• XXXIX. Choisir c'est renoncer à l'innocence

    Même le lilas blanc a une ombre

    XXXIX.  Choisir, c'est renoncer à l'innocence

     

                    Un gémissement, un son craquelé rampant, sanguinolent a tétanisé Walter.  Un cri.  Un gémissement.  Un hurlement.  Tout à la fois.  La voix de sa femme, là, à quelques pas de lui.  Il est fou, il ne peut la voir.  Elle est blessée.  Elle est mourante.  Lola lui a raconté les coups qu'elle lui affligés, tous, en détail et les cris et les suppliques qui allaient avec, avant de la traîner dans la chambre.  Là, si proche, derrière cette porte d'où s'échappent les gémissements et les plaintes.

     Le monde tangue, les poings se serrent, l'air manque et la voix chantante de la gamine l'a cloué au sol.

                  "Un conseil, n'y allez pas."

    Choisir c'est renoncer

    Choisir c'est renoncer

                   Et alors que les sanglots rauques enveloppent Walter, que la colère, la peur, l'angoisse font la ronde au creux de ses reins, les mots de l'enfant posée devant lui chantent un requiem qu'il n'arrive pas à comprendre.  Choisir?  S'il court auprès de sa femme, la jeune fille disparaîtra et ne payera jamais pour les crimes qu'elle a commis, qu'elle a égrainé avec une froideur digne des pires tortionnaires.

                   "Emmenez-moi au poste et j'avouerai tout, le meurtre de Yann notamment..."

    Choisir c'est renoncer

                    Notamment!  Notamment!

                     "Allez voir votre épouse et je disparaîtrai, vous savez que vous ne me retrouverez jamais et porterez la marque de tous mes crimes futurs."

                     Crimes futurs!  Quel est donc ce démon qui lui fait face?

                     Walter pourrait assommer la gamine d'un coup, d'un seul, se précipiter auprès de Carine, appeler à l'aide.  Oui, Walter pourrait faire ça.  Mais s'il fait ça, Lola ne crachera rien, elle médira de lui, assénera au monde entier qu'il l'a battue après qu'elle ait voulu sauver Carine des coups de son mari.  On la croira et on ne croira pas Carine.  Walter ne l'ignore pas.

                      "Voyons, inspecteur.  Tout le monde sait qui est Carine.  Sa parole contre la mienne, ni même la vôtre ne vaut un kopeck.  Mes parents m'auront fait sortir et vous auront traîné devant les tribunaux si vite que vous n'aurez pas eu le temps de cligner des paupières."

                        C'est vrai.  Walter le sait.

                        "Allons, Walter, il faut choisir.  M'emmener au poste, je ne parlerai qu'à vous à condition que vous ne disiez rien de Carine.  Pas avant que je ne l'aie décidé."

                         "Tu veux que je sacrifie ma femme pour toi?"

                          Lola a ri.

    Choisir c'est renoncer

                           "Non, pas pour moi, votre femme contre mes crimes passés et à venir.  Ça vaut le coup, moi, je dis."

                            Le temps s'étire, le front de Walter est couvert de sueur, il frissonne comme un nouveau-né.  Il a froid, il a chaud.  Il bouillonne et pourtant se sent glacé.

                              "Elle se vide de son sang, Walter.  Bientôt, vous n'aurez plus le choix entre elle et moi."

                              Walter va vomir, c'est sûr.

                               "Tes parents auraient déjà choisi, n'est-ce pas, Lola?  Leur boulot plutôt que toi.  C'est ça le problème, n'est-ce pas?  C'est leur reconnaissance que tu cherches?  Tu es vraiment bête si..."                       

    Choisir c'est renoncer

                              Lola renifle, hautaine.

                              "Tic tac... tic tac...  Il n'est plus l'heure de jouer, Inspecteur, il est l'heure de choisir."

    Choisir c'est renoncer

     

     

                                      ****

                                    "Oh Cassie, bien sûr, je pourrais te répondre que c'était Sarah la cible, ce fameux soir, que sa mère, Olga, aurait payé des millions pour la récupérer.  Sa fortune est immense!  Et que tu n'étais que le bonus pour mes troupes.  Mais ce serait mentir, Cassie.  Ce serait mentir et réduire ma mission à brimborion.  L'argent ne m'intéresse pas tant que ça."

                                      Soudain, Julia s'emporte, fait de grands gestes.

                                       "Je suis l'ange de lumière, celui qui attire à lui les ombres et les avale!  Je suis le lumière toute puissante qui aveugle et rend le monde luminescent!  J'appâte les démons, les chérit, les nourrit, les aime, les dorlote, leur offre le sang, la violence et ensuite... Ensuite! "

    Choisir c'est renoncer

                                      Julia déglutit.

                                      "Je les avale tout cru et les envoie au néant!  Là où est leur place!  Je nettoie le monde des ordures, des mécréants, des cruels et des sans lois.  Je suis l'ange de lumière, celle qui sauve le monde."

                                      Elle sourit.

                                      "Enfin, à mon échelle...  Il me faudrait plus de moyen, plus de temps pour arriver vraiment à un résultat qui me satisfasse."

                                        Julia penche la tête sur le côté.

                                        "Non mais c'est vrai, mon ange, le monde est bien plus sûr depuis que Louis, Emilie, Yann et bientôt Lola n'y traînent plus.  Tu es d'accord avec moi, n'est-ce pas?  D'ailleurs, à ce propos, je dois te remercier.  Tu m'as bien aidée... C'est pour ça que..."

                                           Julia ménage son effet, jubilant à travers son regard froid.

                                            "C'est pour ça que je veux te donner une chance.  Non, je t'en prie, ne me remercie pas, je pense vraiment que tu as ce droit.  Tu as tué quand même deux démons et mis hors d'état de nuire deux autres.  Meuh oui, ne t'inquiète pas, Lola n'en a plus pour longtemps."

    Choisir c'est renoncer

                                             Cassie frisonne.    

                                              "Enfin, je dis que Lola n'en a plus pour longtemps si Hol fait le bon choix, évidemment.  On reste toujours tributaire du choix des autres, n'est-ce pas, Cassie?"

                                               Cassie ne répond rien.  Que pourrait-elle bien dire?

                                               "Alors, voilà, Cassie, je te dis tout.  Je t'offre une chance parce que je pense que j'ai une part de responsabilité dans cette ombre qui plane tout autour de toi, Cassie.  Je m'en veux un peu.  Normalement, après l'épreuve que tu as subie, tu devais brûler dans cette cabane.  Nul être humain ne peut sortir grandi de ce genre d'épreuves.  Je suis quelqu'un de généreux, je ne voulais pas te faire vivre ce que tu as vécu.  Tu aurais dû mourir le soir où tu t'es enfuie.  Vraiment, je suis désolée pour ça, Cassie."

    Choisir c'est renoncer

                                                    La langue de Julia frappe son palais et un sourire se dessine.

                                                    "Tu as remarqué cette bouteille sur la table, je suppose.  Elle contient un poison.  C'est moi qui l'ai fait", ajoute-t-elle fièrement. "J'ai quelques notions d'herboristerie, vois-tu. Bref... Nous sommes deux, Cassie, toi et moi.  Une bouteille de poison entre nous.  Le deal est simple, c'est moi ou c'est toi qui la bois cette bouteille et la bonne nouvelle, c'est ce que c'est toi qui choisis qui doit mourir aujourd'hui.  Oui, ce poison est mortel, j'ai oublié de le préciser."

                                                       Encore un sourire mais cette fois, c'est Cassie qui sourit.  Julia lui offre-t-elle sa vengeance sur un plateau?  Juste comme ça?  Cela serait donc aussi simple que cela?

    Choisir c'est renoncer

                                                      "Bon, évidemment, tu t'en doutes, ça ne sera peut-être pas aussi simple que cela."

                                                        Julia redresse les épaules.

                                                         "J'ai cru comprendre que tu tenais beaucoup à Julien.  Moi aussi.  Il est résistant, tenace, beau garçon et même s'il se tient sur le fil, pour le moment, il a l'air de vouloir résister aux côtés obscurs de la force.  Pour combien de temps?  Je ne le sais pas mais je suis intimement persuadée qu'un jour, il fléchira et qu'il sera un danger pour la société.  Bref, c'est pour cette raison que je pense qu'il peut être sacrifié."

                                                          Julien?  Pour la première fois depuis qu'elle est entrée dans cette cabane, Cassie sent son cœur s'emballer.  Sacrifier Julien?

    Choisir c'est renoncer

                                                          "Donc... concrètement, l'un de mes protégés est auprès Julien.  Il a insisté, tu comprends...  Bref, si je ne lui ordonne pas d'abandonner cette mission-là, Julien mourra.  Je ne donnerai cet ordre que si c'est toi qui prends ce poison.  Si tu décides que c'est moi qui dois mourir, alors Julien mourra aussi."

                                                            Cassie manque une respiration.  A aucun moment, elle ne se dit que Julia ment, qu'elle joue avec elle, que Julien est à l'abri.  Malgré elle, elle voit Julien dans une pièce pareille à celle-ci, la tête enfoncée dans un sac noir, les poignets et les pieds liés, en face de lui, un des protégés de Julia, prêt à le frapper en plein cœur et une voix hurle dans son crâne qu'il n'était pas au cours, Julien, aujourd'hui!                                                     

                                                               La respiration de Cassie s'est faite sifflante. Aller au bout de sa vengeance, sacrifier Julien ou renoncer.  Renoncer à tout et à sa vie.  Le choix est posé.  Le choix semble sans appel à Cassie qui frémit doucement.                                                          

                                                             "Qu'est-ce qui me dit que si je bois cette bouteille, vous ferez ce qu'il faut pour sauver Julien?"

    Choisir c'est renoncer

                                                              Julia sourit.

                                                               "C'est ça qui est beau, c'est ça qui rend le choix beau, c'est ça qui est merveilleux.  Si tu choisis de me voir mourir, tu sauras que Julien est mort par ta faute, ou tu choisis de mourir mais tu mourras avec l'espoir que je le sauve...  L'espoir, il n'y a rien de plus beau, n'est-ce pas, Cassie?  L'espoir et la confiance."

    Choisir c'est renoncer

     

    ****

                         "Sortez de ma chambre, vous n'avez rien à y faire."

                          La voix de Justine est plus tremblante qu'elle ne l'aurait voulue mais la panique s'est emparée d'elle.  Monsieur Luigi, un peu vacillant sur le bord du lit, le sourire en coin, ne bouge pas.

    Choisir c'est renoncer

                           "Je t'ai écoutée jouer de la guitare hier.  Tu es très douée."

                            Monsieur Luigi sourit.

                            "Je connais quelques bons coins au parc qui rapportent bien.  Je pourrais te les montrer et en échange, on ferait fifty fifty."

                             "Fifty fifty?" répète Justine un peu abasourdie.

    Choisir c'est renoncer

                              "Oh et bien oui, vu ma situation, je ne crache pas sur quelques piécettes, si tu vois ce que je veux dire.  Bon évidemment, si tu savais chanter en même temps que jouer, ça rapporterait plus. Mais tu chantes peut-être comme une casserole?"

                                "Ah mais non", s'insurge l'adolescente, je faisais partie d'un groupe et je chante très bien aussi."

                                 "Pourquoi t'as arrêté?"

                                  "Maman m'a obligée, mes notes n'étaient pas suffisamment bonnes pour elle."

                                  "Et tes notes se sont améliorées?"

                                   "Non."

                                   Monsieur Luigi rigole dans sa barbe.

                                    "Tout le monde ne peut pas être doué pour les études."

    Choisir c'est renoncer

                                    "Ce n'est pas ça!"

                                     "Ah bon?"

                                     "Je ne vois pas pourquoi je me plierais à la volonté de ma mère!"

                                      "Alors tu préfères te punir, t'empêcher de refaire de la musique avec ton groupe plutôt que donner satisfaction à ta mère.  Je vois."

                                        "Vous ne voyez rien du tout!"

    Choisir c'est renoncer

                                        Monsieur Luigi se lève et domine cette fois Justine de toute sa hauteur.

                                         "Ecoute, fillette, je suis peut-être un pauvre hère, un homme qui n'a rien à perdre, avec une moralité bien en-dessous de la moyenne et surtout aucun fond gentil ou sympathique. Tout ce que je fais c'est par intérêt, pour avoir ma gnôle, je ne m'en cache pas.  Je te méprise autant que tu me méprises et que tu te méprises.  Je n'en ai rien à faire de toi ou de ta mère.  Vous ne m'êtes rien et vous me croiseriez dans le parc vous ne me remarqueriez ni l'une ni l'autre.  Je n'existe pas pour vous tout comme vous n'existez pas pour moi.  Je m'en tape que tu en veuilles à ta mère, que tu juges que ta vie ne vaut pas d'être vécue.  A ce sujet, ce n'est sûrement pas moi qui te dirais l'inverse.  Mais!..."

    Choisir c'est renoncer

                                        Monsieur Luigi vacille un peu, ivre.

                                         "Mais je vois des choses.  J'ai vu les trois bouteilles sur ton bureau et expérience de soûlard, je sais que ce n'est ni du jus de fruit ni du bon vin.  J'ai compris ce que tu voulais en faire et je n'en ai rien à battre.  Je suppose même que ce poison vient du même endroit que celui qu'a bu ce petit roux, là, l'ami de ton amie, Ju."

                                        On perd un instant Monsieur Luigi.

                                         "Ju comme jus d'orange, c'est vraiment bizarre comme prénom pour une bonne femme."                                 

    Choisir c'est renoncer

                                          Puis le vieil homme retombe sur ses pieds.

                                          "Mais 'y a trois bouteilles de cette merdouille, là.  Une pour ta mère, une pour toi, je suppose et la troisième, je devine que c'est dans le gosier de mon pote, Julien, que t'as décidé de le vider.  Alors que les choses soient claires, gamine.  Je peux renoncer aux piécettes que tu me rapporterais avec ta musique mais je ne renoncerai pas à mon pote.  Je l'aime bien ce petit."

                                           Monsieur Luigi sourit.

                                           "Sûrement parce qu'il m'amène de la bonne ..."

                                             Monsieur Luigi se passe la langue sur ses lèvres sèches.

                                             "Alors, je vais te dire ce qu'on va faire.  Tu vas prendre ces trois bouteilles et le verser directement dans le cabinet de toilettes avant de tirer la chasse devant mes yeux ébahis."

                                             "Et sinon?"

                                              Les muscles de Monsieur Luigi se tendent, se crispent.

                                              "Il n'y a pas de sinon, Justine.  Dans la vie, tout n'est pas question de choix." 

    Choisir c'est renoncer

     

    ****

                          Trouvées. 

                          Il n'avait pas fallu plus de vingt minutes à Miranda pour induire et conclure des traces et articles contenus dans l'ordinateur de Julia l'endroit où elle devait avoir emmené Cassie.  Si tu veux connaître quelqu'un, allume son ordinateur ou son smartphone.  Vu que le smartphone n'était pas disponible ...  Une cabane.  Dans la région des lacs.  Miranda sent un picotement d'impatience grimper le fil de sa colonne vertébrale.  L'impatience.  La soif.  La traque.  Elle sourit aux anges.  Calme et concentration.  

    mi

                                       Tel un félin, Miranda se déplie, allume son portable et appelle Julien.

                                        "T'as Hol?" 

    mi

                                       "Je suis en chemin pour chez lui.  Il paraît qu'il est rentré ...  S'il n'est pas là, Carine arrivera sûrement à le joindre, elle.  Et toi?  T'en es où?"

    mi

                                     "Trouvées.  Région des lacs.  Je t'envoie les données gps quand j'y suis.  Viens avec Hol", insiste encore Miranda.  

                                              "Miranda..."

                                            Mais déjà la jeune fille a raccroché.  

                                            Le temps presse, l'excitation monte encore d'un cran.  

    mi

                                           D'un geste doux, presque tendre, elle caresse le manche de son Blackhawk, à l'abri, et facile d'accès, à gauche sur sa hanche.  Immédiatement, une sensation d'apaisement l'envahit.  Un sourire... pourvu que Julia ne lui laisse pas d'autre choix...  

    mi

                                         

    « XXXVIII. Petit à petitXL. Une vie pour une autre »
    Pin It

  • Commentaires

    3
    sakura5192
    Samedi 24 Décembre 2016 à 16:55

    merci encore pour ce chapitre, et bonnes fêtes à toi <3

    2
    Pythonroux
    Vendredi 23 Décembre 2016 à 17:58

    Trop trop cool ce chapitre, j'aime beaucoup les choix de chacun ;)

    surtout celui que propose Monsieur Luigi ^^

    1
    Vendredi 23 Décembre 2016 à 15:00

    Bon, en premier lieu, je suis contente d'avoir la suite avant de partir en vacances :-)...

    ... Mais je suis frustrée par la fin.. En même temps, tu nous avais dit que ce n'était pas encore la conclusion. Je vais donc prendre mon mal en patience. Mais je me demande au prochain chapitre qui sera encore là et qui n'y sera plus.

    J'ai peur que Cassie boive la bouteille de poison avant l'arrivée de Julien et Miranda, faisant le triomphe de Julia.

    Quand à Lola.... Que ne puis-je dire que ce n'est qu'une petite pourriture ? Comment Walter va t'il pouvoir sortir de ce dilemme ?

    J'ai retenu une phrase de Monsieur Luigi : " ...Dans, la vie tout n'est pas question de choix." Il a tout a fait raison. Parfois, le choix tu ne l'as même pas, tu dois subir. Justine va t'elle revenir à la raison ?

    Miranda me plait de plus en plus (je crois te l'avoir déjà dit, hein ? ^^). Tu as su parfaitement dosé le caractère de la jeune fille, en nous donnant un aperçu de sa personnalité, mais sans rien trop dévoilé... Elle a l'air fragile, mais en même temps si forte et sachant très bien où elle va.

    Je suis sur des charbons ardents mais je patienterais, en m'imaginant les pires scénarios les uns après les autres...

    Mais en attendant, il y a des fêtes à préparer. J'ai une petite fille qui va vraiment découvrir cette année la magie de Noël et j'ai hâte de voir sa figure s'illuminer devant le sapin. Revenir aux essentiels des fois cela fait du bien.

    Je te souhaite de belles et douces fêtes de fin d'année avec tes proches Eulaline ♥♥♥

    (et j'espère de jolies histoires pour 2017^^).

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :