• Chapitre XXII : Ainsi châtie encore Anatole Lol

    Anatole!!!  Que fais-tu? 

    Chapitre XXII :

    Je viens de te le dire, Gamin, je donne une leçon de vie et de mort à mon fils; tout en un, comme  les produits de nettoyage!

    J'explique qu'il ne faut pas s'approcher de la machine à invention sinon pouf!

    Chapitre XXII :

    Ne pas s'approcher de la machine à invention sinon... pouf!  Tu expliques ça comme ça, toi?!

    Mon fils a beau avoir le cerveau lent, apparemment le tien l'est plus encore. Oui, pouf :tu meurs et tu deviens un fantôme et ce n'est pas une blague.

    Mais pourquoi choisis-tu de mourir et d'effrayer ton fils plutôt que de te débarrasser de la satanée machine que tu crains tellement?  

    Chapitre XXII :

     Déstresse, Gamin, tout d'abord, je ne suis pas mort pour de vrai.  J'ai utilisé une potion.  Dans ton imaginaire infirme, tu devais penser que je me contentais de fabriquer du jus kipus et des envies pressantes?  L'effet fantôme, malheureusement, ne dure pas.

    Me voici déjà redevenu moi-même, prêt à donner une leçon de ballon à mon fils. 

    Chapitre XXII : 

     Quelle élégance dans l'effort!  Admire, Gamin.

    Gamin?  Tu boudes?

    Je me remets de mes émotions, j'ai vraiment cru que tu avais passé l'arme à gauche.  A ce sujet, tu ne m'as pas répondu: Pourquoi ne pas te débarrasser de la maudite machine à invention?

    Connais-tu l'histoire de Barbe bleue, Gamin? 

    Oui, mon cher Anatole, je connais l'histoire de Barbe Bleue.

    Eh bien, le principe est le même et il s'appelle "la confiance".  Le grand Anatole Lol fait confiance MAIS...

    Tu fais confiance mais te sens obligé de mettre à l'épreuve ceux en qui tu crois.

    C'est à peu près ça, en plus sophistiqué, mais il est inutile que je t'explique plus avant ma théorie, tu ne comprendrais pas.

    Et en parlant "confiance" il est temps que je vérifie ce que donne ma campagne de célébrité auprès de la communauté.

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII : 

    C'est parfait!

    *sourire diabolique*

    Les rumeurs enflent, les questions se posent, les curiosités s'aiguisent...  Je suis un génie du complot.

    En parlant complot et plan diabolique, tu devrais peut-être ressortir ta potion fantôme à Arnaud, histoire qu'il comprenne qu'il doit faire attention et ne pas se précipiter sur les brownies sous peine de s'étouffer.

    Chapitre XXII : 

    Oooh... N'exagère pas, Plancton vicieux, il y a aussi la sélection naturelle.  S'il trouve le moyen de s'étouffer avec son brownie, le grand Anatole Lol n'y peut rien.  

    Chapitre XXII : 

     Et bien voilà, tu vois, Gamin, il a survécu!  Je serais à deux doigts d'en être déçu : Lui aussi, apparemment, se sent investi du devoir de polluer mon espace vital de ses essais artistiques.

    Ma fille, Vénus, en revanche, a bien compris quel est l'intérêt du xylophone: faire ses dents!  Elle est comme son père, cette enfant-là, elle doit détester les "clings" et les "clongs" que les autres appellent "notes de musique".

    Chapitre XXII : 

     Je dois t'avouer, mon cher Anatole, que c'est troublant d'entendre ce genre de discours de la bouche même d'un musicien professionnel.

    Je ne tomberai pas dans ton piège, Gamin, tes propos risqueraient encore de diffamer mon épouse et je ne pense pas avoir la patience de t'écouter plus avant.  Je dois instruire les bambins qui sont sous mon toit et un manque de patience pourrait leur être fatal, une chute de cheval est si vite arrivée.

    Anatole!!!!

    Chapitre XXII :

     Je plaisante, je ne vais pas convoquer la Faucheuse pour un si petit bout de femme quand même.

    *sourire carnassier*

    Mais qu'ils sont beaux, tes enfants, mon cher Anatole!

    *sourire ému*

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

     C'est vrai, Gamin.  Et quelle patience a ma chère Vénus.  Supporter les minauderies de son frère ne doit pas être évident... Tu m'étonnes qu'elle soit ravie de se retrouver dans sa chaise haute, hors d'atteinte de mon crapaud.

    Chapitre XXII : 

     Aussi mignonne qu'elle soit, elle mange aussi salement que tu mangeais.  C'est vrai que vous vous ressemblez beaucoup.

    Camembert, l'Ami vert.  Dès que j'ai terminé le dressage des marmottes de madame "massoeur", je m'occupe d'apprendre à manger à Vénus comme un être civilisé.  Cela pourra lui être utile, plus tard.

    *soupir*

    Chapitre XXII : 

    En parlant de Madame "massoeur", je me demande bien quelle idée saugrenue lui est passée par devers les ovaires, le jour où elle décida de procréer.  A parler franc, elle me gonfle magistralement à s'occuper plus de ses créations que de ses créatures.

    *grimace de dégoût*

    Chapitre XXII :

     Mais trêve de blabla, le grand Anatole Lol est attendu.  Il faut donner du sang à la presse.

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII : 

    Cette gamine m'ennuie vraiment, profondément, immensément avec ses minauderies.

    Chapitre XXII : 

    Vous avez plutôt l'air de bien vous entendre, pourtant, tous les deux.

    Stratégie, stratégie... toujours et encore, Gamin.  Continue à prendre des notes, tu verras un jour où je veux l'emmener, cette perverse petite fouine.

    Il faut que je rentre, Divine doit trouver le temps long sans moi.

    Il est vrai que je lui trouve une petite mine à ton épouse.  Ce sont peut-être tes minauderies auprès de cette jolie journaliste, qui soi-disant t'impatiente, qui la rendent triste et lointaine.

    Chapitre XXII : 

    Ne sois pas idiot.  Je vais finir par te la couper, ta langue, si tu continues à émettre des propos de vipère.

    Divine est tout simplement préoccupée parce qu'elle s'est occupée des devoirs de notre fils et qu'elle se rend compte que j'ai raison quant aux capacités de cet enfant.

    Chapitre XXII :

    Même Linéva trouve les réponses avant lui.  C'est troublant, quand même!

    Je te trouve tellement méchant avec ton fils, mon cher Anatole, que j'en perds mes mots.

    Etre parent n'empêche pas d'être objectif.  Ce n'est pas de la méchanceté, admettre qu'il est différent c'est lui donner une chance de réussir autrement.  C'est tout.  Je ne vois pas ce qui est choquant dans cette histoire.

    Voilà, son élément à mon fils, c'est l'imaginaire.  Là, il est très fort!

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Il pourra peut-être un jour être un grand auteur, comme ma femme, à condition, bien sûr, qu'il n'illustre pas lui-même ses histoires - en dessin, c'est zéro pointé, ce gamin.

    Chapitre XXII :

     Excuse-moi, mais là, j'ai un anniversaire. 

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII : 

     Oh mon pauvre Anatole... effectivement, Divine devient une vieille femme, là.

    Pourquoi dis-tu "mon pauvre Anatole"?  Elle est magnifique, ma Divine.  Ce n'est pas grave qu'elle vieillisse.  C'est normal, dirais-je. Tu ne connais pas le cycle de la vie, pauvre crétin?!

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII : 

     Elle a une des ces allures, ma femme!!!  Quelle beauté...!!!

    *grognement*

    Chapitre XXII : 

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

     Oh, il faut que je te montre ma nouvelle création.

    Peindrais-tu?  Sculpterais-tu à mon insu, mon cher Anatole?

    *s'esclaffe*

    Meuh non...  Admire...

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Voici la gardienne de mon antre.  Tout qui entre dans ma maison le fera à ses risques et périls.  Je l'ai dressée à croquer tout qui pénètre chez moi sans innocentes pensées.

    *sourire diabolique*

    Je l'ai placée au vu et au su de tous.  Et mon ami, ici présent, se chargera de faire passer le message.  C'est bien, c'est parfait.

    Chapitre XXII :

     Le grand Anatole Lol est vraiment un génie!  Ouf... pour un peu, je m'inclinerais devant moi-même.

    Encore un petit courrier de relance à adresser à  la presse et ce sera vraiment un jour parfait.

    Chapitre XXII :

    Et voici, mon fils qui rentre de l'école, brave petit soldat.

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII : 

    Tu lui offres un cadeau?  Et bien, on peut dire que tu es heureux de le voir rentrer de l'école, ton crapaud, mon cher Anatole!

    Oh!  Tu me gaves... J'offre un cadeau à mon fils si je veux.  C'est pénible quand même!

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Il a l'air aussi surpris que moi, dis donc, que tu lui offres un cadeau.

    Mais non, il n'est pas surpris.  Il est juste déstabilisé, nous allons jouer à pierre- papier - ciseaux pour voir s'il a le droit de le garder.

    Mais tu es vraiment cruel, Anatole!

    C'est vrai!

    *sourire en coin*

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Ouf...  Arnaud a gagné.

    Je l'ai laissé gagner, je ne vois vraiment pas ce que j'aurais fait d'une peluche-mouton.

    *sourire en coin*

    Ah!  le journal est arrivé, je dois lire les nouvelles, vous m'excuserez, mon fils et toi.

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    C'est parfait, je suis apaisé.

    *sourire doux*

    Je peux me rendre au travail l'esprit libre, j'ai concert, ce soir.

    Mais qui croise-je juste devant chez moi?  Cette chère petite fouine...

    *grimace*

    Chapitre XXII :

     En revanche, à mon retour, j'ai l'immense plaisir de retrouver mon ange, ma vie, mon coeur, ma femme qui m'attend.

    Chapitre XXII :

    Elle me raconte les derniers potins familiaux.

    Arnaud toujours aussi envahissant avec Vénus.

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

     Madame "massoeur" qui, à présent que ses marmottes ont terminé leur apprentissage primaire, se souvient d'elles!  Un miracle, sans doute, que voilà.  Acclamons dame nature pour cette mère sans instinct qui se révèle enfin.

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

     Il n'est pas utile que je te fasse une démonstration quant au non-dit de la dernière oeuvre de ma peintre de soeur, Lina, qui nous souhaite à tous de périr brûlés vifs, frappés par une météorite.  Brave petite, elle a gardé son âme d'enfant!

    Chapitre XXII : 

     Et Divine me raconte encore, encore.  Sa voix est comme un doux chant de rossignol à l'aube d'un jour de printemps.

    Chapitre XXII : 

     Mon crapaud, interdit d'invention, s'est lancé dans les potions.  Il veut  jouer une bonne blague  à son père, le petit coquin.

    Chapitre XXII : 

     Quel plaisir de l'imaginer vivre sa toute première explosion.  Je suis tellement ému quand je repense à la mienne.  C'est tellement grisant de sentir nos cheveux se dresser sur la tête, le grand frisson du souffle qui parcourt notre corps...

    *soupir*

    Chapitre XXII : 

     D'après Divine, il l'a moins bien vécue que moi et est allé se coucher en geignant.  Je pense n'avoir pas trop à craindre des potions maléfiques de la part de mon couard de fils.

    *rire un peu déçu*

    Chapitre XXII :

    Je continue à penser de toute façon qu'il fera un bien meilleur romancier que scientifique.   

    Chapitre XXII :

    Divine est d'accord avec moi.

    Lorsque le matin arrive, je décide d'exhiber encore un peu ma famille aux journalistes.  Ils nous attendent de pied ferme, comme chaque jour, dans l'allée de notre maison.  

    Chapitre XXII : 

    Mais qui vois-je?

    *sourire en coin*

    Chapitre XXII : 

     Quelle surprise!

    *grogne*

    Allez, tout le monde en voiture!

    Chapitre XXII : 

     C'est l'homme de ménage qui vous conduit?

    *rit de bon coeur*

    Mais non...

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    *sifflote*

    En limousine, dis donc, tu ne te refuses rien, mon cher Anatole! Et où allez-vous ainsi?  Au parc?

    Nous allons chez l'ami Manu!

    Chapitre XXII :

    Lynne tarde un peu à nous ouvrir, alors je décide de lui casser un peu les oreilles.

    Chapitre XXII :

     Lynne nous reçoit en pyjama, au milieu de la matinée.  Elle a l'air vraiment fatiguée.

    Chapitre XXII : 

     Si tu jettes un oeil dans la chambre, tu vas comprendre pourquoi, mon cher Anatole.

    Chapitre XXII :

    Oh misère... Des jumelles!!!  Dans un si petit espace...

    *hyperventile* *hyperventile*

    Je te présente Tera et Aurore.

    *hyperventile* *souffle comme un boeuf*

    Et voici, le petit Colin: le fils ainé de l'ami Manu; n'est-il pas mignon?

    Chapitre XXII : 

    Il est peut-être mignon mais complètement incompétent.  Ma soeur, Lina, va s'en occuper.  Moi, je ne saurais rester plus longtemps dans cet espace fermé avec autant d'enfants.  Ouf... cela me rappelle trop mon enfance, j'ai du mal à respirer...

    *s'enfuit en courant*

    Et Lina, comme convenu, s'occupe de Colin et de l'ami Manu afin qu'il puisse offrir à ses enfants un peu d'espace supplémentaire.  Il m'étonnerait qu'il refuse, l'ami Manu.

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    C'est avec un immense soulagement, Gamin, même toi, tu l'auras compris que je retrouve Ma maison.

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Et bien, Gamin, il m'a fallu deux bonnes heures pour retrouver un rythme cardiaque modéré après cette visite chez l'ami Manu.  On a failli me perdre, dis donc.  Evidemment l'odeur que dégageait Vénus m'a permis de revenir sur terre plus rapidement que prévu.  Brave petite!  Il a bien fallu que je me colle à la baigner, c'tte enfant.  Tu ne te rends pas compte de l'odeur que peut dégager une chose si mignonne.  Tu as l'impression qu'elle pourrit de l'intérieur, dis donc.

    Anatole!!

    Quoi?  Regarde, elle rigole, elle.  Ma fille a le même humour que son père. 

    Chapitre XXII :

    Ton fils et Divine complotent dans la cuisine, mon cher Anatole.

    Tu ne m'apprends rien, Gamin, c'est mon anniversaire, aujourd'hui.

    Chapitre XXII : 

    Déjà? 

     Et oui, Gamin, je vais devenir un adulte avec les responsabilités qui vont avec et ne serait-il pas temps pour le grand Anatole Lol de penser à fonder une famille?

    *mimant le ton d'un présentateur de télévision*

     Heureusement que je ne les ai pas attendus pour me lancer dans l'aventure; nous aurions été embêtés, Divine et moi.

    Apparemment, c'est le moment câlin chez toi.

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Si je ne fais pas ça, le petit pot de margarine déguisé en marin braille qu'elle manque d'attentions.  Il est clair que ce n'est pas une ermite, celle-là!

    Chapitre XXII :

    Nom d'un boulet, mais que fait-il là, le clown?  Ok, il a fini par comprendre que le chapeau boule n'était pas indiqué dans son cas; mais franchement, ça ne le rend pas moins benêt. 

    *grimace*

    Ta soeur n'a pas l'air convaincue non plus que cette relation puisse durer.

    Avoue que ce crétin a vraiment tout gâché en faisant le guignol sur la photo romantique que prenait Lina.

    Chapitre XXII : 

    Aucune erreur n'est tolérée chez les Lol, n'est-ce pas, mon cher Anatole?

    Oh, écoute, tu ne vas pas en faire un fromage.  Ce gars n'avait rien à faire avec ma soeur.  Et bénissons les démons qui peuplent l'univers!  Oui, parfois, un éclair de lucidité peut frapper le coeur d'une femme amoureuse et l'aider à prendre la bonne décision.

    Chapitre XXII : 

    Et voilà, un petit sms de rupture et je suis le plus heureux des frères!  Quel bonheur de ne plus redouter de croiser cet imbécile chez moi!

    Cela se fête!  Fais péter la granita, Bonhomme!

    Chapitre XXII : 

    Lina a l'air bien triste, mon cher Anatole, malgré tout.

    C'est normal, mais ne t'inquiète pas, parmi les invités il y a un de mes sbires qui en a dans le ciboulot: Pete Malet.  Il fera un très bon pansement pour Lina qui a bobo à son petit coeur.  Je lui en ai déjà touché deux mots.  Il ferait tout pour me plaire.  N'aie crainte, Bonhomme.  Lina sera en de bonnes mains avec lui.

    *sourire de conspirateur*

    En parlant "invités", mon cher Anatole, il me semble que tu es attendu auprès de tes convives.

    Ouiep... Lynne est là, je suppose que Manu ne doit pas être loin.  Je suis content de voir qu'ils n'oublient pas de prendre un peu de bon temps ensemble.

    Chapitre XXII : 

    Je fais mon voeu.

    Chapitre XXII : 

    Et vive moi! 

    Chapitre XXII : 

    Et vive toi... Oui...

    *soupir*

    Tu es vraiment un rabat-joie, Gamin!

    *rire*

    Vive moi!

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII : 

    Ouch!!!  Divine va complètement craquer, là.  Je ne suis même plus beau, je suis juste irrésistible.  Quel bel homme!

    Effectivement, Divine a l'air plutôt emballée...

    *sourire en coin*

    Chapitre XXII : 

     C'est clair, là, Divine a gagné le jackpot!

    *sourit de toutes ses dents*

    Chapitre XXII :

    Je file au boulot, la fête bat son plein, tout se passe pour le mieux.  Je suis ravi.

    Chapitre XXII :

     Et à mon retour, je me glisse dans les draps, tout contre mon aimée.  Je suis un privilégié, Bonhomme.  Pourvu que ça dure...

    Chapitre XXII : 

     Mais où court donc Lina de si bon matin, mon cher Anatole?

    Chapitre XXII :

    Pete Malet, Gamin.  Mes instructions étaient claires.  Il a dû appeler ma soeur, comme je le lui avais demandé.

    Tu ne devrais pas jouer à ça, mon cher Anatole.

    Chhhhhhttt...  Le grand Anatole Lol sait ce qui est bon pour les siens.  Et Pete Malet est bon pour Lina Lol.  Fin de cette discussion, Gamin.  Et ne t'inquiète pas, il a aussi pour instruction de la ramener à la maison pas trop tard.

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Et voilà... Tout est parfait!  Envolé, le clown au chapeau boule. 

    *sourire satisfait*

    En fait, non, tout n'est pas parfait, tu sais, Gamin.

    Aurais-tu un souci avec Divine, mon cher Anatole?

    Non, bien sûr que non, tu es pénible à sans cesse douter de mon épouse, Gamin!  Divine est parfaite, tu le sais.

    Chapitre XXII : 

    Serait-ce ton père qui te vole tes granitas qui t'incommode?

    Tu dis vraiment n'importe quoi.

    Chapitre XXII :

     Ah!  Je sais: c'est le scribouillard qui squatte chez toi qui t'embête?

    Cesse, enfin!  Je m'en fiche de ce gars.  Il est inoffensif.

    Chapitre XXII : 

     Je donne ma langue au chat, mon cher Anatole.  C'est une évidence, je ne vois pas ce qui te perturbe.

    Tu vois, Gamin, quand je vois mes enfants comme ça:

    Chapitre XXII :

    Là, il n'y en a qu'une à toi, mon cher Anatole.

    Ne m'interromps pas, Ignoble Vermiceau.

    Je dis que: Quand je vois mes enfants comme ci-dessus; mon fils qui a la chance de rencontrer ma mère, de discuter avec elle...

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Et vois donc, Gamin, quelle chance il a, mon fils!

    Chapitre XXII :

    Bref... où veux-tu en venir, mon cher Anatole?

    Je devrais retourner voir mon frère et lui donner un coup de main, encore une fois...  Il a trois enfants, tu comprends, et une toute petite maison.

    Le grand Anatole Lol serait-il devenu sensible et bienveillant?

    Ne dis pas n'importe quoi!  J'ai juste un certain standing à tenir et maintenir.  Mon image est importante.  Je dois susciter le respect pour maintenir le joug que je fais peser sur la communauté.

    Bien sûr...

    Perds ce ton sarcastique, tu m'indisposes.  Et flûte, je n'ai pas à me justifier.  Le grand Anatole Lol n'a pas à se justifier!  Il agit, point barre.

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Ces enfants manquent cruellement de soin.  L'ami Manu est de bonne volonté mais il est dépassé avec ses manières de baba cool et sa nana qui pense plus à son apparence qu'aux autres.

    Tu as raison, mon cher Anatole.

    Le grand Anatole Lol a toujours raison, pauvre ignorant!

    *Change de sujet*

    Ta soeur, Lina, a peint de très belles toiles de votre famille.

    Chapitre XXII :

    Ouiais... Excuse-moi, mais le problème de la petite fouine se fait plus précis. Ce n'est pas une simple journaliste, celle-là.  Elle ressemble à un caillou dans ma chaussure.

    Chapitre XXII : 

    Il va falloir que le grand Anatole Lol se fâche...

    Chapitre XXII :

    Voilà, j'ai pendu à ses baskets quelques uns de mes hommes.  Ils ne vont pas la lâcher et moi, je peux me détendre.

    Une petite sortie au parc, tu en avais envie depuis longtemps, Gamin.

    *sourire enfantin*

    Avec plaisir, mon cher Anatole.

    Rien de tel pour se détendre les nerfs qu'une petite partie de frappe la taupe.

    Chapitre XXII :

    Et bien sûr, une petite bataille de bombes à eau! 

    Tu vas encore être ridicule, mon pauvre Anatole.

    Blablabla...  Je ne t'entends pas, tu vas m'attirer la poisse.

    *rit de bon coeur*

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Souris, mon cher Anatole, tu es filmé!

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

     Perdu!  Je te l'avais dit.

    Divine a une sacrée force dans le bras droit, il me faut le reconnaître.  

    *rit de bon coeur*

    De retour à la maison, je ne manque pas de féliciter mon ange comme il se doit, en bon perdant que je suis.

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII : 

     Anatole, je pense que vous avez oublié votre fille, Vénus, qui joue à cache-cache!  Cela fait une demie heure qu'elle vous attend dans le coffre à jouets.

    Chapitre XXII :

     Je pense que je n'ai pas qu'oublié ma fille.  L'anniversaire de ma soeur, Evaline : Honte à moi!

    *sourire en coin*

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII : 

    Il n'y a pas de gâteau, Evaline choisit donc une part de tarte au citron pour fêter le premier jour de sa crise existentielle.

    Chapitre XXII :

    Ah!  Il me semble que le poisson a mordu à l'hameçon: Ex-cel-lent!

    Chapitre XXII :

    Je rabats le poisson dans mon filet: Emballée, elle est pour ainsi dire pesée.  Mais bien sûr qu'elle peut entrer, je serais tellement ravi de l'avoir à la maison, nous nous croisons tellement que j'ai l'impression de l'avoir toujours connue.  Je lui fais mes yeux de bambi et mon sourire de mécréant.

    Chapitre XXII :

    Mais bien sûr, voyons ... voyons qu'elle peut me faire confiance.   

    Chapitre XXII : 

    *grincement de dents*

    Il faut juste qu'elle ne s'approche ni de mes enfants ni d'aucun matériel électrique.

    Avec plaisir, voyons, elle peut passer la nuit à la maison.  Quelle andouille, cette femme.

    *sourire diabolique* 

    Chapitre XXII : 

     Mais qu'elle est drôle...

    Cela sent quand même un peu le rire forcé, mon cher Anatole.

    C'est compliqué de rire, Gamin, j'ai mal aux joues.

    Allez, tout le monde au dodo, jolie demoiselle comprise, et qu'elle arrête de me regarder comme une vache observe une mouche voleter au-dessus de son museau.

    Chapitre XXII : 

     Par simple mesure de sécurité, je demande à Kyla, ma mère, de veiller sur mes jeunes et ne pas laisser s'approcher cette jeune fille de leur chambre.  Ma mère apprécie mon initiative. 

    Chapitre XXII : 

     Promis, si elle approche, cette Juliette-journaliste, elle lui fera peur et la tiendra éloignée.

    Merci à ma petite maman et à son allure effrayante.

    Chapitre XXII : 

     C'est avec impatience que j'attends le matin, comme un enfant espère le matin de Noël.  Je vais enfin être débarrassé de cette sangsue!

     Aurais-tu chargé Divine d'en finir avec cette journaliste, mon cher Anatole?  

    *rit de bon coeur*

    Mais non, Divine a une force incroyable dans le bras droit mais elle est trop pure pour commettre un acte criminel, enfin!

    Elle explique juste à Juliette qu'il serait de meilleur goût de s'habiller car notre fils, Arnaud, ne va pas tarder et il serait mieux que le petit ne la croise pas en culotte, sous peine d'en être traumatisé pendant toute son adolescence future.

    Chapitre XXII : 

    Ce n'est pas très sympathique de la part de Divine.

    Divine n'est pas sympathique.  Personne ne lui demande d'être sympathique.  Personne ne peut se permettre de demander quoi que ce soit à Divine...  mais ...  chhhhhchhhh...

    Voilà, le moment tant attendu: Le jour où le grand Anatole se débarrasse une fois de plus d'un ennemi!  Voici la conclusion de mon plan, enfin!

    Chapitre XXII : 

    Que Juliette approche, qu'elle se laisse renifler par ma Fidèle parmi les fidèles.

    *sourire diabolique*

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Mon intuition semble confirmée... Regarde, Gamin, ma Fidèle parmi mes fidèles, l'ultime gardienne de mon foyer attire sa proie encore...

    Chapitre XXII :

     Sois vigilant, Gamin, cela va être rapide.

    *grand sourire*

    Et hop...

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

      Gobée..

    Chapitre XXII :

     Et digérée, la malveillante Juliette!

    Il ne reste plus qu'à attendre ma copine, la Faucheuse!

    Chapitre XXII : 

     Oh Yeaaahhhh...

    *sourit de toutes ses dents*

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Que résonne par-delà les murs, les océans, les univers le rire cruel et glacé du grand Anatole Lol!!!  Que personne n'ose sans prendre à la famille du grand Anatole Lol sous peine de périr dans d'atroces souffrances!!!  Anatole Lol est le plus puissant, le plus cruel et ne connaît nulle pitié.  Que le vent emporte ce message, que tous tremblent car oui, le grand Anatole Lol est là et veille!

    Cette pierre tombale est et restera le symbole de la toute puissance du grand Anatole Lol; tout qui foulera sa terre ressentira jusqu'au plus profond de son être l'aura du maître, l'aura de l'irrésistible et tout puissant Anatole Lol!! 

    Chapitre XXII :

     La Faucheuse mangerait bien une petite cuisse de poulet, apparemment, mon cher Anatole.

    Et bien, moi, je dis que ça se gagne une cuisse de poulet.

    C'est-à-dire?

    Je défie la faucheuse en duel.  Le vainqueur gagne la cuisse de poulet.

    Anatole!!

    *rit de bon coeur*

    Je dois faire retomber la pression, Gamin.  Déstresse, c'est un duel à l'"Anatole".  Le perdant ne meurt pas, il hérite du gage de la poule mouillée.

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

     YYyyyeeessss!!! J'ai gagné!!!  La Faucheuse n'aura pas sa cuisse de poulet.  Allez, bye, cot cot cot... poule mouillée...

    *se tord de rire* 

    Chapitre XXII :

    Et plouf, la poule est mouillée!!

    *rit de plus belle*

    Chapitre XXII :

    Quelle magnifique début de journée, je suis tellement détendu que j'en oublierais tout.

    Chapitre XXII :

    Il vaut mieux dès lors, que j'évite de te rappeler, mon cher Anatole, que la prochaine fois que tu verras ta copine la Faucheuse ce sera pour t'enlever...

    Chhhhuuuut, Gamin, s'il te plaît, ne prononce pas son nom.

     

    (à suivre...)

    « Chapitre XXI : Ainsi meurt Anatole Lol... ou pasChapitre XXIII : Ainsi Anatole Lol perd sa moitié »
    Pin It

  • Commentaires

    5
    Mercredi 8 Janvier 2014 à 23:39

    Je ne sais pas, Momoko, s'il y aura encore beaucoup de chapitres..  Tout dépend du tour que va prendre l'histoire.  

    Et reste en suspens la fameuse question : Vais-je aller au-delà d'Anatole?  Franchement, je l'ignore au moment où je te réponds.

    Merci beaucoup d'avoir laissé un petit mot, je suis très heureuse que l'histoire te plaise.

    4
    Mercredi 8 Janvier 2014 à 22:19

    J'adore l'histoire, c'est tellement drôle (plante vache O.o)

    Juste pour savoir l'histoire est bientôt finie ou il y aura encore pleiiiiin d'autre chapitres ? (:

    3
    Lundi 6 Janvier 2014 à 18:00

    Mais qui pourrait rivaliser avec Anatole ? Je me le demande ! Entre ses sbires prêts à séduire sa soeur, son fantôme de mère qui veille sur les petits, sa plante vache qui se charge d'éliminer les gêneurs, et lui-même qui monte tous ses stratagèmes, personne ne lui arrive à la cheville !

    2
    Dimanche 5 Janvier 2014 à 20:21

    Les fantômes s'incrustent x)

    La plante vache! /o/

    Anatole est toujours aussi beau^^"

    (Sinon comme ptitemu, je continue d'adorer^^")

    1
    Dimanche 5 Janvier 2014 à 19:31

    Décidément, j'adore l'histoire. Elle me fait rire aux larmes, et ton texte est excellent. Continue comme ça !

    Pauvre Arnaud ! Son père décidément ne le soutient guère. Faudrait voir s'il se rebelle à l'adolescence...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :