeu, forcément, je leur suis attachée, je ne les confonds pas et j'aime leur faire jouer un petit rôle.  Mais promis - pas pour la prochaine histoire "La vie rêvée d'Anatole Lol" qui est déjà en cours et bien avancée  -  pour la suivante, je limiterai le nombre des intervenants. 

     

    1
    Samedi 9 Novembre 2013 à 20:08

    trop bien ton histoire ! 

    mais la prochaine fois, met moins de personnages ! Je me suis emmelée les pinceaux 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :