• Chapitre XV : Ainsi la vie d'Anatole Lol est un long fleuve tranquille

    Comme prévu chez les Lol, arrivent non pas un anniversaire mais deux anniversaires: celui d'Evaline et Adeline.

    Pendant que mon cher Anatole roucoule dans son coin avec sa jolie Divine, les gâteaux se succèdent.

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

     Mon cher Anatole, tu sembles bien peu enclin à suivre le cycle de la vie, tant tu es occupé à plaire à la belle Divine.  Tu vas finir ombre de son ombre, tu en oublies d'être toi.

    Mais pourquoi dis-tu cela?

    Peut-être parce que je t'ai surpris au piano?!!!  Tu joues de la musique, toi?  Alors que tu détestes cela?

    Chapitre XV :

    N'en fais pas un fromage!  Je me suis dit que je pourrais essayer et figure-toi que je ne suis pas que virtuose: le grand Anatole Lol est un virtuose de génie, d'une autre race, bien plus spectaculaire que tout ce que tu aurais pu attendre d'un être tel que le fabuleux Anatole Lol.

    Tu noies le poisson, mon cher Anatole, avec tes grands discours.  Cette envie soudaine n'est-elle pas plutôt consécutive au fait que ta Belle a confessé que son rêve serait d'épouser un musicien.  Tu te perds, mon cher Anatole, tu t'oublies pour les beaux yeux de cette damoiselle.

    *grognement*

    Laisse-moi, ne vois-tu pas que je suis fatigué de toi, de tes leçons de morale?

    Va dispenser tes beaux discours sur la vie à quelqu'un d'autre que moi.  Tu m'ennuies.

    Aujourd'hui, c'est samedi et je compte bien en profiter!

    Chapitre XV :

    Le grand Anatole débute donc son fabuleux week-end par un plat de cookies, une petite expérience et une formidable explosion.  

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

      Alors, tu vois, Gamin, que je ne m'oublie pas et que je continue à vivre!

    Tu m'en vois ravi, mon cher Anatole.  Je suis heureux que la nuit t'ait apporté le conseil sage de ne point vivre que par ta Divine.

    Il n'a jamais été question que je vive que pour elle, voyons.

    Mais que fais-tu, là?  Je rêve ou le grand Anatole joue dans les feuilles comme un enfant?  

    *rire moqueur*

    Ne dis pas n'importe quoi, je continue à tenter des expériences.  Observe et tires-en la leçon qui s'impose.  

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

    J'ai beau me concentrer, je ne vois pas quelle leçon je peux tirer d'un gars qui enflammes des feuilles mortes.

    *rire moqueur*

    Tu es tellement limité, Gamin!  La leçon est celle-ci: "Non seulement, le grand Anatole Lol peut faire feu de tout bois mais également de toutes feuilles".

    C'est nul comme leçon.  Tu te rabougris, mon cher Anatole.

     Ooooh, mon coeur saigne, Gamin, que tu portes ce regard sur ton cher Anatole...

    *mime le coeur qui défaille et se redresse d'un bond*

    Je rigole, je m'en barbouille le popotin avec le plumeau de l'indifférence de ce que tu penses de moi.  Allez, une petite granita!!!   Je l'ai bien mérité!!

    Chapitre XV :

     Mmmmh... c'est trop bon... Je pense que je pourrais partager toute ma vie entre Divine et les granitas.  

    Chapitre XV :

     Gamin, j'ai décidé de tenter - encore, mais où vais-je donc m'arrêter? - une nouvelle expérience: Illustrer la fameuse ritournelle: "plouf plouf le canard au bord de l'eau qui est si beau... " Tu connais?

    L'intérêt de cette expérience m'échappe tout à fait.  Tu deviens barbant, je crains que tu ne perdes tous tes lecteurs, mon cher Anatole.

    Meuh non, contrairement à toi, les gens aiment s'amuser, sais-tu.

    *rire sonnant*

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

    Oh mais qu'entends-je?  Mais c'est bien sûr: le souffle doux et sucré de ma belle Divine.   

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

     Quelle belle journée, quel samedi fantastique...  Allez, un petite mélodie pour fêter ça:

    Chapitre XV :

      *rire*

    Mais quel air inspiré tu as, mon cher Anatole.  Je n'aurais jamais cru possible que tu prennes du plaisir à jouer de la guitare.

    Tais-toi, Pè-père.  Evaline débute une histoire de fantôme et j'adore ça, les histoires de fantôme!  En plus, elle raconte trop bien, ma soeur.

    Chapitre XV :  

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

     Et bien, tu les vis, ces histoires de fantôme.  Tu gardes ton âme d'enfant, mon cher Anatole.  C'est très émouvant.
     Combien de fois devrais-je t'ordonner d'oublier tout sarcasme?  Un jour viendra où les histoires terrifiantes du cruel Anatole Lol remplaceront les histoires de fantôme et crois-moi, ce jour-là sera un de mes plus glorieux jour!

    Et en attendant ce merveilleux moment, je vais travailler quelque peu mes compétences de grand stratège avec ma Douce.

    Chapitre XV :

     Ah le dîner est servi... chouette...

    Chapitre XV :

      Décidément, je ne te comprends plus mon cher Anatole.  Tu te réjouis de manger le repas préparé par ta mère alors que celui-ci de tout temps n'a eu droit qu'à des remarques perfides et des grimaces de dégoût.

    La cuisine de ma mère s'améliore, voilà tout.  Le grand Anatole peut revenir sur ses jugements si ceux-ci deviennent obsolètes.  C'est évident.  Pour être pris au sérieux, il ne faut pas mentir juste pour mentir, il ne faut pas condamner juste pour condamner...  Réfléchis un peu, Gamin!!

    Chapitre XV :

    Oh!  Et tu remercies ta mère en la serrant contre toi?  Quel changement!

    C'est ma mère quand même!  Celle qui a rendu possible le Grand Changement, justement.  Non, je rigole, en fait, je l'encourage à progresser dans son boulot afin que mon estomac soit de plus en plus et de mieux en mieux satisfait.  Il faudra que je songe, un jour, à en parler à Divine.  Ma mère n'est pas éternelle et il faudra bien que quelqu'un s'occupe de me gâter quand elle ne sera plus là.

    Et moi qui croyais que le grand Anatole Lol ne comptait que sur lui pour satisfaire ses besoins.

    Ses besoins, oui, mais ses envies...  Ce n'est pas pareil.  Que tu es fatigant à tout confondre, à ne rien écouter.  Mais quand, dis-moi, me laisseras-tu en paix?  

    Sur ces mots, je m'en vais me coucher.  Demain, c'est dimanche et je m'en réjouis trop.  Je trouve l'école tellement décevante... je me réjouis de devenir jeune adulte et d'enfin! pouvoir mener ma vie comme bon me semble.

    ... comme bon semble à Divine, devrais-tu dire...

    *grimace de déception*

    Je ne t'entends pas, je ne t'entends pas...

     ------------

    Ouèh... Ouèh... C'est dimanche-euh!

    Bébé lavé! = fait.  Merci, Evaline.

    Chapitre XV :

    C'est l'heure du grand départ...  Chouette!!! 

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

     Où allez-vous? Vous déménagez?
     

    Meuh non: Nous sommes dimanche: petite balade au parc en famille!  

    Comme c'est mignon.  Ta vie devient vraiment un long fleuve tranquille, mon cher Anatole.

    Ouiais... ouiais...  Tu ne gâcheras pas mon plaisir.  Fiche-moi la paix.

    Une petite photo pour Adeline et maman.

    Chapitre XV :

    Et nous : concours du plus rapide mangeur de hot-dogs.  J'adore les compétitions.

    Chapitre XV :

    Quel suspens, dis donc.  Je suis certain que toute la communauté Sims va suivre ce concours avec plus grand intérêt.

    *grincement de dents railleur*

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

    Tu te fais déjà distancé, mon cher Anatole!

    Chapitre XV :

    *sourire moqueur*

    Perdu!

    Chapitre XV :

    Je n'y crois pas, même la petite Lina te devance!!!

    Et le Manu aussi!!!! Waourf!!!!

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

     Encore un petit hot dog, mon pauvre Anatole...

    *mort de rire*

    Tu es vraiment lamentable, dis-moi.

    Chapitre XV :

    Si j'ai perdu, c'est par stratégie, mais ce n'est pas utile que je te l'explique, tu ne comprendrais pas.  Va écouter l'histoire que maman raconte à Adeline, ça me fera des vacances.

    Chapitre XV :

    Qui vient me défier au lancer de bombes à eau?

    *sourire espiègle*

    Chapitre XV :

     Tu vas encore te prendre une dérouillée...

    Tu ne me gâcheras pas mon plaisir, laisse-moi tranquille.

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

    Oups... Aurais-tu été trop émotionné, mon cher Anatole?

    Chapitre XV :

    C'est plus une histoire de hot dogs, je pense.

    Chapitre XV :

    Et ma soeur, Evaline, ne s'en sort pas mieux, apparemment.

    *grand sourire satisfait*

    Chapitre XV :

    Il est temps de rentrer, de tout façon.  Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de Manu et Divine ne devrait pas tarder à arriver.  Wèèèèè...

    *sourire d'amoureux transi*

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

    Voilà le doux frisson qui m'envahit: ma douce Divine ne doit pas être loin.  Je sens qu'il y a quelque chose de changé en elle. 

    Chapitre XV :

     

    Effectivement, mon cher Anatole, cela devait arriver.  Divine est devenue une jeune adulte.  

    Zut alors...  Je ne pourrai plus passer mon temps à embrasser ses lèvres rosées et à la tenir tout contre moi.  Que sont lassants tous ces bien pensants qui veulent m'imposer une façon de vivre convenable.  Je me lamenterai plus tard, ne gâchons pas la fête de Manu.

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

    C'est un beau gars, mon frère, dis donc.  Et très gentil, dis donc.  Je n'aurais jamais cru, lui, qui était toujours si bagarreur.

    Chapitre XV :

    Oh, ma belle Divine.  Il est temps que j'aille lui parler et la serrer dans mes bras.  Ses baisers me manquent déjà trop.

    J'en profiterai pour demander à mon larbin de veiller sur elle.  Avec ses crocs, aucun mâle n'osera l'approcher, ma belle, ma chérie, mon adorée, mon ange...

    N'as-tu point confiance en Divine et ses sentiments que tu te sentes obligé de dresser autour d'elle une barricade?

    J'ai confiance en Divine.  Ce sont les autres qui n'inspirent que méfiance et pitié.  

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

    Comme c'est émouvant, les deux femmes de ta vie en pleine discussion, mon cher Anatole.

    Chapitre XV :

    Ma mère et Divine s'entendent bien.  Tu devrais t'en réjouir pour moi au lieu de railler, pauvre Cloche.

    Allez au lit...

    Il y a quelqu'un d'autre qui s'est toujours bien entendu avec ta maman, mon cher Anatole.  Je dis ça, je ne dis rien. 

    Chapitre XV :

      M'enfin, que c'est fatigant.  Bon, il faut encore que j'y aille, sinon ça va encore être sanction du marmot en plus.  Et cette fois, qui me dit que ce ne sera pas un fantôme?! 

    Chapitre XV :  

    Oh qui voilà?...  Ma chère Lolita...

    *voix qui tremble et s'étrangle*

    J'étais tellement en colère contre la faucheuse et la voici...  J'ai tellement d'histoires à lui raconter.

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

     

     Je te rassure, Bonhomme.  Ma soeur, Lolita, va très bien.  

    Je vais fêter ça avec mon autre soeur, Evaline: une bonne petite granita s'impose, n'est-ce pas?

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

    Et pendant ce temps-là:

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

    Chapitre XV :

    C'est vraiment un week-end parfait.

    Oui, mon cher Anatole, c'était vraiment un week-end parfait.

    *sourire doux et attendri*

    Bonne nuit, Gamin.

    Bonne nuit, mon cher Anatole.

    (à suivre...)

    « La famille d'Anatole : cinquièmeLa famille d'Anatole Lol: sixième »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :