• Prologue

     

    Même le lilas blanc a une ombre

    Prologue

     

    Prologue

     

                           Ils sont là.  Elle savait qu'ils reviendraient!  Cassie entend la chaîne tomber sur le sol, la porte grincer.  Elle retient son souffle, mord son poing pour ne pas crier.   Inspirer.  Elle doit se calmer, respirer doucement, se concentrer. Ils ne peuvent pas la trouver.  Cassie est hors de danger.  Fermement, elle tient entre l'eau qui clapote et le sol de la cabane, accrochée par ses jambes et ses bras au pilotis droit, extérieur, qui donne vue, à la fois, sur le plancher de la cabane et la jetée.  Elle devrait avoir froid et frissonner mais elle a chaud.  La fièvre, la colère, la haine la tiennent bien agrippée et il n'avait pas fallu qu'elle les voie arriver pour s'obliger à respirer calmement et sans bruit.

                           "Où est-elle?  Non mais je n'y crois pas!"

                           Le silence est rompu, enfin.  Pendant la course effrénée, pendant les coups, le silence avait été si intense, ne résonnant que des gémissements de Cassie, que cela en avait été une torture supplémentaire. Pourquoi l'avait-on enlevée?  Pourquoi la battait-on? Qui la frappait?  Cassie devait savoir!  Elle avait hurlé:

                           "Qui êtes-vous?  Pourquoi?"

                            Mais ses cris étaient restés sans réponse.

                            Elle avait sangloté:

                            "Qui êtes-vous?  Pourquoi?"

                           Mais ses pleurs étaient restés sans réponse.

                           A présent, c'est la débâcle.  Cassie sait ce qui se passe.  Elle distingue entre les lattes du plancher les pieds de ses tortionnaires qui la cherchent, constatent que les liens qui cisaillaient les chevilles et les poignets de Cassie, quelques heures plus tôt, sont défaits et reposent de part et d'autre de la chaise posée au milieu de la pièce.  Ils voient hagards le bâillon et la cagoule noire jetés à quelques centimètres de là qui, quelques heures plus tôt, empêchaient Cassie de voir et respirer. 

              Leurs lampes-torches ratissent les murs, le sol de la cabane.  Leurs voix se font entendre, se mélangent, crient, halètent.  Et Cassie les superpose aux silhouettes et traits qu'elle distingue par intermittence.  Les reconnait-elle?  Elle mord plus fort son poing, enfoncé entre ses dents.  L'un deux se précipitent vers la barque qui repose côté droit sur le nez, il la déplace, la pousse.  Vide. Evidemment! Cassie imagine leurs regards qui se portent juste au-dessus, sur la petite fenêtre qui bat au vent et par laquelle Cassie est passée, quelques instants plus tôt.

                           "Elle a filé et on ferait mieux de filer aussi!"

                            Cassie les entend alors se chamailler, encore.  Ils ne peuvent pas laisser l'endroit en l'état.  Si cette salope est allée prévenir les flics, ils vont débarquer.  Elle les entend alors courir à toute allure le long du ponton qui les mène à la terre ferme.  Elle les voit, tous les quatre.  Elle attend encore.  Un peu.  Ils courent le long du ponton, une voiture les attend, phares éteints sur le chemin.  Elle distingue une silhouette, mains sur le volant.  Elle n'entend plus leur voix mais elle se félicite d'avoir choisi cet endroit pour observer.  Elle voulait les voir, découvrir si elle pouvait reconnaitre qui l'avait attrapée, cagoulée, emmenée dans cet endroit sordide pour la rouer de coups et l'abandonner à l'obscurité.  Elle ne bouge pas d'un pouce, pendue aux pilotis comme un paresseux à son arbre.  Elle les observe, les regarde, les dévore. 

     

    Prologue 

     

     Que fera-t-elle après?  Elle n'en sait fichtre rien et elle s'en fiche.  Tout ce qui compte c'est qu'elle sache qu'ils ne la trouveront pas, qu'ils ne sachent pas qu'elle les observent.  Elle voulait être là lorsqu'ils reviendraient.  Elle voulait les entendre, les sentir lorsqu'ils comprendraient qu'elle s'était échappée.  Encore quelques secondes et ils reviennent, tenant à bout de bras des jerrycans.  Ils vont incendier la cabane.  Quelle riche idée!  Avaient-ils eu l'intention de la faire flamber avec si elle avait toujours été là, dans la cabane, présente, à les attendre?

                      Oh zut, elle était toujours là, elle les avait attendus, oui.  Elle grimace.  Inutile de traîner plus avant ici.

                      Avec grâce, elle décroche ses pieds, se laisse glisser dans l'eau glacée.  Elle les entend qui continue à se houspiller là-haut.  Une odeur d'essence se répand.  Cassie, lentement, sans précipitation, sans faire de rond dans l'eau, s'enfonce dans le lac.  Le froid anesthésie la douleur, l’ankylose doucement.  Elle lâche une main puis l'autre et se laisse couler vers le fond avant d'entamer à l'horizontal, une nage lente, très lente.  Elle a repéré une berge à quelques dizaines de mètres.  Elle s'y hissera puis reprendra des forces, la tête dans la terre humide, s'imprégnant des odeurs de vases.  Sentira-t-elle l'odeur des flammes?  Sa chaleur parviendra-t-elle jusqu'à elle?   Eux repartiront comme s'ils avaient le diable aux trousses, sauteront dans la voiture qui les attend et disparaîtront dans la nuit.

                      Cassie observera, le souffle court disparaître toute trace de leur passage, se sentira écorchée, certes mais vivante.  Elle se relèvera alors, toujours doucement et décidera de passer à autre chose.  Ou pas. 

     

    Prologue

     

     

    >>>I.  Le retour de Cassie

     

    « 23 mars 2016I. Cassie, le retour »
    Pin It

  • Commentaires

    4
    Mardi 20 Septembre 2016 à 18:57

    Bonjour Eulaline,

    je découvre que de la lecture m'attend ... J'ai de quoi passer mes longues soirée d'hivers près de la cheminée, avec un bon chocolat chaud.

    A bientôt

    Yoda

    3
    Pythonroux
    Dimanche 26 Juin 2016 à 09:13

    J'adore ton prologue, il nous plonge dans une histoire qui semble très sombre et très intrigante.

    Comme toujours tu m'épates avec tes mots ;)

    2
    Vendredi 25 Mars 2016 à 15:14

    Titre et prologue énigmatique. Mais qui donne en bouche une saveur particulière. J'ai hâte de savoir la suite. Et puis, elle est bien jolie cette petite Cassie. ^^

      • Samedi 26 Mars 2016 à 12:16

        L'histoire de Cassie n'en est encore qu'aux prémisses; j'installe les personnages pour l'instant dans ma ville.  J'espère que cette histoire te plaira. <3  Merci, Agathe :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :