• XII. Soyons désinvoltes

     

     

    Même le lilas blanc a une ombre

    XII. Soyons désinvoltes

     

     

    Il est seize heures trente et Cassie attend sagement dans le couloir du lycée.  Elle a été convoquée par le proviseur.  

     

     

           Ce matin, très tôt, sans bruit, Cassie était descendue au jardin.  Elle avait bien fait attention à ne pas réveiller ses parents, elle les avait entendus veiller tard la nuit dernière, après que sa mère ait cliqué sur le lien du corbeau.  Avec sagesse, Cassie avait décidé de ne pas se mêler à leur conversation, ne pas descendre, rester tapie dans son antre, se faire oublier.  Qu'aurait-elle pu dire qui les apaise, de toute façon?

     

                         

                    Silencieuse et concentrée, se mêlant à la chanson des vagues qui se brisent sur le sable, Cassie avait calmé sa respiration.   

     

     

                         Elle s'était douchée ensuite, comme tous les matins et avait rejoint ses parents et sa grand-mère pour le traditionnel petit déjeuner.

     

     

                     Ne rien dramatiser, relativiser. Il fut décidé que Cassie, malgré l'invitation de l'éducatrice, Madame Foison, qui avait contacté tôt Davis, d'éviter que Cassie ne se rende au lycée aujourd'hui et se contente de venir à la convocation du proviseur à seize heures trente, irait au cours.

                        La porte du bureau du proviseur s'ouvre et la tête de celui-ci apparaît dans l'embrasure.   

                        "Entrez donc, Mademoiselle Holporth."

                         Evidemment qu'elle entre, Cassie! 

                       "Bonjour et merci d'avoir répondu à ma convocation, Mademoiselle Holporth."

     

     

                          "Vos parents ne vous ont pas accompagnée?"

                           Cassie jette un regard autour d'elle et un peu sarcastique hausse les épaules:

                           "Apparemment non."

                           Le proviseur s'assoit et se tortille sur le bord de sa chaise, semble hésiter à croiser les mains, s'humecte les lèvres.

                           "Vos parents n'ont pas jugé utile de  vous accompagner?" 

                           Un reproche, bien sûr.  Un jugement peut-être?  De la compassion?

                            "Ils travaillent tous les deux.  Ils ne sont pas disponibles en journée."

                            Le proviseur avale et ravale son "même pas pour vous?" et froisse le nez:

                           "C'est regrettable, j'aurais voulu leur parler."

                            Cassie ne se départ pas de son sourire :

                            "Ne vous inquiétez pas, je leur transmettrai."

     

     

                             "Bien sûr."

                             Le proviseur semble franchement mal à l'aise et il y a de quoi!  Depuis ce matin, le téléphone n'arrête pas de sonner.  Ah ça, il en a eu des parents, au bout du fil, ahuris, abasourdis, choqués, révoltés...!  Il en a encore les oreilles sifflantes et rouges, à vif.  Il s'attendait à découvrir une jeune fille devant lui, abattue, gênée, mal à l'aise, déprimée et là, il voit Cassie Holporth, fière et droite qui lui fait face comme si ce qui s'était passé ne l'affectait pas. 

                             "Je suppose, Mademoiselle, que vous savez pourquoi je vous ai convoquée et pourquoi j'aurais voulu voir vos parents?"

     

     

                             Mais déjà la porte s'ouvre à la volée et une vieille dame entre comme une tornade dans le bureau.  C'est la grand-mère de Cassie.

                              "Désolée, je me suis perdue entre ici et là-bas.  Un vrai labyrinthe, ce lycée!  Monsieur, bonjour, je suis la grand-mère de Cassie, appelez-moi Marguerite.  Les parents de cette petite n'ont pu se libérer, mais bonne nouvelle, me voilà!" 

                             Sans attendre l'invitation du proviseur, la vieille dame s'assoit.

                              "Bien, allons droit au but, Monsieur le proviseur.  Ce n'est pas tout ça mais je n'ai pas toute ma soirée: j'ai piscine dans quarante-cinq minutes."

     

                             

                               "Vous voyez", continue la dame, "à mon âge,  il ne faut pas tarder à prendre du bon temps.  On ne sait jamais combien il nous en reste.  Enfin, vous voyez ce que je veux dire."

                               Elle se penche en avant:

                                "Entrons dans le vif du sujet.  Vous vouliez parler sans doute de cette photo de Cassie que tout le monde à vue hier soir?"

                              La vieille dame secoue sa main:

                                "Je suis d'accord,  c'est très mal de poster une photo d'une jeune fille en maillot.  Je suis très choquée.  Bon, ma fille et mon gendre en revanche, c'est plus compliqué, ce sont des artistes, voyez, surtout ma fille qui est artiste peintre et tient la galerie, voyez, sur la grand route, là...  Alors, vous comprenez qu'elle n'a pas la même vision que nous de la nudité."

     

     

                            Le proviseur, éberlué, écoute cette pipelette sans oser lui couper la parole et lui dire que le problème n'est pas la tenue que portait Cassie sur la photo.  Et voilà que la gamine s'y met:

                            "Mais Mamy, je concourais le jour de la photo.  Je ne participais pas en robe et mocassin.  Je nageais, tu te souviens?..."

     

     

                             La vieille dame secoue la main:

                              "Tsst... tsst...  On ne coupe pas la parole aux adultes, Cassie, on attend qu'ils te la donnent.  Tu le sais pourtant!"

                             Puis, penchant un peu la tête, elle murmure à Cassie:

                              "Cela dit, je suis contente que tu te souviennes du jour où cette photo a été prise.  C'est un bon point, ça!  Ça me rassure sur l'état de ta mémoire."

     

     

                            Elle adresse un petit sourire d'excuse au proviseur pour ce petit aparté.

                             "Alalala... les jeunes!  Vous devez en voir de toutes les couleurs, vous.  Quel travail formidable vous faites quand même!"

                           Le proviseur voit l'instant où la vieille dame va se lever et quitter son bureau alors qu'il n'a pas encore eu l'occasion d'en placer une.  Il secoue ses bas-joues, évite le bruit qui l'accompagne et d'une voix qu'il souhaite grave entame le discours qu'il avait préparé.

                           "Cassie, Madame euh Marguerite, je souhaitais vous rencontrer ce jour car..."

     

     

                Sur un ton mesuré, Monsieur Verché, puisque c'est son nom, et professionnel, dresse un récit exhaustif des faits depuis la réception du message du corbeau dans la corbeille à potins du journal jusqu'au piratage dudit journal et la mise en ligne de la photo de Cassie, accompagnée du lien explicite sur l'interruption volontaire de grossesse, expliquant la suspension de l'activité du journal du lycée, ses regrets sur ce terrible incident, insistant sur le fait que l'article incriminé n'est resté en ligne que quarante-six minutes avant que le journal ne soit rendu aux administrateurs, passant sous silence d'ailleurs que c'était le corbeau lui-même qui avait réactivé l'accès et concluant ainsi:

                         "Nous souhaitons faire la lumière sur toute cette affaire et il est bien évident que nous mettrons tout en oeuvre pour démasquer le ou les auteurs de cette ignominie.  En attendant, nous avons besoin de savoir si les parents de Cassie souhaitent porter plainte.  Et bien sûr, nous comprendrions que Cassie décide de changer d'établissement, même si nous sommes en pleine année scolaire. Je m'apprête d'ailleurs, à première demande, à adresser au directeur de l'établissement de son choix un courrier de recommandation en sa faveur."

     

     

                          Evidemment, ce dernier point a toute son importance, se débarrasser de Cassie c'est aussi se débarrasser du problème.  C'était la conclusion à laquelle, sans doute, un peu bêtement, le proviseur était arrivé.

                            La vieille dame rit mais c'est d'un ton grave qu'elle s'exclame:

                       "Donc, si je résume, vous voulez ficher ma petite-fille à la porte?  Non, mais franchement, tout ça pour une photo de maillot de bain!"

     

     

                         Le proviseur s'exaspère:

                         "Ce n'est pas le maillot de bain, le problème, Madame euh Marguerite!  Cassie, vous avez souri tout le long de l'entretien, je pense que vous ne mesurez pas l'impact que peut avoir ce genre d'article sur votre ... votre..."

                     Monsieur Verché hésite, ne trouve pas le mot qui convient.  Ce qui l'inquiète en priorité c'est la réputation de son établissement.  Et toute cette histoire, vraiment, ce n'est pas bon!  

                     Cassie continue à sourire doucement.

                        "Et moi, je pense, Monsieur Verché, avec tout le respect que je vous dois pourtant, que vous donnez bien trop d'importance à ce corbeau." 

     

     

                                 "Je me fiche complètement de ce que les gens pensent de moi, Monsieur Verché, et vous devriez en faire autant."

                                        La grand-mère claque la langue contre son palais comme pour appuyer les dires de sa petite-fille même si elle ajoute:

                                          "Cassie, surveille ton langage, merci."

                                           "Pardon, Mamie..."

                                            "Le harcèlement n'est pas une chose anodine, Cassie..."

     

     

                              "Amir a proposé et je serais prêt à faire une exception, à pourvoir un délai à la suspension de la susdite gazette, de te donner tribune libre pour un droit de réponse sur le blog du journal."

                               Il est fort, Amir!  Une réponse de Cassie ferait péter les scores de la gazette.  Cassie sourit encore.

                              "Non, merci. Et ne vous inquiétez plus, mes parents ne porteront pas plainte ni contre vous ni contre personne.  Toute cette histoire tombera très vite aux oubliettes si on évite d'en parler.  Croyez-moi."

                               "Cassie, permets-moi..."

                               Il n'y avait plus de Mademoiselle Holporth ni de vouvoiement, tout à coup.

                                 "... d'insister.  Les accusations portées contre toi sont très sérieuses.  Et l'émulation que ce corbeau a créée autour de toi ne se calmera pas de suite.  Tu n'as donc pas envie de dire la vérité?"

                               Puis avec emphase:

                               "A moins que tu ne refuses parce que tout cela est la vérité.  Est-ce cela, Cassie... Est-ce la vérité, Cassie?"

                                 "Ah nous y voici!  Je le savais!"

                                 La voix de la vieille dame se fait victorieuse.

     

     

                                  "Evidemment!  Votre curiosité est émoussée par les rumeurs.  Tout le monde aime les rumeurs.  Et ne dit-on pas qu'il n'y a pas de fumée sans feu, n'est-ce pas, Monsieur le directeur?"

                                Les épaules de la vieille dame se crispent.

                             "L'entretien est terminé.  Nous vous remercions, Cassie et moi.  Nous retenons tous les efforts que vous déployez afin d'apaiser le climat autour de Cassie et lui permettre de mener à bien sa scolarité au sein de votre établissement. " 

     

     

                               Cassie s'est levée sans attendre l'autorisation et la vielle dame conclut:

                                 "Ce fut un plaisir de discuter avec vous, Monsieur le proviseur.  Je pense que nous nous sommes tout dits, sauf si Cassie voulait ajouter quelque chose sur l'identité du corbeau par exemple?  Cassie, une idée pour aider, Monsieur le proviseur?"

                                         

     

                             Un instant déstabilisée par la clairvoyance de sa grand-mère, Cassie reprend vite contenance.

                              "Non, Mamy, aucune idée."

                             "Et bien voilà..."

                          Sans un mot de plus, la vieille dame se penche par-dessus le bureau et serre la main de Monsieur Verché.  Celui-ci s'en trouve presque soulagé. 

                           En sortant du bureau, le ventre de Cassie se serre.  Julien et sa tante patientent dans le couloir.  Sans doute ont-ils été convoqués tous les deux par le proviseur, eux aussi?  Il était évident que les doutes sur l'identité du corbeau se portent sur Julien. Cassie grimace, tellement navrée pour lui. 

                             

     

                                Julien aussi se fait violence pour ne pas la regarder.  Il est comme figé, paralysé.  Toute la nuit, il n'a pu fermer l’œil, ressassant les événements; et toute la journée, il n'a cessé de vouloir approcher de Cassie, passer un bras autour de ses épaules, lui promettre qu'il n'est pour rien dans cette histoire, qu'il a tout tenté pour empêcher ça.  Mais ses jambes étaient en coton et son regard fixe ne parvenait plus à croiser son regard.  Comme à cet instant, encore.

                                  Julien se lève doucement, comme au ralenti pour céder sa place à la vieille dame et comme mu par une force étrange se retrouve tout près, à toucher Cassie.

                                       "Oh ce serait vraiment aimable à vous, Laurine de nous ramener.  Je suis fourbue.  J'avais piscine mais j'y renonce.  Nous vous attendrons dans le petit salon de thé devant.  Ne vous inquiétez pas, ce monsieur le proviseur n'est pas un mauvais gars et je suis certaine que Julien - c'est bien Julien, non, ton prénom ? - n'a rien à voir avec cette sombre histoire d'oiseau..." 

     

     

                            Une douce chaleur envahit Cassie, celle de Julien.  Il se tient à quelques millimètres d'elle et c'est comme si tout son être entrait en fusion.  Cette sensation nouvelle n'est pas pour déplaire à la jeune fille qui doucement, sent ses doigts chercher la main de mon ami.

     

     

                                      Une fragile torpeur envahit Julien, que celui-ci tente de contenir.  Un doux parfum de fleur et de vanille le fait frissonner, un contact doux, discret, des doigts de Cassie sur sa paume fait vrombir son cœur dans sa poitrine.   Il ferme les yeux, un instant, voudrait se retrouver ce soir-là, à la falaise.  Le souvenir de leur baiser le fait frissonner.

     

     

                        Loin de repousser la caresse de Cassie, le dos de la main de Julien très doucement, avec une tendresse infinie effleure celui de Cassie.   

     

     

                         A cet instant, la terre aurait pu recracher des tonnes de lave, les nuages tomber en bloc sur le sol, la bande de Louis pénétrer dans le couloir, Cassie n'en aurait eu cure pourvu que cette caresse ne s'arrête jamais.

                          Lorsqu'ils se séparent, Cassie croit y perdre un membre tant la chaleur et la présence de Julien lui manquent d'un coup, elle doit inspirer, profondément, douloureusement pour ne pas tomber à même le sol, se rouler en boule et se mettre à chouiner comme une petite fille de cinq ans dans un supermarché, épuisée par l'envie d'obtenir la friandise tant désirée.  

                              Ils se séparent, donc.  Julien et sa tante rentrent dans le bureau du proviseur tandis que Cassie et sa grand-mère se dirigent vers le salon de thé.

                                   "Merci, Mamie."

                                   Cassie en profite pour remercier sa grand-mère de sa présence.

                                   "Je t'en prie, mon ange, tes parents étaient d'accord, ça m'a fait plaisir de t'accompagner." 

     

                                  

                          "Tu m'as beaucoup manqué, Mamie.  J'espère que tu vas rester encore un peu?"

                            "Pourquoi pas?  Je n'ai pas trop envie de disparaître tout de suite.  J'ai l'impression que tes parents ont vraiment besoin de moi.  Leur maison est sens dessus dessous."

     

     

                     La grand-mère de Cassie est parfois aussi diplomate que franche.  Cassie lui sourit doucement.

                      "A quoi pense donc ma petite-fille préférée?"

                     "Je m'en veux, Mamie, de tout ce qui arrive et de cette maison qui est sens dessous sens dessous, comme tu le dis." 

                        "Concentre-toi sur ce que tu peux réparer, Cassie, pas sur ce qui est cassé."

                          "C'est ce que j'essaye de faire, Mamie, même si ça ne se voit pas.  Et j'essaye de les préserver aussi."

     

     

                              "Tu sais, Cassie, que tes parents sont grands, que tu n'as pas besoin de les protéger?  Et ils t'aiment, ma chérie, ils peuvent tout entendre."

                                 "Bien sûr, Mamie, en théorie c'est vrai mais..."

                                 Cassie pince les lèvres.

                                  "Et si tu me racontais à moi, Cassie?  Je pourrais en juger..."

     

     

                         Jamais depuis le début de ce cauchemar, Cassie n'est autant tentée de tout révéler, de cracher toute l'histoire, de se défaire de son fardeau, de sa peur, de sa vengeance, de sa colère, de sa haine.  Le regard infiniment attentif et intelligent de Marguerite la mange toute entière.  Cassie a tellement-tellement envie de s'y noyer dans ces yeux-là.  La bouche sèche, elle s'entend dire:  

                            "Mamie, le soir où j'ai disparu... en fait,ce qui s'est passé c'est... que..."

     

     

                              Mais à cet instant, un frisson parcourt le dos de Cassie.  Elle sursaute, reprend pied dans la réalité.  Julien vient d'entrer avec sa tante et interrompt immédiatement l'aveu.  Si la tante de Julien a l'air contrariée, Julien, lui, semble ravi.  Il regarde Cassie, à présent et son cœur à nouveau s'est remis à battre la chamade.  Il l'entend à peine chuchoter à sa mamie qu'elle lui racontera tout ça plus tard et saute du tabouret sur lequel elle était assise, tout en lui adressant un gentil sourire.   

     

     

                         Le trajet en voiture se passe dans le brouhaha des conversations des deux femmes et le silence des deux adolescents qui sans un mot, oubliant de respirer voient leurs mains se lier l'une à l'autre.  

     

     

                     Et sans vraiment comprendre à quel moment ce fut décidé, ils se retrouvent tous les quatre, attablés à rire ensemble.

     

     

                                 Au milieu du repas, Laurine leur a faussé compagnie.  Justine l'appelait.  

     

     

                                Julien, lui, est resté.  

                                "Aaah!  Enfin seuls..."

     

     

     

                             "Tu m'as tellement manqué, Cassie."

                          Cassie voudrait lui dire que lui aussi lui a manqué, qu'elle a pensé à lui, beaucoup, souvent, que lorsqu'il est là, elle n'a plus peur, que lorsqu'il est là, elle oublie tout mais...

     

     

     

                                 "Ecoute, Julien, je..."

     

     

     

                                       "Non, non, non, Cassie!  Tais-toi.  Tu m'écoutes, moi, d'abord."

     

     

                              "Cassie, je sais que je ne suis pas forcément le meilleur gars de la terre mais je te jure que ce n'est pas moi qui suis le corbeau..."

                               "Je le sais..."

                               "... que j'étais tout à fait contre la publication de cette photo avec ce gars-là, que je m'en fiche de tout ça, que même si c'est vrai c'est du passé et que tout ce que je veux c'est être avec toi.  C'est comme ça, ne me demande pas pourquoi, tout ce que je veux c'est que tu me croies, tout ce que je veux, c'est toi.  Dis-moi juste que tu ressens la même chose, Cassie.  Et si non et bien, je te promets de ne plus jamais t'embêter avec ça, de partir et de ne plus y revenir."

                              Il a prononcé les derniers mots sur un ton chevrotant et tellement chargé d'émotion que Cassie en a frissonné.  Elle a envie de lui crier qu'elle aussi, que tout pareil mais elle reste immobile, à tenter de refouler la chaleur qui lui monte aux joues et son ventre qui se serre à la faire hurler.

     

     

                                      "Julien, je ne comprends pas pourquoi tu t'intéresses à moi, maintenant, comme ça, subitement."

                                      Cassie avale difficilement sa salive.

                                      "Ma vie est compliquée en ce moment.  Je ne sais pas en qui je peux avoir confiance.  Je ne sais pas si je peux te faire confiance.  Et pourtant, tu es le seul à qui j'ai besoin de parler de Grégoire.  Cette photo a été prise un jour où j'ai perdu.  J'avais concouru malade et j'ai été lamentable.  Il me réconfortait, juste.  Il n'y avait rien d'autre. C'est important pour moi que tu saches.  Il était mon ami, mon entraîneur, mon confident, l'homme qui partageait mes joies, mes peines, me réconfortait, était toujours là pour moi.  Il m'a construite durant toutes ces années.  Il a été à une période l'homme le plus important de ma vie.  La vie de compétition, les stages loin de chez moi, nos entraînements tous les jours nous ont rapprochés.  Et sans doute, ce qui nous liait tous les deux était bien plus fort que tout ce qui le reliait aux autres nageuses."

                                     Les yeux de Cassie se mouillent de larmes et elle tente de cacher sa peine.

                                      "Je n'ai pas vu le moment où tout a basculé.  Je ne sais pas ce qui a fait que du jour au lendemain, il a essayé de s'éloigner de moi.  Il m'en voulait, je le sentais, mais je ne comprenais pas ce qui se passait.  Il ne s'est jamais rien passé entre nous de sexuel, je veux dire ... "

                                    "Cassie, je t'en prie, tu n'es pas obligée de me raconter tout ça.  Je t'en prie, regarde-moi."

     

                      

                                      Cassie obéit.

     

     

                                    "Je te regarde..."

                                     "C'est bien."

                                    Et avec un petit sourire, si doux:

                                    "Embrasse-moi maintenant..."

                                     Et Cassie obéit encore.

     

     

                                        Puis vient le temps de se séparer.

                                         "Je dois y aller."

                                          "D'accord."

     

     

     

                                          Julien se lève lentement et après un petit geste d'adieu et un "A demain?" auquel Cassie ne répond pas, il s'éloigne.

                                             Mais soudain, comme un diable dans sa boîte, Cassie sursaute, se lève et se jette à la poursuite de Julien:

                                          "Julien, attends..."

     

     

     

                                          "Je dois te dire quelque chose encore..."

     

     

     

                                            Cassie hésite un moment.  Puis le cœur au bord des lèvres, persuadée déjà qu'elle ne devrait pas, qu'elle commet une erreur:

                                           "Moi non plus, je ne suis pas la meilleure nana de la terre et moi aussi!  Moi aussi, je te veux, même si ma vie est compliquée et que je suis morte de trouille..."

                                          Julien se jette sur elle, l'attire de toutes ses forces contre lui, l'embrasse comme un fou.  Désirer quelqu'un avec une telle force, il avait oublié que c'était possible. 

     

     

     

                Sa respiration est bloquée, saccadée, la tête lui tourne, ses jambes chancellent.  Il a envie de crier qu'il est foutu, Julien, amoureux, amoureux comme jamais.  

              Ces mots-là "je t'aime, Cassie" hurlent à ses oreilles mais il devrait lâcher ses lèvres, se séparer de son corps frissonnant s'il devait le lui dire, alors il l'embrasse, encore et encore.  

     

     

           Et elle s'accroche à lui avec une telle fureur, une telle surprise, une telle passion qu'il est étonnant qu'ils ne partent pas tous deux en fumée.

     

     

                                        Ce n'est pas facile de se séparer quand on a seize, dix-sept ans et tant de baisers à donner et d'amour à apprendre. 

     

     

                                             Et pourtant... Cassie aurait sans doute dû écouter son instinct, protéger Julien.  Parfois, il n'est pas bon d'être désinvolte.

     

     

                                              

     

    « XI. Le corbeauXIII. Le conseil »
    Pin It

  • Commentaires

    11
    Dimanche 5 Mars à 22:57

    Ah aujourd'hui, mémé a piscine et pas poney. En voilà quelque chose de censé. Mdr la voilà rassuré sur l'état de la mémoire de Cassie. Oh l'autre il veut la viré, non mais j'hallucine. Heureusement mémé est la. Ah que je l'aime la mémé. Le moment des mains m'a donné des frissons. Cassie a l'air plus calme, plus détendue en la présence de Julien. 

      • Dimanche 5 Mars à 23:07

        Cassie et Julien sont amoureux.  J'aime bien les revoir comme ça.

        Et la mémé... ben Mémé quoi :D  Merci Liza ♥♥

    10
    Pythonroux
    Dimanche 26 Juin 2016 à 14:06

    superbe chapitre, Marguerite, mais Marguerite vous êtes incroyable et je vous adore ^^ :)

    bon et bien, Julien et Cassie, c'est fait... par contre, je sens que ça va pas être gagné cette histoire :(

    9
    Lucie
    Mardi 21 Juin 2016 à 15:44
    Je l'aime bien moi Julien, je veux pas qu'il lui arrive u' truc ;)
      • Mardi 21 Juin 2016 à 15:52

        Moi aussi, je l'aime bien, Julien ♥  Merci, Lucie.  Je suis sûre que Julien va faire attention à lui. :)

    8
    Ludivine
    Lundi 20 Juin 2016 à 19:42
    Mais nooooon! J'ai lu le reste de tes histoire, celle ci n'est pas finie mais c'est déjà ma préférée, t'a pas le droit de finir les chapitres aussi tôt! !!!! A quand la suite?
      • Lundi 20 Juin 2016 à 23:18

        Merci, Ludivine ♥  Je suis très touchée.  La suite arrive très vite :)

    7
    Dimanche 19 Juin 2016 à 13:48

    Haaan, quel beau chapitre ! Et cet amour entre Cassie et Julien ♥♥♥... Trop mignon. 

    Et toujours aussi fan de la mamie. .."j'ai piscine dans 45 minutes..". Ah, c'est sûr, il y a des priorités dans la vie ^^.

    Et, comme PrincesseSey, je suis interloquée par la dernière phrase : mais il va se passer quoi, là ? .... 

    Encore un chapitre que j'ai adoré :-)

      • Lundi 20 Juin 2016 à 23:18

        Merci-merci, Agathe ♥  La suite ne va pas tarder mais je ne suis pas certaine qu'il vous plaise autant :o

    6
    Dimanche 19 Juin 2016 à 10:59

    Quoi???!!! Mais qu'est-ce que c'est cette dernière phrase!!!! Après ce bel épisode où tout va bien c'est du sadisme!!!! Mais sinon j'ai adoré comme toujours, bravo!

      • Lundi 20 Juin 2016 à 23:17

        Merci, PrincesseSey ♥ Oui, je sais la dernière phrase... arrrff... pardon :(

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :