• XIII. Le conseil

     

     

     

    Même le lilas blanc a une ombre

    XIII.  Le conseil

     

                Louis a le cœur au bord des lèvres, une envie de vomir qui ne le quitte plus depuis qu'il a cliqué sur le lien du corbeau.  Cassie salit tout, tout ce qu'elle touche.  Non, ce n'était pas elle qui avait décidé de disparaître, c'est lui, lui, Louis qui avait décidé qu'elle devait souffrir, pâlir, gémir et supplier.  Ces rumeurs, cet article sont une atteinte à sa toute puissance.  Il en a des crampes au ventre.  Il déteste ça, Louis.

     

     

                                     Et le pire, oui, le pire c'était - il n'avait aucun doute à ce sujet- qu'il devait cette trahison à Emilie, sa sœur, sa camarade, sa complice de sang.  Elle devait payer pour l'injure.  Elle devait payer pour son impudence!

     

     

                                     Il les avait convoqués pour un conseil sans tarder, après avoir discuté en long et en large de l'histoire avec Ju, regroupant leurs informations.  La trahison ne pouvait rester impunie, la mise en danger du groupe sanctionnée.  Ils étaient d'accord, tous les deux.

                                         "Rendez-vous, ce mercredi à 16h.  Ju sera là."

     

     

                                      Le danger était partout et Louis, aveuglé, par sa colère ne prenait pas la mesure de ses propres erreurs.  Pourtant, autour de lui, les choses bougeaient.  Et s'il avait été aussi fin qu'il le croyait, il l'aurait constaté.

                                               "Demain, je rentrerai plus tard, ma douce.  Walter veut qu'on passe chez les Holporth.  Il paraît qu'un mystérieux corbeau s'en prend à la jeune fille, tu sais, celle qui avait disparu, Cassie.  Et le père, apparemment, a vu un jeune homme blond traîner sur sa propriété dimanche soir.  Tu connais Hol, il se sent toujours redevable des jeunes qu'il croise.  Il se demande s'il n'y aurait pas matière à rouvrir l'enquête sur la disparition de la gamine; surtout que crois-moi, il n'y a pas grand chose qui puisse corroborer l'histoire de la fugue."

     

     

                                      "Un jeune homme blond?"

                                       Dana hésite, un long moment, puis finalement décide qu'il vaut toujours mieux dire une bêtise que de passer à côté d'important.

                                        "Tu sais, Eric, je t'ai parlé de Louis.  Il est bizarre, ces temps-ci.  Il a été dur avec Diane, il s'est emporté contre elle après que la petite lui ai raconté qu'elle avait croisé Cassie Holporth, justement, à la bibliothèque."

                                         Et elle ajoute, mal à l'aise.

                                       "Et dimanche soir, je sais que tu ne veux pas qu'il sorte, mais je l'ai autorisé à quitter la maison..."

                                          Après un long moment de silence et de réflexion, Eric avait lâché:

                                         "C'est ridicule, Dana."

     

     

                                          "Ridicule?  Oui, bien sûr, c'est ridicule... Et s'il savait quelque chose, Louis, c'est sûr, il te le dirait.  Bien sûr."

                                           Et pourtant, Dana ne peut s'empêcher de ressentir un étrange malaise et Eric, lui, un mauvais pressentiment qu'il tente de chasser encore et encore : c'est ridicule, bien sûr que c'est ridicule!

     

     

                                     Oui, si Louis avait été à cent pour cent de ses facultés, il n'aurait pas raté cet échange, il aurait été plus prudent avec sa petite sœur, aussi.

                                       "Non, Diane, je ne t'accompagne pas au  parc cet après-midi.  Je dois voir des amis.  La conversation est close.  Lâche-moi la grappe." 

     

     

                                    Mais Louis est Louis.  Et Louis se sent invincible et supérieur à tous et à tout.  Si Cassie ne quitte pas ses pensées, c'est qu'il le veut bien, pense-t-il.  Evidemment qu'il est le plus malin, évidemment qu'elle ne l'emportera pas au paradis.  Et évidemment qu'elle va payer!  Et bien sûr que non, il ne perd pas le contrôle.  Il a toujours le contrôle, la maîtrise du temps, des gens et une intelligence qui le propulse parmi les maîtres.  Ju le lui dit souvent et c'est vrai.  C'est lui le plus fort, c'est lui qui a raison.  Et quelle idée de génie encore d'avoir invité sur le temps de midi cette stupide Sarah, la meilleure amie de Cassie.  

                                "Ça va, Louis?"

                                 Susciter la compassion, la sympathie, engluer sa victime dans une toile de sentiments contradictoires pour mieux la manipuler.  C'est tellement facile pour Louis!

     

     

                    Ah!  Cassie avait voulu jouer au plus fin avec lui, avait osé poser un pied sur son territoire en abordant sa jeune sœur et bien, Louis, allait lui faire comprendre qu'il n'était pas dupe et que quand il le voudrait, quand il le déciderait, il l'écraserait!  Dût-il en passer par Sarah ou n'importe qui d'autre! 

     

     

                                  Personne ne fait peur à Louis.  Personne.

                          C'est d'un pas léger que cette après-midi-là, Louis entre dans le sanctuaire où doit avoir lieu le conseil.  Il attend patiemment que Lola ferme le cercle autour de Ju, son éducatrice, son amie, son mentor, sa muse. 

     

                                  

                            C'est toujours avec émotion qu'il se souvient du jour où il l'a rencontrée.  Il était entré dans son bureau, suspicieux, ne sachant ce que pouvait bien lui vouloir une fichue éducatrice de rien qui le convoquait comme un vulgaire laquais.  Et bien, il avait été bluffé, Louis: elle savait tout de lui, Julia.  Sa voix chaude, son regard doux qui l'enveloppait c'était comme si l'univers s'ouvrait à lui.  Elle avait posé sa main sur la sienne, ses ongles s'étaient enfoncés dans sa peau et la révélation avait eu lieu.

                                           "On n'apprend que par la souffrance.  On ne vit qu'à travers la douleur.  Ta colère, je la comprends, Louis, elle est mienne."

                                    Jour après jour, Ju était devenue sa moitié, son autre lui.  Avec elle, nul besoin de se cacher, de jouer.  Avec elle, il était Lui et elle l'aimait tel quel.  

                                     Julia Foison ouvrit la séance:

                                      "Louis, tu as convoqué le conseil, nous t'écoutons."

     

     

                    "Emilie, ici présente, s'est rendue coupable de mise en danger du groupe et je l'accuse de trahison."

                      Tous retiennent leur respiration.  Emilie manque de vaciller. 

                      "C'est une accusation grave, très grave, Louis.  En as-tu conscience et la maintiens-tu?", insiste Julia.

                     "Oui."

     

     

                             Avec calme, mesure et brio, Louis décrit la situation: la participation active d'Emilie dans la publication de l'article corbeau, le risque inhérent à cette publication: qu'une enquête soit ouverte si les parents de Cassie avaient porté plainte, et de ce fait, la mise en danger directe du groupe.  Louis insiste sur le fait qu'Emilie a agi seule, sans consulter le groupe et termine avec emphase:

                             "Emilie, inventant ce corbeau, tu as voulu prendre la main sur nous, faire cavalier seul. Délibérément tu as mis en danger et trahi le groupe, C'est une évidence."

                            Emilie qui se rendait à ce conseil, pensant y recevoir les félicitations de Ju est frappée de stupeur.

                             "Merci, Louis, pour cette mise en lumière des faits", susurre Julia.                         

                             Et avec déférence, Louis s'incline devant elle.

     

     

                                     Julia Foison reprend la parole:

                                     "Emilie, nous t'écoutons.  Qu'as-tu à dire pour ta défense?"

                                      La voix de Julia est toujours aussi douce et sirupeuse, son oreille attentive s'est tendue vers Emilie.

                                       Emilie dit alors son incompréhension: elle avait reçu un mail l'alertant du message du corbeau dans la boite à ragots.  Elle avait cru que ce message venait d'eux et qu'elle avait pour mission de  le faire publier, et c'est pourquoi elle n'avait pas contacté les autres membres du groupe.  A aucun moment, elle n'avait imaginé agir seule et encore moins mettre en danger le groupe.

                              "Mais que celui qui m'a envoyé ce mail avoue! Que celui qui est le corbeau se désigne!  Que celui qui m'a tendu ce piège se dénonce!" crache-t-elle.

                              Mais le silence lui répond.  "Forcément", pense-t-elle.  Personne ici ne voudrait prendre sa place et être accusée de haute trahison.

                               Elle frissonne puis baisse doucement les yeux.  Elle a perdu, elle le sait.  Elle n'a aucun argument à présenter, aucune preuve à soumettre au conseil.  

                               Emilie relève à demi le menton, cherche le réconfort dont elle a besoin dans le regard de Julia, qui pareille à elle-même, généreuse le lui offre.

                               "Je n'ai pas le choix, j'accepte mon sort, votre décision sera la mienne."

     

     

                               C'est Yann, le premier, suivi des autres, Lola puis Louis, qui s'avance, inspire puis crache aux pieds d'Emilie avant de lancer d'une voix dure et grinçante:

                                      "Coupable!"

     

     

                           "Très bien, Emilie.  Le conseil en a convenu.  Sa décision est irrévocable.  Tu dois être éliminée."

                            La gamine acquiesce, vaincue, c'est la règle.  Elle s'y pliera.  Néanmoins, d'une voix qu'elle aurait voulu moins chevrotante, elle supplie presque.

                             "Ju, tu resteras avec moi..."

                             "Bien sûr, mon ange."

                             Les autres sans un regard pour elle disparaissent.  Pour Emilie, c'est la fin.  Julia la saisit par la main, lui sourit doucement et l'entraîne.  Arrivées devant sa maison, d'une étreinte, Julia encourage Emilie.

                              "Ça va aller."

                              "Tant que je suis avec toi, Julia, je sais que tout ira bien."

     

     

                          Nerveuse malgré tout, Emilie est entrée dans la maison de Julia.  Privilège, s'il en est.  Emilie ne peut s'empêcher de regretter que ce soit en pareille circonstance.

                         "Habille-toi, mon ange.  Le passage se prépare.  Il te faut être belle."

     

     

                                     Emilie obéit. 

     

     

                          "Tu lui diras, Julia, à ma mère...?"

                         "Que c'est une pourriture et que tout est de sa faute...?  Oui, mon ange."

     

     

                         "Tu pourrais le lui écrire pendant que je termine le repas...?  Je lui donnerai la lettre, compte sur moi."

                           Emilie s'exécute pendant que Julia termine le repas et dresse la table.

                            "Allez, il suffit, viens vite près de moi, mon ange."

     

     

                             La jeune fille termine sa lettre, la sort de l'imprimante et consciencieusement l'enferme dans une enveloppe qu'elle clôt et écrit à la main:

                             "Maman"

                               Une impatience sans pareille étreint Julia.  Elle se réjouit de la décacheter, cette lettre et lire toute la rancœur que les suppliciés de la dernière heure savent si bien écrire.

                            Le repas se passe dans un silence parfait.

                                               

     

                                     Et vient le moment:

                                     "Bois."

                                      Sans grimacer, Emilie vide de flacon.

     

     

                                      "Je vais souffrir?"

                                      "Bien sûr.  La souffrance, c'est la vie."

                                       

     

                               Sans se presser, Julia et Emilie montent à l'étage.  

     

     

                     Emilie se couche sur le lit, Julia pose sur son front brûlant sa main glacée, lui murmure des mots doux, masse avec délicatesse le ventre comprimé de l'adolescente, récitant toujours ses phrases de réconfort qui sont les siennes.  Doucement, la torpeur, la paralysie gagnent la jeune fille, Julia s'assoit à ses côtés.  Elle a promis, elle ne la quittera pas.

     

     

                           Elle fredonne doucement...

     ♫ ♪Vole vole petite sœur
    Vole mon ange, ma douleur
    Quitte ton corps et nous laisse
    Qu'enfin ta souffrance cesse ♪♫

     

     

                           Et doucement, de sa voix douce et toujours si sirupeuse, Julia lit cette histoire qu'enfant elle aimait tant: "Gros Nez à la mer".  Ce n'est sans doute pas de circonstance mais ce n'est pas Emilie qui va s'en plaindre.

     

     

                             La respiration d'Emilie se fait sifflante puis hésitante et enfin... la libération du dernier souffle informe Julia que tout est fini.  Définitivement.

                                   Elle est jolie ainsi, Emilie.  Une fleur dans la neige.  Julia en est toute émue.  Mais elle sait aussi que cette apparence ne dure pas.

     

     

                                Efficacement, Julia descend au jardin et allume un grand feu.  

     

     

                        Le feu se régale du festin inattendu et Julia s'en amuse. 

     

     

                              Au petit matin, lorsque les cendres sont froides, Julia s'en va récupérer l'une de ces urnes qu'elle garde précieusement dans le placard de sa chambre.  Consciencieusement, elle récupère les restes éparpillés sur le sol et avec une précaution sans pareille, rentre dans sa maison, descend l'escalier qui mène à la cave, déverrouille la porte des combles et doucement pose l'urne sur le socle qui lui est réservé...

     

     

                                     ... à côté des autres : celles de Ludivine, Annie, Gaël, Thomas... Julia se souvient de tous, de leur visage, de leurs grimaces, de leurs colères, de leurs rêves.  

                                    "Repose en paix, mon ange", murmure-t-elle.

                                       

                                     

     

    « XII. Soyons désinvoltesXIV. Élémentaire, mon cher Hol? »
    Pin It

  • Commentaires

    11
    Dimanche 5 Mars à 23:11

    Alors la le papa, il est peut-être trop aveugle sur son fils. Moi ce Louis il me fait froid dans le dos.

     

    Mais non juré Ju c'est l'éducatrice :o ? J'aurais jamais deviné. Donc y'a pire que Louis. Il se fait manipulé par cette espèce de garce. Le truc des urnes ça me donne froid dans le dos.

    10
    Pythonroux
    Dimanche 26 Juin 2016 à 14:20

    mais elle est HORRIBLE cette Julia FOISON !!!!

    bravo pour ce superbe chapitre, très noir mais très intense... je comprends mieux le tête à tête entre Louis et elle maintenant lorsque Julien l'appelle et pourquoi elle ne veut pas se rendre libre

     

    Mais où nous emmènes-tu ??? Vivement la suite, j'adore vraiment cette autre facette de ton écriture.

    9
    Ptitemu
    Jeudi 23 Juin 2016 à 22:31

    Ton histoire est extraordinaire, Eulaline ; j'aime toutes tes histoires mais j'avais jusqu'ici un faible pour "vénus à nu" et pour le début des orphelins de l'apocalypse mais là tu te sublimes ; c'est magnifique ! Glauque, étrange, troublant, complexe, ensorcelant, ce parallélisme de Ju avec un vampire psychique se nourrissant non pas du sang des êtres sous sa coupe mais de leur douleur et de leurs névroses, via sa position, et qui nourrit sa folie de celles des adolescents, c'est extrêmement bien imaginé, et - comme d'habitude - tout est rendu en petites touches, en filigrane....

    Il n'y a qu'une seule chose qui me gêne vraiment dans tes textes (et là c'est moi qui vais me répéter) : je VEUX la suite !!!!

      • Vendredi 24 Juin 2016 à 18:29

        Oh merci merci! ♥♥

    8
    Ludivine
    Mardi 21 Juin 2016 à 11:23
    Merde je suis morte. Je n'ai pas tout compris à ce chapitre, tous ces trucs qui se passent et s'entremêlent, c'est génial :D je suis soulagée qu'il n'y ai pas eu de doute sur l'identité du corbeau, je ne voulais pas de supplications dégoulinantes de sucre, c'était parfait!
      • Ludivine
        Mardi 21 Juin 2016 à 23:51
        Ha non pardon je ne parlais pas d'Émilie, mais du chapitre précédent désolé je te perds :') mais derien
      • Mardi 21 Juin 2016 à 15:56

        Je suis contente que ça t'ait plu, Ludivine ♥  

        Euh non, pas de supplications dégoulinantes: Emilie n'avait aucun fait ni argument tangible à exposer, dès lors, elle devait se plier à la règle.  C'est ce qu'elle a fait.

        Et merci merci encore pour ton commentaire ♥♥

    7
    Mardi 21 Juin 2016 à 09:27

    Comme je le disais sur le forum, je trouve vraiment Julia effrayante, sous ses faux airs de douceurs. Finalement, ils se complètent bien, elle et Louis. Ils embobinent bien leur monde.

    Mais il y a une question qui me turlupine : qui a donc envoyé ce mail ? Qui est donc ce corbeau ? Encore une énigme !

    Dans ce chapitre, fini la lumière, on plonge vraiment dans l'obscurité et je trouve que tu y excelles particulièrement.

    C'est vraiment une très belle histoire. Ma préférée je crois, dans toutes celles que tu as écris.

      • Mardi 21 Juin 2016 à 15:55

        Merci beaucoup, Agathe.  Je sais que je me répète mais je suis très touchée par ton message.

        Julia est effrayante, oui et comme tu le dis, elle complète Louis ou plus généralement, elle parvient à légitimer ce qu'il pense être, son côté sombre justement.  C'est tout le danger de cette dame.

        Quant au corbeau :/  je pense qu'on n'en pas fini avec lui 

        ♥♥

    6
    Mardi 21 Juin 2016 à 07:10

    Bonjour à toi 

    dense , intense, complexe comme la vie ,loin d'une romance mais proche de la réalité de la vie, les âmes torturées tourmentées et troublantes! côté sombre 

    j'attends la couleur clair, ton titre d'histoire est si bien choisi!

    Merci à toi Eulaline, 

    P-S : texte riche et images jolies, elles accompagnent si bien ton histoire♥

      • Mardi 21 Juin 2016 à 08:44

        Merci à toi surtout, Mich ♥♥  

        C'est vrai qu'il y a beaucoup plus d'ombre que de lumière pour l'instant ♥♥

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :