• Destinés, ils étaient tous deux destinés

    10. La fin de l'histoire

     

    C'était un puits maudit, tout le monde le savait.  Pourvu que l'on ait un peu de jugeote, on évitait autant qu'il fut possible d'y passer, de s'y présenter, d'y penser, d'y jeter un coup d’œil même furtif.

    9.

    Pourtant, deux intrépides avaient bravé le danger par quatre fois et s'étaient rendus de leur propre chef, au pied de ce maléfique puits, né de la magie ancestrale de quelques maléfiques sorciers.  Et, tenez-vous bien, accrochez-vous, ces deux inconscients étaient sur le point d'y revenir!

    9.

    En effet, après avoir y trouvé l'amour, Max et Tamara comptaient bien y trouver fortune afin de mener belle vie avec les amoureux respectifs.

     Alors que Max n'en est encore qu'à ébaucher le plan qui le rendra riche, Tamara est déjà au puits.  La jambe légère, le sourire aux lèvres, il ne fait aucun doute pour elle que le puits répondra favorablement à sa demande.  Si elle se retrouve dans la dèche, c'est quand même à cause de ce crétin de trou sans fond.  Quelle idée de lui offrir deux amoureux, à elle, qui n'a, aussi mignonne qu'elle le soit, qu'une toute petite maison, tout à fait inadaptée à trois adultes.   

    9.

    9.

    Allongeant sa foulée, Tamara rit doucement, lance son obole au puits et sereine prononce les mots adéquats:

    "Que me soit donnée la fortune!  Monnaie, monnaie, billets, billets, remplissez mes poches!"

    9.

     Un grondement sourd, titanesque ébranle le puits, de la fumée noire et opaque s'échappe, à la fois, du puits et des orbites de son gardien.

    Tamara sursaute.  Qu'est-ce encore cette diablerie?

    9.

    9.

     Une chaleur brûlante, des flammes entourent Tamara, s'insinuent dans les poches de sa mini jupe et y brûle les quelques billets qu'elles contenaient.

    Tamara a la rage!

    9.

     "Non mais oh, quoi!  Que sont-ce ces manières de chapardeur?!"
      Saleté de puits, ne veut-il point le bonheur de Tamara?

    9.

     Son bonheur?  Son bonheur!  Tamara retrouve le sourire.  Evidemment, l'argent ne fait pas le bonheur, sotte va.  Si les billets ont tous brûlé, les pièces, non, et en souriant béatement, Tamara en jette une au puits.

    "Je veux être heureuse", dit-elle.  
    Quel meilleur vœu pourrait lui apporter tous les bonheurs de la terre?  Aucun, c'est le seul, le seul qu'elle aurait dû dès le départ formuler; c'est évident!  Quelle perte de temps et d'énergie...!

    9.

     Sitôt a-t-elle énoncé son dernier vœu que Tamara se sent soulevée de terre par un souffle surgi de nulle part.  Elle s'élève, chiffe molle, dans les airs à hauteur des yeux et de la bouche du gardien du puits maudit.  Tamara est sous le choc, une multitude de sensations la parcourent toute entière, sa respiration est bloquée, une onde bienfaisante s'insinue en elle, la réchauffe, la tourneboule.  Il n'y a plus de temps, d'âge, d'espace, de lumière, seul compte ce rire qu'elle sent monter depuis les profondeurs de la terre et résonne en elle comme un chant d'enfants innocents et naïfs.  L'expérience est aussi merveilleuse qu'elle est terrifiante. 

    9. 

    9.

    9.

    9.

     Après un long, très long moment, le souffle du puits libère Tamara.  Tamara s’appuie, un moment au muret, tente de retrouver son souffle.

    "La vache!  C'était génial!"

    Oui, c'était tellement génial que Tamara en rit de plaisir. Une joie formidable, extraordinaire l'a envahie toute entière.  Tamara n'arrête plus de rire, tant cela lui fait du bien, tant elle se sent bien.  Et elle rit, elle rit...  Elle est tellement heureuse, tellement! 

    "Merci, le puits, c'était génial!  Je suis tellement heureuse!"

    Et elle rit, elle rit...

    9.

     Tamara rit.  Et Tamara rit et ne voit pas le moment fatidique arriver.  Toute prise par l'hystérie joyeuse dont elle est victime,  la jeune femme s'écroule, raide morte... de rire.

    9.

    9.

    La faucheuse, par l'odeur alléchée de la mort, s'approche à petits pas.  Celle-ci, qui a un brin de jugeote, n'aime point s'approcher du puits au souhait; elle connaît sa réputation et les sorciers et leur magie qui y sont enfermées.  Combien de fois a-t-elle dû résister à leur attrait, à leurs promesses si elle leur livrait les âmes des défunts?  Des centaines, des milliers de fois, oui, oui, oui.  La faucheuse frisonne.  Quand il faut y aller, il faut y aller.

    9. 

    9. 

    Le pacte est clair, net et précis entre les forces du bien et du mal, seules les âmes tombées au pied du puits, derrière le portail de fer forgé blanc appartiennent aux sataniques magiciens qui y sont enfermés.  Celle-ci, celle de Tamara, appartient donc au puits.

    9.

    La faucheuse suit donc le protocole et, sans joie, livre ce qui appartient au puits, au puits.  Pauvre petite âme que voilà, destinée, malgré elle, sans l'avoir jamais su, à  nourrir la magie ancestrale. 

    9.

    Alors que la faucheuse s'en est allée, Max se présente au pied du jardin maudit, là où repose, tranquille et serein, le puits aux souhaits. 
    La jambe légère, le sourire aux lèvres, il ne fait aucun doute pour Max que le puits répondra favorablement à sa demande. Un amour tel que celui qu'il partage avec Saja ne peut qu'émouvoir celui par qui il est advenu.  

    9.

    9. 

    9. 

    Allongeant sa foulée, Max rit doucement, lance son offrande au puits et serein prononce les mots adéquats:

    "Que me soit donnée la fortune!  Monnaie, monnaie, billets, billets, remplissez mes poches!"

    Un grondement sourd, titanesque ébranle le puits, de la fumée noire et opaque s'échappe, à la fois, du puits et des orbites de son gardien.

    Max sursaute.  Qu'est-ce encore cette diablerie?

    9.

    9. 

    9. 

    9. 

    Une chaleur brûlante, des flammes entourent Max, s'insinuent dans les poches de son pantalon et y brûle les quelques billets qu'elles contenaient.

    Max a la rage!

     "Non mais oh, quoi!  Que sont-ce ces manières de chapardeur?!"
      Saleté de puits, ne veut-il point le bonheur de Max?

    9. 

    Son bonheur?  Son bonheur!  Max retrouve le sourire.  Evidemment, l'argent ne fait pas le bonheur, sot va.  Si les billets ont tous brûlé, les pièces, non, et en souriant béatement, Max en jette une au puits.

    "Je veux être heureux", s'écrie-t-il, inspiré.  Quel meilleur vœu pourrait lui apporter tous les bonheurs de la terre?  Aucun, c'est le seul, le seul qu'il aurait dû dès le départ formuler; c'est évident!  Quelle perte de temps et d'énergie...!

    Sitôt a-t-il énoncé son dernier vœu que Max se sent soulevé de terre par un souffle surgi de nulle part.  Il s'élève, chiffe molle, dans les airs à hauteur des yeux et de la bouche du gardien du puits maudit.  Max est sous le choc, une multitude de sensations le parcourent tout entier, sa respiration est bloquée, une onde bienfaisante s'insinue en lui, le réchauffe, le tourneboule.  Il n'y a plus de temps, d'âge, d'espace, de lumière, seul compte ce rire que Max sent monter depuis les profondeurs de la terre et résonne en lui comme un chant d'enfants innocents et naïfs.  L'expérience est aussi merveilleuse qu'elle est terrifiante. 

    9.

    Après un long, très long moment, le souffle du puits libère Max.  Max s'appuie, un moment au muret, tente de retrouver son souffle.

    "La vache!  C'était génial!"

    Oui, c'était tellement génial que Max en rit de plaisir. Une joie formidable, extraordinaire l'a envahi tout entier.  Max n'arrête plus de rire, tant cela lui fait du bien, tant il se sent bien.  Et il rit, il rit...  Il est tellement heureux, tellement! 

    "Merci, le puits, c'était génial!  Je suis tellement heureux!"

    Et il rit, il rit...

    9. 

    Max rit.  Et Max rit et ne voit pas le moment fatidique arriver.  Tout pris par l'hystérie joyeuse dont il est victime,  le jeune homme s'écroule, raide mort... de rire.

    9.

    9. 

    La faucheuse, par l'odeur alléchée de la mort, s'approche, à petits pas, pour la seconde fois ce soir, du puits aux souhaits.  Ses sourcils, sous sa capuche, sont froncés.  Quelle est donc cette activité inhabituelle au jardin maudit?  Il faudra qu'elle en fasse rapport en haut lieu.

    9. 

    En attendant, la faucheuse respecte le pacte qui est clair, net et précis entre les forces du bien et du mal, les âmes tombées au pied du puits, derrière le portail de fer forgé blanc appartiennent aux sataniques magiciens qui y sont enfermés; celle-ci donc, celle de Max, appartient  au puits.

    9.

    9.

    9. 

    La faucheuse suit, droite comme la justice malgré les questions qui se bousculent sous sa caboche, le protocole et, sans joie, livre au puits, ce qui appartient au puits.  Pauvre petite âme que voilà, destinée, malgré elle, sans l'avoir jamais su, à  nourrir la magie ancestrale. 

    9.

     

    ♣♣♣♣ 

    Au matin  

    "Allons, sorcier, un peu de dignité!  Nous savions depuis longtemps que ton fils et mon amie étaient destinés , destinés tous deux, à mourir pour le puits.  Nous les avons guidés jusqu'à leur destination finale; nous n'avons fait qu'accomplir notre mission.  Point.  Ce n'est pas comme si nous avions eu le choix." 

    9.

    "Nous avions le choix, Sorcière, et eux, l'avaient aussi.  
    Mais compte sur moi le jour où tu pleureras sur la tombe de ton mari et celle de tes enfants, parce que telle était ta mission et qu'ils étaient destinés à mourir pour nous, je te répéterai ces mêmes mots et ils ne te seront, comme à moi, d'aucun réconfort parce que tu sauras qu'il n'en est rien et que, oui, tu avais le choix et eux l'avaient aussi."

    Les doigts d'Auguste comme des serres enlacent les épaules fragiles de la jeune femme qui inspire et ferme les paupières.

    9. 

    Amélie vacille, l'aura du vieillard est terriblement forte si proche du puits, attire la sienne et la vide de ses forces.  Encore un peu de patience et la magie sera de retour, Amélie le sent, le pressent.  L'euphorie la saisit.  Elle est son apprentie, si le vieux meurt, elle héritera de sa magie, pourvu que cela arrive avant que le puits ne soit trop puissant et le rende immortel.

    9.

    "Tu te trompes, Sorcière.  J'ai déjà un héritier.  Et celui-là aura le don."

    Amélie observe attentivement Auguste.

    "Saja?" devine-t-elle, simplement.

    9.

    "Saja", acquiesce Auguste qui ne prend pas la peine de préciser que Saja ne sera jamais un problème, tant cette jeune fille est naïve.  Ne pas s'être inquiétée de la façon et de la raison pour lesquelles les ingrédients nécessaires à la préparation de l'ambroisie se retrouvaient comme par miracle dans le frigo du foyer, c'était la preuve indéniable de sa bêtise.  Saja était vraiment la femme parfaite pour Max.  Max, ah Max!  Max aussi bête que Saja.  Max, cet imbécile heureux qui avait couru au puits chercher fortune alors qu'il était de notoriété et vrai qu'il faisait partie des nantis parmi les nantis, quant aux richesse sonnantes et trébuchantes.

    "Demain, à l'aube, Saja saura qu'elle est enceinte de mon fils."

    9.

    "A l'heure où Edgar et Alex mourront."
    "A l'heure où Edgar et Alex mourront", répète le vieillard.

    Puis soupirant et se détournant, Auguste lance:

    "Assez bavardé, Sorcière..."

    Et avec lenteur, douceur et respect, Auguste et Amélie s'agenouillent auprès des tombes de Max et Tamara.

    Ils psalmodient un instant, se récitent l'un à l'autre les hommages et sans hâte, avec émotion, détruisent les tombes.  

    9.

    9.

    9.

     "A bientôt, petite sorcière."
    "Au revoir, Sorcier.  Que les âmes vous prêtent courage et force."
    "Ainsi en soit-il de même pour toi, Sorcière."

    9.

    Un dernier regard échangé entre le maître et l'élève et déjà, le puits peut à nouveau reposer, calme et tranquille, au milieu de son jardin maudit, cet endroit peu fréquentable, ce lieu où volette l'écho des larmes et des lamentations, des grincements de dents et des sanglots longs auxquels se joignent à présent ceux de Tamara et Max.

     

    Fin 

    Pin It

    9 commentaires
  •  

    Destinés, ils étaient tous deux destinés

    9. Le plan parfait

     

    C'était un puits maudit, tout le monde le savait.  Pourvu que l'on ait un peu de jugeote, on évitait autant qu'il fut possible d'y passer ou pire de s'y présenter.

    9.

    Pourtant, deux intrépides, deux aventuriers de l'amour facile avaient bravé le danger par quatre fois et s'étaient rendus de leur propre chef, au pied de ce maléfique puits, né de la magie ancestrale de quelques filous sorciers.

    9.

    Max y avait rencontré Saja, un fantôme tendre, attentionné, passionné et gourmand que le puits lui avait désigné comme étant son âme sœur; ce qui n'allait pas sans lui causer quelque souci.  En effet, comment présenter sa belle, un fantôme ne l'oublions pas, au pater familias, sans risquer que ce dernier y laisse son dernier souffle?  Vraiment le choc serait trop violent pour le cœur fatigué d'Auguste,  Max devait absolument trouver une solution.

    9. 

    Quant à Tamara, petite chanceuse devant l'éternel, elle avait hérité de deux amoureux, Alex et Edgar - un peu fatigués certes - mais très épris d'elle et qui, dans la foulée - notre pauvre Alex, avec son arthrite n'aurait pu supporter une seconde nuit à la belle étoile, c'était évident -, avaient emménagé chez elle; ce qui n'allait pas sans lui causer quelque souci.  En effet, sa maison si mignonne était bien trop petite et peu commode pour trois personnes dont deux avaient une vessie que le temps avait rendu défaillante.  Tamara devait absolument trouver une solution. 

    9.

     Oui, Tamara doit trouver une solution, d'autant plus qu'elle s'inquiète pour ces nouveaux amis.  Des nuits passées, à tour de rôle sur un divan, ne peuvent que briser leurs carcasses déjà bien entamées par le temps.

    "Nous allons déménager", leur annonce-t-elle.  Il vous faut au moins un lit chacun, une chambre où vous puissiez vous sentir à votre aise.  Ma maison, toute mignonne qu'elle soit, est bien trop petite pour nous trois."

    9.

    "Ma petite, tu es charmante.  Mais ton compte en banque est aussi à sec qu'une rivière en plein désert.  Comment trouveras-tu l'argent?  C'est qu'une maison plus grande, cela coûte, ne le sais-tu pas?  Et les simflouzes, ça ne se trouve pas sous les sabots d'un cheval."
    "Et cela ne pousse pas sur les arbres non plus, n'est-ce pas, Edgar?"

    "Tout à fait, mon cher Alex."

    9.

    9.

    Tamara leur sourit.

    "Ne vous inquiétez pas pour ça.  Je vais me débrouiller."

    9.

     Sans plus tarder, Tamara se rend là où l'argent coule à flot.  Amélie, bien sûr, son amie de toujours, ne sera pas contrariée à l'idée de lui consentir un prêt d'environ cinquante mille simflouzes; elle en est sûre. 

    9.

    "Regarde", lui dit-elle, c'est cette jolie maison qui ferait mon bonheur.  Il n'y a que deux chambres, mais mes deux amis y seront bien mieux et là, je pourrais aménager une seconde salle d'eau, tu vois."

    9.

    9.

    "Ecoute, Tamara, j'aurais été ravie de t'aider, mais nous venons justement de prêter de l'argent à Julien et..."
    "Oh!..."
    "Puis franchement, Tamara, tu ne vas quand même pas t'endetter pour deux clochards que tu as ramassés dans la rue et que tu ne connaissais pas il y a trois jours!"

    9.

    "Non, évidemment non..."

    9.

    Et déjà l'idée surgit, s'insinue, refait surface, un appel sourd vrombit du fond de son inconscient: aller au puits, une dernière fois, souhaiter la richesse, l'obtenir et vivre confortablement avec Edgar et Alex.  C'est le plan parfait.

    9.

    Tamara salue tout le monde et prend le chemin du jardin maudit, pour la dernière fois.  Promis, c'est dit, dit c'est dit, cette fois, c'est la der des der.

     Du côté de chez Max, Saja n'a pas fermé l'oeil de la nuit.

    Elle s'est levée, ce matin dès qu'elle a entendu Auguste sortir.

    D'hier, c'est un goût de cendres qui lui reste dans la bouche.  Saja s'en veut, la veille, près du puits, elle a perdu son sang froid et failli entraîner Max de l'autre côté.  Or, Saja aime Max et Saja veut continuer à aimer Max.  Bien sûr, elle le conçoit, c'est difficile à croire après à peine deux jours passés aux côtés du jeune homme, mais cette certitude est la sienne que la fragilité qu'elle lit au fond de son regard l'a ensorcelée.

    9.

    Saja se sent prête à trahir, mentir pour Max.  Et elle a bien réfléchi, c'est ce qu'elle fait à cet instant précis.  L'amour a ses raisons et Saja a décidé que Max valait tous les risques.  Et peu lui importe la colère des âmes emprisonnées ou des sorciers maléfiques - ceux-ci sont d'ailleurs encore si faibles.  Il est temps encore, pour Saja, de profiter de leur faiblesse et de recouvrer sa liberté et sa vie.

    9.

    9.

    9.

    "Saja, que fais-tu ici?  Et si mon père arrivait?  Veux-tu donc sa mort?"
    "Je réalise ton vœu, Max-i-loulou.  J'ai préparé de l'ambroisie."

    9.

    9.

    L'ambroisie, souvenons-nous-en, est ce plat très particulier sensé rendre vie au fantôme, qui demande non seulement des compétences élevées en cuisines, mais également des ingrédients très particuliers comme le poisson scalaire.

    "De l'ambroisie?  Tu sais cuisiner l'ambroisie?"
    "Bien sûr."
    "Mais pourquoi ne me l'as-tu pas dit?"
    "Je ne te l'ai pas dit parce que tu  ne me l'as pas demandé."

    9.

    "C'est merveilleux, tu es merveilleuse, Saja."

    9.

    9.

    C'est vrai, Saja est merveilleuse, puis belle et si parfaite.  Le cœur de Max s'emballe.  Que se passera-t-il si Saja devient humaine, l'aimera-t-elle toujours?  Se souviendra-t-elle de sa vie passée?  Voudra-t-elle retourner sur les pas de son temps d'avant?  A-t-elle un enfant quelque part?  Des parents?  Un aimé?

    Max est inquiet et pourtant, il laisse Saja dévorer l'ambroisie, le sang battant à ses tempes comme tambours à la guerre.

    9.

    9.

    9.

    9.

    Le miracle se produit.  Saja se matérialise, renaît à la vie.  Elle est encore plus belle, Max n'en croit pas ses yeux, sa peau est douce et chaude, ses lèvres attirantes comme un bol de lait pour un chaton assoiffé.

    9.

    9.

    9.

    9.

    9.

    9. 

    9.

     L'instant est venu, l'instant est là pour Max, l'heure de réaliser le rêve d'Auguste et lui annoncer qu'il a trouvé la femme de sa vie et qu'il l'aime éperdument.

    9. 

    9.

    9.

    9.

    9.

    "Papa, je te présente Saja", rit Max, fier de lui comme un gosse qui vient de dénicher une grenouille-fleur tourbillon.

    9.

    "Oh fils, c'est merveilleux!  Nous allons organiser un grand mariage.  Cela sera fastueux, merveilleux, clinquant.... mais qu'il me tarde de découvrir mes petits-enfants!  Que le ciel et les enfers soient remerciés, je pourrai alors mourir l'âme en paix.  Dans quelle profession vas-tu t'engager afin de couvrir d'ors et de bijoux ta belle, mon fils?"
    "Je n'ai pas besoin d'ors et de bijoux, Monsieur", panique Saja, un rien abasourdie par la situation qui lui échappe complètement.
    "Tutututtt...  Alors, Max?"

    9.

    Max, heureux quelques secondes plus tôt, sent la terre se dérober sous ses pieds bien qu'il tente de garder la tête haute.  Aimer, ça coûte en simflouzes et en sueur, apparemment.  Max n'avait pas envisagé l'affaire sous cet angle et cette perspective ne l'attire point, lui qui aime buller et paresser.

    9.

    Et déjà l'idée surgit, s'insinue, refait surface, un appel sourd vrombit du fond de son inconscient: aller au puits, une dernière fois, souhaiter la richesse, l'obtenir et vivre confortablement avec Saja, en attendant que vienne l'envie d'enfant.  C'est le plan parfait.

    9.

     

     

     

    Pin It

    6 commentaires
  • Destinés, ils étaient tous deux destinés

    8.  Ne jamais dire "jamais"

     

    Cette journée qui s'annonçait pour Tamara devait être une journée de loisirs et de plaisirs exclusivement.  
    En effet, Tamara avait pris sa décision: elle renonçait, explicitement à l'amour et elle n'ira plus au puits aux souhaits.  Elle fera mille détours comme les autres afin de l'éviter, elle ira au bon lui semble (non pas au puits à souhaits, tais-toi, petit génie du mal), sport, détente au spa, manif' l'après-midi et le soir, elle ira danser en boîte, si l'envie lui prend.  C'est une belle vie de célibataire, libre et heureuse de vivre qui se (re)présente à Tamara et elle n'a pas l'intention d'y renoncer pour futile raison.  Ce n'est pas comme ce malheureux Max.  Max, à qui elle pense ce matin, c'est bien "Max" que la fantôme l'a appelé, non, près du puits? -  Le puits? Quel puits?  Oublie le puits, Tamara!  Saleté de puits, va.  Pourquoi a-t-il répondu à Max et pas elle?  Même un fantôme, c'est toujours mieux que rien, non?  Euh non.  Enfin si, mais non.  Bien sûr que non.
      

    Destinés 8 

    Bien sûr que non, n'est-ce pas?   

    Cette journée qui s'annonçait pour Max devait être une journée de loisirs, de plaisirs; même si ce matin, Max s'est réveillé tout courbaturé de sa nuit.  

    Destinés 8

    Quelle nuit!  

    Destinés 8

    Au matin, du feu ne restait que des cendres, mais ici, depuis l'arrivée de Saja, les cendres sont braises et d'un souffle, d'un seul, le désir se rallume en pétaradant.  Quelle vie de prince que voilà, au point que Max en oublie son père, sa quête sur la connaissance de lui-même et même le tournoi de jeu video - qui l'eut cru? - auquel il devait participer ce matin.  Saja lui fait tourner la tête... Saja c'est son manège à lui... toujours à la fête quand il est dans ses bras... 

    Destinés 8

    Destinés 8

    Destinés 8

    Oui, décidément pour Max et Tamara, cette journée devait être une journée de détente et de plaisir.

     Alors pourquoi?  Comment? Pourquoi et comment, à quelques heures d'intervalle, Max et Tamara se retrouvent-ils encore auprès de ce satané puits?  

    Destinés 8

    Destinés 8

    A cette question, une seule réponse: la faim.  Non, ils n'ont pas décidé d'aller demander un panier de fruits au puits.  Voyons, un peu de sérieux...!

    Non, c'est parce que Tamara a eu faim après avoir déclamé avec force ses convictions qu'elle a rencontré par le plus subtil des hasards Laurence; la fameuse Laurence qui avait, rappelez-vous, trouvé chaussure à son pied au grand dam de Tamara. 

     "Oh Tam!  Je pensais bien que c'était toi qui déclamais devant des chaises vides.  J'ai failli ne pas te reconnaître, tu as grossi, non?... Dis, Tamara, tu n'as pas encore répondu à mon invitation pour le mariage, mais je suppose que tu viendras seule, comme toujours, n'est-ce pas, Tam'?"

    Destinés 8

    Destinés 8

    Destinés 8

    Destinés 8

     Quelle peste, cette Laurence. 

    Et c'est parce que Saja a eu faim que Max a réalisé qu'il se retrouvait face à un sacré problème. 

     "J'ai faim, mon Max-i-loulou."

    Destinés 8

    Max se fige.  Les fantômes, ça mange?

    "Euh non, tu  n'as pas faim."
    "Ah si, je t'assure.  Si on descendait à la cuisine?"
    "Ah non, non, non, mon père doit y être."

    Je vous rassure, ce ne serait pas la première fois que Max descendrait à la cuisine avec une amante.  Ce n'est pas son père qui en ferait tout une fromage.  Mais là, c'est différent.  Saja n'est pas qu'une amante, c'est surtout un fantôme.  Et bizarrement, Max ne se voit pas présenter Saja à son père :

    "Papa, je te présente Saja, mon amour né mort .  T'es content, hein, dis?"

    Le pauvre homme, s'il ne meurt pas dans la minute, c'est qu'il est immortel.

    "Attends-moi là, je vais te chercher quelque chose à la cuisine."
    "T'as honte de moi, Max-i-loulou?" boude Saja.

    Max soupire.  Ça y est, ça commence.  Alors même avec un fantôme, ce genre de simagrée ça existe aussi?!  C'est dommage, c'est nul, c'est tellement décevant.
    "Non, je n'ai pas honte de toi, Saja.  Mais si je dois te présenter à mon père, il faudrait que tu aies forme humaine et..."
    "Et?"

    "Et tu seras une femme comme les autres."
    "Et ça te pose souci?" 

    Evidemment que ça pose souci à Max et même que ça le fait flipper; mais comment dire ça à Saja?

    Destinés 8

    Destinés 8

     Alors, il lui dit doucement, une lame de rasoir dans le fond du gosier.

    "Bien sûr que non, ça ne me pose pas de problème."
    "Ah et bien tant mieux!  Alors, comment on fait pour me donner forme humaine?"

    Comment donner forme humaine à un fantôme?  Voilà qui est une très bonne question.  Et si tu te poses une question, google est ton ami, Max le sait.  

    Destinés 8 

     Alors que Max abandonne les plaisirs de la chair, tout à sa question sur google à résoudre; Tamara, elle, a décidé de ne pas se laisser miner le moral par cette rencontre fortuite avec cette peste de Laurence.  Mais c'est à croire que quand ça ne veut pas, ça ne veut pas.

    Elle essaye pourtant... Dessiner une petite fresque, ça aide toujours à se vider la tête.  Hélas, les passants n'ont pas le même vision qu'elle de l'art.

    "Et donc, vous prônez le retour à la terre et vous polluez l'espace avec vos aérosols, mademoiselle.  C'est malin, tiens."
    "Gnagnagna..."
    "Puis vous avez de merveilleux arguments, dites donc.  C'est votre mari qui ne doit pas s'embêter avec une femme qui a tant de répartie."

    Destinés 8

    Tamara essaye encore: un petite massage aux pierres chaudes, ça vous remet une femme d'aplomb.

    "C'est Monsieur qui va être content de vous retrouver toute décontractée, c'est que vous étiez bien stressée, dites donc."

    Destinés 8 

    Destinés 8

     En ce qui concerne Tamara, je pourrais encore vous parler de cet ami qu'elle a croisé cet après-midi, juste devant la croissanterie.

    "Hé c'est toi, Tam!  Quelle surprise!  Tu es seule, évidemment."
    "Oh ça va, Julien.  Tu la mets en veilleuse ou on parle de ce qui fâche."

    Destinés 8

     Ça, c'était vraiment méchant et je dirais, si j'osais, "petit", mais ce serait de mauvais goût, vraiment.

    Bref, c'est donc bien la faim - et la pression sociale aussi, c'est vrai, qui ne tolère pas qu'une jeune femme puisse s'épanouir sans amour - qui mène Tamara au puits en cette fin de journée aussi fastidieuse qu'elle paraissait devoir être agréable ce matin même.

    "Allèèèèèèèz, un dernier essai!" s'encourage Tamara, "Vraiment, un dernier essai, histoire d'avoir l'âme en paix et la certitude d'avoir vraiment fait le max."

    Destinés 8 

    En parlant de max, Max, lui, finit par venir s'installer auprès de sa belle qui ronfle comme un bucheron, derrière lui depuis des heures alors qu'il trime comme un damné sur son ordinateur.

    "Oh, Saja!  Si je te dérange, ou si ce que je fais t'ennuie, tu le dis."

    Destinés 8

    Destinés 8

     "Max-i-loulou, pardon, je dormais."
    "Ouiais, vu le bruit, ça ne faisait aucun doute que tu dormais.  Bon, ça t'intéresse ou non?"
    "Bien sûr."
    "Je préfère ne pas te mentir, Saja.  C'est le fiasco, la loose!"
    "La loose?"

    Destinés 8

    Destinés 8

    "Ouiep: la loose!  Vous, les fantômes, vous n'avez pas de costume pour vous déguiser comme les extra-terrestres et pas de forme humaine qui correspondrait à la forme claire du vampire."
    "Bah oui, je te l'avais dit, mon max-i-loulou." 
    "Oh ça va, il valait mieux que je vérifie avant de me donner du mal."
    "Ah ça, c'est sûr.  Ce n'est pas ton style de te fatiguer pour rien."
    "C'est un reproche?"
    "Pas du tout."

    Destinés 8

    "J'ai quand même trouvé quelque chose.  L'ambroisie!"
    "L'ambroisie?"
    "Oui, un fantôme peut revenir à la vie s'il mange de l'ambroisie."
    "Oh Max, c'est super."
    "Ne t'emballe pas, Saja.  Je n'ai ni les compétences ni les ingrédients pour fabriquer de l'ambroisie."

    Puis surtout, Max ne se voit pas passer toutes ses journées à cuisiner, à pêcher, à jardiner, tout ça pour fabriquer de l'ambroisie qui changera Saja en femme et qui définitivement mettra un terme à leur idylle parce que bon, ne nous voilons pas la face, toutes les histoires d'amour finissent mal en général et il l'étonnerait que se donner autant de mal y change quelque chose; les probabilités parlent pour lui!

    "Pourquoi tu me regardes comme ça, mon Max-i-loulou?"

    Destinés 8

     "J'ai peur que toi et moi, nous ne nous aimions plus si tu deviens une femme."
    "Sot, va!  Le puits m'a désignée.  Je t'aimerai toujours, Max.  Je suis ton âme sœur."

    Le puits?  Le puits, mais c'est bien sûr.  Tout à sa joie, Max embrasse Saja.

    Destinés 8

     "Allons au puits, Saja.  Demandons-lui de te rendre la vie.  C'est le plus simple."
    "Au puits?  Tu es sûr?"
    "Bien sûr, c'est évident.  Fais-moi confiance.  Tu as confiance en moi, Saja?"
    "Oui, bien sûr."

    Destinés 8

    Et voilà, comment Max et Saja se sont retrouvés au puits, quelques instants seulement après Tamara.

    Destinés 8 

    Mais que s'est-il donc passé au puits pour Tamara?  Hé hé!  Une obole lancée au puits plus tard...

    Destinés 8

     "Que me soit donné l'amour en chair et en os."

    Tamara se précipite à mieux formuler son vœu:

    "Surtout pas un fantôme... je ne veux pas un fantôme!  Que les choses soient claires! Pas de fantôme!" 

    A cet instant, un grognement monte du plus profond du trou sans fond, encaqué dans un bien miséreux petit mur de briques.  Comme si le puits répondait à Tamara, la fumée devient étincelante, rouge comme un soleil d'été, plus aveuglant que dix feux rugissants.

    Destinés 8

    Destinés 8

    Destinés 8

    Destinés 8

    Destinés 8

    Et plop...  aux côtés de Tamara bondit un vieil homme.  Ce n'est pas là un vieil homme habituel.  Non, c'est un vieil homme qui à la fois fait, c'est dingue, battre le cœur de Tamara d'un amour infini mêlé à une haine rageuse.  Tamara est aimée de son pire ennemi.  Quel bouffon, ce puits!

    Destinés 8

    Destinés 8

    "Oh le ciel est tellement beau, ce soir.  Je crevais, moi, dans le fond.  Il était temps que tu me sortes de là, Tamara...   J'ai failli attendre, dis donc.  Tu attendais quoi au juste.  T'es vraiment une sacrée empotée!"

    Destinés 8

     Souriant, le vieil homme se penche vers Tamara et prononce la parole consacrée:

    "Je suis Alex.  Tamara, je te veux, prends-moi."

    Mais Tamara n'est pas chaude comme la braise, là.  Elle hésite.

    "Et pas si vite, gamin!  Je ne veux bien croire que ça fait un certain temps que vous êtes là-dedans:  'n'êtes plus tout jeune, hein.  Mais vous me parlez mal, là,  puis vous êtes agressif, et, en plus - cerise sur le gâteau! -  vous avez le cheveu gras!"
    "Le cheveu gras? Meuh non puis ça se lave, un cheveu.  Puis, tu t'es regardée, toi, avec ta coupe de caniche!  
    Allez, ne fais pas ta chienne, je te veux, prends-moi, Tamara!"
    "Vous allez vous en prendre cinq, vous, monsieur Alex, je vous préviens.  Personne ne s'en prend à mes cheveux qui sont toujours soyeux, d'abord, je vous ferais savoir."

    Destinés 8

    "Saja a eu plus de chance, elle, hier.  Ton ami n'a pas fait tant d'histoires", bougonne Alex.
    "D'abord, ce n'est pas mon ami."
    "A tant mieux, je n'aurais pas aimé que tu fréquentes ce gringalet."
    "Déjà, je fréquente qui je veux, ok?!  Puis bon, revenons à nos moutons, je disais: je ne suis pas comme ce  gars d'hier; -ok! - moi, je réfléchis avec ma tête."

    Et paf, sitôt réfléchi, Tamara balance une nouvelle pièce dans le puits.  En effet, apparemment, elle a le droit de rejouer, ce soir, et il n'est pas question qu'elle laisse passer sa chance de tirer le jackpot.

    Destinés 8

    Destinés 8

    Destinés 8

    Destinés 8

     Et bien voilà, ça s'améliore.  Le nouveau prétendant de Tamara n'a pas les cheveux gras, lui, il n'en a plus.  Tamara en est soulagée et d'autant plus qu'à part une tendresse immense elle ne ressent pour celui-ci aucune haine.  Ouf vraiment!  Elle n'aurait su que faire de deux ennemis à aimer

    Je vous imagine d'ici, ricaner que c'est soirée senior, ici.  Et bien non, point du tout; le puits a juste compris que l'amour toujours avec Tamara ne peut durer si longtemps, et c'est ce qu'elle comprend d'un regard en jugeant à la louche l'âge des ces prétendants: aux alentours des quatre-vingts ans, oui, ça doit être ça.

    "Je te veux, me prends-tu, Tamara?" demande le vieil homme à Tamara, en chuchotant. "Je suis Edgard", ajoute-t-il.

    Destinés 8

     "Est-ce que tu serais très triste, Edgar, si je préférais réserver ma réponse à plus tard?"

    Destinés 8

     Edgar rigole.

    "Ah mais non, j'aperçois un engin à grillade, je vais en profiter pour me faire rôtir quelques saucisses."

    Destinés 8

    Ah!  C'est une bonne nature, ce Edgar.  En voilà une bonne nouvelle!

    Tamara est sur le point de rentrer chez elle.  Tant d'amour d'un coup, ça épuise mais Edgar abandonne ses saucisses pour lui courir après.

    "Pardon, Tamara.  Je ne voudrais pas déranger mais si tu rentres, je voudrais rentrer avec toi, je n'ai pas de toit, vois-tu, sur cette terre, je viens du puits et je n'ai pas d'autre point de chute."
    "Pas de problème, Edgar, tu es le bienvenue."

    Destinés 8 

    Destinés 8

     "Et toi, schtroumph grognon, tu as un champignon, où crécher, ce soir?"
    "Je ne suis pas un schtroumph grognon, il y a juste que toi et moi on s'aime autant qu'on se hait.  Je suis tenu à un minimum de méchanceté, je dois être cohérent avec mon statut d'ennemi, tu vois."
    "Oui, bien sûr, pardon, je ne voulais pas te faire de peine, Alex.  Tu es le bienvenu chez moi, toi aussi, c'est ça que je voulais dire."

    Destinés 8 

    "Oh, ça, c'est vraiment gentil; mais non, je préfère dormir à la belle étoile, ce soir, si ça ne t'ennuie pas.  Je te déteste encore trop pour supporter de partager ta couche."
    "Wow!  C'était mon divan que je proposais, hein."
    "Ton divan non plus, merci."
    "Ok, à plus alors, Alex."
    "A plus, Tamara mon ennemie adorée que j'aime."

    Destinés 8

    Destinés 8

    C'est ainsi donc que Tamara est rentrée chez elle, accompagnée cette fois d'un homme, qui l'aime et qui a envie de partager son toit; ça change, ça fait du bien, ça ennivre!

    Destinés 8

    Destinés 8

     Revenons à Max qui s'est présenté lui aussi au puits, cette nuit, accompagné de Saja.  Après un dernier câlin pour la route, Max n'ignore pas que ce merveilleux puits qui lui donna l'amour est aussi un puits maudit, il encourage Saja.

    "Vas-y, mon amour.  C'est toi qui dois faire le vœu."

    Destinés 8 

    Destinés 8

    Destinés 8 

    Max se détourne, il préfère ne pas regarder, prêt à déguerpir en cas de malheur.  Saja, elle, prend une inspiration de fantôme et s'en remet à son créateur.

    "Oh puits, grand puits, oh âmes ancestrales de si merveilleux magiciens, tous unis dans une même magie, offrez-moi forme humaine.  Que mon amoureux soit exaucé."

    Destinés 8

    Destinés 8 

    Destinés 8

    Destinés 8 

    Mais les âmes ancestrales de si merveilleux magiciens, tous unis dans une même magie, après avoir irradié et caressé le corps doux et souple de Saja restent silencieux à la demande.  C'est un flop magistral.

    "Je suis désolée, Max."
    "Ce n'est rien, nous reviendrons demain, Saja."
    "Je ne sais pas... Il y aurait peut-être une autre solution."

    Max fronce un peu les sourcils.  Le ton de voix de Saja est si doux, une caresse.  Il a déjà envie de répondre oui, de se jeter à ses pieds et de s'en remettre à elle, aveuglément.  Elle est si belle, si parfaite.

    Destinés 8 

    Destinés 8 

    Max bégaie, chuchote, tente de se racler la gorge:

    "L'ambroisie, oui, je sais, Saja."

    Mais Saja secoue la tête.

    "Non, une autre solution.  Rejoins-moi de l'autre côté, Max.  Viens, là où nous mène ta quête.  Que la mort nous unisse plus sûrement que ne le pourra jamais la vie."

    Destinés 8 

    Max frissonne.

    "Mourir, devenir un fantôme?  Euh, Saja, on verra demain, d'accord?  Demain, si nous ne sommes pas exaucés, on en reparlera."

    Saja, à ces mots, reste figée un moment, un très long moment. 

    Destinés 8 

    Ensuite, avec grâce, elle se tourne vers Max, lui sourit tendrement, presque tristement, avant de se saisir de sa main et de poser ses lèvres douces comme du satin sur la main du jeune homme.

    "Demain?  Demain!  Ainsi soit-il, Max." 

    Destinés 8

     

     

    Pin It

    6 commentaires
  • Destinés, ils étaient tous deux destinés

    7. Où tu vas, je vais

     

    Hier soir, nous avons laissé Max, débarrassé de sa promesse de trouver chaussure à son pied dans les plus brefs délais et le trouvions ce matin, tout guilleret, à l'aise dans ses baskets, parcourant les chemins, le cœur léger, rêvant déjà au tournoi de jeu vidéo auquel il s'inscrira l'après-midi même.

    Destinés 7

    Destinés 7

    Destinés 7

    Hier soir, nous avons abandonné Tamara, abattue, à ses spiritueux, sensés lui faire oublier son ego, son amour-propre avec les compliments et la bénédiction de son amie Amélie. 
     Ce matin, c'est libérée - oui - que Tamara a glissé ses petits pieds dans ses baskets et qu'elle s'amuse comme une folle, rêvant déjà au discours qu'elle s'époumonera à mener à bien cet après-midi. 

    Destinés 7 

    Destinés 7

    "Alors pourquoi?  Pourquoi?", vous demandez-vous, "en cette fin d'après-midi, Tamara et Max se trouvent-ils au pied de ce grand escalier de marbre?  Quelle diablerie est-ce là?"  

    Destinés 7

    Diablerie?  Diablerie, c'est bien le mot qu'il convient d'utiliser.  Inexorablement, tout le jour, celui-ci s'étirant jusqu'à cette heure, comme reliés à un fil d'ariane ceignant leur taille, ils se sont senti tirés et attirés  par les douces effluves du jardin maudit dans lequel repose, calme et serein, le puits aux souhaits.  C'est sans même réfléchir que tous deux montent les marches et suivent le chemin.

    Destinés 7 

    Destinés 7

    Destinés 7

    Destinés 7

    Destinés 7

    Le puits sent-il que c'est libres de promesse ou de fausse raison que nos aventuriers de l'amour facile se présentent à lui?

    Tamara est la première à s'essayer à son vœu.

    "Que l'amour me soit donné en chair et en os."

    Destinés 7

     Cette fois, point de lumière orangée, glacée, de frissons de dégoût, de sentiments étranges chargés de détresse et de chagrin n'enlacent Tamara.  

    Destinés 7

     Le sourire qu'échange Tamara avec Max, au moment de céder sa place est franc et sincère, elle est soulagée de ne plus sentir peser sur ses épaules la malédiction du puits, celle qui lui chuchotait depuis deux jours qu'elle n'était pas digne d'être aimée.  

    Destinés 7

     Lorsque Max s'approche du puits, qu'il lance son offrande, rien ne se passe comme d'habitude, un frisson obscur le bouscule.  Tamara en reste tétanisée.  C'est une fumée noire et glacée qui surgit, s'enroule autour de Max et l'entoure tout entier.

    Destinés 7

    Destinés 7

    Le corps de Max se tord, une douleur inimaginable enroule ses entrailles.

    "Adieu", dit-il, se précipitant vers Tamara, prenant sa main, regrettant de ne même pas connaître son nom au moment de son trépas.  "Ne restez pas là, mademoiselle.  Fuyez."

    Destinés 7

    Alors que Tamara est sur le point d'obéir, de prendre ses jambes à son cou et ses pieds dans ses mains... des phalanges apparaissent à travers la fumée obscure, froide, ténébreuse venant du puits.

    Destinés 7

     C'est Tamara, à présent, qui a envie de hurler:

    "Fuyez, malheureux, fuyez!"

    Mais les mots ne sortent pas de sa gorge en feu, et Max, comme irrésistiblement attiré, s'approche de la femme fantôme, qui oui, du nuage étrange, glacé, douloureux, noir, a surgi du puits, destinée, c'est sûr, à aimer le jeune homme.

    "Max, je suis Saja."

    Sa voix est sucre et miel, un frisson parcourt le jeune homme de la tête aux pieds.

    "Saja", répète-t-il, et sa voix, à lui aussi, est sucre et miel.

    Destinés 7

    Destinés 7

     "Non, malédiction!" veut encore crier Tamara, le trouillomètre à dix mille.  D'ailleurs, ne le crie-t-elle mais que peuvent les mots d'une pauvrette aux oreilles d'un malheureux ensorcelé devenu sourd à la raison?

    Max, lui, est en transe.  Il comprend, la science fuse en lui.  Il n'a jamais cru à l'amour, seul un amour né mort pouvait lui être offert.  Du bout des doigts, il touche, caresse cet amour défunt qui fait battre son cœur jusqu'à la rupture.

    Destinés 7

    "Je te veux, Max.  Prends-moi."
    Un sourire doux, tendre, émerveillé répond à Saja.  Les bras de Max s'ouvre, Saja s'y blottit.
     

    Destinés 7

    Destinés 7

     Comme un fantôme, qu'elle est, Saja disparaît alors.  Tamara bondit:

    "Mais que faites-vous là?  Bon sang!  C'est un fantôme!  Un fantôme, malheureux!  Elle est morte. Morte, mon ami.  Vous avez accepté un fantôme pour amour.  Avez-vous perdu la tête?"
    Max ne répond rien, Tamara tente de retrouver son calme:

    "Bon, bon, voilà, je me calme, je respire."

    Destinés 7

    Destinés 7

    Et là, Max a cette parole terrible, un rien moqueuse qui transperce le poitrail de Tamara.

    "Il ne faut pas être jalouse, Mademoiselle, vous aussi, vous trouverez l'amour, un jour."
    "Pardon?"

    Destinés 7

    Mais il n'y aura aucun pardon.  Max s'en va, sifflotant et Tamara n'a plus qu'à rentrer chez elle, l'âme plus en peine que jamais.

    Destinés 7

     Et tandis que Tamara remplit son journal de lamentations, Max, lui, écoute sa belle, la gorge serrée, des papillons de velours voletant et se cognant à la paroi de sa poitrine fébrile.

    Destinés 7

    "Comment je t'ai trouvé?  Je te suis, où tu vas, je vais.
    Comment je t'ai trouvé? Où tu es, je suis déjà.

    Je te suis fidèle comme ton ombre jusqu'à destination."

    Jusqu'à destination?  Quelle destination?  Mais Max, envoûté, ensorcelé, abruti, charmé ne relève pas.
    "Saja...que tu es belle."
    "Embrasse-moi, Max.
    "

    Destinés 7

    Destinés 7

    Pin It

    9 commentaires
  • Destinés, ils étaient tous deux destinés 

    6. Libérés, délivrés

     

    Il est une terrifiante différence entre ne pas souhaiter s'engager dans une relation vouée à l'échec, puis savoir que vous n'êtes pas aimable, que même un trou sans fond préfère annihiler tous vos espoirs.  Après la colère ne reste que le désespoir, la solitude, la certitude de ne pas peser plus lourd qu'une feuille morte au milieu de l'automne.  Voilà le triste constat auquel aboutit Tamara ce soir.

    En effet,  mue par son orgueil démesuré et son ego de colosse, Tamara est retournée au puits jeter ses économies, bravant ainsi les recommandations des braves gens, et ce soir encore, alors qu'elle était seule, le puits l'a rejetée et lui a refusé l'amour en chair en os; pire, lui a répété qu'elle ne méritait pas cet amour.

    Destinés 6

    Destinés 6

    Destinés 6

    Destinés 6

    Destinés 6

    Destinés 6

     Enfer et damnation!  Perdant toute dignité, Tamara a contacté Amélie, celle par qui la tragédie est venue.  Il est temps d'avouer sa défaite et retrouver sa liberté.  Rompre une "promesse", tirer un trait sur sa fanfaronnade lui semble la seule idée qui vaille.

    Bien sûr, Amélie n'a pas hésité une seconde à laisser mari et enfants pour la soirée et a répondu présente à l'appel à l'aide d'une  Tamara suppliante.

    "S'il te plaît, Amé.  J'ai besoin de te parler, seule à seule.

    Destinés 6

    Quittant les bras d'Aitor, son mari, pour ceux de Tamara, elle a souri:

     "Alors?  Raconte, Tamara."

    Destinés 6

    "Merci d'être venue, Amé."
    "Que se passe-t-il?  Tu as l'air si triste."

    "Bof, je ne sais pôs", ment Tamara.

    Destinés 6

    Amélie tente de rire.

    "Tu me fais venir le soir, en pleine semaine, et tu ne sais pas pourquoi!  Tu n'es pas enceinte, quand même?" s'étrangle presque Amélie.  

    Tamara renifle:
    "Ça ne risque pas.  Tu sais bien, je suis le genre de fille qui ne peut pas tenir la main d'un garçon plus de dix minutes sans qu'il y ait une embrouille; alors tu penses bien...  enceinte... pffiou"
    "Oh non, ne me dis pas que c'est ça.  Je suis désolée si je t'ai blessée, Tam'.  Je ne pensais pas ce que je disais.  J'étais de mauvais poil, l'autre soir."
    Tamara est contrite en plus d'être mal à l'aise surtout lorsque Tamara répond:
    "Oui et bien tu n'avais pas tort... Non, mais regarde-moi, je suis incapable de me trouver un gars qui tombe amoureux de moi.  Même Laurence y arrive; mais moi, rien, que dalle, toujours à chercher l'embrouille."

    "Tam', Tam', Tam'... arrête-euh." 

    Destinés 6

    "Ouiais, t'as raison, Amélie!  Tu avais raison pour tout.  Il vaut mieux que je laisse tomber.  Voilà, c'est pour ça que je voulais te voir. Je laisse tomber."
    "Tam', tu l'as toujours dit, que tu n'as pas besoin de mec pour être heureuse.  Tu profites, tu butines, tu t'amuses.  C'est toi qui as raison, évidemment.  C'est la vie qui te convient le mieux.  Ne te prends pas la tête avec ça."
    "Tu crois?"
    "Oui, évidemment.  Et il y a plein de monde qui t'aime, Tamara.  Laisse tomber cette histoire de pari stupide.  Je ne te reconnais pas, ma Tam'. Te prendre la tête pour ça!... pour un garçon qui n'existe probablement même pas."

    Destinés 6  

    "Tu as raison, Amélie.  Il n'y a pas d'homme pour moi sur cette fichue terre.  Excuse-moi auprès de ton mari et de tes enfants.  Ça va aller pour moi.  Demain, après une bonne cuite, je n'y penserai plus."
    "Tam..."
     

    Destinés 6

     

     ♣♣♣♣

    Max, à peu près au même moment, réfléchit longuement à ce qu'il vient d'écrire.

    "Le puits au souhait, une fois de plus, n'a pas répondu à mon vœu.  Pourquoi?" 

    Destinés 6

    Effectivement, ce soir, pour la troisième fois consécutive, le puits aux souhaits a refusé de donner une belle jeune fille, amoureuse et pétillante, à notre jeune homme qui est, à nouveau, reparti bredouille, l'amour en tête, juste en tête.

    Destinés 6

    Destinés 6

    Destinés 6  

     "Ça va, fils?  Ton rendez-vous s'est bien passé?"
    "Oh, papa, arrête d'être tout le temps sur mon dos."

    Destinés 6

     "Ah, ça ne s'est pas bien passé alors?  Elle avait quoi, cette fois-ci?  Un cheveu sur la langue qui dépassait d'une de ses canines?   Ses yeux ne sont pas tout à fait symétriques?  Elle me semblait bien sympathique, cette jeune fille à moi."
    "Papa!  Arrête, je ne suis pas comme ça."
     

    Destinés 6

    En fait, c'est la couleur des cheveux de la jeune fille qui a dérangé Max, mais ça, il ne pourrait l'avouer à son père; son père qui s'était donné du mal pour organiser ce rendez-vous avec son fils.  En effet, alors que Max et Auguste déjeunaient au restaurant, Auguste avait repéré une jeune femme, seule à une table.  A l'affût, il profita que Max se rendait aux toilettes pour aborder la jeune fille.

    "Mademoiselle, bonjour.  Mon fils, qui est très célibataire, et moi mangions à cette table là-bas, je n'ai pu que remarquer que vous déjeuniez seule.  Est-ce que ... une petite partie de bowling vous intéresserait?"
    "Oh ben, je ne dis pas non."

    Destinés 6

     "Papa, qu'est-ce que tu fais?"
    "Je demandais à cette charmante jeune fille si ça lui disait de t'accompagner au bowling.  Et bien figure-toi qu'elle a dit oui, n'est-ce pas, Mademoiselle?  Je peux dire "mademoiselle", vous n'êtes pas mariée, n'est-ce pas?"
    "Oui, enfin, oui pour le bowling mais non, non, je ne suis pas mariée, ni fiancée ni rien de tel."
    "Parfait, c'est parfait", a souri la vieil homme.

    Destinés 6

    Max avait réglé la note et entendu son père chuchoter:

    "Ne vous inquiétez pas, il a l'air bougon, comme ça; mais intérieurement, il bout littéralement de joie à l'idée de l'après-midi merveilleuse que vous allez passer ensemble."

    Destinés 6

    Max avait donc accompagné la jeune Doria au bowling, où il s'était ennuyé comme un rat mort; non que la jeune fille soit barbante, loin de là, mais Max ne songeait qu'à une chose: se rendre au puits aux souhaits... pff... pour ce que ça lui avait rapporté.  

    Destinés 6

    Max soupire et Auguste se froisse: 

     "Je ne veux que ton bonheur, Max."
    "Je sais, papa."
    "Mais c'est bon, si tu ne veux pas, si tu préfères rester seul, mener ta petite vie de célibataire endurci, je m'incline."
    "C'est vrai?"
    "Bien sûr, fils.  C'est ton choix si tu préfères rester seul, seul, tout seul, tout le reste de ta vie, comme un pauvre hère, sans personne pour t'aimer, te soutenir, t'accompagner..."
    "Papa..."

    En même temps que Max prononce ce dernier mot, le poids de dix mille tonnes qui pesait sur ses épaules quelques minutes plus tôt s'envole.  Délivré, libéré...

    Destinés 6

    Ainsi, Max et Tamara, déliés pour ainsi dire de leur promesse et fanfaronnade, vont-ils renoncer à l'amour, oublier définitivement le chemin menant au puits aux souhaits et reprendre leur petite vie là où ils l'avaient laissée trois jours plus tôt? 

     

     

     

     

    Pin It

    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique