• XXXVIII. Petit à petit

    Même le lilas blanc a une ombre

    XXXVIII. Petit à petit

     

                "Miranda..."

    Chez Julia 2

               La voix de Julien parvient voilée à la jeune fille qui penchée sur l'ordinateur de Julia sursaute et relève la tête.  A pas pressés, saisie par une urgence qu'elle ne comprend pas, elle le rejoint.  Les images s'impriment, en ralenti, séquences coupées comme les pièces d'un puzzle qui s'assemblent dans son esprit par morceaux.  Un pied de micro, la musique qui s'écoule d'un haut parleur et des urnes posées sur des socles.  

    Chez Julia 2

    Un frisson, une nausée...  Il ne faut pas attendre longtemps que le malaise la saisisse, que son regard s'égare.  Avec douceur, lenteur, Miranda s'agenouille.  Un frisson glacé la parcourt de haut en bas et de bas en haut.

    Chez Julia 2

     Ses propres fantômes se mettent à tournoyer autour d'elles, volutes blanches et froides, se confondant avec les prénoms gravés au bas des urnes: "Emilie" "Thomas" "Ludivine" "Annie" "Gaël"...

                 Miranda a compris.  Julien avait déjà compris.  Oui, les deux adolescents ont compris ce qu'ils voyaient et la terreur a pris possession d'eux, centimètre carré après centimètre carré, en même temps que leur peau se hérisse, les laissant pantelant et frissonnant, en même temps que leur conscience refuse ce qu'elle perçoit.

                     "Bon sang..."

               Et dans un même élan de réconfort, les deux adolescents se pressent l'un contre l'autre, s'empêchant mutuellement de crouler sur le poids de leur découverte, empêchant un même cri d'effroi de passer leur bouche et cracher ce goût de sang, de fer qui a envahi leur gosier.

    Chez Julia 2

                  Leurs regards se perdent l'un dans l'autre, tentant de saisir cette étincelle d'humanité qui semble avoir disparu, tentant de laisser leurs pensées se créer un passage, refusant encore l'évidence.

                      "C'est quoi, ce mausolée?"

    Chez Julia 2

                       Mais tous deux ont déjà la réponse.  Ils ont compris.  Ils savent.  Ils comprennent.  Ils s'écartent, se regardent encore, respirent douloureusement, le ventre serré par un même malaise.

                        Miranda est de ceux qui contrôlent tout, toujours, qui une fois passée la barre vacillante de l'angoisse revient au monde, réactive, prête à l'action  La peur, elle a appris à la canaliser, à la projeter.  Il en est de même avec la terreur.  Bien sûr, ce n'est pas un don, c'est une discipline que les événements lui ont imposée et sur laquelle elle a travaillé dès son plus jeune âge, ne pas se laisser envahir par le stress, maîtriser, bouger, réagir pour ne pas mourir, obliger son cerveau à ne pas se languir.

                               "Il faut trouver Cassie, Julien", dit simplement la jeune fille, le regard toujours perdu dans celui de Julien.

    Chez Julia 2

                                "Cassie?"

                                 "Oui, Cassie."

                                 Miranda se garde bien d'ajouter: "s'il est encore temps" .  En effet, en consultant le planning de Julia sur son ordinateur, quelques minutes plus tôt, elle a lu que l'après-midi était réservée à Cassie Holporth.

                                   Julien ne questionne pas son amie, il se saisit de son portable.

                                   "Elle ne répond pas.  Elle devrait être sur le chemin de chez elle."

    Chez Julia 2

                                  "Essaye Ludo."

                                    "Ludo?  Cassie ne le voit plus depuis un petit temps.  Je suis sûr qu'il ne sait pas où elle est.  Et puis d'ailleurs, comment tu connais Ludo?"

                                    Miranda soupire.

                          "J'ai dit : essaye Ludo.  Et grouille tes puces, on doit déguerpir.  Julia peut revenir à tout moment."

    Chez Julia 2

                                    "T'as de la chance que j'ai le numéro de Ludo."

                                     "Dépêche..."

    Chez Julia 2

                                      "Julien?... Ecoute, je suis désolé mais je n'ai pas à me justifier... Comment?  Euh non, je pensais que tu ...  Cassie?  ...  L'éduc' est passée la chercher avant le cours de math.  Il y a un problème avec sa grand-mère.  De quoi?  Ben oui, elle est partie avec elle." 

    Chez Julia 2

                                         Julien raccroche.

                                         "Cassie est avec Julia."

                                           "Appelle Hol."

                                            La voix de Miranda est sans appel et cette fois, Julien s'exécute sans râler.

                                            "Il ne répond pas non plus..."

    Chez Julia 2

                                           Miranda grimace. 

                                          "Il faut bouger!"

    Chez Julia 2

                                           Miranda inspire bruyamment par le nez: un plan, il lui faut un plan.

                                      "Julien, je vais attendre ici, des fois qu'elle ramène Cassie.  Je suppose qu'elle veut compléter sa collection, cette tarée.  Toi, tu vas me chercher Hol."

                                          "Julia est allée chercher Cassie avant le cours de math, elles seraient déjà là si Julia avait décidé de l'amener ici."

                                         Miranda acquiesce; évidemment!  Quelle cruche, elle fait!  Parfois, Miranda s'agace vraiment.

                                            "Ok, je trouve Cassie et toi, tu trouves Hol."

                                             "Il est peut-être au poste...?"

                                        "Ou chez lui, je n'en sais rien.  Enfin, Julien!  Bouge, je te dis.  Appelle le poste, va chez lui, je m'en fiche mais trouve-le!  Je t'appelle dès que je sais où Cassie et Julia sont."

    Chez Julia 2

                                           "Tu vas faire comment?"

                                            "Tu penses que c'est vraiment le moment que je te donne un cours de repérage?  Julien, respire, va trouver Hol et moi, je trouve Cassie."

                                             Sur le point d'obéir, Julien frissonne.  Il saisit le regard de Miranda.

                                               "Miranda... promets que si tu trouves Julia..."

    Chez Julia 2

                                               "Non, non, non", supplie silencieusement Miranda.  "Ne prononce pas ces mots-là, Julien."

                                                "Je t'appelle, je promets."

                                                 Mais Julien connaît Miranda et il insiste.

                                                 "Neutralise-la mais ne lui fais pas de mal, ok?  Elle doit payer, Miranda.  On est d'accord?"

    Chez Julia 2

                                                  "Non, bien sûr que non, on n'est pas d'accord", crie silencieusement Miranda.  Mais avec immensément de tendresse, se coule dans les bras de Julien.

                                                   "Trouve Hol et attends mon appel.  Tout ira bien.  Je vais les trouver et ... tout ira bien."

    Chez Julia 2

                          "... Oui, tout se passera bien."

                          Miranda sent les épaules de son ami se détendre, ça va aller.  Il faut que ça aille sinon elle le perdra et ça, c'est inimaginable pour elle.

    ***

     

               Walter a essayé de sonner sur le portable de Carine mais est tombé, trois fois de suite, sur la messagerie: "Je ne peux répondre à votre appel.  Laissez-moi un message, je vous rappelle dès que possible."

    Carine

                              Pourquoi Walter ne parvient-il pas à se dire que ce n'est pas grave?  Que Carine doit être dans son bain ou est partie se promener sans prendre son portable?  Pourquoi cette sensation désagréable, proche de la nausée, ne le quitte-t-elle pas?

    Carine

                                Cette pointe au niveau de la poitrine qu'il a ressentie au premier appel s'est muée en une lacération progressive de ses organes vitaux.  

                                  La jalousie.  

                              Ce sentiment fou qu'il pensait avoir sous contrôle s'éveillera donc toujours?  Quoiqu'il fasse pour le contrôler?  

                                    Walter tente encore de se réconforter, de se maîtriser, de se raisonner.  Penser à autre chose, chasser l'image de Carine étourdie de passion dans les bras d'un autre.  

                                   Walter soupire,  se maudit soudain pour toutes les heures qu'il passe éloigné d'elle, tous ces moments à deux qu'il leur fait rater.  Il imagine la solitude de Carine, il la voit, il la sent et là, un beau brun passant par là, une main qui se pose sur celle si douce de sa femme... Non.  Non.  Non!

    Carine

                                           Énervé, Walter se lève et en essayant de ne pas trop se presser décide qu'il doit agir avant de devenir fou.  Il se dirige vers la consigne, se défait de son arme, de ses menottes, signe le document de sortie.

                                 "Ecoute, je vais devoir passer chez moi.  Je reviendrai dans une heure."

    Carine

                                  "Pas de souci.  Si j'ai des nouvelles, je t'appelle.  A propos, j'ai rédigé la note concernant le père du jeune Yann..."

                                       Walter acquiesce, l'agent embraye:

                                        "Une patrouille demain chez lui puis tous les dix jours, régulièrement."

                                 "Oui et prévois Morgane pour l'épouse d'ici trois semaines.  Elle aura moins peur et parlera peut-être, aura besoin de se confier.  Qu'elle prenne bien toute la docu sur les foyers pour femmes battues."                                  

                                         "Pas de problème, Walt.  Le message est passé."

    Carine

                                          Walter sourit.

                                         "Merci."

                                  Walter s'éloigne et d'un pas mesuré descend les marches du commissariat.  Et s'il avait raison?  Est-il prêt à entrer chez lui et trouver Carine dans les bras d'un autre?  

    Il déglutit, tente de calmer les battements précipités de son cœur, n'entend, ni ne sent son portable qui vibre dans la poche de son pantalon: c'est Julien qui essaye de le joindre, mais cela, il l'ignore.  Walter est loin, sur la mer jalousie, se laisse ballotter par un désespoir qu'il voudrait chasser d'un geste vif mais qui le ronge plus surement que les vers ne le feraient.

    Carine

                                             Si Walter avait su réellement ce qui se passait chez lui à ce moment-là, il y serait allé en courant, comme un dératé, et non pas du pas d'un condamné allant à la potence: las, lent, traînant, faisant durer l'instant... mais ce n'était pas le cas.  Et lorsqu'il pousse la porte de chez lui et trouve Lola assise dans son salon, il ne comprend pas.  Il ne comprend pas le silence.  Il ne comprend pas le sourire de Lola.  Il n'arrive même pas à demander, tétanisé par sa propre frayeur:

                                               "Où est ma femme?"

     

    Carine

     

     ***

                  Cassie n'a rien dit pendant tout le trajet, assise sagement aux côtés de Julia.  

                  Elle est sortie de la voiture, sans que la jeune femme n'ait eu besoin de le lui demander et l'a suivie tranquillement.

                    "Nous y voilà.  J'ai tout préparé, rien que pour toi, Cassie."

                     Une cabane au bout d'un ponton branlant.  

    Cassie

                      "Bien sûr, ce n'est pas le même endroit, mais ça y ressemble, non?  Tu reconnais?"

                       Cassie frissonne.

                        "C'est ici que tout se termine, Cassie", chuchote tendrement Julia à l'oreille de la jeune fille.

    Cassie

                         Sans doute alors que ça aurait dû être ailleurs, il y a des semaines de cela, dans un endroit qui ressemble à celui-ci.  Cassie entend  l'eau clapoter sous les planches en bois, reconnaît l'odeur; même si elle est un peu différente.    Retour au point de départ, là où tout a commencé.

                          "Oui, ici où tout se finit, Julia", murmure à son tour Cassie.

    Cassie

                          Julia s'éloigne et retrouve son ton badin.

                          "Alors...  Dis-moi, Cassie, quand as-tu su pour moi?"

                           Cassie frissonne.    

    Cassie

                            "Jamais ma mère n'aurait laissé quelqu'un d'autre qu'elle m'annoncer qu'il y avait un problème avec ma grand-mère et n'aurait jamais demandé à une personne qu'elle ne connaissait pas personnellement de m'accompagner où que ce soit."

                              Julia rit, un peu nerveusement.

                             "Tu veux dire qu'avant tu ne savais pas...?"

                               "Je savais que je finirais par le savoir, je savais que vous alliez finir par venir à moi.  Ca ne pouvait pas se terminer autrement."

                                Julia pince les lèvres, penche la tête sur le côté.

                                "Alors pourquoi tu m'as suivie?"

                                "Parce que, vous l'avez dit, ça ne peut pas se terminer autrement."

                                  Julia acquiesce.

    Cassie

                                 "Allons nous asseoir, mon ange."

                                  Cassie obéit.  Elle a tellement de questions à poser, elle attend tellement de réponses et elle sait que seule Julia peut les lui fournir.

                                   "C'est toi le corbeau, n'est-ce pas?  Allez, Cassie, on se dit tout..."

    Cassie

                                    Julia aussi a des questions, c'est bien.  Cassie sourit, elle n'a pas peur.  Elle attend, patiente, son cœur bat doucement, le rose lui monte aux joues.  Enfin, tant de semaines passées à courir vengeance et tenter tant bien que mal de garder la tête hors de l'eau.  Aujourd'hui vient, aujourd'hui vient le jugement dernier, aujourd'hui, Cassie se donne le droit de couler à pic.  Il était temps, lui murmure sa conscience. 

    Cassie

     

     ***

                            Un petit frottement à la porte de sa chambre, un petit cliquetis font sursauter Justine.

                            "Qui est là?"

                             "C'est M'sieur Luigi", lance un voix pâteuse avant que le gaillard ne se présente toujours en peignoir de bain sur le seuil de la pièce.  

    Justine

                         Quelques pas branlants plus tard, Monsieur Luigi se retrouve assis aux côtés de l'adolescente, sur son lit.  Il empeste l'alcool.  Justine le nargue:

                              "Vous n'êtes pas encore parti, vous?"

                              Un ton bravade pour tenter de calmer l'inquiétude qui vient de surgir au cœur des entrailles de la gamine.

                              "Mes affaires sont pas sèches..."

    Justine

                               Le débit est saccadé et contraste étrangement avec le calme que Justine lit dans les yeux du vieillard.

                                "Ça m'étonnerait bien qu'elles ne soient pas sèches, vos frusques!"

                                Monsieur Luigi ricane.

                                "P't-êt' bien qu'elles le sont... et toi, tu devrais pas être en cours à c'tte heure-ci?  Ta mère m'a dit que t'en avais jusque quinze heures au moins.  T'es pas plus sensée être là que moi."

    Justine

                                 "Ça ne vous regarde pas."

                                  "Je te trouve très agressive, Justine.  Tu devrais changer de ton..."

                                   La voix de Monsieur Luigi est devenu aussi glacée que son regard et soudain, Justine se dit qu'elle n'aurait peut-être pas dû rentrer plus tôt, qu'elle aurait dû traîner au parc, aller sur les falaises.  Et soudain, l'angoisse la frappe de plein fouet.  C'est alors qu'elle se rend compte qu'elle est seule, dans sa chambre, avec un homme qu'elle ne connaît pas, à moitié nu, un clochard sorti de nulle part, qui lui paraît soudain menaçant, avec pour seule arme trois fioles de poison qui pour sûr, ne lui seront d'aucune utilité si le bonhomme décide de lui sauter dessus.  Justine déglutit péniblement.  

    Justine

     

     

    « XXXVII. Demain est làXXXIX. Choisir c'est renoncer à l'innocence »
    Pin It

  • Commentaires

    6
    Pythonroux
    Mardi 20 Décembre 2016 à 18:38

    Encore un superbe chapitre mais je suis sûr qu'il en manque un morceau :p

    j'ai aucunes des réponses que je voudrais avoir moi ^^

     

    vivement la suite ;)

      • Mardi 20 Décembre 2016 à 20:48

        Ça va venir, Pythonroux, promis! ♥♥♥

    5
    Mardi 20 Décembre 2016 à 15:05

    Que dire sinon que je crains le pire pour Karine ? J'ai bien peur que Walter soit revenu trop tard...

    Quand à Cassie, quelle est cette résignation ? Elle ne va quand même pas aller à "l'échafaud" de son plein gré ? Un peu de combativité, que diable !!!  Julia ne peut pas gagner ainsi.

    Tout va très vite, tout s'enchaine et j'ai peur pour nos personnages et pour leur avenir.

    Tu as étoffé le personnage de Miranda dans ce chapitre tout en l'enveloppant encore plus de mystère. Décidemment, je l'aime beaucoup cette petite. Elle arrive à retrouver son sang-froid bien plus vite que Julien et sait tout de suite ce qu'il faut faire. J'espère qu'ils vont arriver à quelque chose.

    Et Monsieur Luigi, j'espère qu'il va mettre un peu de bon sens dans la tête de Justine ou l'éviter de faire son geste malheureux.

    Le prochain chapitre c'est la fin de l'histoire ou tu as encore un peu à nous raconter ? ^^.

    C'est toujours aussi bien écrit et tu nous laisses sur des charbons ardents... je vais éviter d'être impatiente (et puis de toute façon, il y a les fêtes à préparer ^^) et je vais attendre bien tranquillement que tu nous prépares la suite.

    En même temps, je n'ai pas trop envie de les quitter tes personnages ♥♥♥.

      • Mardi 20 Décembre 2016 à 15:40

        Pour Carine, on saura très vite dans le prochain chapitre ce qu'il en est d'elle :/

        Cassie ne lâchera pas tant qu'elle n'aura pas ses réponses, c'est ce que je pense; mais bon, je ne te le cache pas: ça va être compliqué pour elle :(

        Miranda est une jeune fille un peu particulière, oui, j'aime beaucoup ce personnage.  Elle a pris beaucoup d'importance par rapport au canevas de base.  Elle m'a inspirée au cours du récit.  J'ai confiance en elle, comme Julien a confiance en elle.

        Je pense que Monsieur Luigi n'est certainement pas un exemple à suivre mais il en a dans la caboche et Julien est son ami, il est celui qui l'a aidé, je ne pense pas qu'il laisse Justine lui faire du mal s'il comprend que c'est ce qu'elle cherche à faire.

        Le prochain chapitre n'est pas encore la fin: il sera basé sur le choix.  Il risque encore d'être un peu chaud.  Vient ensuite le chapitre dénouement, puis le final et enfin l'épilogue qui sera un peu particulier si je ne change pas d'avis d'ici là.

        Moi non plus, je n'ai pas envie de quitter mes petits personnages.  Merci beaucoup-beaucoup, Agathe.  Je sais que je me répète mais tes commentaires me touchent énormément ♥♥♥

    4
    sakura5192
    Mardi 20 Décembre 2016 à 12:10

    Luigi est beaucoup moins dangereux que Justine ^^°

    Par contre Julia elle me file les miquettes...et Lola aussi...*fear*

      • Mardi 20 Décembre 2016 à 15:34

        C'est sûr que vu de chez nous, Monsieur Luigi ne semble pas très dangereux :D

        Et itou pour Julia et Lola.  Mais ça va aller :o  Merci beaucoup, Sakura ♥♥♥

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :