• XXXVII. Demain est là

    Même le lilas blanc a une ombre

    XXXVII.  Demain est là

     

               "Monsieur, j'essaie juste de découvrir c' qu'il est arrivé à votre fils.  Très franchement, je doute qu'il se soit bêtement, comme vous dites, suicidé..."

    Hol

              Walter a lu le rapport d'expertise concernant le suicide présumé du jeune Yann.  Ses soupçons n'en sont que renforcer.  Aucune trace adn, aucune trace papillaire...  Le ménage a été effectué très consciencieusement autour de la dépouille du jeune homme, dans un repaire pour jeunes qui auraient dû comporter autant de traces que dans une cour de récréation; même le verre vide ayant contenu le poison ingurgité par le jeune homme a été nettoyé.  Quelqu'un qui décide d'en finir avec la vie, prendrait-il soin de laver son verre?    La réponse est non à quatre-vingt dix huit pour cent. Et qu'en est-il du flacon qui avait dû contenir ledit poison?  Nulle trace.  Nulle part.  Cela n'avait aucun sens sauf si Walter se met à considérer la mort du jeune homme comme un homicide volontaire ou... involontaire... ou non assistance à personne en danger.

             Lola, la jeune fille ayant donné l'alerte est donc en tête des suspects sur la liste bien pauvre en noms de Walter.

               Pourtant, à entendre le discours méprisant du père, il ne semble pas évident d'imaginer qu'une jeune fille comme Lola ait pu fréquenter Yann.

                 "Une sale petite bourge...  jamais entendu parler.  De toute façon, Yann n'aimait que les garçons.  C'était peut-être la seule qualité de ce petit morveux.  Ah!  Ça, c'est bien son style à ce moins que rien de lâchement en finir avec la vie.  Je ne vois pas ce que vous venez chercher ici de plus."

    Hol

                 Pour un peu, le père aurait craché aux pieds de Walter.  Cela fait déjà un bon quart d'heure que Walter se retient de lui coller un pain dans la figure à ce bonhomme.

    Hol

                  Avec un sourire crispé, Walter fait signe à sa collègue qu'ils en ont terminé.  Ils se lèvent, sortent de la maison.  Néanmoins, arrivé au bout du chemin, Walter rit:

                    "J'ai oublié mon stylo, je reviens..."

    Hol

                    A grandes enjambées, Walter fait demi tour.  Le père de Yann semble surpris.

                    "Vous avez oublié quelque chose, inspecteur?"

                     Walter acquiesce.

                      "Vous avez quatre enfants, c'est ça?"

    Hol

                       "Oui, ils sont à l'école."

                      Walter sourit.

                 "On m'a transmis plusieurs rapports racontant que vos petits ont souvent des accidents nécessitant des soins."

                        Le père lève la main et les yeux au ciel.

                         "Ils arrêtent pas de tomber ses morveux..."

                        "Votre épouse aussi, apparemment, d'après son dossier à Simjoss..."

                          L'homme se rengorge.

                          "Des bandes de maladroits.. je ne suis pas gâté, c'est sûr."

                          Le regard de Walter se durcit.

    Hol

                         "Ecoutez, voilà, ce qu'on va faire, Monsieur, s'il y a encore un seul rapport de médecin qui fait état de fracture ou d'hématomes, un seul rapport d'instituteur ou éducateur social qui atterrit sur mon bureau concernant un seul de vos enfants ou votre épouse, une seule plainte d'un voisin pour cris, une seule rumeur de pleurs entendus chez vous, je vous envoie une patrouille bien particulière, si je ne peux pas moi-même me déplacer.  Oui disons que je choisirai finement ceux qui débarqueront chez vous pour vous embarquer et me débrouillerez, croyez-le bien, pour vous faire enfermer, par mégarde, dans une aile où les détenus n'apprécient que très peu ceux qui s'en prennent aux enfants."

    Hol

                               "J'entends bien?  Vous m'accusez de ...?  Vous me menacez?"

    Hol

                                "Je pense que vous avez bien entendu et compris ce que je vous disais, Monsieur.  Mais je ne vous accuse de rien, je vous conseille juste de veiller à ce qu'aucun membre de votre famille ne tombe plus jamais, ne se prenne plus une porte ou un rebord de lavabo sur le coin du nez.  Et ce n'est pas une menace, Monsieur.  Je n'aime pas les menaces.  Ce serait plutôt une promesse.  Oui, considérez cela comme une promesse."

                                 Il n'y eut un instant qu'un râle, un poing serré puis un sourire encore de Walter.

                                 "Belle après-midi, Monsieur."

    Hol

    Hol

                                  "Tu as retrouvé ton stylo?"

                                   "Non, j'ai dû l'oublier ailleurs.Allez,on se presse.  Le juge nous attend pour la commission rogatoire.  J'aimerais bien enfin obtenir la liste d'appels qu'a passé cette Lola au moment où Yann est entré dans ce repaire." 

    Hol

                                

                                  A l'heure où Walter court à la voiture, pressé d'arrivé au palais de justice, Lola, justement, frappe à la porte de chez lui.  C'est Carine qui l'accueille.

    Hol

                                    "Oh Lola, bonjour!...  Tu n'es pas à l'école?"

                                     "J'ai fini plus tôt aujourd'hui.  Vous m'aviez proposé un cappuccino, la dernière fois..."                                

    Hol

                                       Carine a souri.

                                      "Bien sûr, entre donc." 

    Hol

                                       Quant à Julien et Miranda, ils se chamaillent dans l'entrée de la maison de Julia Foison.

                                  "J'aimerais bien que tu arrêtes de prendre l'habitude de me siffler comme un chien, Julien.  T'as de la chance que je sois venue.  Je n'aime pas entrer chez les gens en pleine journée..."

    Hol

                                      "T'es comme les vampires, tu sors au coucher du soleil mais wèsh quoi, avec Julia dans la place, j'ai jugé que ce serait plus compliqué... là, elle est au lycée."

                                         "Bon, on cherche quoi?"

                                          "Je ne sais pas..."

                                           "Hé!  Zut, Julien, t'es vraiment pénible" , finit par sourire Miranda.

    Hol

                                        Miranda s'installe à l'ordinateur de Julia tandis que Julien repère une porte.  Ce doit être la porte de la cave. 

    Hol

     

                                             Cassie, elle, attend dans le couloir du lycée.  Elle est fatiguée, lasse; mais la présence rassurante de Ludo qui ne la quitte pas, la réconforte et l'aide à ne pas se laisser complètement aller.  

    Hol

              Julia Foison apparaît, soudain:

               "Cassie, je viens d'avoir un appel de ta maman... au sujet de ta mamie... je dois t'accompagner."

    Hol

                                                Ludo fronce les sourcils, semble hésiter mais Cassie le regarde doucement, tendrement, rassurante; ...

    Hol

    Hol

                                               ...alors, il laisse, sans un mot, Cassie partir avec  Julia.  Ce n'est que plus tard qu'il se demandera pourquoi Cassie n'a pipé mot, justement.  Même pas une question à Julia sur l'état de sa grand-mère; comme si elle savait déjà, comme si elle avait compris immédiatement...  N'avait-elle pas souri, d'ailleurs, pour la première fois de la journée? 

    Hol

                                                               Justine est passée par l'infirmerie, a prétexté un mal de ventre imaginaire et est rentrée chez elle, avec l'aval de l'infirmière.  Très doucement, elle  a posé les trois flacons que lui a donnés Julia.  Un pour Laurine.  Un pour elle.  Et un pour Julien.   

    Hol

     

    « XXXVI. En attendant demainXXXVIII. Petit à petit »
    Pin It

  • Commentaires

    7
    Mercredi 14 Décembre 2016 à 07:01

    Et demain sera un autre jour peut-être, pas pour tous , je pense, pour certains il semble s'arrêter.

    J'aime vraiment cette histoire, j'aime la densité des émotions qu'elle entraîne, j'aime la complexité et l'ambivalence , entre la pitié, compassion, colère , rage, tout n'est pas blanc tout n'est pas noir.

    Merci pour ce beau moment avec Cassie et Julien ♥

    Je persiste à dire que tu devrais le faire imprimer en livre ♥

    yes

    Belles fêtes de fin d'année .

      • Mercredi 14 Décembre 2016 à 10:59

        Merci à toi surtout, Mich ♥  Je te souhaite à mon tour, à toi et tous ceux que tu aimes de merveilleuses fêtes de fin d'année.

         

        Quant à ta suggestion de faire imprimer Le lilas en livre, je suis vraiment très touchée.  Merci infiniment pour ce compliment, mais j'ai déjà des lecteurs de qualités, ici et sur le forum des Sims, qui me comblent et me donnent l'envie de continuer à m'amuser et à partager mes petites histoires.  C'est l'essentiel pour moi ♥♥

    6
    Pythonroux
    Vendredi 9 Décembre 2016 à 21:39

    Ben elle est où la fin de demain ???? on est pas déjà à la fin de la journée là si ????

    il me manque encore plein de choses à découvrir et vivre là ^^

     

    vivement la suite même si je la sens pas bien du tout ;)

      • Samedi 10 Décembre 2016 à 10:35

        Oh je suis désolée, je suis encore obligée de présenter ce lendemain de façon morcelée :ggrrr mais promis, je fais au plus vite pour la suite.  Merci beaucoup, @Pythonroux ♥♥

    5
    Vendredi 9 Décembre 2016 à 15:59

    Ah oui, je compatis pour la mise en place  et la mise en situation. je m'en rends compte avec "Singularité". pas facile à manoeuvrer ces petits sims. Et quand en plus, ils ont des envies... ^^

    4
    Vendredi 9 Décembre 2016 à 14:27

    Bon, en tout premier lieu, chapeau pour le suspens ! Tu t'améliores encore plus sur ce point là ! (mais pas pour mes nerfs ! lol).


    J'avoue, j'ai peur pour la suite : que vas t'il se passer pour Cassie, Karine, Julien ainsi que pour sa tante ? Vu la réfléxion de Ludo, je me dis que cela ne va vraiment pas bien se terminer. Et, en même temps, cela semble tellement logique... les deux femmes (Julia et Lola) sont acculées et elles attaquent...


    Je vais me répéter, Walter est mon héros. Quel homme ! Il a tout pour lui.


    Miranda et Julien : chamaillerie de vieux couple, c'est l'effet que cela m'a donné. Mais on ressent bien le lien très fort entre eux.


    Je n'ai plus qu'à attendre la suite en mordant les doigts. Ne nous fais pas attendre trop longtemps s'il te plait. Bien ou mal, le plus dur c'est l'incertitude ! (Bon, après tu as ta vie aussi, hein^^).


    Et sinon, hors-sujet : as-tu une idée d'une autre histoire aussi prenante ? he.


    Ah oui, aussi : j'aime beaucoup le lycée que tu as créée. L'ambiance est très bien rendue. ♥


    Toujours en admiration devant ton histoire ♥♥♥

      • Vendredi 9 Décembre 2016 à 15:49

        Merci merci! ♥

        Tout le monde (ou presque) est en danger :/  Forcément, la confrontation Cassie/Julia risque d'être "particulière" au vu de la personnalité de Julia et du désespoir, de la lassitude de Cassie.

        Walter est une belle personne, je l'aime beaucoup ♥

        Miranda et Julien s'aiment beaucoup et se connaissent bien, c'est ce qui crée ce lien entre eux.  Ils sont amusants quand ils sont tous les deux.  

        Je vais essayer de faire au plus vite; mais ce qui me prend le plus de temps, c'est la mise en place.  La complexité réside pour l'essentiel de la simultanéité des événements.  Ce n'est pas évident, pour moi, à rendre.

        Merci pour le lycée :)

        Quant à une prochaine histoire: pffiou... j'ai plein d'idées mais il faut voir où ira mon envie.  Après le lilas, je vais peut-être me lancer dans une histoire à l'eau de rose :D  Ça me changera :D

        Et encore merci merci ♥♥

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :