• II. Louis, le fils parfait

     

    Même le lilas blanc a une ombre

    II.  Louis, le fils parfait

     

            Cassie avait donc reçu l'autorisation de quitter le centre médico-légal et était rentrée chez elle avec ses parents.  Elle avait pris une douche et sans tarder s'était couchée pour plonger dans un sommeil sans rêve.

     

    1.2.'

     

                            Les parents de Cassie s'étaient retrouvés seuls dans la cuisine, presque sereins, plongés, eux, dans leurs pensées.

     

    1.2.' 

                            Quant à Louis Van Laer, jeune adolescent de dix-sept ans, lui, en rentrant de l'école s'était installé à la table de la salle à manger en compagnie de sa demi-sœur, Diane.  Il avait entendu très rapidement, milieu de l'après-midi, le long des couloirs du lycée, se répandre comme une traînée de poudre la nouvelle: Cassie Holporth avait été retrouvée.  

     

    1.2.'

     

                               Avec impatience depuis, il attendait le retour de son père.  Il savait que celui-ci, en tant qu'inspecteur de police avait été dépêché sur l'affaire de la disparition de Cassie et pourrait lui offrir quelques détails quant à cet épilogue: où et comment Cassie avait-elle été retrouvée?  Et surtout... avait-elle parlé?  Qu'avait-elle dit aux flics?

                           Malgré lui, de sombres pensées agitaient Louis depuis qu'ouvrant la porte du cabanon, il avait constaté que Cassie, ligotée à cette fichue chaise, après avoir été passées à tabac, avait disparu.  Il avait dévisagé ses compagnons, l'un après l'autre, les babines retroussées comme un chien à qui on a usurpé sa gamelle, en proie à une colère sourde qui depuis, ne l'avait plus quitté.  

                               Dix-huit heures venait de sonner à l'horloge placée dans le hall d'entrée lorsque Louis, enfin, entendit son père, Eric Van Laer, pousser la porte d'entrée. 

     

    1.2.'

     

     Son pas léger résonna à peine sur les dalles.  La première chose qu'il faisait toujours, Eric, en rentrant du travail, c'est aller embrasser son épouse, Dana.  Et ce jour ne faisait pas exception.

     

    1.2.'

     

                                 Le monde aurait pu tomber en miettes tout autour de lui, Eric, lui, ne s'en serait même pas rendu compte.  Le soulagement de la retrouver, si chaude, si vivante, la sentir se glisser contre lui, s'enivrer de son parfum, seul cet instant comptait pour lui.

                                 Toujours, il le savait, il aurait cette angoisse chevillée au corps de pousser la porte, de crier son prénom, de ne la trouver nulle part, de parcourir toutes les pièces, essoufflé de terreur à l'idée de la trouver inerte au milieu de son propre sang, vide, froide, morte.  Comme ce soir-là, le soir où rentrant du travail, Eric avait trouvé sa première épouse, la mère de Louis, au milieu de la salle d'eau, baignant dans son propre sang, vide, froide, morte, son fils la veillant, serrant dans ses bras son petit ours brun.  Ce n'est pas qu'il fut surpris de ce qu'il était advenu - Claire était malade depuis si longtemps - mais toujours, naïvement, il avait pensé que sa femme attendrait qu'il soit là pour décider de passer de vie à trépas.

                                   Eric s'ébrouait de ses souvenirs saumâtres tandis que discrètement, Louis s'était glissé dans le couloir, ne voulant rater à aucun prix les premières paroles de son paternel.  Très vite, il entendit Dana, sa belle-mère s'enthousiasmer:

                                     "C'est super, j'ai entendu à la radio que vous avez retrouvé la gamine!  Que s'est-il passé?  Elle va bien?"

                                      "Je ne sais pas ce qui s'est passé.  Elle raconte qu'elle s'est perdue et oui, elle va bien."

     

    1.2.'

     

                                       Perdue? Cassie racontait qu'elle s'était perdue?  La belle blague que voilà!  Pour peu Louis se serait senti vexé.   Il fit demi tour et retourna sagement auprès de sa petite sœur.  Alors cette petite garce n'avait rien dit de tout ce que lui et les autres avaient mis tant de cœur à lui infliger? Des papillons se mirent à voltiger à l'intérieur de l'estomac de l'adolescent au souvenir de l'enlèvement de Cassie et de la leçon qu'ils lui avait donnée.  Une sensation de bien-être l'envahit et pour peu, il en aurait bavé de plaisir.  

     

    1.2.'

     

                                      Très vite, Dana et son père les rejoignaient, le sourire aux lèvres.

     

    1.2.'

     

                                       L'heure du repas approchait et Dana s'installa derrière les fourneaux tandis qu'Eric, se campait au côté de son fils et lançait de façon abrupte:

                                       "Tu la connais Cassie Holporth, Louis?"

                                      "Ben ouiais, mais pas trop, je te l'ai dit, elle est avec moi au labo de sciences mais on ne discute pas trop, elle et moi." 

     

    1.2.' 

                                 "On l'a retrouvée, tu le sais?"

                                  "Ouiais, je l'ai entendu dire..."

                                  "Elle devrait pouvoir reprendre les cours très vite."

                                  "C'est cool.  Si tu veux, je garderai un œil sur elle?"

                                  "Ce serait super, Louis."

                                  Et Louis, alors que son cœur battait à du cent pulsations minute, s'enfonça le nez dans ses bouquins, espérant que nul ne verrait le rouge qui se pressait à ses joues irisées comme la peau d'une poule déplumée.

                              Eric se contenta de sourire.  Son fils l'impressionnait tant par son sérieux et son investissement dans la vie de tous les jours, dans ses études, par la gentillesse dont il faisait toujours preuve envers Dana puis Diane.  C'était vraiment le fils parfait, pensait-il.  Les épreuves, les douleurs, le chagrin, son fils en avait fait sa force et Eric se sentait si fier de lui.

     

    1.2.'

     

                  Au repas, Louis profita de l'ambiance détendue et de l'absence de Diane, déjà partie enfiler son pyjama pour demander.

                   "Au fait, 'pa, tu veux bien que j'aille voir Lola, ?  Promis, je serai rentré au plus tard à vingt et une heures."

                    Eric ronchonna que c'était la semaine, qu'il y avait cours le lendemain et que Louis savait pourtant que les sorties n'étaient autorisées que les vendredis et samedis.  Voyant l'air suppliant de son beau-fils, Dana intervint.

                      "C'est moi qui ai eu la petite au téléphone, tout à l'heure.  Elle avait l'air si impatiente de voir Louis.  Allez, chou..."

     

    1.2.'

     

                                      Eric ne pouvait rien refuser à son épouse.  Il lui sourit doucement et accepta.  Sur la pas de la porte, avant de coller un baiser sur la joue de Louis, Dana rit doucement:

                                      "Il faudra que tu me la présentes un de ces jours, cette petite Lola."

                                    Louis rit à son tour, comme s'il était un peu gêné et se glissa dans la nuit à la rencontre de celle qui n'aurait pas dû l'appeler chez lui.

     

    1.2.'

     

                                    Lorsque Louis arriva au parc de Willow, Lola l'attendait déjà. 

                                    "Ah tu es venu!  Je désespérais."

     

    1.4

     

                         "Je suis venu, mais je n'aurais pas dû.  On devait se voir vendredi, tous ensemble.  Qu'est-ce qui t'a pris de sonner chez moi, comme ça, Lola?"

                          Lola foudroya du regard son ami Louis.

                          "Ce qui m'a pris?  Ben j'ai la trouille, figure-toi!  On doit en parler, discuter du plan, de ce qui s'est passé, de ce qu'on va faire.  On l'a retrouvée, bon sang, Louis!"

     

    1.4

     

                          Louis regarda Lola intensément, froidement et un frisson parcourut Lola de la tête aux pieds.   Louis l'avait toujours dit : Lola, c'était vraiment le maillon faible du groupe: irréfléchie, indomptable, imprévisible.  Il soupira.

                           "Ecoute, Lola, tu dois te calmer.  On n'a rien à craindre."

                            "Mais qu'est-ce que t'en sais?  Elle a dû en parler aux flics.  Ils doivent être en train de nous rechercher.  Oh bon sang, je savais qu'on n'aurait pas dû la laisser seule.  On aurait dû en finir tout de suite. Mais non, il a fallu pousser le bouchon trop loin!  On est allé trop loin, trop loin cette fois-ci!"

                           Louis sourit; il sourit sous l'effet bienfaisant de la valse des papillons qu'il sentait virevolter au creux de ses reins, à présent.

     

    1.4

     

                           "Elle n'a rien dit aux flics.  Elle n'a rien dit à personne."

                           Lola a penché la tête sur le côté, craignant d'avoir mal entendu.

                          "Pourquoi elle n'aurait rien dit aux flics?  Et comment tu le sais?  C'est ton père qui te l'a dit?"

                           "Je le sais, c'est tout."

                           Les épaules de Lola retombèrent d'un coup et toute la tension qui l'habitait quelques minutes plus tôt sembla s'évaporer.     Louis ajouta d'une voix vibrante:                 

                           "Elle  va très vite reprendre les cours.  On verra comme elle s'en sort.  On n'en a pas fini avec elle.  Elle va vite comprendre que c'est nous qui décidons quand ça s'arrête."  

                            La gamine réfléchit un  instant.

                            "Oui, c'est nous qui décidons quand ça s'arrête", dit-elle. Elle déglutit un peu difficilement, se rendant compte soudain qu'elle et Louis se trouvaient bien isolés dans ce parc.

                            "Toujours ensemble, Louis?", tenta-t-elle, mal assurée.

     

    1.4

     

                                Le jeune homme ne répondit pas de suite, le regard plongé au plus profond de celui de Lola.

                               "Toujours ensemble", finit-il par répéter, dans un souffle.

                                Et il ajouta en serrant plus fort - très fort, à lui faire mal - la main délicate de la jeune fille et sans baisser les yeux.

                               "Et n'appelle plus jamais chez moi, Lola."

     

    « I. Cassie, le retourIII. Cassie persiste et signe »
    Pin It

  • Commentaires

    8
    Lily
    Samedi 24 Juin à 14:56

    Cette histoire me semble très intéressante, je vais lire la suite.

      • Samedi 24 Juin à 16:03

        Merci beaucoup, Lily.  J'espère que cette histoire te plaira :)

    7
    Pythonroux
    Dimanche 26 Juin 2016 à 09:29

    Outch, il a pas l'air gentil, gentil, ce petit Louis ?

    Et pourquoi ils s'en sont pris à Cassie ??? Elle leur a fait quoi ? Vivement la suite ;)

    6
    Ptitemu
    Samedi 16 Avril 2016 à 19:35

    Encore une sombre et passionnante histoire... J'attends la suite !

    5
    Mercredi 13 Avril 2016 à 09:55

    Les mêmes questions que sur le forum : pourquoi Louis agit-il ainsi ? Que lui a donc fait Cassie ? Mais bon, nous aurons sûrement les réponses en temps et en heure. Je te laisse dérouler ta pelote de laine ^^.


    Tu réussis très bien dans ce genre plus sombre. Je kiffe ♥

      • Jeudi 14 Avril 2016 à 11:22

        Merci beaucoup-beaucoup, Agathe. Je suis vraiment très touchée ♥

    4
    Mardi 12 Avril 2016 à 11:11

    Il est carrèment flippant ton Louis, j'i hâte de savoir ce que Cassie a bien pu faire pour s'attirer leur colère

      • Jeudi 14 Avril 2016 à 11:22

        Oui, il est bien flippant, Louis. :D  

        Merci, princesseSey ♥

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :