• VII. Cassie, le premier pas

     

     

    Même le lilas blanc a une ombre

    VII.  Cassie, le premier pas

     

     "Devine qui j'ai croisé à la bibliothèque cette après-midi!", s'écrie la petite Diane en entrant dans la chambre de son frère, Louis.

     

     

                           Louis, sourit:

                           "Ta copine, Mélissa?"

                            "Naaan... c'est quelqu'un que tu connais!"

     

     

                             Louis rigole:

                            "Mais je la connais Mélissa."

     

     

                              La petite secoue la tête.

                             "Non, je veux dire que c'est une copine à toi."

                             Louis, sceptique, penche la tête sur le côté.

                              "Je donne ma langue au chat."

                           Diane fronce le nez.

                               "T'es pas drôle!  Allez, cherche..."

     

     

                                 Louis soupire.

                                "Je n'ai pas envie de jouer, Diane.  Je suis occupé."

                                "Bon, ok..."

                                La petite est sur le point de faire demi tour mais au dernier moment, en riant, elle s'exclame:

                                "Cassie Holporth!  Je l'ai reconnue tout de suite, il faut dire qu'on a vu sa photo partout quand elle a disparu et elle aussi, elle m'a reconnue tout de suite."

     

     

                                     "Hé, mais n'es-tu pas la petite sœur de Louis?"

     

     

     

                          "Ah si, c'est bien moi!", s'était exclamée la gamine, ravie.

                          "Diane, c'est ça?  J'étais sûre que c'était toi. Je suis en cours de sciences avec ton frère.  Je suis ravie de te rencontrer Diane."

                         "Moi aussi, je suis contente.  Et oui, je sais que t'es en cours avec mon frère."

     

     

                      Le cœur de Louis rate un battement, avec peine il se force à ne point inspirer plus que nécessaire, se lève, s'installe sur son lit et tapote la place à côté de lui.

                            "Viens un peu me raconter ça..."

     

     

     

                       La petite paraît surprise un instant mais tellement heureuse d'intéresser son frère qu'elle ne se fait pas prier et saute le rejoindre.

                            "Cassie attendait un garçon à la bibliothèque."

                             "Ludo?"

                               Diane hausse les épaules.

                      "Bah, je ne sais pas son nom, mais il n'est pas venu apparemment. Cassie s'en allait quand je l'ai rencontrée mais elle est restée un peu et on a bavardé.  Elle est trop gentille et puis qu'est-ce qu'elle est jolie!"

     

     

                               "Ah bon, tu la trouves jolie?"

           Louis, lui, trouve Cassie indécente, sans pudeur, à s'exhiber comme une bête de foire, à parader comme un paon sans respect et avec aplomb, allumant tous les mecs sur son passage.  Une vraie raclure qui avait bien mérité sa raclée!  Il se garde bien évidemment de faire part de sa pensée en ces termes à sa petite sœur.

     

     

                    "Tu sais, Diane, une jeune-fille-bien-comme-il-faut ne se promène pas comme Cassie se promène et ne parle pas à n'importe qui.  Je préfère que tu ne t'approches plus d'elle."

             Diane acquiesce, un peu gênée.  Ce n'était pas la première fois que son frère lui expliquait les choses: comment devait se tenir une-jeune-fille-bien-comme-il-faut.  

                Diane soupire:

                 "Je suis désolée, Louis.  Je ne le referai plus jamais."

                  "Ce n'est pas si grave, Diane."

                Louis tente un doux sourire réconfortant et ajoute, stressé malgré lui par toute cette histoire.

                "Dis-moi, Diane, c'est toi ou c'est Cassie qui est venue la première te parler?"

                  Diane se concentre.  

                 "Je ne sais plus, moi."

     

     

                  "Essaie de te souvenir, Diane."

                  Le ton de la voix de son frère s'est durcie et Diane sursaute.

                "Je ne sais plus, je ne sais plus, je te dis!  Je crois que je la regardais et que c'est pour ça qu'elle m'a parlé."

                  "Il ne faut pas croire, il faut savoir, Diane!"

                   La voix de Louis a tonné comme un coup de marteau mais aussi acérée qu'une lame de rasoir.  La petite se crispe, saute du lit après avoir geint:

                    "Tu me fais peur, Louis, fiche-moi la paix!  J'ai dit que j'étais désolée."

     

     

                    Diane quitte la chambre de son frère en courant et Louis reste un long moment, pensif, assis sur le bord du lit.  

     

      

                   

    "Lorsque, dans mon rêve, je m'éveille, j'ai la certitude que je vous connais, que je sais qui vous êtes."

                 Cette dernière phrase racontant le pire cauchemar de Cassie, la veille, avait surpris Louis, l'avait étonné, intrigué, amusé; à présent, elle prenait une toute autre dimension.

             Impossible, c'était impossible!  Cassie était restée cagoulée tout le temps qu'ils étaient avec elle.  Et pendant ce même temps, aucun d'eux n'avait parlé. Impossible.  C'était impossible qu'elle les ait reconnus!

             Sauf si comme Lola le prétendait, l'un d'eux était revenu sur les lieux pour libérer Cassie et ... et quoi?  les avait vendus?  Cette idée agace, Louis. Qu'est-ce qui est le plus vraisemblable?  Que ce soit par hasard que Cassie ait discuté avec sa sœur ou que l'un d'eux ait trahi, que Cassie sache qui ils sont et que la rencontre avec sa sœur soit un avertissement?                     

                        Louis doit-il prévenir les autres?  Laisser filer?  Attendre?  

                  Louis, surpris, étonné, sent au creux de son estomac une espèce d'angoisse l'enserrer, une sensation bien inhabituelle pour un garçon comme lui.

     

     

     

                        Cassie, elle, ce soir, se sent mieux.  Sortir, aller jusqu'à la bibliothèque avait fait un bien fou à la jeune fille.  Elle n'avait pas été étonnée par l'absence de Julien Clove.  Il était de notoriété que ce jeune homme n'était pas fiable - ne dit-on pas que toute rumeur a sa part de vérité? - et Cassie avait pris comme un signe du destin la présence de Diane Van Laer.   C'était une telle évidence que comptait pour Louis l'image qu'il donnait: l'élève modèle, le fils parfait, le frère attentif.  S'immiscer dans son intimité ne pourrait que l'angoisser. Et tel était le but premier de Cassie et le premier pari qu'elle avait lancé. Un coup de dé, quoi. Et tel était le but premier de Cassie et le premier pari qu'elle avait lancé.  Un coup de dé, quoi.

     

     

                                Cassie ne savait pas si elle avait marqué des point,  dans quelle mesure sa petite conversation avec Diane avait joué; mais ce soir, une évidence: aucun message sur son portable n'était venu la troubler.

     

     

                           Il faut dire que ce matin,  lorsque Ludo était passé l'embrasser, Cassie avait compris qu'elle faisait fausse route.

     

     

                        Lorsqu'il avait avoué à Cassie que Sarah et lui n'étaient pas allés à la fête hier soir, aux ruines, Cassie avait réalisé que depuis des jours et des jours, elle se laissait mener par ses sensations, par la terreur et par sa propre imagination.

     

     

                       Si la bande de tarés qui l'avaient enlevée et battue, pour sûr, ne plaisantaient, ce n'était pas pour autant qu'ils disaient à tout coup vrai.  Et si Cassie ne s'était pas laissée entraîner par ses angoisses, elle se serait souvenue à quel point son enlèvement avait été préparé, prémédité: l'endroit, la manière, les jerrycans pour faire disparaître toute trace...  Rien n'avait été laissé au hasard et la prochaine fois qu'ils frapperaient, ce ne serait pas "juste en apercevant une potentielle victime arriver à une fête".

                                    Cassie avait négligé la leçon première et essentielle de Manu, l'entraîneur de son ancienne équipe de natation.

                                     "Ne panique jamais, Cassie.  Si tu paniques, tu ne maîtrises plus rien.  Et si tu ne te maîtrises plus, tu perds."

     

     

                             Ce matin, Cassie avait repris le contrôle.  Voyant la gamine Van Laer dans les rayonnages de la bibliothèque , elle avait tenté le coup et s'était lancée.  

     

     

                          Déstabiliser l'équipe en passant par la tangente.  Diane raconterait à son frère qu'elle avait croisé Cassie et le doute ne pourrait que s'insinuer, les questions se poser, creuser leur trou, délier les liens, déstabiliser Louis, donc le groupe, à terme leur faire perdre le contrôle et boire la tasse.  Pourquoi pas? C'était l'idée après tout. 

     

                   

                               Cassie savait que le chemin serait encore long, que bien des étapes l'attendaient et qu'elle n'était pas encore sortie de l'auberge.

     

     

                               Mais ce soir, Cassie se sent mieux, le premier jalon enfin posé, un premier pas accompli. Cette nuit, Cassie le sait, elle se couchera et, pour la première fois depuis très longtemps, plongera dans un sommeil sans rêve, ni cauchemar, apaisant et réparateur.  Enfin!

     

     

     

     

    « VI. C'est vendredi, CassieVIII. Cassie, retour à la bibliothèque »
    Pin It

  • Commentaires

    5
    Dimanche 5 Mars à 20:20

    Et voilà j'ai commencé, je lis sur le forum mais comme il y a déjà plein de commentaires, je préfère commenter ici. Mais je tremble pour Cassie. Comment fait-elle ? Je suppose qu'elle ne montre pas qu'elle peut elle aussi  s'effondrée. Je pense que Louis a un problème d'ordre féminin. Comment en serait-ce possible autrement ? De ce qu'on a vu, Cassie ne se promène pas en paradant dans les rues presque nues, donc je ne comprends pas sa haine.

    Pour la petite soeur, moi je n'aurais pas fait que parler comme l'a fait Cassie. J'aurais fais bien pire (parce-que je suis méchante)

      • Dimanche 5 Mars à 20:32

        Comment fait Cassie?  Je pense qu'une certaine idée de la vengeance l'aide à tenir.  Pour Louis, l'"expérience" de violence qu'il a connue lui donne une véritable obsession, sur un sujet féminin, tu as raison, et ce n'est pas sans raison justement.

        Cassie aurait pu faire pire, sans doute, mais elle est froide et déterminée et poursuit un but bien précis.  Merci beaucoup, LizaSimsAudin.  Je suis très touchée que tu lises et commentes mon histoire.  Merci merci ♥♥

    4
    Pythonroux
    Dimanche 26 Juin 2016 à 12:10

    Bien joué Cassie, tu commences à avancer ;)

    Et, tu ne le sais pas encore mais ton coup à porter ^^ Louis se pose déjà pleins de questions

    3
    Vendredi 13 Mai 2016 à 15:03

    Première attaque de Cassie : touché ! Mais bon sang, plus je découvre Louis et plus je le trouve malsain. Les remarques qu'il a avec sa petite soeur, c'est hallucinant !


    Et Cassie, elle va encore faire longtemps cavalier seule ? Ne pourrait-elle pas partager son angoisse avec quelqu'un ? Elle n'a pas des anges en face d'elle...Bouh, ça m'engoisse...


    Et sinon, je la trouve superbe les cheveux détachés.

      • Samedi 14 Mai 2016 à 10:44

        Oui, Cassie a du répondant et Louis, bah Louis!

        Merci beaucoup beaucoup ♥♥

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :