• XVI. Le flic et l'hameçon

     

     

    Même le lilas blanc a une ombre

     XVI.  Le flic et l'hameçon  

     

    Aujourd'hui, Julien le savait, ce serait compliqué.  Alors comme souvent, il avait suivi à la lettre son rituel, histoire que cette fichue journée se passe au mieux: un bon bain parce que l'hygiène, c'est important.

     

    XVI.  Tel est pris

     

                    "T'es beau gosse, t'es beau gosse.  T'es le meilleur.  A l'arrache, mon gars, ou pas, ça va bien se passer!"

                      Quelques paroles d'encouragement.

     

    XVI.  Tel est pris

     

                  Et un petit coup de téléphone - ça, c'était nouveau - matinal à celle qui ne quittait plus ses pensées.

               "Ok, Cassie, j'essaierai de passer chez toi ce soir et en tout cas, je t'envoie un petit mot pour te dire s'ils m'ont laissé sortir sinon,bah... ben... je demanderai à ma tante ou.. bref, ne t'inquiète pas."

     

    XVI.  Tel est pris

     

                          "Je ne suis pas inquiète.  A tout à l'heure, Ju'!  Bisous."

     

    XVI.  Tel est pris

     

                 De toute façon, elle n'était jamais inquiète, Cassie; ce qui aurait pu finir par être vexant.

                Au poste de police, ce fut l'inspecteur Van Laer, le père de Louis, qui introduisit Julien et  sa tante.  Un silence étrange et chargé de mauvaise humeur s'installa dans le bureau; alors qu'une autre inspectrice s'évertuait à taper avec entrain sur le clavier d'un ordinateur, posé à droite de la tante de Julien.

     

    XVI.  Tel est pris

     

                          Personne encore n'avait parlé.

                          Laurine finit par s'en étonner:

                          "Dites-moi, inspecteur, nous attendons l'inspecteur Hol ou nous commençons?  Je suppose que vous ne nous avez pas convoqués pour observer les mouches courir au plafond?"

                        Des mouches au plafond? Où ça?  Julien leva les yeux, l'air un peu benêt, c'est vrai; mais un air qu'il aimait arborer lorsqu'il était en compagnie de policiers.

     

    XVI.  Tel est pris

     

                        Et il se força même à paraître effrayé et contrit en entendant Van Laer cracher:

                        "Voyez, Madame, cette caisse, c'est le dossier de votre neveu!  Ah cela, vous pouvez ajouter les rapports de son contrôleur judiciaire qui font état de ses manquements répétés aux convocations, à son attitude, je cite, "je-m'en-foutiste", son insolence et son refus de respecter l'autorité toujours aussi présente chez lui...  S'il ne tenait qu'à moi, Madame, c'est en IPPJ, section régime fermé, qu'il volerait illico, votre neveu!"

     

    XVI.  Tel est pris

     

                            "Dommage que vous n'en ayez pas l'autorité, inspecteur Van Laer.  "

                              Laurine avait parlé d'une voix douce mais ferme, un rien menaçante.

     

    XVI.  Tel est pris

     

                           C'était l'instant que choisit Walter Hol pour faire son entrée.  Depuis le couloir, il n'avait pas apprécié le petit discours qu'avait tenu Van Laer, les menaces proférées,  et pas apprécié non plus le ton qu'il avait employé.  Non mais, pour un peu, il allait le braquer, le petit!  Aussi, Walter congédia son collègue sans ménagement.

                                  "Je vais prendre le relais, Eric.  Merci!"

     

    XVI.  Tel est pris

     

                                      Julien minauda:   

                                     "Chef, je suis content de vous voir.  Comment va votre épouse?"

     

    XVI.  Tel est pris

                                         

                           "Arrête de jouer à l'abruti, Julien!  Et si on entrait de le vif du sujet.  Tu sais pourquoi tu es là. La disparition d'Emilie.   Raconte-moi ce qui s'est passé le jour où vous vous êtes querellés..."

     

    XVI.  Tel est pris

     

                           Pour le coup, Julien joua franc jeu et raconta son altercation avec Emilie sans rechigner.  L'enjeu était d'importance et même s'il n'appréciait pas Emilie, il aurait bien aimé savoir ce qu'il lui était arrivé.  La curiosité peut être mère de franchise, et oui!    

                             "C'est la dernière fois que je l'ai vue.  Je ne pense même pas l'avoir aperçue le lendemain au lycée; pourtant, j'ai essayé de m'en souvenir.  Mais rien.  Nada!  Peut-être qu'Amir, le rédacteur en chef du journal, pourrait vous aider?"

     

    XVI.  Tel est pris

     

                      Lorsque Julien se tut, Walter sourit:

                      "Merci pour l'idée, Julien.  Nous avons déjà parlé à Amir."

                      Walter s'enfonça un peu dans son fauteuil et demanda:

                 "Cet article dont tu parles avait pour objet une présumée relation sentimentale entre un homme et Cassie Holporth.  Tu aimes bien Cassie, n'est-ce pas?  Et ça t'a mis en rogne, c'est ça?"

                  "Non, chef!  Enfin, si, j'étais en rogne.  Mais si j'étais en rogne c'est parce qu'Emilie voulait pousser à la publication d'un article qui ne se basait que sur des rumeurs et n'avait pour but que de nuire.  Alors j'ai tout essayé pour faire annuler la publication de c't article, j'ai même téléphoné à l'éduc', Julia Foison ... mais rien n'à faire, elle n'a pas bougé le petit doigt."

                       Julien était toujours en colère à ce sujet mais continuait sur sa lancée, sans en ajouter:

                   "Amir était avec moi quand tout est passé en ligne.  Après ça, il n'y avait plus rien à faire et plus personne à incriminer.  Le mal était fait, on s'était fait avoir comme des bleus, c'était trop tard.  Et franchement, Emilie, je l'avais déjà oubliée à ce moment-là."

     

    XVI.  Tel est pris

                                 

                             "Donc, si je comprends bien, que tu te sois énervé n'a rien à voir avec Cassie?  Était-ce habituel qu'Emilie se mêle de la publication de ce genre d'article ou pourrais-je imaginer qu'il y ait eu comme une sorte d'envie de nuire spécifiquement à Cassie?"

                                     Julien fronça les sourcils.  A quoi jouait Hol?

                                     Julien prit le temps de la réflexion et ne s'en cacha pas.  

     

    XVI.  Tel est pris

     

                                "Non, il n'était pas habituel qu'Emilie se mêle de la publication de ma chronique et de ce genre d'articles."

     

    XVI.  Tel est pris

     

                        Evidemment, Julien ne put s'empêcher d'ajouter:

                         "Mais ça, vous le savez déjà, chef, non?"

                          Hol sourit dans sa barbe.

     

    XVI.  Tel est pris

     

                            "Quant à Cassie, croyez-moi, elle n'en a rien à faire de ce genre d'article!  Ce que les gens pensent d'elle, elle s'en fiche." 

                               "Ça, c'est vrai", renchérit Laurine en se tournant vers l'inspectrice, toujours très affairée à l'ordinateur près d'elle.  "Vous pouvez demander au proviseur!"

     

    XVI.  Tel est pris

     

                                "Oui", acquiesça Hol. "C'est ce que j'ai cru comprendre.  C'est étonnant d'ailleurs pour une ado.  Mais Cassie est étonnante, n'est-ce pas, Julien?..."

                                    Julien pencha la tête sur le côté.  Cette fois, pas de doute, Hol se comportait de façon bizarre: soit il essayait de lui faire passer un message, soit il tentait de prouver que Julien pouvait perdre son sang-froid quand on le titillait à propos de Cassie...  Quoi que ce soit, cela mettait Julien mal à l'aise, il avait l'impression de perdre la main.  Dans ces cas-là, une seule option: sourire.  Et Julien sourit et ne se laissa pas embarquer dans le petit jeu de l'inspecteur.  Au contraire, il écouta Hol blablater sur l'incidence que pouvait avoir - et n'avait pas eu sur Cassie-, une rumeur telle que celle relayée par le corbeau.

     

    XVI.  Tel est pris

     

                  Et puis :

                              "Et pourtant l'un des derniers mails reçus par Emilie est du corbeau."

                              Julien fronça les sourcils, il l'ignorait! Et voilà qui expliquait qu'Emilie ait joué à sa fouineuse dans la boîte aux potins.  La question était : pourquoi le corbeau avait-il contacté Emilie?  Pourquoi Emilie l'avait-elle suivi? Connaissait-elle ce satané oiseau?  Était-ce important?                   

     

    XVI.  Tel est pris

     

    "Bien, revenons à nos moutons, parle-moi de ton emploi du temps depuis ce fameux jour où tu t'es disputé avec Emilie jusqu'à ce que sa disparition soit signalée."

     

    XVI.  Tel est pris

     

                          Julien s'appliqua, à nouveau, de bonne grâce, à répondre à toutes les questions.                     

                          Lorsque vint le moment de clore l'entretien, Julien signa sa déclaration, ...  

                  "Bien, je pense que nous pouvons nous arrêter, là.  Julien, je te reviens si j'ai d'autres questions.  Madame, merci pour le temps que vous nous avez accordé."

     

    XVI.  Tel est pris

     

                          ... Julien et Walter se toisèrent un long moment, chacun attendant de l'autre ce qui ne venait pas.

     

    XVI.  Tel est pris

     

                               Ce fut Julien qui craqua le premier et se lança.  La curiosité est un si vilain défaut, Julien.

                               "Je peux voir le mail reçu par Emilie?  ... du corbeau, je veux dire?"

                              Et contre toute attente et avec une simplicité déconcertante, Walter obtempéra.   A croire qu'il n'attendait que cela? 

                               "Tu vois, il est là.  Je ne peux plus accéder à son contenu mais l'adresse correspond bien, non?...  à celle utilisée hier par le corbeau pour son second message,... au sujet d'un certain Thomas, disparu lui aussi?"

     

    XVI.  Tel est pris                          

                       Julien observa sans rien commenter.  Vint alors l'accolade, peut-être un peu trop appuyée de l'inspecteur, l'invitation lancée sur un ton un peu trop précipité:

                         "Tu passeras ce week-end boire un cappuccino à la maison?  Ça fera plaisir à Carine?"

                          "Oui!  Bien sûr, je passerai, chef!"

     

    XVI.  Tel est pris

     

                       Après le départ de Julien et sa tante, Hol se laissa tomber dans le siège face à son bureau et s'exclama à ses deux collègues qui en silence lui faisaient reproche.

                          "Quoi?!"

     

    XVI.  Tel est pris

     

                           "Walter, t'appelles ça un interrogatoire, toi?"

                           "Non, mais c'est vrai: vous lui en avez dit plus qu'il ne vous en a dit, le gamin!" 

     

    XVI.  Tel est pris

     

                   Walter prit son air le plus innocent et surpris possible.

                   "Ah ouais?  Vous croyez?"

                   "Oh si peu, Walter.  Balancer des éléments de l'enquête...  Enfin, Walter! En même temps, ce n'est pas comme si on ne vous connaissait pas..."

     

    XVI.  Tel est pris

     

                       "Ou comme si nous ne savions pas que tu n'as pas digéré la note de ce matin décidant que l'affaire d'Emilie n'était plus prioritaire."

     

    XVI.  Tel est pris

     

                         Effectivement, Walter était furieux de cette décision.  Une gamine de seize ans disparaissait dans la nature et sous prétexte, ne nous leurrons pas, que cette fille n'intéressait personne, sa mère compris, on décrétait l'affaire non prioritaire; ce qui signifiait que plus personne ne travaillerait dessus.  C'était une honte!  Pauvre gosse...

                       Après un moment de réflexion, avoir observé intensément Hol , Eric s'écria:

                   "Je n'y crois pas!  Tu l'as fait exprès, tu as lancé ce gamin sur l'affaire...  Un gosse, Walt'! Un mineur!  Un civil!  Tu l'as manipulé et il a mordu à l'hameçon, le môme! Bon sang, Walt'!  'me dis pas que c'est vrai?!"

     

    XVI.  Tel est pris

     

               En fait si, c'était vrai: l'idée d'appâter Julien lui était venue ce matin lorsque Walter s'était souvenu de ce que son épouse, Carine, lui avait dit la veille, au restaurant à propos de Julien:

    " Il est remuant, il jappe beaucoup, il est têtu, quand il a un os, c'est impossible de le lui faire lâcher,..."

                    Alors, Hol lui avait jeté un os à Julien ou plutôt un oiseau, le corbeau... parce que l'instinct de Hol lui soufflait qu'il y avait un lien entre la disparition d'Emilie et ce corbeau; ce corbeau qui se disait en savoir long sur les disparitions des uns et des autres.  Si Hol en avait eu la possibilité, c'était de ce côté-là qu'il aurait fureté... C'était une piste bien plus sérieuse que Julien, enfin! Et puis... mince quoi!  Parfois aussi, après une nuit blanche, Hol pouvait devenir susceptible et nerveux et en avoir marre de courir après des gosses alors que d'autres s'en fichaient.

                                  Walter s'agaça du savon que lui passait son collègue:

                           "La ferme, Eric.  Fiche-moi, la paix, je ne te demanderai pas de me couvrir en cas de problème!"

     

    XVI.  Tel est pris

     

                                 Puis de toute façon, l'inspecteur Hol se trompait peut-être, peut-être n'y avait-il aucun lien?  De toute façon, Walter gardait un œil sur Julien.  Il n'y avait pas de raison que ça se passe mal, n'est-ce pas?

     

    XVI.  Tel est pris

     

     
    « XV. ThomasXVII. Duos croisés »
    Pin It

  • Commentaires

    9
    Lundi 6 Mars à 00:10

    Si seulement il savait....Si seulement il savait qu'il vient de lancer Julien dans une mission périlleuse.

    8
    Jeudi 18 Août 2016 à 10:47

    yes J'ai tout dévoré et j'ai adoré, tu nous mets dans une ambiance de folie de turpitudes de mensonges de coup bas et tu nous portes vers le bonheur l'amour de si belle façon , tes textes sont intelligents les caractères sont s'y bien étudiés , ils sont machiavéliques ou bien si pures, ils sont manipulateurs et si cordiaux, c'est du grand art le Lilas blanc à aussi une ombre.

    Je trouve l'ombre for présente encore ,quand aurons nous l'éclatante vérité sur la perfidie de ce groupe? 

      • Jeudi 18 Août 2016 à 11:50

        Merci beaucoup, Mich.  Chacun de tes mots me touchent beaucoup. ♥♥♥ Je travaille sur la suite, là.  Elle devrait arriver fin de semaine prochaine si tout va bien.  Mais le dénouement n'est pas prévu tout de suite. :)

    7
    Sakura5192
    Mardi 9 Août 2016 à 23:10

    Le seul truc qui pourrait mal se passer, serait que le Eric lâche le nom de Julien face à son fils en mentionnant l'enquête sur Emilie, et il risque gros le Ju... :/ (oui, je flippe ^^)

      • Mercredi 10 Août 2016 à 10:49

        Je pense que plus le temps passe et plus le risque devient élevé que Louis apprenne que Julien et Cassie sont ensemble.  Et évidemment ça risque de cause du rififi dans la tête de ce jeune homme qui n'est pas franchement le plus équilibré des garçons :/

        Merci beaucoup ♥♥♥

    6
    Mardi 9 Août 2016 à 22:54

    Woaw, tu as le don pour les dernières phrases qui nous font trépigner d'impatience et de curiosité! Comme toujours, c'était un beau chapitre très bien écrit, bravo!

      • Mercredi 10 Août 2016 à 10:48

        Oh merci beaucoup, PrincesseSey.  Ce chapitre m'a causé bien du souci.  Je suis contente qu'il t'ait plu.  La suite est en cours :o

    5
    Mardi 9 Août 2016 à 21:39

    Encore un bon moment de passé ! Et, est-ce que c'est voulu ?^^ J'avoue que je préfère l'inspecteur Walter Hol, plutôt que son collègue Eric Van Laer (un a priori aussi, c'est le père de Louis...).

    Bon, on verra bien par la suite si Julien arrive à trouver quelque chose sur ce corbeau.

    Et, c'est vrai que c'est dommage que plus grand monde s'intéresse à la disparition d'Emilie. Même si elle ne paraissait pas très sympathique, ce n'était encore qu'une gamine. 

    A suivre donc ♥♥

      • Mercredi 10 Août 2016 à 10:47

        L'inspecteur Van Laer est bien différent de Walter; autant en tant que flic qu'homme.  Je comprends qu'il te plaise moins.  Il est plus intransigeant, moins tolérant.  Il a plus de recul par rapport à son boulot (ce qui n'est pas forcément une bonne chose) et un regard différent sur les événements.  Le décès de la maman de Louis l'a changé et son côté carré ne laisse pas place à arrondir et contourner les angles.  En même temps, il n'a pas totalement tort, engager un jeune ado à se lancer à la poursuite d'un corbeau n'est pas forcément une idée très conventionnelle ni respectable en l'état.

        Je fais confiance à Julien, il a des ressources, ce jeune homme. :)

        Emilie a eu un parcours chaotique qui a donné une personnalité chaotique et surtout violente que Julia a utilisée.  Tout aurait pu être différent pour Emilie.  La vie, ce que l'on est c'est aussi les gens qu'on rencontre, je crois.

        Et merci ♥♥♥

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :