• IX. Cassie et Julien

     

     

     

    Même le lilas blanc a une ombre

    IX.  Cassie et Julien

     

     

                                  En bateau, Julien l'avait menée en bateau!

                                  "Elle est où ta fête?"

     

    IX.

     

                                Julien se met à rire, un peu nerveusement.

                                "Oh bah!  J'ai dû me tromper de jour.  Ce ne serait pas la première fois que ça m'arrive...  Samedi, dimanche, mercredi... Je confonds tous les jours de la semaine.  Je les confonds depuis toujours.  J'ai failli faire devenir folle ma mère avec ça en primaire.  Et je ne te raconte pas les mois, c'est la même embrouille dans ma tête."

     

    IX.

     

                            Julien parle vite, très vite, tente de prendre un ton léger, de gesticuler des mots, des pieds, du bassin mais le malaise de Cassie est si palpable qu'un instant, il s'en voudrait presque de lui avoir menti.   

                   Le regard de Cassie n'est ni amusé, ni confiant.  Un frisson glacé la parcourt toute entière.  Respirer.  Inspirer.  Ne pas paniquer, se maîtriser.  Elle se force à garder le silence, quelques secondes encore, histoire de ne pas se mettre à geindre comme un petite fille terrifiée.  Respirer.  Garder le contrôle.

                           "Allez, viens, je vais te servir un verre.  Il y a un bar par là..."

                            Ça, c'est vrai, Cassie s'en souvient: il y a un bar par là.

     

    IX.

                             

                       Le temps que Cassie parvienne à bouger les jambes et arrive au bar, Julien a déjà servi deux verres de brunes.  Elle les observe comme deux serpents prêts à lui sauter à la gorge.  

                            "Tu deviens parano, ma vieille", se morigène Cassie, silencieusement.  "Ta grand-mère sait où tu es, avec qui tu y es... ça ne ressemble pas du tout à un guet-apens pour t'enlever et te massacrer.  Respire, Cassie, respire."

                              Peu à peu, la gorge de Cassie se dénoue, ses genoux arrêtent de jouer des castagnettes et tandis qu'elle saisit un verre, elle entend Julien soupirer.

                                "C'est beau ici, hein."

                                Puis, Julien l'entraîne par le main; sa main est chaude et douce:

                                "Viens, on va s'asseoir, t'es toute pâle."

                                Cassie attend que Julien porte le verre à ses lèvres et en fait autant.  Ses épaules se délient.

     

    IX.

     

                              Le rythme cardiaque de Cassie s'est calmé, elle reprend des couleurs.

                               "Je peux te poser une question, Julien?"

                           "Ah mais bien sûr, voyons.  Vas-y, tu veux savoir quoi, ma taille de chemise?  d'où me viennent mes magnifiques yeux et mon sourire d'ange?"

                           Cassie se force à ne pas sourire.

                         "Non, ce que je voudrais savoir c'est pourquoi tu tenais tellement à faire ce travail de géo avec moi."

                          "Je ne vois pas ce que tu veux dire..."

                         "Oh, je t'en prie!  J'ai vu ton petit tour de passe-passe lors du tirage."

                         Mentir ou ne pas mentir?  

                           "Je ne sais pas, j'avais envie, c'est tout.  Je me suis dit que c'était l'occasion qu'on fasse connaissance, tous les deux."

     

    IX.

     

                           "Tu marches à l'envie, toi, Clove?  Note que ça te ressemble bien, en fait."

                            Ah voilà, elle sourit.  C'est mieux, bien mieux; Julien aussi se détend.

                            "Et toi, Holporth, tu marches à quoi?"

                             "Aucune idée."

                             Et son rire s'envole et Julien frissonne de plaisir. 

     

    IX.

     

                        "Bon, à moi, j'ai une question pour toi aussi."

                         Cassie sourit.

                         "Vas-y mais je ne te promets pas d'y répondre.  Ma taille de pantalon ou de t-shirt ne te regardent pas."

     

    IX.   

     

                             "Ah ben non, ça, je le sais déjà!"

                            Julien humecte ses lèvres qui n'en ont pas besoin, redresse les épaules et se lance:

                             "Il paraît que t'étais une championne de natation avant de tout laisser tomber; alors ma question est : es-tu prête à relever mon défi plongeon?"

                              "Bon, le truc, c'est quoi?  Tu veux me voir en maillot de bain, c'est ça?"

                               "Ah zut, t'as emmené ton maillot..."

                              "Ouiep, je suis comme Dora l'Exploratrice, tout dans mon sac à dos."                            

                             

    IX.

     

                                 "Dora?"

                                "Laisse tomber, Julien.  Puis ma discipline de prédilection, c'était le cent mètres brasse, pas le plongeon."

                                  "Tu te dégonfles!  Je le savais... Normal, t'as tout de suite compris que t'avais pas le niveau."

                           "Moi, me dégonfler?  Sûrement pas!  Allez, on y va et si je te bats..."

                                     Julien pouffe.

                             "Tu ne me battras jamais!"  

               Et c'est parti, Cassie se dirige vers le plongeoir, un peu de show pour enflammer son public et elle s'élance, réalisant un saut de l'ange à peu près parfait.

     

    IX.

     

                               "Ouè... c'était pas mal..."

                               "Pas mal?  Et bien, si ça, c'était "pas mal", il me tarde de voir ce que tu es capable de faire."

     

    IX.

     

                                "Admire!"

                      A son tour, Julien monte au plongeoir et exécute ce qui aurait pu être un magnifique plongeon.

     

    IX.

     

                             "C'est nul, t'es tout à fait nul, Julien, en plongeon.  Mais quel baratineur, tu fais, j'y crois pas!"

                                  "Ah ouiais, t'es sûre?  Je ne comprends pas, dans ma tête, c'était super réussi."

                            "Dans ta tête...  ah oui, c'est clair!  Mais juste dans ta tête alors!"

     

    IX.

     

                                   Cassie et Julien se chamaillent un peu, beaucoup, rient ensemble.  C'est léger, c'est doux, comme des jeux d'enfants innocents, tous deux prenant plaisir à la présence de l'autre.  

     

    IX.

     

                                     Lorsque Julien et Cassie sortent de l'eau, l'ambiance a un peu changé.

                                         "Tu as froid?"

                                          "Un peu."

                                          Et doucement, Julien se rapproche de Cassie.  

     

    IX.

     

                          Cassie et Julien sentent une douce chaleur les envahir.  Julien voudrait que l'instant dure toujours.  

                        "Tu sais, Cassie,  tout ce qu'on raconte sur moi..."

                        Cassie sourit et le coupe avec légèreté.

                        "Que tu es un menteur, un voleur, un bagarreur, un sale gosse sans morale qui a dépouillé des vieilles dames... Oh, tu sais, on doit en raconter des trucs sur moi aussi, en ce moment."

                        "C'est clair... mais..."

     

    IX.

     

                          "Mais je voudrais te raconter ma version, Cassie."

                           Et Julien raconte.  Julien raconte ce jour où il avait trouvé dans le dossier mécénat de son ancien lycée une liste de donateurs dont il s'était servi pour se faire de l'argent.  Simple comme bonjour, ces gens étaient riches ou très riches et les riches en veulent toujours plus.  Alors, il avait monté une belle arnaque.  Il promettait des placements qui rapportaient: un beau logo, un peu de baratin et l'affaire était conclue.  Et si certains voulaient récupérer leur argent au lieu d'en placer plus, malgré les tableaux financiers avantageux que produisait Julien, il remboursait avec l'argent des autres.  Sa petite affaire fonctionnait bien.  Et même le bouche à oreille commençait à faire gonfler les montants récoltés.

                           "L'idée, c'était que Miranda et moi on ait assez de sous pour partir tous les deux.  On voulait faire le tour du monde."

                            "Miranda?"

                            "Oui, Miranda, c'était ma copine, j'étais fou d'elle.  Le problème, c'est quand j'ai découvert que tout cet argent, s'il n'avait pas d'odeur provenait pour partie d'un marché parallèle.  J'ai voulu tout arrêter, j'ai contacté les autorités et je leur ai donné suffisamment d'éléments pour m'arrêter et griller les mafieux."

                              "Tu t'es donné toi-même?"

                              "Oui, mais sans le dire parce que Miranda ne voulait pas qu'on arrête notre petit trafic."

     

    IX.

     

                              "Et?"

                              "Et je me suis fait choper, arrêter.  Mais comme j'ai une chance phénoménale, puis que j'étais encore mineur et que le scandale risquait de nuire à des gens qui n'avaient rien à voir dans l'histoire, qui n'avaient pas franchement envie que l'on sache qu'ils s'étaient faits avoir par un gamin de même pas seize ans, j'ai conclu un marché.  Je suis libre et finalement, c'est comme si rien ne s'était passé.  J'ai juste un contrôleur judiciaire qui me surveille et veille à ce que je ne fasse pas d'autres conneries.

                                  Bon, évidemment, j'ai été viré du lycée aussi."

                                 "Et Miranda?"

     

    IX.

     

                                  "Miranda s'est tirée avec mon meilleur ami."

                                   "Et?"

                                   "Et, j'ai décidé de ne plus jamais avoir de meilleur ami."

                                    Cassie aussi troublée que perplexe ne peut s'empêcher de demander.

                                    "Pourquoi tu m'as attirée ici?  Pourquoi tu me racontes tout ça, Julien?"

                                    Il lui sourit.

                                   "Parce que j'en ai eu envie... parce que j'ai eu envie de te connaître, parce que, je ne sais pas pourquoi, mais ce que tu penses de moi m'importe."

     

    IX.

                                                       

                             Doucement, portée par l'instant, presque à l'insu d'elle-même, Cassie pose sa main dans celle de Julien qui la recouvre doucement et Cassie répète son geste, en une étreinte d'une tendresse sans pareille.  Frôlement d'ailes de quatre oisillons maladroits, une douce langueur saisit les deux adolescents, perdus l'un et l'autre dans leurs pensées.

     

    IX.

     

                                 Brisant l'instant - ce n'est pas sa faute à Cassie, elle est comme ça : garder le contrôle! - Cassie détache leurs mains, se sépare de Julien et dans un souffle murmure:

                                    "T'es nul en plongeon, voilà, ce que je pense de toi."

     

    IX.

     

                              "Puis j'ai froid et j'ai faim...On l'allume, ce feu?"

                        Julien, surpris encore par la réaction de Cassie, s'exécute, un peu déçu malgré tout.  L'approcher est encore plus compliqué qu'il ne l'avait imaginé.  Il pensait qu'être honnête permettrait à Cassie de s'ouvrir à lui.  Que nenni!  Et ce n'étaient pas, donc, les commérages qui couraient sur son compte qui tenait Cassie à distance.  Sans quoi, elle n'aurait pas réagi ainsi.  Mais quoi alors?  Pourquoi ne parvenait-il à l'atteindre?  C'est comme si elle était une ombre mouvante devant lui qui se déroberait à chaque pas qu'il tenterait pour la rejoindre.  Jamais, il n'avait rencontré quelqu'un de si méfiant et de si attirant pourtant.

                      A nouveau secs, ils ont renfilé leurs vêtements.  Cassie  sent pesé sur elle le regard de Julien.  Il semble attendre quelque chose d'elle.  Cette sensation depuis vendredi ne la quitte pas.  Mais que veut-il, à la fin?  La séduire?  Mais pourquoi?  Pourquoi elle?  Pourquoi maintenant?  

     

    IX.

     

                          "Tu as déjà été amoureuse, Cassie?"

                          Cassie fait semblant de réfléchir, la bouche en cœur.

                         "Mmmmh..."

     

    IX.

                                      

                                Et termine dans un éclat de rire:

                                "Je n'ai pas envie de répondre à cette question."

     

    IX.

     

                          "C'est dommage..."

     

    IX.

     

                   "Oh, le soir tombe, viens vite, Julien.  Je vais te montrer mon endroit préféré."

                   Julien suit en riant Cassie qui s'immobilise, à quelques pas du  bord de la falaise.

     

    IX.

     

                        "J'aime la mer, j'aime sa couleur, j'aime ses vagues, j'aime ses humeurs...  Si tu veux savoir, je suis folle de l'océan, folle de la mer.  Je crois que cet amour-là dure depuis toujours.  Maman raconte que dès que j'ai su me traîner à quatre pattes, c'est toujours sur le bord de l'eau qu'elle me retrouvait."

     

    IX.

                          

                          Cassie rit doucement les yeux fermés et Julien est sous le charme.

     

    IX.

     

                       "Ecoute", lui dit-elle.

                  Mais Julien ne parvient pas entendre autre chose que la respiration douce de Cassie, que son propre cœur qui s'est emballé, que le sang dans ses veines qui bat comme un fou.  Et soudain, il ne sait plus, il ne sait pas pourquoi il est là, pourquoi elle...  et Julien pose avec une délicatesse folle un baiser tendre  juste au-dessus de la lèvre supérieure de Cassie, avec toute la douceur que lui murmure son cœur éperdu.

     

    IX.

     

                         Il voudrait la serrer contre lui à l'étouffer, l'embrasser avec toute violence de son corps fourbu de passion.  Il voudrait la noyer dans ses baisers, couvrir son corps de caresses, l'user à force de l'aimer, râper son corps de son corps, la posséder comme un damné qui n'a plus peur de rien.  Mais ses lèvres sont douces, ses mains tremblent et le frisson qui lui remonte le long de l'échine lui commande de se séparer d'elle...

                                 "Pardon, Cassie... pardon..." sont les seuls mots qu'il parvient à prononcer.

     

    IX.

     

                             Les yeux de Cassie se sont rouverts.  Elle le regarde, il la regarde.  Il voudrait savoir ce qu'elle pense, si elle lui en veut, si elle est en colère.  Mais elle se contente de le regarder avec ses jolis yeux et un petit sourire qu'il ne comprend pas.

                                "Ce n'est rien", lui dit-elle, "il n'y a pas de mal."

     

    IX.

     

                   "Cassie, je..."

                   "Allez, les petits loups, il faut y aller.  J'ai poney dans une demie heure."

              La grand-mère de Cassie est apparue soudainement et de sa voix guillerette, de loin,  interrompt l'instant.

     

    IX.

     

                       "Alors tout s'est bien passé ici?  Vous avez été sages, tous les  deux?"

                  Le regard acéré de la vieille dame les observe, tour à tour, tandis que Julien, lui, tente toujours de percevoir chez Cassie le signe de sa colère ou ...  et il ne parvient pas, Julien, à reprendre prise dans la réalité.  Seule Cassie compte, seul le regard de Cassie compte.

     

    IX.

     

                            "Juste un instant, Madame."

                            

    IX.

     

                            Julien, délicatement, se saisit des mains de Cassie.

                            "Merci, Cassie, pour ce merveilleux après-midi...  "

     

    IX.

     

                   "Bon, je vous laisse deux minutes", rit la vieille dame en s'éloignant. 

     

    IX.

     

                         Le silence de Cassie s'éternise, Julien a la gorge si serrée qu'elle en est douloureuse.  Il se fait violence pour ne pas attirer Cassie à lui, la serrer, l'étouffer, l'embrasser.

                           Et soudain, alors qu'il est sur le point de défaillir, un choc contre sa poitrine, les lèvres chaudes de Cassie sur les siennes, son corps tremblant tout contre lui, ses mains qui l'agrippent.

     

    IX.

     

                            La langue de Cassie, fiévreuse, se glisse entre ses lèvres, passe le barrage de ses dents et caresse, excitante, celle de Julien.  Julien, en apnée, en appelle à tous ses sens à vif, sent son corps s'enflammer au rythme de ce baiser passionné.  Plus une parcelle de son corps n'est laissée à l'abandon; embrasé chaque millimètre carré de sa peau!  Il est en fusion, ne parvient plus à respirer, un soupir de plaisir s'échappe de sa poitrine enserrée par l'étau du désir.

     

    IX.

     

                             Mais déjà, Cassie s'éloigne, ses lèvres se détachent, ses mains le lâchent.  Les yeux fermés, Julien veut arrêter le temps, ne pas perdre le contact, vivre éternellement cet instant d'intimité incomparable, saisissant, phénoménal.  Il en hurlerait de frustration et de douleur...

     

    IX.

     

                                       Elle est déjà si loin de lui lorsqu'elle murmure:

                                       "Ne crois pas tout ce qu'on raconte sur moi, Julien."

                                 Et fantôme, dans la nuit noire, elle disparaît, laissant Julien, tremblant sur le bord de la falaise, ne sachant que faire, ni où aller...  

     

     

    « VIII. Cassie, retour à la bibliothèqueX. Près de toi, Cassie »
    Pin It

  • Commentaires

    9
    Dimanche 5 Mars à 21:13

    Julien je le cerne pas. Un coup je pense que c'est lui le fameux chauffeur que Cassie n'a pas vu, un coup je pense qu'il n'a en fait rien à voir avec ça. Je sais pas trop, j'ai l'impression qu'il joue du sadisme avec Cassie surtout. 

     

    La mémé qui a poney, on en parle ? 

      • Dimanche 5 Mars à 22:11

        C'est sûr qu'on ne sait pas où se situe Julien exactement.  Quant à la mémé... elle est juste un peu excentrique :D  Merci, Lisza ♥♥

    8
    Pythonroux
    Dimanche 26 Juin 2016 à 12:35

    superbe chapitre

    je ne sais plus quoi pensait de Julien maintenant :(... il est méchant ou il est pas méchant ????

    il est vraiment attiré par Cassie ????

    je suis totalement perdu dans cette histoire et j'adore cela ;)

    7
    Mercredi 25 Mai 2016 à 19:38

    Passion , fusion portée par des images somptueuses , très beau moment , une Cassie qui s'ouvre , Un Julien qui est franc mais ils ne sont pas seuls au monde , et l'autour n'est pas aussi beau ♥

    Bisou à toi ♥

    6
    Lundi 23 Mai 2016 à 09:29

    Rhoooo, les premiers émois de l'adolescence, que c'est mignon.... Et, Julien est si mignon quand il est intimidé... Mais pourtant, je n'arrive pas à lui faire confiance. On verra si j'ai raison dans les chapitres suivants^^.


    Les images du coucher de soleil : très, très beau. Windenburg est vraiment un quartier magnifique.


    Ce dernier chapitre plein de douceur fait du bien après toute cette tension que tu nous infliges. Un peu de répit avant de reprendre le combat ? Et, mention spéciale pour la mamie : "....J'ai poney dans une demi-heure"... Lol, quoi :-D

      • Lundi 23 Mai 2016 à 10:11

        oops Je rougis, là. Tu ensoleilles ma journée, Eulaline. La bise à toi ♥

      • Lundi 23 Mai 2016 à 09:55

        Je comprends que tu ne fasses pas confiance à Julien.  Il faut dire que ce n'est pas le sentiment qu'il inspire. :/

        Oh oui, Windenburg est magnifique, je ne m'en lasse pas. 

        Effectivement, Cassie ne laisse pas tomber son objectif "combat" et il m'étonnerait que Louis et sa bande en aient terminé.

         

        Merci encore à toi, Agathe.  J'attends toujours avec impatience tes commentaires, j'avoue.  C'est à chaque fois un plaisir renouvelé. ♥♥

    5
    Dimanche 22 Mai 2016 à 11:53

    Wow, quel chapitre à couper le souffle! J'espère sincèrement que Julien est digne de confiance!

      • Dimanche 22 Mai 2016 à 20:43

        Merci, PrincesseSey, de me lire et de prendre le temps de commenter, je suis très touchée  ♥♥  Quant à Julie, je l'espère aussi. :)  

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :