• X. Près de toi, Cassie

     

     

    Même le lilas blanc a une ombre

    X.  Près de toi, Cassie -

    Partie I - Louis

     

                       Louis, tout le dimanche, a tenté sans y parvenir de se défouler, de se distraire de ses idées noires et de son agacement.

     

     

                 Comment les événements avaient-ils pu lui échapper de la sorte?

     

                 

                         Mille fois, il s'était joué et rejoué l'enlèvement de Cassie, au point qu'il avait dû passer autant de temps à calmer ses palpitations, son envie de recommencer, de courir au parc ou ailleurs, saisir le premier individu venu par le collet et lui en coller une.  La violence était sa compagne depuis si longtemps, il arrivait à la canaliser, parfois.   Mais là, l'appel des coups était si pressant qu'il en avait les muscles tétanisés et ce n'étaient pas ses séances de sport intensives qui arrivaient à la soulager.

     

      

                       Il avait beau réfléchir et réfléchir encore, il ne voyait pas qui de la bande aurait pu retourner sur les lieux et libérer Cassie.  

                 Sans se presser, après une douche rapide, il a fini par regagner sa chambre.  Toujours sans se presser, il s'est agenouillé et retiré de dessous son lit, la caisse qu'il gardait précieusement cachée.

     

     

                    Sans l'ouvrir il sait tout ce qu'elle contient, et là, il répertorie systématiquement, en chuchotant, son contenu:  ours en peluche qu'il emmenait partout avec lui lorsqu'il était enfant, six flacons de parfum, un foulard, trois colliers, deux bracelets ayant appartenu à sa mère, des photos jaunies du temps d'avant et le précieux journal que sa mère tenait.

     

     

                        En souriant, il ouvre la boite, se saisit dudit précieux journal et s'assoit.  Il prend une page au hasard.                                                 

                         

     

      " Il glisse sa petite main dans la mienne mais je sais que tout ce qu'il veut c'est me faire mal.  Je sens déjà l'instant où ses ongles, telles des serres acérées vont me griffer, me transpercer la chair, me déchiqueter la paume.  Il n'est pas des nôtres, je dois me protéger.  Il me veut du mal.  J'ai tellement peur de lui."  

     

     

                       Louis réfléchit un instant.  Il devait avoir quatre ou cinq ans lorsque sa mère écrivait ces quelques lignes.  Une bouffée de chaleur l'envahit, une exquise sensation de puissance.

     

     

                         "Louis, je peux entrer?"

                     Louis aurait pu sursauter mais ses sens aiguisés, hors du commun, l'avaient déjà averti que quelqu'un était en approche.

                          "Bien sûr, entre."

                      Dana, sa belle-mère, entre effectivement.  Et un parfum sucré monte au nez de Louis.  Cette manie de se parfumer comme une poule, c'est tellement, tellement vulgaire!

                          "Louis, je voulais te parler de Diane."

     

     

                 Louis regarde sa belle-mère, sachant déjà ce qu'elle va lui dire; cette petite peste a dû courir chigner dans les jupons de sa mère après leur petite conversation d'hier.  

                 "Diane m'a dit qu'elle avait rencontré une de tes amies à la bibliothèque, qu'elle te l'avait raconté et que cela t'avait contrarié.  Tu sais, Diane n'est qu'une petite fille, je sais qu'elle peut être agaçante, mais elle ne pensait pas à mal."

                   Louis se retient de ricaner : évidemment que Diane ne pensait pas à mal, elle ne pense pas du tout, cette petite!   Louis adresse son plus beau sourire à sa belle-mère.

                   "J'irai lui parler demain.  Ne t'inquiète pas."

                    "Merci.  Tu es tellement gentil, Louis."

                   Et doucement, Dana serre son beau-fils dans ses bras.

     

     

                       "Dis, Dana, est-ce que je pourrais sortir une petite heure?  Je n'en ai pas pour longtemps, promis."

                      Dana rit doucement:

                       "Toi, tu veux voir Lola.  C'est ça?  C'est bien son prénom, non?  D'accord, tu peux y aller."

     

     

                 Louis fulmine intérieurement.  Dana sait pourtant que son mari ne voudrait pas que son fils sorte un dimanche soir et surtout pas un soir où il est de garde.  Et pourtant, elle n'a même pas hésité trente secondes.  Quelle misérable femme!

                   Après avoir rangé la boîte à sa place, il sort tranquillement de la maison.  

                   Où va-t-il?  Au repaire?  Non.

                   Voir Lola?  Sûrement pas.

                   Non, Louis a besoin, un besoin viscéral de se rapprocher de Cassie, de la sentir, d'être près d'elle.

                        

     

                      Alors, naturellement, il prend le chemin de la maison de Cassie et s'installe tranquillement dans le jardin y attenant, le menton légèrement levé.  Il imagine que la chambre de la jeune fille est à l'étage.  Il a raison.  

                    Oui, bien sûr, Louis pourrait entrer dans la maison, il pourrait monter rejoindre Cassie, la surprendre, l'attraper par le bras, la voir grimacer, l'entendre gémir.  Qu'est-ce qui le retient?  Les parents?  Il n'en ferait qu'une bouchée... oh oui, imaginer la tête de Cassie, découvrant le carnage serait sans aucun doute un moment d'extrême plénitude.

                           Louis déglutit, serre les paupières un instant, il sent son sang battre et gonfler les veines de ses tempes.  Un mouvement régulier, fort, cassant.  Ça l'apaise.

                            Il est tellement bien...

                             Il sort le portable jetable, spécial Cassie, de la poche de son blouson et doucement pianote sur le clavier.

                            "Je suis si près de toi, Cassie."

     

     

                      Il sourit un instant. Il attend qu'une réponse arrive, n'osant pas relever les yeux de son écran. 

                      Louis se rend-il compte à quel point Cassie est devenue son obsession?  Elle ne quitte plus ses pensées.  Son ombre est dans chacun de ses pas, son souffle dans chacune de ses respirations.  Depuis cet instant où il est entré dans le cabanon, qu'il a découvert qu'elle avait disparu jusqu'au jour de sa réapparition, Cassie, l'image de Cassie s'est insinué dans tout son être, s'est lovée au sein de ses fantasmes, est devenue l'unique sujet de ses préoccupations.

                    La réponse ne vient pas et Louis s'agace.  Il pourrait encore entrer, monter à l'étage et la forcer à le voir, à lui répondre.  Il la regarderait alors paniquer, se tortiller comme un poisson jeté sur le bord de l'étang, la bouche ouverte, les yeux révulsés.  Elle serait à sa merci.  Il ne la ferait pas trop souffrir, pas trop au début en tout cas.

                    La respiration de Louis se fait sifflante.  Patience, Louis, patience.  Si elle ne répond pas, c'est bien sûr qu'elle panique, terrorisée.  C'est tellement plaisant, comme vision.  

                   A aucun moment, Louis n'imagine que Cassie a coupé son portable, s'est couchée et s'est endormie dans la minute, sans que l'image, un instant, de Louis ou de sa bande ou de ce qu'elle a subi ne lui revienne en mémoire.  Non, il ne s'imagine pas que, ce soir-là, Cassie s'est endormie dans le souvenir d'un autre que lui.  

     

                           

                                   Sans doute que s'il l'avait su, il n'aurait pas pu contrôler sa fureur, n'aurait pas décidé qu'il n'était pas encore l'heure et n'aurait pas fait demi tour. 

     

     

                                    Et si Louis avait été moins occupé à rêver à Cassie, à l'imaginer prostrée et terrorisée, il aurait sans doute entendu la porte de la maison s'ouvrir et se refermer.  Il se serait retourné et aurait vu Davis, le père de Cassie, qui le regardait s'éloigner, interrogateur et même inquiet; inquiet, oui, mais sans doute pas autant qu'il aurait dû l'être, croyez-moi.  

                                    

    Partie II - Julien

                     

                        Julien est resté un long moment sur le bord de la falaise après le départ de Cassie,  à calmer les battements désordonnés de son cœur, à se demander comment il en était arrivé là.  S'approcher, oui, mais pas au point de se brûler les ailes, enfin!  Ce n'était pourtant pas un plan compliqué à suivre et il savait que Cassie lui plaisait, il aurait dû être plus vigilant, ne pas perdre les pédales comme ça, respecter les distances.  Non mais quel crétin, vraiment!  Bon, en même temps, il avait trouvé ça si agréable qu'il serait prêt à commettre, à nouveau, exactement les mêmes erreurs.  Et carrément plus tôt.  Ah oui, elle est terrible, celle-ci, et ses lèvres...mmmh!  Oooh... Cassie...

     

     

                             Une éternité plus tard, lorsqu'il se souvint qu'il était Julien, que le monde autour de lui continuait à tourner, il s'est ébroué et s'est rappelé son ami, Monsieur Luigi qui devait l'attendre depuis un long moment déjà et il se pressa vers leur point de rendez-vous.

                              Le vieil homme était bien là et il lui tomba dans les bras,  fortement imbibé et passablement ivre, comme à son habitude.

                              "Hey!  Mon gars... tu m'as apporté quelque chose?"

     

     

                              Evidemment, Julien avait amené quelque chose!  Il lui glissa deux, trois billets  et une bouteille d'alcool que l'homme s'empressa de faire disparaître dans son gilet.

                                    "Alors, raconte, ça s'est passé comment avec la fille?"

     

     

                                "Difficile à dire", répondit Julien.  "Je me demande si on ne fait pas fausse route.  Ça serait plus simple quand même si vous pouviez être sûr qu'il y avait bien une blonde dans la bande."

                                      L'homme plissa les yeux puis s'entêta:

                                       "'y avait du blond!  Ça, je suis sûr!" 

     

     

                                  "Mais bon, je t'ai raconté, je dormais quand ils sont arrivés, surtout qu'ils étaient déguisés, je crois. Tout n'est pas très clair dans ma tête. "

     

     

                                      De cela, Julien ne doutait pas, le vieil homme était ivre pour ainsi dire toute la sainte journée et il cuvait tout la nuit pour mieux recommencer au matin.                     

                                          "Ecoute, mon gars, il n'faut pas te sentir obligé.  Tu peux laisser tomber, tu sais.  Que vaut la vie d'un vieil homme comme moi, hein?"

     

     

                             Julien ne répondit pas tout de suite.  Laisser tomber?  Ne plus voir Cassie...  Il n'était pas sûr d'en avoir envie.  Il avait été tellement persuadé que la disparition de Cassie avait un lien avec la bande qui avait attaqué Monsieur Luigi et bien d'autres après lui, d'après le recensement qu'il avait lui-même effectué.  Un pressentiment, certes mais...  Julien grimaça.   Il n'avait pas les idées assez claires pour réfléchir.  Il devait dormir, se reposer, prendre une douche, il se sentait épuisé.

                       "Je ne sais pas ce que vaut votre vie, Monsieur Luigi, mais pour moi, elle compte beaucoup."

                       Julien serra fort le vieil homme contre lui, lui demandant de faire attention à lui et reprit le chemin de sa maison, impatient de retrouver sa couette, son lit, le sommeil.

     

     

                   Mais lorsque Julien arrive, il voit sa tante qui l'attend.  Zut de flûte, la rentrée discrète , c'est loupé.

     

     

                         "Ça va, mon grand?  Tout va bien?", s’inquiète Laurine, la voix si douce qu'elle doit être gorgée de miel.

     

     

                             "Tout va très bien, ma tante.  Et désolé, j'aurais dû prévenir que je rentrais tard.  Je me suis attardé sur la falaise."

                                   "Il n'y a pas de souci.  Tu as le droit de sortir."

     

     

                               La jeune femme d'ajouter:

                               "Tu sais que si tu veux parler ... ou si tu as besoin, je suis là.  Tu le sais, n'est-ce pas?"

     

     

                       "Bien sûr, je le sais.  Mais vraiment, tout va bien.  Ne t'inquiète pas."

     

     

                          Laurine regarde son neveu un très long moment et finalement, elle s'écarte et le laisse passer.

                            Ce n'est décidément pas facile d'avoir un jeune homme comme Julien sous son toit.  Laurine, vraiment, essaye tant qu'elle le peut d'être prévenante et attentive, mais si souvent, elle a l'impression d'être complètement à côté de la plaque avec lui. 

     

     

                            Julien a cette fichue habitude de prendre tout à la légère, de tourner tout en dérision, de jouer sans cesse avec le feu, au risque même de se mettre en danger.

                              Laurine et sa sœur en parlaient souvent ensemble et finalement, personne n'avait vraiment été surpris lorsque les flics l'ont arrêté, il y a presque un an. Une éternité, maintenant.  Tant d'événements s'étaient produits depuis.   

     

     

                                 Laurine soupire, elle est inquiète et persuadée, confusément qu'en ce moment Julien mijote quelque chose, qu'il a trouvé un nouveau jouet.  Mais lequel?  

                              Laurine secoue la tête, un petit vent frais venu du grand large la fait frissonner.  Elle regagne sa maison.  Que sa sœur lui manque!  Comme elle doit lui manquer à lui aussi!  En montant lourdement l'escalier jusqu'à sa chambre, Laurine se promet de contacter l'inspecteur Hol, cette semaine, et de lui faire part de ses doutes quant à Julien.

                                 Julien, lui,  doit se rendre à l'évidence, cette maison est habitée d'individus qu'il intéresse et ont décidé de se liguer contre son sommeil.  Il s'apprêtait à se coucher lorsque Justine, sa cousine, sans frapper est entrée dans sa chambre, apparemment, désireuse de lui faire la conversation. Elle s'installe même sur son lit avec cet air lointain qui n'appartient qu'à elle.

                                 "Tu sais, maman a encore fouillé ton ordinateur."

                                  "Je le sais.  Ce n'est pas grave."

     

     

                                           "Alors t'étais où et avec qui?"

                                           Décidément, c'est une habitude familiale de se mêler des histoires des autres.

                                          Julien ne se retient pas de bailler, parfois ça suffit à couper court à toute conversation et faire fuir l'indésirable.

     

     

                                  Pas Justine apparemment qui insiste d'un mouvement du menton.  Mentir ou ne pas mentir?

                                  "J'étais avec Cassie Holporth à la bibliothèque."

                                  "Jusqu'à presque minuit?  N'importe quoi!"

                                  "Oui et bien, on est allé à la falaise si tu veux tout savoir."

                                   La gamine lève un sourcil réprobateur.

                                  "C'est une drôle de nana, Cassie, Louis dit que..."

     

     

                                    Julien s'impatiente.

                                  "Louis Van Laer?  Oh arrête... C'est un gars qui pète plus haut que son cul, ce Louis.  Tu ne devrais pas le fréquenter, moi, je te le dis puisqu'on en  est à se mêler de la vie de l'autre.  Je n'le sens pas, je n'l'aime pas, ce gars-là."

     

     

                                      "Oui, mais toi, de toute façon t'aimes personne!"

                                     "C'est pas faux"

                                  Dans un grognement, Justine se lève et se dirige vers la porte.  Cool, finalement, cette petite discussion était plutôt brève.  Julien en est ravi.

                                     "Dors bien, cousine."

                                     "Bonne nuit, cousin."

     

     

                           Enfin seul, Julien peut, épuisé, se glisser sous sa couette.  Serrant très fort et plus que nécessaire ses paupières, il tente d'écarter l'image de Cassie, l'image de Cassie en maillot de bain, la marque des coups, estompés certes, mais qu'il a devinés sur son torse.  Il tente d'oublier les dernières traces de griffures qu'il a caressées sur la paume de ses mains, comme si des ongles avaient labouré ses chairs...  Il attend Julien que toutes ces images s'effacent et que vienne ce moment où il va sentir le souffle chaud de sa mère, souvenir d'enfance, lui caresser la joue.

     

     

     

                               "Alors, mon Ju-ju, c'était quoi le meilleur moment de ta journée?"

                                 Ah quoi bon, se mentir...?

                                

                                

                                 Et dans le souvenir de Cassie, de leur baiser, de leur après-midi, Julien, apaisé s'endort, sentant presque le petit rire amusé de sa mère disparue chatouiller sa nuque.

     

     

     

     

     

    « IX. Cassie et JulienXI. Le corbeau »
    Pin It

  • Commentaires

    8
    Dimanche 5 Mars à 21:41

    Bon je retire ce que je viens de commenter sur l'article précédent. Julien n'est pas de la bande mais sa cousin si, et tu as réussit à me faire poser tout un tas de question. Ton histoire c'est comme les séries, celle où on élabore tout un tas de théoris qui nous fait kiffé bien sûr mais qui aussi peut vite nous rendre dingue. Bref j'adore. Oui car j'adore élaborer des théories et me rendre dingue en lisant. 

     

    Bon, je me demande si Louis n'a pas tuer sa mère pour le coup....Pis la cousine de julien "louis dis que", elle sait pas penser par elle même ? 

      • Dimanche 5 Mars à 22:13

        Merci pour le compliment ♥♥ je suis très touchée.  Justine, effectivement, a quelques soucis :/  Louis, c'est compliqué aussi :gggrrr Encore merci, Lisza ♥♥

    7
    nicolas6525
    Samedi 7 Janvier à 19:45

    coucou ma grande, bon je commence tout juste mais j'aime assez, suis encore partie pour quelques heures de lecture :)

    merci pour cette charmante histoire en tout cas

    6
    Pythonroux
    Dimanche 26 Juin 2016 à 13:25

    alors là, je ne m'attendais absolument pas à cela de la part de Julien, en fait, il s'intéresse à Cassie parce qu'il enquête sur une bande de demeurés qui s'attaque aux personnes sans défense...

    Bravo Julien ;) même si tu n'as pas l'air net dans ta tête ^^

     

    pour Louis, et bien, c'est Louis... j'espère qu'il ne va pas apprendre de suite que Cassie est sortie avec Julien parce que sinon, il va être encore plus fou de rage ^^

    5
    Ptitemu
    Mardi 31 Mai 2016 à 22:55

    La mère de Louis, retrouvée morte "dans tant de sang" alors que Eric pensait qu'elle l'attendrait pour mourir ... et maintenant, le journal qui confirme que son fils luis faisait peur... Son fils adoré... Pauvre Eric, comme il va souffrir...

    Eulaline soit louée, l'inspecteur Walter Hol croit en Julien et peut entendre un autre son de cloche. Et je rejoins Agathe2013 la cousine de Julien, hum, elle est de quel côté elle ?

    Bon, c'est quand la suite ? 

      • Mardi 31 Mai 2016 à 23:32

        Merci, Ptitemu.  Je suis toujours si contente de te lire. ♥ :)  C'est sûr, si un jour Louis est démasqué, les proches vont énormément souffrir. 

        Et la suite devrait arriver ce week-end ou début de semaine prochaine. :)

        PS : Est-ce qu'il y aura un jour une suite au conte des dragons?  ou t'es-tu lancée dans une nouvelle histoire sur un blog ou autre?  

    4
    Lundi 30 Mai 2016 à 08:36

    Louis ne va pas bien dans sa tête, ça, c'est sûr. :o

    Et Julien, effectivement, avait une "bonne" raison de se rapprocher de Cassie.  A deux c'est souvent mieux, surtout que Julien pourrait lui aussi avoir un soutien appréciable notamment avec l'inspecteur Hol qui a l'air de l'avoir pris en affection.

    Et oui, la suite au prochain épisode qui j'espère te plaira aussi.  Merci merci, Agathe ♥♥♥

    3
    Dimanche 29 Mai 2016 à 14:25

    Brrr, plus on s'enfonce dans les pensées de Louis, et plus je le trouve détestable et inquiétant, très inquiétant. Quelle violence en lui et quelle haine envers les femmes !!! A par l'apparence, est-il vraiment humain ?

    Et Julien...ah, Julien... tu viens de me réconcilier avec lui, là, Eulaline... En fait, il menait sa petite enquête et il croit que Cassie fait partie de la bande qui a attaqué Monsieur Luigi. Bon, fausse route, Julien, mais tu ne peux pas savoir. Surtout si Cassie ne te dis rien... Alors, que vous pourriez tellement être fort tous les deux, ensemble...

    Par contre Eulaline, tu viens de me faire porter le soupçon sur une autre personne. La cousine de Julien... Justine... Hum, hum....

    La suite au prochain épisode, quoi ^^.

    Encore un très bon moment de passé. trop court même. J'adore ♥♥

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :