• XXXIV. Hospitalité oblige

    Même le lilas blanc a une ombre

    XXXIV.  Hospitalité oblige

     

           "J'ai des infos, gamin.  Comme j'en avais assez de t'attendre, je suis passé.  Enfin, si les histoires d'un vieil homme t'intéressent toujours, bien sûr..."

     

    "Bien sûr, Monsieur Luigi, que vos histoires, comme vous dites, m'intéressent toujours.  Mais entrez, je vous en prie."

    Julien

    Après quelques salamalecs de circonstances:

    "Non, je  ne veux pas déranger ta famille, fils.  Je suis juste venu pour te parler."

    "Allez, Monsieur Luigi, on va passer à table.  Je vous en prie, ça me fera plaisir de vous avoir à manger et ma tante manque un peu de contacts sociaux.  Cela lui fera le plus grand bien de vous rencontrer.  Elle ne cesse de me seriner les oreilles qu'elle voudrait que je ramène plus d'amis à la maison."

    "Un ami, hein?  Je ne suis pas certain que ta tante apprécie ce genre d'ami..."

    "Dois-je vous emmener à l'intérieur à coups de pieds dans le derrière, Monsieur Luigi...?"

    Julien

    Bref, le vieil homme a fini, comme je le disais par suivre notre ami à l'intérieur.

    Comme annoncé, Laurine est  affairée à préparer le repas.

    Julien

    "Je vous en prie, Monsieur.  C'est un plaisir.  Vous voudriez peut-être vous débarbouiller un peu avant le repas?" 

    Julien

    C'est vrai que Monsieur Luigi ne sent pas la rose et que cette odeur pourrait sans nul doute incommoder ses hôtes.  Il accepte donc sans faire d'histoire.  Mais son oreille est attirée par le son d'une guitare.  

    Julien

    Et sur le chemin menant à la salle de bain, il s'arrête un instant.  Charmé par la musique, certes, mais surtout intrigué par la jeune musicienne. 

    Julien

    A force d'avoir ressassé des heures durant "ju', quel drôle de prénom pour une femme.  Ju' comme Jus d'orange..." et d'avoir repassé en revue toute l'après-midi de cette quasi sobriété, c'est sans doute aucun que Monsieur Luigi remet la jeune fille comme étant l'une des interlocutrices de la fameuse Ju. 

    XXXIV.  Hospitalité oblige

     

    Cette étrange jeune fille aux cheveux bleus...  

    C'était donc elle la fameuse cousine de Julien dont celui-ci lui a parlé.  Et par conséquent elle est donc la fille de cette charmante femme, Laurine, qu'il vient de croiser derrière les fourneaux.  

    Comme le monde est petit!  Et comme Monsieur Luigi se sent tout à coup particulièrement mal à l'aise. Le monde, le vrai monde et ses turpitudes, lui fait toujours cet effet-là.  

    A pas traînants, il entre dans la salle de bain.  Monsieur Luigi a l'habitude depuis plusieurs années de faire sa toilette tel un animal sauvage, à peine quelques poignées d'eau sur le visage...

    Julien

               ...et il se sent bien maladroit devant tous ces robinets.  C'est avec des gestes gauches qu'il enlève ses vêtements.

    Julien

    "Passez donc le peignoir, Monsieur Luigi, je lancerai une petite lessive avec vos affaires pendant le repas.  Vous les récupérerez tout propres tout à l'heure", lui crie depuis le hall la charmante Laurine.

    Monsieur Luigi grimace, s'impatiente quelque peu.  Il savait que c'était une mauvaise idée d'accepter l'invitation de Julien.  Il n'a pas envie de sentir la fleur, lui, Monsieur Luigi, et il tient à ses affaires.  Les nuits peuvent être bien plus fraîches que ne peuvent l'imaginer les gens vivant dans ce genre de belles demeures toutes douillettes.

    Julien

    Avec un grognement, Monsieur Luigi est sur le point de se relever et de se carapater sans demander son reste.  Mais la bonne odeur de cuisine lui chatouille les narines et fait grogner son ventre.  Des mois qu'il n'a plus eu un repas chaud!  Le vieil homme se décide alors  et presque avec hâte cette fois et un peu frissonnant, il se hâte de se débarbouiller.

    Pendant ce temps, Julien en a profité pour se brancher sur internet.  

    Julien

    Un peu tremblant, il veut voir si Cassie est connectée.  Ce n'est pas qu'il se sente mal par rapport à leur dispute.  Enfin, si bien sûr... un peu.  Mais c'est surtout que la colère est retombée et que soudain, avec une force qu'il n'aurait pu imaginer, il sent son ventre se tordre, crier famine: Cassie lui manque.  C'est débile, c'est bête parce que même s'il revenait en arrière, il dirait les mêmes phrases, les mêmes mots. Peut-être pas dans le même sens mais presque...  Et tout se finirait de la même façon.

    C'est à ce moment qu'une petite fenêtre s'ouvre sur son ordi.  Message privé reçu de عقرب 

     Un peu fébrile, Julien entre sur le forum "Simsdoc" et ouvre sa messagerie privée.

     "Hey!  Comment va?"

    Julien

    Miranda.

    Mentir ou ne pas mentir?

     "Bof"

    "T'as fait ton bourrin?"

    "Grave"

    "..."

    Julien réfléchit un instant puis pare au plus pressé.

    "Elle arrête tout.  Ne t'inquiète plus."

    "Ok."

    Un instant d'hésitation puis:

    "T'avais tout bon, pour tout."

    Julien 

    "Je m'en doutais."

    "Miranda, je m'inquiète pour elle."

    "T'es pénible, Julien.  Tu casses les pots et tu attends toujours que les autres les réparent à ta place.  Je t'avais demandé d'y aller mollo."

    "Désolé.  Je sais que je ne dois pas te demander ça."

    Quelques secondes passent, Julien se rend compte qu'il a oublié de respirer, inspire alors et arrive le message espéré.

    "Ok, m'en occupe"

    En ronchonnant, Miranda se déconnecte.  Et zut!  Elle va encore en avoir pour une plombe alors que son lit lui fait de l’œil, elle l'entendrait presque chuchoter son prénom tellement elle est fatiguée, Miranda.

    Julien

     C'est bon, pas le choix.  Dit c'est dit, elle s'en occupe.  En soupirant, elle rallume son ordinateur.   Alors?  Est-ce que le portable de Cassie est branché, est-ce qu'il émet?  Est-elle chez elle?  Entrer dans le serveur du fournisseur ... Un jeu d'enfant pour elle!  Ils devraient quand même revoir leur sécurité, ces bandes d'incapables.  Les épaules de Miranda se délient, ses yeux se froissent.  La chasse est ouverte: trouver Cassie, trouver Cassie. 

    Julien

     

     

     

     

    « XXXIII. Le maître du jeuXXXV. Elle est où, Cassie? Elle est où? »
    Pin It

  • Commentaires

    4
    Dimanche 4 Décembre 2016 à 21:41

    Tout comme Pythonroux, quand est-ce qu'il raconte Monsieur Luigi ? 

    Et cette petite Miranda me charme de plus en plus. Je l'aime ♥ happy

    Mais c'est vrai qu'il fait un peu "chier" Julien quand même. Il croit quoi ? qu'on peut recoller ce qui est cassé ? Des fois oui et des fois non... Bref, je suis un peu déçue de ce garçon. 

    j'ai lu la suite aussi et j'y ai laissé mon petit commentaire.

    Merci de ce petit moment de lecture. 

    (et ma petite vie IRL s'est arrangée. Une enfant malade, c'est pas du repos :/).

    Bonne soirée.

      • Lundi 5 Décembre 2016 à 10:00

        Merci Eulaline kiss.


        J'aime beaucoup la chambre de Miranda aussi. ♥

      • Dimanche 4 Décembre 2016 à 22:58

        Monsieur Luigi revient dans le chapitre 36.  Il est en cours.  Ça arrive début/milieu de semaine normalement.

        Julien s'est laissé porter par ses émotions et il a blessé Cassie.  Il en est conscient et s'inquiète.  Je comprends que Julien te déçoive, moi, je ne peux pas m'empêcher de comprendre ce qu'il a pu ressentir.  Aimer une personne comme Cassie, c'est compliqué.  :)

        Moi aussi, je l'aime, Miranda ♥

        Merci et heureuse que les choses s'arrange IRL.  Gros bisou de ma part à ta petite louloute ♥♥

    3
    Pythonroux
    Vendredi 2 Décembre 2016 à 18:41

    Mais mais mais, il est bien trop court ce chapitre ^^

    et puis, on sait toujours rien de ce que Monsieur Luigi a à nous raconter :(

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :