• Chapitre XXI : Ainsi meurt Anatole Lol... ou pas

    Il doit être écrit quelque part qu'aucune journée dans la famille des Lol ne se déroulerait sans heurt ni drame ni cri...

    Je ne vois pas pourquoi tu dis ça, Gamin.  Tout va très bien.  Le grand Anatole Lol a les choses et les gens bien en main.

    Bon, évidemment, je laisse à ma famille d'artistes une certaine liberté créatrice, Lina pour se conformer au rite paternel vient de terminer le portrait de son propre derrière; cela change de celui de ma mère.

    Chapitre XXI :  

    Evaline décide de se lancer dans la sculpture de glace.  Sa grossesse doit lui donner des chaleurs, si tu veux mon avis.

    Attends, Lina a une nouvelle idée, peut-être va-t-elle peindre un autre derrière?  Ah non... Elle peint mon crapaud, dirait-on.  Quelle charmante attention.

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :  

    C'est un désastre!  Mon pauvre crapaud ne ressemble à rien, là-dessus.  Elle ferait mieux de rester dans le registre des derrières, finalement, ma soeurette!

    J'espère qu'elle va s'en excuser illico presto auprès de la mère de cet enfant, mon adorable et adorée épouse!  Si je n'étais pas au théâtre, en représentation, je la traînerais pas les cheveux jusqu'à elle.

    Bien sûr... bien sûr...

    *rire sarcastique*

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Les filles papotent, papotent mais mon crapaud a faim...

    Chapitre XXI :  

    Mais quelle tête, il a, mon fils.  Décidément, le temps passe mais lui, il ne s'arrange pas.  J'ai vraiment l'impression d'avoir un lutin benêt en lieu et place d'un petit garçon.  C'est effrayant.

    Tu vas encore plus être effrayé et paniqué dans quelques minutes, mon cher Anatole.

    Chapitre XXI :

    Ooooooooooooooh... le bébé arrriiiiiiiive... le bébé arrriiiiiiiveeee....

    *panique* *panique*

    Je quitte le boulot et je rejoins Divine à l'hôpital!!!  Viiiiite...

     Malheureusement, pendant qu'Anatole veille sur son épouse à l'hôpital, la petite Adeline, si elle a bien respecté la règle numéro deux de son frère : "Ne pas sortir en petite culotte en plein hiver", a négligé la règle numéro un: "ne pas s'approcher de la machine à invention".

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

     La Faucheuse respecte la règle : Pas un pied dans la maison; mais n'a pas le choix, elle apparaît effrayante dans toute sa splendeur.

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :  

     Adeline ne supplie pas, Adeline ne se rebelle pas, Adeline salue la mort et la suit sans un cri.  Je me demande même si je ne l'ai pas vue sourire; ce qui confirmerait l'impression de mon cher Anatole; être fille de fantôme est un poids sans doute trop lourd à porter.

    Chapitre XXI :

    La pierre tombale d'Adeline rejoint celles de Calvin, de Kyla et de Lolita.

    Tandis que mon cher Anatole revient de l'hôpital.

    Chapitre XXI :  

    Une petite Vénus rejoint donc le foyer des Lol.

    Oui, nous l'avons appelée Vénus.  Avec une mère divine, cela s'imposait.  Et cette enfant, plus que n'importe quelle autre, n'est-elle pas fruit de l'amour?

    Bien sûr, mon cher Anatole.  C'est un très beau choix.

    Je t'en prie, Gamin, ne prends pas ce ton compatissant avec moi.  Ma soeur, Adeline, est morte.  Voilà.  Je l'avais prévenue.  

    C'est ce qui arrive lorsqu'on ne respecte pas les instructions du grand Anatole Lol.  Ce n'est pas pour le plaisir que j'édicte des règles!!!  

    Suivre les préceptes du grand Anatole, c'est adhérer à un projet de vie qui allie la qualité et la valeur de l'existence.  

    Rejeter la morale, les décrets du grand Anatole Lol, c'est renoncer à la vie elle-même; que l'on soit membre de ma famille ou non.

    *sentant Anatole, à fleur de peau, change de sujet*

    Divine a encore réalisé une très belle décoration pour la chambre de ta fille, mon cher Anatole.

    Chapitre XXI :

    *bougon*

    Si tu veux mon avis, Gamin, c'est du boulot pour rien.  Je te rappelle qu'Evaline va aussi accoucher d'ici peu et cette chambre ne pourra accueillir un marmot supplémentaire.

    Je voulais éviter à mes enfants la surpopulation bébéesque... et regarde... 

    *grogne*

    Tu devrais aller te coucher, mon cher Anatole.  Tu es d'humeur bien trop morose pour apprécier quoi que ce soit, m'est avis.

    Oh! Quel est ce bruit?!  Quelle est cette sensation de déchirement de mon être tout entier?!

    Nooooon!!!  Divine!!!

    Chapitre XXI :

    Bon sang!!!  J'ai failli perdre ma femme!!!  Gamin....  

    Chapitre XXI :

    Il y a trop d'accidents, dans cette baraque.  Je ne crois plus au hasard!  Ma famille est en danger! 

    *ivre de colère et de peur*

    Ma soeur, ma femme, victimes d'un "accident"

    *mime les guillemets avec les sourcils*

    ... en moins de deux heures.  Je dois réagir.  On me menace.  

    Chapitre XXI :

    Mais qu'est-ce encore ce bruit??

    Chapitre XXI :

    Evaline accouche!!!

    Ah!  Je vais la conduire à l'hôpital et sans nul doute, je saurai qui est le père de ce mioche - le père rejoint toujours la mère à l'hôpital lors d'une naissance.

    Le grand Anatole est tellement malin!

    *enfin un sourire*

    Oh... Une fille.  Te voilà tonton d'une petite fille, mon cher Anatole.

    Chapitre XXI :

    Tu auras remarqué, Ignoble cafard rampant, qu'en ce moment, dans cette famille, un malheur n'arrive jamais  seul...

    Chapitre XXI :

    Des jumelles!!!  C'est merveilleux, mon cher Anatole.

    *rit de bon coeur*

     Merveilleux?!  Ne te moquerais-tu pas du grand Anatole Lol, Misérable plancton?  Ne sais-tu pas qu'il n'est pas pire torture que celle d'avoir trois bébés dans une maisonnée?

    Divine a vite fait, bien fait, les choses, en tout cas.  Les filles ont déjà les lits qui les attendent.  

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Mais dis-moi, est-ce toi qui as choisi ces si jolis prénoms?  Linéva et Lucie.  C'est très original.

    Pour ce qui est de Lucie, je pourrais être d'accord avec toi.. mais Linéva?!  C'est une marque de margarine ou quoi?

    Anatole!!

    *éclate de rire*

    Trève de blabla, il faut que je voie la tête de l'infâme bonhomme qui préfère vivre son rôle de père de loin, très loin.

    Chapitre XXI :

    Ah!  Je m'en doutais...  Lucien!!! 

    Mais c'est bien sûr: Lucien, Lucie...

    Tu fais des progrès en logique, toi, Cafard.

    *lève les yeux au ciel*

    Chapitre XXI :

    Il faut que je m'occupe de ce père indigne.  J'ai quatre ou cinq vérités à lui taper sur le bec à ce canard visqueux, trop lâche pour assumer ses responsabilités.

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

     C'est un rêveur, un scribouillard, un écrivain raté qui cherche sa voie, qui soit-disant  a besoin de calme et de solitude pour écrire.  M'enfin!  Il fallait y penser avant de faire des gosses, bon sang ne saurait mentir!!

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :  

    Chapitre XXI :

    Entendant hurler mon cher Anatole, s'inquiétant probablement pour le pauvre gars responsable d'une telle colère, Divine se décide à faire sa royale apparition.

    Et comme neige au soleil, la colère de mon cher Anatole fond et la tendresse prend lieu et place de la colère.  C'est comme le miracle d'une aurore boréale.

    Chapitre XXI :  

    Il n'est même pas besoin de mots.

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :  

    Mon cher Anatole dit toujours qu'il a de la chance d'aimer une femme telle que Divine; moi, je dis que ce sont les autres qui ont de la chance que mon cher Anatole aime une femme.

    Chapitre XXI :

     La décision est prise, Gamin.  Les marmottes de ma soeur restent ici avec leur mère.  Je dois dire que la tâche ne fut pas facile lorsque Divine décida de l'annoncer à Lina.

    Chapitre XXI :  

     Mais l'argument sans appel de Divine fit mouche: Lina ne voulait quand même pas perdre encore une soeur!  Mettre Evaline à la porte équivaudrait à une petite mort pour elle et un deuil pour nous.  Il était déjà bien triste de pleurer la mort d'Adeline sans en ajouter.

    Ainsi la vie peut reprendre son cours, entre les couches, les biberons, les bisous et les cris de nourrissons.

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :  

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :  

    Chapitre XXI :

    La nuit, très souvent, une douce âme fait connaissance avec sa descendance, sur le pointe des pieds dont elle ne peut plus vraiment profiter.

    Chapitre XXI :

     Mais déjà un anniversaire se profile: celui de ma fille, Vénus!!

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Cette enfant, ma fille donc, n'est pas loin d'être magnifique.  Elle est un négatif parfait de mon épouse, les yeux aussi foncés que ceux de Divine sont clairs, les cheveux aussi noirs que ceux de ma femme sont blonds.

    Je suis satisfait.  Il me semble dès lors que je vais contacter les journalistes.

    Veux-tu contacter les journalistes pour leur présenter ta fille?  C'est ridicule, mon cher Anatole.  Il est vrai que Vénus est très jolie, mais franchement, penses-tu que cela puisse intéresser le quidam?

    Tout ce qui touche le grand Anatole Lol intéresse le quidam, Gamin.  Mais là n'est pas l'idée que je poursuis.  Les rumeurs enflent dans le quartier - je t'en ai parlé mais vu que tu as une mémoire digne d'un poisson d'eau douce, tu as dû oublier ce passage.  Il se dit également que je serais un extra-terrestre ayant forme humaine.

    *éclate de rire*

    Je suis bien plus dangereux qu'un extra-terrestre ayant pour but ultime la destruction de toute vie.  

    Je ne comprends toujours pas pourquoi convoquer des journalistes, mon cher Anatole. Cela t'enthousiasme probablement que les gens te craignent.

    Que l'on parle de moi, Vermiceau, c'est ce que je veux, que ma famille soit mise en lumière, qu'on chuchote sur notre passage, qu'on nous épie, qu'on nous espionne...  Rien n'est mieux gardé, ni plus en sécurité que ce qui suscite l'intérêt de tous.

    Quelqu'un s'en prend à ma famille.  Pour mieux contrer cet individu, je dois entrer dans le quotidien de chacun, devenir le centre d'intérêt de tous, ne point laisser de latitude à un mécréant qui veut la chute du grand, du magnifique Anatole Lol.

    Je vois...

    Ainsi soit fait! Et les journalistes ne se font pas prier pour entrer.  J'ai commandé aux femmes de la maison d'agir comme si les journalistes n'étaient pas là, d'être le plus naturelles possibles.  Je ne suis pas inquiet, ça se passera bien.

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :  

    Lorsque je rentre du travail, je constate qu'une petite journaliste - on ne m'a pas envoyé la plus moche de la troupe, dis donc- est encore là et m'attend bien gentiment pour, je cite, "avoir l'immmmmmense privilège d'interviewer en personne l'immmmmmense Anatole Lol".  Et en matière de gentillesse, celle-ci me semble tombée dans la potion doucereuse dès l'enfance.  Je connais la fable du corbeau qui se laissa flatter et perdit sa proie, je ne suis pas un volatile, nom d'une poule. Elle peut me faire ses mirettes enamourées tant qu'elle veut, ça ne prend pas.  

    *sourire narquois*

    Chapitre XXI :

     Mais c'est avec une immmmmense joie que je répondrai à l'immmmmense journaliste qu'elle est -et poil au nènè...

    Anatole!!!!

    *rit*

    *grogne*

    Chapitre XXI :  

     Voilà, elle est partie, la scribouillarde.

    Chapitre XXI :  

     Mission accomplie, je l'ai roulée dans la farine comme une débutante qu'elle est.  Je sens néanmoins qu'elle reviendra, cette petite est un prédateur.  J'en ferai ma proie.

    *sourire de requin*

    Et pour m'assurer de la réussite totale de mon plan, un petit envoi de dernière minute pour susciter, maintenir, raviver l'intérêt...

    Chapitre XXI :

     Oups, là... je ne m'attendais pas à tomber sur Lynne.

    C'est ta soeur, Lina qui l'avait invitée.

    Chapitre XXI :  

     Et bien, j'en profite pour faire don d'une petite aide supplémentaire au bien-être de l'ami Manu puisque c'est cela qu'elle est venue chercher.  Quelle sangsue, celle-là.

    Chapitre XXI :

     Tu m'étonnes qu'elle soit ravie... Elle me coûte plus cher que toutes les femelles réunies sous mon toit.  Je me demande si elle n'aurait pas du vampire dans ses veines, celle-là.

    Trève de blabla, le grand Anatole Lol est immmmensément fatigué.  Il est l'heure d'aller au lit. 

    Le lendemain débute l'apprentissage de Vénus, la fille de mon cher Anatole.

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :  

    Divine est blindée de qualités, mais en ce qui concerne les enfants, je dois avouer que ses compétences se limitent aux câlins.  Si elle le permet et évidemment, elle le permet, je prends la relève.

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :  

    Eh bien voilà, ce n'était pas si compliqué que ça.  Elle est douée, il faut le dire, ma petite déesse.

    Chapitre XXI :  

    *sourire niais*

    En bonus, je gagne l'admiration sans borne - que j'avais déjà de ma Divine.

    Chapitre XXI :  

    Mes enfants, étant en parfaite sécurité dans leur parc, j'en profite pour montrer moi aussi à Divine combien je l'admire.

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :  

     Quand tu auras terminé tes minauderies et bonbons au miel, je te signale que tes nièces grandissent ce soir.

    Zut, j'ai compliqué oublier les marmottes de ma soeur.  Je manque aux us et coutumes de la famille Lol, là. 

    *sourire en coin*

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :  

     Et voici Linéva, le petit pot de margarine déguisée en marin.

    *pouffe* 

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :  

     Et voilà Lucie qui se demande si "le plus important à vivre est de vivre au jour le jour" [NDLR : Obispo - extrait paroles de Lucie] ou apprendre à dompter sa vessie.

    *re-pouffe*

    Chapitre XXI :  

    C'est toi qui as mangé du clown, ce soir, mon cher Anatole.

    Tu as raison, on a assez ri pour aujourd'hui.  On met tous les bambins au dodo, les filles, que les adultes puissent reprendre une activité normale.

    Attends, mon cher Anatole, les jeunes s'amusent, là.  Tu te souviens comme tu aimais cela aussi. 

    Chapitre XXI :

    Le grand Anatole Lol a dit : AU LIT, la marmaille!

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

      Tu m'as l'air bien pressé de voir tes bambins dormir.

    Je te rappelle que tous ne sont pas mes bambins; il y en a deux dont je n'ai que faire.

    Si tu le dis...  L'hiver cède la place au printemps et à son festival.  Iras-tu, mon cher Anatole? 

    Chapitre XXI :  

    Chapitre XXI :  

    Non, vois-tu, lorsqu'il se fait que le hasard te donnent trois bambins à éduquer en même temps, tu n'as plus beaucoup de temps pour profiter des fantaisies de la vie.

    Sans compter que voir Lina, ma soeur, tortiller du popotin sur la piste de danse pour attirer le mâle ne m'intéresse pas plus que cela.

    Chapitre XXI :  

    Elle en a attrapé un, apparemment.

    Connaissant son sens inné pour le scepticisme, je suppose qu'elle va avant même de débuter quoi que ce soit soumettre sa future relation potentielle au test ultime du thermomètre.

    Parfois, j'ai vraiment l'impression que tu parles une autre langue, Anatole.

    Chuuuut...

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

     Résultat du test: "Cela pourrait fonctionner".

    *sourire en coin*

    Ma soeur, Lina, ne peut être sensible au conditionnel: bye l'ami.  J'aurais aimé te connaitre parce que le clown qu'elle promène depuis l'adolescence me vrille les nerfs.

    Chapitre XXI :  

    Pendant que Lina perd son temps au festival du printemps, les bambins ne chôment pas.

    Ma fille apprend à se tenir loin de tout ce qui porte menottes.  

    Chapitre XXI :  

    Lucie apprend à marcher comme un homme.

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :  

     Le petit pot de margarine, déguisé en marin, en fait de même:

    Chapitre XXI :

    Et toi, mon cher Anatole, que fais-tu?

    Je prépare l'anniversaire de mon fils, Arnaud.

    Chapitre XXI :

    Et voilà, l'heure est venue!

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Vive mon fils!!!  Que vive mon fils!!!

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Je dirais que ce n'est pas la catastrophe à laquelle je m'attendais.  Son charisme reste fort même si on sent que dernière ce petit front diaphane ne se bouscule pas énormément de matière grise bouillonnante d'intelligence.

    Chapitre XXI :

     Oh, Gamin, quel déchirement, ma merveilleuse Divine se confie à moi.  L'anniversaire de mon fils la fait retomber les pieds sur terre.  Elle craint de vieillir mais plus que tout que je ne l'aime plus, une fois que les rides auront marqué leur chemin sur son doux visage.

    Chapitre XXI :  

     Pense-t-elle donc réellement que le grand Anatole Lol est si superficiel?  Ne sait-elle pas qu'elle est pour lui sa voie lactée, l'étoile qui le guide dans la nuit noire qu'est son existence?

    Chapitre XXI :  

     Bien sûr qu'elle le sait, mon cher Anatole.  Mais les mots ne sont parfois pas que des mots.  

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    J'aime tellement Divine, Gamin.  Elle est une telle bénédiction pour moi.

    Je le sais, mon cher Anatole, mais je dois t'avouer que parfois, cet amour inconditionnel et si profond et si vrai me fait craindre, moi aussi, pour ton avenir.

    Je n'aurais qu'un mot, alors, Gamin, comme Divine concentre-toi sur le présent.  C'est l'essentiel.

    Je vois que vos minauderies en inspirent d'autres.

    Chapitre XXI :

    Je me prends une petite part de gâteau et j'ai une mission importante qui m'attend.

    Une mission importante?  C'est-à-dire? 

    Chapitre XXI :  

     Cela concerne mon fils.  Je dois veiller à sa sécurité et je dois lui expliquer fermement qu'il n'a pas intérêt à s'approcher de la machine à invention, sous peine d'y perdre la vie.

    Et comment vas-tu t'y prendre?

    Chapitre XXI :

    Je vais le lui expliquer de façon plus efficace que je ne l'avais fait avec ma soeur, Adeline.  Je vais le lui expliquer... en mourant!

    Si tu t'approches de la machine à invention, mon fils... tu mourras!

    Chapitre XXI :

     

    (à suivre...)

     

    « La famille d'Anatole Lol : neuvièmeChapitre XXII : Ainsi châtie encore Anatole Lol »
    Pin It

  • Commentaires

    5
    Jeudi 2 Janvier 2014 à 14:01

    De rien^^" 

    Merci beaucoup^^

    (Héhé Je l'avais utilisé une fois pour faire croire à la mort d'un sims aussi, c'est pour ça que j'y ai tout de suite pensé xD )

    4
    Jeudi 2 Janvier 2014 à 09:50

    Merci beaucoup, Kaon!  

    Je suis très touchée - à nouveau.  Bien sûr, tu peux ajouter mon lien, j'étais déjà abonnée aux tiens. 

    (pour la fin de ce chapitre :  - bien vu)

    3
    Jeudi 2 Janvier 2014 à 04:32

    J'ai tout lu d'une traite et j'ai adoré! C'est juste entre la simhistoire et le challenge raconté, les personnages ont leur caractère. Bref, j'ai adoré, j'ai trouvé ça parfait.. C'est même sans doute l'une de mes histoires préférées^^"

    Je peux t'ajouter à aux liens de mon blog? 

    (Popo fantôme, j'imagine pour la fin >:p )

    2
    Mardi 31 Décembre 2013 à 13:29

    La suite arrivera l'année prochaine, selon toute probabilité...  

     

    1
    Mardi 31 Décembre 2013 à 13:18

    Mais... et la suite ! Elle est où la suite !

    Bon, c'était mon cri du cœur, mais au cas où il n'aurait pas été suffisamment clair : JE VEUX LA SUITE !

    Anatole ne peut pas mourir.... Même si cette machine est maudite... D'ailleurs pourquoi ne s'en débarrasse -t- il pas ?

    Pauvre Arnaud, c'est vrai qu'il ne déborde pas de soutien de la part de son père...

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :