• XLI. Le ver dans le fruit

                       Même le lilas blanc a une ombre 

                       XLI.  Le ver est dans le fruit

     

              Quelques semaines plus tard 

              "Monsieur Hol, c'est un plaisir de vous revoir parmi nous."

               "C'est un plaisir partagé, Madame Hulner."

    41.  Ils se marièrent et...

                          Sans se presser, Carine et Walter ont pris place dans leur restaurant préféré.

                          "Tu es magnifique, mon amour."

                          "Merci, mais c'est toi qui es fabuleux", répond sur un ton coquin Carine, avant de reprendre plus doucement, avec un soupir d'aise:

                          "Ça fait du bien de sortir.  J'ai cru que j'allais devenir complètement gaga dans cet hôpital."

                         Walter sourit mais son sourire est forcé, comme à chaque fois que l'hôpital est évoqué, il sent sa gorge se serrer.

    41.  Ils se marièrent et...                  

                        Afin de se donner une contenance, Walter prend la carte.  Carine sourit.

                         "Je t'aime, Walt'."

    41.  Ils se marièrent et...

                      "Oh moi aussi, ma chérie."                    

                     Un petit rire de gorge plus tard la serveuse s'en vient prendre la commande.  La voix de Carine est chaude, Walter aime tellement l'entendre, elle lui réchauffe l'intérieur, le fait vibrer.  Il la regarde et ça lui fait mal, tellement mal.

                             "Walter, la demoiselle te demande si tu as choisi le vin?"  

                              Le rire de Carine s'envole encore et des papillons s'agitent dans l'estomac de Walter.

                               "Je te laisse choisir.  Surprends-moi."

    41.  Ils se marièrent et...

                                Le silence s'installe.  Carine est radieuse.  Walter ne peut détacher son regard d'elle.  Il la regarde, la dévore et ça lui fait mal, tellement mal.  Comment a-t-il pu?  Comment a-t-il pu hésiter une seule seconde, de longues minutes à la sauver?  Sa femme.  Celle qu'il aime.  Quel monstre hideux se cache donc en lui?  Il ne la mérite pas.  Non, il ne la mérite pas.  Il ne mérite pas tout cet amour qu'elle lui donne. 

    41.  Ils se marièrent et...

                                      "Est-ce qu'il y a quelque chose que tu voudrais tout particulièrement faire, ma chérie, demain?"

    41.  Ils se marièrent et...

                                       "J'aimerais beaucoup que tu invites Julien à la maison. "

                                          Walter déglutit péniblement, il pose sa main un peu tremblante sur sa cuisse.  

                             "Je lui avais demandé de passer mais Julien est un peu pris par sa petite copine, Cassie.  La gamine a posé un dossier de candidature pour San Myshono en même temps que Julien.  Elle a été admise mais lui n'a pas reçu l'autorisation du juge.  Il ne peut pas quitter Windenburg... pourtant, j'avais appuyé sa demande."

                                        "Quel dommage.  Pauvre garçon.  Je lui dois une fière chandelle à ce petit.  S'il n'était pas arrivé, je ne sais pas comment tout ça aurait tourné."

                                             Mais la torture ne s'arrête pas là parce que Carine continue.

                                           "Lola aurait pu te tuer, toi, Walt'.  Elle était armée.  Oh mon dieu, quand j'y pense, je m'en veux tellement.  J'aurais dû t'écouter et ne jamais la laisser rentrer.  Dire que j'aurais pu te perdre.  Je ne m'en serais jamais remise."

                                                  Sauvé par la serveuse qui s'approche et pose les plats devant eux, Walter ne répond rien.  Il voudrait pourtant lui dire toute la vérité mais il n'y arrive pas.  Les mots sont coincés dans sa gorge, chaque fois, qu'il veut lui parler, ils glissent dans le fond dans son gosier et il ne parvient plus à rien. 

    41.  Ils se marièrent et...

                                      La tension est palpable.

                                      "Tu sais, Walter, il faudra bien un jour que tu acceptes de parler de tout ça.  Je préférerais encore que tu me cries dessus plutôt que ... ça!  Ça, là, ce silence ...  Zut à la fin." 

    41.  Ils se marièrent et...

                                  Mais Walter se tait encore, baisse la tête, ferme les yeux et Carine soupire.  Elle ne parvient même pas apprécier la nourriture.  Un goût de cendre lui soulève le cœur; est-ce tout ce qu'il reste d'eux?

    41.  Ils se marièrent et...

                                    En silence, Walter et Carine terminent leur repas et reprennent le chemin de la maison.  Un instant, prétexter la fatigue et s'asseoir l'un à côté de l'autre.  Profiter de la douceur du soir, éviter de rentrer, d'affronter leurs murs et un nouveau silence, encore plus lourd que celui-ci, parce que dans leur salon, une jeune fille s'est tirée une balle dans la bouche, parce que traînée dans la chambre, Carine a cru y mourir. 

    41.  Ils se marièrent et...

    41.  Ils se marièrent et...

                                   "Parle-moi, Walter."

                              Encore un essai pour briser la carapace, pour rallumer la flamme, pour sauver ce qui peut encore l'être.  

                                     "J'essaye, Carine, je t'assure, j'essaye, mais je n'y arrive pas."

    41.  Ils se marièrent et...

                                             "C'est parce que tu n'as pas pu choisir?  parce que tu n'as pas accouru vers moi que tu t'en veux comme ça?"

                                               Walter ravale ses larmes, elle sait, elle a toujours su.

                                                "Si tu m'entendais gémir derrière la porte, c'est que j'entendais ce qui se passait dans la pièce à côté, Walter.  Il faut que tu arrêtes de te torturer avec ça.  Je comprends.  Et c'est moi, moi qui n'aurais pas dû ouvrir la porte à Lola et la laisser entrer.  Tu n'aurais jamais eu ce choix à faire, Walter.  Walter, je t'aime à la folie, je n'ai jamais aimé personne comme je t'aime et je te le dis, je comprends.  C'est aussi pour ça que je t'aime, Walter.  Tu es ce que j'ai de plus précieux au monde, Walter.  Je ne veux pas te perdre."

    41.  Ils se marièrent et...

                                                  Les mâchoires de Walter se crispent, il tremble. 

    41.  Ils se marièrent et...

                           "Carine, j'ai beaucoup réfléchi après..."

                           La voix de Walter est sur le point à nouveau de se rompre.  Les mots s'effraient et font demi tour dans son gosier.

                             "Je vais quitter la police, Carine."

                              Une pointe acérée pique sans ménagement les reins de Carine.

                              "Je vois...", se contente de dire Carine.

                               "Je ne peux plus être un bon flic si ..."

                               "Tu ne peux plus être un bon flic, si tu as la trouille pour moi.  C'est ça, Walter?"

                                La gorge de Carine, comme celle de Walter, est en feu.

                                 "J'aurais dû mourir, cet après-midi-là..."

                                 "Ne dis pas ça, enfin, ma douce."

                                 "Bien sûr que si."

                                  Et malgré la dureté des mots qui arrivent, la voix de Carine reste douce et sucrée.

                                 "Le merveilleux Walter Hol, l'inspecteur de police le plus doué de sa génération ne peut pas avoir la trouille.  Lui, il est fort, il est malin, il est dur mais juste.  Le meilleur élément de sa section.  Aucune faiblesse pour l'inspecteur Hol n'est tolérée.  Il est le plus fort, il travaille de jour comme de nuit, sans compter ses heures, il a le taux de résolution d'affaires le plus élevé du comté.  Walter Hol est le meilleur et doit le rester."

                                 Carine déglutit et avale les mille aiguilles qui lui picotent les joues jusqu'à lui donner un goût de sang dans la bouche.

    41.  Le ver est dans le fruit

                                      "Carine, ne fais pas ça..."

                                       La voix de Walter n'est plus qu'un souffle.  Carine inspire très fort.

                              "Allons, Walter.  Tu vas me dire que tu quittes la police, qu'on va faire un bébé, que tu trouveras un autre job, que tu te mettras à la peinture et au jardinage?  Je ne te donne pas trois ans que tu vas me haïr pour tout ça, une vie que tu n'as jamais voulue.  Et moi, je n'ai pas voix au chapitre?  Je compte aussi, moi, n'est-ce pas?"

                                       "Plus que tout.  Tu comptes plus que tout."

                                         Carine sourit douloureusement.

                                         "Qui essaies-tu de convaincre, Walter?"

                                           Sa main tient la sienne ou est-ce l'inverse?

                                 "Lorsque je me vidais de mon sang dans la pièce à côté, j'ai pu mesurer à quel point je comptais pour toi.  Les minutes qui passaient m'ont aidée à en prendre conscience."

                                            "J'étais tétanisé", tente de se défendre Walter.  "Je..."

                                             "Tu ne pouvais plus faire ton travail de flic.  A cause de moi", complète Carine.

                                             "Carine..."

                                              "Ton boulot, c'est toute ta vie, Walter.  Je le savais quand je t'ai épousé.  Tu ne me l'as jamais caché et je n'ai jamais voulu que tu y renonces pour moi. Je t'aime trop pour te laisser gâcher tout ce que tu as construit, tout ce qui fait que tu es toi."

    41.  Le ver est dans le fruit

                                                Carine se lève.

                                           "Je vais prendre une chambre d'hôtel.  Je laisserai mon portable allumé.  Si tu décides que j'ai tort.  Si tu penses vraiment que j'ai tort, appelle-moi, je répondrai."

    41.  Le ver est dans le fruit

                                                   Walter se sent défaillir, il s'accroche à Carine pour ne pas tomber.  Il tremble de tous ses membres et Carine tout autant.

    41.  Le ver est dans le fruit

                                             Lorsque leurs corps éperdus et perclus de douleurs se séparent, lorsqu'en sanglotant, Carine s'éloigne et qu'elle entend les gémissements de son mari, elle sait qu'il la laisse partir et qu'il ne l'appellera pas, cette nuit. C'est fini. Cette fois, Walter a choisi.

     

    ***

     

                                                  "Tu vas me manquer, Cassie."

                                                   "Toi plus..." 

                                  "Mais je reviendrai tous les week-ends, puis toutes les vacances aussi et tu pourras venir me faire un petit coucou aussi."

                                    "Bien sûr".

                                     Julien serre fort Cassie contre lui.  Il est incapable d'être près d'elle sans se noyer dans son parfum, sans sentir le velouté de sa peau, la douceur de ses lèvres.

                                     "Votre train, à Ludo et toi, part à quelle heure?"

                                      "Demain, cinq heure du matin."

                                       "C'est chouette que Ludo ait accepté la coloc' avec toi."

                                        "J'aurais préféré que ce soit toi.  C'est nul que tu n'aies pas le droit de... mais bon, comme ça, je suis sûre que je vais bosser, toi, tu m'en aurais empêché.  J'aime trop quand tu m'embrasses."

                                        Julien sourit.  C'est un sourire doux mais énigmatique aussi lorsqu'il dit simplement.

                                        "Je l'espère."

                                                       Et lorsqu'il ajoute:

                                              "Tu sais, Ludo, quand je l'ai appelé ce fameux jour pour savoir où tu étais, il a dit des choses bizarres en décrochant... un truc comme  "Julien?... Ecoute, je suis désolé mais je n'ai pas à me justifier...", un truc comme s'il s'était passé quelque chose entre vous."

                                             La ventre de Cassie se serre.  Elle connaît Julien: c'est blanc ou noir, pas de gris autorisé.  A quoi bon le blesser avec une histoire qui n'a aucune importance?  Oui, c'est vrai, Ludo et Cassie se sont embrassés, la belle affaire!  Il ne s'est rien passé, rien qui ne vaille un aveu.  Et Cassie retombe dans ses travers, elle ne dit rien.

                                            Elle se contente de se pencher doucement vers Julien.

                                           "C'est notre dernière soirée ensemble avant mon départ et on va la passer à parler de Ludo?  C'est ça le plan?" 

                                     Non, ce n'est pas le plan.  

    ***

                      C'est vrai, le trajet jusque San Myshono fut long et un peu pénible.  Mais une fois leurs parents repartis, alors que la porte de l'ascenseur se referme, Ludo et Cassie laissent éclater leur joie.

                          "A nous, la liberté!  A nous, la belle vie!"

                                             Et ils se précipitent à qui sera le plus rapide dans leur sofa.  Sans tarder, ils se mettent à rire et à parler de tout et de rien.  Cassie, surtout de Julien parce qu'il est et reste son sujet de conversation préféré.

                                           "En tout cas", soupire Ludo, "je suis vraiment soulagé de voir que tout s'est arrangé entre vous.  Il avait l'air tellement furieux, Julien, quand je lui ai dit pour nous."

                                            Cassie fronce les sourcils.

                                             "Tu lui as dit pour nous?  C'est à dire?"

                                            Ludo tripote ses mains.

                                              "Mais oui, tu sais, le baiser...  ça m'a échappé, il me titillait encore pour je ne sais plus quoi... puis bon, je pensais que tu lui avais dit..."

                                                 "C'était quand?"

                                                 "Il y a dix jours..."

                                                  Ludo est navré, cela s'entend mais Cassie ne pense pas à le rassurer, en proie à une angoisse sans nom.  Son cœur dans sa poitrine, se froisse comme du papier mâché et ses dents grincent les unes sur les autres comme du papier de verre.  Pourquoi Julien, ne lui a-t-il pas dit qu'il savait?... Pourquoi?                                              

                            Et lorsque le sms que Cassie espérait depuis le matin arrive:

                            "Alors, mon amour, tout est bien?  Vous vous amusez bien, Ludo et toi? Bisous ♥"

                            Cassie ne sait pas, elle ne sait pas comment comprendre ce message et comment y répondre.

                          

     ***

    3. Justine

                                "Hé, gamine.  Encore toi!  Mais c'est pas possible.  Tu vas me ficher la paix, à la fin?  Qu'est-ce que tu fais encore là?"

                                     "Je vous cherchais."

                                     L'adolescente, avec un soupir, se laisse tomber aux côtés de Monsieur Luigi.

    3. Justine

                                "Alors, ça se passe comment avec ta mère, fillette?"

                          "Cela peut aller.  Déjà, elle a arrêté de sangloter sans arrêt. Puis, elle m'a laissé reprendre mes cours de guitare et ça, c'est cool."

                                Justine respire un grand coup puis,

                                "Dites, ça tient toujours votre proposition?"

                                "Quelle proposition?"

                                "De me montrer les coins qui rapportent les meilleurs pourboires?"

    3. Justine

                             "Ta mère a plein de tunes, t'as pas besoin de mendier.  Tu cherches quoi, Gamine?  T'as juste décidé de me coller aux basques et me pourrir la vie?  J'aurais mieux fait de ne pas te sauver les miches, tiens.  Je serais bien plus tranquille sur mon banc à l'heure qu'il est."

                                 "Moit'-moit', Monsieur Luigi.  Ça pourrait vous faire un beau p'tit pactole, récolté sans suer, ça doit vous parler comme concept?"

                                    Monsieur Luigi ne peut s'empêcher de sourire.

    3. Justine

                                    "T'as vraiment une langue de vipère, toi, sous tes faux airs de petite bourge.  Pour peu, je serais tenté de penser que tu serais même cap' de te débrouiller dans la rue."

                                    Justine accueillit le compliment avec simplicité.

                                     "Ouch... ça tuerait ma mère si je devenais une clocharde comme vous.  Ca vaut le coup d'y réfléchir."

                                  Cette fois, Monsieur Luigi part d'un rire gras et franc.

                                    "Et vous, Monsieur Luigi.  C'est qui que vous avez tué en décidant de devenir un raté,?  Un vrai raté, je veux dire."

                                    Toujours en riant, Monsieur Luigi répond:

                                      "Il vaut mieux que tu ne le saches jamais, gamine."

                               Un petit frisson glacé remonte l'échine de Justine, elle observe plus attentivement le vieil homme assis à ses côtés.  Il n'y a pas à dire, il peut vraiment être flippant, celui-ci.

    3. Justine 

    3. Justine

                                                Et cela n'est pas pour déplaire à Justine.  Un petit sourire se dessine sur son visage.

     

    ***

     

     

                                  "Je vais voir Louis après le boulot, tu m'accompagnes?"

    4. Eric

                                    Aller voir Louis?  Oui, c'est ce que devrait faire Eric, oui, c'est ce que l'on attend de lui, qu'il s'humilie, qu'il regarde sa femme partir au travail tous les matins alors que lui n'en a plus, sourire, faire la lecture à sa fille, envoyer sa candidature dans des sociétés de gardiennage, trouver quelques heures à prester ici ou là.  Se lever le matin, prendre son petit déjeuner, sourire, répéter que ça va aller, se coucher le soir et ne pas parvenir à dormir.  Mais ne pas s'en plaindre, attendre, sourire, oublier encore, étouffer sa colère et aller voir Louis, son fils, enfermé dans un hôpital psychiatrique. 

    4. Eric

                                      Eric regarde sa femme, il a l'impression d'être devenu un autre.  Son cœur ne bat plus qu'au ralenti, son ventre ne se serre plus, sa gorge est sèche, sa langue pâteuse.  L'envie.  Il n'a plus envie.  Il ne veut plus que la voir partir.  Pourquoi est-elle revenue?  Pourquoi?

                                             "A tout', papa!"

                                             Eric sursaute, il est debout, il a sa fille, Diane, dans ses bras.  C'est ce qu'on attend de lui, qu'il sourie, lui souhaite une belle journée, l'embrasse, l'encourage "ça va aller, travaille bien, bonne journée" mais les mots restent coincés alors Eric serre plus fort sa fille, trop fort peut-être.  Il aime la sentir se raidir, sa peau s'amollir.

    4. Eric

                                             "Hé!  Tu me fais mal, papa..."

    4. Eric

                                              La laisser s'éloigner et faire de même avec sa femme: la serrer fort jusqu'à sentir son souffle qui tarde.

    4. Eric

                                          Et mentir encore.

                                           "Tu ne m'as pas répondu, tu viendras avec moi voir Louis?"

                                            "Non, désolé, j'ai un entretien pour une embauche."

    4. Eric

                                             L'entendre y croire.

                                              "D'accord, peut-être demain?"

                                              Ne rien dire.

    4. Eric

                                              Oui, peut-être demain, mais rien n'est moins sûr.

    4. Eric

     

                               Non, rien n'est moins sûr parce que Louis saura, Louis devinera, lui, et ça, Eric le refuse.  

    Oui, il le refuse, il ne veut pas que Louis sache que le lendemain de cette terrible nuit durant laquelle Eric a vu quel monstre son fils était devenu, il a pris sa voiture et a déboulé au domicile du psychiatre qui s'était occupé de son épouse, le professeur Halar.  Il lui fallait un coupable et Eric l'avait trouvé.

                                     "C'est à cause de vous!  A cause de vous si mon fils est un monstre.  Je vous avais dit de l'éloigner de sa mère.  Mais non, vous ne vouliez rien entendre, arguant que ce serait donner raison à la névrose de ma femme.  C'est vous!  Vous qui avez frappé une jeune fille de seize ans, c'est vous, ce n'est pas mon fils!"

    4. Eric

                                            "Calmez-vous, Monsieur Van Laer!  Ce n'était pas votre fils, mon patient, c'était votre épouse!"

                                                 Se calmer!  Se calmer?

    4. Eric

                        Non, Eric ne pouvait pas se calmer.  Et ce fut là que ça dérapa. 

    4. Eric

                                    Eric Van Laer mit toute la force de son désespoir à rosser le vieil homme, l'abandonnant sanguinolent à même le sol, se sauvant comme un assassin.

                                           Lorsqu'il reprit pied dans la réalité, il comprit, il comprit quel plaisir il avait pris à battre le vieil homme, il sentit que son corps en demandait encore et encore.  Eric Van Laer était devenu, avait toujours été? - une bête monstrueuse, comme son fils.

                                                  Et si son fils le voyait, il le saurait, il le comprendrait immédiatement.  Au premier regard que lui et son père partageaient le même monstre.

                                                    A pas lents, Eric se dirige vers sa chambre, s'allonge sur son lit.

     

    4. Eric

                                                       Les heures qui suivirent l'agression du professeur, Eric attendit ses anciens collègues, persuadés que ceux-ci viendraient pour l'arrêter.  Mais les heures passèrent et même les jours sans qu'il ne soit fait état nulle part des violences subies par le psychiatre.

                                                   Alors Eric s'inquiéta autrement, une angoisse naquit.  Avait-il tué le psychiatre?  Était-ce la raison pour laquelle la police n'était pas au courant de son méfait?  Personne ne l'avait donc trouvé?  Vivait-il seul, ce psychiatre?  

                                  Eric Van Laer retourna au domicile du professeur.  Le souffle court, il hésitait à y retourner, à constater le décès du bonhomme.  Il faut dire qu'il avait frappé fort, Eric.  Il en avait encore des guili-guili partout dans le bas-ventre.  C'est alors qu'il vit le bonhomme sortir de chez lui, la face tuméfié, boitant bas.  Il n'était pas mort.  Eric s'en souvient, il avait dû serrer très fort le volant de sa voiture pour ne pas bondir, lui ficher un coup de pied dans le genou et le finir sur le trottoir.

                                                           Un monstre, oui, voilà, ce qu'il était devenu, Eric Van Laer.  Un monstre qui avait laissé mourir sa femme, avait laissé son fils devenir un assassin en puissance et qui était capable de se réjouir à l'idée de massacrer un vieillard.

                                                                  Eric ferma les yeux, si au moins, il pouvait en ressentir du remord?  Ou se mettre à sangloter comme un enfant qui regrette?  Mais non, rien, juste le vide en lui.  Et parfois la honte, mais de façon tellement fugace qu'il sait que ce sentiment ne durera pas.

    4. Eric

     

     ***

     

     

                      Chez Amandine et Serge Foison, c'était la désolation.  Un chagrin immense pour ces pauvres parents qui venaient d'apprendre que non seulement, leur fille, Julia Foison, avait mis fin à ses jours mais qu'en plus, celle-ci s'était rendue coupable de crimes atroces, poussant au suicide des jeunes gens et des jeunes filles. Dix sept au moins.

                    "Pourquoi?", était sans doute la question qui revenait le plus souvent.  Pourquoi?  crié, geint, pleuré, sangloté.

    5.  parents de Julia

                      Nul ne pourrait plus leur donner réponse à cette question et c'est sans doute ce qui finirait par les emporter eux aussi.  La colère, la haine, le chagrin les enveloppaient.  A présent que Julia était morte, leur enfant, ils ne sauraient jamais.  Ils ne sauraient jamais pourquoi.  Pourquoi était-elle devenue un monstre?

                          Les victimes de Julia avaient un début de réponse, un nom de coupable à jeter en même temps que la terre sur la sépulture de leurs enfants mais Amandine et Serge, eux, n'avaient que leur chagrin à jeter sur le tombeau de leur fille.

    5.  parents de Julia

                              En mourant, Julia les condamnait à ne jamais savoir, ou plutôt, Miranda, en ayant voulu rendre justice, avait précipité des innocents dans un puits sombre et cruel, celui de l'ignorance.

                                       "Le ver était dans le fruit... nous ne l'avons  pas compris." 

    5.  parents de Julia

                                               Avec brutalité, Amandine et Serge revoient Lise, allongée, morte sur le lit, en face de sa sœur, Julia, encore adolescente, lui lisant un livre "Gros Nez à la mer", la voix chaude et rieuse.

    5.  parents de Julia 

                                         Lise était-elle la première victime de Julia?  Ou...

                                         "Le ver n'était pas dans le fruit et y a-t-il été glissé?"

                                          D'avoir assisté aux préparatifs et aux derniers instants de Lise, Julia en perdit-elle la raison? 

    5.  parents de Julia

                                            Personne ne le saurait jamais.  Personne n'avait vraiment envie de le savoir, sauf peut-être Amandine et Serge qui pleuraient leurs jumelles, pleuraient de n'avoir pu sauver ni l'une ni l'autre, à dix ans d'intervalle, alors qu'elles avaient l'air si heureuses de vivre.  L'une et l'autre.  Aucune lettre d'adieu, ni de l'une ne de l'autre, comme une parenthèse à jamais ouverte sur leur existence et l'écho de cette question répétée à l'infini: "Pourquoi?"

     

     

    « XL. Une vie pour une autreEpilogue »
    Pin It

  • Commentaires

    5
    Ptitemu
    Mercredi 18 Janvier à 06:12

    Non, tu ne les gâches pas, au contraire. Tu soulignes le fait que la vie n'est pas un monde de bisounours, que les émotions humaines sont infiniment complexes. Plutôt qu'un "happy end", tu laisses tes héros face à leur vie, à leurs faiblesses, à leur choix... à leur rôle d'humain.

     

    J'attends l’épilogue !

    4
    Pythonroux
    Lundi 9 Janvier à 17:45

    Outcha, pas facile ce dernier chapitre... avec le chapitre précédent on aurait pu croire à un Happy End mais c'est bien le contraire qui se passe.

    Notre cher Hol perd sa douce Carine même si celle-ci est toujours en vie :( mais je suis en total adéquation avec elle, Walter ne peut pas vivre sans la Police... Vivre sans Carine sera très difficile mais sans la Police... Courage Walter.

    Cassie et Julien, tellement logique qu'ils soient obligés de se séparer, ce dernier n'ayant pas la possibilité de faire ce qu'il veut pendant quelques mois/années avec son contrôle judiciaire. Par contre, Cassie fait encore une fois une boulette avec son petit mensonge qui lui coûtera très cher si je comprends bien le message de Julien. Même si pour elle, ce n'était rien et que cela n'a pas de valeur, Julien méritait de connaître la vérité.

    Blandine et Monsieur Luigi, j'adore ^^ ils sont fait pour s'enquiquiner ;)

    Eric, un psychopathe endormi qui se réveille après avoir perdu son fils. Cela ne me surprend pas énormément. Par contre, je ne comprends pas pourquoi il s'est fait viré de la Police !!! Il ne me semble pas qu'il est protégé son fils ou aidé celui-ci à échapper à la Justice, donc pour moi, il n'y a pas de raisons à ce qu'il perde son travail... sauf s'il n'a fait que des conneries par la suite ;)

    Quelles cruelles réalités que découvrent Monsieur et Madame Foison, c'est tellement difficile de vivre dans l'ignorance des raisons qui ont amené son enfant à réaliser des actes pareils. Et surtout de ne pas savoir depuis quand cela est en route !!! Je plains ce couple qui semble avoir essayé d'élever leurs filles le plus correctement possible.

     

    Merci Eulaline/Pytisa pour cette superbe histoire. Il me manque juste un petit retour sur les derniers événements qui entoure Miranda ;) mais j'espère que nous aurons la joie de la revoir dans l'épilogue.

    Il me tarde d'avoir ce dernier sous le clavier ^^

      • Mardi 10 Janvier à 12:00

        Pythonroux,

        Moi aussi, je suis d'accord avec Carine.  D'ailleurs, Walter lui-même sait qu'elle a raison :)  

        Comme toi aussi, pour Cassie, je sens que ne pas avouer son "erreur", son "moment d'égarement" n'est pas la chose la plus intelligente qu'elle ait faite.  Surtout qu'elle a appris à connaître Julien et qu'elle aurait dû savoir qu'il attendait d'elle cet aveu :/

        Oui, Justine et Monsieur Luigi sont marrants ensemble :D  Contente que ça t'ait plu.

        Là, en revanche, je ne suis pas sûr que la colère et la violence qui se sont éveillées en Eric soit le signe d'une psychopathie qui s'ignorait.  Sa colère et sa violence s'expriment contre une personne qu'il juge coupable ou même, je pense très sincèrement que cette colère et sa violence dévient sur le psy alors qu'elles sont dirigées contre lui.

        Pour la perte de son boulot, j'ai effectué un raccourci.  Eric a été mis à pied suite à l'affaire de son fils, on lui a conseillé de prendre des congés et il est parti parce que cela lui était intolérable.  Il faut dire qu'il n'est plus vraiment capable d'exercer son travail de flic correctement.

        Et oui encore pour M. et Mme Foison :/  Je voulais illustrer l'autre côté.  Beaucoup ont souhaité la mort de Julia, peut-être y en a-t-il eu qui s'en sont réjouis; mais au final, même cette mort-là pouvait causer des dégâts ailleurs.

        Merci merci beaucoup à toi surtout ♥♥  L'épilogue va tourner autour de Louis et de Miranda.  Je ne suis pas sûre en revanche qu'il apporte beaucoup de réponses sur notre héroïne. :)

    3
    Lundi 9 Janvier à 17:11

    Il était bien l'avant-dernier chapitre, je trouve. Les bons étaient sauvés et les méchants punis et l'avenir s'annonçait rose bonbon.


    Et paf ! Tu viens déséquilibrer cette belle harmonie par "ce ver dans le fruit". Tu instaures un climat de malaise et de doute qui me fait dire, que finalement, non rien ne sera plus comme avant, et le bonheur peut être bien cher payé...


    En même temps, vu comme tu as écrit l'histoire, ce chapitre tient tout son sens et l'ambiguité est le maître-mot, surtout sur l'histoire de Julia et de sa jumelle, Lise. Suicide, meurtre ? On ne le saura pas, comme leurs parents.


    Bref, mon petit coeur tout mou ne te remercie pas, mais mon intellect, oui^^. Un chapitre excellent et qui nous malmène pas mal.


    J'ai hâte de voir ton épilogue et ce que tu nous a concocté !


    ♥♥♥

      • Mardi 10 Janvier à 11:48

        Merci, Agathe.  C'est vrai que j'aurais peut-être dû stopper l'histoire au chapitre précédent... mais chassez le naturel, il revient au galop :D  Il faut toujours que je gâche les bons moments :D

        Merci merci merci ♥♥♥

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :