• V. Cassie, le centre d'attention de tous

     

    Même le lilas blanc a une ombre

    V.  Cassie, le centre d'attention de tous

    Chez Ludo

     

    V.  La rentrée de Cassie

     

                     Ludo raccroche son portable et le glisse dans la poche de son pantalon.  Il jette un regard désolé à Sarah.

                          "Elle est fatiguée...  Elle préfère qu'on ne passe pas."

                          Sarah soupire.

                          "Je m'en doutais.  De toute façon, elle ne veut plus me parler."

                          "Pourquoi tu dis ça?"

                          "Elle ne m'a pas appelée une seule fois depuis qu'elle est revenue."

                          "Toi non plus, tu ne l'as pas appelée."

                           "C'est un reproche?"

     

    1.7.

     

                      Sarah, sur la défensive, gigote d'une fesse sur l'autre.  Son humeur depuis des jours et des jours oscille entre le rire et les pleurs.

                          "Bien sûr que non, ce n'est pas un reproche, voyons, Sarah."

                       La voix de Ludo s'est fait tendresse et miel.  Il sourit doucement.  Elle est si belle, Sarah.  Que n'avait-il espéré ce moment où il pourrait enfin la serrer contre lui et l'embrasser?  Il avait fallu, évidemment, pour arriver à ses fins des circonstances exceptionnelles.  A malheur des uns, bonheur des autres.  C'est bien là l'injustice de l'existence.  D'aucuns pourraient prétendre que Ludo avait profité de la faiblesse de Sarah; ils n'auraient pas totalement tort.  Perdu dans ses pensées, il sursaute lorsque Sarah s'écrie:

                         "Oooh la lune!  Ici la terre!  Je te cause, Ludo!  Je suis déjà devenue un meuble pour toi ou quoi?"

     

    1.7.

     

                               Ludo secoue la tête et Sarah reprend de plus belle:

                              "Non mais explique-moi: comment est-ce possible?  Je sonne à Cassie pour l'avertir que ma mère me fait la misère, que je ne peux pas l'accompagner courir et paf!  elle en profite pour se faire la malle!  Comment veux-tu que je ne m'en veuille pas?  Que je ne me dise pas que c'est de ma faute si elle a disparu?  Puis elle revient, personne ne croit qu'elle s'est perdue - tu penses bien!- et on raconte qu'elle a fugué.  Comment ça peut être possible?"

                              Désabusée, Sarah secoue la tête, elle aussi.  

                              "Je suis dégoûtée..."

                              Sarah se penche doucement vers Ludo.

                              "Cassie, c'est ma pote, Ludo.  Tu ne penses pas que si elle était mal dans ses pompes, je l'aurais su?"

     

    1.7. 

                                     Ludo a la gorge sèche, combien de fois s'est-il répété ces mêmes mots "Cassie, c'est ma pote, si elle n'était pas bien, je l'aurais su..." ?

                                   Il claque la langue contre son palais.

                                    "Je ne sais pas, Sarah... Dis-moi, on est pote tous les deux.  Quand as-tu compris que je me mourais d'amour pour toi?"

                                   Un petit sourire apparaît sur les lèvres de Sarah.

                                    "Je l'ai toujours su."

     

    1.7.

     

                                         Un instant surpris par cet aveu, Ludo, soudain, se jette sur Sarah.

                                         "Baratineuse!"

                                      Et leurs rires se mêlent et s'épousent, faisant glisser la tension qui les tenait éloignés l'un de l'autre.

     

    1.7.

     

                                     Lorsque les rires se taisent, que les corps se retrouvent, Ludo pose son regard dans celui de Sarah.

                                    "Je te promets qu'on finira par comprendre ce qui s'est passé, Sarah, pour Cassie.  Oui, je te le promets."

     

    1.7.

     

     ------

    Au repaire

     

                 Lorsque Louis arrive au repaire, les trois autres sont déjà là: Lola, Emilie et Yann.  Il manque Ju' qui ne vient jamais à leur réunion, au repaire.

     

    1.8. 

     

                                      La bière coule  à flot et la conversation n'attend que lui pour débuter.  Le sujet du jour : "Cassie" - "Cassie, le retour", cette facilité avec laquelle elle a passé ce premier jour de reprise.  Aucun signe apparent de son agression dans son comportement.  Aucun tremblement.  Elle avait passé sa journée comme si rien ne s'était passé et s'il n'y avait pas eu les regards en coin de tous pour cette revenante, nul n'aurait pu imaginer ce qu'elle avait subi ce week-end-là: l'enfermement, les coups...  Louis sent quelques gouttes de sueur perler à son front lisse et la faim le prend.

                                          Il l'avait choisie au hasard, Cassie.  Il pensait avoir eu le nez fin, il ne pensait pas que cette petite peste se débrouillerait pour leur fausser compagnie avant qu'ils n'aient terminé de s'amuser avec elle.  Au final, Louis, après avoir bien paniqué, était plutôt ravi de constater que le jeu n'était pas terminé.  Avec le retour de Cassie parmi eux, sonnait une autre partie qui pouvait amener bien des satisfactions.  Si ce n'était la tête de déterrée que pendait Lola, Louis se serait cru au paradis.

                                       Il soupire d'aise.  Comment tout cela avait-il débuté?  Certains pourraient penser que tout avait débuté le jour où il s'était retrouvé assis auprès de sa mère morte, serrant son ours contre lui.  D'autres que tout avait commencé le jour de sa rencontre avec Ju et les autres.  Mais non, tous se trompent parce que la révélation vint au clair de lune, une nuit comme aucune autre.  Une nuit de chasse.  

                                       

    1.8.

     

                                      Ce n'était pas un chien sauvage ni même un chat qu'ils avaient débusqué, cette fois. 

     

    1.8.

     

                                  " Non mais regardez moi c'te vieux croûton! S'il y a bien une chose que je ne supporte pas, c'est de voir des clochards allongés  à cuver leur litron."

     

    1.8.

     

                                      Les insultes et les menaces ont vite plu sur le pauvre vieux qui a rapidement compris que sa bande et lui, ils ne rigolaient pas.

                                    "Allez, barrez-vous, bande de p'tits voyous ! Ce monde pourri vous appartient, je vous le laisse!"

     

    1.8.

     

                                    "Ah oui ? Et qu'est-ce qu'il a ce monde qui ne te plaît pas, pépé ?" lui lança Louis.

                                    "Y a qu'il a engendré des pourritures telles que vous!"

     

    1.8.

     

                                    C'est sur cette  phrase que Louis à trouvée bien déplaisante que tout a rapidement dégénéré.  

     

    1.8.

     

                                     Ils te l'ont chahuté comme il faut, le papy et lorsque la première goutte de sang a coulé, l'euphorie s'est emparée d'eux.  

     

    1.8.

     

                               Après avoir goûté au vieillard, à ses cris et ses gémissements, les chiens et les chats n'attirèrent plus nos amis.   Et la chasse se fit plus disciplinée, plus structurée.  Lorsque l'ennui de l'anonyme arriva, ils décidèrent de monter d'un cran la difficulté du défi en personnifiant la proie.  Vint alors Cassie.  Louis se passa la langue sur ses lèvres charnue comme un félin devant un festin.

                               Perdu dans ses pensées, Louis s'était un peu écarté du groupe.

     

    1.8.

     

                                       Sentant l'excitation monter, il décide de prendre un peu l'air.

     

    1.8.

     

                                  Il est vite rejoint par Emilie qui comme à son habitude lui rentre dans le lard sans prendre de pincettes.

                                    "Tu te défiles?"

                                   Louis ne prend pas la peine de lui répondre.  

                                  "Lola pense qu'il y a un traître parmi nous, quelqu'un qui a aidé Cassie, qui est revenu seul et l'a libérée.  Ce n'est pas ton genre, ça, hein?!  Tu ne l'aurais pas aidée, la blondasse, n'est-ce pas, Louis?"

                                Louis ne riposte pas plus qu'il ne répond.  Il sait ce que pense Lola.  D'ailleurs, elle les observe depuis la fenêtre du repaire.

     

    1.8.

     

                                    "Lola dit n'importe quoi, elle a toujours été le maillon faible de la bande."

                                    "Ne sous-estime aucun d'entre nous, Louis."

     

    1.8.

     

                                       "Je ne sous-estime personne, Emilie.  Et surtout pas toi."

                                       Emilie se détend, un léger sourire apparaît sur son visage. 

                                        "On va lui faire payer son escapade à c'tte petite peste de Cassie."

                                       D'un air entendu, Louis répond à l'accolade d'Emilie.  Oui, le jeu ne fait que commencer et il est temps de débuter la seconde manche.  Et s'il y a un traite parmi eux, Louis le trouvera.

     

    1.8.

     

     

    Chez Cassie

     

                       En rentrant du travail, Davis Holporth se met à paniquer comme un gosse.  Passant d'une pièce à l'autre, il ne trouve Cassie nulle part, ne l'entend nulle part, ne respire son parfum dans aucune pièce. Tant bien que mal, il tente de calmer les battements effrénés de son cœur.  Où est-elle?   Où est Cassie?  Elle devait avoir repris les cours aujourd'hui.  Il lui avait sonné sur son portable et elle lui avait répondu de suite.  

                          "Tout va bien, mon petit papa.  Je suis rentrée, je fais mes devoirs."

     

    1.9.

     

          Non, elle ne pouvait pas avoir disparu. Pas encore.  Pas à nouveau.  Pourtant malgré lui, cette conversation ce matin avec son épouse lui revient en mémoire.  Elle l'accusait d'être indifférent à ce qui s'était passé. 

      "Tu t'en fiches, en fait.  C'est ça, tu t'en fiches?  Ta fille part pendant trois jours et toi, tu t'en fiches!"

     

    1.6.

     

                                        Davis avait haussé les épaules.

                                     "Au bout d'un moment, tu sais... quand tu as essayé de faire un maximum et que tout ce que tu récoltes, c'est ça!  Et bien, oui, tu te dis qu'il vaut mieux s'en foutre.  Cassie est là, elle est en bonne santé.  Si elle veut repartir sans un mot, sans une explication, elle repartira quoi que tu fasses, Cassandre."

                                             

    1.6.

     

                                     Cassandre s'était emportée:

                                  "Et moi, je suis sûre qu'elle n'est pas partie comme ça!  Juste comme ça!  Il doit y avoir une raison!  Et surtout, ne me tape pas le refrain sur "elle s'est perdue"!  Evidemment qu'elle ne s'est pas perdue!  Personne n'y croit à cette histoire!"

                                     Puis les yeux de sa femme s'étaient voilés de larmes:

                             "Qu'est-ce qu'on a fait de mal, Davis?  Comment on a pu ne pas voir que notre fille n'allait pas bien?" 

     

    1.9.

     

                       Sur le point d'aller réveiller son épouse, Davis sursaute, il a entraperçu une ombre... Mais oui... là..., par la fenêtre, il l'aperçoit au bord de la mer.  Cassie.

                           Sans réfléchir, sans parvenir à ne pas courir, Davis se précipite.

     

    1.9.

     

                              Davis dévore sa fille des yeux, ne pouvant s'empêcher de sourire.  Son coeur peu à peu reprend un rythme normal.

                                 "C'est beau une ville, la nuit, hein, papa?"

                                "Oui, très beau", répond Travis sans quitter sa fille du regard.  Il a l'impression que s'il cligne des yeux, elle va disparaître.  A nouveau.

     

    1.9.

     

                                      Un silence confortable et doux s'installe entre père et fille, à peine troublé par le son du ressac, des vagues qui viennent s'échouer sur le bord de la plage.

                                         Hésitant à troubler l'instant, d'un murmure à peine, Davis sourit:

                                         "Je viens souvent ici moi aussi, lorsque je ne parviens pas à dormir.  L'océan m'apaise."

                                           "Je sais", sourit Cassie.

                                          Davis s'éclaircit la voix, troublé malgré lui.

                                          "Comment s'est passée ta journée, Cassie?  La reprise de cours?"

                                         Il hésite un instant puis:

                                         "Les autres ne t'ont pas trop embêtée avec leurs questions?  Ça n'a pas été trop dur?"

                                       Les regards, les murmures, Cassie en frissonnerait encore.  Jamais elle n'avait été le point d'attraction d'autant de personnes en même temps.  Les profs compris.  Puis l'éducatrice, Madame Foison qui s'était sentie obligée de venir chercher Cassie sur son temps de midi pour une "petite conversation à bâton rompus" à laquelle Cassie n'avait pas participé, se contentant de hocher la tête et de répondre en souriant aux paroles d'encouragement de Madame Foison.

                                        "Ne t'inquiète pas, papa.  Tout s'est bien passé."

     

    1.9.

     

                                   C'est plus fort que lui, Davis ne peut s'empêcher de demander:

                                  "Ils ne trouvent pas ça bizarre, tes amis, que tu te sois perdue pendant ton footing?"

                          Cassie se mord les joues pour s'empêcher de rire, dit comme ça, ça paraît tellement ridicule.                                     

     

    1.9.

     

                                       "Je ne leur ai pas demandé, papa."

                                  Davis respire profondément.

                                        "Il y a des choses qu'il vaut mieux ignorer", dit-il simplement.

                                Cassie ne peut qu'être d'accord avec son père. Davis ne sait pas à quel point, il a raison.  Cassie, elle, ne l'ignore plus.

     

    1.9.

                                     

                                         "Je vais rentrer, tu viens?"

                                         Cassie sourit.

                                          "J'arrive, dans un instant."

                                    Sur le point de regagner sa maison, Cassie l'interpelle:

                                          "Attends, papa..."

                                   Surpris, Davis accueille sa fille dans ses bras. Elle qui depuis toujours n'appréciait que peu les effusions de tendresse, spontanément se roule contre lui comme un petit chat et ajoute même:

                                          "Je t'aime, papa."

                                     Bon sang!  Il en aurait sangloté comme un gosse, Davis!

     

    1.9.

     

                           Alors, il fuit, Davis, encore chaud de cette étreinte si prometteuse, les larmes aux yeux, bouleversé comme jamais.

                                Cassie, un long moment, observe encore ce pan de plage, la mer qui ronronne et les feux de la ville à l'horizon.  Elle y serait restée plus longtemps encore si son portable n'avait dans la nuit vibrer.

                                Lentement, elle sort de la poche de son pantalon le téléphone et d'un mouvement rapide du pouce le déverrouille.  

     

    1.9.

     

                             Un message d'un expéditeur anonyme.

                                 "Bonjour, Cassie."

                             Directement suivi d'un second, toujours anonyme et masqué, comme le premier.

                                  "Pas trop peur, seule, la nuit, Cassie?"

                              Un frisson détestable parcourt l'échine dorsale de Cassie, de haut en bas.  Respirer. Expirer.   Inspirer.  

                                    "Raconte-moi tes cauchemars, Cassie."

                Cassie, sans se presser et sans répondre, repousse son portable dans la poche de son pantalon.  

     

    1.9.

     

                                   Le loup est sorti du bois, il veut jouer.   Respirer.  Inspirer.  Expirer.  

                                       

     

     

     

    « IV Ludo et SarahVI. C'est vendredi, Cassie »
    Pin It

  • Commentaires

    5
    Pythonroux
    Dimanche 26 Juin 2016 à 11:02

    Ouh là là... mais où nous emmènes-tu Eulaline/Pytisa ^^

    j'adore ton histoire

    4
    Ptitemu
    Mercredi 4 Mai 2016 à 16:27

    Comme Davis est touchant... Comme Cassie est courageuse, à la limite de l'inconscience, mais non en fait : parce que résoudre -seule, sans aide- cette situation abjecte est peut être la seule façon qu'elle voit de reprendre le contrôle de sa vie....

      • Mercredi 4 Mai 2016 à 21:11

        C'est difficile pour Davis.  Il aime énormément sa fille et il ne comprend pas tout en tentant de faire pour un mieux.  Je crois effectivement que tu mets le doigt dessus: Cassie a besoin de reprendre le contrôle.  Merci merci beaucoup, Ptitemu.  Je suis très touchée que tu continues à me lire et me suivre.  Gros bisous ♥

    3
    Mercredi 4 Mai 2016 à 11:30

    Hoooo! C'était trop bien. J'en veux encore. lol


    Louis et sa bande me font vraiment peur. Je croyais qu'il y avait une "raison" à cet acharnement sur Cassie. Mais apparemment, non. C'est juste pour le plaisir de la violence gratuite. Ils sont vraiment très malsains.


    Cassie sait-elle se qu'elle fait à agir toute seule ? J'ai un peu peur pour elle.


    Sinon, les actions et les pensées des autres personnages sonnent vraiment très justes. Et j'ai un petit faible pour Sarah. Elle est très mignonne. J'espère qu'elle pourra quand même aider Cassie (c'est pas parce qu'on est amoureux qu'on oublie les amis^^).


    Je me répête : toujours aussi admirative par ta minutie et ta façon de poser ton monde chapitre après chapitre. Cet univers sombre te va également très bien.

      • Mercredi 4 Mai 2016 à 21:10

        Cassie est bien entourée, oui: Ludo, Sarah, ses parents.  Espérons qu'elle n'attende pas trop longtemps avant de demander de l'aide.  En même temps, elle ne sait pas vraiment à qui elle s'attaque.  

        Et merci beaucoup, Agathe.  Je suis très touchée, à chaque fois, par tes commentaires.  Merci merci ♥

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :