• Mon cher Anatole, vas-tu enfin me dire ce que tu complotes?  Les bulldozers ont envahi le jardin.

    C'est une surprise, Gamin, tu vas adorer!!!

    Et en attendant, j'emmène toute la famille au parc.  Tu aimes le parc, non?

    Chapitre XXV :  

    Certes... Je préférerais néanmoins que tu répondes à mes questions.

    Je te conseille de profiter du moment présent, Gamin, des rires de mes filles qui tentent de défier le va et vient du temps qui passe.

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :  

    Partage avec mes moi, les grimaces et les gorges qui se tendent en notes cristallines que d'aucuns nommeront rires.

    Chapitre XXV :

     Régale-toi sans retenue du plaisir simple de la gourmandise qui grise.

    Chapitre XXV :

     Ecoute le coeur qui joue du tambour sur la pente de l'allégresse.

    Chapitre XXV :

     Lorsque tu auras fini de jouer au poète, nous pourrons rentrer voir ce qui se passe chez toi...

    Moi, je sais ce qui se passe chez moi. 

    *grand sourire*

    Laisse-moi régler une affaire urgente et nous nous occuperons de combler ta curiosité de plancton vorace.

    Chapitre XXV :  

    Des affaires urgentes?  Un meurtre à commanditer?

    Une affaire urgente?  Oui.  Un meurtre à commanditer?  Non.  Mon ami veut juste jouer un peu.

    *sourire banane*

    Tu as des amis, toi?!  Première nouvelle...

    *grince des dents*

    Chapitre XXV :  

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :  

     Voilà un tout bon et beau loup-garou!!!

    Quand tu auras terminé tes jeux d'enfant, nous pourrons peut-être - enfin! - rentrer à la maison!

    *soupir*

    Je me demande si je ne préférais pas encore te voir abattu dans ton fauteuil, comme un petit vieux qui n'attend plus que la mort.

    *grimace*

    Encore trente secondes, mes filles terminent leur bataille de bombes à eau et nous y allons ...!  Tu es vraiment un rabat-joie sans pareille, pauvre vermiceau putride!

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :  

    Ouf... La maison est toujours là.  Mais qu'as-tu trafiqué dans le jardin, alors?

    Un pas après l'autre, cela reste toujours la meilleure façon de marcher, Gamin.

    Tu me gonfles avec tes comparaisons à deux Simouflouzes depuis ce matin, mon cher Anatole.  Tel que tu m'entends, là, je suis exaspéré par tes enfantillages.

    Crois-tu que j'en ai cure?  Non!  Je m'en fiche!  Je m'en vais nourrir la gardienne de mon antre.  Après, peut-être, je déciderai qu'il est temps pour toi de contempler mon projet dans toute sa splendeur... ou pas! 

    Chapitre XXV :

    Alors???

    Ta-dam!   Voilà, admire, Gamin! 

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

    Je ne vois rien.  Il fait nuit, je te signale et je n'ai rien du chat, je n'y vois goutte dans le noir. 

    Mais que tu peux être grognon lorsque tu es contrarié, Gamin!

    Re - voilà et tadam!

    Chapitre XXV :  

     J'ai la berlue ou tu as fait construire une chapelle dans mon jardin?

     *éclate de rire*

    Ton jardin???  Tu dis vraiment n'importe quoi!  Ce n'est ni ton jardin ni une chapelle!

    Demain matin, tu sauras ce qui se cache derrière cette porte, là, je vais dormir et je t'interdis de pousser le loquet ou de tirer la chevillette.  Tu n'es pas autorisé à entrer.  Je suis impatient que tu voies ce que je prépare: du grand Anatole Lol!  Je t'assure.

    Dans ces cas-là, le jour n'arrive jamais assez vite.  

    *souffle d'impatience*

    J'ai conscience que tu n'as point acquis la patience qui est la mienne depuis ma plus tendre enfance, Gamin.  Mais je ne changerai pas d'avis.  Il te faudra attendre l'aube.  Je te conseille d'écouter l'histoire que mon fils, Arnaud, conte avec tant de brio.  Ses prédispositions pour la carrière de scribouillard se précisent.

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :  

     Et bien bravo, l'histoire est si effrayante que les gamines n'osent pas se mettre au lit.

    Chapitre XXV :

     Cela promet pour l'école, demain.  Mon cher Anatole, ne devrais-tu pas intervenir?

    Ce sont les marmottes de ma soeur, ma fille, Vénus, est déjà au lit.  Va déranger qui de droit, moi, je dors.  Demain, une longue journée m'attend.

     Et le matin arrive mais mon cher Anatole dort du sommeil du juste... du juste?

    *s'étrangle*

    Chapitre XXV :  

    En revanche, le reste de la maisonnée est déjà en effervescence.

    Arnaud persévère en peinture.

    Chapitre XXV :  

    Vénus et Lucie s'interrogent sur ce qui comblera leur appétit.

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :  

     Et enfin, le moment tant attendu arrive : mon cher Anatole se dirige vers la chapelle.

    Chapitre XXV :

     Et voilà, Gamin, je te présente la réplique exacte de la machine fabuleuse dont j'ai rêvé il y a peu.

    Chapitre XXV :

     Il ne me reste plus qu'à la programmer telle que je l'imagine et roulez, jeunesse, les flouzes et les simflouzes vont couler à flot sur mes comptes en banques.  Je vais renforcer ma position de maître incontesté et incontestable de cette ville de minables, du pays tout entier et du monde, tout simplement!  Je serai à l'abri, ma famille sera à l'abri, je vais devenir aussi précieux pour la communauté que la coquille l'est pour l'oeuf...  Je suis vraiment un génie.

    Anatole!!!  Non, tu ne peux pas...  Le futur appartient au futur!  Bon sang qu'as-tu fait?  Que fais-tu?  

    Chapitre XXV :

    Chhhhhuuuut... Je suis concentré, je me concentre, là, pour le cas où tu n'aurais pas remarqué.

    *grimace*

    Et ...

    Chapitre XXV :

    Vois...

    Chapitre XXV :  

    Là!

    Chapitre XXV :  

    Anatole!!!

    Oui, je sais, c'est formidable!

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

    Je te présente Roby!!!  Alors?  Je t'ai mouché, hein?!  Tu n'avais pas prévu, ça, n'est-ce pas?

    *éclate de rire*

    Chapitre XXV :

     Ceci me rapportera bien plus que les salles de jeux illégales, le trafic de jolies filles, les barmen qui versent une obole pour garder leur établissement ouvert. Je suis tellement impressionnant!

    Tu vas créer une armée de robots?

    *éclate de rire*

    Absolument pas: A quoi me servirait une armée?

    Vas-tu vendre des robots?

    *se tord de rire*

    Evidemment que non!

    Mais quoi alors?  Qu'as-tu en tête, Anatole?

    Je suis tellement génial et fier de moi que je décide d'éclairer ta lanterne.  Qui, à ton avis, a le compte en banque le plus fourni?

    Toi?

    Oui, bien sûr, je suis très-très riche.  Mais je ne vais pas me donner de l'argent à moi-même.  Tu es vraiment un crétin, tu sais.

    Anatole, arrête de jouer au plus fin avec moi.

    *exaspéré et déprimé*

    Dis-moi juste pourquoi tu as créé un robot.

    Je l'ai créé pour créer des nanites, évidemment.  Tu aurais mieux fait de continuer à jouer aux devinettes avec moi, tu aurais eu plus rapidement les réponses à tes questions.  Tant pis. 

    Des nanites?  Mais pourquoi des nanites?

    *boude*

    C'est moi qui voulais poser des questions.  Tu n'as pas à changer les règles ainsi.  Maintenant, observe et peut-être que tu comprendras.  Je te mets juste sur la voie: Les enfants sont ma cible.  Ils sont ma cible parce que le monde tourne autour d'eux et que les portefeuilles des seniors, des adultes, des jeunes adultes ne se resserrent jamais quand il est question de combler sa descendance ou ses manquements à l'égard de sa marmaille.

    *sourire carnassier*

    Ainsi, leçon n°1:

    Créer l'envie.

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :  

    Chapitre XXV :  

     Leçon n°2 :

    Combler l'envie.

    Chapitre XXV :

    Leçon n°3 :

    Identifier le besoin

    Chapitre XXV :

     C'est vrai que tu es impressionnant, mon cher Anatole.

    Pour s'occuper correctement de ce jouet, il faut notamment des nanites.

    Voilà, si tu veux un enfant comblé, tu dois lui fournir des nanites.  Je laisse le soin à mon camarade et associé loup-garou de fabriquer dans son usine les jouets et je garde le monopole des nanites, conditions sine qua non au bien-être des spirites et de leurs maîtres.  Et vu le succès que va avoir cette petite boule...

    Qui te dit que ce disque holographique aura du succès?

    Tout simplement parce que je sais qu'ils existent encore dans le futur et ne fais pas l'innocent, tu le sais aussi.

    *rougit*

    Comment as-tu réussi à reconstituer et créer à la fois les plumbots et les disques holographiques?

    Parce que rien n'est impossible au grand Anatole Lol!  Et aussi parce que j'ai volé les plans - dans mon rêve..

    *sourire en coin*

    ..dans le magasin de plumbots que j'ai visité et ramassé l'une ou l'autre nanite, si tu t'en souviens - ce dont je doute - dans le désert.

    Oh Zut, j'étais tellement occupé que j'ai complètement oublié l'anniversaire de Lina.

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

     Et une petite granita pour fêter ça!

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

    C'est effrayant de constater à quel point Lineva te ressemble.

    Tout ce que tu racontes est toujours d'une banalité affligeante.

    Je vérifie que mon Roby travaille comme il se doit; cela m'intéresse beaucoup plus que tes racontars.

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

     C'est parfait, les jours prochains seront décisifs pour les spirites.  Mes filles se chargeront de la publicité et bientôt tous les enfants du quartier vont réclamer leurs petites bêtes virtuelles, mangeuses de nanites.  Je dois être prêt à faire face à la demande.

    Et les jours passent et effectivement, Anatole avait raison, les filles, Lucie, Linéva et Vénus ne peuvent plus se passer de leurs spirites et les sortent à tout bout de champ, créant l'envie pour tout qui les croise.

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

    Et enfin, Anatole décroche le coup de téléphone tant espéré lui annonçant que les ventes de spirites ont crevé les plafonds, que tous les gosses en veulent et mieux encore: les adolescents aussi voire les adultes, même!

    Chapitre XXV :  

    Et mon cher Anatole de s'écrier:

    Mais double la production, bon dieu de bois!  

    Chapitre XXV :  

    Et de reprendre plus mielleux: 

    Mais si bien sûr que tu y arriveras, fais-moi confiance!

    Chapitre XXV :  

    Et de terminer par un:

    Je te l'avais dit que c'était sans risque.  Oui, je sais que je suis le meilleur, je te remercie de le faire remarquer.  Bien à toi, mon ami.  Oui, c'est cela "salutations distinguées et expression de ta haute considération..."

    Chapitre XXV :  

    *soupir excédé en raccrochant*

    C'est parfois lourd de susciter une telle admiration!  Le grand Anatole Lol a besoin de réconfort.

    Est-ce que je comprends bien? Tu voudrais te faire consoler parce que les gens t'admirent et te craignent?

    Je savais que tu ne comprendrais pas.  Il n'y a qu'une personne qui sache qui je suis et me comprenne... et elle n'est même plus de notre monde.  Le grand Anatole Lol est bien seul.

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :  

     Que se passe-t-il, mon cher Anatole?  La seule personne à te comprendre aurait-elle quelque retenue quant à ton comportement?

    Divine refuse que je ne tarde pas plus à venir la retrouver.  Elle m'explique que je dois rester pour nos enfants.  Tu vois, lorsque je te disais que c'étaient les enfants qui font tourner le monde, j'avais raison.  C'est tellement lassant d'avoir toujours raison.

    Cela m'arrache le bras gauche mais je dois avouer que Divine  a raison, mon cher Anatole. 

    Chapitre XXV :  

     Il y a mes soeurs pour s'occuper d'eux.  Moi, j'ai tout réussi, je suis arrivé au sommet, je suis le plus grand, le plus puissant...  Je suis devenu Anatole Lol, tout simplement.  

    Tu n'es pas sérieux, Anatole.

    Je ne sais pas encore, il faut que j'y réfléchisse.

    Oui et bien va réfléchir auprès des filles qui t'appellent pour une partie de domino, ça te changera les idées.

    Chapitre XXV :

    Et ta mère, Kyla, est venue en renfort aussi à l'encontre de tes idées noires.  Tu ferais bien d'y aller si tu ne veux pas un esclandre.

    J'ai beau être le grand Anatole Lol, je suis aussi l'esclave de ma famille, si je comprends bien.

    On peut voir les choses ainsi, mon cher Anatole, en effet.

    *sourire grinçant*

    Chapitre XXV :

    Oh!  Ton père est venu à la rescousse de Divine aussi, on dirait.

    Chapitre XXV :

     Oui, mais non, là, j'en ai ma claque de me faire remonter les bretelles par tous les fantômes de la famille.  Je vais casser une petite croûte et me mettre au lit, si tu vois ce que je veux dire.

    Chapitre XXV :  

     Je ne sais pas, mon cher Anatole, Lolita, ta soeur, est là aussi...

    Mais enfin, je rêve ou quoi?!  Ils vont me laisser en paix, oui.  Non mais oh, quelle affaire!  Ca va, c'est bon, je ne risque plus de venir les rejoindre tout de suite, quelle bande de casse-pieds.

    Chapitre XXV :

     Et en chemin pour ma couche, qui vient se lamenter?  Je te le demande, Gamin!

    ...

    Chapitre XXV :  

    Que se passe-t-il?

    Toujours la même sérénade: le temps qui passe, elle n'est pas mariée, voudrait des enfants mais elle est ermite, elle n'aime pas les gens, ne veut pas vraiment être maman mais quand même et Pete est super... mais non...

    Bref, l'instabilité perpétuelle de ma soeur joue sur ses hormones le long des cordes des rides de l'âge une mélodie qui me casse les oreilles.

    Puisqu'elle veut du bébé, nous allons chez mon frère, il y a du marmot, là-bas, elle pourra s'en occuper et je te fiche mon billet que ses envies de maternité vont fondre comme neige au soleil.

    Chapitre XXV :  

     L'ami Manu a ajouté un étage à sa maison, dis donc.

    J'ai beau être fatigué, je te signale que je ne suis pas devenu aveugle pour autant.

    C'est l'étage des enfants.  

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :  

    Chapitre XXV :

    Mon frère est toujours aussi fauché, ceci dit.  Je soupçonne son épouse d'être un puits sans fond.  Que c'est fatigant d'avoir des crève-misères au sein de sa famille.  Enfin... l'ami Manu restera l'ami Manu le pouilleux qui voulait se débarrasser de tout bien matériel.  N'importe quoi... mais attachant...

    Chapitre XXV :

     Allez, je repars me coucher et laisse ma soeur s'occuper de la marmaille de l'ami Manu.

    Chapitre XXV :  Chapitre XXV :  

     Elle est adorable, la petite Aurore.

    Chapitre XXV :

      Malheureusement, la petite Tera n'est pas là.

    Chapitre XXV :

     Je me demande bien où sa mère l'a emmenée, c'tte pauvre enfant.

    Colin est là, lui.

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

    Je préfère qu'il ne discute pas trop avec ma fille, Vénus.  Ses idées doivent être corrompues par le mode de vie de bohème de ses parents.

    Allez, tout le monde à la maison, il est temps de faire un bon repas, digne de ce nom.

    Chapitre XXV :

    Et comment va Lina?

    Elle pleure.

    Chapitre XXV :

    J'appellerai Pete tout à l'heure.  

    C'est gentil, ça!

    Ses sanglots me vrillent les nerfs, c'est bon, je jette l'éponge et passe la main. Si Pete pouvait l'emmener loin, très loin, ce ne serait pas si mal et qu'il emporte les marmottes de mon autre soeur, ce serait vraiment excellent.  Tu as vu la tronche qu'elles tirent, toutes les deux?

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :  

     *rit de bon coeur*

    Vivement qu'elles soient ado!  Tu vas te régaler!

     Ce qui leur arrive n'a rien à voir avec les hormones, Ignare puceron, cela  se nomme la jalousie.  C'est très vilain, la jalousie!

    Mais pourquoi donc seraient-elles jalouses? 

    Tu n'as vraiment aucun sens de l'observation, absolument rien retenu de tout ce que je t'enseigne depuis des semaines et des semaines.  Comment est-ce possible d'être aussi crétin?

    Elles sont jalouses à cause de leur mère, évidemment!

    Leur mère?

     Oui, je sais, c'est surprenant mais effectivement, les jumelles ont une mère.

    Non, ce que je voulais dire, c'est pourquoi sont-elles jalouses à cause de leur mère?...

    J'avais bien compris ce que tu voulais dire.  Je jouais bêtement du sarcasme, comme si tu étais capable de le comprendre.

    Elles sont jalouses parce que leur mère préfère ma fille, Vénus, à ses propres enfants et passer du temps avec elle plutôt qu'avec ses marmottes.

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

     Ceci dit, je comprends Evaline.  Ma fille est un ange tombé du ciel, comme Divine, sa maman, mon épouse adorée.

    Ah, il était temps, Pete arrive enfin et je vais pouvoir aller me coucher!

    Chapitre XXV :  

    Bonne nuit, mon cher Anatole.

    Bonne nuit, Gamin. 

    Chapitre XXV :

     As-tu bien dormi, mon  cher Anatole?  Où vas-tu de si bon matin?

    Chapitre XXV :

     Je vais voir une copine.

    Une copine?  Tu as une copine, toi, le grand Anatole Lol?

    Oui, je te présente Amélie.

    Chapitre XXV :

    Amélie est une bien jolie jeune blondinette comme tu les aimes, mon cher Anatole.

    Fiche-moi la paix, Gamin.  Je n'aime pas tes sous-entendus.

    Amélie et moi nous allons juste passer du bon temps à la piscine.  C'est tout.  Ne me prends pas la tête avec quoi que ce soit d'autre.

    Chapitre XXV :

    Arrête, Anatole, je plaisantais tout à l'heure, profite un peu, cesse de t'inquiéter pour ta famille.  Tu as tout fait pour les mettre en sécurité et ils sont en sécurité.

    Je donne juste un petit coup de fil pour être sûr...

    Chapitre XXV :

     Tout va bien: Lineva fait ses devoirs avec Roby ou plutôt fait faire ses devoirs à Roby sans que celui-ci ne s'en rende compte.  C'est un vrai renard, mon petit pot de margarine.

    Chapitre XXV :

     Ma fille, Vénus, adorable, explique à sa cousine, Lucie, qu'il faut prendre un parapluie, si elle sort. Elle est si douce, ma fille et si bienveillante.  Elle veille sur tout le monde, c'est une vraie mini-Divine.

    Chapitre XXV :  

     Pete s'occupe de ma soeur, Lina, comme je le lui ai demandé.

    Chapitre XXV :

     Et Evaline, bien sûr, profite de mon absence pour inviter son raté de scribouillard qui est devenu un pépé; ceci dit en passant.

    Chapitre XXV :

    Et ton fils, Arnaud?  Tu ne parles jamais de lui.

    C'est faux!  Arnaud est amoureux d'une fille dont il ne parle pas.  Je n'ai pas à trahir son secret pour t'amuser.  

    Chapitre XXV :  

    Son secret?  Il s'est confié à toi?  C'est super, ça, mon cher Anatole.

    Bien sûr que non, il ne s'est pas confié à moi mais le grand Anatole Lol n'ignore rien, tu le sais!

    J'ai obtenu ce matin même un rapport.  Regarde, on m'a transmis une photo de la belle qui fait battre le coeur de mon fils.

    Chapitre XXV :

    Tu fais suivre tes enfants, Anatole?!!

    Evidemment!!

    J'avais oublié que ton deuxième prénom n'est pas "confiance".

    Ce sont les faibles qui ont confiance.

    Et parce que tu n'es pas faible, tu fais passer le test ultime à ta copine, c'est bien cela?

    Evidemment, je devrai me plier à la décision de la gardienne de mon antre.  Je suis suffisamment fort pour cela et ne pas me laisser bercer d'illusions.

    Chapitre XXV :  

    Chapitre XXV :

     Amélie a réussi le test, dirons-nous.

    Ouiep, c'est une bonne nouvelle même si quelque part, j'aurais presque souhaité que...

    Tu dis ça; mais tes yeux disent autre chose, mon cher Anatole.

    Chapitre XXV :  

     Tu ne vois que ce que tu veux voir, Gamin.

    *voix triste et mélancolique*

    Je dois redouter qu'elle ne voit ce que tu vois et je dois lui dire que le seul lien qui puisse jamais nous unir c'est l'amitié.  J'appartiens à une autre... à jamais.  C'est ainsi et depuis toujours.

    Chapitre XXV :  

     Elle ne dit rien, n'ajoute rien et je l'en remercie.

    Chapitre XXV :

     Et la nuit arrive, avec elle, son lot de fantômes.

    Chapitre XXV :  

    Mais Anatole, cette nuit-là, ne se lève pas pour leur parler.  Et le matin venu s'occupe en souriant du petit déjeuner.

    Chapitre XXV :  

    On est jamais mieux servi que par soi-même, n'est-ce pas, Gamin?  Te souviens-tu comme je détestais la bouillie infâme que ma mère me préparait.

    *rit de bon coeur*

    Tu m'as l'air de bien bonne humeur, mon cher Anatole.

    Oui, j'ai prévu une petite explosion ce matin, mon coeur est à la joie à cette idée.

    N'en as-tu pas assez de faire du mal?  Pourquoi veux-tu commettre un attentat?

    *rit de plus belle*

    Je parle de mon labo, pauvre inculte sans cervelle!

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

    Pendant que tu joues au petit chimiste, tes enfants se préparent à aller à l'école.  Apparemment, Arnaud compte ramener l'élue de son coeur après les cours.  Je voulais te prévenir.

    Chapitre XXV :

    Oui, je sais.  Le grand Anatole Lol sait tout, je te l'ai dit et répété tant de fois que je me demande comment cela n'est pas gravé sur ton front de crétin.

    *grimace*

    Anatole?!!!!  Que fais-tu?

    Chapitre XXV :

    Hé!  Ne crie pas comme ça!  Tu vas effrayer mes lecteurs.  Ce n'est ni moi dans la piscine ni moi qui me débarrasse d'un gêneur.  

    Je sais que ce n'est pas toi dans la piscine.  Tu ne vas pas secourir le malheureux qui se noie?

    Non merci.  Je suis occupé.

    Chapitre XXV :  

    Anatole?!

    Perds ton accent d'hystérie outragée...  C'est fini, la faucheuse va nettoyer tout ça.

    Chapitre XXV :

    Sitôt dit, sitôt fait.  C'est parfait; et tant mieux parce que mon fils ne va pas tarder avec sa conquête.

    Chapitre XXV :  

    Voyons comment mon crétin de fils va s'en sortir.  Je parie 10 contre 1 qu'il l'emballe dès le premier rendez-vous.  C'est un sacré baratineur qui sait faire rêver et promettre monts et merveilles sans rien comprendre à ce qu'il dit, mon fils.  C'est un imbécile mais rusé et grand orateur!  Je l'adore.

    Tu as un façon bien particulière d'adorer les gens, mon cher Anatole.

    C'est dommage d'être emprisonné à ce point dans le carcan des préjugés et des codes sociaux, Gamin.  Tu me fais vraiment pitié.  Il n'y a pas de code à l'amour, à l'adoration.  Le grand Anatole Lol se rit des us et coutumes.  

    Stoppons là ce baratin inutile et concentrons-nous sur la technique de drague de mon mini-moi.

    Chapitre XXV :  

     Est-ce vraiment utile de savoir si cette gazelle est célibataire?  Franchement, peu importe la concurrence quand tu es un LOL.

    *grogne*

    Chapitre XXV :  

     Elle n'est pas farouche, la petite, ça va encore être plus facile que prévu.

    Chapitre XXV :  

     Et voilà...  Emballée, pesée, la gamine.  Il a fallu au moins cinq minutes à mon crapaud!!  Je serais presque impressionné par sa technique.

    *rit de bon coeur*

    Chapitre XXV :

     Ah!  Voilà mes invités!  Il est temps de fêter ma fille, Vénus.

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

    Vive Vénus!

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

    Ouf!  Ma fille est splendide.  Une beauté pure et originelle!  Vénus est magnifique!

    Je m'en vais sans tarder le lui dire.  Une perle dans un écrin, un ange descendu sur terre, la déesse de toutes les déesses...  Quelle fierté pour un père de compter une enfant si douce, si sensible, si intelligente, si belle!

    Chapitre XXV :  

     Quant à mon fils, il se débrouille comme un vrai séducteur!  Quelle agréable surprise que de constater qu'il ne sera pas un boulet pour la famille toute son existence durant!

    Chapitre XXV :  

    Tout ceci vaut bien un petit concert en solo du grand, de l'immense, du talentueux Anatole Lol!!

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

    Et terminons cette fabuleuse soirée par un duel à l'Anatole.  Evaline est et restera toujours mon adversaire préférée!

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

    Vous allez réveiller, les marmottes, Anatole, avec vos jeux stupides.

    Ce n'est pas ça qui va déranger madame "massoeur".

    *rire moqueur*

    Chapitre XXV :

    Et voilà: KO!

    *rire triomphant*

    Chapitre XXV :

     Allez, au dodo, demain, il y aura encore quelques anniversaires!

    Chapitre XXV :  

     Tiens, la petite copine de mon fils a dormi à la maison, on dirait.  Divine n'aurait pas apprécié de la voir déambuler en culotte à la maison. Cela a l'air de mettre mon fils mal à l'aise, il ne sait plus où regarder.

    *rit de bon coeur*

    Chapitre XXV :  

     Vite, ma fille, tu vas être en retard à l'école.

    Chapitre XXV :  

    Chapitre XXV :  

    Je dois nourrir ma belle plante aussi.

    Chapitre XXV :

      Tu as l'air préoccupé, mon cher Anatole.

    Chapitre XXV :  

    Non, sais-tu, tout va bien.

    *sourire forcé*

    Je vais m'occuper de Roby, histoire d'augmenter encore son rendement.

    Chapitre XXV :

    Et je vais attendre le retour des enfants.  Je dois avouer que ma vie est tellement routinière à nouveau que je ferais bien une petite sieste et me laisser emporter vers le futur.  Je pourrais trouver peut-être là-bas une autre source d'inspiration.

    *sourire innocent*

    ...

     Non?  Bon, alors je me contenterai d'une partie de domino...

    *soupir*

    Chapitre XXV :  

    Ah!  Voilà ma fille... Qu'est-ce que le temps est long quand on s'ennuie.

    Chapitre XXV :

    Tu aurais pu organiser une fête d'anniversaire pour Lucie et Linéva; cela aurait pu te divertir quelque peu.

    Ah non!  C'est une nouvelle coutume chez les Lol: pas de fête d'anniversaire pour les marmottes.

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

     Le moins que l'on puisse dire c'est que les jumelles ne se ressemblent pas du tout.

    Oh!  Zut, mon cher Anatole...  J'avais oublié qu'aujourd'hui, c'est aussi ton anniversaire.

    Tout le monde l'avait oublié...  Ce soir, je me coucherai pépé.

    *grimace*

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

     Je te remercie de ne point commenter mon apparence physique.

    Tu es toujours aussi séduisant, mon cher Anatole.  Le temps n'a point d'emprise sur toi.

    Je te remerciais d'éviter ce genre d'ânerie...  J'aurais mieux fait de ne rien dire.

    Oh pitié...  Ils n'avaient pas vraiment oublié mon anniversaire.  Ils se sont sentis obligés de me préparer un concert surprise.

    Chapitre XXV :  

     Je préfère m'enfermer dans mon labo.  Cette effusion de notes me donne la nausée.

    *grimace*

    Chapitre XXV :

    Oh!  Qu'entends-je?  Qu'est-ce cette douce mélopée?

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

    Ma Divine, mon ange, mon coeur...

    Chapitre XXV :

    On dirait que ton fils n'est plus le seul à avoir trouvé chaussure à son pied...

    *sifflote* 

    Chapitre XXV :

    Mais où est ta fille, mon cher Anatole?

    Chapitre XXV :  

    Elle avait un désir particulier dont elle m'a confié les détails.  Je n'ai pu lui résister et le lui ai offert de suite ou presque.

    Et hop: par la magie d'Anatole!

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

    Ma fille est vraiment magnifique.

    Chapitre XXV :

     Au-dessus de mon atelier de fabrication de nanites, Vénus a dorénavant son laboratoire scientifique.

    Je ne me lasse pas de la regarder travailler...

    Chapitre XXV :

    Et ton fils, mon cher Anatole?

    Il n'a pas les mêmes centres d'intérêt que Vénus, ni les mêmes amis.

    *rictus*

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

    Je pense que le moment est venu de laisser un dernier cadeau à ma fille.  Il vaut mieux que ces quelques échantillons du futur ne tombent pas entre d'autres mains que les siennes.

    Chapitre XXV :  

    Anatole!  Le futur doit... Hé!  Mais pourquoi dis-tu "dernier cadeau"?

    *sourit doucement*

    J'ai reçu une visite de ma mère, cette nuit, qui m'a dit qu'il vaudrait sans doute mieux que je mette de l'ordre dans mes affaires ...

    Chapitre XXV :

    Ooooh...

    *ému*

    Ne prends pas cette mine déconfite, enfin!  C'est une très agréable et très attendue nouvelle.  Je trouve le temps infiniment long depuis que Divine n'est plus et encore bien plus depuis que je suis devenu un vieillard.  Tu ne voudrais quand même pas que le grand Anatole Lol devienne éternel et voie mourir un par un ses enfants et tous ceux qu'il aime.  Es-tu donc à ce point égoïste et cruel?

     Mais ce soir, c'est l'anniversaire de ton fils

    Chapitre XXV :

    et ... bon, j'espérais que... enfin, je veux dire...

    Tu n'as fait aucun progrès en éloquence, tu es toujours aussi nul!  Comment ai-je réussi à te supporter semaine après semaine?...  Personne n'aurait pu survivre à ce supplice, il fallait une telle force de caractère et une telle dose de patience!  Je pense que pour cet exploit, je mérite une statue, une médaille et les honneurs éternels de toute la communauté.

    *sourit doucement*

    Dépêche-toi, mon cher Anatole, ton crapaud est sur le point de souffler ses bougies...

    Chapitre XXV :  

     Oups...

    Chapitre XXV :

    Chapitre XXV :

     Je pense qu'il est un peu tard.  J'expire et je meurs, Gamin.

    Tu vas me manquer, mon cher Anatole.

    Toi pas, tu ne me manqueras pas du tout.  Je vais - enfin! - être libéré de toi.  Quelle félicité que ce moment!

    Il y en a à qui je ne manquerai pas beaucoup, apparemment.

    *rit aux éclats*

    Regarde ces deux fouines, Linéva et mon crétin de fils, alors que je meurs, ils  sont déjà en train de se partager le gâteau et je ne parle pas du gâteau d'anniversaire!

    Chapitre XXV :  

    C'est le souci lorsqu'une personne comme toi meurt.

    Personne n'est comme le grand, le génial Anatole Lol!  Mais tu as raison, Gamin, c'est le souci lorsqu'on laisse une immmmmense fortune, les héritiers sont prêts à tout pour récupérer la plus grosse part.

    Tu t'inquiètes pour ta fille, Vénus?

    Euh non, là, vois-tu je meurs...  Et c'est là ma seule préoccupation.

    Chapitre XXV :

    Euh... oui, pardon...

    *rit*

    Je plaisantais!  Avant de disparaître, d'aller rejoindre ma Divine, je vais te livrer la dernière leçon du grand, de l'immense Anatole Lol.

    Sache, sachez, que le monde entier sache que les saisons se succèdent, les années, les siècles s'additionnent mais reste immuable cette règle fondamentale que d'aucuns devraient graver dans le marbre: "La loi du plus fort est toujours la meilleure".  La vie rêvée et vécue du grand, de l'immense, du cruel Anatole est la parfaite illustration de cet adage.

    Que mes enfants, à présent, prennent à coeur d'illustrer leur propre maxime.  Le grand Anatole Lol cède sa place.

    Chapitre XXV :  

     Quel sera l'adage de tes enfants, mon cher Anatole, à ton avis?

    *sourit tendrement*

    Pour Vénus, si douce, si ambitieuse, si altruiste, si entière, si intelligente et si confiante, ce serait : "Tomber sept fois, se relever huit".  Sa vie ne pourra être qu'une succession de désillusions.

    *sourit tout aussi tendrement*

    Pour Arnaud, je n'ai pas besoin de t'expliquer pourquoi, ce serait : "Un intellectuel assis va moins loin qu'un con qui marche".  

    *éclate de rire*

    Il est l'heure à présent.  Je dois y aller.

    Prends soin de toi, Gamin.

    Chapitre XXV : Ainsi disparaît Anatole Lol 

     Prends soin de toi aussi, mon cher Anatole, et des tiens... comme tu l'as toujours fait.

    *acquiesce et sourit*

    A ciao, l'ami.

    Adieu, mon très cher Anatole.

     

    F I N

    Pin It

    10 commentaires
  • Pendant des jours, j'observe cet homme dévasté, le grand Anatole Lol, comme il aimait à s'appeler, avant.

    Du matin au soir, comme un mourant passe de son fauteuil à son lit d'hôpital, Anatole passe du lit de jardin au petit banc qui fait face à la tombe de son épouse.

    Chapitre XXIV :

    Chapitre XXIV :

    Chapitre XXIV :  

    Le soir venu, il guette et erre dans sa maison à la recherche de la femme tant aimée qu'il croise parfois...

    Chapitre XXIV :

    Eperdu alors, il se réfugie tout contre elle, la suppliant de rester encore et encore.

    Chapitre XXIV :  

    Cependant, immanquablement, chaque matin, elle disparaît dans un nuage d'argent.

    Et Anatole se retrouve assis, couché, ne trouvant nulle part sa place, comme un chien hors de son panier, comme un chien privé de son maître.

    ...

    *regard en coin*

    Vas-tu donc renoncer à ta vie rêvée, mon cher Anatole?

    Non seulement tu négliges tes enfants, Anatole.

    Chapitre XXIV :  

    Il n'y en a qu'une à moi, comme tu me l'as si bien fait remarquer un jour.

    Tout n'est pas perdu si le grand Anatole Lol a encore de la mémoire et qu'il se souvient de ce genre de détail.

    Ma fille n'est pas un détail!  Allez, file, tu m'agaces.

    Te souviens-tu également que tu as un fils?

    Oui, oui... Ne t'inquiète pas pour lui, il se passionne pour les jeux videos afin d'échapper à sa médiocrité.

    Chapitre XXIV :  

    Et pour ton boulot, dois-je m'inquiéter, mon cher Anatole?  Cela fait des jours que tu ne t'y es plus rendu.

    Je déteste la musique, j'en ai marre de donner des concerts.

    Et pour tes "affaires" dois-je m'inquiéter?  Sais-tu que l'on raconte que le grand Anatole Lol est un mort-vivant? On chuchote aussi que peut-être le grand Anatole Lol n'a jamais été et qu'il aurait fallu plutôt parler de la Grande et redoutée Divine.

    Ces ragots m'indiffèrent, qu'ils se bouffent entre eux, je suis hors d'atteinte.  Le monde est perverti et je m'en barbouille le popotin avec le non moins fameux plumeau de l'indifférence.

    Dispose, Vermiceau, va donc importuner quelqu'un d'autre.  Tu me lasses et je suis fatigué.

    Puisque tu es fatigué, va donc te coucher, mon cher Anatole.  Ta fantomette ne devrait pas arriver avant quelques heures.

    Enfin, te voilà venu avec un discours cohérent.

    Chapitre XXIV :  

     Puisque le poids de mes mots n'éveille pas la conscience de ce brave Anatole, je décide, transgressant toutes les règles d'éthique d'emmener Anatole, là, où nul être n'a le droit d'aller; pensant que bien mieux que des paroles, la vision de ce qu'est/serait/sera l'avenir fera revenir Anatole parmi les vivants; là où est sa place.

    C'est ainsi qu'en "rêve", j'emmène mon cher Anatole contempler l'avenir tel qu'il sera s'il ne reprend pas les rênes de son existence et de celles de la communauté. 

    Chapitre XXIV :  

     Tu m'emmènes où, Gamin?  

     Je t'emmène dans le film de la vie, en accéléré, mon cher Anatole, afin que tu contemples ce que sera le futur si d'aventure tu décidais de finir tes jours comme une crapule indifférente à tout ce qui se trame autour de toi.

    Ce charabia que tu me sers signifie-t-il que je suis dans le futur?

    Exactement, mon cher Anatole.  Une fois de plus, je m'incline devant ton génie.

    Tu fais bien, Vermiceau.  Mais je reste pantois et presque, dirais-je, intrigué par le plan que tu viens de monter à mon intention.  En quoi, dis-moi, ce futur pourrait-il m'intéresser puisque selon toute probabilité je n'y serai pas?

    Tu n'y seras pas, certes, mais tes descendants, eux, y seront.

    Montre-moi ça.

    *sourire sceptique*

    Allons-y, donc.

    Chapitre XXIV :

    Chapitre XXIV :

    Il fait sombre ici, j'aurais dû amener ma lampe-torche.

    *sourire sarcastique*

    C'est la pollution, mon cher Anatole, ton monde a été tellement perverti que personne ne pensait plus qu'à sa pomme, sans se soucier du bien de tous.

    J'avais compris, hein.  Je ne suis pas stupide.

    C'est ici?

    Chapitre XXIV :  

    C'est une bien jolie maison, avec piscine en plus.  Montre-moi mes descendants...

    En voici un : Anatole, je te présente Geoffrey.

    Chapitre XXIV :  

    Et en voici une autre: Olympe.

    Chapitre XXIV :

    Elle a l'air agile, en bonne santé.  Et le gamin aussi.  Ce qu'il y a de beau dans la nature humaine c'est sa capacité à s'adapter.

    Je ne vois vraiment pas le problème, Gamin.  Ce futur en vaut un autre.

    Tu ne vois pas le problème?  Tu ne vois pas le problème????

    *expire inspire comme un cheval qui a trop galopé*

    Tu ne vois pas que le monde est moribond?  Que la nature est détruite?  Que le soleil ne perce plus?  Que les météorites s'écrasent partout sur le sol, faisant tous les jours des victimes, adultes, hommes, femmes, enfants, sans distinction.

    Chapitre XXIV :  

    Chapitre XXIV :

    Chapitre XXIV :  

     Tu es trop tendu, Gamin.  Tu devrais faire un peu de yoga.  

    Maintenant, montre-moi l'autre alternative.

    L'autre alternative?

    Ne me prends pas pour un lapin de six semaines, Gamin!  A toute prophétie, il y a au moins deux branches.

    Quelle est l'alternative la plus vraisemblable si j'obéis en brave?  Que se passe-t-il si j'use de mon pouvoir et de ma puissance pour modifier ce qui est en cours?  Quel est le futur de ce monde si au lieu d'asservir, je me mets au service de la communauté.  Montre-moi, Gamin.

    *ton sans appel* 

    D'accord, mon cher Anatole.  Voici la seconde hypothèse: la nature en fête, le bonheur à tous les coins de rue, aucun détritus qui ne soit recyclé, la beauté des paysages...

    Arrête de faire ta pub et montre-moi!

    Chapitre XXIV :

    Chapitre XXIV :

    Chapitre XXIV :

     Emmène-moi voir mes descendants, à présent.

    Chapitre XXIV :  

    Ce futur change sans vraiment changer; si je ne me trompe, c'est la même maison et les mêmes descendants...  Tout ce qui change, c'est le décor.

    *sonne à la porte d'entrée*

    Anatole?!  Que fais-tu?  Tu ne peux pas intervenir dans le futur...  Je t'ai emmené comme simple spectateur...  Anatole?!!

    La prophétie va s'en ressentir, hein, Bonhomme?... Une nouvelle branche vient de pousser, tu stresses...    

    *sourire moqueur*

    Tel est pris qui voulait prendre, Gamin.  On ne manipule pas le grand Anatole Lol.  Excuse-moi, quitte à y être, je voudrais embrasser mes descendants.  Ne blémis pas, Gamin...

    *rit de bon coeur*

    Chapitre XXIV :

    Chapitre XXIV :  

     J'ai aussi une descendante.  Elle s'appelle Anna, Gamin.

    Puisque j'y suis, j'ai bien envie, oui, de faire une petite partie de lancer de rosée avec elle.

    Chapitre XXIV : Ainsi va et vient Anatole Lol

    Chapitre XXIV : Ainsi va et vient Anatole Lol

     

     

    Chapitre XXIV : Ainsi va et vient Anatole Lol

      

    Chapitre XXIV :  

    Chapitre XXIV :

    Chapitre XXIV :  

    C'est une petite fille très sympathique, ma desendante.  Elle m'a conseillé un endroit où je veux absolument aller.  Nous pourrons rentrer après, Gamin.  Arrête de tirer la tronche, tu savais ce qui t'attendait en m'amenant ici.

    *sourit de toutes ses dents* 

    Chapitre XXIV :

    Chapitre XXIV :  

    Anatole, arrête.  Tu ne dois pas intervenir dans le futur, bon sang!  Ecoute-moi. 

    J'ai presque terminé...

    Chapitre XXIV :

    Anatole?!  Où cours-tu encore?

    J'arrive, j'arrive, ne t'inquiète pas...

    Chapitre XXIV :

      Allons-y, tout ce rose finit par me donner la nausée.

    Chapitre XXIV :

     

     Pour la première fois depuis le décès de Divine, Anatole ne se lève pas à 3h du matin, cette nuit-là; il dort à poings fermés.

    Chapitre XXIV :  

     Et lorsque le matin arrive...

    Chapitre XXIV :

    Gamin, j'ai fait un rêve formidable!

    Ce matin, je suis en très grande forme.

    J'en suis ravi,  mon cher Anatole.  J'attendais avec impatience la nuit qui te porterait conseil.

    *sourire carnivore*

    Cette nuit a fait plus que de me porter conseil.  Elle m'a rendu la pêche, l'envie, la "gniak"...  Le grand Anatole Lol a encore eu une idée de génie!!!  Oh yyyyeeeeahhhhh!!

    Chapitre XXIV :

    Tu vas écrire une nouvelle chanson?

    *totalement abasourdi*

    Evidemment, ce serait un bon début...

    *rit de bon coeur*

    Ce n'est pas ça du tout!  Qu'on convoque les bulldozers....  Le futur, c'est aujourd'hui!

    (à suivre...)

    Pin It

    5 commentaires
  • Les jours qui suivent la disparition tragique de Juliette

    Chapitre XXIII :

    - dernière manifestation en force de la domination de mon cher Anatole sur l'ensemble de la communauté - s'écoulent doucement et joyeusement pour la famille Lol.

    Arnaud continue à être aux petits soins pour Vénus.

    Chapitre XXIII :  

     Anatole continue à s'occuper de la forme physique de son petit gars: répétant et répétant sans cesse qu'un esprit sain et clair ne peut s'épanouir que dans un corps sain et fort.  Il n'hésite pas dès lors à éveiller son fils à l'aube pour l'entraîner.

    Chapitre XXIII :  

     Et bien évidemment, comme toujours dans la famille de Lol, les anniversaires succèdent aux anniversaires.

    Ouiep...  Tout d'abord, ma déesse: Vénus! 

    Chapitre XXIII :  

    Vive Vénus! 

    Chapitre XXIII :

    Chapitre XXIII :

    Chapitre XXIII :

    Chapitre XXIII :  

    Vénus qui en profite déjà pour donner une leçon de bricolage à ses cousines sous le regard attentif d'Arnaud, que son état de frère aîné lui confère.

    Ce petit prend confiance en lui, je n'en suis pas peu fier.  Le sport, une hygiène de vie irréprochable aident considérablement un jeune garçon à trouver son équilibre.

    C'est un peu cela qui t'a manqué, mon cher Anatole.  

    Suggères-tu, sale plancton visqueux, que je ne suis pas une personne équilibrée?

    ...

    *sourire en coin*

    Il m'est toujours égal de savoir ce que tu penses de moi, Gamin.  

    Reprenons le récit de mes palpitantes aventures.  Après ma superbe fille, Vénus, donc, c'est au tour des marmottes de Madame "Massoeur" de grandir.

    En premier, ma préférée, mon petit pot de margarine, Linéva.  Elle a un sacré caractère, celle-là.  Elle aurait pu être ma fille: un esprit tordu dans un corps parfait.

    Chapitre XXIII :

    Et comme toi, elle a tendance à se plaindre sans arrêt et ronchonner.

    Blablabla...

    Chapitre XXIII :

    Chapitre XXIII :

    Chapitre XXIII :

    Chapitre XXIII :

      Ensuite vient Lucie, la douce, l'introvertie, la rêveuse.

    Ouiais, on pourrait dire qu'elle est le côté pile là si tu es le côté face.

    J'aurais pu ... mais personne n'aurait compris ce que je voulais raconter.

    *lever de sourcils condescendant* 

    Chapitre XXIII :

    Chapitre XXIII :

    Chapitre XXIII :

    Chapitre XXIII :

    Chapitre XXIII :

     Divine, ma sublime épouse, offre un superbe cadeau aux marmottes: une chambre splendide.

    Chapitre XXIII :  

    Mouais... En fait, depuis le début tu t'en défends, mais tu adores le rose, mon cher Anatole.

    *lever de nez condescendant*

    Elle leur a aménagé également un petit coin de musculation pour l'esprit.  Elle est géniale, ma Divine.

    *sourire benêt*

    Chapitre XXIII :  

    A ce jeu-là, Vénus est abattable.  Je plains ses adversaires.  Je pense que je devrais peut-être donner un petit coup de mains à Arnaud.  Je ne suis pas sûr qu'il ait même compris les règles des dominos.

    Chapitre XXIII :  

    Anatole!!!  Arrête avec Arnaud.

    Je ne suis pas loin de penser que tu le couves trop, ce gamin, sous prétexte que tu es persuadé qu'il est stupide.

    Il est stupide, c'est comme ça et ce n'est pas grave.  Pourquoi faudrait-il qu'on naisse tous avec les mêmes capacités.  C'est ridicule de penser ça!

    Allez, je vais me détendre!

    Chapitre XXIII :

     Prépares-tu une potion fantôme pour apprendre aux filles à se tenir éloignées de la machine à invention?

    Elles n'en ont pas besoin et Arnaud qui est discret comme un camion de pompier appelé sur un incendie leur a déjà raconté mon tour.  Il n'y aurait dès lors aucun intérêt à ce que je redevienne un fantôme.  Elles ne seraient même pas effrayées.

    Tu vas être ravi, mon cher Anatole, Lina peint une oeuvre à ta gloire.

    Chapitre XXIII :

    Chapitre XXIII :  

     Je le sais!  Le grand Anatole Lol sait tout!

    Oh yeah!

    Chapitre XXIII :

     Pourquoi "oh yeah"?  Que se passe-t-il?

    Explosion... Ba-bam!!

    *rit aux éclats*

    Chapitre XXIII :  

    Tu es vraiment un enfant, mon cher Anatole.

    Je suis bien plus drôle et plus intéressant qu'un gosse, Gamin!

    Allez, je vais fêter ça avec une bonne petite granita et un câlin à ma femme!

    *sourire comblé*

    Chapitre XXIII :

    Chapitre XXIII :  

    Oh!  Que vois-je?  C'est impossible!  

    Chapitre XXIII :

      On dirait Kyla, ma mère.  C'est impossible, elle repose sous terre et je l'ai encore vue tout récemment sous sa forme de fantôme.

    Je pense que je fais une overdose de granitas.  Je devrais me lancer dans une alimentation plus saine et plus riche en protéines.

    Chapitre XXIII :

    Chapitre XXIII :

    Chapitre XXIII :

     On dirait que Linéva se voit déjà à la tête de ton empire, mon cher Anatole.

    Clairement, cette petite à de l'ambition.  Mais mon héritier, c'est Arnaud... enfin, s'il me survit...

    Anatole!!!

    Je plai-sant-euh!  Tu es un peu tendu des mandibules, Gamin!  Tu devrais prendre une petite granita...

    *sourire chaleureux" 

     Serait-ce déjà l'anniversaire de ton crapaud?!! 

     Ton esprit d'analyse devient de plus en plus aiguisé, Gamin!  Tu dois travailler beaucoup ta compétence logique, toi, petit cachottier!

    Chapitre XXIII :

    Chapitre XXIII :

    Chapitre XXIII :

    Chapitre XXIII :

    Oh lalala... c't enfant!  On dirait une otarie quand il s'acclame!  C'est quand même, la base: Savoir se faire valoir, s'auto-congratuler, paraître fort et mâle et virile.  Je suis au désespoir... 

    *mime l'arrachement de son propre coeur*

    Chapitre XXIII :

    Chapitre XXIII :  

     Oulà...

    *soupir résigné* 

    Je vais expliquer à Divine qu'une coupe de cheveux s'impose pour notre marmot... Mais que vais-je faire de lui?  Bon sang ne devrait pas mentir, pourtant?!!

    *re-soupir résigné*

    Chapitre XXIII :

     Regarde, même l'ami Manu a fait un fils plus tueur que le mien.  Regarde Colin, c'est un enfant et il fait encore plus peur que mon ado.

    Chapitre XXIII :

    Chapitre XXIII :  

    Là, tu vois on sent l'âme riche et torturée du Lol!  Brave petit Colin!

    Tandis qu'ici...

    Chapitre XXIII :  

    Ici, c'est juste le vide, le néant, la médiocrité au fond du regard niais.  Pauvre petit crapaud, malheureux Arnaud qui demande à sa mère s'il pourra encore dormir avec son ours; même s'il est devenu grand?!  Non mais oh... Il est à pleurer, cet enfant, s'il veut dormir avec son ours, il dort avec son ours.  Pourquoi demander son avis à quelqu'un d'autre qu'à lui-même?!  C'est hallucinant, quand même.

    *secoue la tête, dépité*

    Chapitre XXIII :  

     Décidément, je ne suis pas au bout de mes désillusions.  Que vois-je? Le Lucien est devenu un vieux pépé et je... le grand Anatole Lol qui s'est occupé comme personne de ses marmottes n'a pas été invité à la fête d'anniversaire de cet ingrat scribouillard!

    Chapitre XXIII :

     Décidément, Linéva confirme sa ressemblance d'avec toi.  La musique a l'air de lui vriller les nerfs, tout comme toi, mon cher Anatole.

    Chapitre XXIII :

    Ah mais non!  Quand c'est Divine qui joue du piano ou de la guitare, ou de la contrebasse ou qui sifflote, on se départit de ce genre de grimace, Mademoiselle-je-me-prends-pour-la-grande-Linéva-Lol!  Je vais lui apprendre, moi...

    *mécontent*

    Mon cher Anatole, ta mère est venue embrasser ton fils pour son anniversaire.  C'est adorable.

    Chapitre XXIII :  

    Tu ne vas pas la saluer?

    Je suis occupé, là, je dois entretenir la bonne forme de la gardienne de mon antre.

    Chapitre XXIII :

    Chapitre XXIII :

    Et je dois vérifier que le manant continue à craindre le grand Anatole Lol.  Ensuite, je me ferais une petite séance de musculation...

    Chapitre XXIII :  

    Anatole, je pense que tu devrais assez rapidement te rendre auprès de ton épouse.

    *ton lugubre*

    Oh, non... ne me dis pas que...

    Chapitre XXIII :

    Je suis désolé, mon cher Anatole.

    Chapitre XXIII :

    Chapitre XXIII :

    Chapitre XXIII :  

    Je suis si triste pour toi, mon cher Anatole.  Je sais - tout le monde sait à quel point tu tenais à Divine.  Je suis vraiment désolé, seul le temps pourra sans doute alléger ta peine et ...

    Tais-toi!

    *ton dur et froid*

    Le moment était venu, je ne veux pas en parler, ni avec toi, ni avec personne.

    Anatole, tu devrais peut-être...

    Chhhuut... je dois travailler sur un nouveau projet, laisse-moi.

    Chapitre XXIII :

     Tu n'es pas le seul à être triste, mon cher Anatole.  

    Chapitre XXIII :  

     Ne t'inquiète pas pour mes enfants, la tristesse passe aussi vite qu'elle est venue.  C'est comme ça.

    Chapitre XXIII :

    Chapitre XXIII :  

     C'est à cet âge-là qu'on peut le plus facilement se rire de la mort.  

    Chapitre XXIII :

    A un autre âge, la mort d'un autre nous ramène à notre propre mort, prochaine et inéluctable.  Ce chagrin-là n'est pas tourné vers l'être perdu, mais vers soi-même.  Et il ne m'intéresse pas!

    Chapitre XXIII :

    Chapitre XXIII :  

    *changeant de sujet*

    C'était ça, ton projet, mon cher Anatole?  Mais c'est n'importe quoi!

    *incrédule*

    Chapitre XXIII :  

    Jusqu'à l'heure de retrouver Divine, je dois tuer le temps et je le tuerai à faire n'importe quoi.  Telle est ma décision et ce sera parfait!

    Maintenant, laisse-moi manger tranquillement.  Le grand Anatole Lol est fatigué.

    Chapitre XXIII :  

     Pense à tes enfants, Anatole...  Ne te laisse pas abattre...

    Chapitre XXIII :

    Chhhhuuuuttt, Gamin...  Respecte mon deuil, s'il te plaît, je te le demande.

    Chapitre XXIII :

    Chapitre XXIII :  

    La douleur, l'abattement de mon cher Anatole Lol sont palpables, me transpercent le coeur et me laissent haletant.

    A cette heure, la nuit tombe sur Moonlight falls comme l'obscurité semble s'être abattue sur la vie de mon cher Anatole.  

    Espérons que le temps, effectivement, fasse son oeuvre et que peu à peu, Anatole retrouve le goût de vivre ... tout simplement.  

    En écrivant ces quelques mots, je me rends compte à quel point mon discours est convenu.  Anatole aima comme peu d'entre nous sont capables d'aimer et il est peu probable qu'il puisse, un jour, être à nouveau...

    L'important n'est pas ce qui sera, Gamin, l'important est ce qui est; et ce qui est n'a plus d'importance.

    Chapitre XXIII :

     

    *ferme doucement les yeux*

     

    (à suivre...)

    Pin It

    3 commentaires
  • Anatole!!!  Que fais-tu? 

    Chapitre XXII :

    Je viens de te le dire, Gamin, je donne une leçon de vie et de mort à mon fils; tout en un, comme  les produits de nettoyage!

    J'explique qu'il ne faut pas s'approcher de la machine à invention sinon pouf!

    Chapitre XXII :

    Ne pas s'approcher de la machine à invention sinon... pouf!  Tu expliques ça comme ça, toi?!

    Mon fils a beau avoir le cerveau lent, apparemment le tien l'est plus encore. Oui, pouf :tu meurs et tu deviens un fantôme et ce n'est pas une blague.

    Mais pourquoi choisis-tu de mourir et d'effrayer ton fils plutôt que de te débarrasser de la satanée machine que tu crains tellement?  

    Chapitre XXII :

     Déstresse, Gamin, tout d'abord, je ne suis pas mort pour de vrai.  J'ai utilisé une potion.  Dans ton imaginaire infirme, tu devais penser que je me contentais de fabriquer du jus kipus et des envies pressantes?  L'effet fantôme, malheureusement, ne dure pas.

    Me voici déjà redevenu moi-même, prêt à donner une leçon de ballon à mon fils. 

    Chapitre XXII : 

     Quelle élégance dans l'effort!  Admire, Gamin.

    Gamin?  Tu boudes?

    Je me remets de mes émotions, j'ai vraiment cru que tu avais passé l'arme à gauche.  A ce sujet, tu ne m'as pas répondu: Pourquoi ne pas te débarrasser de la maudite machine à invention?

    Connais-tu l'histoire de Barbe bleue, Gamin? 

    Oui, mon cher Anatole, je connais l'histoire de Barbe Bleue.

    Eh bien, le principe est le même et il s'appelle "la confiance".  Le grand Anatole Lol fait confiance MAIS...

    Tu fais confiance mais te sens obligé de mettre à l'épreuve ceux en qui tu crois.

    C'est à peu près ça, en plus sophistiqué, mais il est inutile que je t'explique plus avant ma théorie, tu ne comprendrais pas.

    Et en parlant "confiance" il est temps que je vérifie ce que donne ma campagne de célébrité auprès de la communauté.

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII : 

    C'est parfait!

    *sourire diabolique*

    Les rumeurs enflent, les questions se posent, les curiosités s'aiguisent...  Je suis un génie du complot.

    En parlant complot et plan diabolique, tu devrais peut-être ressortir ta potion fantôme à Arnaud, histoire qu'il comprenne qu'il doit faire attention et ne pas se précipiter sur les brownies sous peine de s'étouffer.

    Chapitre XXII : 

    Oooh... N'exagère pas, Plancton vicieux, il y a aussi la sélection naturelle.  S'il trouve le moyen de s'étouffer avec son brownie, le grand Anatole Lol n'y peut rien.  

    Chapitre XXII : 

     Et bien voilà, tu vois, Gamin, il a survécu!  Je serais à deux doigts d'en être déçu : Lui aussi, apparemment, se sent investi du devoir de polluer mon espace vital de ses essais artistiques.

    Ma fille, Vénus, en revanche, a bien compris quel est l'intérêt du xylophone: faire ses dents!  Elle est comme son père, cette enfant-là, elle doit détester les "clings" et les "clongs" que les autres appellent "notes de musique".

    Chapitre XXII : 

     Je dois t'avouer, mon cher Anatole, que c'est troublant d'entendre ce genre de discours de la bouche même d'un musicien professionnel.

    Je ne tomberai pas dans ton piège, Gamin, tes propos risqueraient encore de diffamer mon épouse et je ne pense pas avoir la patience de t'écouter plus avant.  Je dois instruire les bambins qui sont sous mon toit et un manque de patience pourrait leur être fatal, une chute de cheval est si vite arrivée.

    Anatole!!!!

    Chapitre XXII :

     Je plaisante, je ne vais pas convoquer la Faucheuse pour un si petit bout de femme quand même.

    *sourire carnassier*

    Mais qu'ils sont beaux, tes enfants, mon cher Anatole!

    *sourire ému*

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

     C'est vrai, Gamin.  Et quelle patience a ma chère Vénus.  Supporter les minauderies de son frère ne doit pas être évident... Tu m'étonnes qu'elle soit ravie de se retrouver dans sa chaise haute, hors d'atteinte de mon crapaud.

    Chapitre XXII : 

     Aussi mignonne qu'elle soit, elle mange aussi salement que tu mangeais.  C'est vrai que vous vous ressemblez beaucoup.

    Camembert, l'Ami vert.  Dès que j'ai terminé le dressage des marmottes de madame "massoeur", je m'occupe d'apprendre à manger à Vénus comme un être civilisé.  Cela pourra lui être utile, plus tard.

    *soupir*

    Chapitre XXII : 

    En parlant de Madame "massoeur", je me demande bien quelle idée saugrenue lui est passée par devers les ovaires, le jour où elle décida de procréer.  A parler franc, elle me gonfle magistralement à s'occuper plus de ses créations que de ses créatures.

    *grimace de dégoût*

    Chapitre XXII :

     Mais trêve de blabla, le grand Anatole Lol est attendu.  Il faut donner du sang à la presse.

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII : 

    Cette gamine m'ennuie vraiment, profondément, immensément avec ses minauderies.

    Chapitre XXII : 

    Vous avez plutôt l'air de bien vous entendre, pourtant, tous les deux.

    Stratégie, stratégie... toujours et encore, Gamin.  Continue à prendre des notes, tu verras un jour où je veux l'emmener, cette perverse petite fouine.

    Il faut que je rentre, Divine doit trouver le temps long sans moi.

    Il est vrai que je lui trouve une petite mine à ton épouse.  Ce sont peut-être tes minauderies auprès de cette jolie journaliste, qui soi-disant t'impatiente, qui la rendent triste et lointaine.

    Chapitre XXII : 

    Ne sois pas idiot.  Je vais finir par te la couper, ta langue, si tu continues à émettre des propos de vipère.

    Divine est tout simplement préoccupée parce qu'elle s'est occupée des devoirs de notre fils et qu'elle se rend compte que j'ai raison quant aux capacités de cet enfant.

    Chapitre XXII :

    Même Linéva trouve les réponses avant lui.  C'est troublant, quand même!

    Je te trouve tellement méchant avec ton fils, mon cher Anatole, que j'en perds mes mots.

    Etre parent n'empêche pas d'être objectif.  Ce n'est pas de la méchanceté, admettre qu'il est différent c'est lui donner une chance de réussir autrement.  C'est tout.  Je ne vois pas ce qui est choquant dans cette histoire.

    Voilà, son élément à mon fils, c'est l'imaginaire.  Là, il est très fort!

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Il pourra peut-être un jour être un grand auteur, comme ma femme, à condition, bien sûr, qu'il n'illustre pas lui-même ses histoires - en dessin, c'est zéro pointé, ce gamin.

    Chapitre XXII :

     Excuse-moi, mais là, j'ai un anniversaire. 

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII : 

     Oh mon pauvre Anatole... effectivement, Divine devient une vieille femme, là.

    Pourquoi dis-tu "mon pauvre Anatole"?  Elle est magnifique, ma Divine.  Ce n'est pas grave qu'elle vieillisse.  C'est normal, dirais-je. Tu ne connais pas le cycle de la vie, pauvre crétin?!

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII : 

     Elle a une des ces allures, ma femme!!!  Quelle beauté...!!!

    *grognement*

    Chapitre XXII : 

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

     Oh, il faut que je te montre ma nouvelle création.

    Peindrais-tu?  Sculpterais-tu à mon insu, mon cher Anatole?

    *s'esclaffe*

    Meuh non...  Admire...

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Voici la gardienne de mon antre.  Tout qui entre dans ma maison le fera à ses risques et périls.  Je l'ai dressée à croquer tout qui pénètre chez moi sans innocentes pensées.

    *sourire diabolique*

    Je l'ai placée au vu et au su de tous.  Et mon ami, ici présent, se chargera de faire passer le message.  C'est bien, c'est parfait.

    Chapitre XXII :

     Le grand Anatole Lol est vraiment un génie!  Ouf... pour un peu, je m'inclinerais devant moi-même.

    Encore un petit courrier de relance à adresser à  la presse et ce sera vraiment un jour parfait.

    Chapitre XXII :

    Et voici, mon fils qui rentre de l'école, brave petit soldat.

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII : 

    Tu lui offres un cadeau?  Et bien, on peut dire que tu es heureux de le voir rentrer de l'école, ton crapaud, mon cher Anatole!

    Oh!  Tu me gaves... J'offre un cadeau à mon fils si je veux.  C'est pénible quand même!

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Il a l'air aussi surpris que moi, dis donc, que tu lui offres un cadeau.

    Mais non, il n'est pas surpris.  Il est juste déstabilisé, nous allons jouer à pierre- papier - ciseaux pour voir s'il a le droit de le garder.

    Mais tu es vraiment cruel, Anatole!

    C'est vrai!

    *sourire en coin*

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Ouf...  Arnaud a gagné.

    Je l'ai laissé gagner, je ne vois vraiment pas ce que j'aurais fait d'une peluche-mouton.

    *sourire en coin*

    Ah!  le journal est arrivé, je dois lire les nouvelles, vous m'excuserez, mon fils et toi.

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    C'est parfait, je suis apaisé.

    *sourire doux*

    Je peux me rendre au travail l'esprit libre, j'ai concert, ce soir.

    Mais qui croise-je juste devant chez moi?  Cette chère petite fouine...

    *grimace*

    Chapitre XXII :

     En revanche, à mon retour, j'ai l'immense plaisir de retrouver mon ange, ma vie, mon coeur, ma femme qui m'attend.

    Chapitre XXII :

    Elle me raconte les derniers potins familiaux.

    Arnaud toujours aussi envahissant avec Vénus.

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

     Madame "massoeur" qui, à présent que ses marmottes ont terminé leur apprentissage primaire, se souvient d'elles!  Un miracle, sans doute, que voilà.  Acclamons dame nature pour cette mère sans instinct qui se révèle enfin.

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

     Il n'est pas utile que je te fasse une démonstration quant au non-dit de la dernière oeuvre de ma peintre de soeur, Lina, qui nous souhaite à tous de périr brûlés vifs, frappés par une météorite.  Brave petite, elle a gardé son âme d'enfant!

    Chapitre XXII : 

     Et Divine me raconte encore, encore.  Sa voix est comme un doux chant de rossignol à l'aube d'un jour de printemps.

    Chapitre XXII : 

     Mon crapaud, interdit d'invention, s'est lancé dans les potions.  Il veut  jouer une bonne blague  à son père, le petit coquin.

    Chapitre XXII : 

     Quel plaisir de l'imaginer vivre sa toute première explosion.  Je suis tellement ému quand je repense à la mienne.  C'est tellement grisant de sentir nos cheveux se dresser sur la tête, le grand frisson du souffle qui parcourt notre corps...

    *soupir*

    Chapitre XXII : 

     D'après Divine, il l'a moins bien vécue que moi et est allé se coucher en geignant.  Je pense n'avoir pas trop à craindre des potions maléfiques de la part de mon couard de fils.

    *rire un peu déçu*

    Chapitre XXII :

    Je continue à penser de toute façon qu'il fera un bien meilleur romancier que scientifique.   

    Chapitre XXII :

    Divine est d'accord avec moi.

    Lorsque le matin arrive, je décide d'exhiber encore un peu ma famille aux journalistes.  Ils nous attendent de pied ferme, comme chaque jour, dans l'allée de notre maison.  

    Chapitre XXII : 

    Mais qui vois-je?

    *sourire en coin*

    Chapitre XXII : 

     Quelle surprise!

    *grogne*

    Allez, tout le monde en voiture!

    Chapitre XXII : 

     C'est l'homme de ménage qui vous conduit?

    *rit de bon coeur*

    Mais non...

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    *sifflote*

    En limousine, dis donc, tu ne te refuses rien, mon cher Anatole! Et où allez-vous ainsi?  Au parc?

    Nous allons chez l'ami Manu!

    Chapitre XXII :

    Lynne tarde un peu à nous ouvrir, alors je décide de lui casser un peu les oreilles.

    Chapitre XXII :

     Lynne nous reçoit en pyjama, au milieu de la matinée.  Elle a l'air vraiment fatiguée.

    Chapitre XXII : 

     Si tu jettes un oeil dans la chambre, tu vas comprendre pourquoi, mon cher Anatole.

    Chapitre XXII :

    Oh misère... Des jumelles!!!  Dans un si petit espace...

    *hyperventile* *hyperventile*

    Je te présente Tera et Aurore.

    *hyperventile* *souffle comme un boeuf*

    Et voici, le petit Colin: le fils ainé de l'ami Manu; n'est-il pas mignon?

    Chapitre XXII : 

    Il est peut-être mignon mais complètement incompétent.  Ma soeur, Lina, va s'en occuper.  Moi, je ne saurais rester plus longtemps dans cet espace fermé avec autant d'enfants.  Ouf... cela me rappelle trop mon enfance, j'ai du mal à respirer...

    *s'enfuit en courant*

    Et Lina, comme convenu, s'occupe de Colin et de l'ami Manu afin qu'il puisse offrir à ses enfants un peu d'espace supplémentaire.  Il m'étonnerait qu'il refuse, l'ami Manu.

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    C'est avec un immense soulagement, Gamin, même toi, tu l'auras compris que je retrouve Ma maison.

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Et bien, Gamin, il m'a fallu deux bonnes heures pour retrouver un rythme cardiaque modéré après cette visite chez l'ami Manu.  On a failli me perdre, dis donc.  Evidemment l'odeur que dégageait Vénus m'a permis de revenir sur terre plus rapidement que prévu.  Brave petite!  Il a bien fallu que je me colle à la baigner, c'tte enfant.  Tu ne te rends pas compte de l'odeur que peut dégager une chose si mignonne.  Tu as l'impression qu'elle pourrit de l'intérieur, dis donc.

    Anatole!!

    Quoi?  Regarde, elle rigole, elle.  Ma fille a le même humour que son père. 

    Chapitre XXII :

    Ton fils et Divine complotent dans la cuisine, mon cher Anatole.

    Tu ne m'apprends rien, Gamin, c'est mon anniversaire, aujourd'hui.

    Chapitre XXII : 

    Déjà? 

     Et oui, Gamin, je vais devenir un adulte avec les responsabilités qui vont avec et ne serait-il pas temps pour le grand Anatole Lol de penser à fonder une famille?

    *mimant le ton d'un présentateur de télévision*

     Heureusement que je ne les ai pas attendus pour me lancer dans l'aventure; nous aurions été embêtés, Divine et moi.

    Apparemment, c'est le moment câlin chez toi.

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Si je ne fais pas ça, le petit pot de margarine déguisé en marin braille qu'elle manque d'attentions.  Il est clair que ce n'est pas une ermite, celle-là!

    Chapitre XXII :

    Nom d'un boulet, mais que fait-il là, le clown?  Ok, il a fini par comprendre que le chapeau boule n'était pas indiqué dans son cas; mais franchement, ça ne le rend pas moins benêt. 

    *grimace*

    Ta soeur n'a pas l'air convaincue non plus que cette relation puisse durer.

    Avoue que ce crétin a vraiment tout gâché en faisant le guignol sur la photo romantique que prenait Lina.

    Chapitre XXII : 

    Aucune erreur n'est tolérée chez les Lol, n'est-ce pas, mon cher Anatole?

    Oh, écoute, tu ne vas pas en faire un fromage.  Ce gars n'avait rien à faire avec ma soeur.  Et bénissons les démons qui peuplent l'univers!  Oui, parfois, un éclair de lucidité peut frapper le coeur d'une femme amoureuse et l'aider à prendre la bonne décision.

    Chapitre XXII : 

    Et voilà, un petit sms de rupture et je suis le plus heureux des frères!  Quel bonheur de ne plus redouter de croiser cet imbécile chez moi!

    Cela se fête!  Fais péter la granita, Bonhomme!

    Chapitre XXII : 

    Lina a l'air bien triste, mon cher Anatole, malgré tout.

    C'est normal, mais ne t'inquiète pas, parmi les invités il y a un de mes sbires qui en a dans le ciboulot: Pete Malet.  Il fera un très bon pansement pour Lina qui a bobo à son petit coeur.  Je lui en ai déjà touché deux mots.  Il ferait tout pour me plaire.  N'aie crainte, Bonhomme.  Lina sera en de bonnes mains avec lui.

    *sourire de conspirateur*

    En parlant "invités", mon cher Anatole, il me semble que tu es attendu auprès de tes convives.

    Ouiep... Lynne est là, je suppose que Manu ne doit pas être loin.  Je suis content de voir qu'ils n'oublient pas de prendre un peu de bon temps ensemble.

    Chapitre XXII : 

    Je fais mon voeu.

    Chapitre XXII : 

    Et vive moi! 

    Chapitre XXII : 

    Et vive toi... Oui...

    *soupir*

    Tu es vraiment un rabat-joie, Gamin!

    *rire*

    Vive moi!

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII : 

    Ouch!!!  Divine va complètement craquer, là.  Je ne suis même plus beau, je suis juste irrésistible.  Quel bel homme!

    Effectivement, Divine a l'air plutôt emballée...

    *sourire en coin*

    Chapitre XXII : 

     C'est clair, là, Divine a gagné le jackpot!

    *sourit de toutes ses dents*

    Chapitre XXII :

    Je file au boulot, la fête bat son plein, tout se passe pour le mieux.  Je suis ravi.

    Chapitre XXII :

     Et à mon retour, je me glisse dans les draps, tout contre mon aimée.  Je suis un privilégié, Bonhomme.  Pourvu que ça dure...

    Chapitre XXII : 

     Mais où court donc Lina de si bon matin, mon cher Anatole?

    Chapitre XXII :

    Pete Malet, Gamin.  Mes instructions étaient claires.  Il a dû appeler ma soeur, comme je le lui avais demandé.

    Tu ne devrais pas jouer à ça, mon cher Anatole.

    Chhhhhhttt...  Le grand Anatole Lol sait ce qui est bon pour les siens.  Et Pete Malet est bon pour Lina Lol.  Fin de cette discussion, Gamin.  Et ne t'inquiète pas, il a aussi pour instruction de la ramener à la maison pas trop tard.

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Et voilà... Tout est parfait!  Envolé, le clown au chapeau boule. 

    *sourire satisfait*

    En fait, non, tout n'est pas parfait, tu sais, Gamin.

    Aurais-tu un souci avec Divine, mon cher Anatole?

    Non, bien sûr que non, tu es pénible à sans cesse douter de mon épouse, Gamin!  Divine est parfaite, tu le sais.

    Chapitre XXII : 

    Serait-ce ton père qui te vole tes granitas qui t'incommode?

    Tu dis vraiment n'importe quoi.

    Chapitre XXII :

     Ah!  Je sais: c'est le scribouillard qui squatte chez toi qui t'embête?

    Cesse, enfin!  Je m'en fiche de ce gars.  Il est inoffensif.

    Chapitre XXII : 

     Je donne ma langue au chat, mon cher Anatole.  C'est une évidence, je ne vois pas ce qui te perturbe.

    Tu vois, Gamin, quand je vois mes enfants comme ça:

    Chapitre XXII :

    Là, il n'y en a qu'une à toi, mon cher Anatole.

    Ne m'interromps pas, Ignoble Vermiceau.

    Je dis que: Quand je vois mes enfants comme ci-dessus; mon fils qui a la chance de rencontrer ma mère, de discuter avec elle...

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Et vois donc, Gamin, quelle chance il a, mon fils!

    Chapitre XXII :

    Bref... où veux-tu en venir, mon cher Anatole?

    Je devrais retourner voir mon frère et lui donner un coup de main, encore une fois...  Il a trois enfants, tu comprends, et une toute petite maison.

    Le grand Anatole Lol serait-il devenu sensible et bienveillant?

    Ne dis pas n'importe quoi!  J'ai juste un certain standing à tenir et maintenir.  Mon image est importante.  Je dois susciter le respect pour maintenir le joug que je fais peser sur la communauté.

    Bien sûr...

    Perds ce ton sarcastique, tu m'indisposes.  Et flûte, je n'ai pas à me justifier.  Le grand Anatole Lol n'a pas à se justifier!  Il agit, point barre.

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Ces enfants manquent cruellement de soin.  L'ami Manu est de bonne volonté mais il est dépassé avec ses manières de baba cool et sa nana qui pense plus à son apparence qu'aux autres.

    Tu as raison, mon cher Anatole.

    Le grand Anatole Lol a toujours raison, pauvre ignorant!

    *Change de sujet*

    Ta soeur, Lina, a peint de très belles toiles de votre famille.

    Chapitre XXII :

    Ouiais... Excuse-moi, mais le problème de la petite fouine se fait plus précis. Ce n'est pas une simple journaliste, celle-là.  Elle ressemble à un caillou dans ma chaussure.

    Chapitre XXII : 

    Il va falloir que le grand Anatole Lol se fâche...

    Chapitre XXII :

    Voilà, j'ai pendu à ses baskets quelques uns de mes hommes.  Ils ne vont pas la lâcher et moi, je peux me détendre.

    Une petite sortie au parc, tu en avais envie depuis longtemps, Gamin.

    *sourire enfantin*

    Avec plaisir, mon cher Anatole.

    Rien de tel pour se détendre les nerfs qu'une petite partie de frappe la taupe.

    Chapitre XXII :

    Et bien sûr, une petite bataille de bombes à eau! 

    Tu vas encore être ridicule, mon pauvre Anatole.

    Blablabla...  Je ne t'entends pas, tu vas m'attirer la poisse.

    *rit de bon coeur*

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Souris, mon cher Anatole, tu es filmé!

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

     Perdu!  Je te l'avais dit.

    Divine a une sacrée force dans le bras droit, il me faut le reconnaître.  

    *rit de bon coeur*

    De retour à la maison, je ne manque pas de féliciter mon ange comme il se doit, en bon perdant que je suis.

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII : 

     Anatole, je pense que vous avez oublié votre fille, Vénus, qui joue à cache-cache!  Cela fait une demie heure qu'elle vous attend dans le coffre à jouets.

    Chapitre XXII :

     Je pense que je n'ai pas qu'oublié ma fille.  L'anniversaire de ma soeur, Evaline : Honte à moi!

    *sourire en coin*

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII : 

    Il n'y a pas de gâteau, Evaline choisit donc une part de tarte au citron pour fêter le premier jour de sa crise existentielle.

    Chapitre XXII :

    Ah!  Il me semble que le poisson a mordu à l'hameçon: Ex-cel-lent!

    Chapitre XXII :

    Je rabats le poisson dans mon filet: Emballée, elle est pour ainsi dire pesée.  Mais bien sûr qu'elle peut entrer, je serais tellement ravi de l'avoir à la maison, nous nous croisons tellement que j'ai l'impression de l'avoir toujours connue.  Je lui fais mes yeux de bambi et mon sourire de mécréant.

    Chapitre XXII :

    Mais bien sûr, voyons ... voyons qu'elle peut me faire confiance.   

    Chapitre XXII : 

    *grincement de dents*

    Il faut juste qu'elle ne s'approche ni de mes enfants ni d'aucun matériel électrique.

    Avec plaisir, voyons, elle peut passer la nuit à la maison.  Quelle andouille, cette femme.

    *sourire diabolique* 

    Chapitre XXII : 

     Mais qu'elle est drôle...

    Cela sent quand même un peu le rire forcé, mon cher Anatole.

    C'est compliqué de rire, Gamin, j'ai mal aux joues.

    Allez, tout le monde au dodo, jolie demoiselle comprise, et qu'elle arrête de me regarder comme une vache observe une mouche voleter au-dessus de son museau.

    Chapitre XXII : 

     Par simple mesure de sécurité, je demande à Kyla, ma mère, de veiller sur mes jeunes et ne pas laisser s'approcher cette jeune fille de leur chambre.  Ma mère apprécie mon initiative. 

    Chapitre XXII : 

     Promis, si elle approche, cette Juliette-journaliste, elle lui fera peur et la tiendra éloignée.

    Merci à ma petite maman et à son allure effrayante.

    Chapitre XXII : 

     C'est avec impatience que j'attends le matin, comme un enfant espère le matin de Noël.  Je vais enfin être débarrassé de cette sangsue!

     Aurais-tu chargé Divine d'en finir avec cette journaliste, mon cher Anatole?  

    *rit de bon coeur*

    Mais non, Divine a une force incroyable dans le bras droit mais elle est trop pure pour commettre un acte criminel, enfin!

    Elle explique juste à Juliette qu'il serait de meilleur goût de s'habiller car notre fils, Arnaud, ne va pas tarder et il serait mieux que le petit ne la croise pas en culotte, sous peine d'en être traumatisé pendant toute son adolescence future.

    Chapitre XXII : 

    Ce n'est pas très sympathique de la part de Divine.

    Divine n'est pas sympathique.  Personne ne lui demande d'être sympathique.  Personne ne peut se permettre de demander quoi que ce soit à Divine...  mais ...  chhhhhchhhh...

    Voilà, le moment tant attendu: Le jour où le grand Anatole se débarrasse une fois de plus d'un ennemi!  Voici la conclusion de mon plan, enfin!

    Chapitre XXII : 

    Que Juliette approche, qu'elle se laisse renifler par ma Fidèle parmi les fidèles.

    *sourire diabolique*

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Mon intuition semble confirmée... Regarde, Gamin, ma Fidèle parmi mes fidèles, l'ultime gardienne de mon foyer attire sa proie encore...

    Chapitre XXII :

     Sois vigilant, Gamin, cela va être rapide.

    *grand sourire*

    Et hop...

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

      Gobée..

    Chapitre XXII :

     Et digérée, la malveillante Juliette!

    Il ne reste plus qu'à attendre ma copine, la Faucheuse!

    Chapitre XXII : 

     Oh Yeaaahhhh...

    *sourit de toutes ses dents*

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Que résonne par-delà les murs, les océans, les univers le rire cruel et glacé du grand Anatole Lol!!!  Que personne n'ose sans prendre à la famille du grand Anatole Lol sous peine de périr dans d'atroces souffrances!!!  Anatole Lol est le plus puissant, le plus cruel et ne connaît nulle pitié.  Que le vent emporte ce message, que tous tremblent car oui, le grand Anatole Lol est là et veille!

    Cette pierre tombale est et restera le symbole de la toute puissance du grand Anatole Lol; tout qui foulera sa terre ressentira jusqu'au plus profond de son être l'aura du maître, l'aura de l'irrésistible et tout puissant Anatole Lol!! 

    Chapitre XXII :

     La Faucheuse mangerait bien une petite cuisse de poulet, apparemment, mon cher Anatole.

    Et bien, moi, je dis que ça se gagne une cuisse de poulet.

    C'est-à-dire?

    Je défie la faucheuse en duel.  Le vainqueur gagne la cuisse de poulet.

    Anatole!!

    *rit de bon coeur*

    Je dois faire retomber la pression, Gamin.  Déstresse, c'est un duel à l'"Anatole".  Le perdant ne meurt pas, il hérite du gage de la poule mouillée.

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

    Chapitre XXII :

     YYyyyeeessss!!! J'ai gagné!!!  La Faucheuse n'aura pas sa cuisse de poulet.  Allez, bye, cot cot cot... poule mouillée...

    *se tord de rire* 

    Chapitre XXII :

    Et plouf, la poule est mouillée!!

    *rit de plus belle*

    Chapitre XXII :

    Quelle magnifique début de journée, je suis tellement détendu que j'en oublierais tout.

    Chapitre XXII :

    Il vaut mieux dès lors, que j'évite de te rappeler, mon cher Anatole, que la prochaine fois que tu verras ta copine la Faucheuse ce sera pour t'enlever...

    Chhhhuuuut, Gamin, s'il te plaît, ne prononce pas son nom.

     

    (à suivre...)

    Pin It

    5 commentaires
  • Il doit être écrit quelque part qu'aucune journée dans la famille des Lol ne se déroulerait sans heurt ni drame ni cri...

    Je ne vois pas pourquoi tu dis ça, Gamin.  Tout va très bien.  Le grand Anatole Lol a les choses et les gens bien en main.

    Bon, évidemment, je laisse à ma famille d'artistes une certaine liberté créatrice, Lina pour se conformer au rite paternel vient de terminer le portrait de son propre derrière; cela change de celui de ma mère.

    Chapitre XXI :  

    Evaline décide de se lancer dans la sculpture de glace.  Sa grossesse doit lui donner des chaleurs, si tu veux mon avis.

    Attends, Lina a une nouvelle idée, peut-être va-t-elle peindre un autre derrière?  Ah non... Elle peint mon crapaud, dirait-on.  Quelle charmante attention.

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :  

    C'est un désastre!  Mon pauvre crapaud ne ressemble à rien, là-dessus.  Elle ferait mieux de rester dans le registre des derrières, finalement, ma soeurette!

    J'espère qu'elle va s'en excuser illico presto auprès de la mère de cet enfant, mon adorable et adorée épouse!  Si je n'étais pas au théâtre, en représentation, je la traînerais pas les cheveux jusqu'à elle.

    Bien sûr... bien sûr...

    *rire sarcastique*

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Les filles papotent, papotent mais mon crapaud a faim...

    Chapitre XXI :  

    Mais quelle tête, il a, mon fils.  Décidément, le temps passe mais lui, il ne s'arrange pas.  J'ai vraiment l'impression d'avoir un lutin benêt en lieu et place d'un petit garçon.  C'est effrayant.

    Tu vas encore plus être effrayé et paniqué dans quelques minutes, mon cher Anatole.

    Chapitre XXI :

    Ooooooooooooooh... le bébé arrriiiiiiiive... le bébé arrriiiiiiiveeee....

    *panique* *panique*

    Je quitte le boulot et je rejoins Divine à l'hôpital!!!  Viiiiite...

     Malheureusement, pendant qu'Anatole veille sur son épouse à l'hôpital, la petite Adeline, si elle a bien respecté la règle numéro deux de son frère : "Ne pas sortir en petite culotte en plein hiver", a négligé la règle numéro un: "ne pas s'approcher de la machine à invention".

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

     La Faucheuse respecte la règle : Pas un pied dans la maison; mais n'a pas le choix, elle apparaît effrayante dans toute sa splendeur.

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :  

     Adeline ne supplie pas, Adeline ne se rebelle pas, Adeline salue la mort et la suit sans un cri.  Je me demande même si je ne l'ai pas vue sourire; ce qui confirmerait l'impression de mon cher Anatole; être fille de fantôme est un poids sans doute trop lourd à porter.

    Chapitre XXI :

    La pierre tombale d'Adeline rejoint celles de Calvin, de Kyla et de Lolita.

    Tandis que mon cher Anatole revient de l'hôpital.

    Chapitre XXI :  

    Une petite Vénus rejoint donc le foyer des Lol.

    Oui, nous l'avons appelée Vénus.  Avec une mère divine, cela s'imposait.  Et cette enfant, plus que n'importe quelle autre, n'est-elle pas fruit de l'amour?

    Bien sûr, mon cher Anatole.  C'est un très beau choix.

    Je t'en prie, Gamin, ne prends pas ce ton compatissant avec moi.  Ma soeur, Adeline, est morte.  Voilà.  Je l'avais prévenue.  

    C'est ce qui arrive lorsqu'on ne respecte pas les instructions du grand Anatole Lol.  Ce n'est pas pour le plaisir que j'édicte des règles!!!  

    Suivre les préceptes du grand Anatole, c'est adhérer à un projet de vie qui allie la qualité et la valeur de l'existence.  

    Rejeter la morale, les décrets du grand Anatole Lol, c'est renoncer à la vie elle-même; que l'on soit membre de ma famille ou non.

    *sentant Anatole, à fleur de peau, change de sujet*

    Divine a encore réalisé une très belle décoration pour la chambre de ta fille, mon cher Anatole.

    Chapitre XXI :

    *bougon*

    Si tu veux mon avis, Gamin, c'est du boulot pour rien.  Je te rappelle qu'Evaline va aussi accoucher d'ici peu et cette chambre ne pourra accueillir un marmot supplémentaire.

    Je voulais éviter à mes enfants la surpopulation bébéesque... et regarde... 

    *grogne*

    Tu devrais aller te coucher, mon cher Anatole.  Tu es d'humeur bien trop morose pour apprécier quoi que ce soit, m'est avis.

    Oh! Quel est ce bruit?!  Quelle est cette sensation de déchirement de mon être tout entier?!

    Nooooon!!!  Divine!!!

    Chapitre XXI :

    Bon sang!!!  J'ai failli perdre ma femme!!!  Gamin....  

    Chapitre XXI :

    Il y a trop d'accidents, dans cette baraque.  Je ne crois plus au hasard!  Ma famille est en danger! 

    *ivre de colère et de peur*

    Ma soeur, ma femme, victimes d'un "accident"

    *mime les guillemets avec les sourcils*

    ... en moins de deux heures.  Je dois réagir.  On me menace.  

    Chapitre XXI :

    Mais qu'est-ce encore ce bruit??

    Chapitre XXI :

    Evaline accouche!!!

    Ah!  Je vais la conduire à l'hôpital et sans nul doute, je saurai qui est le père de ce mioche - le père rejoint toujours la mère à l'hôpital lors d'une naissance.

    Le grand Anatole est tellement malin!

    *enfin un sourire*

    Oh... Une fille.  Te voilà tonton d'une petite fille, mon cher Anatole.

    Chapitre XXI :

    Tu auras remarqué, Ignoble cafard rampant, qu'en ce moment, dans cette famille, un malheur n'arrive jamais  seul...

    Chapitre XXI :

    Des jumelles!!!  C'est merveilleux, mon cher Anatole.

    *rit de bon coeur*

     Merveilleux?!  Ne te moquerais-tu pas du grand Anatole Lol, Misérable plancton?  Ne sais-tu pas qu'il n'est pas pire torture que celle d'avoir trois bébés dans une maisonnée?

    Divine a vite fait, bien fait, les choses, en tout cas.  Les filles ont déjà les lits qui les attendent.  

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Mais dis-moi, est-ce toi qui as choisi ces si jolis prénoms?  Linéva et Lucie.  C'est très original.

    Pour ce qui est de Lucie, je pourrais être d'accord avec toi.. mais Linéva?!  C'est une marque de margarine ou quoi?

    Anatole!!

    *éclate de rire*

    Trève de blabla, il faut que je voie la tête de l'infâme bonhomme qui préfère vivre son rôle de père de loin, très loin.

    Chapitre XXI :

    Ah!  Je m'en doutais...  Lucien!!! 

    Mais c'est bien sûr: Lucien, Lucie...

    Tu fais des progrès en logique, toi, Cafard.

    *lève les yeux au ciel*

    Chapitre XXI :

    Il faut que je m'occupe de ce père indigne.  J'ai quatre ou cinq vérités à lui taper sur le bec à ce canard visqueux, trop lâche pour assumer ses responsabilités.

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

     C'est un rêveur, un scribouillard, un écrivain raté qui cherche sa voie, qui soit-disant  a besoin de calme et de solitude pour écrire.  M'enfin!  Il fallait y penser avant de faire des gosses, bon sang ne saurait mentir!!

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :  

    Chapitre XXI :

    Entendant hurler mon cher Anatole, s'inquiétant probablement pour le pauvre gars responsable d'une telle colère, Divine se décide à faire sa royale apparition.

    Et comme neige au soleil, la colère de mon cher Anatole fond et la tendresse prend lieu et place de la colère.  C'est comme le miracle d'une aurore boréale.

    Chapitre XXI :  

    Il n'est même pas besoin de mots.

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :  

    Mon cher Anatole dit toujours qu'il a de la chance d'aimer une femme telle que Divine; moi, je dis que ce sont les autres qui ont de la chance que mon cher Anatole aime une femme.

    Chapitre XXI :

     La décision est prise, Gamin.  Les marmottes de ma soeur restent ici avec leur mère.  Je dois dire que la tâche ne fut pas facile lorsque Divine décida de l'annoncer à Lina.

    Chapitre XXI :  

     Mais l'argument sans appel de Divine fit mouche: Lina ne voulait quand même pas perdre encore une soeur!  Mettre Evaline à la porte équivaudrait à une petite mort pour elle et un deuil pour nous.  Il était déjà bien triste de pleurer la mort d'Adeline sans en ajouter.

    Ainsi la vie peut reprendre son cours, entre les couches, les biberons, les bisous et les cris de nourrissons.

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :  

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :  

    Chapitre XXI :

    La nuit, très souvent, une douce âme fait connaissance avec sa descendance, sur le pointe des pieds dont elle ne peut plus vraiment profiter.

    Chapitre XXI :

     Mais déjà un anniversaire se profile: celui de ma fille, Vénus!!

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Cette enfant, ma fille donc, n'est pas loin d'être magnifique.  Elle est un négatif parfait de mon épouse, les yeux aussi foncés que ceux de Divine sont clairs, les cheveux aussi noirs que ceux de ma femme sont blonds.

    Je suis satisfait.  Il me semble dès lors que je vais contacter les journalistes.

    Veux-tu contacter les journalistes pour leur présenter ta fille?  C'est ridicule, mon cher Anatole.  Il est vrai que Vénus est très jolie, mais franchement, penses-tu que cela puisse intéresser le quidam?

    Tout ce qui touche le grand Anatole Lol intéresse le quidam, Gamin.  Mais là n'est pas l'idée que je poursuis.  Les rumeurs enflent dans le quartier - je t'en ai parlé mais vu que tu as une mémoire digne d'un poisson d'eau douce, tu as dû oublier ce passage.  Il se dit également que je serais un extra-terrestre ayant forme humaine.

    *éclate de rire*

    Je suis bien plus dangereux qu'un extra-terrestre ayant pour but ultime la destruction de toute vie.  

    Je ne comprends toujours pas pourquoi convoquer des journalistes, mon cher Anatole. Cela t'enthousiasme probablement que les gens te craignent.

    Que l'on parle de moi, Vermiceau, c'est ce que je veux, que ma famille soit mise en lumière, qu'on chuchote sur notre passage, qu'on nous épie, qu'on nous espionne...  Rien n'est mieux gardé, ni plus en sécurité que ce qui suscite l'intérêt de tous.

    Quelqu'un s'en prend à ma famille.  Pour mieux contrer cet individu, je dois entrer dans le quotidien de chacun, devenir le centre d'intérêt de tous, ne point laisser de latitude à un mécréant qui veut la chute du grand, du magnifique Anatole Lol.

    Je vois...

    Ainsi soit fait! Et les journalistes ne se font pas prier pour entrer.  J'ai commandé aux femmes de la maison d'agir comme si les journalistes n'étaient pas là, d'être le plus naturelles possibles.  Je ne suis pas inquiet, ça se passera bien.

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :  

    Lorsque je rentre du travail, je constate qu'une petite journaliste - on ne m'a pas envoyé la plus moche de la troupe, dis donc- est encore là et m'attend bien gentiment pour, je cite, "avoir l'immmmmmense privilège d'interviewer en personne l'immmmmmense Anatole Lol".  Et en matière de gentillesse, celle-ci me semble tombée dans la potion doucereuse dès l'enfance.  Je connais la fable du corbeau qui se laissa flatter et perdit sa proie, je ne suis pas un volatile, nom d'une poule. Elle peut me faire ses mirettes enamourées tant qu'elle veut, ça ne prend pas.  

    *sourire narquois*

    Chapitre XXI :

     Mais c'est avec une immmmmense joie que je répondrai à l'immmmmense journaliste qu'elle est -et poil au nènè...

    Anatole!!!!

    *rit*

    *grogne*

    Chapitre XXI :  

     Voilà, elle est partie, la scribouillarde.

    Chapitre XXI :  

     Mission accomplie, je l'ai roulée dans la farine comme une débutante qu'elle est.  Je sens néanmoins qu'elle reviendra, cette petite est un prédateur.  J'en ferai ma proie.

    *sourire de requin*

    Et pour m'assurer de la réussite totale de mon plan, un petit envoi de dernière minute pour susciter, maintenir, raviver l'intérêt...

    Chapitre XXI :

     Oups, là... je ne m'attendais pas à tomber sur Lynne.

    C'est ta soeur, Lina qui l'avait invitée.

    Chapitre XXI :  

     Et bien, j'en profite pour faire don d'une petite aide supplémentaire au bien-être de l'ami Manu puisque c'est cela qu'elle est venue chercher.  Quelle sangsue, celle-là.

    Chapitre XXI :

     Tu m'étonnes qu'elle soit ravie... Elle me coûte plus cher que toutes les femelles réunies sous mon toit.  Je me demande si elle n'aurait pas du vampire dans ses veines, celle-là.

    Trève de blabla, le grand Anatole Lol est immmmensément fatigué.  Il est l'heure d'aller au lit. 

    Le lendemain débute l'apprentissage de Vénus, la fille de mon cher Anatole.

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :  

    Divine est blindée de qualités, mais en ce qui concerne les enfants, je dois avouer que ses compétences se limitent aux câlins.  Si elle le permet et évidemment, elle le permet, je prends la relève.

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :  

    Eh bien voilà, ce n'était pas si compliqué que ça.  Elle est douée, il faut le dire, ma petite déesse.

    Chapitre XXI :  

    *sourire niais*

    En bonus, je gagne l'admiration sans borne - que j'avais déjà de ma Divine.

    Chapitre XXI :  

    Mes enfants, étant en parfaite sécurité dans leur parc, j'en profite pour montrer moi aussi à Divine combien je l'admire.

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :  

     Quand tu auras terminé tes minauderies et bonbons au miel, je te signale que tes nièces grandissent ce soir.

    Zut, j'ai compliqué oublier les marmottes de ma soeur.  Je manque aux us et coutumes de la famille Lol, là. 

    *sourire en coin*

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :  

     Et voici Linéva, le petit pot de margarine déguisée en marin.

    *pouffe* 

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :  

     Et voilà Lucie qui se demande si "le plus important à vivre est de vivre au jour le jour" [NDLR : Obispo - extrait paroles de Lucie] ou apprendre à dompter sa vessie.

    *re-pouffe*

    Chapitre XXI :  

    C'est toi qui as mangé du clown, ce soir, mon cher Anatole.

    Tu as raison, on a assez ri pour aujourd'hui.  On met tous les bambins au dodo, les filles, que les adultes puissent reprendre une activité normale.

    Attends, mon cher Anatole, les jeunes s'amusent, là.  Tu te souviens comme tu aimais cela aussi. 

    Chapitre XXI :

    Le grand Anatole Lol a dit : AU LIT, la marmaille!

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

      Tu m'as l'air bien pressé de voir tes bambins dormir.

    Je te rappelle que tous ne sont pas mes bambins; il y en a deux dont je n'ai que faire.

    Si tu le dis...  L'hiver cède la place au printemps et à son festival.  Iras-tu, mon cher Anatole? 

    Chapitre XXI :  

    Chapitre XXI :  

    Non, vois-tu, lorsqu'il se fait que le hasard te donnent trois bambins à éduquer en même temps, tu n'as plus beaucoup de temps pour profiter des fantaisies de la vie.

    Sans compter que voir Lina, ma soeur, tortiller du popotin sur la piste de danse pour attirer le mâle ne m'intéresse pas plus que cela.

    Chapitre XXI :  

    Elle en a attrapé un, apparemment.

    Connaissant son sens inné pour le scepticisme, je suppose qu'elle va avant même de débuter quoi que ce soit soumettre sa future relation potentielle au test ultime du thermomètre.

    Parfois, j'ai vraiment l'impression que tu parles une autre langue, Anatole.

    Chuuuut...

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

     Résultat du test: "Cela pourrait fonctionner".

    *sourire en coin*

    Ma soeur, Lina, ne peut être sensible au conditionnel: bye l'ami.  J'aurais aimé te connaitre parce que le clown qu'elle promène depuis l'adolescence me vrille les nerfs.

    Chapitre XXI :  

    Pendant que Lina perd son temps au festival du printemps, les bambins ne chôment pas.

    Ma fille apprend à se tenir loin de tout ce qui porte menottes.  

    Chapitre XXI :  

    Lucie apprend à marcher comme un homme.

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :  

     Le petit pot de margarine, déguisé en marin, en fait de même:

    Chapitre XXI :

    Et toi, mon cher Anatole, que fais-tu?

    Je prépare l'anniversaire de mon fils, Arnaud.

    Chapitre XXI :

    Et voilà, l'heure est venue!

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Vive mon fils!!!  Que vive mon fils!!!

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    Je dirais que ce n'est pas la catastrophe à laquelle je m'attendais.  Son charisme reste fort même si on sent que dernière ce petit front diaphane ne se bouscule pas énormément de matière grise bouillonnante d'intelligence.

    Chapitre XXI :

     Oh, Gamin, quel déchirement, ma merveilleuse Divine se confie à moi.  L'anniversaire de mon fils la fait retomber les pieds sur terre.  Elle craint de vieillir mais plus que tout que je ne l'aime plus, une fois que les rides auront marqué leur chemin sur son doux visage.

    Chapitre XXI :  

     Pense-t-elle donc réellement que le grand Anatole Lol est si superficiel?  Ne sait-elle pas qu'elle est pour lui sa voie lactée, l'étoile qui le guide dans la nuit noire qu'est son existence?

    Chapitre XXI :  

     Bien sûr qu'elle le sait, mon cher Anatole.  Mais les mots ne sont parfois pas que des mots.  

    Chapitre XXI :

    Chapitre XXI :

    J'aime tellement Divine, Gamin.  Elle est une telle bénédiction pour moi.

    Je le sais, mon cher Anatole, mais je dois t'avouer que parfois, cet amour inconditionnel et si profond et si vrai me fait craindre, moi aussi, pour ton avenir.

    Je n'aurais qu'un mot, alors, Gamin, comme Divine concentre-toi sur le présent.  C'est l'essentiel.

    Je vois que vos minauderies en inspirent d'autres.

    Chapitre XXI :

    Je me prends une petite part de gâteau et j'ai une mission importante qui m'attend.

    Une mission importante?  C'est-à-dire? 

    Chapitre XXI :  

     Cela concerne mon fils.  Je dois veiller à sa sécurité et je dois lui expliquer fermement qu'il n'a pas intérêt à s'approcher de la machine à invention, sous peine d'y perdre la vie.

    Et comment vas-tu t'y prendre?

    Chapitre XXI :

    Je vais le lui expliquer de façon plus efficace que je ne l'avais fait avec ma soeur, Adeline.  Je vais le lui expliquer... en mourant!

    Si tu t'approches de la machine à invention, mon fils... tu mourras!

    Chapitre XXI :

     

    (à suivre...)

     

    Pin It

    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique