• XI. Le corbeau

     

     

    Même le lilas blanc a une ombre

    XI. Le corbeau

     

                            "Cassie!"

                            Toute le journée, Julien avait tenté d'attirer son attention sans qu'elle ne lui adresse un seul regard.  Sur le temps de midi, elle avait purement et simplement disparu et là, enfin, à la sortie des cours, il l'aperçoit.  Elle le regarde gentiment. Sarah parait surprise, Cassie répond à son amie par un haussement d'épaules et un petit sourire en coin.

                           La voix de Julien tremble un peu.

                          "Je peux passer chez toi tout à l'heure, Cassie?  Là, j'ai réunion à la rédac' pour le journal.  J'en ai pour une heure ou deux."

     

                           

                            "Euh non, Julien, ça ne va pas être possible. Une autre fois, ok?"

     

     

                            Julien se retient de froncer les sourcils et la présence de Sarah l'incommode.  Il voudrait insister; ça, il sait faire, Julien.    Hier lui semble si lointain, il frissonne, il a froid soudain et sa gorge s'assèche.

                            "On peut se parler deux minutes?"

                             Julien s'attend à ce que Sarah s'écarte poliment et les laisse seuls mais la gamine ne bouge pas d'un pouce.  Cassie sourit encore.  Est-ce une demande de pardon qu'il y lit?  Pardon?  Mais pourquoi "pardon"?  Ce baiser, hier, ne signifiait rien pour elle?  Il s'était fait des films, Julien?

                             "Une autre fois, ok?"

                              Décidément, elle n'a que ces quatre mots-là à la bouche.  Un bug dans l'ordinateur central ou quoi?

     

     

                               Mais cette fois, Julien s'aperçoit qu'elle s'adresse autant à lui qu'à Sarah.  

                               "OK", se dit-il, "essayons de croire que ce refus n'a rien de personnel."

                               Doucement elle serre Sarah dans ses bras.

     

     

                               "Je dois y aller, je suis en retard.  A demain, ma belle."

                               Puis elle se tourne vers Julien, semble hésiter puis doucement lui pose un chaste baiser sur la joue.

     

     

                             Il voudrait la retenir, l'attirer contre lui mais il la voit déjà s'éloigner et il reste là, comme un imbécile, à nouveau, ne sachant où aller.

                               Sarah tourne la tête vers lui.

                                "Elle est comme ça, Cassie.  Il ne faut pas lui en vouloir..."

                                "C'est-à-dire?"

                                Sarah lui sourit.

                                "Un électron libre, une solitaire, et plus encore depuis qu'elle a disparu.  C'est comme si, depuis, elle voulait tenir tout le monde à l'écart."

                                Mais soudain, Sarah se ferme, se rendant compte que c'est à Clove qu'elle parle.

                                "Laisse tomber."

     

     

                                Et sans un mot de plus, elle aussi s'en retourne, s'en voulant de lui avoir adressé la parole, le cœur lourd parce que forcément, Sarah souffre de la situation, de voir son amie s'éloigner de la sorte.  Elles étaient si proches depuis tellement d'années.

                                

     

                              Ludo avait promis à Sarah qu'ils découvriraient ce qui avait pu se passer pour Cassie, pourquoi elle avait disparu comme ça, sans rien dire.  Ni avant, ni après.  Mais il fallait se faire une raison, la détermination des adolescents était allée en diminuant, au même rythme que les refus de les voir ou de leur parler de Cassie.  Pire, ils le sentaient, tous les deux, Cassie s'éloignait d'eux, était sur le point de briser les liens qui les unissait.

     

     

     

                                  Sarah peste.  Est-ce que Cassie lui en veut de sortir avec Ludo?  Est-ce ça, le souci?  Cassie était-elle secrètement amoureuse de Ludo?  C'est ridicule, s'invective Sarah... et pourtant... ceci pourrait expliquer cela, non?

     

    -------

                         

                         "Hé bien, on ne t'attendait plus, Clove!"

                          Julien a couru et rejoint la salle de rédaction de la Gazette.  Il salue l'assemblée, tout sourire.

     

     

     

                         "Que vous m'ayez espéré ravit mon cœur!"

                          Sans se presser, il se glisse derrière l'un des ordinateurs.

     

     

     

                       Amir installé face à lui l'interpelle encore:

                      "Ta rubrique, Clove!  T'as encore oublié de nous la transmettre ce week-end.  T'es vraiment lourd, tu sais!"

                        Mentir ou ne pas mentir?  S'il ne l'a pas transmise, sa chronique, c'est qu'il ne l'a pas encore écrite.

                     "Je voulais d'abord vérifier les derniers arrivages dans ma boîte à ragots..."  

                  Cette boîte à ragots, c'était son idée et sa fierté.  C'était la base de sa chronique.  Ici, tout un chacun pouvait y envoyer, via un formulaire anonyme, des ragots concernant le lycée.  Ne nous bernons pas, cette boîte était pleine à craquer et ce que Julien y découvrait était loin d'être joli-joli.  Alala, la nature humaine est et reste et sera toujours la nature humaine.

                          Amir le fait sursauter:

                          "Je suppose que comme d'hab, t'as pas pris la peine  de la consulter plus tôt.  Tu devrais faire plus que jeter un œil... Regarde ce qu'Emilie a trouvé sur Holporth."

                             Holporth?  Cassie?  Julien se mord la lèvre.  C'était quoi cette histoire Holporth?

     

     

                                    Sans réfléchir, Julien répond déjà:

                                   "Holporth, laisse tomber, Amir, c'est du réchauffé. Je vais prendre les sœurs Alfrid.  Carmela est arrivée au bal des roses avec la robe que portait son aînée l'année précédente..."

                             "Tu rigoles?!... Ecoute, si tu ne la prends pas, j'en fais mon gros titre.  On ne parle que d'elle en ce moment et de sa disparition.  C'est de la bombe, ce truc!  On peut doubler direct nos clics avec ça."

                                 "Wow!  Tu te calmes, Amir."

                               Hop!  Julien appuie sur le message du "Corbeau qui dit tout", c'est quoi, ce  pseudo à la con?  Objet : Cassie Holporth.

                                

     

                            Et là, c'est la douche froide!  Apparaît à l'écran une photo de Cassie, en maillot de bain et selon toute vraisemblance, l’entraîneur de son ancienne équipe de natation - oui, aucun doute, c'est bien ce Grégoire Naton que tout le monde connaît - , tendrement enlacés avec une phrase unique et explicite...

     

     

                             "Et si la disparition de Cassie s'expliquait ainsi?"

                       ... et un lien tout aussi explicite : "délai légal pour une interruption volontaire de grossesse".

                          Le front de Julien se mouille d'un frisson glacé pendant que les autres, volubiles, se font des gorges chaudes de "l'affaire", les phrases parviennent aux oreilles de Julien à travers un épais voile de coton "bah oui, tu m'étonnes qu'elle a quitté l'équipe comme ça, du jour au lendemain..."  "Oui, d'ailleurs, lui est parti presque tout de suite après ça, il emménagé à Oasis, non?"...  "Ça colle avec le peu d'infos qu'on avait sur sa disparition..." "oh purée, tu crois que les parents ont enclenché tout ce cinéma de recherche pour cacher ça?!"...  "C'est énorme, tellement énorme!"                       

                            "On ne peut pas publier ça, les gars.  Vous délirez..."

                             Ahuri, Julien regarde de tous les côtés, tentant de couvrir l'enthousiasme des apprentis-journalistes.

                            Du plat de la main, il frappe son bureau et élève le ton:

                            "Et merde, les gars, ' z êtes pas sérieux, quand même!  "

                          Le silence se fait, Julien inspire un gros coup:

                              "On ne peut pas sortir ça..."

                              Encore une inspiration avant d'ajouter pour mitiger son propos.

                              "... maintenant, on ne peut pas sortir ça maintenant... On doit investiguer, vérifier l'info."

                              "Oh arrête, M'sieur ragot!  Ne va pas te racheter une conscience!", s'écrie la fille au bonnet, la fameuse Emilie.

                              Julien s'emballe:

                         "Ça n'a rien à voir avec un ragot, Emilie.  Il a sûrement un famille, ce gars-là!  Et il risque gros si c'est avéré, c'est un adulte, Cassie est ado.    On ne peut pas déballer tout ce merdier sans prendre des précautions!  Et cette photo, c'est peut-être un montage!  Qu'est-ce que vous en savez?! Vous voulez perdre toute crédibilité, ou quoi? Faire stopper le journal? "

                             Il va lui faire bouffer son sourire à Amir!  Il est tombé de la lune après avoir fumé un joint ou quoi?!

     

     

                            Julien tente encore de calmer ses tremblements et canaliser sa colère.

                        "Et cette histoire d'avortement!  Non, vraiment...  ce n'est plus de l'ordre du ragot, là, c'est de la calomnie.  Mais enfin, je suis la seule personne sensée dans cette salle?"

                          Il les regarde tous, sans comprendre; Amir sourit encore.  Non, mais il rêve, là, Julien: décidément, le lundi ce n'est jamais un bon jour!  

                            "Désolé, je ne prends pas ça dans ma rubrique, ce sera les sœurs Alfrid, comme je l'ai dit."

                             Emilie sourit et lance avec légèreté.

                              "Alors elle est à toi, Amir"

     

     

     

                                Julien secoue la tête.

                         "Arrête, Amir.  On n'a pas le temps de vérifier les infos.  C'est un suicide en plus d'un lynchage que tu t'apprêtes à commettre.  Il va y avoir du rififi, les parents vont forcément débouler, mettre la direction sens dessus dessous."

                             Emilie insiste:

                            "C'est un scoop, Amir.  On ne va pas le laisser s'échapper."

                          "'faut arrêter le délire, là!  Il faut vérifier ses sources et les infos...  "

                             Julien comprend très vite qu'il n'a pas la main à s'énerver de la sorte. Il tente la conciliation.

                               "Ecoutez, c'est normal, vous n'avez pas l'habitude des ragots.  Vous, vous faites dans le sérieux. Je propose que je me le garde, je vais tâter un peu le terrain et on le sort la semaine prochaine si..."

                               Mais Amir secoue la tête.

                               "Tu le prends ou je le prends, Julien.  Mais ça doit sortir cette semaine.  Emilie a raison."

                                Julien tente sa dernière carte:

                              "Ce sera sans moi, les gars.  Si vous publiez ça, je me tire, je me désolidarise, je quitte le journal."                           

     

     

                             Sa chronique était la plus populaire, ils n'allaient pas le lâcher pour une info pourrie comme celle-là quand même!  Et pourtant: si!

                            "On n'a peut-être pas ta prestance pour traiter les infos, Julien, mais on connaît ta technique : la foire au conditionnel.  Je reprends ta rubrique.  Tu peux y aller.  Bon vent!"

                             Julien serre les dents, les poings.  Ce journal, c'était seul truc qui l'amusait dans ce bahut!

                               "Enfin, même si tout ça est vrai, vous ne pensez pas qu'elle a a assez payé comme ça, cette fille?  Imaginez, tous, si on sortait un truc pareil sur vous - vrai ou faux! -  vous seriez détruits, non?  C'est ça que vous voulez lui faire à Cassie et... à ce mec?  Mais pourquoi?"

                                   En se dirigeant vers la porte, Julien secoue la tête.

                                   "Ce n'est pas bien, les gars.  Ce n'est pas bien ce que vous faites."

                                   Une voix le rappelle encore.

                                 "Oh arrête de jouer les vierges effarouchées, Julien!  C'était déjà ce que tu faisais!"

     

     

                                    Julien se retourne, en rage à présent.

                         "Ne dis pas n'importe quoi!  Qu'on raconte que tu portais une même robe que X ou as eu le maquillage qui coulait, ou que t'es retrouvée coincée de nuit dans les douches de l'équipe de volley, ou voir une photo de ton pantalon qui a craqué, ...  ça n'a rien à voir avec ça!  Et tu le sais, Emilie!  Ça n'a rien à voir avec ce que vous comptez publier!"

     

     

                          "Oula, c'est qu'elle devient nerveuse, la Clove.  Elle a le béguin pour la petite blonde ou rien dans le froc?"

                              "Me cherche pas, Emilie."

                               "Tu ne me fais pas peur, Clove."

                             "Et bien tu devrais!  Je ne fais aucune distinction, une raclure est une raclure pour moi que ce soit un gars ou une gonzesse, sache-le."

     

     

                               Julien inspire et tente encore:

                                "Amir, je t'en prie, réfléchis."

                               Et sur cette dernière supplique, Julien sort parce qu'il a besoin d'air, besoin de réfléchir, de se calmer.

     

     

                               Le journal sera en ligne à vingt et une heures, la newsletter envoyée dans la foulée aux abonnés.   A-t-il les moyens de contrecarrer la publication du blog?  De bloquer les newsletters?  Evidemment!  En dernier recours, il connaît le code administrateur du blog, à moins que, se méfiant de lui, Amir ne modifie le code.  Julien s'en veut - encore! - il s'est laissé submerger par l'émotion.  Il aurait dû le jouer profil bas et comme l'idée lui vient à présent agir en aval.  Il parait évident que dès qu'il s'agit de Cassie, il perd le contrôle.  L'inspecteur Hol l'avait prévenu pourtant:

              "[...] non, non.  Tu oublies les jolies filles.  Tu te souviens que c'est à cause de l'une d'elles que tu te retrouves ici."

                         S'il ne s'était pas agi de Cassie, d'ailleurs,  se serait-il  emporté de la sorte?  Evidemment! bien sûr!  Mais il se serait moins emporté; ça c'est sûr; et il l'aurait jouée moins franche.  Julien avait à de nombreuses reprises jeté à la poubelle des dénonciations, racontars et calomnies, ne récupérant que des ragots qu'il jugeait inoffensifs.  Evidemment, il avait fallu qu'Emilie tombe là-dessus.  Il avait été négligent, Julien, mais pas plus que d'habitude et d'habitude, personne ne s'en souciait.  Malgré lui, il ne pouvait s'empêcher de trouver l'attitude d'Emilie, bien que très souvent agressive, cette fois franchement lourde.  Pour peu il en aurait pensé qu'elle y avait un intérêt personnel.  

                          Julien s'ébroue,  il est pourtant tentant de se laisser gagner par la flemme.  Il consulte un instant son portable, il pourrait essayer de joindre l'éducatrice.  

     

     

    Il a son numéro, elle lui envoie souvent des messages pour le convoquer sur tel ou tel temps de midi.  Elle aurait peut-être le moyen de faire suspendre la publication, de contacter la direction?           

       

     

     

                    "Madame Foison, bonjour, c'est Julien Clove.  Excusez-moi de vous déranger mais si je vous appelle c'est que c'est assez important, c'est au sujet du journal du lycée."

                            Le ton dur de l'éducatrice ne trouble pas notre ami.

                              "Julien, je ne suis pas à ta disposition.  Cela fait trois semaines que je te convoque et que tu ne prends même pas la peine de me prévenir de ton absence."

     

     

     

                             C'est évidemment inutile de demander à l'éducatrice de l'excuser.  Julien n'a aucune excuse.

                                 "Madame, c'est très important, cela concerne Cassie Holporth."

                                 Le silence se fait et Julien voit poindre une once d'espoir, vite douchée.

                                "Si Cassie a un problème, qu'elle vienne me voir.  Je l'attendais à midi aujourd'hui et pas plus que toi, n'a daigné me prévenir de son absence."

                                     Julien serre plus fort son téléphone.  Zut!

                                      "C'est à propos du journal, Madame Foison."

                                    "Ecoute, Julien, tu me déranges là: je suis avec un ami qui m'est cher, très cher.  C'est à propos du journal ou de Cassie?"

     

     

                                     "Des deux."

                                     "Ecoute, Julien.  Je n'ai pas le temps, là."

                                    "C'est important, Madame, je voudrais que vous interveniez pour interdire..."

     

     

                                 Et là, sa voix mielleuse fait  se dresser les poils de Julien sur sa nuque.

                              "Pas de censure, Julien.  C'est un coup à mettre tous les étudiants en grève ça si la direction se met à censurer votre gazette."

                                 "Mais... Madame!"

                           "Ecoute, nous en parlerons demain.  Viens me voir demain à midi."

     

     

                               Trop tard, c'était trop tard demain et là, elle a raccroché.  Julien se trouve tout benêt devant son portable.  Ça non plus, ce n'est pas un comportement sensé!  Mais comme les gens peuvent être bêtes,  toujours à batailler avec leur amour-propre sans vision sur l'avenir et mesurer les conséquences de leur inaction!

     

     

                                 Julien soupire.  Il a trop faim, il doit se nourrir, Julien, il sent déjà son cerveau s'ankyloser par manque de nourriture.

     

     

                                    A la fin du repas, Julien a pris sa décision.  Il va devoir agir seul.

     

     

     

                  Julien a le timing bien en tête.  Au dernier moment, prendre le contrôle du blog, de la gazette et contrecarrer la mise en ligne.  Agir dans l'urgence, il n'a pas le choix.  En attendant, une petite séance de décrassage ne peut qu'être bénéfique : tout ce stress accumulé, ce n'est pas bon!

     

     

                    Mais soudain la voix de Laurine résonne:

                    "Y a un ami pour toi, Julien."

                    Et surpris, Julien voit Amir arriver, complètement essoufflé:

                     "Et quand tu as monté ces cent quarante-six marches, t'as encore le courage de taper là-dedans, Clove?"

                     Julien n'a pas le temps de papoter avec Amir, il doit le mettre à la porte sans tarder. Il ne manquerait plus qu'il lui fasse louper l'heure de pirater le blog du journal.

                      "On n'a rien à se dire, Amir.  Dégage..."

                     "Ecoute, Clove..."

                    Le jeune homme hésite, le regard fixé sur ses pieds, tentant toujours de reprendre sa respiration.

     

     

                     "Excuse-moi de venir chez toi sans prévenir, Julien, mais..."

                   Amir semble mal à l'aise et en même temps plutôt amical.

                     "C'est toi qui as raison, Julien.  On ne peut pas publier l'histoire de Cassie Holporth sans un minimum de précaution.  Alors, voilà, je suis venu pour te demander de reprendre ta place au sein du journal, d'écrire ta rubrique et ..."

                       Oh bon sang!  Julien l'embrasserait presque!  Amir ajoute qu'il a décidé de maintenir son édito sur la soirée déguisée qui doit avoir lieu vendredi soir au lieu de l'histoire de Cassie.

                              "Et les autres, ils vont en penser quoi de cette décision?", s'inquiète Julien.

     

     

                               "Bah, c'est moi le rédacteur en chef.  On verra demain.  Tu viens compléter ta rubrique?"

     

     

                               Fumons le calumet de la paix, se dit Julien.  Pour l'histoire de Cassie, il sait qu'il faudra y revenir plus tard mais là, il est heureux et s'il ne se retenait, il exécuterait une petite danse de la victoire.

                                      Amir et Julien s'installent dans la chambre de Julien.  Julien, sans se presser, met en page sa rubrique et vérifie les articles des uns et des autres, ajustant de ci de là, comme il en a l'habitude et modifiant sans état d'âme les tournures de phrases qui ne lui conviennent pas.  

                                           Amir sourit.  Jamais, il ne pourra être ami avec Julien mais il ne peut qu'être impressionné et admiré la facilité avec laquelle celui-ci torche un texte, reprend, travaille un article.

     

     

                                            Il est vingt heures quarante-cinq lorsque les deux compères sont enfin satisfaits de leur travail.

                                  "Un petit café ou un thé, Amir?"

                                 Mais sitôt la question prononcée, l'écran de l'ordinateur s'obscurcit et soudain : erreur 404 page introuvable s'affiche.

                                   "C'est quoi, ça?"

                                  "On s'est fait jeter..."

                           Julien se met à pianoter sur l'ordi tandis qu'Amir s'est levé.  Tous deux ont leur souffle suspendu...

                               Une éternité se passe dans un silence assourdissant.  "Ce n'est pas bon. Ce n'est pas bon", se répète en boucle Julien.

                             Et déjà, il est vingt et une  heure.  Les portables d'Amir et de Julien émettent le son correspond à une  notification.  Inquiets, stressés, tous deux fixent l'écran. 

     

     

                                Julien clique et s'affiche alors:

                                 La gazette alpaguée non censurée:  Une seule page, même pas un article : juste la photo de Cassie et de son entraîneur, le même titre : 

    "Et si la disparition de Cassie s'expliquait ainsi?"

                       ... et le même lien tout aussi explicite : "délai légal pour une interruption volontaire de grossesse."

                           Et une signature : Le corbeau vous salue.  

                          "C'est quoi, ce bordel?"

                          "Oh Cassiiie..."

     

     

                                  Et oui, Cassie...

     

     

    « X. Près de toi, CassieXII. Soyons désinvoltes »
    Pin It

  • Commentaires

    10
    Dimanche 5 Mars à 22:26

    Ah cette Emilie, je lui ferais bouffé son bonnet. Et l'ami cher très cher de cette Madame l'éducatrice, c'est bien ce Louis ? Quoi il couche avec ? Il supporte assez la femme pour ça ? 

    9
    Pythonroux
    Dimanche 26 Juin 2016 à 13:46

    arf, elle est fourbe la petite Emilie, en plus de faire partie de la bande des agresseurs, elle fait partie des petits scribouillards du journal du lycée...

    comment elle a réussit à avoir cette photo ? et puis qui dit qu'il s'est réellement passé quelque chose entre Cassie et son entraineur ????

    Amir a été pro dans son revirement, je comprends tout à fait qu'au premier abord il ait voulu publier mais après un petit temps de réflexion, il a préféré prendre du recul et c'est bien.

     

    pauvre Cassie et pauvre Julien, lui, qui a tout essayé pour que cette photo ne sorte pas... Comment va réagir Cassie ??? Pour le journal, je pense que c'était son dernier numéro :p

    8
    Ludivine
    Mercredi 15 Juin 2016 à 23:44
    Pardon je m'incruste, je suis tombée par hasard sur ton blog. Mais je sais pas si tu as conscience du talent que tu as. C'est exceptionnel. Tu ne récupère aucun scénario, tu crées le tien et il est génial. Je t'adore
      • Mercredi 15 Juin 2016 à 23:50

        Merci beaucoup, Ludivine.  Je suis ravie que mon histoire te plaise.  Je suis vraiment très touchée par ton message ♥♥

    7
    Lucie
    Mardi 14 Juin 2016 à 09:45

    Suite suite suite suiiiiiiiiite

      • Mardi 14 Juin 2016 à 10:29

        Elle va arriver, promis.  Normalement début de semaine prochaine.  Merci merci, Lucie.  Je suis très touchée ♥

    6
    Ptitemu
    Vendredi 10 Juin 2016 à 18:06

    Je n'ai qu'un mot à dire : où est la suiiiiiiiite ???? (hurlement hystérique...)

      • Mardi 14 Juin 2016 à 10:29

        La suite devrait arriver la semaine prochaine :)  Désolée pour le retard et merci, Ptitemu ♥

    5
    Lundi 6 Juin 2016 à 15:16

    J'y croyais !  j'y croyais que Julien allait arriver à ne pas faire passer cet article. Mais à la fin, paf ! Bon sang, tu m'as tenue en haleine jusqu'au bout.


    Les saletés ! J'imagine bien que c'est le "groupe" à Louis qui est derrière tout cela. Mais quel est leur but en faisant cela ? Fragiliser Cassie, l'éloigner de tout le monde ? Et il y a aussi une image qui m'interroge. Que fait donc Louis avec l'éducatrice ? Tout cela n'est pas très bon pour Cassie. Et, elle qui s'éloigne de ses amis, alors qu'elle en aurait le plus besoin...


    Bon, que te dire de plus ? J'ai adoré.  Et avec cette fin, tu me laisses en manque. C'est sombre, angoissant et j'ai peur que cela finisse mal. Mais je vais continuer à lire ♥♥♥

      • Lundi 6 Juin 2016 à 16:18

        Merci, agathe <3  Oui, c'est assez sombre comme histoire.  Petit à petit les fils vont se dénouer.  

        Et clairement, Louis a l'air assez proche et détendu face à l'éducatrice :/

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :