• Epilogue

     

    Même le lilas blanc a une ombre 

            Épilogue

     

     

                    Diane a souri et levé les yeux au ciel.  Quelle belle journée!  Une brise légère secoue sa longue chevelure, elle frissonne un peu.

    Epilogue

     Sa famille réunie, le chemin fut long et douloureux mais ce qui importe aujourd'hui, c'est Louis qui s'assoit à ses côtés.

    Epilogue

                                "Ça va, toi?"

                                  Diane lui sourit.

                                  "Oui, et toi?"

                                   "Oui."

                                  Un oui franc et doux qui secoue de bien être la jeune fille.

    Epilogue

                                  "C'est à toi que je le dois.  Merci, Diane."

                                  Diane ne répond rien.

                                 "Si tu n'avais pas été là, je serais toujours là-bas."

                                 Un moment, les pensées de Diane s'évadent vers le passé.  Les visites à Louis, à l'hôpital psychiatrique, sa peur de le voir dépérir, son sentiment de culpabilité aussi qui s'en était venu grandissant plus le temps passait.  

    Epilogue

    Epilogue

    Epilogue

    Dana, sa mère, avait beau lui répéter que ce n'était pas de sa faute si Louis était malade et enfermé, l'enfant puis l'adolescente qu'elle devint ne parvenait pas à s'en convaincre.

    Epilogue

    Epilogue

    Son fardeau s'alourdissait alors que devenait évident que plus personne ne se préoccupait de Louis.  On l'avait oublié.  Tout le monde s'en était lassé.  Et ce n'était pas faux de penser que si Diane n'était pas intervenue, Louis croupirait encore à l'ombre des blouses blanches, assommé de psychotropes en tous genres.

                                    "Tu ne le dois qu'à toi-même, Louis.  Je n'y suis pour rien."

    Epilogue

                               Louis sourit.  C'était pourtant l'idée de Diane de lui faire poser des mots sur son calvaire.  Il se souvient de la première phrase, de ces premiers mots maladroits qu'il avait posés sur la première feuille de ce carnet bleu.

                                       "Enfermé.  Condamné.  Malade.  Jugé irresponsable. Ils m'appellent Louis Van Laer et je ne sais pas qui je suis."

                                       En lui tendant ce carnet bleu, il se souvient qu'elle l'avait regardé avec une telle intensité que la brume qui la brouillait à sa vue s'était dissipée. 

    Epilogue

                                        "Ne laisse plus personne décider qui tu es.  Écris, toi, qui tu es, Louis.  Écris ton histoire."

    Epilogue

                                                  Louis avait hésité.  Puis, il s'était appliqué.  Il avait décousu chaque souvenir, chaque image, il avait raconté son quotidien.  Il avait joué de franchise, avait montré des faiblesses, avait appris à ne plus se voir au travers la plume de sa mère.  Il s'était émancipé dans un fouillis de repentir, d'émois et de sensations aussi fortes que douces.  Une mort.  Une renaissance.  Une naissance.  Une guérison.

                                                   Diane en avait pleuré lorsque, au fil des pages, elle avait vu apparaître ce frère qu'elle avait toujours voulu. Diane avait alors dû insister auprès de son frère, mais il avait fini par accepter la requête de sa sœur.  

    Epilogue

    Epilogue

    Comment, être surpris lorsque le premier éditeur fit transmettre immédiatement, la dernière page tournée, un contrat à Louis?  Comment, dès lors, être étonné que Olga, la mère de Sarah, victime de Louis, monta au créneau dans la presse une fois le livre sorti, avec son assentiment et celui de Sarah obtenu par l'intervention passionnée de Diane, pour et en faveur de la libération de Louis. 

    Epilogue

                                                    Le troisième pouvoir éveilla le second et les médecins n'osèrent pas s'opposer à cette évidence: Louis était guéri du mal qui le rongeait.  Les expertises, sous la poussée de la masse populaire, approuvèrent ce verdict.  Vint alors le juge pour valider la libération de Louis, sous les flashs des journalistes.  Louis faisait office de fer de lance à tout qui voulait encore croire à la science de l'esprit, au pouvoir de guérison de la psychiatrie, ultime rempart au malin.  Tout homme naît bon, n'est-ce pas?  Ce journal débuté de la main tremblante d'un gamin, vieillissant et s'assagissant à l'ombre des blouses blanches, en témoignait avec une telle force!  Presque cinq ans d'enfermement.  Et aujourd'hui, enfin, la liberté!

                                             "Dire que ton premier bouquin est déjà nommé pour le prix Gonsim!  C'est merveilleux.  Les journalistes ne cessent de vouloir un entretien avec toi.  Tu es devenu une star."

                                                  Louis a souri.  

                                                   "Je travaille sur un autre manuscrit, ça te dirait de le lire un de ces jours?"

                                                    "Oh oui."

    Epilogue

                                                   Diane applaudit, le rose au joues, se serre dans les bras de son frère.  

    Epilogue 

                                                   "Je suis tellement heureuse que tu sois là, Louis."

                                                   "Moi aussi, tellement."                                          

    Epilogue

                                               Leurs mains se cherchent, se touchent, se serrent comme lorsque enfant, Diane glissait ses doigts dans la grande main de Louis.  C'est tellement bon de le retrouver.

                                          Lorsque Louis revient à sa chambre, prendre un peu de repos avant le repas de famille, il sent son cœur battre à ses oreilles plus fort que jamais.  A pas hésitants, il se dirige vers son ordinateur qui trône sur son bureau.  Rien n'a changé ici.  

    Epilogue

    Avec mille précautions, il effleure le clavier.  Le fils parfait.  Le frère parfait.  Le gendre parfait.  L'homme convoité.  Il aime être celui-là.  Sans se presser, Louis allume son ordinateur.  Louis n'a pas eu accès à internet pendant cinq ans.  Dans un frisson d'impatience - cinq ans qu'il attend, Louis! - , ses doigts se mettent à pianoter, son ventre se serre avec délicatesse, un sentiment de toute puissance l'envahit, une allégresse infinie se déploie dans sa poitrine jusque là comprimée.  Et les mots terribles, tus, ensevelis, muets depuis des années surgissent:

                                                     "Alors, dis-moi, Cassie, où te caches-tu?"

    Epilogue

                                                    La voix de Louis se fait plus rauque.  Cassie.  Il a tant rêvé à ce moment.  Cinq ans sans qu'elle ne quitte son esprit.

                                             "Alors?  Dis-moi, Cassie, est-ce que tu as encore peur, seule la nuit?  Me raconteras-tu tes cauchemars, ma chère Cassie?"

    Epilogue

     

                                                       A l'ombre du lilas, souvent, un loup peut en cacher un autre.

    Epilogue

     Un loup qui sait qu'un loup est et restera toujours un loup.  Entre eux, ils se reconnaissent.  Une boule glacée et impitoyable enserre son ventre et sa gorge.  Miranda renifle silencieusement, tente encore de tenir éloigné son chagrin. Elle aurait tant voulu y croire.  Lentement, elle se lève.  Une vie pour une vie, c'est juste.  

    Epilogue

                                                           Mais à l'ombre du lilas, un loup peut en cacher un autre. 

    Epilogue

                   Un loup plus rapide, plus froid qui ne pleure, ni s'interroge et va droit à sa proie, sans hésiter, sans trembler, répondant aux cris de la vengeance, jamais assouvie, toujours pugnace.  Même cinq ans plus tard.

    Epilogue

                                                               Oui, à l'ombre du lilas, un loup peut en cacher un autre.  Un loup encore, plus froid, plus vieux, plus surprenant sans doute, qui a pris goût au sang et le regrette, le regrette tant.  

    Epilogue

               Un autre loup qui se lève, qui est père et a décidé de ne plus jamais se laisser aveugler. 

    Epilogue

                                                                Mais ça, c'est à l'ombre du lilas.  Ailleurs, chacun veut croire en la rédemption, tout le monde a foi en la seconde chance.  Ailleurs, il y a juste Louis...  Louis, seul dans sa chambre...

    Epilogue

              ... Louis qui cherche Cassie et la trouvera.  Pour le pire. Comme il se doit et sans que personne n'y puisse rien.  Louis a tant patienté, Louis a tant œuvré pour ce moment. Cinq ans à mentir, à jouer, à filouter.  Cinq ans, c'est long.  Oui, cinq ans c'est long.  Mais ça en valait la peine, ne serait-ce pour cette allégresse, ce rire terrible, ce sentiment de plénitude qui le rend hilare. 

                                "J'arrive, Cassie.  J'arrive." 

    Epilogue

     

     

     Fin

     

     

     

     

     

    « XLI. Le ver dans le fruit1. Chez Julien et Cassie »
    Pin It

  • Commentaires

    20
    Vendredi 18 Août à 01:29

    de rien j'ai passé mon après midi à lire (vacances)

    19
    Jeudi 17 Août à 22:46

    Hé ben c'est une fin digne des dernières telenovelas de telemundo le méchant n'est pas puni à la fin! J'ai hâte de lire le erste!

      • Jeudi 17 Août à 22:58

        Et bien merci beaucoup, Mango ♥♥ de m'avoir lue et pour tes commentaires.  Je me répète mais je suis très touchée :)  

    18
    Jeudi 25 Mai à 08:23
    Cream

    Bon j'ai tout dévoré hier soir, refusant de me coucher sans avoir lu "la fin". C'était génial tu m'as transporté, j'ai rien vu venir pour le corbeau ! Par contre j'ai pas cru une seule seconde à la guérison de Louis, quand on est malade comme ça on guérit jamais !
    Maintenant je vais pouvoir m'attaquer à la suite :)
    Encore bravo !!
    Bisous

      • Samedi 27 Mai à 15:33

        Cream,

        Je suis vraiment touchée.  Merci beaucoup ♥♥♥  Je suis vraiment heureuse que mon histoire t'ait plu.  J'espère que la suite te séduira aussi.

        ♥♥♥ et bisous 

    17
    Mardi 4 Avril à 19:20

    Merci beaucoup pour cette magnifique histoire sombre et machiavélique ! Tes mots sonnaient tellement juste pour décrire les états-d'âme de tes personnages, quelle que soit leur personnalité ! Tu m'as complètement embarquée dans ton histoire, et cette fin !!! C'eût été trop beau que Louis, manipulateur dans l'âme et aussi barré, ait pu réellement guérir de sa folie ! Et c'est ce que j'aime : tu es restée cohérente avec ton histoire et eu le courage d'aller jusqu'au bout de ton idée ! C'est ce qui fait que toute la force de ton récit !  ♥♥

    16
    Murasaki
    Jeudi 9 Mars à 14:23

    J'ai découvert très récemment tes histoires, et je tenais à te féliciter ! Je les ai adorées ! Tu écris vraiment bien, c'est palpitant, plein de rebondissements et tes personnages ont une vraie profondeur. Tes histoires sont toutes absolument génial !

    Je suis impatiente de lire tes nouveaux chapitres :)

      • Jeudi 9 Mars à 14:55

        OH merci beaucoup, Murasaki.  Je suis très touchée vraiment ♥♥

    15
    Lundi 6 Mars à 17:58

    Et dire que j'ai cru à sa guérison...ah et puis non. Oh que tu sais nous prendre aux tripes avec tes histoires, j'aime tant te lire et c'est pour ça que j'ai torché cette histoire et que je m'en vais de ce pas lire la suite.

      • Lundi 6 Mars à 18:39

        Merci, Lisza.  Ce fut un plaisir de te lire tout le long de mon histoire ♥♥♥  Merci merci ♥♥♥

    14
    Jeudi 23 Février à 10:03

    cool

    Bougre de bougre en voilà une histoire qui se termine, et de quelle façon !! Même le lilas blanc à une ombre, est une superbe histoire, j'ai adoré ♥

    Merci à toi pour ce temps si agréable et parfois torturé passé en ta compagnie et avec les protagonistes de ton histoire,♥

      • Jeudi 23 Février à 10:07

        Merci à toi, Mich, pour tes commentaires et ta présence toujours si bienveillante.  Merci merci ♥♥

    13
    Ptitemu
    Jeudi 16 Février à 22:46

    Je t'adore et te déteste, Eulaline. Je ne peux m'empêcher de les plaindre, Louis enfermé dans sa folie, son père et Diane, aveuglés ; Cassie et Julien à nouveau chassés sans le savoir... La fin est superbe, parce que rien ne s'arrête, jamais ; tout rebondit toujours, de bien en mal et de mal en bien ... comme dans la vie. Tu écris un roman, un concentré de vie, âpre et sans paillettes ; mais l'humanité de tes personnages est bien là, quand bien même ils la perdent, comme Louis.

      • Jeudi 23 Février à 10:09

        Oh merci, Ptitemu.  Ton message me touche à un point, tu ne peux l'imaginer.  Merci merci ♥♥

    12
    Pythonroux
    Mercredi 15 Février à 17:37

    Chouette, c'est le méchant qui gagne ^^

    J'adore vraiment cette histoire ;)

      • Mercredi 15 Février à 18:53

        Ouiep, le méchant gagne toujours, même quand il perd en fait :D

        Merci beaucoup, Pythonroux.  A toi aussi, je peux le dire : merci pour tous tes commentaires.  Sans toi, le Lilas n'aurait jamais été ce qu'il est.  Merci merci ♥♥♥

    11
    Mercredi 15 Février à 11:27

    Ouch ! la dernière phrase de Louis est terrible. Finalement, il n'a guère changé en 5 ans, à part vieillir... Il trompe toujours autant son monde, ses proches sans que ceux-ci ne se rendent compte de rien. Puisqu'ils veulent croire en sa rédemption... Pauvre Diane avec son sentiment de culpabilité...

    J'ai beaucoup aimé la scène avec les "trois loups". C'est très bien fait.

    Tu nous laisses avec une fin ouverte et c'est, je pense, ce qui convient de mieux pour clore l'histoire. A nous de poursuivre à notre façon : trouvera/trouvera t'il pas Cassie ? ...

    J'ai adoré ton histoire. Tu nous a fait frissonner, angoisser. On a eu peur pour tes personnages. On aurait aimé que certains s'en sortent mieux que d'autres, que certains restent en couple. Mais, hélas, l'amour ne sauve pas toujours tout, comme dans la vraie vie.

    Merci à toi Eulaline pour ces beaux moments que tu nous as fait passé.

    (et bon maintenant tes sims du Lilas Blanc vont faire la fête, non ? Ils ont assez tourné pour toi ?^^).

    Au plaisir de suivre une autre histoire de ton cru. (avec coeur-coeur, paillettes, licornes, c'est possible ? he).

    ♥♥♥♥

      • Mercredi 15 Février à 12:41

        Merci merci à toi, Agathe, pour tes commentaires qui, toujours me touchent et me permettent aussi d'avancer dans l'une ou l'autre direction.  Sans toi, le Lilas n'aurait pas été ce qu'il est.  Un tout grand merci du fond du coeur. ♥♥

    10
    Mercredi 15 Février à 11:17

    Ah purée ! Une fin superbe !

     

    Moi aussi, j'ai cru à la rédemption de Louis. Et pis, toutes ces questions que l'on se pose à la fin, il y a de quoi se faire tout un film *-*
    Franchement, même si mes commentaires sont peu présent, ma lecture s'est fait de bout en bout et j'ai vraiment aimé cette histoire.

     

    Merci de m'avoir tenu en haleine tout ce temps, la plume dramatique te sied à merveille et tu en uses à bon escient. Au plaisir de lire - peut-être - ta prochaine histoire !

      • Mercredi 15 Février à 12:40

        Merci à toi surtout, Kilinäe, de m'avoir suivie de bout en bout et je suis très touchée que tu aies aimé cette histoire.  ♥♥

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :