•  

     

    I. Nouveau départ -  "La musique est le domaine des démons*

      

             "Et bien nous y sommes!

     

    1.

     

                Ce n'est pas le grand luxe, mais on devrait s'en sortir."

                 J'ai dû penser tout haut parce que le gamin se met à paniquer:

            "S'en sortir, mais c'est quoi, c'tteuh blague?  Tu n'es même pas capable de te faire cuire un œuf et tu comptes t'occuper de nous dans ce taudis, sans un sou en poche?"

     

    1.

     

                     Un taudis, un taudis... wooowh, on voit bien qu'il n'a pas partagé ma vie ces derniers temps, c'lui-là.  Je me suis penchée vers ce jeune homme qui se trouve être mon fils.

                     "Mon chéri, je vais te dire un secret..."

                     Il s'est étiré du haut de ses trois pommes vers moi et je lui ai susurré à l'oreille.

                    "Si tu me parles encore une fois sur ce ton, je t'assomme, je te découpe en rondelles et je donne tes restes aux poissons. J'ai été bien trop patiente avec ton père, je ne commettrai pas deux fois la même erreur."

     

    1.

     

                  Et d'ajouter, la voix chevrotante :

                  "Oh mes agneaux, n'ai-je donc pas déjà assez souffert?"

     

    1.

     

              Et voilà, le travail!

     

    1.

     

           La pitié, les lamentations, ça marche à tous les coups.  Ils se sont carapatés tous les quatre - oui, j'ai quatre mômes - et se sont réfugiés derrière leurs leçons et devoirs à accomplir.

     

    1.

    1.

     

               Braves petits...  J'avais raison de ne pas m'inquiéter, notre nouvelle vie démarre plutôt bien: les bases sont bel et bien posées et je gagne déjà en sérénité.

                Et voilà, le moment tant attendu, je peux me saisir de  ma guitare, cadeau d'une de mes ex-co-détenues.  Je suis trop contente...!

     

    1.

     

         J'ai toujours eu envie de jouer de la musique.   Et c'est dingue comme en prison avoir une envie peut vite tourner à l'obsession.

     

    (à suivre...)

     *[La musique est le domaine des démons - Thomas Mann]

    Pin It

    2 commentaires
  •  

     

    II.  Dimanche - Dimanche en famille, on ne lie pas les chiens avec des saucisses*

         

     

             "Bon allez, accouche, miss couette-couette, qu'est-ce qui se passe?"

     

    2.

     

                    Cela faisait deux heures qu'elle me traînait autour, la petite-là, je voyais qu'une espèce de démon la torturait...

     

    2.

     

                 ...et même mon bisou de sorcière qui pète dans l'oreille n'avait pu la dérider.

     

    2.

     

                         Je n'avais plus le choix, je devais entrer dans le vif du sujet, d'où mon : 

                        "Bon allez, accouche, miss couette-couette, qu'est-ce qui se passe?"

                         Et la miss me répond avec des étoiles dans les yeux:

                        "Ben, on est dimanche!"

     

    2.

     

                     Et tous mes gosses, au mot "dimanche", de rappliquer, envahissant mon espace vital.  Wow... il se passe quoi, là?  Vite, il faut que je dise quelque chose.

     

    2.

     

                       "Ah oui, tiens, dimanche, c'est le jour des visites.  De 14h15 à 16h45...  J'en profiterais bien pour me faire une petite saucisse."

     

    2.

     

                 Je ne pas sais si ceci a à voir avec cela mais j'avais quand même envie d'une saucisse parce que le dimanche, en prison, c'était le jour des visites et que je ne recevais jamais de visite et que c'était toujours à ce moment-là que j'avais envie de saucisse.  Pourquoi m'en priver à présent que j'étais libre comme l'air?  Je vous le demande...  

             "Allez, zou, c'est dimanche : saucisses pour tout le monde."

     

    2.

     

         Finalement, oui,  cette histoire de saucisse et de dimanche avait un sens.  J'en fus soulagée.  Je n'avais pas totalement perdu l'esprit; contrairement à ce qui se racontait derrière mon dos.  

     

    2.

     

                "Je crois qu'Elsa a raison, elle ne va pas bien dans sa tête."

                "Boooh, c'est une histoire de climat."

                "De climat?  mais qu'est-ce que tu dis?"

                "Bah oui, elle n'est pas acclimatée, comme dit le psy..."

     

    2.

                     

              " Clair qu'elle ne tourne pas rond, Al, par moments.  Et toi, t'es un garçon.  Il faut que tu fasses encore plus gaffe quand elle est comme ça.  Souviens-toi de ce qu'elle a fait à papa."

              "N'dramatise pas.  Elle grogne mais elle ne mord pas... puis Harry m'a appris de super prises de judo."

              "Ouiep... tu devrais plutôt améliorer ta course et travailler ta vitesse de pointe."

     

    2.

     

             Faites des gosses qu'ils disaient.  On verra comme ils seront, eux, quand ils seront passés par la case prison.  Et je le leur dis , surtout à la miss couette-couette, qui apparemment le dimanche mène le groupe.

                  "Arrêtez de parler de moi comme si je n'étais pas là, je vous entends, hein, j'ai des oreilles.  On verra comment vous serez, vous, quand vous aurez fait de la prison, de la taule, de la geôle.  Oui, je dis "geôle" si je veux, c'est important d'avoir du vocabulaire si tu veux aller loin dans la vie.  N'oublie jamais ça, miss couette-couette: du bagou et de la confiance en toi, et tu iras loin; aussi vrai qu'un cochon pendu est foutu.  Parole de maman." 

     

    2.

     

              Et voilà la petite qui se met à geindre:

            "Aller loin?...  Mais on veut juste aller au parc, maman.  Le dimanche c'est le jour du parc au foyer et je pensais que... enfin... laisse tomber."

     

    2.

     

                     "Aller au parc?  Eh mais tu ne pouvais pas le dire plus tôt...?"

     

    2.

     

                        "Allez, go, les gosses: Je viens de décréter que  le dimanche, c'est jour des saucisses et jour du parc. Cochon pendu ne peut s'en sortir!  Parc, nous voiciiii!"

            Je tente d'être enjouée, là, mais j'ai quand même un peu la trouille.  Je ne suis pas sûre que je vais m'amuser, moi, au parc.  'Y a quoi au parc pour les femmes comme moi?

     

    2.

     

     (à suivre...)

     

     [On ne lie pas les chiens avec des saucisses - J.Dejardin]

    Pin It

    1 commentaire
  •  

    III.  Le parc - Il n'est pas difficile de jouer, mais de s'arrêter de jouer*  

     

               Et bien voilà, on y est: on est dimanche et on est au parc.  Qu'est-ce que je suis sympa avec mes gosses, quand même!  J'ai vraiment un cœur d'or, moi.  Ils ont de la chance de m'avoir, mes mômes.

     

    3.  Le parc

     

          "Allez, zou, les jeunes, on rompt les rangs, on s'éparpille, maman a trouvé une occupation!"

     

    3.  Le parc

     

           Mais que les gens sont curieux ici, j'avais oublié à quel point.

           Ils ne peuvent pas passer à côté d'une bonne femme qui fouille une poubelle sans se mettre à poser des questions.

             -  Alors, c'est vous, Ermila Lol qui campez sur le terrain municipal?

    Ils m'ont dit à la réinsertion que je devais être aimable avec les autochtones qui n'étaient pas forcément heureux de nous voir débarquer chez eux; alors, je me force et j'obéis:

          -  Ouiep, c'est moi.  L'aide à la réinsertion des criminels m'a dégoté ce petit terrain pour mes enfants et moi.  Nous espérons ne pas trop vous incommoder. Très vite, je pense rendre notre lieu de vie plus agréable à supporter pour nos voisins.

            - On raconte que vous avez tué votre mari...

            - "On" a toujours raison.  Mais je ne veux pas parler de ça.  

     

    3.  Le parc  

          

          - Si vous voulez un conseil, ne vous faites pas trop remarquer, évitez de fouiller dans les poubelles par exemple.  Tout le monde n'est pas aussi large d'esprit que je ne le suis  Moi, je sais ce que c'est de vivre avec un homme difficile, je peux comprendre mais quand même...

     

    3.  Le parc

     

                - Ah oui!  Un homme difficile!  Vous voulez des conseils?

     

    3.  Le parc

     

               - Tapie dans l'ombre, vous l'attendez, bien campée sur vos pieds... je vous montre la posture...

     

    3.  Le parc

     

                      - Euh, voyez, ce genre d'attitude, il vaut mieux oublier aussi, Ermila, si vous voulez vous intégrer...

                       - Ok, ok, j'ai compris.  Il n'est pas si difficile que ça, votre homme. Revenez me trouver quand ce sera vraiment le cas, je vous expliquerai comment faire.  Là, je dois filer, j'ai quelques besoins naturels à satisfaire.  Il y a la saucisse du dimanche qui joue du yoyo dans mon bas-ventre.

     

    3.  Le parc

     

               Ouah!  J'ai été trop géniale avec la dame: je me suis montrée serviable, prête à rendre service et un rien enjouée.  Je crois que ma cheffe de réinsertion aurait été fière de moi.  Bon, ce n'est pas tout ça, mais j'ai des gosses moi quelque part dans ce parc.  Cela ferait mauvais genre si j'en perdais l'un ou l'autre.

                     Très vite, j'en repère trois sur le bateau de pirates : Elsa, Al et Éva.

     

    3.  Le parc

    3.  Le parc

     

                   Et la quatrième, elle est où?  Ils ne l'ont quand même pas enfermée dans la soute, ces salopiauds?  

                      Ah non, vue!  Evidemment, miss intello - Lolita - ne pouvait qu'être affairée aux échecs.  Moi, je n'aime pas les échecs et les mats; les batailles rangées pour défendre un roi, je trouve ça très violent, surtout pour des enfants.

     

    3.  Le parc

     

         Je préfère le jeu des familles, c'est plus drôle : mais où qu'il est papa?    Qui qui l'a, papa?  Oh, ça me donne une idée: je vais leur faire le coup, tiens, je suis sûre que ça va les faire rire.

              "Où qu'il est, papa?  Aaaah au secours, 'l est ressuscité!  Sauvez vos fesses, matelots!"

               Et oups, je surgis comme le monstre qu'était leur père.  Je suis géniale quand même: panique à bord et je suis pliée.  Un rien m'amuse.

     

    3.  Le parc

     

          -  Eh!  Vous n'êtes pas bien, vous? de plaisanter comme ça à propos d'un mort, en plein parc public?

              Woooowh... c'est pour rire.  

           - Et toi-même, mère-grand., tu as oublié de manger ton clown, ce matin.  Je vais t'aider à lâcher du mou...

     

    3.  Le parc

     

            Et hop, une petite bafouille-giflouille pour aider le sens de l'humour à reprendre sa place.

     

    3.  Le parc

     

             Et voilà le travail!  A nouveau, je fus parfaite : je me suis montrée serviable, prête à rendre service et un rien enjouée.

            Le soir tombe, malgré mes jérémiades, mes enfants ont décrété qu'il était temps de rentrer.  Demain, il y a école et il parait qu'ils doivent être reposés pour les cours.  J'ai accepté de les suivre parce qu'ils m'ont promis que je pourrai leur lire une histoire avant de dormir.  Ouiiiii...

            "Minuit, c'est l'heure où dansent les farfadets sur la lande.  Minuit, c'est l'heure où il ne fait pas bon traîner sur la lande.  Minuit, c'est l'heure où il ne fait pas bon traîner sur la lande parce que dansent les farfadets.  Un cri?  Des pleurs troublent la danse des farfadets.  C'est Rouge-caboche..."

     

    3.  Le parc

     

         Je me demande si le dimanche ne va pas devenir mon jour préféré de la semaine, moi.

          "Bonne nuit.  Dormez bien, mes petits rouges-caboches.  Les farfadets veillent sur vous."

     

    3.  Le parc

     

           "... et sur toi aussi, maman."

           " Oui, sur moi aussi, sans doute..."

     

    (à suivre...)

            [Il n'est pas difficile de jouer, mais de s'arrêter de jouer - Proverbe polonais]

    Pin It

    1 commentaire
  •  

    IV.  L'ennui -  L'ennui est le malheur des gens heureux* et un avertissement qu'on n'écoute jamais trop*

     

                Grisette est passée me voir sur le camp, aujourd'hui.  J'ai d'abord pensé que son vieux lui faisait la misère.

                Puis, non, c'était juste une visite de courtoisie; alors je l'ai jouée courtoise, moi aussi.

     

    4. L'ennui

     

                 De fil en aiguille, les confidences fusant, j'ai fini par lâcher ce qui me faisait du vague du l'âme et du typhon dans les entrailles.

                 "Je m'ennuie quand les petits sont à l'école.  Je leur ai demandé plusieurs fois d'arrêter d'y aller mais ils ne veulent pas.  C'est triste, hein, Gris-gris?  Faites des gosses qu'ils disaient et eux, ils ne pensent qu'à m'abandonner, à quitter le nid."

     

    4. L'ennui

     

               Et Gris-gris de répliquer:

                "Mais non, justement.  Tes enfants savent que s'ils manquent l'école, l'assistance sociale va leur tomber dessus et les renvoyer en foyer.  Ils font ça justement pour ne pas être séparés de toi, Ermila."

                Oh.  

                 "C'est quoi, c'tte histoire?"

                Oh?

                 "Tu crois?" 

                Oh!  

                 "Ça alors!"

                Je me sens bête, là, soudain.

     

    4. L'ennui

     

                Et puis, je ne sais pas me retenir.  Je la prends dans mes bras, Gris-gris, les larmes aux yeux; elle n'était pas obligée de m'expliquer les choses si gentiment.  La gentillesse, moi, je n'y suis pas habituée.

               "T'es vraiment une bonne personne, Gris-gris."

     

    4. L'ennui

     

                 Et elle d'enchaîner:

                "Si tu t'ennuies tant que cela, pourquoi tu ne cherches pas un boulot?  Je sais qu'ils engagent à l'hôpital."

                 "Euh... mais moi, je n'ai jamais bossé... puis, je n'ai pas besoin d'argent, j'ai mes enfants et mon potager. Puis tu sais, dans les hôpitaux, ce n'est pas très sain comme environnement, il parait qu'il y a beaucoup de malades."

     

    4. L'ennui

     

           "Beaucoup de malades, oui: des femmes, des hommes et des enfants aussi. Je me dis qu'avec quelqu'un comme toi dans les couloirs de l'hôpital, les gosses se sentiraient moins abandonnés et toi moins seule.  Qu'en dis-tu?"

            Réflexion... réflexion.

           "Ok, j'en dis que c'est dit.  S'ils veulent de moi, j'irai, mais à une condition: je ne m'occupe que des enfants et je ne soigne personne parce que tu vois, Gris-gris, moi, je n'y connais rien en maladies.  Je suis moins maligne qu'il n'y parait."

     

    4. L'ennui

     

                "On fait comme ça.  Je vais appeler l'un des mes amis à l'hôpital et je te tiens au courant."

                  Et hop, je lui refais un câlin à mon grigri, juste pour le plaisir.

     

    4. L'ennui

     

             La confirmation de mon embauche ne tarde pas et je profite du repas du soir pour l'annoncer à mes enfants (et à un autre gamin avec un bonnet qui n'en a certainement rien à battre de ma "life" mais engloutit mes hamburgers comme s'il n'avait plus mangé depuis trois jours... pauvre petit). 

     

    4. L'ennui

     

               Je ne réplique rien lorsque j'entends miss couette-couette se décharger à l'avance auprès de Grigri de toute responsabilité en cas de morts que je provoquerais à l'hôpital dans le cadre de mes fonctions.

                   - Mon frère, mes sœurs et moi-même, ne voulons en aucun cas être tenus responsables de tout dommage - moral, physique - que maman pourrait causer lors de ses heures de travail à l'hôpital, tout autant au matériel, aux collègues qu'aux patients.  Sachez-le et soyez avertie qu'en cas de décès inopiné, vous ne pourrez vous en prendre qu'à vous-même.

     

    4. L'ennui

     

              Je conclus la journée par une petite histoire à mes enfants (et l'étrange bonhomme à bonnet), comme il est coutume lorsque j'ai été sage, la journée. 

    "Minuit, c'est l'heure où dansent les farfadets sur la lande.  Minuit, c'est l'heure où il ne fait pas bon traîner sur la lande.  Minuit, c'est l'heure où il ne fait pas bon traîner sur la lande parce que dansent les farfadets.  Un cri? Des pleurs troublent la danse des farfadets.  C'est Rouge-caboche... Mais comment ose-t-il troubler la danse des farfadets, ce Rouge-Caboche?  Et qui est-il...?".

     

    4. L'ennui

     

                  Il n'empêche qu'au matin, mon estomac me vrille la poitrine et les mots de miss couette-couette me reviennent.  Pourvu que je ne tue personne, aujourd'hui.  Je n'ai vraiment pas envie de retourner à la case prison, moi.

     

    4. L'ennui

     

                 Mais dans quelle galère me suis-je donc encore fourrée?

     

    (à suivre...)

    [L'ennui est le malheur des gens heureux - Horace Walpode]

    [L'ennui est un avertissement qu'on n'écoute jamais trop - Claude Roy]

    Pin It

    3 commentaires
  •  

     V. O Killed - Seule la victoire est belle*

     

     

                 Je ne suis pas peu fière: bilan de ma première journée de boulot, je n'ai tué personne. 

     

    5. 0 Killed

     

           Je n'irais pas jusqu'à prétendre que je me suis bien amusée mais le temps est passé vite et j'avais comme un petit pincement au cœur au moment de quitter mes nouvelles collègues-copines.  Je leur ai dit de passer au terrain ce soir mais elles ont décliné l'invitation.

                 "Il ne faut pas abuser, Ermila.  Mais dis-nous... Tu es sûre?  On te voit vraiment demain? "

              Evidemment... qu'elles sont sottes!  Elles avaient l'air d'en douter, dis donc.  Elles m'adorent déjà, c'est clair.

     

    5. 0 Killed

     

             J'aurais dû essayer plus tôt le boulot, c'est enrichissant et franchement, je n'ai pas rêvé, mes enfants avaient l'air vraiment fiers de moi.

             "Même pas tué un ? "

              "Et non, pas un seul, miss couette-couette, je te le jure."

     

    5. 0 Killed

     

                "oooouah, Mamou... trop bien!  Félicitations!"       

                "Merci - merci - merci - merci..."

     

    5. 0 Killed

     

              J'ai dit qu'ils avaient l'air fier de moi, mais c'est peut-être juste qu'ils ont vraiment peur de retourner en foyer, pauvres petites choses.  Moi aussi j'ai peur de rempiler; mais bon: pas de risque, pour l'instant, je n'accepte que de faire du café,...

    5. 0 Killed

     

     

                    ....papoter et motiver mes collègues:

                      "T'es, docteur, toi, copine, non?  Oooh, arrête, ce n'est pas juste pour frimer la blouse blanche, j'en suis sûre! Bref, je suis venue te dire que ce serait bien que tu te bouges un peu: il y a deux trois patients qui n'ont pas l'air en pleine forme, là.    

                    Enfin, je dis ça, je ne dis rien, mais je ne voudrais pas être accusée de non-assistance à personne en danger, tu vois; donc, je suis cool,  je te préviens avant de perdre patience et de te déloger de ton siège à coups de poing..."               

     

     -5. 0 Killed

         

                       Il vaut mieux que je couvre mes arrières quand même; histoire d'éviter ce que je veux éviter.

                     "Allez bouge ton derrière, Harriette, si tu ne veux pas que je le défonce, 'y des patients qui attendent..."

     

    5. 0 Killed

     

             Sans rire, plus d'une fois dans la journée, je me suis demandée comment il tournait, avant, c't hôpital, sans moi. 

     

    5. 0 Killed

     

               Un petit coup d’œil aux statistiques et je suis confortée dans l'idée qu'il était grand temps que j'arrive.  La galère n'est pas loin de sombrer, là.  Ouch...  Il y a du boulot!  Heureusement, Ermila est dans la place, les gars!

     

    5. 0 Killed 

     

                      Mais là, déjà, c'est presque minuit:

    "Minuit, c'est l'heure où dansent les farfadets sur la lande.  Minuit, c'est l'heure où il ne fait pas bon traîner sur la lande.  Minuit, c'est l'heure où il ne fait pas bon traîner sur la lande parce que dansent les farfadets.  Un cri?  Des pleurs troublent la danse des farfadets.  C'est Rouge-caboche... Mais comment ose-t-il troubler la danse des farfadets, ce Rouge-Caboche?  Et qui est-il?

    Chef farfadet que tout le monde appelle "Monsieur Lambert du trou perdu d'ailleurs", s'avance avec colère vers l'endroit d'où proviennent les sanglots....  "

     

    5. 0 Killed

     

     

    (à suivre...)

     [Seule la victoire est belle - Peggy Bouchet]

    Pin It

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique