• XVIII. Miranda

     

    Même le lilas blanc a une ombre

    XVIII.  Miranda

     

               Il y aurait beaucoup à dire sur cette jeune fille qui cette nuit est entrée par effraction dans la maison de Laurine, de Justine et de Julien, qui comme un chat agile s'est glissée à travers les pièces, s'est assurée que la tante et la cousine dormaient profondément et est entrée, toujours sans un bruit dans la chambre de Julien.

                 Oui, il y aurait beaucoup à dire mais pas grand'chose qui concerne notre histoire.  Alors nous nous contenterons de raconter qu'elle a regardé un long moment notre ami Julien avant de se glisser dans un soupir à ses côtés, de serrer fort les paupières et de glisser dans le sommeil.

                  Par le bruit de cette respiration, par le parfum doux de roses qui avait envahi ses draps, Julien fut éveillé.

                  Il ne réalisa pas tout de suite que plus d'un an était passé, que ce corps allongé à ses côtés n'avait plus rien à y faire.  Il sentit juste sa gorge se serrer, une joie immense accélérer les battements de son cœur et, après avoir hésité, avoir gardé les paupières mi-closes pour la regarder un moment, il s'était  levé.

                  Elle n'avait pas changé.  Elle était telle que ses souvenirs la lui rappelaient.

                  "Miranda...", dit-il doucement.

                   La jeune fille a ouvert ses grands yeux, s'est levée avec grâce et son regard, égaré un instant et intense soudain s'est fixé sur lui.

                  "C'est moi", a-t-elle dit.  "Miranda Lol, dix en logique, dix en programmation, dix en jeux video et scorpion à ses heures."

                   Dans un mouvement rapide comme l'éclair, elle s'est jetée sur lui et l'a serré très fort contre elle.  Julien a souri malgré lui, la reconnaissant telle qu'il l'avait tant aimée.

                   "Je ne m'attendais pas à te voir..." 

     

                   "Je m'en doute; mais je ne réponds plus à un message quand je ne suis pas sûre de qui m'attend derrière son écran."

                     "Alors tu es venue..."

                      "Je n'étais pas si loin, alors, oui, je suis venue."

                     Julien n'en revenait pas, il ne s attendait pas à la voir débarquer en pleine nuit, chez lui.  C'était donc aussi simple que cela?  Il avait pensé qu'elle lui laisserait un message dans le dossier qu'il avait créé dans son ordinateur.  D'ailleurs, y était-elle entrée avant de débarquer chez lui, en pleine nuit?

                   "Oui, j'ai jeté un œil sur ton ordinateur.  Il est vide comme la gueule d'un loup qui dort... Enfin, ça, c'est quelqu'un qui ne te connaît pas qui dirait ça."

                    Euh non, Julien savait que personne ne ferait ce genre de comparaison sauf Miranda, bien sûr.

                  Il hésita un moment.  C'est ce qui était toujours pénible avec Miranda, ne jamais savoir comment agir.

                  "Tu vas bien?", finit-il par demander.

                   "Bien sûr.  Je crèche dans un super endroit pour le moment.  J'ai même un lit pour moi toute seule."

                    Cette remarque aurait pu paraître loufoque mais Julien sentit son ventre se serrer.  Pour Miranda, ce genre de détail était un tel luxe, là où d'autres, comme lui, jugeaient la chose naturelle.

                     "Tu as déjà tout dépensé?"

                      "Ah mais non, j'ai tout mis de côté, pour ma fille."

                      "Ta fille?"

                       "Oui, celle que j'aurai un jour.  Tu verras, elle aura une belle vie."

                    Julien lui sourit doucement.

                    "Je suis content.  Et comment va Harry?"

                     "Je ne sais pas.  On n'est plus ensemble.  Je n'ai plus eu envie de personne quand tu m'as larguée.  Je me suis forcée un temps puis, je suis partie.  Il vit à Riverview depuis neuf mois, il travaille dans une usine de traitement des déchets, là-bas, il a une petite copine qui s'appelle Esmé, il attend avec impatience de passer son permis camion."

                       Heureusement que Miranda disait ne pas savoir ce qu'était devenu Harry.  Julien grinça des dents, tentant d'échapper à la vision de Miranda et Harry enlacés derrière la maison alors qu'elle venait de quitter ses bras, à lui, quelques minutes plus tôt.

                      Miranda sentit la pression monter et doucement:

                   "Venons-en au fait.  Tu as besoin de moi. Vas-y, raconte."

                    Julien lui raconta alors, le corbeau, la disparition d'Emilie, le mail qu'il ne parvenait pas à identifier.  Bref, il fit un topo le plus court possible, le plus synthétisé possible; il savait qu'on perdait trop vite Miranda quand on entrait dans les détails.

                   "D'accord", se contenta-t-elle de dire.  "Le rapport entre ça et le dossier "escape" de ton ordi?"

                    Bon, elle n'avait pas fait que jeter un œil sur l'ordi.  Julien sourit.

                     "Tu l'as craqué?"

                     "Oui, trop facile, trop tentant.  Tu ne devrais pas laisser traîner ce genre de dossier si tu ne veux pas que je regarde quand tu m'appelles à l'aide."

                      "Je n'ai rien à te cacher."

                      "Plus rien, tu veux dire..."

                       Julien déglutit et acquiesça:

                       "Plus rien..."

                       "C'est bien, Julien.  Et donc?  Ce dossier?"

                        "Je ne sais pas s'il y a un rapport entre les agressions que tu as vues dans "Escape" et le corbeau.  C'est pour le corbeau que je t'ai appelée."

                        "D'accord", répéta-t-elle."Je vais le trouver ton corbeau."

                         "Ce ne sera pas simple, l'adresse mail est ..."

                          Miranda s'impatienta.

                          "Chuuut... ne dis rien.  Si c'était simple, tu l'aurais trouvé.  Si c'est compliqué, c'est moi qui trouve.  Contente-toi de me donner l'adresse mail."

                         Miranda sembla réfléchir un moment puis avec un reniflement de mépris, cracha:

                          "Je ne savais pas qu't'aimais les blondes, toi." 

     

                  Ainsi, Miranda continuait à l'observer à distance, donc, comme elle le faisait pour Harry et sans doute plein d'autres personnes dont il ne connaissait ni le prénom ni le visage.  Julien ne s'en offusqua pas.  Cela ressemblait tellement à Miranda. Il se contenta de rire:

                  "J'ai toujours préféré les blondes."

                  "Salaud... tu vas me le payer..."

                 Et comme l'enfant qu'elle n'avait jamais cessé d'être, Miranda se jeta sur Julien pour une correction de chatouilles bien méritées.

                      "Arrête, tu vas réveiller ma tante."

     

                     Miranda redevint sérieuse en une seconde.

                     "A ce propos, tu devrais dire à ta tante de changer de société de télésurveillance. On entre chez vous comme dans un moulin."

                      "Non pas "on", Miranda.  Tu.  Tu rentres partout comme dans un moulin."

                       Elle sourit en coin; ce n'était pas faux, elle le savait.  Puis d'une voix aussi dure qu'elle le put:

                        "Tu l'aimes, ta blonde, là, Cassie?"                       

                          Mentir ou ne pas mentir?

                          "Beaucoup plus que tu ne peux l'imaginer."

                          "Alors, c'est bien", sourit Miranda. "Tout est bien."

     

                         Elle se leva doucement.

                         "Je te reviens d'ici deux ou trois jours.  Laisse ton ordinateur allumé  entre quatre et six heures."

                        Julien la regarda quitter la chambre, sans un bruit, sans un regard en arrière.  Il avait été heureux de la revoir. Vraiment.

     

     

    « XVII. Duos croisésXIX. La main de Louis »
    Pin It

  • Commentaires

    4
    Vendredi 2 Septembre 2016 à 21:22

    ho Charmante Miranda, Insaisissable Miranda.... On découvre un autre pan de l'histoire de Julien, une autre facette de sa personnalité. 

    Cette jeune fille est vraiment très mignonne tout en étant inquiétante. Et le peu que tu nous livre sur elle me fait dire que le passé n'a pas dû être très rose pour ce petit bout de femme (elle me fait penser à Lisbeth Salander de Millenium). 

    Bref, un chapitre qui ne nous avance pas trop mais qui enrichit le passé de Julien. 

    Et si un jour, tu veux nous faire connaître d'avantage Miranda, je suis preneuse ;-). 

     

    Comme Pythonroux, j'ai hâte de connaître la suite :-)

      • Jeudi 8 Septembre 2016 à 10:35

        Oula, Lisbeth Salander est sans doute un de mes personnages préférés, je suis d'autant plus touchée par ton commentaire.

        Miranda reviendra peut-être dans d'autres aventures, qui sait?  C'est vrai que ça me plairait beaucoup :p

        Encore un tout grand merci ♥ et  la suite arrive très vite.

    3
    Pythonroux
    Vendredi 2 Septembre 2016 à 19:53

    Voilà une page de l'ancienne vie de Julien qui se réouvre, apparemment il s'est passé beaucoup de choses entre eux ;) et en plus elle semble beaucoup beaucoup plus doué que Julien avec un ordinateur ^^

     

    J'ai hâte de découvrir la suite

      • Jeudi 8 Septembre 2016 à 10:33

        J'avais oublié de répondre ici, pardon.  Oui, un fantôme du passé bienvenu, une aide précieuse pour Julien.  La suite arrive très vite.  Merci, Pytonroux ♥

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :