• VI. C'est vendredi, Cassie

     

     

    Même le lilas blanc a une ombre

    VI.  C'est vendredi, Cassie

     

                  On était vendredi.  Julien avait mis toutes les chances de son côté, histoire que cette fichue journée se passe au mieux: un bon bain, l'hygiène, c'est important.

     

     

     

                    "T'es beau gosse, t'es beau gosse.  T'es le meilleur.  A l'arrache, mon gars, ou pas, ça va bien se passer!"

                      Quelques paroles d'encouragement font toujours du bien!  Il parait que la méthode cauet à a fait ses preuves.

     

     

                 Et pour l'apport énergétique essentiel : un copieux petit déjeuner, ça aide à lutter contre le vent. 

     

                               

                                Rapidement, pourtant, les choses s'étaient gâchées. 

                                "Oui, Monsieur l'inspecteur Hol, il est à côté de moi."

                                "..."

                                "Non, non, bien sûr, je ne m'inquiète pas; mais oui, oui, je le lui dirai."

                                "..."

                                "Je pensais que..."

                                 "..."

                                 "Bien sûr et bonne journée à vous aussi et merci encore."   

     

     

                                 Julien vit sa tante se lever, tournicoter sur elle-même, chercher quelque chose puis se saisir du portable de Julien que celui-ci avait abandonné négligemment sur le comptoir de la cuisine avant de se servir son dit copieux petit-déjeuner.

     

     

                            "Ce n'est pas sérieux, Ju.  Ça fait dix jours que ton contrôleur judiciaire n'a pas de nouvelle de toi.  Il t'a laissé cinq messages.  Est-ce que tu les as lus au moins?"

                             Mentir ou ne pas mentir, telle est la question.  Julien réprima à grande peine le soupir qui lui gonfle soudain la poitrine.

                        "Oh!  Et c'est quoi ce message de Julia Foison?... ce n'est pas votre éducatrice, ça?  Pourquoi elle te convoque aujourd'hui à midi?..."

     

     

                                    "Maman, arrête de fouiller dans le portable de Julien.  Ça ne se fait pas!"

                                    "Je ne fouille pas, Justine, je me tiens au courant!"

     

     

                    L'atmosphère devint compact d'un coup et l'électricité grésilla entre mère et fille.  Julien intervint immédiatement:

                    "Ne vous emballez pas, les filles.  Je n'ai rien à cacher.  J'ai été un peu enrhumé la semaine dernière et j'ai oublié le rendez-vous du contrôleur, je l’appellerai tout à l'heure.  Quant à l'éducatrice, elle m'a convoqué ce midi parce qu'elle aime parler avec moi; elle est passionnée par les jeux de plateau."

                       Oui, finalement, mentir c'était souvent l'option que préférait Julien. 

                      Avant de quitter la pièce, la tante de Julien jeta les yeux au ciel et ses dernières instructions :

                   "T'as intérêt à te tenir à carreau, Ju.  Ce soir, l'inspecteur Hol t'attend chez lui à dix-huit heures trente pour une petite mise au point de tes obligations, j'ai promis que tu y serais."

                     "Je l'aime bien, Walter."

                      "Et n'oublie pas, Ju.  T'as promis d'arrêter tes bêtises..."

                      "Oui, oui, ma tante, promis..."

     

     

                                    Evidemment, dès que Julien et sa fille tournèrent les talons pour filer au lycée, Laurine s'installa derrière l'ordinateur de son neveu.  Elle avait la garde de Julien depuis quelques mois, depuis que sa chère sœur et son époux étaient décédés.  Quel drame! 

     

     

                                  Laurine n'y trouva bien sûr que ce que Julien voulait bien qu'elle y trouve, c'est-à-dire pas grand'chose voire rien du tout; à peine quelques épreuves pour le journal du lycée auquel Julien participait.  Quel parcours du combattant cela avait été de lui trouver un établissement qui l'accepte. Cette pêche aux informations infructueuse ne signifiait pas pour autant que l'adolescent en avait terminé avec ses bêtises.  Laurine soupira, anxieuse malgré elle.   

                                Julien, lui, sur le départ pour sa journée de lycéen décida de ne pas se laisser abattre.  Le pire de sa journée venait sans doute d'avoir lieu.  

                                     "Allez, mon gars!  Ça va aller!"

     

     

                                     Ça alla effectivement plutôt pas mal, même si bien sûr, Julien ne répondit pas à la convocation de l’éducatrice.  Elle le fatiguait, cette madame Foison, avec "ses conversations à bâtons rompus".  Ce n'était pas parce que Julien avait commis deux, trois petites bêtises dans sa vie qu'il devait en plus supporter le babillage à longueur de temps de midi de cette dame conseillère qui lui mettait les nerfs en pelote.  De toute façon, elle avait l'air bien occupée avec Cassie Holporth depuis que celle-ci avait reparu.

                                      Ah oui... à propos de Cassie...

                                      "Oooh Cassie!  Attends!  On doit s'arranger pour le devoir en géo de la semaine prochaine!"

                                   Effectivement, le sort l'avait désignée pour former son binôme.  Julien sourit: enfin le sort, le sort, il fallait le dire vite.

     

     

                                  "Je n'ai pas le temps, Julien.  J'attends ma mère."

                              Oula, une bien bonne nouvelle: elle connaissait son prénom.  Depuis qu'il était arrivé au bahut, Cassie ne lui avait jamais adressé la parole.  S'il ne l'avait pas vue discuter avec d'autres, Julien aurait pu croire qu'elle était muette.

                              Julien se laissa tomber à côté d'elle sur le banc.

                           "Ce n'est pas grave.  Je vais l'attendre avec toi, comme ça on pourra s'arranger pour le devoir.  Alors on dit demain, samedi, dix heures, chez toi ou chez moi?"

     

     

                                   "Ecoute, Julien, t'inquiète... je m'occupe de tout, je te montre ce que j'ai fait lundi, tu n'auras plus qu'à mettre ton nom à côté du mien et à le rendre au prof."

                                      "Ah ben nooooonnn..."

                                       "Et pourquoi non?"

                                       "Parce que c'est un travail en binôme, sotte va!"

     

     

                                     "Ben oui, Julien, en binôme, il y aura nos deux noms."

                                      Julien secoua la tête et se redressa.

                                     "Je suis extrêmement choqué, Cassie, par ton attitude."

     

     

                              Le truc de la lèvre qui glisse, ça fonctionne toujours avec les filles.  Julien le savait.   Et sinon, il y a le menton qui tombe aussi, quand ça ne suffit pas.

     

     

                  "Bon, d'accord, Julien, on dit demain, samedi, mais à quatorze heures et à la bibliothèque."

     

     

                                       "Ça me va."

                                    Julien, triomphant à moitié, se rassit aux côtés de Cassie, parce qu'il aimait son odeur de glace vanille/fraise et aussi, parce qu'il aurait voulu jeter un œil sur ce fichu portable qui n'arrêtait pas de biper et qui, de toute évidence, stressait sa compagne.

                               "C'est ta mère qui t'envoie tous ces messages?  Elle arrive ou quoi?  Elle a du retard, non?"

     

     

                       "Tu devrais peut-être répondre à l'un ou l'autre message, histoire que..."

                         Cassie frissonna un instant, hésitant à relever la tête...  Et si...

                     "Ah!  Voilà ta mère.  On se voit demain à la bibli, Cassie, puisque tu ne veux pas qu'on se voie chez toi!  Bonne soirée, madame Holporth." 

                              

     

                                        Et sur le grincement de dents de Cassie qu'il devina plus qu'il n'entendit, il fila.  Il n'était pas loin d'être déjà en retard, s'il en croyait l'heure qu'affichait l'horloge dans le parc.  L'inspecteur Walter Hol n'appréciait que peu les personnes qui n'étaient pas ponctuelles.  Et Julien préférait ne pas le contrarier. Avec un peu de chance, Carine, la dame de Hol, lui offrirait l'un de ses cappuccinos qu'elle réussissait à merveille.  

                                          En fait, Julien frappa franchement en retard à la porte des Hol.

                                          "On ne t'attendait plus, Julien."

     

     

                                          La voix chaude et grave de Carine Hol faillit le faire sursauter.

                                          "Madame Hol, bonjour!..."

     

     

                              "J'espère que vous me pardonnerez, j'ai eu un petit souci de lacets sur le chemin et ...."

                                 En vrai, le "souci de lacets" s'appelait Ludo, l'ami proche et sangsue de Cassie qui l'avait harponné à la sortie du parc.

                               "Hé!  Clove..!  Qu'est-ce que tu lui voulais à Cassie?  Je t'ai vu, tu la suivais dans le parc." 

     

     

                             "Détends-toi, bonhomme.  Je voulais juste lui rendre le stylo qu'elle m'avait filé en gym."

                             "En gym?  Tu te fiches de ma tronche?"

                             "Se ficher de sa tronche?"  Ouiais, un peu, mais cela restait l'un des petits plaisirs de la vie dont Julien avait du mal à se passer.

                             Ludo avait vraiment l'air en pétard.

                          "Ecoute, Clove, Cassie n'est pas un sujet d'article pour ta feuille de chou; alors tu la lâches, ok?"

                            Oui, c'était vrai, Julien s'était spécialisé dans les rumeurs people qui circulaient au lycée.  C'était le seul créneau inexploré au sein du journal qui l'avait tenté quand il y était entré.  Et ma foi, il aimait ça et surtout l'impopularité que ça lui donnait auprès des autres élèves.  Enfin, ça, c'était la face pile parce que la face face c'était que sa rubrique remportait un succès phénoménal.  Ralala, les gens sont si prévisibles.

                            "Et sinon?"

                           "Sinon, je te pète les dents, Clove..."

                           "Attends, je vérifie mon emploi du temps..., j'ai rendez-vous avec mon comptable, là, si tu veux j'ai bien trois, quatre minutes, on pourrait s'occuper de mes dents... ou des tiennes, frère.  En plus, ça pourrait faire un super article.  Le journal sort la semaine prochaine et il me manque justement un sujet."

     

     

                                   Bref, ce petit contre-temps avait mis Julien en retard et il savait que Walter devait en être contrarié.  Et effectivement, le regard mi-agacé mi-très-énervé de Walter ne laissait subsister aucun doute là-dessus.

                                     "Oh vraiment, Walter, je suis désolé pour le retard mais les lacets, c'est plus comme de vot' temps, ils craquent à tout bout de champs.  Ce doit être un problème de confection des aglets."

     

     

                                   Bien sûr, Walter et son épouse étaient bons comme le pain et ils l'excusèrent.  Et alors que Walter repassait en revue toutes les obligations auxquelles était soumis Julien depuis ses démêlés avec la justice, Julien rêvassait, se demandant comme il allait arriver à aborder le sujet qui lui tenait tant à cœur.

                                 "Je me suis porté garant de toi, Julien.  Alors, ok, cette fois, j'ai calmé ton contrôleur mais ne me refais plus le coup.  T'as rendez-vous mercredi prochain à seize heures.  T'as intérêt à y aller!"

                                   "Promis, chef, bien, chef!  Et je ferai bien gaffe de changer de lacets bien avant de partir au rendez-vous, et même si je suis malade, j'irai, dussé-je m'y traîner en rampant.  Euh, dites, Madame Hol, je pourrais avoir un cappuccino?"

     

     

                             Julien se perdit un moment dans ses pensées, puis comme on revient à l'air libre après avoir plongé en apnée deux minutes, il se tourna à nouveau vers Walter.  Parfois, il vaut mieux y aller franco quand on veut quelque chose.

                       "Hé, chef, je voulais vous dire: bravo, il paraît que c'est vous qui avez retrouvé Cassie Holporth."

                           La voix douce de Walter coupa immédiatement son protégé, il connaissait la capacité de celui-ci à poser mille question en trente secondes:

                              "Non, Julien, déjà, ce n'est pas moi qui l'ai retrouvée et ensuite: non, non.  Tu oublies les jolies filles.  Tu te souviens que c'est à cause de l'une d'elles que tu te retrouves ici."

     

     

                           "Oooh chef, vous le savez bien, c'est un malencontreux accident, couplé à un faisceau d'événements inopportuns qui ont mené à ce dénouement tragique..."

                                "Arrête ton baratin, Julien."

                                  Julien durcit le regard, pinça les lèvres, prenant son air le plus sérieux possible.

                                "Le baratin, ce n'est pas mon genre, je suis très déçu que vous pensiez ça de moi, chef." 

     

     

                                Tandis que Julien s'offusquait avec art, oui, c'est vrai, Sarah, elle, cuisinait pour son amoureux, Ludo.

                                        "Alors?  Elle vient à la fête ou pas, Cassie?", s'impatienta Ludo.  

     

     

                        "Non, elle ne ne vient pas à la fête."

                    Ils s'installèrent tranquillement l'un à côté de l'autre, plongés chacun dans leurs pensées, regrettant le temps passé à leur façon puis Sarah risqua d'une petite voix.

                          "Il faut dire que ça doit être compliqué pour ses parents de la laisser sortir, Cassie, surtout un vendredi soir."

     

     

                              Puis:

                              "Et si on restait ici, qu'on n'y allait pas non plus à la fête...?"

     

     

                                 "Et comme ça, mon amour, on réduit les chances que tu recroises Clove et que tu finisses vraiment par te retrouver aux urgences-dentisterie."

                                     "Chhuuuttt..."

     

     

                    Tandis qu'un ange passait entre Ludo et Sarah, les enveloppant dans un souffle de passion, oui, c'est vrai, Cassie, elle, faisait face à l'incompréhension de ses parents.

                      "J'apprends que tu ne veux plus que tes amis viennent à la maison, Cassie?"

                         Cassie soupira.  C'était vraiment la spécialité de sa mère, ça, prendre une anecdote et la transformer à sa façon.

                              "Maman... Pourquoi tu as raconté ça à papa?  Julien Clove n'est pas un de mes amis.  Et je préfère qu'on se voit pour travailler à la bibliothèque.  Enfin! C'est inconscient d'inviter n'importe qui à la maison, surtout que vous ne serez pas là demain!"

     

     

                     Davis vint au secours de son épouse immédiatement:

                       "Mais que dis-tu, Cassie?  Julien est dans ta classe, non?  Et c'est le jeune homme qui a emménagé chez Laurine, notre voisine, après le décès de ses parents."

                    "Papa, ce n'est pas parce que tu sais qui est Julien que tu le connais!  C'est hyper dangereux de ne pas faire gaffe..."

                     La voix de Cassie se cassa dangereusement, se rendant compte sans doute à quel point le discours qu'elle tenait, pouvait sembler "anormal" voire inquiétant.

     

     

                                Du coup, Davis et Cassandre préférèrent terminer leur repas en silence et quittèrent la table de même façon.  S'il y avait une chose que ces parents-là détestaient par dessus tout c'était de voir leur fille pleurer.

     

     

                           Une fois seule, Cassie saisit son portable qui n'avait cessé de vibrer, lui signifiant qu'il restait un message reçu non lu.

                           "Bonsoir, Cassie.  On est vendredi, ce soir..."

                     Cassie serra la main sur son portable.  Les jours qui venaient de s'écouler avaient démontré à Cassie combien elle était loin d'être la battante qu'elle avait espéré malgré tout sa bonne volonté. Elle restait terrée chez elle, n'osait plus sortir au soir tombé, évitait les gens, ses amis, s'enfermait seule, sur le temps de midi, à la médiathèque, ou se laissait saouler par les conversations de l'éducatrice, Madame Foison.  Cassie qui avait rêvé à une vengeance dure et cruelle n'avait pas encore pu en poser ne serait-ce que l'ombre du premier jalon.  

     

     

                      Cassie baissa les yeux vers son portable et lui revint les mots de Julien quelques heures plus tôt.

                       "Tu devrais peut-être répondre à l'un ou l'autre message, histoire que..."

                         Histoire que quoi?  Qu'elle reste dans leur ligne de mire? Qu'ils ne se lassent pas d'elle, qu'ils ne trouvent pas une autre victime?  

                    "Tu ne sors pas ce soir, Cassie, n'est-ce pas?  Dommage, Cassie, on est pourtant vendredi aujourd'hui.  La fête sera bien terne aux ruines, sans toi."

                    Tremblante de la tête aux pieds, Cassie posa délicatement les doigts sur l'écran de son portable et envoya sa première réponse.

                        "Désolée, pas ce soir, non."

                    Cassie eut envie de vomir en imaginant la joie du loup, repérant enfin sa proie au coin du bosquet.

                         "Ne sois pas désolée, Cassie.  Il me semble apercevoir l'un ou l'autre de tes amis qui vient d'arriver.  Sarah est vraiment très mignonne. Et Ludo a l'air charmant."

     

     

                      Le front de Cassie se mouilla d'une sueur glacée, ses tremblements redoublèrent, sa gorge se noua, l'air vint à lui manquer.  Sarah. Ludo.  Elle fixait le message sans parvenir à bouger.  Elle devait trouver un moyen de les tenir éloignés des autres, de les tenir dans sa ligne de mire à elle. Ce fut alors que l'enveloppe virtuelle clignota à nouveau:

                           "Peut-être, Cassie, pourrais-je oublier que je viens de les voir arriver... si tu me racontais quelque chose.  Oh oui, Cassie, raconte-moi.  Raconte-moi tes cauchemars."

                          Le corps de Cassie se cassa en deux et ses sanglots recouvrirent l'écran de son portable puisque cette fois, elle n'avait pas le choix.  Et ce fut avec rage qu'elle s'exécuta, nourrissant la bête de son plus âpre et douloureux cauchemar.  Elle conclut ainsi:

                            "Je sens votre souffle bien plus douloureux que tous les coups portés, je tremble et j'ai froid.  Lorsque, dans mon rêve, je m'éveille, j'ai la certitude que je vous connais, que je sais qui vous êtes."

    « V. Cassie, le centre d'attention de tousVII. Cassie, le premier pas »
    Pin It

  • Commentaires

    3
    Pythonroux
    Dimanche 26 Juin 2016 à 11:23

    Mais Julien, quel arracheur de dents... et tout le monde tombe dans le panneau grâce à sa belle bouille.... J'ai l'impression qu'il est même plus dangereux que Louis.

     

    La pauvre petite Cassie, elle est totalement effrayée et se renferme sur elle-même alors qu'elle voulait se battre... Y arrivera-t-elle ? Elle est seule contre 5 personnes....

    2
    Mercredi 11 Mai 2016 à 16:09

    Je trouve aussi que Julien est un peu flippant.  Et effectivement, il manque un Ju' dans la bande des méchants.  Tant que Cassie ne sait pas qui est cette personne, elle se méfie de tout le monde et sa parano ne fait qu'augmenter avec le harcèlement dont elle est victime.

    Il lui faudrait bien un allié, un ami, c'est sûr mais je ne suis pas certaine que Louis la laissera faire. Merci beaucoup, Agathe, encore et toujours ♥♥

    1
    Mercredi 11 Mai 2016 à 12:03

    Bon, ben, moi je ne le sens pas, Julien. Et puis, n'est-ce pas le fameux "Ju'" de la bande à Louis ? Bref, Cassie a bien raison de ne pas lui faire confiance.


    Pauvre Cassie, j'ai l'impression qu'elle a le contrecoup de son enlèvement et des violences subies. Et puis c'est dur pour elle de n'en parler à personne. Combien de temps va t'elle tenir ainsi, sans aide, sans épaule sur qui s'épancher ?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :