• XIV. Élémentaire, mon cher Hol?

     

                   Même le lilas blanc a une ombre

                   XIV.  Élémentaire, mon cher Hol?

     

                         Walter Hol est en retard, un peu en retard, pas très en retard mais en retard quand même : son épouse, Carine, l'attend déjà, installée à leur table préférée, dans leur restaurant préféré.

                        Sans bruit, il se glisse à sa place, lorgnant du coin de l’œil son épouse qui le nez plongé dans le menu fait mine de ne pas l'avoir remarqué.  Il se racle doucement la gorge mais n'en fait pas plus.

     

     

                          Il se saisit lui-même du menu et toujours sans un mot tente de se concentrer sur les noms des plats qu'on lui propose.  Walter a toujours des difficultés à se déconnecter de son boulot, le soir, le week-end, en vacances.

                                 "Je tenterais bien les pâtes volcaniques..."

                                 La voix chaude de Carine le tire de sa rêverie.

     

     

                                         Walter relève la tête et sourit à sa femme.

                                        "Tu es magnifique, mon amour."

                                                   

     

                   "Et toi, tu as l'air crevé, claqué, éreinté, énervé.  Enfin, si je peux me permettre..."  

     

     

                         Walter rit:

                       "Tu peux tout te permettre, tu le sais.  J'ai passé une sale journée, désolé."

                         Carine lui adresse son plus beau sourire.

                       "Tu n'as pas à être désolé; il n'y a pas de mal.  Bon et si on commandait?... Mademoiselle!"

     

     

                                   Une fois la commande passée, Carine regarde son époux, longuement.  Il est si beau, si doux, si gentil, cet homme-là.  Que le destin l'ait poussé sur son chemin tenait du miracle.  Elle aime tout de lui et les années qui passent ne font que renforcer tout ce qui la lie à lui.

                                    "A quoi penses-tu?"

                                     "A toi."

                                    "Voilà un sujet qui m'intéresse au plus haut point."

                                Le rire de Carine s'envole doucement et Walter, pour la première fois de la journée, sent ses épaules se délier et une espèce de légèreté courir depuis ses omoplates jusqu'à son plexus, en tournicotant tout autour de sa poitrine, lui offrant une chaleur bienfaisante et réconfortante.  Cette femme qu'il aime plus que tout avait dû être chamane dans une autre vie.  Cette idée le fait sourire.

     

     

                                     "A quoi penses-tu?"

                                     "A toi."

                                   "Voilà un sujet qui m'intéresse au plus haut point", sourit Carine en imitant la voix de son époux.

                                Leurs rires se mêlent et la main de Walter se glisse doucement vers celle de sa femme pour une caresse furtive.  Les yeux de Carine lui sourient encore et Walter voudrait que cet instant dure toujours.

                               "Allez, raconte... C'est toi qui as encore hérité de cette nouvelle disparition de jeune fille?  C'est ça qui te fatigue, t'éreinte, t'énerve?"

                               "Oui."

                          La disparition d'Emilie Valon avait été signalée ce matin même.  C'est le responsable du pensionnat du lycée qui a prévenu les autorités.  A bien y regarder, cela doit faire plusieurs jours que la jeune fille a disparu, au moins trois jours si on se fiait au registre des absences du lycée.

                             "Une pauvre gosse...", soupire Walter.  Celui-ci s'était remémoré en trente secondes les heures qui venaient de défiler et les investigations qu'il avait menées tout le long de la journée.  

                        Emilie Valon, jeune fille de seize ans, issue d'une famille mono-parentale.  Une mère en prison pour trafic de stupéfiants.  Élève moyenne, bénéficiant d'une bourse. A plusieurs reprises mêlée à des rixes, plusieurs fois passée devant le juge de la jeunesse pour coups et blessures; mais réglo depuis environ six mois.

     

     

             Aucun petit ami connu, les professeurs la décrivaient comme une jeune fille renfermée mais aussi paresseuse qu'intelligente.  Ses camarades de classe ne la connaissaient pas vraiment.  Les éducateurs ne l'avaient pour ainsi dire jamais côtoyée; aucun n'avait pris la peine, apparemment, de s'intéresser à son cas.

                              "Encore une fugue?" , s'enquit gentiment Carine.

                              "Franchement, j'aimerais le croire mais je ne sais pas."

     

     

                             "Peut-être que comme la petite Holporth, elle va reparaître dans quelques heures comme si rien ne s'était passé?" suggéra doucement Carine.

                                  Walter secoue la tête; les deux profils des jeunes filles sont si éloignés l'un de l'autre. 

                                  Le silence s'étire un instant puis vient la question qui surprend Walter lui-même:

                                  "Dis-moi, Carine, t'en penses quoi de Julien?"

                                  "Julien Clove?  Ton petit protégé?"

                                  "Oui, réponds sans réfléchir!  T'en penses quoi de Julien?"

     

     

                            Carine froisse un peu ses lèvres puis répond, comme il lui est demandé, sans réfléchir:

                            "Ce que je pense de Julien?  Mis à part que c'est un petit con arrogant qui se croit meilleur que tout le monde, qui se veut infaillible, qui est persuadé être d'une intelligence supérieure, qui ment comme un arracheur de dent, tu veux dire?"

                             Walter rit:

                              "Oui, à part tout ça."

     

     

                  "Et bien, je dirais que Julien me fait penser à un petit chiot fou-fou.  Il est remuant, il jappe beaucoup, il est têtu, quand il a un os, c'est impossible de le lui faire lâcher, il est capable aussi de tout démolir puis il te regarde avec ses grands yeux et tu n'arrives pas à lui en vouloir."

                      Carine prend le temps de poser un doigt sur ses lèvres puis ajoute:

                   "C'est un petit jeune homme sensible aussi, qui souffre beaucoup plus qu'il ne le laisse paraître de la mort de ses parents; tu as remarqué qu'il portait la bague de fiançailles de sa mère?"

                      Walter acquiesce, regarde son épouse intensément et enchaîne:

                     "Tu crois que Julien pourrait faire du mal à quelqu'un?  Délibérément, je veux dire?"

                      "S'il pense la cause juste, oui, je le pense."

                      Walter le pense aussi et c'est bien ça qui l'embête, notre inspecteur.

                             

     

                              Plusieurs témoins avaient entendu très clairement Julien menacer Emilie, quelque temps avant sa disparition.

                          "Oula, c'est qu'elle devient nerveuse, la Clove.  Elle a le béguin pour la petite blonde ou rien dans le froc?"

                              "Me cherche pas, Emilie."

                               "Tu ne me fais pas peur, Clove."

                             "Et bien tu devrais!  Je ne fais aucune distinction, une raclure est une raclure pour moi que ce soit un gars ou une gonzesse, sache-le."

     

     

                           L'objet de leur dispute: un article que Julien refusait de diffuser dans la gazette du lycée et qui l'avait été.  Peut-être avait-il imaginé qu'Emilie en était la responsable?

                                Cet article, de plus, concernait la jeune Cassie Holporth dont Julien lui avait parlé, à lui, Hol, preuve de l'intérêt que Julien lui portait.

                          "Hé, chef, je voulais vous dire: bravo, il paraît que c'est vous qui avez retrouvé Cassie Holporth."

                           [...]

     

     

                                   Les questions de Julien sont nombreuses mais aucun sujet n'est lancé si celui-ci n'y a pas un intérêt, et Walter se souvient du regard que lui avait lancé le jeune homme à ce moment-là et de son ton de voix, oui son ton de voix...  

                                     Et puis, il y avait eu l'appel de Laurine, la tante de Julien, début de semaine qui lui avait fait part de ses craintes au sujet de son neveu, d'une histoire qui avait l'air de le préoccuper et de l'occuper beaucoup, selon ses dires.

                               En tant que représentant des forces de l'ordre, Walter ne pouvait laisser passer tous ces indices, malgré toute la sympathie qu'il ressentait pour le jeune homme.  Demain, sa journée commencerait pas l'audition officielle de Julien Clove, accompagné de sa tante, puisque celui-ci était encore mineur.  Walter avala douloureusement une bouchée.  En l'absence d'explication logique à la disparition d'Emilie, il leur fallait suivre toutes les pistes.  Et la piste de Julien était la seule qu'ils avaient, il fallait bien l'admettre.

     

     

                             Le repas se termine dans un silence doux, agréable que seuls les amoureux peuvent apprécier.

                                 Avec immensément de délicatesse, Walter pose les lèvres sur les mains fragiles de son épouse.

                                    "Merci pour cette merveilleuse soirée, mon amour."

     

     

                              "Tu retournes au poste?"

                              "J'y fais un petit détour, mais je n'en aurai pas pour longtemps."

                           Le cœur de Carine se serre, un peu, beaucoup, un regret l'effleure mais qu'elle chasse très vite.  Qu'il lui ait consacré ces quelques heures alors qu'elle le savait inquiet et en pleine enquête était déjà un privilège.

                              "Je t'aime, mon homme."

     

     

                              "Je t'aime, ma femme."

     

     

    « XIII. Le conseilXV. Thomas »
    Pin It

  • Commentaires

    9
    Dimanche 5 Mars à 23:28

    L'amour que l'inspecteur Hol et sa femme se portent font chavirer mon petit cœur, mais j'ai peur. Peur pour la suite des événements. Julien accusé de la disparition de cette garce d'emily qui elle même s'est laissé embarqué par un gourou.

    8
    Lucie
    Vendredi 15 Juillet 2016 à 19:12
    Vite vite la suite
      • Vendredi 29 Juillet 2016 à 16:45

        La suite arrive très vite, elle est presque prête! :o  Merci, Lucie ♥

    7
    Ptitemu
    Jeudi 30 Juin 2016 à 23:20

    Il est merveilleux, cet homme. Comme il serait choqué de savoir pour Louis ! Qu'a-t-il donc bien pu se passer il y a si longtemps, pour que Louis devienne ainsi ? Il va devoir petit en petit en arriver à lui, et annoncer à Eric que son fils est une ordure..

     Maintenant je suis peut être un peu paranoïaque (ou jalouse ? Il est vraiment adorable Walter) mais Carine ne me revient pas. Elle a l'air parfaite, elle est si douce... On ne se méfiait pas non plus de Julia Foison... Et elle est bien placée pour obtenir des informations ou brouiller les pistes....

      • Vendredi 29 Juillet 2016 à 16:45

        Carine et Walter me font envie à moi aussi. :D  

        Personne, à ce point de l'histoire, ne peut être désigné avec sûreté comme innocent.  Et il faut avouer que Hol, finalement, ne raconte pas grand'chose de l'enquête à son épouse; même si par recoupement, elle peut imaginer que Julien sera convoqué par la police le lendemain.  Mais rien de plus :)

        Merci beaucoup, Ptitemu ♥♥

    6
    Pythonroux
    Mercredi 29 Juin 2016 à 18:07

    ouh que c'est beau et romantique, il a l'air cool cet inspecteur ^^

    lui, pourrait peut-être croire Cassie si elle voulait bien lui dire la vérité. vivement la suite ;)

      • Vendredi 29 Juillet 2016 à 16:42

        Ah oui, ils sont mignons, Walter et sa femme.  Ça fait du bien un amour doux, stable qui défie le temps.  Je pense aussi que l'inspecteur Hol est sans doute le plus à même de croire Cassie et de l'aider... :/  Dommage que celle-ci n'ait confiance en personne :(

        Merci, Pythonroux ♥

    5
    Mercredi 29 Juin 2016 à 15:42

    Un passage un peu plus lent pour nous permettre de faire la connaissance de l'inspecteur Hol et de son épouse, la douce Laurine. Et, j'apprécie, car tu nous laisse le temps de découvrir tes personnages et leurs traits de caractère.


    Bon, évidemment, Julien se retrouve au premier plan. Il est vrai que Walter ne connaît pas tous les détails comme nous les connaissons sur la disparition d'Emilie et qu'il peut paraître en effet fautif.


    Maintenant, si l'inspecteur l'interroge, peut être que Julien va laisser échapper certaines choses qui lui permettront peut être de suivre une autre piste.... Mais cela est bien difficile : le groupe de Louis n'a apparemment laissé aucun indice et ils ont l'air tous au dessus de tout soupçon...


    Tout est à petite touche, mais le canevas devient de plus en plus grand. Bientôt, nous arriverons sûrement à entrevoir l'image ^^.


    Comme toujours : ♥♥♥

      • Vendredi 29 Juillet 2016 à 16:40

        Oui, Julien en sait beaucoup plus qu'il ne le pense sur l'affaire.  Par petites touches, arrivera-t-il à aider la police ou reconstituer le puzzle?  Je l'espère.  Merci beaucoup, Agathe ♥♥♥

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :