• XXIII. Olga

    Même le lilas blanc a une ombre

    XXIII.  Olga

     

                 Si Olga, la mère de Sarah, était une vieille dame qui avait toujours vécu seule; peu d'habitants de Windenburg jouissaient d'une telle renommée et n'était à ce point portés aux nues comme elle l'était.

                 Olga était une militante.  Une militante féministe qui avait œuvré sans relâche pour l'égalité homme, femme, autant dans la vie civile que professionnelle.  Elle avait, peut-être, sans état d'âme, profité de certains de ses atouts féminins, de sa grande beauté - dont avait hérité sa fille, d'ailleurs - pour parvenir, dans sa jeunesse, à ses fins auprès des grands hommes de la ville, mais n'en avait pas pour autant dénaturé son combat.

    OLGA

                 Sa fortune, immense qu'elle devait à ses parents industriels de la meilleure heure, profitait suffisamment à la cité pour qu'un tel événement que celui subi par sa fille et elle-même, cette nuit-là, ne mette le branle-bas de combat à tous les niveaux de la ville.  S'en prendre à Olga et à sa famille revenait à déclarer la guerre à toutes les institutions et le téléphone au commissariat et les pas des supérieurs n'avaient cessé de résonner partout, de toute la journée.  "Affaire prioritaire, priorité de toutes les priorités".  Cette agression, elle, ne serait jamais classée sans suite, c'était une certitude.

                    Mais ne nous y trompons pas, cette certitude plaisait à Hol qui malgré tout ne pouvait s'empêcher de penser que,  tant que le monde serait monde, il resterait toujours des gens plus égaux que d'autres, dans toutes les villes et villages, soient-ils ou non vaillants défenseurs des droits de chacun.

                    "A quoi pensez-vous, inspecteur?"

                     "A l'agresseur, Madame."

    OLGA

                    Hol avait lu, bien sûr, le rapport de police mais tenu malgré tout à rencontrer personnellement la mère de Sarah.  Lorsqu'il avait appris que la vieille dame avait quitté l'hôpital Simjoss pour récupérer quelques affaires, il l'avait sollicitée et obtenu cet entretien chez elle.

                      "Vos services et ma femme de ménage ont fait du beau travail.  Difficile à croire qu'il y a quelques heures, ici, ça grouillait de policiers.  Je ne suis pas encore retournée dans la chambre de ma fille...  Ce misérable doit payer, inspecteur!  Le serrurier est passé.  Mais quelle imbécile, je fais!  Pourquoi ai-je tant traîné à remplacer cette serrure?"

    OLGA

                          Hol et son collègue Eric Van Laer sont habitués à côtoyer des personnes victimes d'agression et ils savent tous deux que les déclarations des témoins sont souvent à l'image du tumulte dont est victime leur cerveau et leur vie.  Dix idées différentes émises à la minute est un processus normal; tout comme le mutisme peut l'être pour d'autres.

                        "C'est peut-être un hasard que l'agresseur soit tombé sur cette porte branlante mais je ne le pense pas. J'ai l'impression qu'il savait parfaitement par où entrer, ce misérable. Votre fils, Louis, m'a dit que votre épouse ne travaillait pas, inspecteur Van Laer.  Il est venu hier après-midi.  Ce n'était pas la première fois, je le voyais souvent ces derniers temps avec ma fille.  Pourquoi ne travaille-t-elle pas, votre épouse?  Louis m'a dit que vous profitiez de l'argent de votre défunte épouse."

                             L'air se chargea d'électricité.  

                          "Madame, je ne vois pas en quoi ce que mon épouse fait ou non vous regarde."

    OLGA

                    Hol releva un sourcil et coupa son collègue, le rappelant à l'ordre:

                    "Mon épouse non plus ne travaille.  Eric, tu n'avais pas un appel à passer?"

                 Van Laer sembla hésiter un instant puis en soupirant se leva et quitta la pièce.

    OLGA 

                        "Il est un peu sur les nerfs, votre collègue."

                       "Comme vous l'avez fait remarquer, Madame, votre fille est une amie de son fils.  Je pense qu'il ne devrait pas travailler sur cette affaire."

                       Hol était un homme franc et il disait toujours ce qu'il pensait, ce qui se vérifie ici et plut à la vieille dame qui lorgnait, d'un oeil peu amène, le dos d'Eric Van Laer qui s'installait sur sa terrasse. 

    OLGA

    OLGA

                 Olga revint à Hol, le scruta un instant.

                 "J'ai lu le rapport, Madame, concernant l'agression de cette nuit.  Mais je vous avoue que je suis persuadé que la personne qui s'en est prise à votre fille, en voulait - pardon, sans vous manquer de respect - spécifiquement à elle et non à vous.  Or, la majorité des questions que les agents de nuit vous ont posées concerne votre entourage à vous, proche, et les investigations de ce jour, à l'exception de la convocation de Ludovic Lorkem, ne tournaient qu'autour de vous.  C'est une erreur pour moi..."

    OLGA

                         "Je vois parfaitement ce que vous voulez dire, inspecteur.  Et je partage votre avis.  Je ne suis pas la cible de cette attaque." 

    OLGA

                   "J'ai besoin d'une liste complète des personnes que fréquente votre fille.  J'ai mené moi-même l'interrogatoire de Ludovic et je peux vous assurer qu'il n'est pour rien dans cette histoire."

                       "Je le sais et vous aurez cette liste."

                    "Je voudrais également votre autorisation d'interroger Sarah le plus tôt possible.  Je sais que vous avez refusé à ..."

                        Olga le coupa:

                  "Sur l'avis des médecins, inspecteur.  Ma fille n'est pas en état de répondre aux questions, elle est vraiment ..."

                        Sa voix se brisa mais Olga releva les épaules:

                      "Elle est vraiment dans un piteux état.  Il s'est acharné sur elle comme un possédé et moi, moi!  Quelle honte, je ne sais même pas combien de temps il m'a fallu pour appeler les secours!"

                        Walter encouragea Olga d'un sourire.  

                      "Cela vous a semblé long, Madame, mais en fait, il s'est passé très peu de temps, vous savez."

                      "Merci, inspecteur."

    OLGA

                             "Juste une chose encore, Madame, avant de partir, je voudrais que, si vous en avez la force, vous vérifiez qu'aucun des objets personnels de votre fille n'a disparu."

                             "Vous cherchez quelque chose de particulier?"

                             "Je ne sais pas exactement: un bijou, une photographie... quelque chose de personnel..."

                              "Un trophée?"

                           L'inspecteur Hol regarda la vieille dame intensément.  Elle avait parfaitement compris ce qu'il lui demandait.  Il acquiesça.

    OLGA 

           "Promettez-moi que vous mettrez ce malade hors d'état de nuire, Inspecteur."

    OLGA

                              "Nous le trouverons, Madame.  Ceci n'est pas une promesse, c'est une certitude."

    « XXII. L'ombreXXIV. Ils ne viendront pas, Yann »
    Pin It

  • Commentaires

    7
    Lundi 6 Mars à 14:54

    Eric me semble juste aveugle du tout au tout....

    6
    Vendredi 30 Septembre 2016 à 15:55

    Eh bien, on y est. Le petit grain de sable en la personne de Madame Olga. Une maman qui ne va pas lâcher prise si facilement. Et qui a peut-être quelque doutes quant à la personne qui s'en est prise à sa fille... A voir.


    Je crois que j'ai un gros coup de coeur pour Olga (en plus de Miranda^^). Peut être parce qu'elle est féministe et que la relation entre elle et sa fille fait raisonner quelque chose de très fort en moi ♥.


    Et puis bien sûr nous avons l'inspecteur Hol qui malgré ses airs discrets doit commencer à mettre ensemble certains indices (et si en plus, Julien vient le voir...).


    J'adore toujours autant ton écriture. En quelques mots, tu nous fais cerner le personnage... ou tu nous mets en doute. Vraiment bravo. Cette histoire tient vraiment en haleine.


    Je dépose ça là : ♥♥♥


     

      • Vendredi 30 Septembre 2016 à 16:12

        Olga est une femme forte, elle n'est pas n'importe qui.  Je l'aime beaucoup aussi :) et grâce à elle, il y a peu de chance que l'affaire soit étouffée.  

        Pour l'instant, Hol réfléchit, il a une idée précise de ce qu'il cherche.  Je pense qu'on tend tout doucement vers la résolution du mystère.

        Et merci merci à toi, encore ♥♥♥

    5
    sakura5192
    Vendredi 30 Septembre 2016 à 15:11

    Oh Louis à trouvé une nouvelle victime ? ou j'ai loupé un épisode ? ^^ je vais vérifier :p 

      • Vendredi 30 Septembre 2016 à 16:09

        La victime de Louis, c'était Sarah :(

        Plein de bisous, Sakura ♥♥

    4
    Vendredi 30 Septembre 2016 à 12:28

    yes

    Toujours aussi agréable à lire, et vraiment dense , j'aime,+++ tes textes sont profonds les sentiments sont si bien posés, on a mal aux tripes et l'angoisse est souvent présente, mais quand aurons nous la lumière du lilas!

    Olga est une femme courageuse , la lumière viendra t elle d'elle?

    Merci Eulaline pour cette histoire superbe ♥

      • Vendredi 30 Septembre 2016 à 13:02

        Merci à toi surtout de me lire, Mich ♥♥

        Ça ne se sent pas vraiment mais la lumière est au bout du tunnel :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :